Posts Tagged ‘Embarcation’

Soudan: 22 écoliers morts dans le naufrage d’une embarcation sur le Nil

août 15, 2018

Une photo prise le 15 août 2016 dans la capitale soudanaise Khartoum montre les rives du Nil dont le niveau de l’eau a augmenté après deux semaines de pluies diluviennes qui ont fait des victimes et provoqué des dégâts / © AFP/Archives / Ebrahim Hamid

Au moins 22 enfants soudanais se rendant à l’école sont morts noyés mercredi dans le naufrage de leur embarcation sur le Nil à quelque 750 km au nord de la capitale Khartoum, ont indiqué les médias officiels.

Les équipes de la Défense civile ont été dépêchés sur place et ont commencé à repêcher les corps, selon un communiqué et un témoin sur place.

Plus de 40 enfants de la région de Kneissa se trouvaient à bord de l’embarcation au moment du drame, a indiqué l’agence de presse soudanaise Suna, qui a fait état également de la mort d’une femme travaillant dans un hôpital, 23e victime du sinistre.

« Ce matin, 22 écoliers et une femme sont morts quand leur embarcation a coulé à Bouhayra alors qu’ils se rendaient à l’école depuis Kneissa », dans la région d’Abou Hamad dans l’Etat du Nil, a rapporté Suna, sans préciser le sort des autres enfants.

Mais selon le témoin, Ibrahim Hassan, neuf enfants ont survécu et les écoliers à bord de l’embarcation étaient âgés de 7 à 15 ans.

Les habitants des villages de la région se déplacent dans des embarcations en bois, souvent vétustes, pour passer d’un côté à l’autre du fleuve, et les écoliers parcourent plusieurs kilomètres à leur bord pour se rendre à l’école.

« L’accident a été provoqué par l’arrêt du moteur de l’embarcation à mi-chemin en raison d’un fort courant », a précisé Suna.

Joint par téléphone, un autre témoin a indiqué à l’AFP que « le bateau traversait le Nil du nord au sud, c’est-à-dire à contre-courant ». « Tout les familles de Kneissa sont en deuil », a dit ce témoins qui a requis l’anonymat.

Long de près de 6.700 km, le Nil est issu de la rencontre du Nil Blanc, qui prend sa source au lac Victoria, et du Nil Bleu, dont l’origine est le lac Tana, en Ethiopie. Les deux fleuves se rejoignent à Khartoum, puis le Nil traverse toute l’Egypte pour se jeter en Méditerranée.

– Ecoles fermées –

Soudan / © AFP / Vincent LEFAI

Les naufrages de ce genre sont rares au Soudan.

En août 2000, 50 élèves sont morts noyés dans l’accident le plus meurtrier du genre au Soudan, quand la barge en bois qui devait les conduire sur l’autre rive du Nil s’est retournée, à 350 km au sud-est de Khartoum.

L’agence Suna avait alors précisé que la petite embarcation était trop chargée, transportant en plus des écoliers une trentaine de sacs de patates douces et dix sacs de sorgho.

Et en septembre 2014, treize Soudanais avaient trouvé la mort dans le naufrage de leur embarcation au nord de Khartoum.

Le niveau des eaux du Nil Bleu est en hausse comme tous les ans pendant la saison des pluies en Ethiopie et des organismes d’aide de l’ONU mettent souvent en garde contre des risques de crue au Soudan entre juillet et novembre.

Mercredi, de fortes pluies se sont abattues sur Khartoum pendant plusieurs heures, inondant les rues et provoquant des coupures d’électricité dans la plupart des quartiers.

Les autorités de la capitale ont annoncé la suspension des cours jusqu’à la fin de l’Aïd al-Adha, la grande fête musulmane du sacrifice, le 25 août.

En août 2013, des inondations avaient fait 50 morts, la plupart à Khartoum. Des centaines de milliers de personnes avaient été affectées par ces inondations, les plus graves à toucher la capitale soudanaise en 25 ans selon l’ONU.

