Posts Tagged ‘Effondrement’

Nigeria: deux morts et huit blessés dans l’effondrement d’un immeuble à Lagos

juillet 11, 2020

 

Un immeuble résidentiel de deux étages en rénovation s’est effondré dans la nuit de vendredi à samedi à Lagos, la capitale économique du Nigeria, faisant deux morts et huit blessés, ont annoncé samedi les services de secours.

«L’incident s’est produit vers 02H00 du matin. Le bâtiment était en cours de rénovation par un promoteur immobilier lorsqu’il s’est effondré», a déclaré à l’AFP Ibrahim Farinloye de l’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA). «Nous avons récupéré deux corps et sauvé huit personnes qui ont été gravement blessées par les débris», a-t-il précisé.

  1. Farinloye a estimé que le nombre de morts aurait été plus élevé si l’immeuble avait été entièrement occupé. «Seuls quelques habitants se trouvaient à l’intérieur du bâtiment quand il s’est effondré, les autres l’ayant quitté pour faciliter la rénovation», a-t-il expliqué.

Les effondrements de bâtiments sont fréquents au Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, où des millions de personnes vivent dans des immeubles délabrés et où la législation concernant la construction est régulièrement bafouée.

Par Le Figaro avec AFP

Un glacier du Mont-Blanc menace de s’effondrer côté italien

septembre 25, 2019

 

Les autorités italiennes ont fermé des routes alpines et évacué plusieurs hameaux en raison des craintes suscitées par un morceau de glacier, qui glisse à une vitesse anormale sur les versants du Mont-Blanc et risque de s’effondrer complètement.

La partie basse du glacier de Planpincieux s’est déplacée à une moyenne de 50 à 60 centimètres par jour entre fin août et début septembre et menace désormais le Val Ferret, du côté italien de la frontière, selon les relevés des experts. Quelque 250.000 mètres cubes de glace pourraient ainsi se décrocher.

Par précaution, le maire de la commune italienne de Courmayeur, Stefano Miserocchi, a ordonné mardi la fermeture de deux axes routiers ainsi que l’évacuation d’habitations dans le massif du Mont-Blanc, le toit de l’Europe qui culmine à 4800 mètres. «Ces phénomènes montrent, une fois de plus, que la montagne vit une période de changements majeurs qui s’expliquent par des facteurs climatiques», s’est alarmé l’élu.

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a lui aussi fait part de ses inquiétudes mercredi en marge de l’Assemblée générale de l’Onu, à New York, où il a présenté la nouvelle comme un «signal d’alerte qui ne peut nous laisser indifférents». Les risques de chute du glacier de Planpincieux font écho à un nouveau rapport du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) consacré plus particulièrement aux répercussions du réchauffement sur les océans.

Par Le Figaro.fr avec Reuters

Philippines: au moins 29 morts dans un glissement de terrain, le bilan s’alourdit pour le typhon

septembre 21, 2018

Des secouristes poursuivent leurs recherches le 20 septembre 2018 après un glissement de terrain meurtrier à Tina-an sur l’île de Cebu aux Philippines / © AFP / ALAN TANGCAWAN

Les sauveteurs ont continué vendredi de rechercher des survivants sur le site d’un glissement de terrain dans le centre des Philippines qui a fait au moins 29 morts, selon un nouveau bilan communiqué par la police.

Des dizaines de personnes étaient toujours portées disparues après l’effondrement jeudi à l’aube d’un versant d’une colline très escarpée de la localité de Tina-an dans la circonscription de Naga, sur l’île de Cebu.

L’effondrement a été lié vraisemblablement à de très intenses pluies de mousson mais les autorités enquêtaient également sur le rôle éventuel d’une carrière voisine.

Cette nouvelle catastrophe naturelle est survenue quelques jours après le passage du typhon Mangkhut qui a tué au moins 95 personnes dans le nord du pays, selon un nouveau bilan jeudi.

À Cebu, environ 200 policiers, pompiers et spécialistes munis d’équipements lourds continuaient à chercher une cinquantaine de personnes disparues selon Julius Regner, porte-parole de la défense civile.

Une vingtaine d’habitants vivant non loin ont dû quitter leur domicile, de crainte de nouveaux glissements de terrain.

– Carrières –

Les autorités s’interrogent pour savoir si l’existence d’une carrière voisine a pu contribuer au glissement de terrain. Par précaution, les activités d’exploitation des carrières ont été stoppées dans le pays pendant quinze jours.

