Posts Tagged ‘Dorian’

2500 personnes encore portées disparues aux Bahamas après Dorian

septembre 11, 2019

BAHAMAS-US-WEATHER-HURRICANE

Les habitants des Bahamas dévastées par Dorian cherchent les disparus parmi les décombres. ANDREW CABALLERO-REYNOLDS/AFP

Tandis que le bilan matériel n’est pas mesurable, le bilan humain de l’ouragan qui a dévasté l’archipel en catégorie 5 s’alourdit toujours. Le nord est encore en phase d’urgence et le chaos règne partout, compliquant la tâche de ceux qui cherchent les absents.

2500 personnes sont encore portées disparues aux Bahamas plus d’une semaine après le passage dévastateur de l’ouragan Dorian, qui a fait au moins 50 morts, ont annoncé ce mercredi 11 septembre les services d’urgences de l’archipel.

«A l’heure actuelle, environ 2500 personnes sont inscrites sur le registre gouvernemental des personnes portées disparues» a déclaré Carl Smith, représentant de l’agence bahaméenne des situations d’urgence (NEMA), précisant que cette liste n’avait «pas encore été comparée aux registres du gouvernement sur les personnes placées dans des refuges ou qui ont été évacuées».

Le nord de l’archipel des Bahamas reste plongé dans un grand chaos et la phase d’urgence n’y est pas terminée, la priorité étant d’évacuer les sinistrés des îles les plus dévastées.

Par Le Figaro.fr avec AFP

L’ouragan Dorian, historique par sa puissance, frappe les Bahamas

septembre 1, 2019

L'oeil de Dorian.

L’œil de Dorian. HO / NOAA/RAMMB / AFP

Dorian s’est abattu dimanche sur les îles Abacos avec des pluies torrentielles et des vents frôlant les 300 km/h, un niveau sans équivalent dans l’histoire de cet archipel.

L’ouragan Dorian, désormais classé en catégorie 5, la plus élevée sur l’échelle de Saffir-Simpson, frappait les îles Abacos, dans l’archipel des Bahamas, dimanche 1er septembre, avec des vents frôlant les 300 km/h. Il a touché terre à Elbow Cay, qui fait partie des îles Abacos aux Bahamas, à 1640 GMT. Des vagues géantes ont commencé à submerger les parties les plus basses de cette bande de terre de 14 km. Des habitants de Great Guana Cay avaient quitté les lieux en prévision de l’ouragan, rejoignant Nassau, la capitale des Bahamas, ou d’autres régions de l’archipel, mais deux à trois cents d’entre eux sont restés. L’électricité a été coupée et les météorologues prévoient jusqu’à 60 cm de pluies et des ondes de tempête de plus de 6 mètres. On s’attend à deux jours de pluies diluviennes et de vents violents.

Les rafales peuvent dépasser 350 km/h, ce qui en fait un ouragan aussi puissant que Gilbert (1988), Wilma (2005) et l’ouragan du Labor Day de 1935. Seul Allen, en 1980, avait des vents soutenus supérieurs, atteignant 305 km/h. Sa vitesse de déplacement est lente, 1,6 km/h à peine, « ce qui prolonge ses effets catastrophiques », a averti le Centre national américain des ouragans (NHC), basé à Miami.

Sur l’îlot de Great Guana Cay balayé par le cyclone, où quelque 200 à 300 habitants sont restés, l’électricité a été coupée et les météorologues prévoient jusqu’à 60 cm de pluies et des ondes de tempête de plus de 6 mètres.

Parlant d’un ouragan « très puissant, très dangereux », Ken Graham, directeur du Centre national des ouragans (NHC), avait insisté plus tôt sur la menace qu’il faisait peser sur cet archipel touristique des Caraïbes. Il s’agit « d’une situation extrêmement dangereuse pour les Bahamas », a-t-il prévenu sur Facebook. Le Centre national des ouragans a évoqué des « conditions catastrophiques » dans le nord-ouest de l’archipel et a mis en garde contre « une destruction extrême dans les zones affectées ».

Le mur de l’œil, qui entoure l’œil du cyclone, contient les vents de surface les plus forts. L’œil du cyclone était situé à la mi-journée à environ 360 km à l’est de Palm Beach, en Floride.

Les météorologues ont qualifié Dorian du plus violent ouragan jamais enregistré dans le nord-ouest des Bahamas.

Le premier ministre des Bahamas Hubert Minnis a multiplié les appels à la population. « J’appelle tous les habitants se trouvant sur le passage de l’ouragan Dorian à évacuer et à se mettre à l’abri », a-t-il tweeté. L’ouragan devrait ensuite se rapprocher de la côte est de la Floride lundi soir et mardi, mais il est difficile de prévoir avec quelle intensité il va frapper le « Sunshine State ». «Les gens se préparent depuis mercredi», ils «sont encore traumatisés par l’ouragan Matthew (en 2016) mais c’est encore pire», a expliqué à l’AFP Yasmin Rigby, qui vit à Freeport, à Grand Bahama.

« Les vents commencent à forcir un peu », soulignait de son côté Lucy Worboys, habitante de la capitale Nassau, ajoutant que la population s’inquiétait d’une montée des eaux car « tout est tellement plat aux Bahamas ».

Nous sommes face à un ouragan (…) comme nous n’en avons jamais vu dans l’histoire des Bahamas », a déclaré Hubert Minnis lors d’une conférence de presse où il a fondu en larmes. « C’est probablement le jour le plus triste de ma vie », a-t-il ajouté, cité par le Nassau Guardian.

Depuis la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a appelé à la plus grande vigilance face à cet ouragan « très très puissant ».

L’état d’urgence déclaré dans plusieurs Etats

Le gouverneur de Caroline du Sud, Henry McMaster, a déclaré l’état d’urgence dans son Etat. « La force et le caractère imprévisible de la tempête nous obligent à nous préparer à tous les scénarios », a-t-il souligné.

L’état d’urgence avait déjà été déclaré en Floride et dans une douzaine de comtés de l’Etat de Géorgie. Cette mesure permet de mieux mobiliser les services publics de l’Etat et de recourir si besoin à l’aide fédérale. Une évacuation obligatoire a été ordonnée pour les régions côtières des comtés de Palm Beach et Martin, en Floride.

« Je suis sur mes gardes car cela peut encore évoluer; dans les 12 ou 24 heures avant que l’ouragan n’atteigne la côte, tout peut changer », racontait David Duque, 30 ans. « Je vis en Floride depuis 15 ans, mieux vaut se préparer que d’attendre sans rien faire ». La Floride, principalement constituée d’une péninsule dans le sud-est des Etats-Unis, se trouve chaque année en première ligne lors de la saison des ouragans. Avec un relief très plat, le littoral est particulièrement menacé par une montée des eaux. Le centre des terres se caractérise également par de faibles altitudes. Pour les habitants, la principale menace est donc les inondations.

Selon un officier coordonnant les secours, 12.000 soldats se trouvent actuellement en Floride en attendant l’arrivée de Dorian. L’aéroport d’Orlando, où atterrissent les touristes voulant visiter Disney World, prévoit de fermer à partir de 06h00 GMT lundi matin.

La catégorie 5, la plus élevée à l’heure actuelle, était notamment celle de l’ouragan Katrina qui a dévasté la Nouvelle-Orléans en 2005, mais aussi Irma et Maria qui ont ravagé les Antilles en 2017.

Le Figaro.fr avec AFP et Reuters