Posts Tagged ‘directeur général’

Banque : Paul Russo nommé à la tête de Kenya Commercial Bank

mai 26, 2022

Paul Russo a succédé le 25 mai à Joshua Oigara qui, en neuf ans, a mené le groupe vers une croissance significative et en a fait le numéro deux bancaire kényan.

Paul Russo © DR

Jusqu’ici directeur général de la National Bank of Kenya – NBK, filiale de Kenya Commercial Bank depuis son rachat en 2019 –, Paul Russo, entré dans le groupe en 2014, succède à Joshua Oigara. Professionnel des ressources humaines, il a auparavant occupé des postes à responsabilité dans ce domaine chez Barclays, PwC, K-Rep Bank Limited et Kenya Breweries Ltd, filiale d’EABL.

« Au cours de son mandat à NBK, il a opéré un redressement significatif à la banque. Il a fait passer l’entreprise du statut de déficitaire à celui de rentable, la plaçant sur une trajectoire de croissance plus forte à l’avenir », a déclaré Andrew Wambari Kairu, président du groupe KCB, dans un communiqué mardi 24 mai.

En mars, le conseil d’administration prolongeait d’un an le mandat d’Oigara à la tête de KCB afin de permettre ce que la banque a appelé un « processus de sélection compétitif ». Oigara avait été nommé DG de la banque en 2013, succédant à Martin Oduor-Otieno. Quelques années auparavant, il était recruté chez Bamburi Cement en vue de préparer le processus de succession.

Plus grande banque du Kenya après Equity

Au cours des neuf années que Joshua Oigara a passées à sa tête, KCB a mené une politique d’expansion agressive et connu une croissance significative. Dans son communiqué, la banque affirme que le DG sortant a eu « un parcours fantastique… et conduit le groupe à sa croissance la plus rapide en une décennie ».

Sous la direction d’Oigara, KCB a triplé le total de ses actifs, passant de 367,4 milliards de shillings kenyans (3,1 milliards de dollars) en septembre 2012 à 1 139 milliard de shillings kenyans en 2021, ce qui en fait la deuxième plus grande banque du Kenya après Equity Bank.

En avril, KCB a organisé la fusion de sa filiale rwandaise avec sa nouvelle acquisition, la Banque populaire du Rwanda (BPR), pour former BPR Bank Rwanda PLC, désormais le deuxième plus grand prêteur du pays. Outre le Kenya et le Rwanda, la banque est également présente en Tanzanie, au Soudan du Sud, en Ouganda et au Burundi. Elle a également entrepris des démarches en Éthiopie dans l’optique de la libéralisation du secteur bancaire, et se trouverait proche d’une acquisition en RDC.

Kenya Commercial Bank reste principalement dépendante de son marché national : ses filiales ont contribué à hauteur de 47,32 millions de dollars aux 300 millions de dollars de bénéfice net du groupe en 2021.

Avec Jeune Afrique par Morris Kiruga

Congo-Satanisme au Trésor Public : des inspecteurs et contrôleurs qui chauffent en millions pipent les pénis des DG dans leurs bureaux

mars 12, 2022
 Satanisme au Trésor Public : des inspecteurs et contrôleurs qui chauffent en millions pipent les pénis des DG dans leurs bureaux

C’est une indiscrétion interne au Trésor Public du Congo qui a fait cette révélation suite aux représailles liées à son refus de s’adonner à ses pratiques. Les Dg des services de cet établissement lui auraient proposé de fermer les yeux sur son probable enrichissement via les magouilles s’il acceptait de leur faire la fellation trois fois dans la semaine. Au Trésor Public, nombreux sont ces inspecteurs et contrôleurs avec un salaire connu de tous, mais qui vivent comme des millionnaires. La direction ferme les yeux sur des deals de recouvrement et sorties d’argent au Trésor Public.

Au Congo pour devenir facilement riche sur le dos de l’État, il faut soit être un voleur, soit se soumettre aux caprices sexuelles de la hiérarchie. C’est ce qui se passe au Trésor Public où s’est fortifiée une mafia satanique fermant totalement les yeux sur les magouilles de ses membres.

Dans la ville de Brazzaville, tout le monde peut remarquer comment certains inspecteurs et contrôleurs du Trésor Public mènent une vie ostentatoire et d’autres non. Comment un simple inspecteur avec un salaire autour d’un million Cfa peut-il être propriétaire de plusieurs biens immobiliers d’une valeur dépassant largement ses revenus ?

Ces nouveaux riches du Trésor Public s’adonnent tout simplement à des pratiques sataniques qui consistent à satisfaire les appétits sexuels de leur hiérarchie. On rapporte que ces chefs obligent ces inspecteurs et contrôleurs à leur pratiquer des fellations trois fois dans la semaine. Ils doivent aussi avaler leur sperme et en retour, ils peuvent réaliser tous leurs rêves d’enrichissement.

Ces inspecteurs et contrôleurs du Trésor Public, une fois ayant reçu le feu vert des supérieurs se livrent à une prédation sans pitié des fonds publics à travers des méthodes bien ficelées. Des factures de complaisances sont soumises à cet établissement qui décaisse des millions qui atterrissent directement dans les poches de ces esclaves sexuels.

«Un inspecteur peut facilement chaque mois sortir du Trésor Public grâce aux fausses factures plus de 100 millions cfa » affirme une source. Ces mêmes contrôleurs et inspecteurs avec la bénédiction de leurs supérieurs gardent avec eux les fonds que reversent certaines régies financières et institutions. Aussi, la direction leur créé des missions à l’étranger ou à l’intérieur du pays avec des frais de rêves. Par exemple, pour une mission de une semaine à Pointe-Noire, un inspecteur et contrôleur se retrouve avec des frais de 3 millions cfa.