Le gouvernement va procéder à une enquête nationale « pour déterminer la sécurité des opérations dans les zones de carrières et plus particulièrement dans les communautés voisines », a déclaré lors d’une conférence de presse le ministre de l’Environnement Roy Cimatu.

Philippines / © AFP / Gal ROMA

La régulation des mines dans le pays laisse à désirer et des effondrements de tunnels ou des glissements de terrain meurtriers se produisent régulièrement.

Cebu n’a pas directement été affecté par le typhon Mangkhut mais des journées de précipitations particulièrement fortes ont considérablement fragilisé les sols de la zone touchée par le glissement de terrain.

Parallèlement, les recherches se poursuivaient dans la région minière autour de la ville d’Itogon (nord), traversée samedi par le typhon Mangkhut, qui a détruit des habitations et dévasté des terres agricoles. Nombre des victimes ont péri dans un immense glissement de terrain dans cette localité sur l’île de Luçon.

Les recherches ont toutefois été retardées jeudi par l’évacuation de la plupart des secouristes en raison de craintes de nouveaux effondrements de collines alentour.

Les précipitations provoquées par le typhon Mangkhut ont également provoqué des pertes de récoltes agricoles estimées à au moins 250 millions de dollars.

Les Philippines sont touchées chaque année par une vingtaine de typhons, qui font des centaines de morts et aggravent encore la pauvreté.

Haiyan, un des typhons les plus violents à avoir jamais touché terre, avait dévasté le centre de l’archipel en novembre 2013, faisant plus de 7.350 morts ou disparus et privant de logement plus de quatre millions d’habitants.

Romandie.com avec(©AFP / (21 septembre 2018 14h37)

États-Unis: En cas d’institution, Trump prédit l’effondrement des marchés

août 23, 2018

Donald Trump lors de l’embarquement à bord de l’avion Air Force One le 23 août 2018 / © AFP / MANDEL NGAN

Avec une tempête judiciaire aux portes de la Maison Blanche, le président Donald Trump a lié son destin à l’économie américaine, affirmant que les marchés allaient « s’effondrer » s’il venait à être destitué.

« Si jamais j’étais destitué, je pense que les marchés s’effondreraient et que chacun deviendrait plus pauvre », a-t-il assuré dans une interview diffusée jeudi matin par la chaîne Fox News.

Une destitution du locataire de la Maison Blanche reste très hypothétique avec une majorité républicaine au Congrès, mais cette idée est revenue dans l’actualité depuis que son ancien avocat personnel, Michael Cohen, a affirmé mardi sous serment avoir acheté, à la demande de Donald Trump, le silence de deux maîtresses présumées afin de ne pas compromettre sa campagne présidentielle victorieuse de 2016.

Michael Cohen, accusé de violation des lois sur le financement électoral, a passé un accord de négociation de peine avec les autorités, qui pourrait l’amener à collaborer avec le procureur spécial Robert Mueller, chargé de l’épineuse enquête sur le dossier russe.

Située au carrefour de la politique et du droit, la procédure de destitution du président des Etats-Unis se déroule en deux temps: d’abord, la Chambre doit voter une mise en accusation (« impeachment »), puis c’est au Sénat de faire le procès du président, afin de le condamner à une majorité des deux tiers, ou de l’acquitter.

Dans le cadre des investigations de l’équipe Mueller, un autre proche de M. Trump, Paul Manafort, s’est retrouvé devant la justice. L’ancien directeur de campagne du milliardaire républicain a été reconnu mardi coupable de fraude fiscale et bancaire.

Mais ces affaires ne semblent pas inquiéter Donald Trump outre mesure.

– « Super travail » –

La procédure de destitution américaine / © AFP / Jonathan JACOBSEN

« Je ne sais pas comment on peut destituer quelqu’un qui fait un super travail », a-t-il lancé lors de son interview sur Fox News, la chaîne préférée des conservateurs.

Le président américain s’attribue souvent la bonne santé économique de son pays et son euphorie boursière, due, en partie, à ses réformes fiscales.

Son affirmation liant la santé des marchés à son éventuelle destitution est cependant à prendre avec des pincettes, selon les spécialistes.

