Posts Tagged ‘embauche’

Canada-Québec: L’embauche en temps de COVID-19, un grand défi pour les employeurs

avril 19, 2020
Une offre d'emploi pour pourvoir un poste de soudeur
© Marc-Antoine Mageau/Radio-Canada Une offre d’emploi pour pourvoir un poste de soudeur Déjà face à une pénurie de main-d’œuvre, des employeurs de l’Est-du-Québec ont plus que jamais de la difficulté à pourvoir leurs postes. La pandémie de COVID-19 complique les embauches.

Le fait que des employés qualifiés soient sur le chômage et que de nombreuses activités soient en suspens fait du recrutement un vrai casse-tête.

Publicité

Sur la Côte-Nord, la banque de candidatures du Carrefour jeunesse emploi Duplessis est vide. La plupart de ceux qui y étaient inscrits ont déjà trouvé un emploi.

Il est difficile en ce moment de garnir cette banque de candidatures. Ceux qui ont perdu leur emploi à cause des mesures mises en place pour limiter la propagation de la COVID-19 sont souvent craintifs d’aller travailler dans les services essentiels, là où la demande est criante.

Fermeture des régions

De plus, le recrutement d’employés qui proviennent de l’extérieur est compliqué par le contrôle des déplacements entre les régions, affirme la directrice générale du Carrefour jeunesse emploi de Duplessis, Nadia Richard.

Barrage routier sur la route 132 à Sainte-Anne-de-la-Pocatière (archives)

© Samuel Ranger/Radio-Canada Barrage routier sur la route 132 à Sainte-Anne-de-la-Pocatière (archives)
«Avec notre service Place aux jeunes, on va chercher des gens de l’extérieur de la région pour pourvoir les postes plus difficiles avec des formations plus spécialisées. Mais là, tout est mis sur la glace parce qu’on ne peut pas voyager entre les régions.»De son côté, l’agent de migration pour Place aux jeunes au Bas-Saint-Laurent, Martin Poirier, précise que son organisme peut justement accompagner, dans ce contexte, les gens qui doivent venir s’installer la région pour un nouvel emploi.

«J’ai des profils qui doivent traverser des contrôles routiers. Il faut aller chercher l’information juste pour s’assurer qu’ils ne se fassent pas retourner aux points de contrôle.»

Après des discussions avec la Sûreté du Québec, Martin Poirier a appris que les personnes qui ont un bail de location ou une preuve d’embauche avec une date fixe peuvent traverser les points de contrôle entre des régions. Ils devront toutefois respecter la quarantaine de 14 jours une fois arrivés à destination.

Moins de recherches d’emploi

Le directeur général du Carrefour jeunesse emploi Avignon-Bonaventure, Ronald Ménard, remarque aussi que moins de personnes entre 18 et 35 ans font appel aux organismes d’aide en recherche d’emploi. Il estime que le nombre de demandes a baissé de 40 % depuis le début de la pandémie.

Les Carrefours jeunesse emploi prévoient être très occupés lorsque les employeurs reprendront leurs activités. © /iStock Les Carrefours jeunesse emploi prévoient être très occupés lorsque les employeurs reprendront leurs activités. Ronald Ménard précise que les intervenants sont toutefois occupés pendant la pandémie de COVID-19, même si les demandes sont moins nombreuses.

 

Les Carrefours jeunesses emploi ont aussi dû annuler l’ensemble de leurs activités de groupe et leurs événements, mais ils continuent d’accompagner les personnes en recherche d’emploi ainsi que les employeurs, à distance.

L’après-pandémie

Selon Nadia Richard, du Carrefour jeunesse emploi Duplessis, des employeurs se mettent déjà en action pour l’après-pandémie. Des entreprises font des entrevues à distance pour pourvoir des postes et être prêtes à reprendre leurs opérations une fois le confinement terminé.

Le centre de plein air du lac des Rapides

© Tourisme Sept-Îles Le centre de plein air du lac des Rapides
Les employeurs du secteur touristique et les entreprises saisonnières font face à des défis particuliers. L’industrie ne sait toujours pas s’il y aura une saison ou non.Certains employeurs, comme Tourisme Sept-Îles, ont malgré tout commencé à trouver des employés en prévision d’une possible relance, indique la directrice générale de Tourisme Sept-Îles, Marie-Ève Cyr.

D’ailleurs, les Carrefours jeunesse emploi prévoient être très occupés lorsque les employeurs reprendront leurs activités.

Par Radio-Canda avec les informations de Marie Kirouac-Poirier

Canada/Québec: Opération contre des agences qui embaucheraient illégalement des immigrants

juin 5, 2019
© Jean-Philippe Robillard
 

Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec mène des opérations dans la région de Montréal et en Montérégie dans le cadre d’une enquête sur des agences de placement de personnel qui embaucheraient illégalement des immigrants.

Le ministère a visé huit endroits, dont une usine de transformation de viande à Sherrington, en Montérégie. Le réseau d’agences recrutait des immigrants, parfois sans permis de travail, pour les faire travailler dans des entreprises avec une rémunération « parfois » inférieure au salaire minimum.

