Posts Tagged ‘Distinction’

Distinction : l’ambassadeur du Sénégal élevé commandeur dans l’ordre du Mérite congolais

mai 27, 2021

Au nom du chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, le ministre des Affaires étrangères, de la Francophonie et des Congolais de l’étranger, Jean-Claude Gakosso, a décoré le 27 mai à Brazzaville, l’ambassadeur du Sénégal au Congo, Batoura Kane Niang, dans l’ordre du Mérite congolais au rang de commandeur.

Batoura Kane Niang recevant la médaille honorifique/Adiac

Le décret portant nomination à titre exceptionnel dans l’ordre du Mérite congolais de Batoura Kane Niang a été lu par le grand chancelier des ordres nationaux, Norbert Okiokoutina, en présence du ministre de la Coopération internationale et de la Promotion du partenariat public-privé, Denis Christel Sassou N’Guesso, des hautes personnalités du Congo, ainsi que des membres du corps diplomatique.

Très émue, l’heureuse récipiendaire a remercié le chef de l’Etat congolais pour l’honneur qu’il lui a fait, ainsi que le personnel du ministère des Affaires étrangères pour la « franche et loyale » collaboration.

La diplomate sénégalaise qui vient de passer près de dix ans au Congo a également exprimé sa gratitude pour l’accueil chaleureux dont elle a bénéficié au Congo. Elle a aussi remercié les médias congolais. 

Signalons qu’avant d’être décorée, l’ambassadeur du Sénégal a été reçue, en fin de matinée, par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso.

Avec Adiac-Congo par Yvette Reine Nzaba

Congo/Distinction : Francine Ntoumi congratulée par le gouvernement

avril 13, 2021

Elue présidente du Conseil scientifique de l’Institut de recherche (IRD) pour le développement de France au début de ce mois, Francine Ntoumi, dont les travaux témoignent de la capacité du Congo à produire de la science, a été congratulée par le ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique, Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, le 12 avril à Brazzaville au nom du gouvernement.

Francine Ntoumi élue présidente du Conseil scientifique de l’IRD

« Ma présence à la tête du conseil scientifique de l’IRD est celle de tout le Congo. Notre pays joue ainsi le rôle de porteur des aspirations des pays du sud à une connaissance pleine et valorisante de leurs capacités à la production de la science au service d’un développement durable et humain », a déclaré Francine Ntoumi, lors de la cérémonie de sa congratulation. Elue à une majorité de 76% à la tête de l’IRD, cette dernière a pour missions d’orienter et d’évaluer la politique scientifique de l’institution de recherche. Il s’agit là d’une lourde responsabilité, a-t-elle reconnu.

Justifiant l’intérêt de cette congratulation, le ministre Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou a rappelé que le mérite se félicite. « Nous devons multiplier ces exemples pour  que nos productions scientifiques soient au rendez-vous en qualité et en excellence, car peu de Congolais bénéficient de la reconnaissance internationale », a-t-il dit, lui-même commandeur dans l’ordre du mérite maritime français depuis 2017.

Abondant dans le même sens, Francine Ntoumi qui estime que les scientifiques congolais sont compétents a lancé un appel à l’unité. « Leurs talents se bonifieraient s’il existait entre eux une dynamique de synergie et de complémentarité par la mise en place en réseaux verticaux, horizontaux et transversaux, car la science et la recherche ne se pratiquent pas de manière isolée », selon elle.

Très attachée à la place de la femme dans la recherche scientifique, Francine Ntoumi, qui dirige au plan local la Fondation congolaise pour la recherche scientifique, a plusieurs distinctions à son palmarès, entre autres, le prix kwame-Nkrumah de l’Union africaine pour les femmes scientifiques en 2012, en 2015 prix scientifique Goerg Forster de la fondation Alexander-Von-Humbolt, prix Christophe Mérieux de l’Institut de France en 2016 pour ses travaux sur les maladies infectieuses en Afrique centrale.