« Je ne pense pas que cela aurait un aussi gros impact qu’il le pense. Les discussions de tous les jours se font autour des gros titres de la presse, mais le cours des actions est lui lié aux résultats des entreprises », explique ainsi Sam Stovall, à la tête de la stratégie d’investissements pour CFRA et grand connaisseur des marchés.

Et même en cas de destitution, le vice-président Mike Pence, qui remplacerait M. Trump, « peut être décrit comme +Trump sans les tweets+ », ajoute-t-il.

« Les politiques seront les mêmes, mais avec une dimension moins spectaculaire », conclut-il.

– Grâce présidentielle ? –

Fiche sur l’ex-avocat de Donald Trump, Michael Cohen. / © AFP / John SAEKI

Interrogé sur le cas de Paul Manafort, dont la sentence n’est pas encore connue mais qui risque plusieurs années de prison, le locataire de la Maison Blanche a refusé de dire sur Fox News s’il envisageait de lui accorder une grâce présidentielle.

Il n’a ni confirmé, ni infirmé, étudier cette option, qui ne manquerait pas de faire grincer des dents l’opposition démocrate.

« Une des raisons pour lesquelles je respecte tellement Paul Manafort est qu’il est allé au bout de ce procès », a-t-il déclaré. Une manière d’égratigner, par contraste, ceux qui ne vont pas « jusqu’au bout », et passent des accords de plaider-coupable, qui leur permettent d’espérer des sentences allégées.

« Contrairement à Michael Cohen, (Paul Manafort) a refusé de +céder+ ou inventer des histoires pour passer un +accord+. Tellement de respect pour cet homme si courageux! », avait-il déjà tweeté mercredi.

Avec Fox News, il a un peu adouci le ton à propos de son ancien avocat qui s’était un temps dit prêt à « prendre une balle » pour son patron.

« Il était à mes côtés pendant sans doute près de 10 ans. Je le voyais parfois (…) J’ai toujours trouvé que c’était un mec sympa », a-t-il déclaré.

La Maison Blanche avait déjà assuré mercredi que M. Trump n’était « pas du tout inquiet » des éventuelles révélations que pourrait faire Michael Cohen.

Romandie.com avec(©AFP / (23 août 2018 16h55)

Pont effondré de Gênes: féroce controverse entre le gouvernement et le gestionnaire

août 17, 2018

Les secours continuent de fouiller les décombres du viaduc effondré à Gênes, le 17 août 2018 / © AFP / MARCO BERTORELLO

L’Italie s’apprête à enterrer ses dizaines de morts en pleine polémique alors que les sauveteurs continuaient vendredi inlassablement à chercher les disparus sous les décombres du pont autoroutier effondré à Gênes.

La féroce controverse entre le gouvernement italien et la société autoroutière gestionnaire de l’ouvrage, Autostrade per l’Italia, occupe tout le terrain médiatique avec une rhétorique de surenchère.

Le gouvernement a annoncé son intention de révoquer la concession d’Autostrada per l’Italia sur le tronçon d’autoroute où se trouve le pont effondré.

« On ne peut pas mourir en payant le péage en Italie », a ainsi lancé jeudi le vice-Premier ministre Luigi Di Maio, ministre du Développement économique et chef de file du populiste Mouvement 5 étoiles (M5S).

« Si j’avais été un dirigeant d’Autostrade per l’Italia, j’aurais suspendu quelques péages, mais dans l’heure qui a suivi » le drame, a déclaré l’autre vice-Premier ministre, Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite).

« Nous ne pouvons pas attendre la justice pénale », a estimé le chef du gouvernement, Giuseppe Conte. « Autostrade avait le devoir et l’obligation, l’engagement, d’assurer l’entretien de ce viaduc et la sécurité de tous ceux qui voyageaient dessus. »

La société, qui appartient au groupe Atlantia, lui-même contrôlé à 30% par la famille Benetton, a assuré que ses contrôles de sécurité étaient sérieux.

La holding de Benetton, Edizione (actionnaire de référence), a exprimé sa proximité aux familles jeudi et indiqué qu’elle fera tout pour pointer du doigt les responsabilités dans ce drame.

Atlantia / © AFP / Jean Michel CORNU

Atlantia a de son côté déclaré qu’une reconstruction du pont pourrait « être achevée dans les cinq mois » une fois le site accessible après la fin des recherches et des relevés d’enquête.

