Posts Tagged ‘Dispositifs’

Maroc, Algérie, Tunisie : comment les États s’organisent face à l’offensive russe en Ukraine

février 24, 2022
Gare centrale de Kiev, le 24 février 2022. © REUTERS/Volodymyr Petrov

Pour la plupart étudiants, les ressortissants des pays du Maghreb vivant en Ukraine se retrouvent pris au piège d’un conflit qui ne les concernent pas. Quels sont les dispositifs mis en place par leurs États pour les assister ou les rapatrier ?

Le 22 février, alors que l’escalade des tensions entre la Russie et l’Ukraine fait craindre au monde un embrasement militaire imminent, le ministère tunisien des Affaires étrangères estimait que la situation était sous contrôle, tout en invitant ses ressortissants en Ukraine a demeurer en contact avec la chancellerie tunisienne à Moscou.

Moins de 48 heures après cet avis, les premiers tirs provoquent la panique au sein de la communauté tunisienne. Ils sont 1 500, principalement des étudiants, à se sentir livrés à eux-mêmes, au cœur d’une guerre qui ne les concernent pas.

Acheminement depuis la Roumanie

Certains ont été rapatriés par précaution par leurs familles, mais la plupart sont restés chez eux à Odessa et Kharkiv, deux villes ciblées par les premiers tirs russes, selon Tarek Aloui, président de l’Association des Tunisiens d’Ukraine, qui insiste sur la nécessité d’un rapatriement rapide vers la Tunisie.

En attendant, il invite les Tunisiens présents en Ukraine à rester chez eux, à se faire connaître auprès de l’ambassade à Moscou – la Tunisie ne dispose pas d’ambassade à Kiev –, à rester en contact via les réseaux sociaux et à avoir toujours sur eux leurs documents d’identité.

AVEC 10 000 RESSORTISSANTS, LES MAROCAINS REPRÉSENTENT LA DEUXIÈME COMMUNAUTÉ ESTUDIANTINE EN UKRAINE

Des consignes qui permettraient de faciliter l’organisation d’un départ collectif en dépit de la fermeture de l’espace aérien ukrainien. Le gouvernement tunisien négocie actuellement avec la Roumanie l’autorisation d’acheminer les ressortissants tunisiens par bus depuis la frontière ukrainienne jusqu’à un aéroport roumain d’où ils pourraient décoller pour Tunis.

À plus long terme, les étudiants tunisiens pourraient voir leur avenir compromis, les autorités ukrainiennes ayant déjà fait savoir aux étudiants étrangers qui quittent le territoire qu’ils ne seront pas autorisés à revenir et à se réinscrire dans les facultés.

Quand, le 12 février, Vladimir Poutine dénonce « l’hystérie américaine » à propos d’une potentielle invasion russe en Ukraine, le Maroc n’en prend pas moins la situation au sérieux. Avec 10 000 ressortissants, les Marocains représentent la deuxième communauté estudiantine en Ukraine.

Dans un communiqué, l’ambassade du Maroc à Kiev a donc appelé les ressortissants marocains à quitter le pays « pour leur sécurité » et les citoyens marocains souhaitant se rendre en Ukraine à reporter leur voyage.

Vols spéciaux

Les services consulaires marocains ont également mis en place trois numéros de téléphone à destination des ressortissants ayant besoin d’assistance, sans toutefois prévoir d’opération d’évacuation spécifique.

Pour rappel, dès la fin du mois de janvier, de nombreux étudiants ont manifesté leur volonté de rentrer au royaume face à l’éventualité d’une attaque russe. L’ambassade du Maroc à Kiev leur avait rétorqué que leur rapatriement était tributaire de la réouverture des frontières marocaines – à nouveau ouvertes depuis le 7 février.

La Royal Air Maroc (RAM) et Air Arabia ont mis en place des vols spéciaux (Casablanca-Kiev et Tanger-Kiev) dès le 15 février pour pallier l’absence de vols commerciaux directs entre le Maroc et l’Ukraine.

UN DÉPART D’UKRAINE IMPLIQUE, POUR LES ÉTUDIANTS MAROCAINS, ALGÉRIENS ET TUNISIENS, UNE EXPULSION PURE ET SIMPLE DE LEUR UNIVERSITÉ

Les Marocains désireux de rentrer devront débourser 4 700 dirhams (443 euros) pour la RAM et 4 100 dirhams (387 euros) pour Air Arabia. Le 16 février, Valerian Shuvaev, ambassadeur de la Fédération de Russie à Rabat, a commenté ces mesures admettant que « la décision marocaine est souveraine », mais que « l’appel au retrait collectif est d’une logique incompréhensible, politiquement et humainement ».

Limiter les déplacements

Depuis, plusieurs centaines d’étudiants sont rentrés au bercail, soulagés mais très inquiets pour leur avenir. En effet, un départ d’Ukraine implique, pour les étudiants marocains, algériens et tunisiens, une expulsion pure et simple de leur université, sans espoir de s’y réinscrire.

L’ambassade d’Algérie en Ukraine a de son côté appelé ses ressortissants, au nombre de 10 000, à « faire preuve de vigilance, en respectant les instructions données par les autorités ukrainiennes, notamment celles liées à la nécessité de rester chez soi et de se déplacer uniquement en cas de nécessité absolue ».

Le 12 février, l’ambassade d’Algérie à Kiev a informé les ressortissants algériens de la mise en place d’un numéro vert et leur a recommandé de prendre des mesures de protection et de quitter le pays si nécessaire.

L’ambassade n’a pas été évacuée et les Algériens qui l’ont jointe aujourd’hui ont reçu pour consigne de limiter leurs déplacements et de se protéger.

Par Jeune Afrique