Posts Tagged ‘Éric Zemmour’

France-Présidentielle : un premier sondage donne Éric Zemmour à 10 %

septembre 14, 2021

Le polémiste, qui n’a pas déclaré sa candidature, rassemblerait plus de voix qu’Anne Hidalgo ou Yannick Jadot, selon le baromètre Harris Interactive.

Malgre l'activation de ses soutiens depuis plusieurs mois, Eric Zemmour n'a pas encore declare sa candidature a la presidentielle.
Malgré l’activation de ses soutiens depuis plusieurs mois, Éric Zemmour n’a pas encore déclaré sa candidature à la présidentielle.© LUDOVIC MARIN / AFP

Il n’est même pas encore candidat, mais il continue de progresser dans les sondages. Éric Zemmour pourrait obtenir 10 % des suffrages s’il se présentait à l’élection présidentielle en avril prochain, selon le baromètre Harris Interactive pour Challenges en kiosque ce jeudi 16 septembre, révélé par un soutien du polémiste sur Twitter.Testé dans un scénario où la candidature de droite serait portée par Xavier Bertrand, il gagne trois points par rapport au précédent sondage, la semaine passée.

Face à lui, la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, rassemblerait 19 % des voix dans l’hypothèse où Éric Zemmour est candidat – 22 % s’il ne l’est pas – et se qualifierait ainsi pour le second tour. Le président sortant Emmanuel Macron est toujours en tête avec 23 % des intentions de vote.

Toujours dans un scénario Bertrand à droite et Zemmour candidat, Jean-Luc Mélenchon récolterait 11 % des suffrages et Anne Hidalgo, déclarée ce week-end, seulement 7 %, soit moins que le polémiste. Yannick Jadot, seul candidat écolo testé – ils sont cinq à s’affronter lors de la primaire en septembre –, ne parviendrait également à rassembler que 7 % des suffrages.

Première victime de l’essor d’Éric Zemmour, Nicolas Dupont-Aignan, leader de Debout la France, est crédité de 2 % contre 5 % dans tous les autres scénarios sans le polémiste. Celui-ci chiperait un point à Xavier Bertrand et un autre à Emmanuel Macron. À noter, sans surprise, que sa candidature ne fait pas varier les intentions de vote pour les candidats de gauche.

Il n’aura fallu qu’un été pour qu’Eric Zemmour, testé à 5 % le 16 juin par « Le Point » et l’Ifop pour doubler son étiage et le mettre à quelques encablures de vieux routiers de la politique et du suffrage universel comme Jean-Luc Mélenchon (11 %) et Xavier Bertrand (14 %).

Challenges précise qu’Eric Zemmour « réunit sur son nom 18 % des électeurs de François Fillon en 2017, en progression de 11 points par rapport à juillet, contre seulement 13 % des électeurs de Marine Le Pen en 2017, en progression de 4 points par rapport à juillet. Conséquence: dans le scénario d’une candidature d’Eric Zemmour, Xavier Bertrand perd un point en une semaine (de 15 % à 14 %) ». 

Enquête Harris Interactive pour Challenges réalisée en ligne du 10 au 13 septembre auprès d’un échantillon de 1 340 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1 063 inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur entre 1,4 et 3,1 points.

Par Le Point avec Thibaut Déléaz

France: Éric Zemmour, on pouvait déjà s’appeler Hapsatou, Williamou Natcha avant 1993

septembre 17, 2018

L’essayiste a affirmé dimanche que ce sont les socialistes qui ont autorisé des prénoms autres que ceux des saints chrétiens à partir de 1993. C’est faux.

L’essayiste Eric Zemmour a été coupé au montage des Terriens du dimanche, l’émission de Thierry Ardisson sur C8. En cause : une sortie jugée insultante à l’encontre de la chroniqueuse Hapsatou Sy, a expliqué le producteur de l’émission, Stéphane Simon, au Parisien. A l’origine de cette altercation, on trouve de premiers échanges entre M. Zemmour et Mme Sy, autour du choix des prénoms en France. Une séquence qui, elle, a bien été diffusée sur C8 et au cours de laquelle l’essayiste a développé une argumentation fallacieuse.

