Posts Tagged ‘ecole nationale de police’

Côte d’Ivoire: Ouverture de trois concours de la Police nationale

juillet 18, 2012
Communiqué du Ministre Hamed Bakayako(Ministères)
 
IHambak Interpol81 Ouverture de trois concours directs d’accès à la Police Nationale: le communiqué du ministre Hamed Bakayoko (Ministères)l est ouvert, au titre de l’année 2012, trois (03) Concours directs d’accès aux corps des personnels de la Police Nationale :

• Un concours direct de recrutement d’élèves Commissaires ;

• Un concours direct de recrutement d’élèves Officiers ;

• Un concours direct de recrutement d’élèves Sous officiers.

Le nombre de places mises à chacun des concours sera déterminé ultérieurement par arrêté ministériel.

Toutes les informations relatives aux conditions de candidature et aux différents chronogrammes seront disponibles à partir du Mercredi 11 Juillet 2012 aux lieux suivants :

➢ Bureau Concours sis à Adjamé
➢ Ecole Nationale de Police, sise à Cocody route de Bingerville.

Le Ministre de l’Intérieur,
Hamed BAKAYOKO

Côte d’Ivoire: 1000 policiers formés en 2010 réclament leur affectation

juin 26, 2012

Plus d’une semaine après la marche de protestation de plus d’un millier de policiers dans les rues d’Abidjan, la grogne reste toujours vive au sein de la police nationale. Cette fois-ci, ce sont 1000 élèves-policiers de la promotion 2010-2012 qui ne sont pas contents du régime Ouattara.

Admis au concours direct de la police nationale en 2010, ils ont subi leur formation d’un an à l’Ecole nationale de police. Ce qui les énerve, c’est que non seulement ils ne sont pas affectés, mais pire l’attente de leur hypothétique sortie dure deux ans. Et il n’est pas sûr, selon des indiscrétions, qu’ils seront tous de la fête à la prochaine sortie de promotion.
Au sein de cette école, l’atmosphère est lourde. Selon des sources dignes de foi, cette promotion ne constitue pas la priorité des autorités policières. Leur priorité, ce sont plutôt les 300 hommes de Soro Guillaume recrutés en 2011 sans avoir passé le concours direct de la police nationale. Ce que le régime refuse de dire à ces 1000 policiers en attente, c’est que ces 300 privilégiés du régime vont d’abord achever leur formation d’un an avant qu’eux les 1000 « qui ont eu tort » d’avoir été admis sous la présidence de Laurent Gbagbo soient célébrés et affectés en même temps que les 300 protégés de Guillaume Kigbafori Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale. Ces 300 chouchous du régime bénéficient même des largesses de certaines banques qui se permettent de leur accorder des avances sur rappel. Il n’y a pas que les admis du concours direct à se plaindre. Il y a également les 3000 admis du concours professionnel de la police nationale. Ceux qui ont passé, en 2010, le concours professionnel du brevet professionnel d’aptitude (Bap 1) et le Bap2. Le régime Ouattara a annulé non seulement ce concours en 2010 mais n’a pas reconnu les admis.

Aujourd’hui, tous ces policiers frustrés crient à l’injustice et réclament leur affectation ou la reconnaissance de leur admission pour éviter de graves remous au sein de la police nationale.

Notre Voie par Charles Bédé