Posts Tagged ‘Escroquerie’

France: Un homme jugé après s’être fait passer pour le neveu de Brigitte Macron

octobre 23, 2021

L’accusé, qui aurait eu l’aide d’une complice, a tenté de bénéficier de nombreux avantages dans le monde entier, rapporte « Le Parisien ».

Un jeune homme et sa complice sont juges mardi 26 octobre au tribunal correctionnel de Paris dans une affaire d'usurpations d'identites liee a la Premiere dame, Brigitte Macron.
Un jeune homme et sa complice sont jugés mardi 26 octobre au tribunal correctionnel de Paris dans une affaire d’usurpations d’identités liée à la Première dame, Brigitte Macron.© THOMAS COEX / AFP

Ce sont de rocambolesques escroqueries dont il devra s’expliquer devant la justice. Comme l’indique Le Parisien, un jeune homme ainsi que sa complice vont être jugés mardi 26 octobre au tribunal correctionel de Paris dans une affaire d’usurpations d’identités liée à la Première dame, Brigitte Macron. Entre mars et avril 2018, l’accusé se serait fait passer pour le neveu de l’épouse du chef de l’État dans des mails frauduleux envoyés sous le nom de Pierre-Olivier Costa, le directeur de cabinet de Brigitte Macron, avec l’adresse « dir.cab@presidence-france.fr ».

Avec cette manoeuvre, le fraudeur aurait tenté de bénéficier de nombreux avantages comme rencontrer l’ambassadrice de France en Birmanie, profiter d’un hôtel de luxe à Marrakech, au Maroc, assister au Grand Prix de Formule 1 d’Australie ou encore se rendre à un concert de musique classique à Hong Kong. 

Le Parisien révèle également qu’une autre identité aurait été usurpée, celle de Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, pour tenter d’obtenir des faveurs dans un palace marocain, auprès de la compagnie Air China, du constructeur automobile Tesla, de la prestigieuse marque Tom Ford ou encore du Ritz, à Paris, pour privatiser la salle de spa.

L’accusé avait déjà été condamné pour des escroqueries

Si un grand nombre de ces escroqueries ont échoué et que le préjudice financier reste limité, les magouilles des deux malfaiteurs ont parfois été jusqu’au bout. Le quotidien explique notamment que le duo a pu profiter d’un hôtel 5 étoiles, avec un accueil VIP et des tarifs réduits pour une suite, à Hong Kong. L’établissement était alors persuadé d’héberger le neveu et la fille de Brigitte Macron.

Reconnu « menteur pathologique, mythomane, fabulateur » par les psychiatres, l’accusé a déjà été condamné à une dizaine de reprises pour des faits d’escroquerie. Par le passé, il avait notamment été mis en examen pour une autre affaire, en 2016, dans laquelle il s’était fait passer pour le fils d’un ministre de François Hollande dont il partageait le patronyme.

Avec Le Point

France-Viol : Marc Machin condamné à 16 ans de réclusion criminelle

octobre 14, 2021

Marc Machin était jugé pour viol commis sous la menace d’une arme, mais aussi pour extorsion avec arme, escroquerie, vol et violation de domicile.

La cour a assorti cette peine d'une periode de surete de huit ans et ordonne une mesure de suivi sociojudiciaire pendant cinq ans.
La cour a assorti cette peine d’une période de sûreté de huit ans et ordonné une mesure de suivi sociojudiciaire pendant cinq ans.© xavier de torres / MAXPPP / xavier de torres/MAXPPP

La cour d’assises de Paris a condamné, ce jeudi 14 octobre, Marc Machin à seize ans de réclusion criminelle pour le viol d’une jeune femme, sous la menace d’une arme en 2018. La cour a assorti cette peine d’une période de sûreté de huit ans et ordonné une mesure de suivi sociojudiciaire pendant cinq ans. Marc Machin a en outre été condamné à verser 25 000 euros de dommages et intérêts à la victime.

Dans le box, sweat-shirt blanc, carrure imposante, Marc Machin a semblé accuser le coup à l’énoncé de la peine, laissant échapper ensuite quelques larmes. Dans sa motivation, « la cour a tenu compte de la gravité des faits » qui « ont entraîné un traumatisme extrêmement important pour la victime », ainsi que de deux précédentes condamnations de Marc Machin pour agressions sexuelles, a déclaré le président David Hill.

