Posts Tagged ‘Elections législatives’

Législatives au Congo-Brazza: second tour sans surprise dimanche, l’opposition conteste

juillet 29, 2017

 

Le président du Congo, Denis Sassou Nguesso, le 27 mars 2017 à Alger. © AFP

Le parti du président Denis Sassou Nguesso, au pouvoir depuis 1997 au Congo-Brazzaville, devrait sans surprise s’assurer la majorité absolue au second tour des élections législatives, dimanche, alors que l’opposition dénonce des fraudes et que les autorités ont reporté le scrutin dans la région en crise du Pool.

Le Parti congolais du travail (PCT) a déjà obtenu 70 sièges sur 151 au premier tour le 16 juillet, contre sept pour l’Union des démocrates et humanistes (UDH-Yuki) de Guy-Brice Parfait Kolélas, et trois pour l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads, première formation d’opposition).

« Les résultats obtenus par chaque parti reflètent le travail abattu sur le terrain. Notre victoire est méritée », a déclaré le secrétaire général du PCT, Pierre Ngolo.

« Des fraudes et de la tricherie »

« Il y a eu quand même des fraudes et de la tricherie. On aurait pu gagner plus de sièges, notamment aux locales (NDLR: qui ont eu lieu le même jour, et également remportées par le PCT) », a estimé M. Kolélas, rival de M. Sassou Nguesso à l’élection présidentielle contestée de 2016.

L’Upads a déposé un recours en annulation pour la circonscription de Louvakou dans le Niari (sud) qu’elle a perdu.

Dans l’Assemblée nationale sortante, qui a siégé de 2012 à 2017, le PCT comptait 92 députés sur 139, contre seulement sept pour l’Upads.

La campagne en vue du second tour, qui prend fin vendredi à minuit, s’est déroulée sans enthousiasme.

Le vote du dimanche concerne 47 circonscriptions, dont sept à Brazzaville, la capitale de ce pays d’environ 4,5 millions d’habitants.

Les autorités ont reporté le scrutin dans neuf des quatorze circonscriptions électorales du Pool (sud). Cette région a replongé dans la violence depuis la présidentielle contestée de mars 2016. Le gouvernement accuse l’ancien chef rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, et ses ex-combattants Ninjas de commettre des exactions sur les populations dont 138.000 personnes sont « en détresse », selon le gouvernement et l’ONU.

Les ONG dénoncent une « répression à huis clos’ ».

Jeuneafrique.com avec AFP

Sénégal/législatives: l’ex-président Wade empêché de manifester à Dakar

juillet 25, 2017

Dakar – Les forces de l’ordre ont empêché mardi l’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, 91 ans, et ses partisans de se rassembler dans le centre de Dakar, dans un secteur déclaré « zone interdite » par les autorités, faisant notamment usage de gaz lacrymogène.

Abdoulaye Wade, qui a pris la tête d’une liste d’opposition pour les législatives de dimanche, avait appelé à une « marche de réclamation des cartes d’électeurs ».

Celle-ci devait en principe se dérouler sur un itinéraire allant de la place de l’Indépendance au ministère de l’Intérieur, en passant devant le Palais présidentiel.

Mais l’ancien président (2000-2012), rentré au Sénégal pour faire campagne le 10 juillet après plus de deux ans d’absence, a été empêché avec ses partisans de rallier le lieu de rassemblement, dont les accès étaient bloqués par des policiers, munis pour certains de boucliers et de matraques.

« La marche n’a pas eu lieu. Des policiers ou des gendarmes ont barré la voie et nous avons rebroussé chemin, comme nous l’avions prévu », a déclaré à la presse Abdoulaye Wade après la manifestation avortée.

« Ce que nous faisons est dans l’intérêt du pays. Nous prenons nos responsabilités pour que les gens votent et pour faire partir (le président) Macky Sall, qui a détruit le Sénégal », a ajouté M. Wade depuis le quartier résidentiel de Fann, à Dakar, où il réside.

