Posts Tagged ‘Doctorat’

Un homme de 89 ans obtient un doctorat et réalise son rêve de devenir physicien

novembre 12, 2021

EAST PROVIDENCE, R.I. — Un homme de 89 ans du Rhode Island a atteint l’objectif qu’il a mis vingt ans à atteindre et auquel il a passé presque toute sa vie à penser: obtenir son doctorat et devenir physicien.

© Fournis par La Presse Canadienne

Manfred Steiner a récemment défendu avec succès sa thèse de l’université Brown à Providence, au Rhode Island. M. Steiner chérit ce diplôme parce que c’est ce qu’il a toujours voulu – et parce qu’il a surmonté des problèmes de santé qui auraient pu faire dérailler ses études.

«Mais j’ai réussi, et c’est le moment le plus gratifiant de ma vie de le terminer», a-t-il affirmé mercredi à son domicile d’East Providence.

Adolescent à Vienne, en Autriche, M. Steiner a eu envie de devenir physicien après avoir lu des articles sur Albert Einstein et Max Planck. Il admirait la précision de la physique.

Mais après la Seconde Guerre mondiale, sa mère et son oncle lui ont conseillé d’étudier la médecine, un meilleur choix en ces temps incertains. Il a donc obtenu son diplôme de médecine à l’Université de Vienne en 1955 et s’est installé aux États-Unis quelques semaines plus tard, où il a mené une brillante carrière dans l’étude du sang et des troubles sanguins. 

M. Steiner a étudié l’hématologie à l’Université Tufts et la biochimie au Massachusetts Institute of Technology avant de devenir hématologue à l’Université Brown. Il est devenu professeur titulaire et a dirigé la section d’hématologie de la faculté de médecine de l’université de 1985 à 1994.

Il a ensuite participé à la création d’un programme de recherche en hématologie à l’Université de Caroline du Nord, qu’il a dirigé jusqu’à sa retraite en 2000.

M. Steiner et sa femme, Sheila, qui a 93 ans, sont mariés depuis 1960. Ils ont deux enfants et six petits-enfants. Le physicien fêtera son 90e anniversaire ce mois-ci.

M. Steiner trouvait la recherche médicale enrichissante, mais ce n’était pas tout à fait la même chose que sa fascination pour la physique. 

«C’était un peu comme un souhait qui n’a jamais été exaucé, qui est toujours resté dans un coin de ma tête», dit-il. «J’ai toujours pensé, vous savez, une fois que j’aurai terminé la médecine, je ne veux vraiment pas passer ma vie à rester assis et peut-être faire un peu de golf ou quelque chose comme ça. Je voulais rester actif».

À 70 ans, M. Steiner a commencé à suivre des cours de premier cycle à l’Université Brown, l’une des universités de la Ivy League, parmi les plus anciennes et les plus prestigieuses des États-Unis. En 2007, il a accumulé suffisamment de crédits pour s’inscrire au programme de doctorat.

Le professeur de physique Brad Marston était sceptique lorsque M. Steiner est entré dans son cours de mécanique quantique. Il avait déjà enseigné à des étudiants de 40 ans, mais jamais à des septuagénaires. Puis il s’est rendu compte à quel point M. Steiner prenait le sujet au sérieux et à quel point il travaillait fort. 

M. Marston est devenu le directeur de thèse de M. Steiner. 

«Il a écrit de nombreux articles en sciences médicales, plus d’articles que je n’en ai écrits en physique. Il avait déjà un mode de pensée scientifique que les jeunes étudiants doivent développer», a déclaré M. Marston. « Une chose qui est vraiment vraie chez Manfred, c’est qu’il persévère».

M. Steiner a soutenu sa thèse en septembre après s’être remis d’un grave problème de santé. 

Dans sa thèse, il explore le comportement mécanique quantique des électrons dans les métaux conducteurs et la façon dont les fermions peuvent se transformer en bosons dans leur comportement. Il travaille avec M. Marston sur un article à propos de la bosonisation qu’ils souhaitent publier. 

M. Steiner espère maintenant aider des professeurs avec lesquels il s’est lié d’amitié pendant ses études.

«Je ne cherche pas un emploi rémunéré. C’est du passé», dit-il en riant.