Romandie.com avec(©AFP / (15 août 2018 17h43)

Tunisie: 35 corps de migrants repêchés en mer, selon un nouveau bilan

juin 3, 2018

/ © AFP/Archives / FATHI NASRI

Trente-cinq corps de migrants ont été repêchés et 68 personnes ont été secourues au large du sud de la Tunisie, a indiqué dimanche le ministère de la Défense dans un bilan encore provisoire.

Dans la nuit de samedi à dimanche, une embarcation de migrants a été repérée alors qu’elle était « sur le point de couler », au large des côtes du gouvernorat de Sfax, avait indiqué plus tôt le ministère de l’Intérieur.

Depuis, et jusqu’à « 13H00 locales (12H00 GMT), 35 corps ont été repêchés et 68 migrants ont été secourus », a précisé à l’AFP un porte-parole du ministère de la Défense, Rachid Bouhoula.

L’identité des personnes décédées n’est pas connue. Parmi les rescapés figurent des Tunisiens et sept ressortissants de Côte-d’Ivoire, du Mali, du Maroc et du Cameroun, a-t-il ajouté.

« Les gardes-côtes et la marine poursuivent leurs recherches avec le soutien d’un avion militaire », d’après un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Ce ministère avait fait état d’un « appel à l’aide le 2 juin à 22H45 locales (21H45 GMT) à propos d’un bateau de pêche sur le point de couler au large de Kerkennah avec des migrants à bord ».

« Des unités de la garde maritime à Sfax et de la marine nationale se sont rendues auprès de l’embarcation qui se trouvait à 5 milles nautiques de l’île de Kerkennah et à 16 milles nautiques » de Sfax, la deuxième ville du pays, selon le ministère de l’Intérieur.

Des Tunisiens tentent régulièrement de traverser la Méditerranée, en direction de l’Italie, à la recherche d’un meilleur avenir. Selon des ONG, cela traduit un mal-être persistant chez les jeunes, très touchés par le chômage.

En mars, 120 personnes, en majorité des Tunisiens, tentant de rejoindre clandestinement les côtes italiennes avaient été secourues par la marine tunisienne.

Après un pic en septembre et octobre dernier, les départs ont baissé fin 2017, mais « depuis janvier cette pause a pris fin », selon Matt Herbert, chercheur au sein de l’Initiative mondiale contre le crime organisé transnational, ONG suisse analysant notamment les migrations.

« Beaucoup de gens prennent le large » à défaut de perspective d’emploi satisfaisantes, choisissant de partir « tant qu’ils ont encore des réserves financières » pour le faire, d’après le chercheur.

Romandie.com avec (©AFP / 03 juin 2018 15h54)                

Plus de 250 migrants secourus au large de la Libye

mars 10, 2018

Des migrants secourus au large de la Libye débarquent sur la base navale de Tripoli, le 10 mars 2018 / © AFP / MAHMUD TURKIA

Au moins 252 migrants, qui tentaient de rejoindre l’Europe par la mer en profitant d’une météo calme, ont été secourus samedi par les garde-côtes libyens lors de deux opérations distinctes, a indiqué la marine libyenne.

Le capitaine Rami al-Hadi Ghomed a expliqué à l’AFP que 140 migrants, dont 14 femmes et quatre enfants, avaient été récupérés sur une embarcation « à 16 milles marins au nord de Zawia » (ville 45 km à l’ouest de Tripoli).

Selon cet officier de la marine, ils ont été ramenés à la base navale de Tripoli avant d’être transférés vers un centre de rétention.

La deuxième opération s’est déroulée à 30 milles marins de Garaboulli (60 km à l’est de Tripoli) où « 112 migrants, dont 30 femmes et trois enfants, à bord d’un pneumatique » ont pu être secourus, a indiqué à l’AFP le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine libyenne.

« Les migrants, originaires de pays africains (…), ont bénéficié de soins médicaux avant d’être transférés au centre de rétention de Tajoura », localité située à une trentaine de kilomètres à l’est de Tripoli, a précisé le général Kacem.

Au temps du régime de Mouammar Kadhafi, des milliers de migrants africains traversaient déjà les frontières sud de la Libye pour tenter la traversée de la Méditerranée vers l’Europe mais la situation a empiré après la chute du dictateur en 2011.