Ce qu’il a dit :

Interrogé par Thierry Ardisson, Eric Zemmour a confirmé estimer que, selon lui, Rachida Dati n’aurait pas dû choisir le prénom Zohra pour sa fille (comme il l’avait déjà affirmé à plusieurs reprises), se justifiant de la sorte :

« Normalement, chez moi, en tout cas depuis une loi de Bonaparte qui a malheureusement été abolie en 1993 par les socialistes, on doit donner des prénoms dans ce qu’on appelle le calendrier, c’est-à-dire les saints chrétiens. »

La chroniqueuse Hapsatou Sy l’interpelle alors : « Je m’appelle Hapsatou, hein… », sourire aux lèvres. « Eh ben elle a eu tort », rétorque Eric Zemmour (faisant référence à la mère de Mme Sy), estimant qu’elle aurait par exemple pu s’appeler « Corinne ». L’essayiste a également critiqué les prénoms de deux autres chroniqueurs : Gilles-William Goldnadel, parce que William, « c’est limite », et Natacha Polony, parce que « Nathalie, c’est mieux ».

POURQUOI C’EST FAUX

Cette question des prénoms est une vieille lune de l’essayiste. Mais contrairement à ce qu’affirme Eric Zemmour, l’article 1er de la loi du 11 germinal de l’an XI (1er avril 1803) relative aux prénoms et changements de noms ne parle pas du « calendrier des saints », mais dit que les prénoms acceptés à l’état civil seront « les noms en usage dans les différents calendriers, et ceux des personnages connus de l’histoire ancienne (…). Il est interdit aux officiels publics d’en admettre aucun autre dans leurs actes. »

Cette règle vise en fait les nouveaux prénoms, comme Marat, Lepelletier ou Brutus, apparus dans la foulée de la Révolution, explique le spécialiste Baptiste Coulmont dans son livre Sociologie des prénoms.

L’évolution date de Charles de Gaulle, pas de François Mitterrand

Ce cadre a, il est vrai, été assoupli, mais surtout sous Charles de Gaulle, en 1966, avec une circulaire du ministère de la justice qui a donné un cadre d’« application pratique » au choix des prénoms. On y lit, certes, que « les enfants français doivent, normalement, recevoir des prénoms français », mais les prénoms étrangers, tels que « Ivan, Nadine, Manfred, James, etc. », y sont mentionnés comme largement tolérés.

Le texte préconise par ailleurs « l’admission des prénoms coraniques pour les enfants de Français musulmans ». Tout en conseillant d’adjoindre un prénom français pour « permettre ultérieurement une meilleure assimilation ». En revanche, il demande aux officiers d’état civil de rejeter « les prénoms de pure fantaisie ».

La modification du code civil en 1993 citée par Eric Zemmour existe bel et bien. Mais loin de supprimer une prétendue obligation de donner des prénoms issus du calendrier chrétien aux enfants, elle donne une plus large liberté dans le choix des prénoms, fixant simplement « l’intérêt de l’enfant » comme limite.

Ce n’est pas la première fois qu’Eric Zemmour se lance dans une argumentation fallacieuse sur l’origine des prénoms. L’équipe des Décodeurs en avait déjà relevé une similaire en 2016, dans son livre Un quinquennat pour rien, parmi d’autres erreurs « chroniques ».

Lemonde.fr par Les Décodeurs

Zemmour condamné pour provocation à la haine envers les musulmans

décembre 17, 2015

Le polémiste français Eric Zemmour a été condamné jeudi à 3000 euros d’amende (3240 francs) pour provocation à la haine envers les musulmans, pour des propos au journal italien Corriere Della Sera en octobre 2014. Le parquet avait requis 10’000 euros d’amende.

Il y déclarait notamment que les musulmans « ont leur code civil, c’est le Coran », qu’ils « vivent entre eux, dans les banlieues » où « les Français ont été obligés de s’en aller ».

« Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation de peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile », ajoutait-il: « Des millions de personnes vivent ici, en France, mais ne veulent pas vivre à la française ».

Livre controversé
Il faisait alors la promotion de son livre controversé « Le suicide français », succès de librairie en France. Dans cet ouvrage pamphlétaire, il accuse les élites d’avoir bradé les valeurs de la France et dénonce à tout crin l’immigration. Le polémiste dédouane aussi le régime de Vichy durant le Seconde Guerre mondiale de sa participation à la déportation des juifs français.