Atlantia, dont le titre a plongé de 25% en Bourse la veille et qui repris 6% vendredi, a critiqué une annonce gouvernementale faite « en l’absence de toute certitude sur les causes effectives » du drame. Le groupe a prévenu que la révocation coûterait cher en indemnités à l’Etat. Selon des médias italiens, cela se chiffrerait en milliards d’euros.

– l’UE une cible –

Autre cible du gouvernement: l’Union européenne et sa politique d’austérité, accusée par le nouveau gouvernement populiste d’empêcher les investissements.

La Commission européenne a réagi en assurant avoir encouragé l’Italie à investir dans ses infrastructures et en rappelant que les Etats membres étaient « libres de fixer » leurs priorités.

Alors que le championnat de football doit reprendre ce week-end, les matches prévus dimanche de la Sampdoria et du Genoa, les deux équipes de Gênes, ont été reportés à une date ultérieure. Pour les autres rencontres, les joueurs observeront une minute de silence et porteront un brassard noir.

– des funérailles solennelles –

Gênes: les premiers habitants autorisés à rentrer chez eux / © AFP / Anahide Merayan, Remi Banet, Reinolf Reis

Des funérailles solennelles sont prévues samedi en fin de matinée dans un hall du centre d’exposition de Gênes, avec une messe célébrée par l’archevêque de Milan en présence de toutes les plus hautes autorités de l’Etat dont le président Sergio Mattarella.

Une cérémonie d’Etat qui s’annonce toutefois potentiellement embarrassante pour les institutions italiennes. Selon un décompte, noms à l’appui, de La Stampa, les familles de 17 des 38 victimes préfèrent s’abstenir et 7 familles n’ont pas encore pris de décision.

« C’est l’Etat qui a provoqué cela, qu’ils ne montrent pas leurs faces: le défilé des politiques a été honteux », réagit dans les colonnes du quotidien, Nunzia, la mère d’un des quatre jeunes italiens de Torre del Greco (commune de Naples) décédés sur la route des leurs vacances.

« Mon fils ne deviendra pas un numéro dans le catalogue des morts provoqués par les manquements italiens », a réagit pour sa part sur les réseaux sociaux Roberto, le père d’un autre des garçons. « Nous ne voulons pas une farce de funérailles, mais une cérémonie à la maison, dans notre église de Torre del Greco », a-t-il assené.

Les photos des quatre jeunes devraient néanmoins être présentes à la cérémonie d’Etat samedi.

Les secouristes cherchent encore 10 à 20 disparus, susceptibles d’être passées sur le pont et qui n’ont plus donné de nouvelles depuis l’effondrement, dont le bilan officiel provisoire est toujours de 38 morts et 15 blessés.

Selon la préfecture, un millier de personnes sont toujours engagées sur le site, dont près de 350 pompiers.

Romandie.com avec(©AFP / (17 août 2018 12h47)

La miraculeuse épopée du camion vert de Gênes

août 15, 2018

Un camion arrêté au bord du vide lors de l’effondrement du viaduc d’autoroute à Gênes, photographié le 15 août 2018 au lendemain du dramen / © AFP / Valery HACHE

Sur les photos du pont effondré mardi à Gênes, son camion vert arrêté à quelques mètres du vide donne le vertige: un chauffeur italien de 37 ans a raconté au Corriere della Sera ses quelques minutes d' »enfer ».

« Il pleuvait, il pleuvait beaucoup et il n’était pas possible d’aller vite. Quand une voiture m’a dépassé, j’ai ralenti pour maintenir une certaine distance de sécurité parce que freiner avec cette pluie était impossible, on n’y voyait pas grand-chose », a raconté ce Gênois, en état de choc.

« A un certain moment, tout a tremblé. La voiture qui se trouvait devant moi a disparu et semblait engloutie par les nuages. J’ai levé les yeux et j’ai vu le pylône du pont tomber », a-t-il poursuivi.

« Instinctivement, quand je me suis trouvé devant le vide, j’ai mis la marche arrière, comme pour essayer d’échapper à cet enfer », a-t-il expliqué, sans pouvoir dire de combien de mètres il a reculé.

Afifi Idriss, chauffeur routier marocain de 39 ans, roulait derrière: « J’ai vu le camion vert s’arrêter et faire marche arrière, je me suis arrêté, j’ai fermé le camion et je suis parti en courant », a-t-il raconté à l’AFP.

Mercredi soir, le camion vert était toujours au bord du vide, surplombant les centaines de secouristes à la recherche de survivants parmi l’amas de béton et de ferraille qui a englouti plus d’une trentaine de véhicules, et au moins une quarantaine de vies, en contrebas.

