Posts Tagged ‘Donetsk’

Ukraine: tirs à Lougansk, inquiétude à Donetsk, nouveaux efforts franco-allemands

juillet 9, 2014

Lougansk (Ukraine) – L’inquiétude grandissait mercredi dans les places fortes rebelles de Lougansk et Donetsk, dont les forces de Kiev disent contrôler les accès, alors que Berlin et Paris devaient pousser à une solution politique lors d’un entretien téléphonique prévu avec le président ukrainien.

Lougansk était comme déserte en fin de matinée, avec très peu de circulation. On entendait régulièrement des tirs d’artillerie, notamment en provenance du nord. La municipalité annonçait trois tués et cinq blessés au cours des dernières 24 heures.

Dans le quartier de Kamenibrodsky, dans les faubourgs nord de la ville, un check point séparatiste, au lieu-dit Métaliste, a été déserté. Evgueni, 54 ans, sa femme Olga 48 ans, et leur fil Oleg, 8 ans, rentrent chez eux. Ils nous bombardent avec des avions, des canons, peste Olga. Comment peut-on dire que nous sommes des terroristes. Tout ce que nous voulons c’est une fédération, mais ici il y a une extermination en cours, tout ça parce qu’on veut parler russe, poursuit-elle.

Dans le quartier Oktyabrsky, dans l’ouest de la ville, quatre obus de mortier sont tombés mardi vers 14 heures au milieu des immeubles de huit étages. Par chance, il n’y a eu que deux blessés légers.

La situation était plus calme mercredi matin à Donetsk, où les transports en commun et les commerces fonctionnaient normalement, alors qu’aucun grand mouvement de troupes de Kiev en direction des positions rebelles n’était signalé.

Nous sommes déjà à 20 km de Donetsk, a cependant affirmé mercredi à Slaviansk le ministre de l’Intérieur ukrainien Arsen Avakov. Nous allons les chasser (les rebelles) jusqu’à ce qu’ils se retrouvent dans l’autre Donetsk (petite ville russe du même nom proche de la frontière), a-t-il ajouté lors d’une rencontre avec les habitants.

– ‘Très prochainement à Donetsk’ –

A Donetsk, le ministre de la Défense des insurgés Igor Strelkov a donné une interview à la télévision des séparatistes, estimant que la ville n’était pas bien préparée pour se défendre contre une éventuelle attaque de chars de Kiev, selon les sites web locaux qui citent ses propos.

Il a estimé qu’il faudrait mobiliser entre 8.000 et 10.000 hommes pour pouvoir arrêter l’avance des forces de Kiev, sans chiffrer les effectifs actuels des troupes séparatistes, estimés généralement à quelques milliers d’hommes.

Le président ukrainien Petro Porochenko a promis mardi soir la libération prochaine de Donetsk et Lougansk lors d’une visite éclair à Slaviansk, ancien bastion des insurgés.

Interrogé pour savoir quand il se rendrait de la même manière à Donetsk et à Lougansk toujours contrôlées par les séparatistes, il a répondu: très prochainement, je pense.

La balle n’est pas aujourd’hui dans le camp ukrainien, a précisé Valeri Tchaly, conseiller de politique étrangère de M. Porochenko. L’Ukraine a tout fait pour un règlement négocié, mais il n’y a pas eu de réponse appropriée de l’autre partie.

Il ne peut s’agir de pourparlers officiels avec les terroristes, c’est inacceptable, mais le groupe de contact, avec la participation de l’OSCE, (l’ambassadeur russe ) Zourabov et (l’ex-président ukrainien) Léonid Koutchma, est prêt à poursuivre les consultations, a-t-il ajouté.

– Nouvel entretien à trois –

Reste que les conditions posées par Kiev constituent un refus implicite des propositions de compromis européennes et russes, Moscou et Berlin cherchant à promouvoir une trêve inconditionnelle.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a insisté mercredi sur la nécessité d’un cessez-le-feu sans aucune condition. Il faut enlever tous les ultimatums, toutes les conditions préalables, a-t-il souligné.

Mais aux yeux de Kiev, un cessez-le-feu inconditionnel, observé pendant que les insurgés contrôlent une partie de la frontière avec la Russie, ne ferait que renforcer ces derniers.

