Posts Tagged ‘eaux de pluie’

Congo: Faits divers mortels, de glissement de terrains et de trouble de scolarité à Brazzaville

novembre 25, 2014

 

Trois morts par noyade à Ngamakosso (Talangaï) et à Massengo

La pluie qui est tombée sur la ville-capitale, lundi 24 novembre 2014, a fait trois victimes, à Ngamakosso, un quartier de Talangaï, le sixième arrondissement de Brazzaville, selon un témoignage. Il s’agit d’une femme, emportée par les eaux de pluie, dans un caniveau, rue Ndolo, alors qu’elle se débattait, afin de détourner les eaux qui ont envahi, très tôt, son domicile. Son enfant, un garçon, en tentant de la sauver, n’a pas été plus chanceux non plus. Il a été,  malheureusement, lui aussi, entraîné par les eaux en furie dans le même caniveau. C’est un double deuil qui frappe la famille. Le troisième cas de noyade a été enregistré sur les collines de Ngamokosso. La même pluie a fait des dégâts importants à Massengo, un quartier de Djiri, le neuvième arrondissement de Brazzaville et inondé, en partie, le boulevard Denis Sassou-Nguesso, au centre-ville, vers le rond-point La Coupole. Des maisons se sont écroulées, à cause du glissement de terrain, tandis qu’un ravin menace d’engloutir d’autres. Il ne serait plus qu’à environ cinq mètres des habitations les plus proches. Dans le désarroi, les propriétaires des parcelles de terrain menacées ont le regard tourné vers les pouvoirs publics.

 

Mort d’un malaise en regardant un match de football

Le football a encore fait une victime, à Brazzaville: un ressortissant malien, nommé Diabaté. Il est mort, mercredi 19 novembre 2014,  après avoir été victime d’un malaise, alors qu’il suivait, sur le petit écran, le match Congo-Soudan, disputé à Khartoum, dans le cadre de la dernière journée des éliminatoires de la 30ème Coupe d’Afrique des nations qui se déroulera en Guinée Equatoriale. L’infortuné a été entraîné par une action qui l’a conduit à pousser un cri de désespoir. Subitement, il s’est affaissé sur sa  chaise. Transporté au C.h.u, il  y  a trouvé la mort. Malheureusement. Son inhumation a eu lieu, jeudi 20 novembre. Le décès de Diabaté a provoqué beaucoup d’émotion. La passion que les supporters mettent dans le sport les exposent, malheureusement, à ces coups du destin. Le samedi 15 novembre dernier, un autre féru de football, victime d’un malaise, a trouvé la mort aussi, alors qu’il regardait le match Congo-Nigeria.

 

Les glissements de terrains continuent de menacer tout un quartier à Mfilou

Le problème d’érosions reste entier, dans plusieurs quartiers de Brazzaville. Mais, tous les quartiers ne sont pas logés à la même enseigne. Le quartier 74 Ngambio, à Mfilou, le septième arrondissement de Brazzaville, risque de disparaître, si l’on n’y prend garde. Il est frappé par les érosions, depuis décembre 2013. On avait enregistré 72 maisons endommagées. 13 familles au moins avaient vu leurs habitations disparaître dans un grand ravin. Le S.o.s lancé par la population n’avait pas suffi à interpeller les pouvoirs publics, qui ne sont pas sensibles aux souffrances des populations qui perdent leurs maisons, à cause des érosions. «Les gens n’ont pas à construire sur les mauvais terrains», se défendent les dirigeants politiques. Mais, qui se charge de l’aménagement des terrains? N’est-ce pas le gouvernement? Et combien de terrains a-t-il déjà aménagé dans la capitale et mis à la disposition des populations? En tout cas, les pluies ont recommencé à tomber, en ce mois de novembre 2014, et les populations vivent de nouveau dans la peur. A chaque pluie, des rues entières se transforment en torrent impétueux, et des maisons disparaissent, selon les témoignages des victimes, sur les antennes de Radio-Congo, samedi dernier. La paroisse catholique est aussi menacée de disparition. Les sacs de sable empilés par les habitants et une entreprise de travaux publics, pour endiguer les eaux de ruissellement, ont été, également, emportés. Les autorités ne se mobilisent toujours pas pour tenter de sauver ce qui peut l’être encore. La population s’interroge: faudra-t-il que le quartier soit rayé de la carte de l’arrondissement pour que les pouvoirs publics  prennent conscience? Dans tous les cas, le problème des érosions reste entier, dans plusieurs quartiers de Brazzaville.

 

A Mfilou, une écurie d’élèves appelée «Al Qaïda» semble dicter sa loi

Une écurie des élèves du lycée de la Réconciliation a pris le nom d’Al Qaïda et sème la terreur dans cet établissement situé dans le septième arrondissement de Brazzaville. Un membre de cette écurie a eu maille à partir avec un autre élève qu’il soupçonne de «sortir» avec sa copine. Jeudi 20 novembre 2014, muni d’une arme blanche, il a tenté de pénétrer dans la salle de classe de son rival, mais il en a été empêché par le professeur qui y donnait son cours. La direction de l’établissement scolaire ayant alerté la force publique, des policiers ont débarqué en taxi et ont mis la main sur le perturbateur; ils lui ont fait porter des menottes. Ce que voyant, les autres membres de l’écurie ont surgi, en lançant des pierres sur les agents de police, avant de molester un enseignant. C’était le sauve-qui-peut dans la cour. Dans ces circonstances, les agents de police, en  nombre très limité, ont été obligés de relâcher l’interpellé qui a retrouvé sa liberté. Les agissements de l’écurie «Al Qaïda» inquiètent, de plus en plus, les populations qui espèrent que la force publique mette fin à l’insécurité créée.

Lasemaineafricaine.fr