Posts Tagged ‘Edmonton’

Canada: Une messe papale en l’honneur des ancêtres et des aînés à Edmonton

juillet 26, 2022
Le pape François, assis, entouré de deux concélébrants

Le pape François s’apprêtant à célébrer la messe au stade du Commonwealth, à Edmonton. Photo : Reuters/Guglielmo Mangiapane

Pour son premier événement grand public au pays, le pape François a célébré une messe pour sainte Anne et saint Joachim, les grand-parents maternels de Jésus, et en a profité pour rendre hommage aux ancêtres et aux aînés. Il a cependant fait très peu mention des Autochtones, au lendemain des excuses qu’il leur a présentées.

La messe s’est tenue au stade du Commonwealth d’Edmonton devant 40 000 personnes, 20 000 de moins que ce qui était prévu.

Le parterre du stade était réservé aux survivants des pensionnats et à leurs proches.

Une femme pleure pendant la messe du pape François.

Nancy Saddleman, une femme de 82 ans qui a passé 14 ans au pensionnat pour Autochtones de Kamloops, pleure en assistant à la messe présidée par le pape François. Photo : Reuters/Amber Bracken

L’homélie prononcée par le pape avait pour but de rappeler aux fidèles d’honorer ceux qui nous ont transmis le trésor de la vie.

Nous sommes ici grâce aux parents, mais aussi grâce aux grands-parents qui nous ont fait expérimenter d’être les bienvenus au monde, a dit le pape.

Dans la maison des grands-parents, nous sommes nombreux à avoir respiré, en plus de tout cela, le parfum de l’Évangile, d’une foi qui a le goût de la maison, a-t-il poursuivi.

Grâce à eux, nous avons découvert une foi familiale, domestique; oui, parce que la foi se communique essentiellement ainsi, elle se communique en dialecte, elle se communique à travers l’affection et l’encouragement, le soin et la proximité, a-t-on aussi pu entendre dans l’homélie.

Ces paroles font écho au respect qu’accordent les Autochtones aux aînés de leurs communautés. Or, on se rappellera les milliers de témoignages de la Commission de vérité et réconciliation qui n’ont pas manqué de souligner comment l’Église a pourtant contribué, par sa gestion des pensionnats pendant plus d’un siècle, à briser ce lien entre les différentes générations.

Le pape portait par ailleurs un vêtement confectionné par une artiste autochtone. Par contre, les détails de la tenue se trouvant au dos, le public n’a pas pu les voir.

Plus tard, le pape effectuera un pèlerinage au lac Ste. Anne, un site historique longtemps occupé par des Premières Nations et des Métis.

Le souverain pontife sera accueilli par une délégation autochtone et procédera notamment à la bénédiction des eaux du lac.

Avec Radio-Canada par Gabrielle Paul

Canada-Visite papale : un horaire chargé pour le souverain pontife

juillet 24, 2022
Le voyage du pape François au Canada se déroulera jusqu’au 29 juillet. Le voici ici à son arrivée à Edmonton le 24 juillet.

Photo : Reuters/Guglielmo Mangiapane

Le pape François est arrivé au Canada. Il a atterri à Edmonton, en Alberta, et entreprend ainsi son « pèlerinage de pénitence ».

La gouverneure générale Mary Simon a rencontré le pape François à son arrivée sur le tarmac
Photo : La Presse canadienne par Nathan Denette

Voici un aperçu de l’horaire chargé qui attend le souverain pontife pendant son séjour au pays.

Ce voyage d’excuses officielles du souverain pontife se déroulera jusqu’au 29 juillet.

Il est en effet attendu que le pape réitérera ses excuses, prononcées le 1er avril dernier au Vatican, pour les sévices subis dans les pensionnats par de nombreux enfants autochtones entre 1870 et 1997.

Au cours des prochains jours, plusieurs événements sont prévus auxquels pourront assister des survivants des pensionnats et leurs descendants.

