Posts Tagged ‘Employé’

Bangladesh: un employé d’un monastère hindou massacré à coups de machette

juin 10, 2016

Dacca – Des inconnus ont tué à coups de machette un employé d’un monastère hindou au Bangladesh vendredi, nouvel épisode d’une longue série de crimes similaires ayant visé en particulier des membres de minorités religieuses.

Ce meurtre intervient alors que la police a lancé cette semaine une série d’opérations pour tenter d’endiguer ces meurtres, tuant lors de fusillades cinq membres d’un groupe islamiste interdit accusé d’être impliqué dans ces violences.

Nityaranjan Pande, 62 ans, a été tué alors qu’il faisait sa marche quotidienne du matin dans le district de Pabna (nord-ouest) où se trouve le monastère Shri Shri Thakur Anukulchandra Ashram, selon la police.

Il était diabétique et marchait chaque matin tôt. Plusieurs agresseurs l’ont frappé au cou à coups de machette pendant sa promenade. Il est mort immédiatement, a dit à l’AFP le chef de la police locale, Abdullah Al-Hasan.

Il travaillait depuis environ 40 ans au monastère. Il était le chef des employés depuis quelques années, a-t-il précisé.

L’assassinat n’a pas été revendiqué dans l’immédiat.

Mais selon le responsable de la police du district, Alamgir Kabir, ce meurtre rappelle les attaques similaires perpétrées par des extrémistes islamistes qui ont frappé d’autres membres de minorités religieuses ainsi que des défenseurs de la laïcité et des intellectuels.

Il n’y a pas de témoin de l’attaque, qui s’est produite très tôt, a déclaré ce responsable, Alamgir Kabir, à l’AFP.

Une cinquantaine d’assassinats ont été commis en trois ans au Bangladesh, la plupart revendiqués par l’organisation Etat islamique (EI) ou par la branche d’Al-Qaïda en Asie du Sud.

Le gouvernement de Sheikh Hasina, soumis à une pression croissante de la communauté internationale pour mettre fin à cette vague de violences, impute ces assassinats à des islamistes bangladais, rejetant les revendications des deux groupes jihadistes.

Au cours de la seule dernière semaine, une prêtre hindou âgé et un épicier chrétien ont été tués à coups de machette tandis que la femme d’un policier anti-terroriste a été poignardée et tuée par balle.

Son mari avait conduit plusieurs opérations contre des membres de l’organisation islamiste interdite Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB) dans la ville de Chittaging (sud-est). Ce sont cinq membres du JMB qui ont été tués cette semaine par la police, soupçonnés d’avoir été impliqué dans des meurtres.

Shahidul Hoque, un haut responsable de la police du Bangladesh, a promis jeudi devant une réunion des cadres policiers à Dacca que ceux qui ont tué la femme du policier seraient traduits en justice très rapidement.

Selon des experts, la vague de répression ayant visé l’opposition, dont le principal parti islamiste Jamaat-e-Islami, a poussé à la radicalisation un bon nombre d’opposants.

Le Bangladesh, officiellement un pays laïc, compte environ 90% de musulmans. Quelque huit pour cent de sa population est hindoue.

Romandie.com avec(©AFP / 10 juin 2016 11h57)

Présidence de la République : 1700 employés fictifs démasqués

septembre 1, 2011

Au moins 1.700 personnes, n’ayant ni statut, ni contrat de travail clair, émargeant pourtant à la Présidence de la République chaque mois depuis plusieurs années, ont été découvertes, suite à un audit du fichier du personnel, opéré par les nouvelles autorités ayant en charge la direction des ressources humaines et des moyens généraux de la Présidence. Nous avons appris l’information, le mercredi 31 août 2011, auprès d’une source proche du dossier.

Sur un personnel estimé à « 2500 employés, seulement 800 ont un statut et un contrat de travail clair à la Présidence de la République », a ajouté notre source qui a plaidé l’anonymat. « Ces gens n’ont aucun contrat avec la Présidence. Mais chaque fin de mois, ils passent à la caisse. Nous les avons démasqués et avons décidé de les retirer, purement et simplement, du fichier du personnel. Ce sont des employés fictifs que nous aurions pu traduire devant les juridictions ivoiriennes », s’est emporté notre interlocuteur. Pour lui, il serait abusif, dans le cas de ces personnes, de parler de « licenciement » car elles n’ont jamais fait partie du personnel de la présidence. Chasse aux sorcières ou chasse au personnel fictif ?

Quoiqu’il en soit, la Présidence a décidé de mettre un peu d’ordre dans la maison. C’est dans ce cadre que Mme Gneba Nadine, Directeur des ressources humaines a convoqué, le lundi dernier 29 août, le personnel du Palais pour lui faire part de la décision de dégraissage, voire de purge qui devrait toucher 530 employés issus de toutes les catégories. Ce sont, entre autres, des agents de bureau, des secrétaires, des journalistes, des cadres, des conseillers techniques, des chauffeurs, qui pourraient être virés.

A Yamoussoukro, au moins 142 employés auraient été touchés par ce vent de « nettoyage » qui souffle sur la Présidence. La liste des « déflatés » devrait être affichée, hier mercredi 31 août au palais de la présidence. Mais jusqu’en milieu d’après-midi, cette liste se faisait toujours attendre.

Au dernier moment, la direction du personnel aurait choisi la formule la moins dégradante, qui consisterait à adresser, directement, sous pli fermé, les lettres de « licenciement » à ces 530 personnes qualifiées de fictives.

Soir Info par Armand B. DEPEYLA