Posts Tagged ‘Enregistrement’

France: La Cour de cassation valide les enregistrements Benalla

décembre 1, 2020

Les enregistrements, diffusés par Mediapart, avaient révélé que l’ancien collaborateur du président Macron et son ami Vincent Case avaient violé leur contrôle judiciaire pour se rencontrer brièvement le 26 juillet 2018.

La Cour de cassation a refusé mardi 1er décembre d’invalider les enregistrements d’une rencontre entre Alexandre Benalla et Vincent Crase en violation de leur contrôle judiciaire, qui les avait brièvement conduits en prison en février 2019, selon un arrêt consulté par l’AFP.

Les enregistrements, diffusés par Mediapart le 31 janvier 2019, avaient révélé que l’ancien collaborateur du président Macron et son ami, ex-employé de LREM, s’étaient retrouvés le 26 juillet 2018, quatre jours après leur mise en examen dans l’affaire des violences du 1er-Mai.

La publication de ces enregistrements, dont l’origine reste inconnue, avait conduit les juges à révoquer le contrôle judiciaire des deux hommes et à les placer en détention provisoire le 19 février 2019. Ils avaient obtenu en appel leur remise en liberté une semaine plus tard.

La défense des deux hommes contestait la validité du recours à ces enregistrements par la justice, soupçonnant qu’ils aient été réalisés par des services de renseignement. Si cette hypothèse, non démontrée, était avérée, de tels enregistrements, non déclarés par les services, constitueraient une preuve déloyale dans la procédure judiciaire.

Alexandre Benalla s’est pourvu contre un arrêt de mars de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris qui avait déjà refusé d’invalider ces enregistrements. Dans son arrêt, la Cour de cassation n’«exclut» pas la possibilité que «l’autorité publique ait concouru à la réalisation de ces enregistrements». Pour autant, «le versement au dossier d’éléments de preuve ne saurait être déclaré irrégulier au seul motif que les conditions de leur recueil sont restées incertaines».

Après leur diffusion par Mediapart, les deux hommes avaient déposé une plainte au pénal pour «détention illicite d’appareils ou dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d’interceptions», «atteinte à l’intimité de la vie privée», «atteinte à la représentation de la personne» et pour «faux».

Le parquet de Paris a, de son côté, chargé la Brigade criminelle d’identifier les conditions d’enregistrement et l’origine de ces mystérieuses captations. Dans ces enregistrements, les deux hommes évoquaient notamment le contrat de sécurité signé entre la société de Crase et un oligarque russe, Iskander Makhmudov, visé par une enquête du parquet national financier.

Par Le Figaro avec AFP

États-Unis: une ex-conseillère de la Maison Blanche diffuse un nouvel enregistrement, Trump riposte

août 13, 2018

Une ancienne conseillère de la Maison Blanche a diffusé lundi l’enregistrement d’une conversation privée avec Donald Trump, nouvel épisode dans une série de révélations orchestrées avant la sortie de ses mémoires qui lui a valu une réponse cinglante du président américain.

Dans ce court enregistrement, diffusé par la chaîne NBC, Donald Trump affirme n’avoir rien su du licenciement de son ex-protégée, Omarosa Manigault Newman, signifié par son propre chef de cabinet, John Kelly, et dit le regretter.

C’est la deuxième fois en deux jours que l’ancienne haute conseillère et ex-fidèle supportrice de Donald Trump, âgée de 44 ans, diffuse l’enregistrement d’une conversation saisie au sommet du pouvoir américain.

Chargée du « Bureau des relations publiques », elle était l’une des conseillères les mieux rémunérées de la Maison Blanche et l’une des rares femmes noires jusqu’à son départ en janvier.

« Omarosa? Omarosa qu’est-ce qu’il se passe? », peut-on entendre Donald Trump dire à l’ancienne candidate de l’émission de télé-réalité « The Apprentice », animée pendant des années par Donald Trump.

« Personne ne m’a rien dit », poursuit-il. « Tu sais ils gèrent une grosse machine, mais je ne le savais pas (…) Mince, je ne le savais pas. Je n’aime pas du tout l’idée que tu partes ».

Dimanche, l’ex-conseillère avait rendu public son entretien avec le général John Kelly dans la salle de crise de la Maison Blanche, ou « Situation room », où les appareils électroniques sont interdits.