L’université Brown a présenté M. Steiner sur son site internet après l’obtention de son doctorat, et des personnes l’ont contacté pour lui demander des conseils sur la poursuite de leurs rêves plus tard dans leur vie.

«Poursuivez-les, car plus tard dans votre vie, vous regretterez peut-être de ne pas l’avoir fait», a-t-il dit. 

M. Steiner a un conseil à donner: faites ce que vous aimez faire. 

AvecJennifer Mcdermott, The Associated Press

Thèse de doctorat : aperçu sur l’impact des aides publiques au développement rural au Congo

octobre 27, 2020

 La chercheuse Nicole Yolande Ebama vient de soutenir, le 26 octobre à Brazzaville, sa thèse en géographie rurale et économique. S’appuyant sur le cas du département des Plateaux, au nord du pays, l’auteure aborde la question de l’efficacité des aides publiques et privées en faveur des paysans, dont les résultats restent mitigés dans le monde rural.  

L’impétrante Nicole Yolande Ebama/Adiac

La thèse de Nicole Yolande Ebama est pionnière en matière d’étude du développement rural en République du Congo. Elle présente l’organisation des paysages ruraux, le développement local des zones rurales, les principales activités agricoles, l’habitat et l’urbanisation. L’auteure a choisi le département des Plateaux comme terrain d’étude, en raison de sa position géographique, situé au centre de la République du Congo, de sa diversité culturelle et de ses activités agricoles.

La chercheuse qui désigne l’aide au développement rural comme une action volontaire par un acteur extérieur pour impulser le développement local et agricole, distingue à ce titre trois catégories de donateurs. Il s’agit tout d’abord de l’État à travers ses divers projets comme le Fonds de soutien à l’agriculture, le Projet de développement agricole et de réhabilitation des pistes rurales ; les partenaires au développement parmi lesquels la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) le FIDA (Fonds international de développement agricole) ; et les acteurs privés tels que les associations caritatives et politiques, les anonymes.

Elle a soulevé l’ambiguïté persistante quant à l’affectation des aides, les réalités opérationnelles et leurs impacts réels sur les activités de production, avec des chiffres à l’appui. Pendant longtemps, la conception de l’aide est limitée à l’apport financier et en assistance technique de la part des donateurs vers le monde rural. « L’aide est efficace si et seulement si les projets mis en place sur le terrain arrivent aux paysans ou améliorent le quotidien des bénéficiaires. Le département des Plateaux par rapport aux autres localités du pays n’a pas bénéficié de l’aide efficace », a estimé Nicole Yolande Ebama.

Durant ses enquêtes, l’universitaire a pu interroger 3360 paysans, dans douze catégories socio-économiques, répartis dans quatre localités du département des Plateaux. D’après le directeur de la thèse, le professeur Bonaventure Maurice Mengho, celle-ci dresse le bilan de l’ensemble des aides dont bénéficie le département des Plateaux de l’indépendance à nos jours. Elle questionne sur l’utilité de ce mode d’investissement en faveur du monde rural qui ne tient compte des réalités locales et dont les ressources budgétaires font l’objet de détournement.

C’est aussi l’avis du professeur Marc Louis Ropivia, président du jury et ancien recteur de l’Université Omar Bongo (Libreville), qui a souligné l’urgence de la modélisation des techniques d’intervention en milieu rural, l’amélioration de la production agricole pour assurer la sécurité alimentaire, la production diversifiée. « Il faut revoir les formes des aides apportées et le ciblage des bénéficiaires », a-t-il dit. La détérioration du monde rural est due à l’inadéquation des aides apportées, l’absence d’un mécanisme de suivi-évaluation, la mauvaise gestion et le détournement des subventions allouées.

À noter que l’auteure Nicole Yolande Ebama a validé sa thèse avec une mention très honorable et félicitation du jury. Sa thèse intitulée « Les aides publiques et privées au développement rural au Congo : l’exemple du département des Plateaux. Bilan et perspectives », est riche de 440 pages divisées en trois parties et neuf chapitres.