Avec Adiac-Congo par Rominique Makaya

DISTINCTION : Antomella Kornégie Atipo récipiendaire du Prix de la meilleure thèse de doctorat sur l’Afrique 2020

décembre 24, 2020
DISTINCTION : Antomella Kornégie Atipo récipiendaire du Prix de la meilleure thèse de doctorat sur l’Afrique 2020

Antomella Kornégie Atipo

La Revue des Études Africaines (ASR) dont Benjamin N. Lawrence est rédacteur en chef a publié, lundi 16 novembre dernier, les résultats du Prix de la meilleure thèse de doctorat sur l’Afrique, au titre de l’année 2020. Le Prix a été décerné à la Congolaise Antomella Kornégie Atipo pour sa thèse de doctorat d’histoire contemporaine intitulée: «Les relations politiques entre les deux Congo de 1960 à 2003, à travers La Semaine Africaine, Dipanda et Etumba».

Thèse rédigée à l’Université Marien Ngouabi sous la direction du Professeur Joachim Emmanuel Goma-Thethet et soutenue le 15 octobre 2019 à Brazzaville devant un jury constitué de Scholastique Dianzinga (Présidente, Professeure titulaire de l’Université Marien Ngouabi), Georges-Claude Tshund’Olela (Rapporteur externe, Professeur ordinaire de l’Université de Kinshasa), Dominique Oba (Rapporteur interne, Maître de Conférences de l’Université Marien Ngouabi), Gambeg Yvon Norbert (Examinateur, Professeur titulaire de l’Université Marien Ngouabi) et Joachim Emmanuel Goma-Thethet (directeur de la thèse, alors Maître de Conférences CAMES de l’Université Marien Ngouabi).


Le prix de l’ASR que reçoit Dr A. K. Atipo, récompense un doctorant (ou une doctorante) basé en Afrique qui a défendu avec succès sa thèse de doctorat sur tous les aspects des études africaines dans un établissement africain d’enseignement supérieur au cours de l’année civile précédente. La date limite de soumission des candidatures est fixée au 31 juillet de l’année en cours.
Le gagnant est invité à soumettre un article basé sur la thèse à l’ASR (sous réserve d’une révision accélérée par les pairs), et est honoré lors de la réunion annuelle de l’African Studies Association (ASA, Association des Études Africaines). Cette dernière est une association de chercheurs et de professionnels des États-Unis et du Canada créée en 1957. Elle s’intéresse au continent africain. Elle est la principale organisation d’études africaines en Amérique du Nord dont le siège est à Rutgers University, dans le New Jersey, aux États-Unis.


Le Comité qui s’est penché sur l’examen des dossiers relatifs à ce prix était présidé par Claudia Gstrow (Université de Johannesburg). Il comprenait: Akosua Darkwah (Université du Ghana), Bruce Hall (Université de Californie, Berkeley) et Kwasi Konadu (Université Colgate). Le comité a reçu 16 candidatures complètes en anglais, français et haousa. D’après la notification de Benjamin N. Lawrence, Rédacteur en chef de la Revue des études africaines, «Le Comité a été très impressionné par la qualité de la recherche et de la rédaction». Les informations relatives à la lauréate et à son travail, a ajouté le Rédacteur en chef, figureront dans le numéro de décembre 2020 de l’ASR.


Ce prix vient prouver que l’Université Marien Ngouabi recèle des enseignants et des étudiants de qualité, compétitifs au niveau international.