Après l’avoir qualifiée de « crapule » ce week-end, Donald Trump a lancé un nouveau coup de boutoir lundi dans deux longs messages sur Twitter.

« Omarosa la folle-dingue, qui a été virée 3 fois de The Apprentice, a maintenant été virée pour la dernière fois. Elle n’est jamais arrivée à rien, n’y arrivera jamais. Elle m’a supplié que je lui donne un boulot, les larmes aux yeux, j’ai dit OK. Les gens de la Maison Blanche la détestaient. Elle était féroce mais pas intelligente », a-t-il écrit.

« Je la voyais rarement mais j’entendais des choses vraiment mauvaises », a-t-il poursuivi. « Méchante avec les gens & ratait constamment les réunions & le travail. Quand le Gen. Kelly nous a rejoints, il m’a dit que c’était une nulle et qu’elle n’apportait que des problèmes. Je lui ai dit de tenter d’arranger les choses, si possibles, parce qu’elle ne disait que des choses EXCELLENTES sur moi – jusqu’à ce qu’elle soit virée! », a-t-il conclu.

Romandie.com avec(©AFP / (13 août 2018 16h23)                                                        

États-Unis: Trump enregistré à son insu évoquant un paiement à une ancienne playmate

juillet 20, 2018

L’ex-avocat personnel de Donald Trump a enregistré une conversation à l’insu de ce dernier, dans laquelle les deux hommes évoquaient un paiement à une ancienne playmate avec lequel le président des États-Unis aurait eu une liaison.

Le développement est d’importance car Michael Cohen, qui fut longtemps l’un des piliers de l’entourage de Donald Trump et fait l’objet d’une enquête fédérale, a récemment indiqué que sa loyauté avait des limites.

L’enregistrement, réalisé deux mois avant le scrutin présidentiel de novembre 2016, a été saisi par les enquêteurs du FBI lors d’une perquisition dans les bureaux de Michael Cohen, a indiqué le New York Times.

La discussion portait sur l’ancienne playmate du magazine Playboy Karen McDougal, qui affirme avoir eu une relation « romantique de 10 mois en 2006 et 2007 » avec celui qui n’était pas encore entré en politique.

Sollicité par l’AFP, l’avocat de Michael Cohen, Lanny Davis, s’est refusé à tout commentaire.

L’existence de l’enregistrement a été confirmée à plusieurs médias par un autre avocat de Donald Trump, l’ancien maire de New York Rudy Giuliani, lequel a affirmé qu’aucun paiement n’avait in fine été effectué.

Sur la foi des éléments connus de cette conversation, il semble que l’enregistrement ne présente pas, en lui-même, de risque juridique pour Donald Trump, dans la mesure où le paiement n’a jamais été effectué.

Mais il s’inscrit dans le cadre de l’enquête du FBI, qui cherche notamment à déterminer si l’utilisation possible de fonds lors de la campagne présidentielle pour payer d’anciennes conquêtes présumées de Donald Trump pourrait constituer une infraction aux règles électorales.

Michael Cohen est actuellement l’objet d’une vaste enquête du FBI, qui pourrait déboucher sur des poursuites.

Elle a été lancée en partie à la demande du procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur une collusion présumée entre l’équipe de M. Trump et des responsables russes lors de la campagne présidentielle en 2016.

– Pour Trump, la menace Cohen –

Michael Cohen est régulièrement considéré comme l’homme de main de Donald Trump davantage que comme son avocat.

Le conseil a notamment reconnu publiquement avoir versé 130.000 dollars à l’actrice pornographique Stormy Daniels en novembre 2016 pour acheter son silence sur un rapport sexuel qu’elle aurait eu avec le président en 2006.

D’une fidélité sans faille à Donald Trump, Michael Cohen a néanmoins envoyé récemment un premier signal montrant que sa loyauté avait des limites.

« Je suis fidèle à ma femme, ma fille et mon fils, et je le serai toujours », a-t-il déclaré lors d’un entretien à la chaîne ABC, début juillet. « Je place ma famille et mon pays en priorité ».

Pour Donald Trump, se profile désormais l’éventualité d’une collaboration de Michael Cohen avec la justice, qui pourrait mettre à jour des éléments compromettants pour le président.

Selon le New York Times, M. Cohen aurait également été consulté par le patron de presse David Pecker au sujet du témoignage de Karen McDougal.

