Posts Tagged ‘Échauffourées’

Allemagne: échauffourées et agressions sexuelles lors d’une fête locale

juillet 17, 2017

Des échauffourées ont éclaté au cours du week-end lors d’une fête populaire en Allemagne, près de Stuttgart, entre forces de l’ordre et groupes de jeunes, dont certains sont aussi accusés d’agressions sexuelles, a indiqué lundi la police.

Un demandeur d’asile irakien de 20 ans a « importuné sexuellement » vendredi soir une jeune femme tandis que dans la nuit de samedi à dimanche, trois Afghans de 18 à 20 ans ont maintenu une jeune fille de 17 ans et se sont livrés à des attouchements sur elle, a indiqué un responsable de la police locale, Roland Eisele, lors d’une conférence de presse à Schorndorf, lieu des incidents.

Les suspects ont été interpellés mais la justice ne les a pas placés en détention, dans l’attente des suites de l’enquête, a ajouté M. Eisele.

Un communiqué de la police parle de 3 agressions sexuelles à ce stade. Mais le responsable de la police a appelé les victimes potentielles d’attouchements à se signaler à la police.

« Beaucoup de gens d’origine étrangère étaient dans ces groupes, mais pas exclusivement », a-t-il souligné à propos des jeunes mis en cause lors des incidents. Il a indiqué ne pas être en mesure de dire quelle proportion des agresseurs étaient des migrants.

Les échauffourées ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche entre la police et des groupes de plusieurs dizaines de jeunes, qui s’étaient extrait d’une foule d’un millier de personnes venues participer à la fête populaire annuelle de la ville de 40.000 habitants.

Ils ont alors lancé des bouteilles contre la police et d’autres spectateurs, a indiqué le chef de la police locale, ajoutant que plusieurs des agresseurs étaient alcoolisés.

Il y a eu « une agression, une escalade et une violence qui n’était pas prévisible », la situation a été à certains moment « hors de contrôle » et les forces de l’ordre ont dû appeler des renforts pour « doubler » leurs effectifs , a-t-il ajouté.

Des témoignages auprès de la police font également état de « quelques jeunes » ayant parcouru ensuite les rues de la ville armés pour certains de couteaux et pour l’un d’entre eux d’un pistolet d’alarme, selon M. Eisele.

Les agressions sexuelles commises lors de cette fête populaire évoquent, bien que dans une ampleur bien moindre à ce stade, la vague d’agressions commises à Cologne contre des femmes par des migrants le soir de la Saint-Sylvestre 2015, année au cours de laquelle l’Allemagne avait accueilli 890.000 demandeurs d’asile.

Quelque 1.200 plaintes avaient été déposées, dont plus de 500 pour agression sexuelle.

Romandie.com avec(©AFP / 17 juillet 2017 13h30)                   

Paiement de salaire – Échauffourées entre policiers, hier, au Plateau

juillet 12, 2011

Des sous-officiers de la Police ont failli en venir aux mains, le lundi 11 juillet 2011, à la préfecture de Police, au Plateau, où ils sont censés percevoir leur salaire du mois de mai.

Après des heures d’attente et des rumeurs faisant état de l’insuffisance de fonds pour satisfaire tout le monde, ils n’ont plus voulu respecter l’ordre de passage. Il s’en est suivi un cafouillage et des échanges violents de propos dont nous vous épargnons la teneur. Des policiers qui ont été sérieusement secoués par leurs collègues ont voulu utiliser la manière forte pour se faire entendre.

Face à ce qui s’apparentait à l’indiscipline et à la confusion, les agents-payeurs ont suspendu le paiement de salaire. Au moment où nous quittions les lieux, plusieurs sous-officiers criaient leur ras-le-bol. Cette affluence record s’expliquait par le fait que le délai de fin de paiement des salaires des policiers à Abidjan, est prévu le mardi 12 juillet 2010.

Les principaux lieux de paiement, notamment la préfecture et l’école nationale de Police ont été pris d’assaut par des policiers qui doivent présenter une attestation de service dûment signée par leur commissaire ou commandant.

A ce niveau, beaucoup n’ont pas encore reçu d’attestation ou si c’est le cas, certains n’ont pas toutes les signatures requises. « Mon commandant refuse de signer et de mettre le cachet qui atteste que je suis effectivement à mon poste. Mon chef d’unité a signé, mais mon commandant de compagnie refuse, sans me donner de raison valable », nous a expliqué un sergent d’une compagnie républicaine d’Abidjan. Autour de lui, plusieurs policiers se retrouvaient dans le même cas. Ils ont à leur tour exprimé leur colère contre leur hiérarchie. « Certains de nos chefs veulent nous exposer en faisant croire que nous ne venons pas au boulot ou que nous avons déserté nos postes.

Le ministère de l’Intérieur qui demande des rapports régulièrement pourrait s’appuyer sur ces listes pour dire que nous avons déserté. Et si nos chefs continuent de nous exposer, nous allons protester vigoureusement dans nos casernes pour démontrer que nous n’avons pas déserté », a renchéri le sergent-chef T.S.

Au moment où nous mettions sous presse, le calme était révenu, mais le paiement n’avait pas repris.

Soir Info par M’BRA Konan