Lundi matin, le pape doit se rendre dans la communauté crie de Makwacis, située à 70 kilomètres au sud d’Edmonton, pour y visiter le site de l’ancien pensionnat Ermineskin, l’un des plus importants dans l’histoire canadienne.

En fin de journée, il sera à l’église Sacré-Cœur des Premières Nations d’Edmonton pour rencontrer des Autochtones et des paroissiens.

Le pape François a quitté Rome dimanche matin à bord d’un avion en direction du Canada.

Photo : Reuters/Remo Casilli

Dans la matinée de mardi, le pape célébrera une messe au stade du Commonwealth devant plus de 60 000 personnes.

Ensuite, vers 17 h, il visitera le lac Sainte-Anne, un lieu historique de pèlerinage longtemps occupé par les Premières Nations et par les Métis.

Québec et Iqaluit

Le pape arrivera à Québec mercredi et y restera deux jours. Le souverain pontife participera alors à un bain de foule sur les plaines d’Abraham et rencontrera des leaders autochtones et non autochtones à la citadelle de Québec.

Le lendemain, il se rendra à Sainte-Anne-de-Beaupré, où une autre messe sera célébrée. Celle-ci sera aussi diffusée sur les plaines d’Abraham.

Vendredi matin, le pape François rencontrera une délégation de Premières Nations de l’est du pays avant de prendre un vol vers Iqaluit, au Nunavut, prévu à 12 h 45.

Une fois à Iqaluit, des survivants des pensionnats le rencontreront avant qu’il participe à une activité publique devant l’école primaire Nakasuk.

Il est finalement prévu que le pape rentrera à Rome vendredi soir.

Avec Radio-Canada par Gabrielle Paul

Qui paye pour la visite du pape au Canada?

juillet 22, 2022

Entre le 24 et le 29 juillet, le pape s’arrêtera à Edmonton, Québec et Iqaluit afin de réitérer ses excuses pour l’implication de l’Église catholique dans le système des pensionnats pour Autochtones.

Le pape François salue la foule sur la place Saint-Pierre, lors de l'audience générale, le 15 juin 2022.

Ottawa distribuera 30,2 millions $ aux communautés autochtones du Canada afin de « s’assurer que les communautés ont des ressources financières pour soutenir les survivants qui veulent assister aux évènements », explique le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller. (archives) Photo: AP Andrew Medichini

La facture de la visite papale, estimée à plusieurs millions de dollars, sera majoritairement épongée par l’Église catholique du Canada, mais aussi par les contribuables. La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) est toutefois incapable de chiffrer le coût exact de l’événement.

C’est une chose qui est organisée presque entièrement par la Conférence des évêques, mais le Canada joue un rôle d’arrière-plan assez important pour assurer la logistique et le bon déroulement de l’événement, explique le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller.

Les deux parties ont apporté d’importantes contributions, ajoute Erika Jacinto, l’une des responsables au sein de l’équipe nationale de la visite papale.

Selon elle, la CECC couvrira plusieurs coûts liés aux événements majeurs de la programmation, tels que les frais liés aux installations (scènes, éclairage, sonorisation), les infrastructures de communication (internet haute vitesse, frais de diffusion, centres des médias), le transport local vers les lieux d’événements, l’hébergement du pape et de sa délégation ainsi que la sécurité durant toute la visite.

Vue extérieure de la façade principale de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré, en été sous un ciel bleu et nuageux.

La basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré, près de Québec, accueillera des fidèles et des pèlerins à l’occasion de la visite papale. Photo : Radio-Canada/Raphaël Beaumont-Drouin

Pour l’heure, les coûts ne sont pas encore entièrement évaluables, assure le président de la CECC, Mgr Raymond Poisson, qui prévient qu’il y aura une discussion entre évêques pour discuter de l’éventuelle contribution des diocèses. Pour le moment, la CECC assume, dit-il.

À lui seul, l’arrêt du souverain pontife à Québec, du 27 au 29 juillet, coûtera à la CECCaux alentours de trois millions de dollars selon le président du comité de coordination de la visite du pape à Québec, Benoit Thibault.