Romandie.com avec(©AFP / (15 août 2018 18h22)

Italie: un viaduc d’autoroute s’effondre à Gênes, au moins vingt morts

août 14, 2018

Une portin d’un viaduc qui s’est écroulé à Gênes, dans le nord de l’Italie, le 14 août 2018 / © AFP / ANDREA LEONI

Une longue portion d’un viaduc de l’autoroute A10 s’est effondrée mardi à Gênes, dans le nord de l’Italie, faisant des « dizaines de victimes », dont au moins morts, tandis que le ministre des Transports a dit redouter « une immense tragédie ».

Selon plusieurs médias citant des sources du ministère de l’Intérieur, la catastrophe a fait au moins 20 morts et cinq blessés graves.

Le directeur du centre d’appel des urgences de Gênes, a parlé à quelques médias de « dizaines de victimes », sans préciser s’il s’agissait de morts ou de blessés, des propos confirmés à l’AFP par son entourage.

« Je suis avec une immense appréhension ce qui est arrivé à Gênes et qui se profile comme une immense tragédie », a réagi le ministre des Transports et des Infrastructures, Danilo Toninelli.

« Nous suivons la situation minute par minute, je remercie les 200 pompiers qui sont à l’oeuvre pour sauver des vies », a pour sa part déclaré le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini.

Un viaduc s’effondre à Gênes / © AFP / Simon MALFATTO

Les images de télévision montrent des dizaines de secouristes s’activant autour de carcasses de camions et de voitures précipités dans le vide, sur une soixantaine de mètres.

Selon les pompiers, le pont dit Morandi s’est effondré vers 12H00 (10H00 GMT). « Les équipes des pompiers sont engagés en masse, les équipes de recherches et cynophiles sont activées », avaient-ils annoncé plus tôt sur Twitter.

D’après la direction régionale des pompiers de Gênes, l’infrastructure s’est en grande partie écroulée sur des voies ferrées qu’elle croise.

L’effondrement du viaduc a effleuré les locaux d’une usine produisant de l’énergie dont l’entrée se trouve en contrebas, mais seul le parking semble avoir été touché. L’entreprise était vide à l’approche du 15 août, un jour férié, à l’exception de la présence d’une équipe de maintenance.

Des secouristes à l’oeuvre à Gênes, en Italie, après l’effondrement d’un viaduc d’autoroute, le 14 août 2018 / © AFP / ANDREA LEONI

Les images diffusées montrent le viaduc avec plusieurs dizaines de mètres manquants, dans une zone industrielle. Sur les premiers clichés, on voit une scène dans la brume. Les services météorologiques avaient émis une alerte aux orages et aux fortes pluie en Ligurie.

En raison du relief très accidenté de la région de Gênes, entre mer et montagne, le parcours de l’autoroute est jalonné de longs viaducs et de tunnels.

Le pont Morandi qui s’est écroulé avait déjà essuyé des critiques dans le passé. Selon le site internet ingegneri.info, le pont d’une longueur de 1.182 mètres a été inauguré en 1967. Il a été construit entre 1963 et 1967 avec une structure mixte, en ciment armé précontraint et en ciment armé ordinaire.

Romandie.com avec(©AFP / (14 août 2018 15h05)

Turquie: les cinq raisons de l’effondrement de la livre

août 13, 2018

La livre turque en chute libre face au dollar, sur fond de crise diplomatique entre la Turquie et les Etats-Unis / © AFP / Yasin AKGUL

L’hémorragie de la livre turque face au dollar pose le plus sérieux défi économique à la Turquie de Recep Tayyip Erdogan depuis la crise financière de 2001. Les raisons sont à la fois conjoncturelles et structurelles.

Le 10 août, déjà baptisé « Vendredi noir » par des économistes, a vu la livre perdre quelque 16% de sa valeur face au dollar, une débâcle accélérée par un tweet de Donald Trump annonçant le doublement des taxes à l’importation sur l’acier et l’aluminium turcs.

M. Erdogan a tenté lundi de rassurer les marchés en affirmant que les fondements de l’économie turque étaient « solides ».

Mais les économistes estiment que des explications aux difficultés de la Turquie –17ème puissance économique mondiale qui connaît une forte croissance– sont à rechercher au-delà des politiques économiques du gouvernement.