« Je l’invite à un débat mais il ne viendra pas. Il est évident que je serai élu (député) mais ma vocation n’est pas d’être élu ni de redevenir président de la République », a-t-il poursuivi, laissant entendre qu’il ne siégerait pas.

Plusieurs dizaines de partisans d’Abdoulaye Wade qui avaient tenté de s’approcher de la place de l’Indépendance ont été dispersés par des jets de gaz, ont constaté les journalistes de l’AFP, qui ont assisté à l’interpellation d’au moins six d’entre eux.

La manifestation était prévue « dans une zone interdite », avait affirmé auparavant à l’AFP le préfet de Dakar, Serigne Babacar Kâne, se référant à un arrêté du ministère de l’Intérieur de 2011 –sous la présidence d’Abdoulaye Wade– interdisant toute « manifestation à caractère politique » dans ce secteur, notamment pour des raisons de sécurité.

L’ex-président conduit une coalition menée par le Parti démocratique sénégalais (PDS), dont il est toujours le chef.

A cinq jours du scrutin, de nombreuses personnes n’ont pas encore retiré leurs cartes d’électeur dans plusieurs zones du pays et risquent d’être privées de vote, selon l’opposition.

Celle-ci accuse le gouvernement de n’avoir pas produit à temps suffisamment de cartes dans le but de priver de vote ses électeurs.

La moyenne nationale de retrait des cartes d’électeurs est de plus de 70%, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo. Plus de 6,2 millions d’électeurs sont inscrits, selon les autorités.

Le président Sall a saisi lundi le Conseil constitutionnel pour autoriser les personnes qui n’auront pas retiré leurs cartes d’électeur à voter avec une autre pièce d’identité comme un passeport ou un permis de conduire, mais l’initiative a été rejetée par plusieurs partis et coalitions de l’opposition.

Les législatives sont organisées avec la participation d’un nombre record de 47 listes, contre 24 en 2012. La campagne électorale ouverte le 9 juillet s’achève vendredi.

Le scrutin vise à renouveler l’Assemblée nationale, où le nombre des sièges va passer de 150 à 165, après une révision constitutionnelle créant 15 postes de députés pour représenter la diaspora sénégalaise.

Romandie.com avec(©AFP / 25 juillet 2017 21h23)                                            

Législatives au Congo-Brazzaville: le PCT de Denis Sassou Nguesso en tête, percée relative de Guy-Brice Parfait Kolelas

juillet 24, 2017

Un bureau de vote au Congo-Brazzaville, en 2016. © John Bompengo/AP/SIPA

Le ministère congolais de l’Intérieur a dévoilé vendredi dans la soirée les résultats du premier tour des législatives du 16 juillet au Congo-Brazzaville. Sans surprise, le Parti congolais du travail (PCT) arrive en tête avec 70 députés élus dès le premier tour. Suivent de loin les membres de l’UDH Yuki, de Guy-Brice Parfait Kolélas.

Il ne lui manquait que six sièges pour obtenir la majorité absolue dès le premier tour des législatives du 16 juillet. Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) a en effet raflé 70 sièges sur les 151 qui étaient à pourvoir dans la nouvelle Assemblée nationale du Congo-Brazzaville.

Au total, 93 candidats ont décroché chacun un siège dès le premier tour, dont sept membres de l’Union des démocrates humanistes (UDH Yuki) de Guy-Brice Parfait Kolélas. Un petit bémol : ces derniers n’ont pas eu d’autre choix que de se présenter à ce scrutin comme des « indépendants », l’UDH Yuki n’ayant pas été agréé comme parti politique par les autorités avant les législatives.

Il n’empêche, Guy-Brice Parfait Kolélas semble satisfait du score réalisé par sa structure au premier tour. « Nous espérions huit sièges, nous en avons obtenu sept. Ce n’est pas un mauvais résultat », a-t-il expliqué lundi 24 juillet à Jeune Afrique. D’autant qu’ « aucune autre formation politique, à part le PCT qui triche, n’a pu gagner autant de sièges », a-t-il ajouté, donnant rendez-vous pour le second tour où quelques candidats UDH Yuki sont encore en course.