Selon le ministère, les agences ne respectent pas toujours les normes du travail et privent parfois les travailleurs d’une protection sociale en cas de maladie ou de perte d’emploi.

Le ministère a entamé son enquête après avoir obtenu des renseignements sur un possible stratagème frauduleux qui viserait des travailleurs vulnérables.

« Advenant que les perquisitions permettent de confirmer certains éléments de l’enquête, les dirigeants du réseau visé pourraient faire face à des poursuites judiciaires », explique-t-on au ministère.

Avec Radio-Canada.ca par Jean-Philippe Robillard

Congo: Dominique Okemba veut embaucher le vieux Béembé qui a fini avec Zulu Bad

novembre 22, 2017

 

A Mpila où le pouvoir est en grande partie assis sur les fétiches, on aime pas entendre sur l’existence d’un grand sorcier ou féticheur quelque part.Depuis que Sassou et Okemba ont su que leur chien de service Zulu Bad a subi la colère d’un vieux Béembé, les recherches ont été aussitôt lancées pour l’embaucher comme élément de sécurité mystique de Denis Sassou Nguesso.

C’est hier mardi que l’ancien assassin tribale et tueur à sans froid Rodrigue Amboulou dit Zulu Bad a été conduit à sa dernière demeure. L’homme qui pour ses proches est un vaillant policier et pour ses détracteurs un sanguinaire a rendu l’âme suite aux incantations mystiques d’un vieux Béembé à qui il a tué froidement le fils au grand marché de Pointe-Noire.

Zulu Bad qui était aussi protégé par les fétiches de ses parents Mbochis n’a pas pu éviter que la foudre béembée le terrasse. Un fait qui a poussé Jean Dominique Okemba, le gardien mystique du clan Nguesso à vouloir coûte que coûte rentrer en contact avec le bourreau de Zulu Bad.

« Tata ya mo bémbé wana aza makassi,memela nga yé awa » aurait ainsi suggéré Sassou à Okemba. Le pouvoir de Sassou et son écurie est depuis menacé par le vent de liberté qui souffle sur la jeunesse Congolaise, laquelle est lassée de ces incompétents et voleurs qui n’arrêtent de sacrifier son avenir.

Dans le rêve continue de conservation de pouvoir, Denis Sassou Nguesso a plus confiance à ses fétiches qu’à autre chose, et avoir un maximum de marabouts et féticheurs à son service est une garantie.

Des propositions financières alléchantes seront faites au vieux Béembé pour qu’il accepte de devenir un élément de haut rang de la sécurité fétichiste de Denis Sassou Nguesso composée à ce jour des Burundais, Rwandais, Beninois, Indiens, Nigeriens etc

Denis Sassou Nguesso est si bête qu’il oublie que tout les plus grands féticheurs meurent dans un hôpital ou après avoir y été tout au moins.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Les jobs à éviter et ceux qui ont la cote

avril 13, 2012

Vous trouvez votre métier harassant, mal payé ou précaire ? Vous n’êtes peut-être pas le plus mal loti.

Si vous cherchez une idée de reconversion, jetez un coup d’œil au dernier classement réalisé par Careercast.com. Ce site d’offres d’emplois a listé les meilleurs et les pires métiers à exercer aux Etats-Unis en 2012, en comparant les perspectives de recrutement, le stress lié à la fonction, le niveau de salaire ou encore la qualité de l’environnement de travail.

Le job le moins séduisant : bûcheron. Effort physique conséquent, risque important de blessure, taux de chômage particulièrement élevé dans le secteur… les inconvénients sont nombreux. Même la fiche de paie ne fait pas rêver, à 32.114 dollars par an, en moyenne.

Parmi les autres fonctions à éviter, figurent essentiellement des métiers manuels (exemple : éleveur de vaches laitières), demandant peu de qualifications (serveur) ou particulièrement dangereux (soldat). Les jobs de journaliste dans un quotidien et d’animateur radio font aussi leur entrée dans cette liste, en raison des faibles perspectives d’embauche.

A l’inverse, le meilleur métier serait celui d’ingénieur en informatique. Le nombre d’offres d’emplois pour ce type de poste est particulièrement important, et le salaire élevé (88.142 dollars en moyenne). Les jobs liés à la santé ont aussi la cote : dentiste, audiologiste, ergothérapeute…

Les 10 pires jobs :

1. Bûcheron

2. Eleveur de vaches laitières

3. Soldat

4. Ouvrier dans une plate-forme de forage pétrolier

5. Journaliste de presse papier

6. Serveur

7. Releveur de compteurs

8. Plongeur en restauration

9. Boucher

10. Animateur radio

Les 10 meilleurs métiers :

1. Ingénieur en informatique

2. Actuaire

3. Responsable des ressources humaines

4. Dentiste

5. Conseiller financier

6. Audiologiste

7. Ergothérapeute

8. Responsable publicité en ligne

9. Analyste des systèmes informatiques

10. Mathématicien

Source: Capital.fr