Lors de l’audience devant le tribunal correctionnel de Paris, Eric Zemmour avait soutenu qu’il parlait de « musulmans en banlieue qui s’organisent et qui », selon lui, « sont en voie de sécession ». Ces propos « stigmatisants », « sans nuance », visaient « l’ensemble de la communauté musulmane », avait estimé la procureure Annabelle Philippe dans son réquisitoire.

Condamné en 2011
M. Zemmour a déjà été condamné en 2011 pour provocation à la haine, après avoir déclaré à la télévision que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait ».

Plus récemment, le 22 septembre dernier, il a été relaxé après avoir évoqué dans une chronique des « bandes » d’étrangers « qui dévalisent, violentent ou dépouillent », mais le parquet a fait appel.

Romandie.com

Eric Zemmour : à cause de lui, son homo­nyme coif­feur vit un cauche­mar

mars 18, 2015

                                        Eric Zemmour

                              Eric Zemmour

« Des coups de fils anony­mes… »

Vous l’igno­riez sans doute mais Eric Zemmour possède une floris­sante petite entre­prise de salons de coif­fure dans le sud de la France. Le polé­miste ? Ah non, pas vrai­ment : un parfait homo­nyme et c’est bien là le problème.

C’est déjà diffi­cile d’avoir les mêmes nom et prénom qu’une star. Il faut subir les moque­ries, les compa­rai­sons, les blagues douteu­ses… Mais quand en plus il s’agit d’une person­na­lité sulfu­reuse, la pilule est parti­cu­liè­re­ment dure à avaler.

Eric Zemmour, un sympa­thique coif­feur installé dans le sud de la France, en fait jour après jour l’amère expé­rience. Homo­nyme parfait du jour­na­liste et polé­miste français, Eric Zemmour est d’au­tant plus embêté qu’il a créé sa propre marque de salons de coif­fure, quinze en tout, sur son nom.

« Moi, je vends de la beauté, explique-t-il, aujourd’­hui lassé, à l’In­dé­pen­dant. Je fais aussi de la télé­vi­sion avec le groupe M6, qui possède mes coor­don­nées. Et je reçois des messages qui s’adressent à Éric Zemmour le jour­na­liste. Certains ne font pas la diffé­rence entre lui et moi. Or, je ne suis pas forcé­ment d’accord avec tout ce qu’il dit ou écrit. »

Il tient ainsi à préci­ser que contrai­re­ment au chro­niqueur, il a « un grand respect pour les femmes. »

Le coif­feur confie souf­frir au quoti­dien de cette coïn­ci­dence patro­ny­mique. « [Je reçois] des coups de télé­phone anonymes, des vidéos insul­tantes sur Insta­gram, des appels dans nos salons, énumère-t-il. C’est gênant pour moi, mais aussi pour mes colla­bo­ra­teurs. »

Dans un premier temps, il a bien pensé à débap­ti­ser son entre­prise, mais a fini par se ravi­ser. « J’ai une noto­riété depuis plus de 15 ans avec les salons qui portent mon nom, alors cela aurait été préju­di­ciable, explique-t-il. Nous avons en revanche, rajouté « Beauté pres­tige » pour noyer un peu le nom. Mais, pour certains, ce n’est pas suffi­sant puisque la confu­sion conti­nue. Ils croient que Zemmour le jour­na­liste a créé des salons de coif­fure ! Je le redis, lui et moi sommes aux anti­podes l’un de l’autre ! »

S’il accepte aujourd’­hui de parler dans les jour­naux, il se refuse toute­fois à venir discu­ter de sa mésa­ven­ture sur les plateaux-télé. « Lui augmen­ter sa noto­riété ?  Non merci, s’agace-t-il. Lui a précisé en quelques occa­sions, qu’il n’avait rien à voir avec moi, mais ça conti­nue. Pour­tant, on ne se ressemble pas du tout, on sait le métier que j’exerce. Et je ne fais pas partie de son trip. » La coupe est pleine.

Voici.fr par Perrine Stenger

Jean-Luc Azou­lay : le créa­teur d’Hé­lène et les garçons répond aux critiques d’Eric Zemmour

octobre 29, 2014

« Les garçons sont bien là »

Pendant la promo du Suicide français, Eric Zemmour s’en est pris à Hélène et les garçons, série phare des années 90. Son créa­teur, Jean-Luc Azou­lay, s’ex­prime pour la première fois.