Le procès s’est tenu à huis clos à la demande de la partie civile

Marc Machin, 39 ans, était jugé depuis lundi pour viol commis sous la menace d’une arme, extorsion avec arme, escroquerie, vol et violation de domicile. Son procès s’est tenu à huis clos à la demande de la partie civile.

Cette dernière, alors âgée de 22 ans, avait dénoncé le 21 avril 2018 à la police le viol dont elle avait été victime le matin même dans un appartement à Paris par un homme encagoulé qui la menaçait d’un couteau de cuisine, avant de la contraindre à effacer les traces du crime et de dérober sa carte bleue. Confondu par son ADN, Marc Machin avait fini par reconnaître les faits en garde à vue.

Marc Machin a passé à tort six ans et demi en prison pour l’affaire du Pont de Neuilly. Incarcéré en 2001 à l’âge de 19 ans, il avait été condamné trois ans plus tard à dix-huit ans de réclusion criminelle pour le meurtre à coups de couteau de Marie-Agnès Bedot, une peine confirmée en appel. Mais en mars 2008, un homme sans domicile fixe de 33 ans, David Sagno, s’est accusé de ce meurtre et de celui d’une autre femme commis au même endroit en 2002, ce qui a conduit à la libération de Marc Machin.

Marc Machin a accumulé les condamnations

En 2012, ce dernier a fini par être acquitté à l’issue de son procès en révision, devenant la huitième personne en France depuis la Seconde Guerre mondiale à être innocentée à l’issue d’une telle procédure. La justice lui a alors attribué 663 320 euros d’indemnisation.

Depuis sa sortie de prison en 2008, Marc Machin a accumulé les condamnations, une quinzaine au total, qui lui ont valu pour certaines d’être réincarcéré.

Par Le Point avec AFP

Congo-P/Noire : un avocat escroque ces clients pour s’acheter des parcelles et des voitures

avril 9, 2021

La justice au Congo-Brazzaville, souffre de graves dysfonctionnements depuis plusieurs décennies. On ne peut quasiment plus parler, de justice, tant le droit n’est plus appliqué, dans la plupart des cas. Celui qui paiera le plus, aura gain de cause. Ainsi dans les bureaux des juges et des procureurs, on parle argent et non pas de droit. Tous, veulent construire, de grosses villas, sur le dos des justiciables. On peut ainsi entendre, dans les diverses chambres du parquet: «j’ai besoin de sable pour mon chantier», «j’ai besoin d’un écran plat pour ma maison»; «j’ai besoin de ciment» etc. Nous n’avons plus affaire à des professionnels du droit, mais à des ingénieurs en bâtiments. Et si l’on rajoute, à cela toutes les maîtresses, qu’ils entretiennent, on pourra parler d’infatigables géniteurs.

Pour illustrer, ce propos, on peut prendre l’un des symboles, de la décadence, de la justice au Congo-Brazzaville: Doctrové Nzikou. Un nom qui revient souvent, lorsque l’on parle de la corruption et de l’absence totale de moralité, dans la justice.

L’une des affaires qui a rendu célèbre, cet individu, et qui lui a valu, le surnom : d’avocat des chinois, un jeune ouvrier, ayant perdu son bras, sur un chantier, tenu, par une entreprise chinoise. Le malheureux ouvrier, a fait l’erreur de sa vie, en s’adressant à Nzikou pour le paiement des indemnités, suite à la perte de son bras. En effet, l’entreprise chinoise, qui avait embauché , ce jeune homme, était responsable , de l’accident de travail , dont ce pauvre ouvrier ,avait été victime. Vous ne serez pas surpris, d’apprendre que le dossier, est « perdu » ou « en attente au parquet ». Le jeune n’a vu que du feu, et n’a à ce jour, rien perçu, même pas cinq francs. Nzikou lui, c’est fait construire, une somptueuse villa et aurait perçu la coquette somme de 200 millions de francs CFA des chinois. Il ne reste plus à ce jeune, que son seul et unique bras pour essuyer, ces larmes. Un grand ingénieur en bâtiment, ce Nzikou…

Affaire suivante, qui est déjà connue, de tous quasiment, ce jeune bailleur qui avait loué, une villa à des mafieux chinois à ex-trésor et qui c’est retrouvé en prison, tabassé, avec ces biens saisies, après avoir fait appel à Nzikou.