La recherche de la solution diplomatique devait revenir sur le devant de la scène mercredi également avec un entretien téléphonique programmé entre M. Porochenko, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande.

Entre-temps la tension entre Kiev et Moscou s’est enrichie d’un épisode spectaculaire autant que confus : la Russie a annoncé avoir arrêté une pilote ukrainienne, qu’elle accuse d’être responsable de la mort de deux journalistes russes tués en juin dans l’est de l’Ukraine, pour avoir signalé l’endroit où ils se trouvaient aux forces ukrainiennes. Selon les enquêteurs russes, Nadia Savtchenko serait entrée en Russie en se faisant passer pour une réfugiée fuyant les combats.

Pour Kiev, cette thèse ne correspond pas à la vérité: la jeune femme aurait été enlevée par les séparatistes et remise par ces derniers aux services spéciaux russes qui l’ont sortie du pays, ont déclaré les autorités ukrainiennes qui demandent son retour immédiat.

Romandie.com avec(©AFP / 09 juillet 2014 15h16)

Ukraine: des insurgés prorusses occupent le bâtiment de la Banque centrale à Donetsk

juin 16, 2014

Donetsk (Ukraine) – Des séparatistes armés ont occupé lundi le bâtiment de la Banque centrale à Donetsk, chef-lieu de la région ukrainienne de l’Est en proie à une insurrection armée prorusse, a rapporté une journaliste de l’AFP.

Une réunion est actuellement en cours pour subordonner la Banque centrale, le ministère des Impôts et le Trésor à la République populaire de Donetsk autoproclamée, a déclaré à l’AFP Olexandre Matiouchine, l’un des hommes armés en treillis et gilet pare-balle postés devant le bâtiment, d’où sortaient les employés de la Banque.

Nous ne voulons plus verser d’impôts à Kiev, nous voulons les garder pour nous, a-t-il poursuivi.

Selon lui, les forces de l’ordre n’ont pas empêché l’occupation du bâtiment, elles y ont même contribué.

La mairie de Donetsk a demandé au habitants de cette ville d’un million d’habitants de ne pas se rendre dans le quartier où se trouve la Banque centrale.

La circulation est bloquée dans le quartier, souligne la mairie dans un communiqué.

Les deux régions de l’est de l’Ukraine, celles de Donetsk et de Lougansk sont depuis mars en proie à une insurrection armée prorusse. L’armée ukrainienne y mène depuis le 13 avril une opération militaire qui a déjà fait plus de 300 morts.

Romandie.com avec(©AFP / 16 juin 2014 13h36)

Ukraine : Explosion de la voiture du chef des insurgés de Donetsk, 3 blessés

juin 12, 2014

Donetsk (Ukraine) – Une explosion a fait sauter dans le centre de Donetsk (est de l’Ukraine) la voiture du chef des insurgés séparatistes de la ville, Denis Pouchiline, faisant trois blessés, a indiqué à l’AFP une porte-parole des séparatistes.

La voiture de Pouchiline a explosé. Il n’était pas dedans mais trois gardes du corps ont été blessés, a dit par téléphone une porte parole des insurgés, Klavdia Koulbatskaya.

M. Pouchiline est un des leaders de la République populaire de Donetsk (auto-proclamée).

Une violente explosion, suivie de plusieurs autres moins fortes qui ressemblaient à des tirs d’artillerie, avaient retenti peu après 22H00 locales (19H00 GMT)jeudi dans le centre de Donetsk, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le quartier-général des séparatistes est situé dans l’ancien bâtiment du gouvernement au centre de la ville minière de Donetsk.

Romandie.com avec(©AFP / 12 juin 2014 22h01)

Ukraine: L’aéroport de Lougansk attaqué par les rebelles prorusses

juin 8, 2014

Les séparatistes prorusses ont attaqué samedi soir et dimanche matin l’aéroport international de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, a indiqué dimanche une source militaire ukrainienne à l’aéroport. Le site est actuellement contrôlé par les forces ukrainiennes.

« Les rebelles ont attaqué hier soir et ce matin. Ils essayaient manifestement de détruire le bâtiment qui assure l’alimentation électrique de l’aéroport. Il n’y a pas eu de blessés de notre côté », a déclaré un des parachutistes ukrainiens qui défend l’aéroport, Sergueï.