« Regar­dez un seul épisode [d’Hélène et les garçons, ndlr], il n’y a que des filles. En vingt ans, on a basculé dans un autre monde, où les garçons sont deve­nus des filles. On a demandé aux hommes d’être des femmes comme les autres », a déclaré Eric Zemmour lors d’une confé­rence à Béziers orga­ni­sée à l’occa­sion de la sortie du Suicide français, son livre polé­mique qui s’ar­rache en librai­ries. Quelques mots qui amusent beau­coup Jean-Luc Azou­lay, l’homme à qui l’on doit de nombreuses séries d’AB Produc­tions. « Rien que le titre, c’est Hélène et les garçons, donc ils sont bien là, ils ne sont pas invi­sibles. En plus, ils sont musi­ciens, ce ne sont pas des minets », a-t-il expliqué dans une longue inter­view accor­dée aux Inrocks.

Mais ce n’est pas la seule critique qu’a faite l’aco­lyte d’Eric Naul­leau. Comme de nombreux jour­na­listes avant lui, il déplore le manque de réalisme de la série, l’ab­sence de poli­tique, d’His­toire ou même d’argent. Exemple ? Ils sont étudiants, mais on ne les voit jamais travailler. « J’es­sayais juste de décrire les rapports entre de jeunes hommes et de jeunes femmes, l’ap­pren­tis­sage de l’amour, un sujet univer­sel, s’est défendu Jean-Luc Azou­lay. Le fait qu’il reprenne ces critiques montre qu’il a en fait lu les analyses des années 90, mais sans regar­der la série en elle-même. […] C’est de l’ana­lyse d’ar­chives. »

Jean-Luc Azou­lay assure qu’ « après les critiques sur les thèmes asep­ti­sés de la série, [il avait] intro­duit des thèmes plus durs ». Il était alors ques­tion de drogues et de bagarres à coups de battes de base­ball. « À l’époque nous dépen­dions du service jeunesse de la chaîne, a-t-il tenu à rappe­ler. Pour une série “mora­liste” [confor­mé­ment au terme employé par Eric Zemmour, ndlr], on a quand même eu six épisodes censu­rés par TF1 parce qu’ils étaient trop hard… » Que ceux qui veulent les voir lèvent la main !

Voici.fr  par Marie Astrid KUNERTH

Natacha Polony devrait quitter « On n’est pas couché » la saison prochaine

février 23, 2014

Natacha Polony

Natacha Polony

Bonne nuit !

Laurent Ruquier va devoir trouver un nouveau chroniqueur pour son émission hebdomadaire sur France 2. Natacha Polony aurait décidé de ne pas renouveler son contrat pour l’année prochaine.

Remplacer le duo de snipers Eric Naulleau et Eric Zemmour dans On n’est pas couché, le défi n’était pas facile à relever. Et pourtant, au fil des années, on a fini par s’attacher à Natacha Polony et ses piques, toujours subtiles, mais bien placées. La première saison, elle était aux côtés d’une autre femme de caractère : Audrey Pulvar. Et depuis deux ans, la prof de lettres devenue journaliste partage le rôle du méchant personnage avec Aymeric Caron. Le duo est redouté par les invités, la mission est donc accomplie. Natacha peut quitter son siège sereinement.

Selon l’émission Le Tube diffusée sur Canal +, le public ne retrouvera pas Natacha Polony pour une nouvelle saison de On n’est pas couché à la rentrée de septembre. Hier, Daphné Bürki a annoncé que la mère de famille de 38 ans allait désormais se consacrer à un nouveau projet solo. Natacha s’était déjà confiée dans cette même émission en décembre dernier, elle avait dit que la télévision n’était « qu’une étape dans sa vie » et qu’elle savait quand elle s’arrêterait. Une déclaration qui mettait déjà la puce à l’oreille sur son avenir dans le talk show de Laurent Ruquier.

Cependant, la journaliste avait aussi confié son envie d’animer sa propre émission et qu’elle n’arrivait pas à se décider entre un programme sur la politique ou la culture. Daphné Bürki a évoqué une nouvelle aventure solo, il s’agit peut-être de celle-là… On ne devrait pas tarder à le savoir.

Voici.fr par L.B

Zemmour perd son procès en appel contre Youssoupha

juin 29, 2012
VIDEO. Eric Zemmour perd son procès en appel contre YoussouphaJUSTICE – Eric Zemmour a perdu son procès contre le rappeur Youssoupha qui le traitait de « con » dans une chanson.

afp.com/Martin Bureau

La cour d’appel de Paris a débouté le chroniqueur lors de son procès en appel face à Youssoupha. Au coeur du problème, une chanson de 2009 dans laquelle le rappeur le traitait de « con ». 

