Posts Tagged ‘enquête internationale’

Beyrouth: le président libanais évoque un «missile» et rejette une enquête internationale

août 7, 2020

 

La terrible explosion ayant fait au moins 150 morts au Liban mardi pourrait être due «soit à la négligence, soit à une intervention extérieure», a déclaré Michel Aoun.

Le président libanais, Michel Aoun, a affirmé vendredi 7 août que la terrible explosion au port de Beyrouth était due «soit à la négligence, soit à une intervention extérieure», évoquant l’hypothèse «d’un missile».

«Il est possible que cela ait été causé par la négligence ou par une action extérieure, avec un missile ou une bombe», a déclaré le chef de l’État lors d’un entretien avec des journalistes retransmis à la télévision, trois jours après la catastrophe qui a fait plus de 150 morts. C’est la première fois qu’un responsable libanais évoque une piste extérieure dans l’affaire de l’explosion, les autorités affirmant jusqu’à présent qu’elle a été provoquée par un incendie dans un énorme dépôt de nitrate d’ammonium.

Michel Aoun a également rejeté toute enquête internationale, pourtant évoquée par Emmanuel Macron la veille, estimant qu’elle ne ferait que «diluer la vérité».

Images aériennes demandées à la France

Le chef de l’État, âgé de 85 ans, a ajouté avoir «personnellement» demandé jeudi au président français Emmanuel Macron qu’il a reçu au palais présidentiel «de nous fournir des images aériennes pour que nous puissions déterminer s’il y avait des avions dans l’espace (aérien) ou des missiles» au moment de l’explosion mardi.

«Si ces images ne sont pas disponibles chez les Français, on demandera à d’autres pays», a ajouté Michel Aoun, violemment critiqué par la population qui dénonce l’incompétence des autorités et la corruption. Outre le nitrate d’ammonium, une substance explosive, le procureur militaire a évoqué la présence de «matériaux hautement inflammables et des mèches lentes» selon un communiqué.

Revoir un régime politique «paralysé»

Le président libanais a également jugé nécessaire de revoir un régime politique «paralysé», au lendemain d’une visite de son homologue français, Emmanuel Macron, qui avait appelé les responsables à «changer le système».

«Nous sommes confrontés à une révision de notre système basé sur le consensus car il est paralysé et ne permet pas de prendre des décisions qui peuvent être mises en œuvre rapidement: elles doivent être consensuelles et passer par plusieurs autorités», a estimé le président, conspué par une grande partie de l’opinion publique libanaise, encore plus après l’explosion effroyable au port de Beyrouth.

Par Le Figaro avec AFP

Libye : une autopsie aurait été pratiquée sur le corps de Kaddafi

octobre 23, 2011

L’agence Reuters a annoncé dimanche qu’une autopsie avait été pratiqué sur le corps du colonel Kaddafi, décédé jeudi. Dans un entretien à la BBC, Mahmoud Jibril a pour sa part indiqué qu’il aurait souhaité que l’ex-dictateur « soit encore en vie », afin de pouvoir le juger.

Le corps de Mouammar Kaddafi aurait été autopsié. L’information provient de l’agence de presse Reuters, qui dit avoir été en contact avec une personne ayant participé à l’examen médical du corps de l’ex-dirigeant libyen.

« Nous avons travaillé toute la nuit, nous venons de terminer », a relaté dimanche cette source qui n’a pas dévoilé les conclusions de l’autopsie. L’examen aurait été mené par des médecins légistes libyens dans une morgue de la ville de Misrata, où le corps du colonel était exposé au public toute la journée de samedi. Selon la chaîne de télévision CNN, Mouammar Kaddafi serait mort d’une blessure par balle à la tête.

« Il n’y aura pas d’autopsie aujourd’hui [samedi], ni un autre jour. Personne n’ouvrira le corps [de Kaddafi] », avait pourtant déclaré à l’AFP le porte-parole du conseil militaire de Misrata, Fathi Bachagha.

Mahmoud Jibril voudrait « qu’il soit encore en vie »

Le chef du CNT, Mustapha Abdeljalil, a pour sa part déclaré samedi qu’une enquête était en cours sur les circonstances de la mort du dirigeant déchu. Dans une interview accordée à la BBC, Mahmoud Jibril, le chef de l’exécutif provisoire au sein du pouvoir intérimaire libyen, a lui, indiqué qu’il aurait souhaité voir le colonel être jugé. « Pour être honnête avec vous, personnellement, j’aurais souhaité qu’il (Mouammar Kaddafi) soit encore en vie. Je veux savoir pourquoi il a infligé tout cela au peuple libyen », a-t-il dit.

Sur la question d’une enquête qui devrait être conduite par une équipe internationale concernant les circonstances troubles entourant la mort de Kaddafi, Mahmoud Jibril a répondu : « Oui, cela nous convient parfaitement mais en ce qui concerne le corps quand il est enterré selon le rite musulman (…) une fois qu’il est enterré, il est enterré. Nous avons le rapport du médecin légiste, j’ai moi-même vu le cadavre. Je peux témoigner qu’il n’y a pas de contusions sur son visage ou sur son corps. »

Dimanche, un responsable du CNT a annoncé parallèlement que le corps de Mouammar Kaddafi serait rendu à ses proches. « La décision a été prise de le rendre à sa famille élargie, car aucun membre de sa famille proche n’est présent pour le moment », a déclaré Ahmed Jibril.

Jeuneafrique.com