« C’est la première fois qu’il y a une attaque de ce genre contre l’aéroport. Jusqu’à présent, il n’y avait que quelques escarmouches », a également précisé la même source.

Les séparatistes prorusses ont autoproclamé en mai l’indépendance de la « République de Lougansk » de même que celle de la « République de Donetsk » dans la région voisine.

Autre site visé récemment

Des combats meurtriers opposent forces ukrainiennes et rebelles prorusses dans plusieurs villes de ces deux territoires.

Le service de presse de la « République de Lougansk » n’a pas confirmé ces attaques contre l’aéroport, qui est fermé depuis un mois en raison de l’instabilité dans la région.

Cet aéroport est une des rares parties du territoire de la « République de Lougansk » échappant au contrôle des séparatistes qui tiennent la plupart des villes, ont érigé des barrages sur les routes et se sont emparés ces derniers jours de plusieurs postes-frontières à la frontière avec la Russie.

L’aéroport international de Donetsk avait été le théâtre de combats meurtriers fin mai. Plusieurs dizaines d’insurgés, en majorité de nationalité russe, ont été tués, selon un bilan donné par la « République de Donetsk » lorsque les forces ukrainiennes ont repris le contrôle de l’aéroport, passé brièvement aux mains des séparatistes.

Romandie.com

Un prêtre catholique polonais enlevé à Donetsk libéré

mai 28, 2014

Varsovie – Un prêtre catholique polonais, le père Pawel Witek, enlevé mardi à Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, a été libéré mercredi, a indiqué le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, Marcin Wojciechowski.

Le prêtre enlevé à Donetsk est libre, sain et sauf. Il est pris en charge par les diplomates polonais, a déclaré le porte-parole sur son compte Twitter.

Selon les médias polonais, le père Witek a été enlevé mardi par des séparatistes prorusses qui le détenaient au siège des services de sécurité ukrainiens(SBU)dont ils avaient pris le contrôle à Donetsk.

Avant son enlèvement, qui a été confirmé par Mgr Marian Buczek, évêque du diocèse catholique de Kharkiv en Ukraine, il devait célébrer un office œcuménique sur la place de la Constitution à Donetsk.

Romandie.com avec(©AFP / 28 mai 2014 13h28)

La Russie appelle à l’arrêt immédiat des violences Ukraine

mai 27, 2014

Moscou – Le président russe Vladimir Poutine a appelé mardi à l’arrêt immédiat de l’opération punitive de l’armée ukrainienne dans l’est du pays, où d’intenses combats entre forces loyalistes et insurgés prorusses pour le contrôle de l’aéroport de Donetsk ont fait au moins 40 morts.

Lors d’une conversation téléphonique avec le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, Vladimir Poutine a souligné la nécessité d’arrêter immédiatement l’opération punitive de l’armée dans les régions du Sud-Est et d’ouvrir un dialogue entre Kiev et les représentants des régions ukrainiennes, a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Peu auparavant, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, avait aussi appelé à l’arrêt immédiat des violences en Ukraine.

La tâche numéro un et le test de la solidité des autorités à Kiev, vu le résultat de l’élection présidentielle, est l’arrêt immédiat de l’emploi de l’armée contre la population et l’arrêt par toutes les parties de toute violence, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

L’armée ukrainienne a lancé l’assaut lundi contre l’aéroport de Donetsk, dans l’Est, qui avait été investi la veille par des insurgés armés prorusses.

M. Lavrov a par ailleurs indiqué qu’une visite en Russie du nouveau président ukrainien prooccidental Petro Porochenko, élu dimanche, n’était pas à l’ordre du jour.

La question d’une visite en Russie de Porochenko n’est pas envisagée, pas discutée, ni par les canaux diplomatiques, ni par aucun autre, a-t-il dit.

Il a toutefois affirmé que la Russie le soutiendrait si elle voyait qu’il agissait dans l’intérêt de tous les Ukrainiens.

Nous comptons sur le fait qu’il agira dans l’intérêt de tout le peuple ukrainien. Si c’est bien le cas, il trouvera en nous un partenaire sérieux et fiable, a dit le ministre, tout en condamnant le fait que dès sa victoire, M. Porochenko ait annoncé la poursuite de l’opération militaire dans l’Est de l’Ukraine.