Constituée de 384 pages, la thèse d’Antomella Komégie Atipo a la particularité d’être la première étude d’histoire contemporaine qui analyse les relations politiques entre les deux Congo de 1960 à 2003, à travers trois journaux brazzavillois (La Semaine Africaine, Dipanda, et Etumba). L’étude ne fait pas le bilan de ces presque quarante ans de relations bilatérales, mais essaie d’apporter des réponses à ces questions pendantes qui les traversent : pourquoi sont-elles fluctuantes, faites de moments de parfaite entente mais aussi de périodes de mésentente allant jusqu’à des graves tensions diplomatiques ? Comment les deux voisins ont-ils surmonté par moments leurs divergences ? Quels mécanismes ont-ils utilisé pour assurer et garantir la paix, la sécurité et le développement à leurs peuples respectifs ? L’exploitation et le croisement des différentes informations collectées ont permis de répondre à ses questions. Comme résultat, cette thèse est non seulement une contribution à l’histoire des relations internationales de l’Afrique centrale, mais surtout un outil pour les hommes politiques, les diplomates, les chercheurs des deux pays et tous ceux qui veulent comprendre l’histoire politique africaine. A l’issue de la soutenance, la récipiendaire, avait obtenu la mention très honorable avec des félicitations du jury.


In fine, il faut rappeler que Dr Antomella Komégie Atipo, a aussi été lauréate de l’institut sur la Gouvernance 2019 du CODESRIA (Conseil africain pour le développement de la recherche dans les sciences sociales en Afrique) basé à Dakar.

Avec La Semaine Africaine par Marcellin MOUZITA M., sur les notes du
Pr Joachim Emmanuel Goma-Thethet

Congo-Diaspora: Ghys Fortuné DOMBÉ BEMBA fait citoyen d’honneur de la ville de Paris

novembre 23, 2020

Avec Congo-Liberty

Diaspora/RDC-Distinction : Isaac Ntumba Kabiuka lauréat du prix du président de l’université Bowdoin

mai 27, 2020

Inauguré en 1997 par le président de Bowdoin, Robert H. Edwards, le Prix du président reconnaît les réalisations personnelles exceptionnelles d’un étudiant et ses contributions rares à l’université.

 

Isaac Ntumba Kabiuka

Chaque année, le président de l’université Bowdoin, Clayton Rose, sélectionne cinq étudiants exceptionnels pour célébrer leurs réalisations en dehors des salles de cours. Ces réalisations académiques sont reconnues lors de la cérémonie annuelle du Honours Day.  Les actions de l’élève, explique-t-on, témoignent d’un courage, d’une imagination et d’une générosité d’esprit particuliers. Isaac Kabiuka est diplômé en sciences informatiques au sein d’une filière pré-med. Pendant son séjour à Bowdoin, il a travaillé sur la navigation assistée pour les aveugles.

En outre, le lauréat a créé un projet à Lewiston, dans le Maine, conçu pour initier les nouveaux immigrants à la technologie, et il s’est porté volontaire à l’hôpital Mid Coast pour aider avec les services d’urgence. Isaac Kabuika a également travaillé avec un organisme à but non lucratif, en créant un logiciel pour aider à connecter les élèves du secondaire défavorisés aux professionnels de divers secteurs. Isaac Kabiuka travaille actuellement comme ingénieur logiciel chez WEX Inc à Portland, dans le Maine. WEX Inc est un fournisseur de services de traitement des paiements et de gestion de l’information à l’industrie des parcs de véhicules commerciaux et gouvernementaux des États-Unis. La société fournit des services aux États-Unis, au Canada, en Amérique du Sud, en Europe, en Asie et en Australie.

Isaac Kabiuka prévoit de poursuivre un master en informatique, tout en continuant son travail à but non lucratif. « Il est unique en son genre! L’engagement d’Isaac à utiliser ses compétences pour accroître l’accès à l’information pour de nombreuses communautés est sincère, et cela stimule son enthousiasme pour ce travail. J’ai aimé travailler avec lui en classe et à distance ce semestre », a déclaré la professeure d’informatique Stacy Doore, qui a eu Isaac Kabuika comme étudiant dans sa classe de design, de développement et de déploiement de bases de données. Sarah Harmon, professeur adjoint d’informatique, est tout aussi impressionnée: «Isaac est amical, ambitieux et passionné par la poursuite des causes auxquelles il croit. C’est excitant d’entendre qu’il a été récompensé par un prix du président», a-t-elle dit.