Non coupable. C’est le verdict rendu ce jeudi par la cour d’appel de Paris concernant le rappeur Youssoupha qui avait traité de « con » le chroniqueur Eric Zemmour dans une chanson. La cour a conclu que les propos poursuivis « n’excédaient pas les limites admissibles en matière de liberté d’expression artistique ». 

Les faits remontent à 2009, lorsque Eric Zemmour avait porté plainte pour injure et diffamation après la diffusion sur Internet d’une chanson parue sur le deuxième album de Youssoupha, Sur les chemins du retour. Le rappeur chantait « A force de juger nos gueules, les gens le savent qu’à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards, chaque fois que ça pète on dit que c’est nous, je mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour ». 

Une dose d’éxagération

Les magistrats considèrent que M. Zemmour, « journaliste, chroniqueur et polémiste connu pour son sens pas toujours bienveillant de l’humour et de la formule », est « un personnage public » vis-à-vis duquel « une plus grande tolérance s’impose ». La cour relève, par ailleurs, que le rap est « un style artistique permettant un recours possible à une certaine dose d’exagération ». 

 

En première instance, le 26 octobre 2011, le tribunal correctionnel de Paris avait donné raison à Eric Zemmour. Cette fois, la chambre de la cour d’appel spécialisée dans les affaires de presse a estimé qu’il n’y avait ni diffamation ni injure publique. 

En 2011, le rappeur avait été condamné pour injure publique à une peine d’amende de 800 euros avec sursis. La directrice générale d’EMI Musique France, Valérie Queinnec, avait également écopé de 500 euros avec sursis. Les deux prévenus avaient été condamnés à verser à Eric Zemmour 1.000 euros de dommages et intérêts et 2.000 euros de frais de justice. 

Par LEXPRESS.fr avec AFP

Eric Zemmour perd sa chronique quotidienne sur RTL

juin 19, 2012

« Difficile d’être original chaque jour »

 
 
Eric Zemmour perd sa chronique quotidienne sur RTL

A la rentrée, Eric Zemmour se fera plus rare sur RTL. Officiellement il s’agit de faire moins, mais mieux.

Les auditeurs qui ne pouvaient pas commencer leur journée sans leur dose d’Eric Zemmour seront déçus. Pour autant, ses détracteurs ne pourront pas se réjouir non plus : le journaliste polémiste sévira toujours sur les ondes de RTL. Dans un entretien accordé au Point.fr, Christopher Baldelli, le patron de la station de la rue Bayard annonce un réaménagement de la matinale à la rentrée prochaine.

Un lifting qui, outre le changement d’animateur (exit Vincent Parizot, welcome Laurent Bazin), signifiera aussi la fin de la chronique quotidienne de l’ancien chroniqueur d’On n’est pas couché. « Nous allons, en effet, revoir le rythme de la matinale. En ce qui concerne Éric Zemmour, il sera lui aussi toujours sur RTL, mais à une fréquence qui ne sera plus quotidienne et dans un exercice différent, a annoncé Christopher Baldelli. Éric Zemmour exprime un point de vue iconoclaste, poil à gratter qui mérite, comme d’autres sensibilités, d’exister à l’antenne de RTL qui n’a pas vocation à être lisse. »

Faut-il voir dans cette décision un désavoeu pour Eric Zemmour ? Au contraire selon le patron de RTL : « Après deux ans et demi de matinale, aussi riche que soit sa pensée, il lui était difficile d’être original chaque jour, a-t-il estimé. Le risque d’une exposition quotidienne, c’est la banalisation. Nous en avons discuté et il en est convenu. En étant plus rares, ses éditos conserveront leur originalité. Je précise qu’Éric Zemmour exprime son point de vue et non la ligne éditoriale de la station. Il reste chez nous car je ne veux pas non plus donner le sentiment que RTL recule sous quelque pression que ce soit. »

Voici.fr par C.G.

Zemmour et Naulleau: Gros carton d’audience !

septembre 27, 2011

Réactualisation : Si les critiques de la première performance du duo Eric Zemmour et Eric Naulleau sur Paris Première sont un peu dures, les audiences, elles, sont au beau fixe. Avec 250 000 téléspectateurs devant Zemmour et Naulleau, les deux polémistes du PAF permettent à Paris Première, une chaîne de la TNT, d’enregistrer 2% de part d’audience nationale. C’est donc un véritable carton d’audience pour la chaîne puisque, pour comparaison, elle a enregistré, au premier semestre 2011, une moyenne de 0,7% de part d’audience nationale.