L’UPADS et le MCDDI en perte de vitesse

En face, c’est l’effondrement. Le parti de l’ex-président Pascal Lissouba va en effet très mal. Jusqu’ici principale formation politique de l’opposition dite républicaine au Congo-Brazzaville, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) n’a pu remporter que trois sièges au premier tour. Déjà, l’année dernière, son secrétaire général, Pascal Tsaty Mabiala, n’avait pas dépassé le cap de 5% lors de la présidentielle du 20 mars.

L’UPADS n’est pas le seul parti en difficulté. Le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI), formation politique créée par l’ancien Premier ministre Bernard Kolélas, se révèle en perte de vitesse. Son leader Euloge Landry Kolélas, ministre du Commerce extérieur et de la Consommation, n’a pas résisté à Makélékélé 1 face au candidat « indépendant » aligné par son frère Guy-Brice Parfait Kolélas. Pour le second tour, le MCDDI n’a plus qu’un candidat en ballottage défavorable à Mougoundou Sud, dans le département du Niari. Alors que plusieurs autres formations, alliées au PCT pour la plupart, ont quant elles déjà engrangé entre un et trois sièges au premier tour.

Passez la souris sur chaque secteur pour voir le nombre exact de sièges remportés par chaque parti.

https://docs.google.com/spreadsheets/d/e/2PACX-1vTUpZBQJq1FlQZlqMM7iEYI4WgVBy8Emc6sD-WHlW_bmQ-aqBqUuwk8hKO20r0jiv5zUCjMSga82EZL/pubchart?oid=540625597&format=interactive

Congo: suspension de Grégoire Lefouoba et Martin Oyali

juillet 24, 2017

 

Tous ceux qui ont manifesté leur opposition à la fraude du PCT lors des législatives et qui étaient conseillers du Premier ministre Clément Mouamba sont suspendus de leurs fonctions.

Le PCT a un problème avec l’honnêteté et l’intégrité.

 

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Congo: Proclamation des résultats du 1er tour des élections législatives 2017

juillet 22, 2017

 

L’Union africaine sort enfin de son silence à propos des législatives au Congo

juillet 19, 2017

Photo de BrazzaNews.

La mission d’observation de l’Union Africaine venue pendant les législatives du 16 juillet a demandé au gouvernement congolais de prendre des mesures politiques fortes de décrispation favorables à la reprise du dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

Dans une déclaration lue lors d’une conférence de presse par son chef de délégation, l’ex-Premier ministre malien Diango Cissoko, la mission dit: déplorer qu' »une frange de l’opposition se soit tenue en marge du processus électoral », exhortant « tous les acteurs du jeu politique national à toujours privilégier la voie du dialogue dans la résolution des différents et autres contradictions politiques, en vue de préserver la paix ».

Elle a demandé au gouvernement de Denis Sassou Nguesso de « prendre des mesures politiques fortes de décrispation favorable à la reprise du dialogue entre le pouvoir et l’opposition ».

A l’administration électorale, la mission de l’UA a requis d’améliorer sa communication sur le processus électoral, de mettre l’accent sur la formation du personnel électoral, de doter celui-ci des signes distinctifs, de renforcer la présence des femmes dans la gestion du processus, d’améliorer les conditions de distribution des cartes d’électeurs et de mettre à la disposition de tous les bureaux de vote des scellés pour les urnes.

Avec Brazzanews.fr

Congo-Brazzaville: élections législatives et la débâcle du M.C.D.D.I

juillet 18, 2017

Landry KOLELAS s’est fâché contre son directeur de campagne. Il a même gifflé un de ses protocoles. Depuis hier soir, le ministre a des insomnies parce que la population de Makélékélé l’a totalement vomie.