Bref rappel des faits : Le bailleur découvre que ces locataires chinois, en plus de ne payer : ni l’ eau, ni l’électricité, ni le loyer, sont des proxénètes, et des trafiquants de drogue. Lorsque ce bailleur, lui aussi fait l’erreur, de demander à Nzikou, de l’assister dans l’expulsion de ces derniers, et dans le recouvrement des sommes dues : Vous ne serez pas surpris, d’apprendre que le dossier, est « perdu » ou « en attente au parquet ». Il faut rajouter, que peu de temps après, on a vu Nzikou, rouler dans un Toyota Prado tout neuf…

Le même bailleur, par la suite s’est retrouvé, en prison, tabassé par la garde républicaine, et une saisie totalement illégale, a été prononcée contre lui par le président du Tribunal de commerce Venceslas Bossouba. Venceslas Bossouba, est un nom, qui a fait couler, beaucoup d’encre, pour ces jugements scandaleux. Bossouba, s’est fait construire une luxueuse villa à Kintélé, avec tout le confort moderne. Un grand ingénieur, en bâtiment, ce Venceslas Bossouba.

Affaire suivante, moins connu, mais toute aussi illustrative du comportement de Nzikou, un ouest africain, ayant été chassé, de son local par son bailleur, sans que le montant des travaux qu’il avait effectué dans ce même local, ne lui aient été remboursé. Notre wara, va également, faire l’erreur de s’adresser à Nzikou, pour l’assister au parquet. Vous connaissez déjà la suite : Vous ne serez pas surpris, d’apprendre que le dossier, est « perdu » ou « en attente au parquet ». Sans surprise, le dossier a été traité, par le plus grand ingénieur en bâtiment, du tribunal de commerce, j’ai nommé : Venceslas Bossouba.

Tous ceci, au nez et à la barbe, du très peu autoritaire, procureur général près la cour d’appel : Michel Oniangue. Aux dernières nouvelles, lui aussi serait, en train, de construire une villa. Un grand ingénieur en bâtiment, ce Michel Oniangue.

Et Christian Eric Locko, dans tout cela, notre très cher et tendre bâtonnier des avocats, que va-t-il en penser? La réponse est déjà connue : «Nzikou, Il n’a fait que son travail d’avocat », bien sûr. Christian Eric Locko serait il, également, un grand ingénieur en bâtiment ? Grande question existentielle de notre époque. Comme disait Shakespeare, « that is the question ».

Je vous laisse méditer, sur les agissements, de ces grands ingénieurs en bâtiments, ces infatigables bâtisseurs, et géniteurs que sont devenus, nos professionnels du droit au Congo Brazzaville. Je vous parie, qu’ils connaissent : mieux le dosage du ciment, et le cycle de la femme, que le droit… Le niveau des immeubles, qu’ils construisent est de plus en plus haut, mais le niveau de la justice de plus en plus bas… Il fut un temps ,où les magistrats, vivaient dans des maisons de plain-pied, et la justice était bien rendue ; aujourd’hui, ils vivent dans des immeubles, de plusieurs étages, et nous avons, une justice de merde !!!!

Avec Sacer-infos par Stany Frank

France/Procès du «faux Le Drian» : 14 ans de prison requis contre le «roi de l’arnaque»

février 12, 2020

Gilbert Chikli ainsi que six autres hommes sont soupçonnés d’avoir soutiré des dizaines de millions d’euros à de riches personnalités en usurpant l’identité du ministre Jean-Yves Le Drian.

Gilbert Chilki, surnommé le «seigneur de l’escroquerie» par Me Bruno Quentin, un des avocats de partie civile.
Gilbert Chilki, surnommé le «seigneur de l’escroquerie» par Me Bruno Quentin, un des avocats de partie civile. SERGEI SUPINSKY / AFP 

Ce mercredi, au cinquième jour du procès du «faux Le Drian», la représentante du ministère public a réclamé des peines allant de 18 mois de prison dont 6 mois avec sursis à 14 ans de prison à l’encontre des sept hommes poursuivis pour cette arnaque.

Entre 2015 et 2017, un gang d’escrocs usurpant l’identité du ministre de la Défense de l’époque, Jean-Yves Le Drian, avait approché 150 personnalités ou entités en réclamant une aide financière, prétendument pour payer la rançon d’otages français. La bande avait ainsi réussi à amasser plus de cinquante millions d’euros.