Depuis, la Libye, minée par les violences et l’insécurité, est en effet devenue une plaque tournante pour des centaines de milliers de migrants d’Afrique subsaharienne cherchant à rallier l’Italie, dont les côtes ne sont qu’à environ 300 km de celles de l’ouest libyen.

Certains migrants restent parfois en Libye et travaillent plusieurs années pour pouvoir mettre de côté le prix de leur passage par la mer.

C’est le cas de Sunday Adeleghe, un Nigérian de 42 ans, marié et père de quatre enfants, qui a été secouru samedi au large de Zawia.

« J’ai quitté mon pays en juin. (…) Je ne pouvais pas rentrer au Nigeria sans rien », a-t-il raconté à l’AFP. « Je me suis mis à laver des voiture pour économiser de l’argent pour ma famille ».

« Je suis désespéré (…) mais un homme ne peut mourir qu’une fois, pas deux », a-t-il ajouté.

« Si nos gouvernants étaient bons pour nous, les Nigérians ne quitteraient pas leur pays », a expliqué Sunday Adeleghe.

Romandie.com avec (©AFP / 10 mars 2018 18h55)                

Espagne/Aéroport de Madrid: 12 Congolais totalement nus pour éviter l’expulsion

février 17, 2018

 

Douze ressortissants de la RDC ont été protagonistes d’une scène de strip – tease à l’aéroport de Madrid en Espagne pour éviter leur expulsion. Cet acte inattendu a retardé leur reconduite à la frontière pour le scandale causé.

Tous les moyens sont bons pour éviter d’être reconduit à la frontière pour les migrants Africains qui débarquent en Europe. Douze Congolais ont montré leur nudité au public à l’aéroport de Madrid quand la police allait les embarquer dans un vol à destination de Rio de Janeiro d’où elles avaient embarqué trois jours plus tôt.

C’est au contrôle d’immigration que la police avait décidé de leur interdire l’accès sur le territoire Espagnole. Elles étaient en possession des faux documents de voyage, et une fois admises dans la salle de rétention en attente de leur expulsion, elles ont sollicité l’asile politique qui a été rejetée.

C’est lors de leur embarquement pour Rio que les douze se sont déshabillés devant les passagers dans la salle d’attente, déchirant leurs vêtements et dénonçant à haute voix le traitement dont ils ont été l’objet de la part de la police. Un comportement qui a poussé la police à surseoir leur expulsion.

Le groupe de Congolais formé de 8 femmes,2 hommes et 2 enfants aurait été introduit en Espagne par une mafia bien organisée opérant depuis le Brésil, selon la police Espagnole.

Le ministère de l’intérieur a rejeté leur demande d’asile jugée peu convaincante et remplie d’incohérence dans le récit du parcours. Notons qu’une interprète de la même nationalité que ces demandeurs d’asile avait rédigé un rapport mettant en doute leur version des faits.

Il y a dix jours, cinq autres Congolais avaient été renvoyés vers le Maroc dans les mêmes conditions et pour les mêmes faits, et deux autres ont vu leur demande d’asile être acceptée, ce qui leur a permis d’être aujourd’hui dans un centre d’accueil à Madrid.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Méditerranée: treize morts sur une embarcation transportant 167 migrants

juillet 25, 2017

Rome – Treize personnes ont été retrouvées mortes sur une embarcation transportant 167 migrants, à la dérive à proximité des côtes libyennes, a annoncé mardi sur Twitter l’ONG espagnole Proactiva Open Arms.

« Nous avons croisé un canot pneumatique qui était à la dérive, ils étaient 167 à bord, onze étaient morts, plusieurs femmes enceintes et des mères parmi eux », avait d’abord indiqué l’organisation, avant de corriger son bilan à 13 morts. Les gardes-côtes italiens, interrogés par l’AFP, avaient dans un premier temps confirmé un bilan de 11 morts, sur la base des premières déclarations de l’ONG.