– Crise avec les Etats-Unis –

Début août, les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre deux ministres de M. Erdogan pour protester contre l’emprisonnement d’un pasteur américain, Andrew Brunson. Ankara a répliqué avec des mesures similaires.

Cette crise entre deux membres importants de l’Otan, la plus grave en plus de 40 ans, a donné des sueurs froides aux investisseurs et a provoqué une chute de la livre turque face au dollar la semaine dernière.

Le tweet de M. Trump sur le doublement des taxes vendredi n’a fait qu’aggraver la situation.

Les sanctions américaines « assèchent le flux de capitaux » en direction de la Turquie, souligne Capital Economics.

– Problèmes structurels –

Chute de la livre turque / © AFP / Laurence CHU

Avant même la crise avec les Etats-Unis, des économistes mettaient en garde contre l’imminence d’une tempête financière. C’est d’ailleurs pour la devancer que M. Erdogan a avancé à juin dernier des élections prévues en 2019, estiment les observateurs.

Le président turc a été confortablement réélu pour un mandat de cinq ans aux prérogatives renforcées.

Les tensions entre Ankara et Washington « n’ont fait qu’exacerber » une crise économique émergente, décrypte Paul T. Levin, directeur de l’Institut des études turques à l’université de Stockholm.

Les problèmes structurels de la Turquie sont illustrés par une forte inflation qui a atteint près de 16% en glissement annuel en juillet et un déficit des comptes courants qui ne cesse de se creuser.

– Politique hétérodoxe –

M. Erdogan a bâti une grande partie de sa popularité depuis son arrivée au pouvoir en 2003 sur une forte croissance et des grands projets d’infrastructures qui ont transformé le pays.

Les économistes décrivent le président turc comme un partisan de la « croissance à tout prix ». A commencer par celui d’un fort endettement.

M. Erdogan provoque régulièrement des haussements de sourcil en soutenant des thèses à rebours de la pensée économique classique. Il affirme par exemple que baisser les taux d’intérêt fait baisser l’inflation, alors que la plupart des économistes défendent l’inverse.

« Il était évident depuis un certain temps (…) que la mauvaise gouvernance économique finirait par avoir des conséquences », souligne M. Levin.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan devant ses partisans dans la ville de Trabzon, le 12 août 2018 / © TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP / Cem OKSUZ / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP

– Taux d’intérêt –

La banque centrale de Turquie est censée être indépendante, mais de nombreux économistes considèrent qu’elle est de plus en plus sous la pression de M. Erdogan.

Sa décision de ne pas relever ses taux d’intérêt le mois dernier en dépit d’une forte hausse de l’inflation a sidéré les marchés.

La banque centrale a annoncé lundi une série de mesures pour rassurer les investisseurs, notamment des facilités pour les liquidités, mais elle n’a pas mentionné les taux.

« Les mesures concernant les liquidités ne s’attaquent pas au problème principal qui est la chute de la livre », souligne Konstantinos Anthis, analyste pour ADS Securities.

– Equipe économique –

Les élections de juin ont marqué une refonte de la politique en Turquie. Le pays est passé à un système hyperprésidentiel qui concentre dans les mains du chef de l’Etat tous les pouvoirs exécutifs.

M. Erdogan n’a pas gardé dans son gouvernement le vice-Premier ministre Mehmet Simsek, une figure respectée et appréciée des marchés.

Il a en outre confié les manettes de l’économie à son gendre relativement inexpérimenté, Berat Albayrak, bombardé ministre du Trésor et des Finances. Sa nomination a été accueillie par une chute de la livre.

« C’est sans aucun doute l’absence d’une réponse rapide, ferme et rationnelle de la part des autorités turques qui a envoyé la livre dans les abysses », note M. Levin.

Romandie.com avec(©AFP / (13 août 2018 16h29)

Facebook s’effondre à l’ouverture de la Bourse à New York

juillet 26, 2018

Touché de plein fouet par des résultats et prévisions décevants, le titre de Facebook plonge à l’ouverture de la Bourse de New York, emportant plus de 100 milliards de dollars de valorisation / © AFP/Archives / JOSH EDELSON

Touché de plein fouet par des résultats et prévisions décevants, le titre du réseau social Facebook plongeait à l’ouverture de la Bourse de New York et emportait dans son sillage plus de 100 milliards de dollars de valorisation.

