Posts Tagged ‘Engin explosif’

Burkina: un engin explosif tue six personnes dont des enfants

août 2, 2020

 

Au moins six personnes, dont des enfants, ont été tuées samedi soir par l’explosion d’un engin artisanal au passage de leur charrette dans une région du nord du Burkina confronté à des attaques djihadistes, selon des sources sécuritaires et locales.

«Une charrette conduite par un groupe d’enfants a explosé sur un engin artisanal hier samedi, aux environs de 17h. Le bilan provisoire est de six morts et quatre blessés», a déclaré à l’AFP une source sécuritaire. «Les blessés ont été évacués au CHR (Centre hospitalier régional) de Ouahigouya. Une équipe (militaire) a été envoyée sur place pour le constat et sécuriser la zone», a précisé cette source.

Les victimes sont «presque toutes des enfants qui revenaient de pâturage avec leurs animaux» lorsque leur charrette a sauté «sur la mine», selon un habitant joint à Ouahigouya.

Le Burkina Faso, particulièrement les régions du nord et de l’est, est confronté à des attaques djihadistes qui ont fait plus de 1 000 morts et environ un million de déplacés depuis 2015. Les attaques avec des engins explosifs improvisés s’y sont multipliées depuis 2018 coûtant la vie à près de 200 personnes – civils et militaires -, selon un décompte de l’AFP. Ces attaques sont souvent couplées à des embuscades.

Les violences djihadistes dans le Sahel, souvent entremêlées à des conflits inter communautaires, qui ont fait plus de 4000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso, selon l’0NU.

Par Le Figaro avec AFP

Mali: les Casques bleus tués sont tchadiens

septembre 2, 2014

Nations unies (Etats-Unis) – Les quatre soldats de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) tués mardi par un engin explosif dans le nord-est du pays sont de nationalité tchadienne, a précisé l’ONU.

Le porte-parole des Nations unies Stéphane Dujarric a aussi indiqué que quinze autres (Casques bleus) avaient été blessés dans cette attaque près de Kidal, dont six grièvement.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a condamné cette attaque et a affirmé, dans un communiqué, que de telles attaques n’affaibliront pas la détermination des Nations unies à soutenir le peuple malien dans sa quête de paix.

L’Etat-major de l’armée malienne basé à Gao, principale ville du Nord du Mali, avait auparavant déclaré qu’un engin explosif avait percuté un véhicule de l’ONU dans le Nord-Est, faisant état de quatre morts et deux blessés seulement et sans donner la nationalité des victimes.

Selon deux habitants de Kidal, chef-lieu de la région où l’incident a eu lieu, un avion de la mission de l’ONU effectuait mardi beaucoup de survols de la zone, après la mort des soldats de l’ONU.

Trois groupes jihadistes, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Dine et le Mujao, ont contrôlé pendant près de dix mois le Nord du Mali, d’où ils ont été en grande partie chassés par une intervention internationale menée par la France en janvier 2013.

Des attaques continuent néanmoins à se produire dans cette région du pays.

Romandie.com avec(©AFP / 02 septembre 2014 22h26)

Egypte: L’ONG des Frères musulmans menacée de dissolution

septembre 2, 2013

La justice égyptienne a recommandé lundi la dissolution des Frères musulmans en tant qu’organisation non gouvernementale (ONG), a-t-on appris de sources judiciaires. Un tribunal se prononcera le 12 novembre sur le dossier.

L’organisation islamiste, fondée en 1928 et officiellement interdite depuis 1954, s’est constituée en ONG pour répondre à ceux qui l’accusent de n’avoir aucun statut légal.

La confrérie a fonctionné dans une illégalité formelle jusqu’à la chute du régime d’Hosni Moubarak en février 2011, à la suite de laquelle le courant islamiste a remporté une série de succès électoraux qui ont porté ses partisans au pouvoir.

Les partisans du président égyptien déchu Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, ont quant à eux appelé à des manifestations à l’échelle nationale mardi, deux mois jour pour jour après sa destitution par l’armée. Ils souhaitent « une participation active dans ces manifestations et autres activités visant à obtenir le retour » de M. Morsi.

Deux semaines de répression sanglante

Les partisans du président islamiste déchu n’avaient rassemblé que quelques milliers de manifestants vendredi dernier, signe que leur capacité à mobiliser a été réduite par deux semaines de répression sanglante et l’arrestation de leurs dirigeants.

Premier président élu démocratiquement en Egypte, M. Morsi a été destitué et arrêté le 3 juillet par l’armée. Le 14 août, le gouvernement mis en place par l’armée a ordonné la dispersion par la force de tous les rassemblements pro-Morsi, provoquant un bain de sang, en particulier au Caire.

Plus d’un millier de personnes ont été tuées en une semaine, des manifestants pour l’essentiel, et plus de 2000 Frères musulmans ont été arrêtés, dont la quasi-totalité des dirigeants de la confrérie.