Dans la même zone, « par une mer agitée », le navire de l’organisation internationale Save The Children a procédé au sauvetage de quelque 70 migrants qui tentaient eux aussi la traversée sur une petite barque, ont par ailleurs indiqué les gardes côtes italiens.

Ce nouveau drame survient alors que le ministre italien de l’Intérieur Marco Minniti devait recevoir mardi les ONG afin de discuter du nouveau code de conduite que l’Italie souhaite leur faire appliquer.

Accepté par Bruxelles, ce code prévoit une dizaine de mesures, dont l’interdiction pour les navires humanitaires d’entrer dans les eaux territoriales libyennes ou encore l’obligation d’accueillir à bord des représentants de la police judiciaire spécialisés dans le trafic d’êtres humains.

Les ONG sont divisées sur ce code de conduite, certaines étant disposées à traiter avec le gouvernement tandis que d’autres refusent tout type de limitation.

Le ministre a toutefois été clair sur le fait qu’il n’autoriserait pas l’accès aux ports italiens aux organisations qui ne signeraient pas le document.

Même si elle ne cesse de réaffirmer qu’elle continuera à faire « son devoir » en matière d’accueil envers les migrants, l’Italie s’est faite plus pressante depuis quelques mois envers ses partenaires européens afin qu’ils fassent preuve de plus de solidarité.

Le pays se plaint régulièrement d’être insuffisamment soutenu par l’UE face à un afflux de migrants sans précédent, et ce alors qu’il est en première ligne.

L’Italie a également demandé que soient apportées des modifications techniques à la mission européenne Sophia, qu’elle dirige. Décidée en mai 2015, Sophia a pour objectif de lutter contre le trafic de migrants en Méditerranée et doit être reconduite à partir du 28 juillet.

Selon les derniers chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 111.514 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer depuis le premier janvier, dont près de 93.500 en Italie. Plus de 2.360 sont morts en tentant la traversée.

Romandie.com avec(©AFP / 25 juillet 2017 17h41)                   

RDC: 27 morts et 54 disparus dans un naufrage sur la rivière Kasaï

juillet 16, 2017

Naufrage en RDC / © AFP / Vincent LEFAI

27 personnes sont mortes et 54 sont portées disparues dans le naufrage d’une embarcation sur la rivière Kasaï, dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo, et la majorité des victimes sont des élèves qui partaient en vacances, a annoncé dimanche un responsable local.

« Après des vérifications rigoureuses, nous affirmons à ce stade qu’il y a eu 27 morts et 54 disparus dans le naufrage de la baleinière (pirogue motorisée) qui a chaviré dans la nuit de jeudi à vendredi sur la rivière Kasaï » au niveau d’Idiofa, a déclaré à l’AFP l’administrateur du territoire d’Idiofa, Jacques Mbila.

« La surcharge et l’état d’ivresse des conducteurs sont la principales causes de ce naufrage », a ajouté M. Mbila. « Les victimes sont, en majorité, des élèves qui se rendaient en vacances ».

« J’ai pu identifier deux religieuses parmi les 27 corps qui ont été enterrés samedi à Idiofa », a déclaré Nelly Mafuta, journaliste d’une radio locale qui a couvert cet accident.

Le curé de la cathédrale d’Idiofa a déclaré pour sa part « avoir célébré une messe en mémoire de 27 personnes tuées dans ce naufrage ».

Jeudi matin, l’embarcation avait quitté Dibaya, dans la province agitée du Kasaï-central, avec pour destination finale Ilebo, dans l’autre province agitée du centre de la RDC, le Kasaï. C’est au détour de la rivière Kasaï vers le territoire d’Idiofa, dans la province d’Inongo, plus à l’ouest, que l’accident a eu lieu.

Le transport fluvial est l’un des plus usités en RDC, qui dispose de nombreux cours d’eau – le plus important étant le Congo long de 4.700 km, suivi de son affluent, la rivière Kasaï, longue de 2.361 km – et lacs.

La rivière Kasaï traverse les provinces du Kasaï-central, Inongo et Kasaï.

Les naufrages sont fréquents sur les cours d’eau de la RDC, le plus souvent en raison de la surcharge des embarcations.