Après avoir perdu jusqu’à 19,6% en tout début de séance, le titre de l’entreprise dévissait vers 13H50 GMT de 18,34% à 177,61 dollars. A ce niveau, cela correspond à une perte de 115 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Forte d’une envolée de 23,3% depuis le début de l’année, l’action Facebook avait pourtant grimpé mercredi à un niveau inédit, atteignant 217,50 dollars.

Mais le groupe, englué depuis plusieurs mois dans les polémiques, a pris les investisseurs et analystes financiers de court mercredi soir en annonçant ses résultats du deuxième trimestre.

Même si le nombre d’utilisateurs mensuels actifs de Facebook s’affichait au 30 juin en hausse de 11% sur un an, à 2,23 milliards, et que son chiffre d’affaires a sur la période progressé de 42%, à 13,2 milliards, les observateurs s’attendaient à mieux.

Coup de massue pour les acteurs du marché, le groupe a également prévenu que le ralentissement de la croissance et la hausse des dépenses allaient se poursuivre nettement dans les mois qui viennent.

« La chute du cours a été entraînée par les commentaires de la direction, qui a toujours adopté une posture très prudente, sur le ralentissement de la croissance du chiffre d’affaires après un trimestre au cours duquel l’entreprise a pour la première fois (depuis son entrée en Bourse) déçu en matière de revenus publicitaires », selon les analystes de Goldman Sachs.

Ils incitent toujours leurs clients à acheter le titre mais ont réduit leur objectif de prix à 12 mois de 225 à 205 dollars l’action.

« Le deuxième trimestre a apporté des grandes surprises à Facebook », a remarqué de son côté Michael Graham, analyste spécialisé dans les technologies chez Canaccord Genuity, qui a aussi revu son estimation de prix de 240 à 200 dollars.

« La croissance du chiffre d’affaires est affectée de façon importante par les effets de change, les utilisateurs se tournent de plus en plus vers Stories, qui rapportent moins d’argent, et le groupe va potentiellement être affecté par toutes les problématiques autour du Règlement général pour la protection des données », entré en vigueur en mai dans l’Union européenne et qui renforce les droits des usagers, a-t-il souligné.

Romandie.com avec(©AFP / 26 juillet 2018 16h43)

Spectaculaires effondrement d’un immeuble à Istanbul après des pluies

juillet 24, 2018

Des agents municipaux et les forces de l’ordre ont juste eu le temps d’évacuer les habitants de cet édifice situé à Sütlüce, dans le district de Beyoglu sur la rive européenne d’Istanbul, avant qu’il ne s’effondre le 24 juillet 2018. / © Demiroren News Agency/AFP / –

Un immeuble résidentiel de quatre étages s’est effondré mardi dans le centre d’Istanbul après être resté plusieurs heures en équilibre au bord d’un ravin provoqué par un glissement de terrain, selon des images spectaculaires diffusées par les médias.

La base de l’immeuble s’est retrouvée sur plusieurs mètres en suspension au-dessus du vide à la suite d’un glissement de terrain provoqué par un violent orage accompagné de pluies diluviennes qui ont touché la ville pendant la nuit.

Des agents municipaux et les forces de l’ordre ont juste eu le temps d’évacuer les habitants de cet édifice situé à Sütlüce, dans le district de Beyoglu sur la rive européenne d’Istanbul, avant qu’il ne s’effondre.

Alors que les chaînes de télévision diffusaient en direct des images de la scène, l’immeuble s’est mis à vaciller avant de dévaler la pente et de s’écraser quelques mètres plus bas dans un nuage de poussière.

Aucun blessé n’était à déplorer, mais les télévisions turques montraient un tas de gravats fumants qui témoigne de la force de l’impact.

Selon les médias turcs, l’immeuble s’est écrasé dans un trou profond et large de plusieurs mètres qui avait été creusé pour la construction d’un hôtel.

Le maire de Beyoglu, Ahmet Misbah Demircan, a affirmé que les résidents de l’immeuble seraient rapidement relogés, a rapporté l’agence de presse étatique Anadolu, précisant que le bâtiment datait de 1994.

L’incident illustre une nouvelle fois l’état de fragilité dans lequel se trouvent certains immeubles résidentiels à Istanbul face au risque de tremblement de terre, ou même face aux fragilisations provoquées par de simples chantiers alentour.

Romandie.com avec(©AFP / 24 juillet 2018 16h57)