A l’issue d’un réquisitoire long de plus de deux heures et demi, la procureure a notamment requis une peine de 14 ans de prison et de 2 millions d’euros d’amende à l’encontre de Gilbert Chilki, surnommé le «seigneur de l’escroquerie» par Me Bruno Quentin, un des avocats de partie civile. Déjà condamné à sept ans de prison en 2015 pour «escroquerie en bande organisée», Gilbert Chilki nie catégoriquement les faits qui lui sont reprochés. Son avocat, Me Stephane Sebag, devrait donc plaider la relaxe dans sa plaidoirie de ce mercredi soir.

Avec Le Figaro.fr par Aude Bariéty

Ruiné par une camerounaise, un français est devenu pousseur à Douala

janvier 14, 2020

L’histoire parait invraisemblable ! Un français en est réduit à devoir travailler comme pousseur après avoir été ruiné par sa petite amie camerounaise qu’il a rencontré en ligne il y a 6 mois. L’homme qui avait quitté l’hexagone pour venir au Cameroun rencontrer sa « reine africaine » après seulement 2 mois d’échanges en ligne, a eu le choc de sa vie quand il s’est retrouvé totalement dépourvu.

C’est un homme blanc découvert aux abords d’un carrefour populaire de Douala avec une poussette chargée de marchandises. Après échanges, il s’est avéré que c’était un européen de nationalité française. Son nom Francis Rougier. Il raconte qu’il était venu au Cameroun pour rencontrer Brenda une « très belle fille » qu’il a rencontré sur les réseaux sociaux.

« Après deux mois d’échanges, je me suis résigné à venir la rencontrer au Cameroun avec en poche environ 100.000 euros. Au début nous logions à l’hôtel Awka, Brenda et moi.

Nous voyagions beaucoup à travers le pays. Des jours durant, je m’était décidé à l’épouser » narra-il la sueur au front.

Il poursuit : « Les jours passent et après un mois passé un hôtel, elle m’a proposée d’acheter un terrain et de construire notre propre maison. LA maison devait coûter environ 50.000 euros. Une somme que j’ai pas hésité de sortir parce que je lui faisais désormais confiance. »

Un mois plus tard, elle m’a montré une maison en construction et qu’elle avait besoin de plus d’argent pour terminer les finitions du bâtiment. Je lui ai donné et il ne me restait plus que 3 000 euros. Quelques jours après, Brenda avait disparu et ne répondait plus à mes appels. C’est ainsi que je me suis rendu compte que j’ai été berné comme un débutant ».

Alors pour rentrer j’étais résigné à faire de petits boulots pour se tirer d’affaire, payer mon billet retour et rentrer en France. »

Une affaire digne d’un film hollywoodien !

Sacer-infos.com par Stany Franck avec Agences

Congo: Thierry Moungalla a tenté d’escroquer 2 millions sur les 25 destinés au juge Christian Oba

mai 12, 2018

Christian Oba, président de la cour criminelle

 

Chargé de jouer le trésorier payeur des membres de la cour criminelle, instruite par le clan d’Oyo pour condamner le général Jean Marie Michel Mokoko, le ministre Thierry Moungalla a voulu escroquer le président de la dite cour, le soi-disant juge Christian Oba. Il ne lui a remis que 23 millions de cfa, sur les 25 remis par Firmin Ayessa.

«  Dites au Ndundu là de ramener mes 2 millions ». C’est le message transmis par Christian Oba via un intermédiaire à Thierry Moungalla qui lui a permis de rentrer en possession de son argent. Le ministre porte parole du gouvernement a évoqué un malentendu pour justifier cette tentative d’arnaque.

Deux jours avant la délibération du fameux procès du général Jean Marie Michel Mokoko, le pouvoir d’Oyo avait décidé de la partition que chaque membre composant la cour criminelle devrait recevoir. 25 millions de francs cfa chacun. L’ordre a donc été donné au courtier du clan Thierry Moungalla de mouiller la barbe de ces juges. En bon homme politique congolais, Moungalla a voulu piocher un peu, mais a rencontré la muraille Christian Oba.