Cette somme, explique-t-il, correspond au transport des pèlerins vers la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, aux stationnements incitatifs, à la logistique sécuritaire, à la retransmission sur écrans géants, au son, à la lumière et à l’alimentation en eau.

Erika Jacinto précise toutefois que cette visite aura un coût beaucoup plus modeste que les visites papales précédentes, grâce au rôle important des bénévoles […] et à la courte durée du séjour du pape.

La contribution d’Ottawa

Le montant exact de la facture n’est pas encore clair, mais la contribution du gouvernement fédéral s’élève déjà à plusieurs dizaines de millions de dollars. Ottawa distribuera notamment 30,2 millions de dollars parmi toutes les communautés autochtones du Canada.

Selon le ministre des Relations Couronnes-Autochtones, il s’agit de s’assurer que les communautés ont des ressources financières pour soutenir les survivants qui veulent assister aux événements.

« Le Canada, qui a joué un rôle clé dans les pensionnats, doit assumer les coûts pour les survivants.  »— Une citation de  Marc Miller, ministre des Relations Couronne-Autochtones

Le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, devant plusieurs drapeaux du Canada.

Le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, veut s’assurer que les survivants de pensionnats puissent participer aux évènements avec le pape. (archives) Photo: La Presse Canadienne/David Kawai

En plus de cette somme, Services aux Autochtones Canada et Relations Couronne-Autochtones fourniront trois millions de dollars pour financer la coordination par les partenaires autochtones dans les trois régions hôtes, soit Edmonton, Québec et Iqaluit.

Par ailleurs, deux millions de dollars supplémentaires permettront de financer la traduction simultanée en différentes langues autochtones des discours du pape et des autres événements.

Marc Miller souligne que cette enveloppe s’ajoute au budget traditionnel consacré à la visite d’un chef d’État, en lien avec sa sécurité.

Le ministre affirme qu’il ne connaît pas le détail des dépenses, mais que les coûts pour assumer la sécurité et l’accompagnement d’une délégation assez grande sont estimés à plusieurs millions de dollars.

Une contribution des provinces?

Le gouvernement de l’Alberta ignore pour le moment quelle contribution la province devra verser pour couvrir les coûts de cette visite.

Les coûts seront confirmés dans le cadre du soutien financier global du gouvernement de l’Alberta à la visite papale. Le gouvernement de l’Alberta travaillera avec d’autres partenaires sur le partage potentiel des coûts de cette visite, a commenté l’attaché de presse du premier ministre de l’Alberta.

Le gouvernement du Nunavut affirme, quant à lui, qu’il prendra à sa charge les coûts liés aux déplacements de 10 survivants de pensionnats qui rencontreront le pape à Iqaluit, le 29 juillet.

De son côté, le gouvernement du Québec n’a pas répondu à nos questions à ce sujet.

L’avion du pape

Le pape salue avant d'entrer dans l'avion.

Le pape voyagera à bord d’un avion de la compagnie Alitalia. (archives) Photo : AFP via Getty Images/Andreas Solaro

Le transport du pape en avion, assuré par la compagnie Alitalia, sera financé en très grande partie par les 78 journalistes accrédités qui accompagneront le pape à bord de l’appareil, selon le correspondant du journal La Croix au Vatican, Loup Besmond de Senneville.

D’après un document logistique de la salle de presse du Saint-Siège, les journalistes qui accompagneront le pape dans ses trajets payeront approximativement 9000 $ de billets d’avion.

Le coût de l’avion, c’est l’immobilisation de l’appareil pendant une semaine, le gazole, le prix de l’équipage venu d’Italie pendant une semaine et qui reste à disposition de ces vols pendant toute la durée du voyage.

