Posts Tagged ‘Épuisement’

Canada-Québec/Pénurie de personnel : des infirmières de l’hôpital de Trois-Rivières sonnent l’alarme

juillet 12, 2021

Faute de personnel en nombre suffisant, les infirmières du département de médecine familiale de l’hôpital de Trois-Rivières sonnent l’alarme.

Les infirmières de l'hôpital de Trois-Rivières sont à bout de souffle et craignent des bris de services.

© /iStock Les infirmières de l’hôpital de Trois-Rivières sont à bout de souffle et craignent des bris de services.

Ce manque de personnel a forcé 40 % des quarts de travail de la fin de semaine dernière à être effectués en heures supplémentaires volontaires ou obligatoires, c’est-à-dire 29 quarts sur les 74 possibles. Seulement quatre infirmières du département n’ont pas eu à faire d’heures supplémentaires lors de cette période.

Ces infirmières qui prodiguent des soins à 70 patients sur deux étages de l’établissement trifluvien sont à bout de souffle et craignent des bris de services.

C’est inconcevable de faire des temps supplémentaires deux fois dans la même semaine, dans le même week-end. […] Vendredi, j’ai fait un TSO, un temps supplémentaire obligatoire, mais j’avais déjà, dimanche, un [temps supplémentaire] de prévu pour dépanner parce qu’ils me l’avaient demandé. J’ai une collègue, elle a fait vendredi, samedi, deux temps supplémentaires obligatoires. », raconte Sophie Cossette, infirmière auxiliaire.

On ne peut pas se permettre de travailler 36 heures en deux jours et être à notre pleine capacité. Ça peut être dangereux pour les patients », poursuit-elle, tout en admettant que les conditions de travail ne font qu’empirer depuis son arrivée dans la profession, il y a 10 ans.

À l’heure actuelle, 37 postes sont à pourvoir au sein de l’équipe et cinq d’entre eux ont été affichés, mais n’ont pas été comblés.

Non seulement l’équipe d’infirmières dit être à bout de souffle, mais le climat qui règne dans le département est loin d’être idéal selon certains.

Le climat est rendu difficile. Les gens sont épuisés. Ce sont tous des parents, des gens qui sont responsables d’une famille ou qui ont d’autres obligations à l’extérieur. Donc, ça vient que c’est très lourd. », avoue Jessica Laquerre, assistante infirmière-chef.

L’assistante infirmière cheffe explique également que lors des périodes où de nouveaux postes sont affichés, d’importantes vagues de départ s’ensuivent. Ces départs inquiètent les infirmières qui craignent de se retrouver seules, devant la pandémie.

Avec le début de la période des vacances, Mme Laquerre ne voit pas comment la situation peut s’améliorer. Elle sent déjà une détresse » au sein du personnel.

On s’imagine mal bien passer à travers fin juillet, tout le mois d’août aussi. »

Par CBC/Radio-Canada avec les informations d’Amélie Desmarais

Vlada Dzyuba: Mort à 14 ans du mannequin d’épuisement

octobre 31, 2017
Vlada Dzyuba sur Intsgram vivait son rêve de devenir mannequin grâce à un contrat décrocher en Chine. Fin octobre, avant un défilé, elle s'effondre.
Vlada Dzyuba sur Intsgram vivait son rêve de devenir mannequin grâce à un contrat décrocher en Chine. Fin octobre, avant un défilé, elle s’effondre.
Une tragédie qui soulève bien des questions sur les conditions de travail des mannequins.
Elle était brune, la peau diaphane et avait de très grands yeux en amande. Vlada Dzyuba n’avait que 14 ans et toute une vie devant elle. Le jeune mannequin russe est mort « malade et extenué« , après « avoir enchaîné 13 heures de travail consécutives« , résume LaParisienne.fr. La jeune fille est tombée juste avant un défilé fin octobre.

La jolie Russe venait de signer un contrat pour travailler à Shanghai durant la Fashion Week. Ses réseaux sociaux étaient remplis de photos d’elle sur les podiums ou en shooting. La jeune Vlada avait même fait sa première couverture de magazine en Chine.

Les résultats de l’autopsie évoquent une « méningite aggravée par la fatigue« . La Parisienne.fr raconte qu’elle est tombée dans les pommes, puis dans un coma durant deux jours avant de mourir. Selon sa mère, qui s’est exprimée sur NTV, une chaîne de télévision russe, Vlada Dzyuba lui avait confié par téléphone qu’elle était épuisée, lui disant : « Maman, je suis fatiguée, je veux juste dormir. » Et sa maman d’ajouter : « Cela devait être le début de sa maladie, puis sa température est montée. Je ne dormais plus et l’appelais tout le temps, la suppliant d’aller à l’hôpital. » Pourtant, son contrat stipulait qu’elle ne devait travailler que trois heures par jour et qu’elle bénéficiait d’une couverture sociale. Du côté de la Russie, la colère gronde. On parle de « travail forcé« .

En France, Les choses bougent. C’est la santé des mannequins et l’impact de leur image sur le public qui sont encadrés par deux articles de la loi santé de Marisol Touraine. Le premier concerne le certificat médical obligatoire que les filles doivent présenter pour défiler à Paris – leur indice de masse corporelle entre en compte –, le second oblige tout annonceur à inscrire la mention « photographie retouchée » sur toute photo montrant un corps modifié par un logiciel de retouche. Ces deux mesures sont entrées en vigueur au printemps.