 

Patrick Ndungidi

Légendes et crédits photo :

Isaac Ntumba Kabiuka

Mot de remerciement de Bernard NKOUNKOU, à l’AREQ et à la Fondation Laure Gaudreault

juillet 8, 2013

A partir de la gauche sur cette photo nous voyons Micheline Boisvert, conseillère à la fondation et à l'Areq 04-G,  Bernard Nkounkou et Jocelyne Bastien, respectivement Vice-président et Directrice de la Ressource F.A.I.R.E. et Gaétane Boisvert-Bellemare secrétaire Areq 04-G

A partir de la gauche sur cette photo nous voyons Micheline Boisvert, conseillère à la fondation et à l’Areq 04-G, Bernard Nkounkou et Jocelyne Bastien, respectivement, Vice-président et Directrice de la Ressource F.A.I.R.E. et Gaétane Boisvert-Bellemare secrétaire Areq 04-G

Chers Membres de l’AREQ,
Madame la Présidente,
Chers Membres du Conseil sectoriel et responsables de la Fondation Laure-Gaudreault
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,

La Ressource F.A.I.R.E (Familles d’Appui et Intervention pour un Réseau d’Entraide), est heureuse de prendre part à votre cérémonie de remise de chèque, à la suite de la demande formulée à l’AREQ, travaillant en étroite collaboration avec la Fondation Laure-Gaudreault.

Le chèque que nous recevons ici est comme un vin divin et humain, qui vient en appui à nos activités nous permettant de répondre aux multiples besoins de notre clientèle des familles.  Des familles composées ou recomposées de notre cité, sans distinction d’origine, d’allégeance idéologique et politique. Car la famille est le premier cercle vital de l’éducation qui offre le fruit de sa progéniture à l’autre monde de l’éducation : celui des maîtres. Un monde qui apporte son complément d’âme à l’instruction des enfants des familles, de la société et de la nation. Un monde qui les sort de l’ignorance abyssale vers les sphères élevés de la connaissance pour perpétuer la mémoire de Laure-Gaudreault qui, durant sa vie, a mis en place le premier syndicat des institutrices rurales.

Dans le souci constant et mouvant de la pérennité des idées de son engagement, fortement entretenues dans un organisme indépendant, Laure-Gaudreault, cette travailleuse infatigable et inégalable, aux nerfs d’acier, avait réussi à mettre en place l’AREQ dont vous êtes, aujourd’hui, la suite logique des  pionniers et des membres fiers.

Les retraités de l’AREQ, ces princes de l’éducation, magistères de la parole, nobles formateurs des enfants de nos familles, doivent être revêtus d’un manteau orné de lauriers pour la qualité du travail le mieux accompli. Les autres services publics du Québec, secteur du Cap-de-la-Madeleine, aussi sensibles soient-ils ainsi que les éminents membres de la Fondation Laure-Gaudreault, ont le mérite de leur investissement quantitatif et qualitatif au regard de la belle synergie qui résulte dans la transmission des dossiers qui trouvent toujours un écho favorable, soulageant, à merveille, les organismes communautaires frappant à leur porte. Une porte non étroite toujours ouverte où les gens sont affables et serviables.

La Ressource FAIRE, dans le cadre de son intervention, depuis ses locaux situés dans le district de Marie-de-l’Incarnation, à Trois-Rivières, inscrira avec une légitime fierté ce don réceptionné aujourd’hui de la Fondation Laure-Gaudreault pour traduire la générosité qui la caractérise ainsi que la magnanimité qui est au cœur de cette bienveillante Fondation.