« Il n’y a pas de transparence sur le coût de ce voyage pour le Vatican. »— Une citation de  Loup Besmond de Senneville, correspondant du journal La Croix au Vatican

Selon Loup Besmond de Senneville, traditionnellement, le Vatican dépense le moins d’argent possible dans les voyages et les frais qui y sont liés, compte tenu des budgets très serrés du plus petit État du monde.

Le journaliste ajoute toutefois qu’il est possible que le Vatican participe aux frais de transport, sans préciser dans quelle mesure, car ces coûts spécifiques aux voyages ne sont jamais publics

Avec Radio-Canada par Charles Le Bourgeois

Le pape visitera Edmonton, Québec et Iqaluit en juillet

mai 13, 2022
Le pape François.

Le pape François lors de la célébration de la messe de Pâques, sur la place Saint-Pierre, au Vatican. Photo : Getty Images/Tiziana Fabi

Le pape François s’arrêtera à Edmonton, Québec et Iqaluit lors d’une visite au Canada qui aura lieu du 24 au 30 juillet, a confirmé le Vatican.

Le voyage apostolique du souverain pontife a été dévoilé dans un communiqué du directeur du service de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni.

L’archevêque Richard Smith d’Edmonton, coordinateur général du voyage pour la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), dit que ce sera une autre étape importante pour la guérison et la réconciliation.

Pour sa part, le président de la CECCConférence des évêques catholiques du Canada, Mgr Raymond Poisson, a affirmé dans un communiqué que les évêques sont ravis que le Saint-Père ait accepté l’invitation à poursuivre le chemin de la guérison et de la réconciliation avec les peuples autochtones du Canada.

Une visite applaudie

Il a souligné en entrevue que ce voyage ne devait pas être une répétition de la visite de la délégation autochtone à Rome. Cette étape-là est faite. Elle a permis à l’audience finale un message fort du Saint-Père qui s’est uni aux évêques du Canada pour des excuses. En revenant ici, c’est le même processus qui se continue, a conclu Mgr Raymond Poisson sur les ondes de RDI.

« Nous voulons être axés sur aujourd’hui et demain. »— Une citation de  Mgr Raymond Poisson, président de la CECC

Dans un communiqué, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a salué l’annonce de cette visite et le courage des communautés autochtones qui l’ont rendue possible. Sans le courage et la détermination des Survivants, des dirigeants autochtones et des jeunes qui ont raconté leur histoire, la visite prochaine de Sa Sainteté ne serait pas possible, a-t-il déclaré.

Justin Trudeau a insisté sur la nécessité que des excuses de l’Église catholique se déroulent au Canada comme la Commission de vérité et réconciliation du Canada l’a recommandé. Le communiqué ne précise pas si le premier ministre rencontrera le pape François.

C’est une très bonne nouvelle, s’est aussi félicité Jean-Charles Piétacho, chef de la communauté d’Ekuanitshit, sur la Côte-Nord, et ancien pensionnaire à Mani-utenam. Cela vient raviver l’espoir dans notre processus de guérison.L'homme et la femme de la nation innue.

Le chef Jean-Charles Piétacho du Conseil des Innus de Ekuanitshit et son épouse, Béatrice Michel Photo : Radio-Canada/Maria-Louise Nanipou

Il a indiqué sur les ondes de RDI que sa communauté s’organisait déjà pour aller voir le pape lors de son passage à Québec.

« C’est un événement historique qui va rester dans la mémoire de nos membres. »— Une citation de  Jean-Charles Piétacho, chef de la communauté d’Ekuanitshit

Une visite en collaboration avec les peuples autochtones

Les lieux de visite du pape François ont été choisis par le Vatican, et le CECCConférence des évêques catholiques du Canada signale que les problèmes de mobilité et de santé du chef de l’Église catholique ont dû être pris en compte. Le souverain pontife, qui a 85 ans, est apparu en fauteuil roulant la semaine dernière.

L’itinéraire spécifique n’a pas été dévoilé, mais les endroits visités seront choisis en collaboration avec les partenaires autochtones. Il pourrait s’arrêter au lieu historique du Pèlerinage-au-Lac-Ste. Anne, situé à 75 km au nord-ouest d’Edmonton, et visiter la Première Nation crie d’Ermineskin, à 100 km au sud de la capitale albertaine.