Les causes des accidents proviennent aussi du mauvais balisage des voies navigables, de l’absence de signalisation des bateaux et de l’inexpérience des pilotes.

La plupart des embarcations ne respectent aucune condition de sécurité (gilets, bouées de sauvetages, signalisations lumineuses).

Romandie.com avec(©AFP / 16 juillet 2017 16h38)                

Naufrage d’un bateau d’au moins 700 migrants au large de la Grèce

juin 3, 2016

Plus de 300 migrants ont été secourus vendredi dans le sud de la mer Egée après le naufrage de leur embarcation, selon la police portuaire grecque, qui fait également état de quatre corps repêchés. Selon l’OIM, au moins 700 migrants se trouvaient à bord du bateau.

Les équipes de secours grecques sont intervenues à 75 milles nautiques environ au sud de la Crète, dans les eaux égyptiennes.

En fin de matinée, 340 personnes avaient pu être secourues. Les garde-côtes n’ont pas communiqué d’informations relatives à leur nationalité. D’après des médias grecs, ils avaient pris place à bord d’une embarcation en bois qui a commencé à prendre l’eau.

Selon une porte-parole de la police, une « importante » opération de sauvetage a été lancée. Les rescapés ont été secourus par cinq bateaux croisant dans la zone. Ils devraient « logiquement » être acheminés en Crète, a-t-elle précisé.

Selon la police portuaire, l’embarcation, longue de 25 mètres, a été repérée, dans la nuit, à « moitié coulée » par un bateau de passage.

En provenance d’Afrique
Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), « le bateau avait quitté l’Afrique avec au moins 700 migrants à son bord ». Aucune indication n’était disponible dans l’immédiat sur la nationalité des migrants.

L’OIM relève une augmentation des arrivées de migrants au sud de la Grèce, sur des voies maritimes reliant l’Afrique du Nord à la Crète.

Le dernier naufrage pourrait indiquer que les passeurs cherchent d’autres voies pour contourner la force navale de l’Otan déployée plus au nord-est, entre les côtes turques et les îles grecques toutes proches notamment de Lesbos et Chios.

C’est par cet étroit bras de mer que des centaines de milliers de réfugiés et migrants avaient rallié l’Europe en 2015 et début 2016.

Romandie.com

VIDEO. Le corps momifié d’un Allemand retrouvé sur un yacht à la dérive aux Philippines

mars 2, 2016

Le corps momifié d'un marin allemand a été découvert sur une embarcation à la dérive aux Philippines.

Le corps momifié d’un marin allemand a été découvert sur une embarcation à la dérive aux Philippines. Capture d’écran YouTube
Le mystère de la mort d’un Allemand dont le corps momifié avait été retrouvé dans un yacht à la dérive dans le sud des Philippines a été résolu lors de l’autopsie.

L’expertise médico-légale a en effet conclu à une crise cardiaque, annonce la police philippine ce mercredi.

La police, qui avait identifié la victime comme étant Manfred Fritz Bajorat, doit encore déterminer d’où ce-dernier était parti et sa destination. «L’autopsie menée par le laboratoire médico-légal régional a établi que la cause de la mort est un infarctus du myocarde aigu», a déclaré le porte-parole de la police nationale. «Le décès du ressortissant allemand remontait à environ sept jours» au moment où il a été découvert, a-t-il ajouté.


La police a pu identifier la victime comme étant Manfred Fritz Bajorat, un ressortissant allemand. (Photo : Capture YouTube.)

Ce sont des pêcheurs qui avaient retrouvé le yacht blanc de 13 mètres dans la mer des Philippines, à une centaine de kilomètres au large de Barbara, sur l’île méridionale de Miranda. Le mât était cassé. Le corps nu et desséché de la victime était à demi-couché sur une table dans la cabine principale. «L’air marin a pu momifier le corps» a expliqué le chef adjoint de la police de Barobo, Mark Navales. «L’homme reposait sur son bras comme s’il dormait» précisait encore Mark Navales ajoutant qu’il n’y avait pas de traces de violences.