Le National Enquirer, titre phare du groupe de David Pecker, avait en effet accepté d’acheter l’exclusivité de cette confession pour 150.000 dollars.

Le magazine The New Yorker a affirmé, sur la base de témoignages anonymes, que M. Pecker et le National Enquirer avaient finalement choisi de ne pas la publier pour préserver Donald Trump, ce que démentent les intéressés.

Dans le cadre de l’enquête du FBI, Michael Cohen a demandé à ce que des documents saisis par la police fédérale soient expurgés du dossier, car relevant de la confidentialité des échanges entre un avocat et ses clients.

Jeudi, l’experte indépendante désignée par le tribunal fédéral de New York en charge du dossier a estimé qu’environ un tiers des 4.000 documents visés pouvaient être versés au dossier.

Romandie.com avec(©AFP / 20 juillet 2018 20h32)                                                        

Brexit: Londres veut mettre en place un enregistrement « simple » pour les européens

juin 21, 2018

Londres – Les citoyens européens résidant au Royaume-Uni pourront commencer à s’enregistrer dès l’automne pour obtenir un titre de séjour permanent après le Brexit, a annoncé jeudi le gouvernement britannique, s’engageant à rendre la procédure « aussi simple que possible ».

Près de quatre millions de ressortissants européens vivent au Royaume-Uni, où ils bénéficient actuellement d’une liberté de mouvement qui prendra fin à l’issue d’une période de transition de 21 mois après le Brexit, prévu le 29 mars 2019.

Ces citoyens pourront commencer à s’enregistrer « dès l’automne de cette année », avec l’objectif que la procédure soit totalement opérationnelle d’ici à fin mars 2019, a déclaré le ministre de l’Intérieur Sajid Javid, devant la chambre des Lords. Il a assuré que la procédure sera « aussi simple que possible ».

En décembre 2017, Londres et Bruxelles avaient conclu un accord pour garantir, après le Brexit, le maintien des droits de ces citoyens ainsi que ceux des Britanniques vivant dans le reste de l’UE. Mais les uns comme les autres avaient exprimé de fortes inquiétudes quant au flou entourant la mise en oeuvre effective de ces garanties.

Les demandes de titre de séjour pourront être introduites en ligne ou via une application sur téléphone portable, a détaillé Sajid Javid.

Il a toutefois reconnu que cette application n’est pas totalement opérationnelle sur les iPhone, en raison d’une incompatibilité technologique ne permettant pas de lire la puce du passeport. Il a indiqué que les autorités travaillaient avec le géant américain pour résoudre le problème.

Les candidats devront prouver leur identité, fournir une preuve de résidence au Royaume-Uni et ne pas avoir commis d’infraction grave. Aucun revenu minimum ne sera exigé tandis que le droit au regroupement familial est garanti.

« Nous ne chercherons pas du tout de raisons, d’excuses pour ne pas accorder le statut », a assuré Sajid Javid.

Les Européens résidant au Royaume-Uni avant la fin de la période de transition, qui s’achèvera le 31 décembre 2020, auront jusqu’au 30 juin 2021 pour introduire une demande.

Ceux s’y trouvant depuis au moins cinq ans à cette date pourront prétendre à un titre de séjour permanent. Les autres pourront obtenir un statut leur permettant de séjourner cinq ans supplémentaires et d’introduire une demande pour un statut permanent.

« Les citoyens européens contribuent grandement à notre économie et à notre société », a déclaré la secrétaire d’Etat à l’Immigration Caroline Nokes, devant la chambre des Communes. « Ils sont nos amis, notre famille et nos collègues et nous voulons qu’ils restent ».

Le coût sera de 65 livres (74 euros), similaire à celui d’une demande de passeport britannique, et de 32,50 livres pour les moins de 16 ans.

Les Irlandais ne devront pas s’enregistrer tandis que Londres entend également ouvrir la procédure d’enregistrement aux citoyens de la Norvège, de l’Islande, du Liechtenstein (trois pays membres de l’Espace économique européen) et de la Suisse.

Sajid Javid a reconnu que l’enregistrement de toutes ces personnes constituerait un « défi » pour le ministère de l’Intérieur, dont le personnel dédié va passer de 700 à 1.500, probablement d’ici à la fin de l’année.

Romandie.com avec(©AFP / 21 juin 2018 14h15)