Chers Membres de l’AREQ,
Madame la Présidente,
Chers Membres du Conseil sectoriel et responsables de la Fondation Laure-Gaudreault
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,

Plaise à notre organisme communautaire, dans cette belle salle du Buffet Champion, de vous réitérer ses vifs remerciements aussi bien pour le don du chèque que pour le dîner offert, à la suite de votre activité solennelle et temporelle. Une activité de fin d’année aréquienne, qui nous permet de vibrer ensemble dans le partage unitaire et solidaire de l’apéro. Une belle manière de se préparer à la découverte des mets exquis aux goûts savoureux et délicieux, dans la dextérité de la main et la joie de la bouche mais aussi dans l’élégance de la fourchette et à l’As des recettes, arrosées d’épices et savamment préparées par les spécialistes culinaires de ce beau restaurant.

Je vous remercie !
Bernard NKOUNKOU
Vice-président du Conseil d’Administration
de la Ressource F.A.I.R.E

Mot de remerciement de Bernard NKOUNKOU à l’occasion de la remise de chèque, par Centraide, aux 115 organismes communautaires de la région de la Mauricie

juin 15, 2013

Bernard NKOUNKOU, agenou, en blanc, chèque, à la main, dans la photo de famille

Bernard NKOUNKOU, agenou, en blanc, chèque à la main, dans la photo de famille

Chers Responsables de Centraide,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,

C’est avec un réel plaisir, le cœur empreint d’une grande joie et un sourire aux lèvres, que la Ressource F.A.I.R.E (Familles d’Appui et Intervention pour un Réseau d’Entraide), reçoit annuellement des mains de Centraide ce beau chèque, comme un trophée au vin délicieux et savoureux contenu dans la coupe des tulipes du printemps.

Fruit de votre élégante générosité et efficacité mais aussi de votre parfaite attention et de votre bienveillante compréhension, ce don financier et entier qui vient en appui de nos multiples services, s’inscrit dans l’univers de notre excellente coopération pour la promotion de nos communautés.

Centraide, ce joyau moteur de la dynamique communautaire de notre région, a toujours été alerte et sensible à notre demande au regard de ses valeurs de justice sociale, de solidarité, d’équité économique et d’engagement bénévole. Une demande qui nous permet, à la fois, de répondre, de résoudre et de satisfaire, aux besoins de notre chère clientèle des familles d’ici et d’ailleurs. Des familles souvent composées des personnes les plus démunies et les plus vulnérables ayant un brin de dignité et de respectabilité qui vivent dans la galaxie de Trois-Rivières, surtout dans le District de Marie-de-l’Incarnation. Ces familles représentent pour la Ressource F.A.I.R.E, une clientèle préoccupante et urgente, parfois alarmante, aux nombreuses sollicitations constantes et permanentes que nous recevons, à porte ouverte, sans distinction de culture, d’opinions, d’origine, de religion et de race dans la chaleur cordiale et exemplaire de notre disponibilité. Une clientèle qui, finalement, par les échos positifs, gravite autour de notre système communautaire que nous suivons à l’œil dont nous prêtons une oreille attentive de manière courtoise et exquise mais aussi diligente et avenante.

Chers Responsables de Centraide,
Distingués Invités,
Mesdames et Messieurs,

Nous vous réitérons, une fois de plus, pour l’insigne honneur du choix qui a été porté à la Ressource F.A.I.R.E de vous dire merci, de bien vouloir recevoir ici l’expression de notre profonde gratitude et de notre singulière reconnaissance.

Bernard NKOUNKOU
Vice-président du Conseil d’Administration
Ressource F.A.I.R.E

Congo: Alain Mabanckou et Verone Mankou élevés au rang de citoyens d’honneur de Brazzaville

février 21, 2013

L’écrivain Alain Mabanckou et le concepteur de la tablette tactile Way-c et le Smart phone Élikia, Verone Mankou, tous deux natifs de Pointe-Noire, figurent désormais parmi les sept personnes élevées au rang de citoyen d’honneur de la ville de Brazzaville. Le député-maire de Brazzaville, Hugues Ngouélondélé, a fait savoir le 18 février 2013 que la décision de leur élévation a été prise récemment par les conseillers municipaux.