Le 24 septembre, nous écrivions : A l’heure où le binôme Audrey Pulvar-Natacha Polony devient de plus en plus percutant et incisif dans On n’est pas couché, tous les samedis soirs, leurs prédécesseurs faisaient leur rentrée, hier soir, sur Paris Première.

Eric Zemmour et Eric Naulleau se retrouvent désormais maîtres des lieux, le vendredi soir dans une émission dont le titre se veut on ne peut plus explicite : Zemmour et Naulleau… Preuve que, comme Fogiel, Sébastien ou PPDA, les deux z’Eric sont entrés au club de ceux dont le nom suffit à discerner leur identité télévisuelle.

Pendant une heure et quart, les deux polémistes avaient les pleins pouvoirs sur la chaîne câblée du groupe M6. Pour leur première, ils recevaient François Bayrou à l’occasion de la sortie de son ouvrage intitulé 2012 : État d’urgence chez Stock. Malheureusement, ils n’ont pas convaincu : qualifiés de flasques par les uns, de pétards mouillés par les autres, ceux qui se présentent comme « les polémistes les plus redoutés du PAF » n’ont pas fait d’étincelles pour leur retour très attendu à la télé.

La place de Naulleau est bien différente de celle qu’il occupait dans l’hebdomadaire de Laurent Ruquier… Plus médiateur que polémiste, il assure le bon déroulé des débats entre son comparse Zemmour et l’invité du jour. Dans les faits, François Bayrou n’avait pas grand chose à craindre. Ceux qui faisaient trembler les invités d’On n’est pas couché il y a encore quelques mois ont perdu de leur superbe.

Au final, si le binôme est reformé dans la forme, il ne l’est pas franchement dans le fond, à notre grand désespoir.

PurePeople.com par Joachim Ohnona

Laurent Ruquier remet Eric Naulleau à sa place

août 26, 2011

« Je constate qu’Eric Zemmour a été plus élégant »

Laurent Ruquier remet Eric Naulleau à sa place Laurent Ruquier estime qu’Eric Naulleau en a fait un peu trop après son éviction d’On n’est pas couché.

Eric Naulleau n’avait pas cherché à cacher sa déception après l’officialisation de sa non-reconduction dans On n’est pas couché. « Je suis meurtri. Je ne sais pas si quelqu’un prendrait ça de bon cœur d’être traité comme un citron qui a fini de donner son jus et dont il faut se débarrasser, s’était-il plaint sur RTL. Je suis à la fois triste pour moi et pour la liberté d’expression en général. » Rien que ça.

Le compère d’Eric Zemmour avait aussi expliqué qu’il n’en voulait pas à Laurent Ruquier d’avoir pris cette décision tout en avouant qu’il n’avait pas été convaincu par les raisons que l’animateur avait avancées. À l’approche de la rentré d’On n’est pas couché avec sa nouvelle équipe (Audrey Pulvar et Natacha Polony à la place de Zemmour et Naulleau, les humoristes Arnaud Tsamère et Jérémy Ferrari en remplacement de Jonathan Lambert), Laurent Ruquier revient sur les départs des deux Eric.

Il conteste d’abord les propos de Naulleau qui affirmait que la décision de l’évincer était prise depuis déjà longtemps : « J’ai fait part à la présidence de France Télévisions de mes intentions en avril. J’ai attendu avant de les mettre au courant afin d’éviter que s’installe un climat exécrable, précise-t-il dans le prochain numéro de Télé 7 Jours. J’ai quand même eu le courage de leur annoncer un mois avant la fin de la saison. En tout cas je n’ai subi aucune pression de la direction de France 2. »

Il dispense du coup un rappel à l’ordre à son chroniqueur : « Eric Naulleau devrait arrêter de se prendre pour le chevalier blanc de la liberté d’expression. Grâce à l’émission, il a acquis un statut et une popularité conséquents. Et puis il n’est pas à plaindre. Il va continuer à faire de la télé avec Eric Zemmour sur Paris Première. Je constate qu’Eric Zemmour a été plus élégant… »

Voici.fr par C.G.