Posts Tagged ‘Éliminatoires’

Éliminatoires CAN 2023 : le calendrier des Léopards de la RDC

avril 22, 2022

Logés dans le groupe I des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2023, les Léopards de la République démocratique du Congo (RDC) connaissent déjà leurs adversaires. Les matches de s’etendront de mai prochain à mars 2023.

Les Léopards de la RDC

La Confédération africaine de football (CAF) a publié le calendrier des matches des groupes des éliminatoires de la CAN 2023 prévue en Côte d’Ivoire. Tirés dans le groupe I, en compagnie des Panthères du Gabon, des Mourabitounes de Mauritanie et des Crocodiles du Nil du Soudan, les Léopards débuteront les éliminatoires à la maison, au stade des Martyrs de Kinshasa, contre les Panthères le 30 mai, pendant que la Mauritanie accueillera le soudan. Le 14 juin en deuxième journée, les Léopards seront reçus à Khartoum par les Crocodiles du Nil. En troisième journée le 19 septembre, ils offriront leur hospitalité aux Mourabitounes et les Panthères accueilleront Libreville les Crocodiles du Nil. La quatrième journée interviendra vite, le 27 septembre, avec la réception des Léopards à Nouakchott par les Mourabitounes, alors que les sélections soudanaise et gabonaise s’affronteront à Khartoum.

Les deux dernières journées décisives de cette phase des éliminatoires se joueront respectivement le 20 et le 28 mars 2023. Les Léopards se rendront d’abord à Libreville ou à Franceville pour défier les Panthères, pendant que les Crocodiles du Nil joueront contre les Mourabitounes à Khartoum. Enfin, la RDC recevra le Soudan à Kinshasa en dernière journée, le 28 mars, au moment où le Gabon se rendra en Nouakchott pour affronter la Mauritanie. Notons que la double confrontation entre la RDC et le Gabon aura une saveur particulière après l’épisode Guelor Kanga, ce joueur congolais d’origine qui joue pour le Gabon et ayant été au centre du litige entre les deux pays à la CAF lors des éliminatoires de la CAN Cameroun 2021. L’on remarque que la RDC débutera les éliminatoires à domicile et y jouera également son dernière match.

Réagissant sur le tirage au sort, le sélectionneur adjoint des Léopards, Dauda Lupembe, a déclaré : « C’est connu de tous, il n’y a jamais de tirage facile ou groupe facile à ce stade. Les adversaires à ce niveau de la compétition se valent. Tout ce que l’on peut faire, c’est de voir comment rentabiliser le temps qui nous reste pour bien préparer ces éliminatoires afin d’arracher la qualification. Pour y arriver, il faudra du sérieux, c’est le moment de travailler sur ce qui n’a pas marché (lors des dernières éliminatoires où la RDC a raté les billets, Ndlr) et voir comment répartir sur de nouvelles bases par rapport aux éliminatoires du mondial. Nous avons des Congolais qui jouent à travers le monde et allons les choisir et faire une sélection afin d’être compétitifs. Nous avons du pain sur la planche ».

De son coté, le sélectionneur des Léopards U17 et entraîneur de Don Bosco de Lubumbashi, Eric Tshibasu, dans une interview sur foot.cd, a indiqué : «Ce n’est pas un tirage facile pour nous. Nous ne devons en aucun cas négliger une équipe, parce que nous avons été éliminés la fois dernière par le Gabon. La Mauritanie aussi fait un bon travail au niveau des équipes d’âge avec une bonne organisation et le Soudan peut être une surprise. Nous devons absolument être sérieux dans l’organisation et ne pouvons pas dire que nous sommes forts ou moins forts, mais nous devons travailler parce que nous n’avons pas pris part a la dernière CAN ».

Avec Adiac-Congo par Martin Enyimo

Eliminatoires Coupe du monde : le stade Alphonse-Massamba-Débat homologué par la CAF

mai 5, 2021

La Confédération africaine de football (CAF)  a  publié  lors de son comité d’urgence,  le 3 mai, la liste des stades homologués  pour les prochains matches des éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022.  Le stade Alphonse-Massamba-Débat  a reçu un  avis favorable mais pas celui de l’Unité à Kintélé.

Une vue du stade Alphonse-Massamba-Débat/Adiac

Selon le constat, vingt- deux  des cinquante –six  pays africains se retrouvent aujourd’hui sans stades. Selon la tendance qui se dégage, ils  verront leurs matches des éliminatoires de la Coupe du monde être délocalisés dans un autre pays disposant des pelouses de qualité  si les matches se disputent au mois de juin. Un détail qui pourrait peser pour un éventuel report des éliminatoires de la zone Afrique. La décision du report sera validée le 15 mai par le comité exécutif de  la CAF.

Pour les problèmes des stades, la CAF, rappelons-le,  avait déjà brandi la menace avant de prononcer les sanctions au cours de son comité d’urgence. L’instance africaine avait, en effet, exigé à ses associations membres d’organiser désormais des matches dans des stades aux normes, c’est-à-dire avec  pelouse, gazon naturel ou synthétique dernière génération.

Le Congo est sauvé de justesse par cette sanction puisque le stade Alphonse-Massamba-Débat dispose depuis les 11e Jeux africains d’une pelouse répondant aux normes. Le stade construit à la faveur des premiers Jeux africains en 1965 est  la seule enceinte congolaise citée  pour accueillir les  rencontres alors que le pays en compte plusieurs.  Le récent stade de l’Unité à Kintélé, le plus grand du pays en termes de capacité (60.050 places ) ne figure pas sur la liste. Il  a accusé le coup  à cause de  sa pelouse qui  manque d’entretien. Ce stade n’abrite plus les rencontres sportives. Quel gâchis !. Que dire alors  de la  pelouse du Complexe sportif de Pointe-Noire qui se trouve aussi dans un état très déplorable.  

Le Cameroun qui venait d’accueillir le championnat d’Afrique des nations et qui s’apprête à abriter la Coupe d’Afrique des nations s’en sort bien avec cinq de ses stades validés. L’Afrique du Sud , le seul pays africain à avoir organisé la phase finale de la Coupe du monde de football, dispose plus d’installations approuvées avec treize suivie de l’Egypte et du Nigeria (sept) et du Maroc (six). La Guinée équatoriale (quatre) vient après le Cameroun. En République démocratique du Congo, seul le stade  du Tout puissant Mazembe a reçu un avis favorable.  

Les pays comme  le Sénégal, le Mali, le Burkina faso, le Libéria,  la Gambie,  la Namibie, le Malawi, le Burundi, l’Eswatini,  la Centrafrique,  le Sud Soudan,  la Somalie, les Seychelles,  Sao Tomé-et-Principe, le Niger,  le Lesotho, le Tchad,  l’Erythrée,  l’Iles Maurice,  de la Réunion, la Sierra Leone et le Zanzibar qui  sont frappés par la sanction et ne disposant d’aucun stade répondant aux normes, pourraient avoir leur salut  si le report des deux premières journées  est confirmé. Ce petit décalage permettra à certains d’effectuer quelques travaux d’urgence.

James Golden Eloué