Avec Adiac-Congo par Fiacre Kombo

      

Programme de bourses de doctorat de Hong Kong pour les étudiants internationaux

octobre 23, 2020

Créé par le Research Grants Council (RGC) de Hong Kong en 2009, le programme de bourses doctorales de Hong Kong (HKPFS) vise à attirer les meilleurs étudiants du monde pour poursuivre leurs études de doctorat dans les universités de Hong Kong.

Date limite de candidature  : 1er décembre 2020

Admissibilité

Les candidats qui cherchent à être admis en tant que nouveaux doctorants à temps plein dans les huit universités suivantes, quel que soit leur pays d’origine, leur expérience professionnelle antérieure et leur origine ethnique, peuvent postuler.

  • Université de la ville de Hong Kong
  • Université baptiste de Hong Kong
  • Université Lingnan
  • L’Université chinoise de Hong Kong
  • L’Université de l’Education de Hong Kong
  • L’Université polytechnique de Hong Kong
  • L’Université des sciences et technologies de Hong Kong
  • L’Université de Hong Kong

Les candidats doivent démontrer des qualités exceptionnelles de performance académique, de capacité / potentiel de recherche, de communication et de relations interpersonnelles et de capacités de leadership.

Bourse de recherche

La bourse offre une allocation annuelle de 240 000 dollars HK (environ 30 000 dollars EU) et une indemnité de voyage de 10 000 dollars HK (environ 1 300 dollars EU) par an à chaque boursier pour une période maximale de trois ans. Plus de 230 bourses de doctorat seront attribuées au cours de l’année universitaire 2021-2022 *. Pour les boursiers qui ont besoin de plus de trois ans pour terminer leurs études de doctorat, un soutien supplémentaire peut être fourni par les universités choisies. Pour plus de détails, veuillez contacter directement les universités concernées.

* Les universités de Hong Kong commencent généralement leur année académique en septembre.

Panneau de sélection

Les candidatures présélectionnées, en fonction de leurs domaines d’études, seront examinées par l’un des deux groupes de sélection suivants comprenant des experts dans les domaines pertinents du conseil :

  • Science, médecine, ingénierie et technologie
  • Sciences humaines, sciences sociales et études commerciales

Les critères de sélection

Bien que l’excellence académique des candidats soit une considération primordiale, les comités de sélection prendront en compte les facteurs suivants :

  • Excellence académique ;
  • Capacité de recherche et potentielle ;
  • La communication et les compétences interpersonnelles ; et
  • Capacités de leadership.

Comment s’inscrire ?

Les candidats éligibles doivent d’abord faire une demande initiale en ligne via le système électronique de programme de bourses de doctorat de Hong Kong (HKPFSES) pour obtenir un numéro de référence HKPFS avant le 1er décembre 2020 à l’heure de Hong Kong à 12 h 00 avant de soumettre des demandes d’admission au doctorat dans les universités de leur choix.

Les candidats peuvent choisir jusqu’à deux programmes / départements dans une ou deux universités pour des études de doctorat sous HKPFS 2021/22. Ils doivent se conformer aux conditions d’admission de leurs universités et programmes sélectionnés. Etant donné que les dates limites pour les candidatures à certaines universités peuvent suivre immédiatement celle de la candidature initiale, les candidats doivent soumettre les candidatures initiales le plus tôt possible afin de s’assurer qu’ils disposent de suffisamment de temps pour soumettre des candidatures aux universités.

Étape 1 : Soumettez la demande initiale au Conseil des subventions de recherche

Lien : Notes explicatives pour remplir la demande initiale (en format PDF) Système électronique HKPFS – Application initiale

Étape 2: Soumettez des demandes complètes aux universités proposées. Après avoir rempli une demande initiale, les candidats doivent soumettre des demandes complètes pour leurs programmes de doctorat sélectionnés aux universités proposées en indiquant leur numéro de référence HKPFS avant les dates limites respectives des universités. En ce qui concerne les informations sur les programmes, les conditions d’admission au doctorat, les méthodes de candidature, les règlements et la politique des universités individuelles, veuillez-vous référer aux universités et programmes de doctorat individuels pour plus d’informations.

Lien : https://cerg1.ugc.edu.hk/hkpfs/apply.html#initial

Avec Adiac-Congo par Concoursn