Si le calcul est (…) d’écraser la résistance dans le Sud-Est avant l’inauguration de Petro Porochenko pour pouvoir aller dans le Donbass en vainqueur, cela ne créera sans doute pas de bonnes conditions pour un accueil hospitalier dans la région de Donetsk, a estimé M. Lavrov.

Romandie.com avec(©AFP / 27 mai 2014 12h40)

Kiev affirme avoir le contrôle de l’aéroport de Donetsk, une opération punitive selon Poutine

mai 27, 2014

Donetsk (Ukraine) – L’armée ukrainienne a affirmé mardi avoir repris le contrôle de l’aéroport de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, après des combats avec les insurgés prorusses qui ont fait au moins 40 morts, suscitant l’appel de Vladimir Poutine à un arrêt de l’opération punitive de l’armée.

Cette opération a marqué un changement de tactique des forces ukrainiennes qui ont eu recours à l’aviation à Donetsk, mais aussi près de Slaviansk, un bastion rebelle encerclé par l’armée.

Dans le bras de fer entre Moscou et Kiev, la Russie a par ailleurs indiqué qu’une visite à Moscou du nouveau président ukrainien Petro Porochenko, élu dimanche avec plus de 54% des suffrages, n’était pas envisagée.

Le bastion rebelle de Donetsk n’avait jamais connu un tel niveau de violences. Selon le maire de la ville, Olexandre Loukiantchenko, 38 combattants – séparatistes et soldats ukrainiens – ont péri dans les combats. Deux civils ont également été tués dans des affrontements qui ont fait au moins 31 blessés, toujours soignés à l’hôpital.

La situation reste très tendue, a ajouté le maire qui avait appelé les habitants à rester chez eux.

– Lourdes pertes séparatistes ? –

La bataille pour le contrôle de l’aéroport de Donetsk avait commencé lundi par l’entrée en action d’avions de combat Mig-29 et Soukhoï-25 et le déploiement par hélicoptère de parachutistes dans l’enceinte de l’aéroport.

Les combats ont fait rage pendant de longues heures dans l’enceinte de ce site stratégique pour l’accès à l’est du pays que les séparatistes avaient investi sans violences dans la nuit de dimanche à lundi.

L’aéroport est sous notre contrôle total. L’adversaire a essuyé de lourdes pertes et nous n’avons pas de pertes, a affirmé en fin de matinée le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsene Avakov.

Sur place, des tirs pouvaient être encore entendus mardi à la mi-journée sans que l’on puisse en déterminer l’origine.

Sur la route de l’aéroport, les séparatistes ont placé un bulldozer, des camions bennes en travers de la route, ainsi que des piles de pneus et un carton plein de cocktails molotov. Selon les habitants, il s’agit d’empêcher une attaque éventuelle de l’armée ukrainienne.

Et à moins de 2 km de l’aéroport, un camion criblé de balles et brûlé sur tout un côté a été abandonné sur le bord de la route. Des douilles et du sang, ainsi que des bouts de corps jonchent le sol, ont constaté les journalistes de l’AFP.

Dans un communiqué, Vladimir Poutine a appelé à l’arrêt immédiat de l’opération punitive de l’armée et a souligné la nécessité de mettre en œuvre un dialogue pacifique entre Kiev et les représentants des régions ukrainiennes.

L’opération militaire est intervenue au moment où le milliardaire pro-occidental Petro Porochenko était officiellement déclaré nouveau président de l’Ukraine au terme d’un scrutin où les Ukrainiens ont dimanche voté en masse, à l’exception de l’Est séparatiste où l’immense majorité des bureaux de vote n’a pas pu ouvrir.

Le président élu avait annoncé dès dimanche soir qu’il se rendrait dans le Donbass, le bassin minier dans l’Est, cœur de l’insurrection. Et lundi, il avait promis de ne jamais laisser les insurgés, qu’il appelle les terroristes, transformer la région rebelle en Somalie.

Petro Porochenko, qui suscite d’énormes attentes en Ukraine et en Occident pour le règlement de la crise politique qui dure depuis plus de six mois, a confirmé l’orientation qu’il comptait donner à sa politique: en route vers l’intégration européenne.