Le yacht blanc à la dérive a été retrouvé par des pêcheurs dans la mer des Philippines. (Photo : Capture YouTube.)

L’ambassade d’Allemagne à Manille renvoyait pour toute question sur cette affaire sur le ministère allemand des Affaires étrangères.

VIDEO. Un Allemand sur un yacht à la dérive mort de crise cardiaque aux Philippines (anglais)

Leparisien.fr par V.F.avec AFP

Méditerranée: 40 migrants morts dans la cale d’une embarcation

août 26, 2015

Rome – Une quarantaine de cadavres ont été retrouvés mercredi dans la cale d’une embarcation au large de la Libye, ont annoncé les garde-côtes suédois, qui ont procédé au sauvetage de plus de 430 autres migrants sur ce bateau.

Plusieurs agences italiennes, sans citer leurs sources, ont évoqué un bilan d’une cinquantaine de morts.

Mattias Lindholm, porte-parole des garde-côtes suédois, a expliqué à l’AFP que leur navire Poseidon, engagé dans l’opération européenne Triton, était intervenu pour secourir 439 personnes à bord d’une barque en bois.

Malheureusement dans la cale se trouvaient environ 40 personnes mortes, a-t-il ajouté. Les corps sont actuellement transférés vers le Poséidon. Cela s’est passé au large des côtes libyennes, là où les interventions sont les plus fréquentes.

Le Poséidon était engagé dans les opérations de secours avec des navires italiens et le Phoenix, affrété par Médecins sans frontières et l’organisation maltaise Moas.

Pendant cette opération, une autre embarcation transportant quelque 700 migrants a été repérée dans les environs, selon des médias italiens.

Une opération de secours complexe est en cours. Moas et MSF sur le Phoenix travaillent avec des navires italiens et suédois pour venir en aide à des milliers de réfugiés, a annoncé le Moas sur son compte Twitter.

Interrogés par l’AFP, les garde-côtes italiens ont confirmé qu’une dizaine d’opérations étaient en cours au large de la Libye, pour secourir au moins 2.000 migrants et probablement plus.

Le 15 août, la marine italienne avait découvert les cadavres de 49 migrants, morts asphyxiés dans la cale d’une barque de 13 mètres, où ils avaient été maintenus par les passeurs à coups de pieds et de poings.

Romandie.com avec(©AFP / 26 août 2015 16h11)

Naufrage en RDC: au moins 50 morts et 35 disparus

juillet 29, 2011

Au moins 50 personnes sont mortes noyées et 35 autres sont portées disparues dans le naufrage mercredi soir d’une embarcation sur une rivière du nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris vendredi auprès du gouvernement provincial.

L’embarcation, une grande pirogue motorisée, transportait au moins 200 passagers, et « jusqu’à hier (jeudi) on a compté 115 rescapés et 50 corps repêchés du fleuve difficilement, les autres (passagers) sont certainement perdus ou enfouis dans l’eau », a déclaré à l’AFP la porte-parole du gouvernement de la province de l’Equateur.

La pirogue, qui transportait également des marchandises, « est entrée en collision » de nuit avec une autre embarcation qui naviguait à vide sur la rivière Tshuapa, à 115 km à l’est de Mbandaka, la capitale provinciale, selon la même source.

« Le manifeste du bord a indiqué 200 personnes embarquées, mais cependant les rescapés parlent de 350 personnes », a ajouté la porte-parole Rebecca Ebale Nguma.

Les naufrages sont fréquents en RDC, vaste pays d’Afrique centrale pourvu de nombreux lacs et cours d’eau dont le plus important axe de communication est le fleuve Congo.

Ces accidents sont généralement provoqués par la surcharge des bateaux, le mauvais balisage des voies navigables, l’absence de signalisation des bateaux et l’inexpérience des pilotes.

La plupart des embarcations ne disposent d’aucun matèriel de sécurité. A la suite d’une série d’accidents, fin avril-début mai, la ministre congolaise des Transports, Marie-Laure Kawanda, avait été révoquée.

Jeuneafrique.com avec AFP