Edmonton compte le deuxième plus grand nombre d’Autochtones vivant dans les centres urbains au Canada. La province a par ailleurs hébergé 25 pensionnats autochtones, soit le plus grand nombre parmi les provinces et les territoires du Canada.

Iqaluit regroupe pour sa part le plus grand nombre d’Inuit au Canada. Le pape François a été personnellement invité par les délégués inuit à visiter le Nord lors de leur rencontre à la fin du mois de mars au Vatican.

La CECCConférence des évêques catholiques du Canada a ajouté que l’arrêt à Québec permettra aux Autochtones de l’est du Canada de pouvoir se déplacer plus facilement. La ville de Sainte-Anne-de-Beaupré, à une trentaine de kilomètres de Québec, est aussi un lieu de pèlerinage très populaire.

On va couvrir ainsi dans les deux sites à Sainte-Anne les rencontres possibles entre des pèlerins qui sont autochtones et non autochtones. C’est ce qu’on vise dans la réconciliation, être ensemble, a indiqué Mgr Poisson en entrevue à RDI.

Le président de la CECCConférence des évêques catholiques du Canada a évoqué le fait que la visite pourrait se dérouler dans l’ordre annoncé dans le communiqué, à savoir Edmonton en premier, puis Québec et Iqaluit en dernier. Le souverain pontife partira du Canada le 29 juillet et arrivera à Rome le 30.

Des excuses demandées en terre canadienne

Le pape avait évoqué cette visite le 1er avril durant des rencontres avec la délégation autochtone au Vatican. Il s’était alors excusé pour les gestes commis par certains membres de l’Église catholique romaine dans les pensionnats autochtones du Canada.Le pape tient dans une main un écrin contenant une sculpture et serre de l'autre main celle d'une femme.

Le pape François a remis un cadeau à la déléguée inuk Rosemary Lundrigan lors du voyage de la délégation autochtone au Vatican. Photo : Vatican via Reuters

Le pape avait également exprimé sa volonté de se rendre au Canada aux alentours de la Sainte-Anne, célébrée le 26 juillet et qui occupe une place importante dans les cultures autochtones. Il souhaitait ainsi exprimer sa proximité avec ces peuples.

Les délégués autochtones avaient, eux, rappelé qu’ils souhaitaient que le pape s’excuse lors de sa venue au Canada. C’est un premier pas historique, mais ce n’est qu’un premier pas. Le prochain est qu’il s’excuse à nos familles sur leurs terres, avait alors demandé Gerald Antoine, le chef de la délégation des Premières Nations.

Radio-Canada par Tiphanie Roquette

Canada/Edmonton: à 6 ans, il sauve sa mère !

décembre 12, 2017
Un petit Edmontonien de 6 ans a reçu une reconnaissance bien spéciale pour souligner son acte de bravoure. Ronan Male s’est vu décerner un prix du courage pour être intervenu auprès de sa mère alors qu’elle était en situation de détresse.

 

« Je suis content…et je me sens vraiment fier. » Ronan Male est tout sourire en tenant le certificat que lui ont remis les responsables de Services de santé Alberta.

Tous ses amis sont venus l’applaudir dans le gymnase de l’école catholique Saint-Angèle lors d’une cérémonie spéciale en son honneur.

Le 10 mai, Denise Vallée, la maman de Ronan, s’est réveillée en pleine crise d’hypoglycémie. La femme, qui souffre de diabète, s’est effondrée en sortant du lit.

Alerté par le bruit de la chute, le petit Ronan s’est précipité au chevet de sa mère. Reconnaissant les symptômes de l’hypoglycémie, le garçon est tout de suite allé chercher des boîtes de jus et des barres tendres pour l’aider à rétablir son taux de sucre.