Alain Mabanckou et Verone Mankou élevés au rang de citoyens d'honneur de Brazzaville
Alain Mabanckou a indiqué qu’il avait accepté la délibération du conseil départemental et municipal dans le but de propulser Brazzaville pour qu’elle devienne la capitale de la création. Il a profité de cette occasion pour apporter son soutien à la candidature de Brazzaville au réseau des villes créatives de l’UNESCO.

«Vous savez tous que l’UNESCO a un programme consistant à ériger les villes en capitales créatives. C’est aussi dans ce sens que nous sommes très heureux d’avoir accepté ce que le maire a souhaité, d’être en quelque sorte les ambassadeurs de cette ville en étant des citoyens d’honneur. Il a été question de cela parce que cette ville a besoin de beaucoup de lumière», a-t-il dit.

Considéré comme le plus jeune parmi les sept récipiendaires de cette distinction, le président directeur général de VMK, Verone Mankou, s’est réjoui de cette marque de reconnaissance. «Des sept personnes à être distinguées, je suis le seul ayant moins de 30 ans. C’est pour dire que la jeunesse a aussi sa place. Je dis à mes frères jeunes que nous comptons une voix : celle de l’entreprenariat qui m’a permis d’arriver à ce niveau et peut-être d’aller plus loin. Je ne suis pas supérieur aux autres», a-t-il indiqué, ajoutant que cette distinction lui permettrait de croire davantage à son combat et de donner aux plus grands l’accès aux technologies à un prix moindre.

A travers leur créativité, Verone Mankou et sa société VMK ont inscrit Brazzaville sur la liste des villes comptant en matière de nouvelles technologies dans le monde. «Demain, quand on parlera des nouvelles technologies, Brazzaville figurera en bonne place parce que nous avons été les pionniers de ce que nous faisons. Ce qui nous donnera encore plus d’énergie et de force pour les combats qui nous attendent. Donner accès à des nouvelles technologies ne se limite pas qu’à la tablette tactile et au Smart phone. La technologie existe sous diverses formes et avec un soutien aussi fort que celui-ci, je pense que cela va beaucoup nous aider», a poursuivi le jeune créateur.

Après la tablette tactile Way-c et le Smart phone Élikia, la maison VMK entend mettre sur le marché mi-2013, la tablette scolaire. D’après Verone Mankou, cette tablette sera la moins chère au monde et permettra à tout élève ou étudiant d’avoir accès à un manuel scolaire numérique. À la différence des manuels existants, la nouvelle tablette scolaire se mettra à jour automatiquement. «Il ne sera plus question de se promener avec une dizaine de livres. Nous avons fait des textes en local, nous pouvons mettre plus de trois mille copies du dictionnaire Larousse», a expliqué Verone Mankou.

Alain Mabankou et Verone Mankou rejoignent ainsi le Chef d’État, Denis Sassou N’Guesso, l’ancien Président français, Jacques Chirac, Pierre Savorgnan de Brazza, le roi Makoko et l’ancien Président de la République du Congo, Fulbert Youlou ; ces trois derniers étant élevés à titre posthume.

 
Congosite.com par Diane Ondélé

La veuve d’un ancien prêtre obtient le droit à une pension

novembre 15, 2012
Le tribunal administratif de Strasbourg a jugé que priver Hélène B. de la pension de réversion de son mari, qui l’a épousée après avoir pris sa retraite, était contraire au principe d’égalité.
A Strasbourg, le tribunal administratif a donné raison à la veuve d’un ancien prêtre en lui accordant le droit à une pension de réversion par l’Etat. Suite à la mort de son époux en 2010, Hélène B. s’était vue refuser les droits de pension de son mari, qui l’a épousée après avoir pris sa retraite.

