Posts Tagged ‘doris leuthard’

Suisse: Démission de deux ministres en moins d’une semaine

septembre 27, 2018

Genève – Après l’annonce du départ en début de semaine du ministre suisse de l’Economie, la ministre en charge du Transport et de l’Energie a annoncé jeudi sa démission, mettant fin à un suspense qui durait depuis 2017.

Doris Leuthard, qui est la doyenne du gouvernement après y avoir passé 12 années, mais n’a que 55 ans, avait indiqué l’an dernier qu’elle partirait d’ici la fin de la législature fin 2019.

« Le temps est venu de faire place à des forces neuves », a indiqué cette ministre respectée par l’ensemble des partis, dans sa lettre de démission.

Avec son départ, le gouvernement suisse ne compte plus qu’une seule femme.

L’annonce de la démocrate-chrétienne (centre, PDC), intervient après celle du ministre de l’Economie, Johann Schneider-Ammann, 66 ans. Le libéral-radical (droite, PLR), qui a annoncé sa décision mardi, partira lui aussi à la fin de l’année.

Il souhaite passer plus de temps en famille et « être un grand-père actif », a-t-il indiqué aux médias suisses lors d’une conférence de presse.

Son départ n’a guère surpris les médias suisses qui se moquaient régulièrement du ministre, l’accusant de s’assoupir régulièrement en public.

« En conférence de presse, en séance, en interview, des silences de plusieurs longues secondes – yeux mi-clos – suivent ses prises de parole. Avant qu’il ne surgisse soudainement de sa torpeur pour achever ses réponses », écrivait ainsi le journal Le Temps à la mi-septembre.

Le ministre a d’ailleurs fait allusion à ces critiques, non sans humour, à l’occasion de sa conférence de presse.

« Vous voyez là, je suis réveillé. Et si je ferme les yeux dans certaines réunions, c’est pour mieux me concentrer sur le contenu de ce qui est dit. Il m’arrive certes d’être fatigué. Mais c’est parce que je travaille et je voyage beaucoup. Ce qui implique des jet-lags », a-t-il dit, selon le quotidien La Tribune de Genève qui le qualifie de « sous-doué en communication ».

Les pannes de communication du ministre et sa lenteur d’élocution ont fait le tour de la planète et des réseaux sociaux lorsqu’en 2016 à l’occasion de la Journée des malades, il expliquait avec une tête d’enterrement que « Rire, c’est bon pour la santé ».

La spécificité de la démocratie suisse est le multipartisme permettant aux principaux partis de se partager les sept portefeuilles ministériels du gouvernement.

Les principaux partis du pays sont représentés au gouvernement selon le système dit de la « formule magique ». Cette équation instaurée en 1959 (2 PS, 2 PLR, 2 PDC et 1 UDC), avait été modifiée en 2003 lorsque l’UDC (Union démocratique du centre, droite populiste), fort de 26,7% des voix au Parlement a obtenu un siège supplémentaire au Conseil fédéral au détriment du PDC.

Romandie.com avec(©AFP / 27 septembre 2018 11h18)                                                        

Dernier adieu à Carsten Schloter dans la cathédrale de Fribourg

juillet 29, 2013

Famille, proches et amis se rassembleront lundi après-midi dans la cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg pour rendre un dernier hommage à Carsten Schloter. L’ancien directeur général de Swisscom a été retrouvé mort à son domicile mardi.

Parmi les personnalités présentes, la conseillère fédérale Doris Leuthard, qui ne fera cependant pas de discours. Outre les proches de M. Schloter, le président du Conseil d’administration de Swisscom Hansueli Loosli doit également prendre la parole a indiqué à l’ATS Christian Neuhaus, porte-parole du géant bleu.

Des représentants des deux autres ex-régies fédérales, les CFF et la Poste sont également attendus. Andreas Meyer, directeur des CFF, sera accompagné de la cheffe de l’information et du responsable informatique de l’entreprise. Pour le géant jaune, c’est son directeur Ulrich Hurni qui sera présent.

André Borschberg, cofondateur avec Bertrand Piccard de Solar Impulse, dont Swisscom est partenaire, sera également présent. Les deux pilotes ont également exprimé leur « grande tristesse » à l’annonce du décès de Carsten Schloter « devenu un ami », dans un hommage publié sur le site Internet du projet.

Carsten Schloter s’est donné la mort à l’âge de 49 ans. Les réactions avaient afflué, tant du côté des milieux politiques qu’économiques, exprimant de concert leur consternation et saluant ses qualités d’entrepreneur.

Allemand d’origine, il est né le 7 décembre 1963 à Erlenbach, non loin de Francfort-sur-le-Main. Il a étudié à Paris, où il a passé une grande partie de sa jeunesse.

Homme dynamique et excellent communicateur, cet économiste d’entreprise et informaticien de formation a rejoint Swisscom en 2000, où il a dirigé durant près de six ans la division des télécommunications mobiles du géant bleu avant d’en prendre la tête.

Grand sportif, amateur de randonnées en montagne et de vélo, Carsten Schloter a participé plusieurs fois à la patrouille des glaciers. Séparé, il était le père de trois enfants.

Romandie.com