« Je savais comment faire parce que j’ai vu mon papa le faire un million de fois! », s’est exclamé Ronan devant les journalistes venus entendre son histoire.

Toujours étendue au sol, Mme Male a réussi à composer le 911 sans toutefois parvenir à terminer l’appel. C’est donc Ronan qui a pris le relais. Il a discuté avec Monica Grela, une répartitrice des services d’urgence.

Celui qu’on qualifie maintenant de petit héros a suivi chacune des indications de la répartitrice en gardant son calme. Ronan a notamment débarré les portes de la maison en plus de placer ses animaux de compagnie à l’écart pour préparer l’arrivée des secours.

Il a aussi pris le temps de rassurer sa mère à plusieurs reprises en lui indiquant que l’ambulance était en chemin.

Un calme exemplaire

 Gros plan sur Monica Grela qui sert Ronan Male dans ses bras.© Fournis par CBC Gros plan sur Monica Grela qui sert Ronan Male dans ses bras.

Gros plan sur Monica Grela qui travaille comme répartitrice aux services d'urgence d'Edmonton.© Fournis par CBC Gros plan sur Monica Grela qui travaille comme répartitrice aux services d’urgence d’Edmonton.

« Ronan est le parfait exemple du genre d’interlocuteur qu’on veut avoir, en tant qu’intervenant de première ligne, lors d’un appel au 911 », a raconté Monica Grela, une répartitrice aux services d’urgence d’Edmonton qui s’est déplacée pour l’événement.

« En fait les enfants sont généralement nos meilleurs interlocuteurs parce qu’ils suivent les instructions et ont tendance à rester calmes », a-t-elle précisé.

Mme Grela a souligné qu’il assez rare pour les répartiteurs d’entrer en contact avec les personnes auxquelles ils ont prêté assistance.

« Quand nous raccrochons la ligne, le prochain appel embarque immédiatement. Nous n’avons jamais de suivi, nous ne savons jamais comment [les interventions] se terminent », a-t-elle expliqué.

Gros plan sur Ronan Male, un garçon de 6 ans qui a reçu un prix après avoir sauvé sa mère, Denise Vallée. Ils sont tous deux dans le gymnase de l'école de Ronan, entourés d'élèves.© Fournis par CBC Gros plan sur Ronan Male, un garçon de 6 ans qui a reçu un prix après avoir sauvé sa mère, Denise Vallée. Ils sont tous deux dans le gymnase de l’école de Ronan, entourés d’élèves.

 

La répartitrice se réjouit d’avoir l’occasion de féliciter Ronan en personne. « J’avais hâte de pincer ses petites joues. C’est un garçon tellement gentil et je suis juste contente de savoir que cette histoire en est une qui finit bien », a-t-elle dit.

Les bons réflexes de Ronan lui valent aujourd’hui l’admiration de ses jeunes amis, mais aussi celle des adultes.

Pour le jeune héros toutefois, le plus important est d’avoir réussi à sauver sa maman. Aujourd’hui Ronan a d’ailleurs un message pour ses pairs : « Vous devez apprendre comment prendre soin de votre famille. »

Radio-canada.ca par  Vanessa Destiné

Canada: cinq blessés à Edmonton, un suspect arrêté, « acte de terrorisme »

octobre 1, 2017

Voiture de shérif dans des rues d’Edmonton au Canada, le 21 octobre 2009 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / Dylan Lynch

Cinq personnes, dont un policier, ont été blessées dans la nuit à Edmonton (Ouest) après avoir été heurtées par des véhicules, et la police a annoncé dimanche l’arrestation d’un suspect dans ce qu’elle qualifie « d’acte de terrorisme ».

Dans un premier incident samedi en soirée, une voiture a renversé à vive allure des barrières et heurté un policier en service. Un homme en est sorti puis a poignardé le policier à terre à plusieurs reprises avant de s’enfuir, selon la police d’Edmonton. Quelques heures plus tard, après avoir forcé un contrôle routier, le suspect à bord d’un véhicule a heurté des piétons à deux endroits, dont quatre sont blessés, a indiqué la police qui a ensuite intercepté l’individu âgé d’une trentaine d’années.