En Alsace et en Moselle, les prêtres, pasteurs et rabbins sont rémunérés par l’Etat en raison du Concordat napoléonien toujours en vigueur. A ce titre, les veufs ou les veuves de rabbins ou de pasteurs ont droit à une pension de réversion et au versement du trimestre de grâce (plein traitement du défunt pendant les trois mois qui suivent son décès). Mais pas les veuves de prêtres.

Hélène B. avait sollicité la pension de son mari. Mais le ministère du Budget avait rejeté sa demande en avril 2011. Pour annuler cette décision, Madame B. avait saisi le tribunal administratif de Strasbourg, en arguant du fait que «que cet article est contraire au principe constitutionnel d’égalité des droits et devoirs sans distinction de religion». Le Tribunal administratif lui a donné raison en considérant qu’Hélène. B a le droit de bénéficier d’une pension au nom du principe d’égalité.

De son côté l’archevêché de Strasbourg a indiqué qu’il n’était impliqué en rien dans ce litige. Du point de vue du droit canonique, le prêtre – même retraité – a contrevenu aux règles de l’Eglise en se mariant, a observé le chancelier de l’archevêché Bernard Xibaut. Mais concernant la veuve «il semble qu’elle était dans une situation financière difficile, donc c’est bien pour elle et ses enfants», a-t-il commenté.

Lefigaro.fr

 

Côte d’Ivoire: Communiqué du RDR suite à l’attaque du siège du FPI

août 18, 2012
Rassemblement
© Abidjan.net par DR
Rassemblement des républicains – Le ministre Joël N`Guessan

Nous venons d’apprendre qu’un siège de l’ex parti au pouvoir, le FPI à fait l’objet d’attaque de personnes non encore identifiées. Avant même que des enquêtes sérieuses ne soient diligentées pour situer la communauté nationale et internationale sur les auteurs et les mobiles de cet acte délictuel, certains individus, mus par le désir permanent de voir la Côte d’Ivoire replongée dans le désordre, proclament sur les antennes des radios et médias internationaux que cet acte a été posé par des individus armés de fusils de chasse et parlant Dioula, la langue couramment parlée par les communautés ivoiriennes issues principalement du Nord de la Côte d’Ivoire. C’est le lieu de préciser que cette stigmatisation des groupes de populations ivoiriennes sur base de replis identitaire est l’une des principales causes de la crise que notre pays traverse depuis plus d’une décennie.

Nous invitons donc les uns et les autres, hommes politiques, membres de la société civile, à éviter d’utiliser à nouveau ce type de propos qui tendent plus à diviser qu’à rassembler.

Le Rdr, parti du Vivre Ensemble s’insurge contre tous ceux qui font du repli identitaire leur seul objectif et leur unique ambition politique. Ni l’arrogance de ceux qui refusent d’admettre leur part de responsabilité dans le drame que notre pays a connu, ni les tentatives désespérées de déstabilisation de la Côte d’Ivoire (par ceux là qui rêvent encore de revenir par des voies non démocratiques au pouvoir), ni la volonté de division des ivoiriens sur les bases tribales et religieuses ne doivent nous éloigner de l’essentiel: Bâtir une Côte d’Ivoire unie et prospère. C’est l’objectif que s’est fixé le Président Alassane OUATTARA, Président de tous les ivoiriens, sans distinction d’ethnie ni de religion.

En attendant que les autorités policières et judiciaires mènent les enquêtes qui s’imposent en pareille circonstance, le RDR tient à réaffirmer une fois de plus son opposition aux comportements violents et barbares qui ne doivent pas prospérer dans la nouvelle Côte d’Ivoire. Les ivoiriens, dans leur grande majorité, aspirent à la réconciliation et à la quiétude.

Le Porte Parole Principal du RDR
Le Ministre Joël N’GUESSAN