Un travail titanesque attend le président, qui devra gérer tout autant la rébellion prorusse dans l’Est que la quasi-faillite de l’économie ukrainienne, ainsi que des réformes économiques impopulaires imposées en échange de l’aide de 27 milliards de dollars consentie par le FMI, la Banque mondiale et l’Union européenne.

La Russie, qui s’est dite prête à un dialogue pragmatique avec Petro Porochenko, a toutefois indiqué qu’une visite en Russie du nouveau président ukrainien n’est pas envisagée.

Romandie.com avec(©AFP / 27 mai 2014 13h16)

Ukraine: appel à voter en masse pour « défendre » le pays

mai 24, 2014

Le gouvernement intérimaire ukrainien a participé à une messe pour la paix à la Cathédrale Sainte-Sophie. Le Premier ministre Arseni Iatseniouk a appelé les électeurs à se rendre en masse aux urnes dimanche pour « défendre l’Ukraine » lors de l’élection présidentielle.

« Ce sera l’expression de la volonté des Ukrainiens de l’Ouest, de l’Est, du Nord et du Sud », a-t-il déclaré. La veille, le président russe Vladimir Poutine a esquissé un geste d’apaisement en annonçant qu’il respecterait le « choix du peuple ukrainien » et travaillerait avec le chef de l’État élu.

Ses propos ont été accueillis avec prudence par la Maison-Blanche qui attend un « signe » plus tangible du Kremlin.

Accalmie dans l’Est

Sur le « front de l’Est », les affrontements ont connu une relative accalmie. Elle suivait deux jours de violents combats dans la région de Donetsk, combats qui ont fait au moins 26 morts, dont 19 dans les rangs de l’armée ukrainienne. Celle-ci a essuyé jeudi ses pires pertes depuis le début de l’opération « antiterroriste » le 13 avril.

Des séparatistes pro-russes ont investi un hôpital de leur bastion de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine. Ils y ont fait prisonniers des combattants pro-Kiev blessés la veille dans des combats qui ont fait sept morts. La ville de Slaviansk, bastion des insurgés armés prorusses, a encore connu des combats tôt samedi matin.

Pas de vote

Dans la région de Donetsk, qui a proclamé sa souveraineté après un référendum d’indépendance, la présidentielle devrait être très difficile. Les électeurs ont peur d’aller voter, les commissions électorales locales sont sous le contrôle des séparatistes, les urnes et les bulletins de vote n’ont pas pu arriver jusqu’à tous les bureaux de vote.

Le leader auto-proclamé de la « République populaire de Donetsk », Denis Pouchiline, a menacé d’avoir « recours à la force » pour empêcher le déroulement du scrutin.

Hypothétique second tour

Dans le reste du pays, les électeurs devraient se rendre en masse aux urnes. Le favori du scrutin, le milliardaire pro-occidental Petro Porochenko est crédité de plus de 44% des intentions de vote. Ses principaux rivaux sont l’égérie de la révolution de 2004 Ioulia Timochenko et le prorusse Serguiï Tiguipko. Un éventuel second tour aura lieu le 15 juin.

Romandie.com

Ukraine: les séparatistes revendiquent 90% de oui à l’indépendance

mai 11, 2014

Les insurgés prorusses de l’Est de l’Ukraine ont revendiqué dimanche un « oui » massif à leur projet d’indépendance du Donbass. Le référendum qui pourrait déboucher sur une nouvelle partition du pays, a été dénoncé comme une « farce » par Kiev et l’Occident.

Les premiers résultats, tombés dès dimanche soir, ne concernent que la région de Donetsk, l’une des deux avec celle de Lougansk concernées par le scrutin. « 89,07% ont voté pour et 10,19% contre. Cela peut être considéré comme le résultat définitif », a déclaré Roman Liaguine, chef de la commission électorale mise en place par les rebelles. Le taux de participation a atteint 74,87%, selon lui.

« Il a été très facile de compter les bulletins, car le nombre de gens qui ont voté contre a été extrêmement faible », a-t-il souligné.