Romandie.com avec(©AFP / 01 octobre 2017 14h47)                

Canada: une université escroquée de 12 millions de dollars par phishing

septembre 1, 2017

Des pirates informatiques se faisant passer pour un important fournisseur de l’université ont envoyé des courriels à trois employés du service de facturation leur demandant de modifier des informations bancaires en ligne en cliquant sur un lien / © AFP/Archives / GEOFF ROBINS

L’université canadienne MacEwan à Edmonton (ouest) a été escroquée de près de 12 millions de dollars canadiens (8 millions d’euros) après avoir effectué des virements à partir de liens dans des courriels frauduleux, a-t-on appris vendredi.

Des pirates informatiques se faisant passer pour un important fournisseur de l’université ont envoyé des courriels à trois employés du service de facturation leur demandant de modifier des informations bancaires en ligne en cliquant sur un lien, a expliqué David Beharry, porte-parole de l’université.

Au total, l’université a fait trois virements distincts de respectivement 1,9 million, 22.000 et enfin 9,9 millions de dollars au mois d’août, résultat d’une « erreur humaine » des employés qui pensaient envoyer l’argent au bon fournisseur dont les pirates avaient usurpé l’identité, selon l’établissement.

Inquiet de ne pas être payé, le fournisseur a relancé l’université qui s’est alors aperçue de la fraude et a alerté les autorités bancaires « pour localiser et récupérer les fonds », a expliqué M. Beharry.

L’université, en collaboration avec les autorités, est parvenue à « geler 11,4 millions de dollars » dans trois comptes bancaires distincts à Montréal et Hong Kong, mais « 400.000 dollars restent introuvables ».

« Les potentielles conséquences financières sur l’université ne seront pas connues avant que l’enquête ne soit terminée », a déclaré le porte-parole.

La direction de l’université doit poursuivre en justice les propriétaires des comptes frauduleux pour espérer récupérer l’argent.

L’établissement affirme avoir mis en place une campagne de communication interne pour avertir des risques des pratiques d’hameçonnage (ou phishing) et va multiplier le nombre de personnes habilitées pour l’approbation d’un paiement électronique des factures.

L’escroquerie constitue l’un des plus gros montants extorqués au Canada via des techniques d’hameçonnage, selon les médias locaux.

Romandie.com avec(©AFP / 01 septembre 2017 17h54

Canada: 8 personnes abattues, suicide du meurtrier présumé

décembre 30, 2014

Montréal – Un homme a abattu par balles dans l’ouest du Canada quatre femmes, une fillette, un jeune garçon et deux hommes avant de se suicider, a annoncé la police canadienne mardi.

C’est un jour tragique pour Edmonton (…) avec ce multiple meurtre de huit personnes, a déclaré Rod Knecht, chef de la police de cette ville d’un peu moins d’un million d’habitants de la province de l’Alberta.

Tout a commencé lundi soir dans le sud de la ville où un homme a été signalé entrant dans un appartement où il a déchargé son arme sur une victime avant de s’enfuir précipitamment, a raconté le chef de la police.

Le meurtrier présumé, déclaré suicidaire par des membres de sa famille, s’est ensuite rendu dans une résidence au nord de la ville où il a abattu sept autres personnes.

Après une première patrouille sans succès, les policiers sont revenus dans cette maison. Après avoir forcé la porte, ils y ont découvert sept corps: trois femmes, deux hommes et les deux jeunes enfants.

Grâce aux éléments recueillis et aux témoignages, les enquêteurs ont rapidement identifié l’auteur présumé du drame familial. C’est à une trentaine de kilomètres au nord-est d’Edmonton, dans la bourgade de Fort Saskatchewan, que la police a finalement retrouvé mardi matin le meurtrier présumé, qui s’était suicidé, a expliqué le chef de la police.

Romandie.com