Au Caire, une bombe artisanale a explosé dans un poste de police du centre, blessant deux employés, rapporte l’agence de presse égyptienne Mena. L’engin explosif a été lancé par trois personnes circulant à moto, précise l’agence.

Romandie.com

Sidney: La police a réussi à libérer la jeune fille attachée à un engin au cou

août 3, 2011

FAITS-DIVERS – Les démineurs ont mis une dizaine d’heures pour venir à bout de l’engin, «très élaboré»…

DERNIERE INFO: La jeune fille a été libérée de l’engin explosif après 10h de travail des démineurs.

Un scénario digne des pires films à suspens d’Hollywood. La police australienne a réussi ce mercredi au terme de longues heures de travail à désamorcer un engin apparemment explosif attaché au cou d’une jeune fille, à son domicile de Burrawong Avenue, dans le quartier chic de Mosman, à Sydney. Selon le Daily Telegraph australien, la victime s’appelle Madeleine Pulver et a fêté son 18e anniversaire il y a seulement trois semaines.

Le commissaire adjoint de la police du New South Wales, Mark Murdoch, a annoncé la libération de la jeune fille lors d’une conférence de presse peu après minuit (16h, heure de Paris). «Elle est désormais entre de bonnes mains, avec ses parents», a-t-il ajouté, précisant que les parents de Madeleine, William et Belinda Pulver, sont «immensément soulagés» que leur fille soit saine et sauve. La jeune fille a été conduite à l’hôpital pour un check-up.

Mark Murdoch a félicité l’ensemble des secours pour leur «travail extraordinaire». «Notre principal objectif a toujours été d’assurer la libération de la jeune fille. Nous ne savons toujours pas si l’engin était vraiment explosif, et l’enquête continuera dès jeudi matin», a-t-il encore affirmé. Les démineurs ont réussi à délivrer la jeune fille grâce aux conseils des experts de la police fédérale australienne et des militaires britanniques. L’engin est intact et va être examiné plus avant par les spécialistes en explosifs.

Un «engin très élaboré»

«Cet engin est très élaboré. Les spécialistes du déminage ont mis 10 heures pour en venir à bout.L’enquête commence désormais. Elle a été confiée à la brigade des vols et crimes majeurs, qui s’occupe également des tentatives d’extorsion.

«La jeune fille nous a transmis de nombreuses informations, que nous pouvons désormais exploiter. Nous voulons mettre la main sur celui qui a fait cela», a ajouté Mark Murdoch, précisant que la jeune fille avait déjà été en contact avec la personne qui a attaché l’engin. Il a cependant refusé de donner les revendications de l’auteur présumé. Mark Murdoch a ajouté qu’il pensait que c’était la première fois qu’une chose pareille arrivait en Australie. «La famille ne sait comment expliquer ce qui vient de se passer, quelle pourrait en être la motivation. Nous sommes toujours sur nos gardes», a-t-il conclu.

Seule dans la maison, près de l’engin explosif

Les faits ce sont déroulés vers 14h40, heure locale, ce mercredi après-midi (6h40 ce mercredi matin à Paris). La police a été prévenue par le père de la jeune fille, «après la découverte d’un paquet suspect». Lorsque les policiers sont arrivés sur place, ils ont trouvé la jeune fille seule dans la maison près de l’engin explosif, a précisé Mark Murdoch, qui a indiqué qu’il ne pouvait «pas confirmer que l’explosif était attaché à la jeune femme», mais que cette dernière était «proche de la bombe» et ne pouvait pas s’en éloigner.

Il s’agirait d’une bombe en pendentif, attachée autour du cou de la victime. Les circonstances dans lesquelles l’engin explosif a été attaché à la jeune femme ne sont pas claires, mais la police est sûre que la jeune fille ne l’a pas elle-même mis en place. «L’engin auquel nous avons affaire se révèle être particulièrement difficile à comprendre, et nous tentons de déterminer ce que c’est et ce que ce n’est pas». Quatre agents de police, dont des spécialistes de la négociation, ont passé l’après-midi et la soirée aux côtés de la jeune fille pour tenter de lui faire garder son calme.

L’une des familles les plus riches de Sydney

Selon le Syndey Morning Herald,un homme cagoulé aurait pénétré dans la maison et placé l’engin explosif autour du cou de la jeune fille en début d’après-midi. Selon un policier cité par le Daily Telegraph, il pourrait s’agir d’une tentative d’extorsion. La victime fait en effet partie d’une des familles les plus riches de Sydney. Selon la note, citée par des sources policières à la presse, il y aurait eu de quoi faire sauter la maison toute entière.

Le quartier avait donc été évacué, et un poste de commandement avait été mis en place au coin de Burrawong Ave et de David Street. Les habitants évacués ont été accueillis dans une salle communale à Rawson Park, où ils pourront se restaurer, et passer la nuit.

20Minutes.fr