Bien évidemment, comme il a été éduqué par le clan Sassou, Moungalla niera les faits. Car, comme l’a su dire le juge Christian Oba «  Dites à votre Ndundu là de ramener mon argent », Moungalla est un esclave des Sassou Nguesso, qui les insulte en privé, mais les glorifie en public. Cette fois-ci, les 2 millions qui devraient servir à rendre une petite kinoise heureuse ont pris la direction de leur véritable destinataire.
Sacer-infos.com par Stany Franck

 

Ndundu: albinos

Congo/fausses bourses Suisses: 320 étudiants Mbochis escroqués par le ministère des Affaires étrangères

avril 26, 2018

Dans un communiqué publié et signé par le secrétaire des affaires étrangères, de la coopération et des congolais de l’étranger Cyprien Sylvestre Mamina, et estampillé « large diffusion », on portait à la connaissance des congolais de l’offre de 500 bourses d’études et emplois de la confédération Helvétique. Comme avec les bourses cubaines, les parents des étudiants Mbochis et même des fonctionnaires se sont taillés la part du gâteau qui s’est avéré être une grande escroquerie. 320 prétendus étudiants ont déboursé chacun 1.000.000 frs pour figurer dans la liste.

Finalement au Congo, certaines autorités ont eu le courage cynique d’arnaquer même les pauvres étudiants, l’avenir de demain. On comprend pourquoi l’éducation dans ce pays jadis un modèle en Afrique Centrale en matière d’éducation est devenu la risée du monde.

   

Ni plus ou moins que le ministère des affaires étrangères, à travers son secrétariat a organisé une arnaque dans un secteur très prisé par les congolais, à savoir quitter ce pays contrôlé par le clan Sassou. Conscient qu’actuellement 6 congolais sur 10 habitants Brazzaville et Pointe-Noire rêverait s’en aller à l’étranger, Cyprien Sylvestre Mamina a «  tapé sur le côté le plus pêté pêté » en inventant une offre de 500 bourses d’études de la Suisse aux étudiants et employés congolais.

Convaincus de la fiabilité de l’information, publiée à travers un communiqué officiel, de nombreux étudiants congolais s’y sont intéressés. Et comme au Congo, dans ce genre de deal, on privilégie d’abord la famille et la contrée, 320 Mbochis sont tombés facilement.

Parmi les conditions d’obtention de cette bourse fantôme, figurait en bonne place le paiement d’une somme d’un million de francs cfa. Somme dérisoire pour tous ses voleurs de la république désireux de placer leurs rejetons hors du pays.

De nombreux fonctionnaires, ont aussi choisi l’occasion, pour réaliser leur rêve de s’éloigner à jamais de Sassou Nguesso et sa famille. Ils ont versé aussi la dite somme pour compléter leurs dossiers.

La Suisse qui a eu vent de cette arnaque organisée par le ministère des affaires étrangères du Congo, a réagi par la publication d’un communiqué qui dément et met à nue les velléités boukoutoires sur les étudiants des autorités diplomatiques congolaises.

Cyprien Sylvestre Mamina qui était pressenti comme ambassadeur du Congo en France, et qui est à la tête de cette grosse arnaque aura-t-il la décence de rembourser les sommes versées par tous ses étudiants, employés et prétendus étudiants ?

Sacer-infos.com par Stany Franck

Pété-pété: mou, crédule, naïf

Boukoutoires: cupides, escroqueries

France: l’ex Premier ministre Fillon sous statut de témoin assisté pour « escroquerie aggravée »

octobre 12, 2017

Paris – L’ancien Premier ministre français François Fillon, déjà inculpé dans l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs de sa femme et de ses enfants, a été placé en juillet sous le statut de témoin assisté pour « escroquerie aggravée », a appris jeudi l’AFP de sources proches du dossier et de l’avocat de M. Fillon.

Mis en examen (inculpé) le 14 mars notamment pour « détournement de fonds publics » et « complicité et recel d’abus de bien sociaux », l’ex-candidat de la droite à l’élection présidentielle a été reçu fin juillet par les juges d’instruction pour être entendu pour la première fois sur le fond de l’affaire.

A cette occasion, « il était convoqué pour une éventuelle nouvelle mise en examen pour escroquerie aggravée, mais il a été finalement placé sous le statut plus favorable de témoin assisté pour ce chef », a confirmé à l’AFP son avocat, Me Antonin Levy.

Le statut de témoin assisté est intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mis en examen (inculpé).