Le ministre du Commerce Landry Kolelas ne reçoit plus les gens dans son siège du centre-ville. Il a gifflé un de ses délégués parce qu’ils lui ont ramené des procès-verbaux qui montrent sa défaite dès le premier tour.
Landry risque de piquer une crise cardiaque comme aux législatives de 2012.

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Congo/Législatives 2017: 8 candidats Yuki élus au 1er tour et 3 en ballotage favorable à Brazzaville

juillet 17, 2017

En attendant les résultats de l’intérieur du Congo, les candidats indépendants Yuki réalisent des bons scores à Brazzaville avec 8 candidats élus au 1er tour et 3 en ballottage favorable.

La suite dans les heures à venir !

Congo: Des élections législatives et locales émaillées de fraudes torrentielles

juillet 16, 2017

Élection législative au Congo Brazzaville : une pluie de la fraude électorale et la corruption s’est abattue sur toute l’étendue du territoire.

Le directeur de campagne d’Exauce Ngambili, candidat du Parti Congolais du Travail (PCT) dans la circonscription de Djiri 2, supervisait le bureau de vote d’Ibalico, il y a eu fraude à grande échelle.

En mi journée, le bourrage d’urnes a continué dans une fausse ambulance garée devant le bureau de vote au quartier du Domaine.

 

La voiture d’Exauce Ngambili, membre du PCT bloquée par les habitants de Djiri 2 après sa tentative de bourrage d’urnes.

Élections législatives : Brazzaville , vive tension à poto-poto au bureau de vote Faignand où les voleurs sont démasqués et dénoncés publiquement. Dans ces conditions comment le PCT peut-il prétendre gagner? Ha j’avais oublié que c’est le Parti Congolais des Tricheurs. Plus personne ne veut avaler ce qu’il a vomi.

Élection législative : NIANGA brûle.
Destiné DOUKAGA a voté sous un escort impressionnant. Les pneus ont été brûlés à nouveau. Un nouveau renfort des militaires est arrivé sur place. La nuit risque d’être ensoleillée.

Photo de BrazzaNews.
Élection législative : POINTE-NOIRE

À LUMUMBA 2, centre la référence. Les bureaux sont quasiment vides, pas d’électeurs. L’un de bureau, 1041 inscrits, à 20min de la clôture à peine 60 votants. Les gens savent que leurs voix seront volées, donc pourquoi se déplacer si sa voix est directement transférée à un candidat X pour gonfler le nombre de sièges de la majorité

Photo de BrazzaNews.
L’école primaire de NGOYO devient le désert du Sahara depuis ce matin. La population à dit NON, juste 10 votants .
 

Élection législative : KELLÉ prouve son kellé (colère). Les urnes emportées par la population.. c’est la débandade.

Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.Photo de BrazzaNews.
Constant Barrond: « Ça fait 27 ans que je suis allé à Kellé… Il n’y a toujours pas d’asphalte sur cette artère principale qu’avons nous fait pour mériter ce sort qui s’acharne sur notre pays depuis tant de décennies? »
 

Élection législative : NKAYI / un jeune a été tabassé ce matin dans l’arrondissement numéro 2, il était entrain de corrompre les gens dans les rues dans l’arrondissement Soulouka avec un gros sac d’argent. C’est un petit de NKAYA Gaspard MAGANE il le faisait pour le compte de ce dernier .MAGANE est sénateur de Nkayi il avait trahi l’UPADS lors des élections présidentielles et le peuple lors du Référendum.

Photo de BrazzaNews.
 

Élections législatives : DIATA ( Brazzaville ) à l’école primaire de Diata.

Les partisans du candidat du PCT Bernard Missamou et ceux de Bonaventure Bounzika ont été arrêtés avec des cartes d’électeurs.
La milice avec l’aide de la population, a pu mettre la main sur eux, et les a libérés quelques minutes après. On note l’absence de papiers jaune pour les procès verbaux dans le bureau de vote. « Ça sent la tricherie, les autres candidats sont inquiets. »

Élection législative : vive tension à Château d’eau (Brazzaville).
Au quartier château d’eau, 16 h 00…
Échange jet de pierre et gaz lacrymogène entre les jeunes de ce quartier et les policiers. L’incident démarre dans le bureau de vote de l’école primaire de NGANGOUONI.

