Posts Tagged ‘engineering corporation’

Congo/ Nationale n°1 : Le tronçon Dolisie-Brazzaville se construit

août 25, 2012

Le chantier de la route nationale n°1, notamment le tronçon Dolisie/Brazzaville (385km) évolue suivant le calendrier contractuel. Lancés en décembre dernier, les travaux de cette route sont estimés à plus de 765 milliards de francs CFA et exécutés par la société China state construction engineering corporation LTD (CSCEC) qui a également construit le premier segment reliant Pointe-Noire à Dolisie (160km).

Nationale n°1 : Le tronçon Dolisie-Brazzaville se construit
Le chantier avance à un rythme remarquable malgré quelques difficultés du parcours. Au troisième trimestre de cette année sur 359km de terrassements, 217km ont été effectués, 243 dalots sur 432, 8 ponts en construction, 123km d’assainissement sur 358km, 101km de fondation sur 359km.

Il est prévu en plus d’ouvrages d’art, des postes de péage/pesage, la construction des écoles et des centres de santé intégrés (CSI) le long du tracé qui fera la jonction avec la nationale n°2 (Brazzaville-Ouesso) au village Yié. Le tronçon accueillera une classe de trafic de 3000 véhicules poids lourd par jour avec une charge à l’essieu de 13 tonnes, une vitesse de référence de 80km en rase campagne et 60km en zone urbaine.

Le contrôle des travaux de cette route dite lourde est assuré par le cabinet conseil Egis International. Le chantier est scindé en cinq modules à savoir Dolisie-Nkayi (78km), Nkayi-Loutété (76km), Loutété-Mindouli (54km), Mindouli-Mienanzambi (76km), Mienanzambi-Yié (75km) Kintélé-Brazzaville (20km).

L’entreprise en charge des travaux entend mettre à profit la saison actuelle pour répandre les enrobées sur la bretelle Dolisie-Nkayi. Après avoir vaincu l’axe le plus délicat, notamment la région forestière et montagneuse du Mayombe, la CSCEC ne souhaite plus qu’atteindre Brazzaville.

Le chantier du tronçon Dolisie-Brazzaville mobilise 1800 techniciens et ingénieurs chinois et quelque 6000 nationaux. Malgré la présence du chantier, cette route ne cesse d’être sollicitée par les usagers qui rallient les deux villes congolaises les plus peuplées, Pointe-Noire et Brazzaville.

Certains importateurs de véhicules n’acheminent plus leurs marchandises destinées au nord Congo sur le Chemin de fer Congo océan (CFCO) depuis la fin des travaux de la bretelle Pointe-Noire/Dolisie.

L’aménagement et le bitumage de la zone du Mayombe ont réduit les distances, favorisant l’écoulement sur le marché de Pointe-Noire des produits vivriers provenant des localités des départements du Kouilou, Niari, Bouenza et Lékoumou.