Les insurgés armés prorusses avaient convoqué dimanche la population du bassin du Donbass (7,3 millions de personnes), dont ils contrôlent les principales villes, pour valider leur projet d' »indépendance » des « républiques populaires » autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

« Une farce criminelle »

A Kiev, le ministère des Affaires étrangères a déjà fait savoir, avant même les résultats, que « le référendum (…) est juridiquement nul et n’aura aucune conséquence juridique pour l’intégrité territoriale de l’Ukraine ». Cette consultation n’est qu’une « farce criminelle » financée par la Russie, estime-t-il. Les Occidentaux ont abondé dans le même sens.

Malgré le référendum, les autorités ukrainiennes sont déterminées à mener à bien le scrutin présidentiel anticipé prévu le 25 mai. Les insurgés ne veulent pas de cette élection et traitent de « fasciste » le gouvernement provisoire au pouvoir depuis la chute du président Viktor Ianoukovitch fin février.

Après une longue journée de vote, l’annonce des résultats est intervenue moins d’une heure après la clôture des bureaux de vote. Le scrutin, qui s’est globalement déroulé dans le calme, a été émaillé de violences à Krasnoarmiïsk, une ville de 65’000 habitants située à l’ouest de Donetsk, où des hommes armés, vraisemblablement des milices pro-ukrainiennes, ont fait irruption dans les bâtiments officiels où se déroulait le référendum et l’ont interrompu.

La crainte de Kiev et des Occidentaux face à ce scrutin est de voir se reproduire un scénario similaire à celui qui a abouti en mars au rattachement de la Crimée à la Russie, plongeant l’Occident et la Russie dans leur pire crise depuis la fin de la guerre froide.

Romandie.com

L’est de l’Ukraine vote pour son « indépendance »

mai 11, 2014

Les Ukrainiens de l’Est ont commencé à voter dimanche lors d’un référendum d’autodétermination organisé dans un contexte de tension croissante. Les combats entre séparatistes pro-russes et forces loyales au gouvernement de Kiev ont repris dans certains secteurs, notamment à Slaviansk.

Des heurts ont été signalés la nuit dernière autour d’un bâtiment de la télévision dans les environs de Slaviansk, bastion rebelle le plus lourdement défendu.

Les affrontements ont repris dans la matinée juste avant l’arrivée des premiers électeurs, qui ont dû se frayer un chemin pour parvenir aux bureaux de vote après avoir contourné maintes barricades et amoncellements de pneus et d’arbres abattus.

Les électeurs des régions de Donetsk et Louhansk, laquelle s’est déclarée « République populaire », devaient répondre à la question, inscrite en ukrainien et en russe sur les bulletins de vote: « Soutenez-vous la proclamation d’autodétermination de la République populaire de Donetsk? »
Illégal pour Kiev

Le gouvernement ukrainien a qualifié dimanche le référendum d’une « farce criminelle » financée par le Kremlin. Il a souligné que le référendum « n’aura aucune conséquence juridique pour l’intégrité territoriale de l’Ukraine ». L’appel à le reporter lancé mercredi par le président russe Vladimir Poutine n’a pas été suivi d’effet.

A Marioupol, ville de 500’000 habitants théâtre de combats particulièrement violents ces derniers jours, seuls quatre bureaux de vote ont été ouverts. Dans un centre de vote, des urnes ont été sorties dans la rue par les autorités et placées contre un mur.

Une sécession de Donetsk et Louhansk, régions sidérurgiques et houillères qui totalisent 16 % du PIB ukrainien, porterait un nouveau coup à Kiev après l’annexion de la Crimée.
Violences évoquées

En ce qui concerne les affrontements autour de Slaviansk, le ministère de la Défense a souligné que ses forces qui gardaient un bâtiment de la télévision avaient été attaquées par des rebelles et qu’un militaire avait été blessé dans les combats.

Les bureaux de vote, qui ont ouvert à 08h00 (07h00 en Suisse), fermeront à 22h00. Le dépouillement se fera dans la nuit et les résultats seront envoyés à Donetsk lundi matin.
Scrutin dénoncé

L’armée ukrainienne sera considérée comme une « force occupante » dans la région de Donetsk une fois proclamés les résultats du référendum sur l’autodétermination, a averti un chef séparatiste cité par l’agence Interfax. Ce scrutin est dénoncé comme juridiquement nul par le pouvoir de Kiev et les pays occidentaux.

Romandie.com