 

Élection législative : MOSSENDJO dans la tricherie NDOUNA.
À Mossendjo dans la première circonscription, le suppléant du candidat François Ndouna en la personne de Aloise Birangui, secrétaire du bureau exécutif municipal sortant a été surpris entrain de corrompre les électeurs en donnant de l’argent. Conduit devant le procureur de la république celui ci est allé juste le déposer dans leur quartier général.

 

Élection législative : MOUNGALI 2 ( Brazzaville). Ines INGANI déploie la corruption et la tricherie.

Ines Ingani, ministre, candidat du Pct, candidat de grande tricherie et corruption. Des fausses procurations délivrées par ses services de compagnes, accompagnées des cartes d’électeurs dupliquées pour sa cause ont été découvertes entre les mains de ses lieutenants. Les billets de banque circulent a une vitesse V

Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Congo: les élections législatives et locales se clôturent sans heurts

juillet 16, 2017

Brazzaville – Les Congolais ont voté dimanche timidement mais dans le calme pour choisir leurs représentants à l’Assemblée nationale et aux conseils départementaux, faisant du taux de participation le plus grand enjeu.

Les bureaux de vote ont fermé à 18H00 (17H00 GMT) et le dépouillement a commencé aussitôt. Dans le bureau de l’hôtel de ville de Brazzaville, il y a eu à peine 28 votants.

« C’est un vote scandaleux et nous le savions déjà qu’il devrait y avoir de la fraude. C’est un système mafieux d’organisation des élections. Depuis 2002, aucune élection juste et transparente n’a été organisée par le régime du président Sassou Nguesso », a déclaré à l’AFP, Clément Miérassa, un leader du Frocad (Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique).

La Fédération de l’opposition congolaise composée du Frocad, de l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), et de la Composante Jean-Marie Michel Mokoko (CJ3M) avait appelé au boycottage.

« Il nous faut aller vers des assises nationales pour régler ce problème d’organisation des élections », a ajouté M. Miérassa.

Le scrutin a démarré avec parfois plus d’une heure de retard.

Les responsables de certains bureaux ont dû attendre que les services de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) leur apportent le matériel électoral.

« Après avoir aménagé le bureau, nous avons reçu le tout premier votant à 08H40 (07H40 GMT) », a raconté à l’AFP le responsable d’un bureau du lycée Mafouta à Brazzaville, Aimé Litébé.

A la mi-journée, le président de la CNEI, Henri Bouka, s’était félicité que « tout se passe bien », espérant que des électeurs viendraient « plus nombreux » avant la clôture.

Des incidents ont toutefois été signalés à Kellé, dans la Cuvette-Ouest (nord), où des manifestants ont emporté des urnes, perturbant le vote et accusant les préposés de la CNEI d’accorder « beaucoup d’avantages au candidat du PCT », a affirmé Antoine, habitant de Kellé. « Les urnes ont été ramenées après moult négociations. Un manifestant a été brutalisé par la police puis admis à l’hôpital. Mais, sa vie n’est pas en danger ».

Le chef de l’État, Denis Sassou Nguesso, dont le parti, le Parti congolais du travail (PCT), cherche à conserver la majorité à l’assemblée, a pour sa part accompli son devoir civique dans la capitale.

Un peu plus de 82.000 candidats sont en lice à ce double scrutin. 151 sièges sont à pourvoir aux législatives contre 1.158 aux locales.

Aucune date n’a été donnée pour la publication des résultats.

Le vote a été reporté dans huit des quatorze circonscriptions du Pool (sud), région voisine de Brazzaville qui a replongé dans les violences après la présidentielle contestée de 2016 remportée par le président Sassou Nguesso.

Romandie.com ave(©AFP / 16 juillet 2017 20h49)