« N’enviez pas ces gens dans vos quartiers avec tous leurs biens immobiliers ou voitures ! Sucer le pénis d’un autre homme et avaler son sperme est une abomination et c’est comme ça qu’ils ont tous ces millions » conseille une source du Trésor Public.

Avec Lecongolais.fr

Tunisie: décès en détention de Moncef Trabelsi, beau-frère de Ben Ali

avril 5, 2013
Tunisie: décès en détention de Moncef Trabelsi, beau-frère de Ben Ali Tunisie: décès en détention de Moncef Trabelsi, beau-frère de Ben Ali © AFP

Moncef Trabelsi, un frère de l’épouse du président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali, est mort des suites d’une tumeur au cerveau dans un hôpital où il avait été transféré en mars depuis sa prison, a indiqué vendredi le directeur des services pénitentiaires tunisiens.

« Il est mort à l’hôpital neurologique où il avait été hospitalisé le 18 mars. Il avait subi des opérations à cause d’une tumeur au cerveau », a indiqué à l’AFP le directeur général, Habib Sboui.

Selon la même source, Moncef Trabelsi, 69 ans, que l’on savait très malade, était inconscient depuis « quatre ou cinq jours ».

Le défunt, emprisonné peu après la révolution du 14 janvier 2011, avait été condamné pour escroquerie. Frère de Leïla Trabelsi, seconde épouse de M. Ben Ali, il n’était cependant pas une figure de proue de ce clan familiale accusé d’avoir placé la Tunisie sous coupe réglée.

Les grandes figures ont pu quitter le pays et prendre la fuite dans la foulée de la révolution, à l’instar de M. Ben Ali et de son épouse qui vivent en Arabie Saoudite ou de Belhassen, un autre frère de l’ex-première dame, qui vit au Canada.

Jeuneafrique.com avec AFP

DSK cherche un accord à l’amiable avec Nafissatou Diallo

novembre 30, 2012
Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui l'accuse d'agression sexuelle dans un hôtel de Manhattan, ont trouvé un terrain d'entente pour clore les poursuites civiles engagées contre lui à New York, selon une source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau
  • Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui l’accuse d’agression sexuelle dans un hôtel de Manhattan, ont trouvé un terrain d’entente pour clore les poursuites civiles engagées contre lui à New York, selon une source proche du dossier. /Photo d’archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) – Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui l’accuse d’agression sexuelle dans un hôtel de Manhattan, recherchent un accord à l’amiable pour clore les poursuites civiles engagées contre lui à New York, a-t-on dit vendredi de source proche du dossier.

Cependant, rien n’est encore signé et la négociation peut toujours échouer, a-t-on précisé.

L’ancien directeur général du Fonds monétaire international serait prêt à verser six millions de dollars à la femme de chambre, rapporte Le Monde, citant des proches de « DSK ».

Pour ce faire, Dominique Strauss-Kahn devrait contracter un emprunt bancaire de trois millions de dollars. Son épouse Anne Sinclair, dont il est séparé depuis l’été dernier, apporterait les trois millions de dollars restants, précise le quotidien.

Un accord financier devrait être signé le 7 décembre dans le bureau du juge Douglas McKeon, dans le Bronx, ajoute Le Monde.

« La négociation dure depuis des semaines, des mois. Nafissatou Diallo a accepté d’aller en négociation, ce que ses avocats avaient toujours refusé », a dit à Reuters Michèle Sabban, militante socialiste et amie proche de l’ex-directeur général du FMI. « Il n’y a pas de confirmation encore de la part du juge. La confirmation devrait arriver en début de semaine. On se dirige vers la fin d’une tragédie », a-t-elle ajouté.

Les avocats français de Dominique Strauss-Kahn ont dit n’avoir aucun commentaire à faire, de même que celui de Nafissatou Dialo à Paris.

La femme de chambre, 33 ans, accuse l’ancien ministre socialiste d’agression sexuelle dans une suite de l’hôtel Sofitel de Manhattan le 14 mai 2011. Dominique Strauss-Kahn a admis une « relation inappropriée » et une « faute morale », mais dément toute contrainte ou violence.

La procédure au pénal ayant été abandonnée en août 2011 en raison de contradictions dans les dépositions de la femme de chambre, ses avocats se sont tournés vers la justice civile.

« PROCÉDURE PÉNIBLE POUR TOUS »

Un accord à l’amiable, s’il était confirmé et homologué par le juge du tribunal du Bronx, mettrait un terme définitif à la procédure civile aux Etats-Unis.

Le juge McKeon a poussé de longue date à un accord financier, arguant que les deux parties ne gagneraient pas à un procès long et public, écrit le New York Times, qui a révélé le projet d’accord.

A Paris, le Premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a estimé qu’il faudrait « probablement se réjouir » si ces démarches aboutissaient à « la fin d’une procédure qui a été pénible pour tous ».

« Je n’ai pas d’information particulière, Dominique Strauss-Kahn n’est plus dans la vie politique, si cette affaire peut être pour lui un dénouement, nous en sommes évidemment heureux pour lui », a-t-il dit sur i>Télé.

Du côté français, l’ancien directeur général du FMI reste mis en examen pour « proxénétisme aggravé en bande organisée » dans l’affaire du Carlton de Lille depuis mars dernier.

La défense de Nafissatou Diallo a suivi les développements de l’affaire du Carlton et n’aurait sans doute pas manqué de l’exploiter lors d’un procès civil à New York.

La cour d’appel de Douai doit se prononcer sur une demande d’annulation de la mise en examen de « DSK » déposée par ses défenseurs. Les magistrats, qui étaient censés statuer mercredi dernier, ont reporté leur décision au 19 décembre.

Reuters