L’affaire, révélée fin janvier, avait empoisonné la campagne électorale de M. Fillon, parti favori de la course à la présidentielle jusqu’à sa défaite au premier tour en avril.

Au coeur du dossier, les soupçons d’emplois fictifs de sa femme Penelope et de ses enfants au Parlement. Les investigations portent aussi sur les salaires touchés de mai 2012 à décembre 2013 par son épouse pour un emploi dans une revue littéraire appartenant à un homme d’affaires proche de François Fillon, Marc Ladreit de Lacharrière.

En mars, l’enquête avait été élargie et Penelope Fillon inculpée notamment de « recel d’escroquerie aggravée ».

Lors de son audition fin juillet, François Fillon a défendu la réalité des emplois d’assistants parlementaires de sa femme à l’Assemblée nationale, entre 1986 et 2013, lorsqu’il était député, ainsi que ceux de ses enfants Charles et Marie quand il siégeait au Sénat, entre 2005 et 2007.

Les investigations se concentrent aussi depuis quelques mois sur les activités de 2F Conseil, la société que l’ex-Premier ministre avait créée en 2012, peu de temps avant de redevenir député. Les enquêteurs cherchent à savoir s’il y a pu y avoir d’éventuels conflits d’intérêts.

Une perquisition a été menée cet été au siège de l’assureur AXA, qui avait demandé entre 2012 et 2014 à 2F Conseil d’exécuter plusieurs prestations rémunérées environ 200.000 euros.

A ce jour, quatre personnes sont inculpées: les époux Fillon, Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon à l’Assemblée nationale, et Marc Ladreit de Lacharrière. Les deux enfants du couple Fillon ont été placés sous le statut de témoin assisté.

Désormais retiré de la vie politique, M. Fillon, âgé de 63 ans, a rejoint début septembre en tant qu’associé la société de gestion d’actifs et d’investissement Tikehau Capital.

Romandie.com avec(©AFP / 12 octobre 2017 20h43)                                            

France: L’enquête Fillon élargie à des faits de « faux et usage de faux » et d’« escroquerie aggravée »

mars 21, 2017

Les enquêteurs ont saisi à l’Assemblée nationale des documents laissant penser que les époux Fillon ont pu produire des faux pour justifier les salaires de Penelope Fillon.

François et Penelope Fillon, le 20 mars, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

François et Penelope Fillon, le 20 mars, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). PATRICK KOVARIK / AFP
Les magistrats ne partagent pas la « pudeur de gazelle » qui s’est emparée, selon le mot de Jean-Luc Mélenchon lors du débat télévisé de lundi 20 mars, des candidats à l’élection présidentielle au sujet des « affaires ».

Selon les informations du Monde, le parquet national financier (PNF) a délivré, jeudi 16 mars, un réquisitoire supplétif pour « escroquerie aggravée, faux et usage de faux » aux juges d’instruction en charge de l’enquête sur les époux Fillon – Serge Tournaire, Aude Buresi et Stéphanie Tacheau –, ouverte pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d’influence et manquement aux obligations déclaratives.

Cette décision fait suite à une deuxième perquisition menée courant mars à l’Assemblée nationale – une première avait été effectuée par les enquêteurs le 31 janvier dans le cadre de l’enquête préliminaire – et à l’occasion de laquelle de nouveaux documents ont été saisis. Ces feuilles, signées par Penelope Fillon, comportaient différents calculs d’heures travaillées.

Les enquêteurs se demandent si ces calculs ne constituent pas des faux, établis pour justifier a posteriori les salaires versés à l’épouse du député de Paris et conforter la réalité de son travail d’assistante parlementaire. On ignore à qui était destinée cette déclaration d’emploi et à quelle période de sa vie professionnelle ils correspondent.

Convocation par les juges le 28 mars

Dans son édition du 22 mars, Le Canard enchaîné ajoute par ailleurs qu’alors que Penelope Fillon cumulait deux emplois à plein temps, entre le 1er juillet 2012 et le 30 novembre 2013, à l’Assemblée nationale et à la Revue des deux mondes, les époux « ont carrément signé une fausse déclaration, certifiant aux fonctionnaires de l’Assemblée que madame ne bossait pas plus d’une trentaine d’heures par mois à la Revue des deux mondes où elle était payée pour 151,67 heures ». Le règlement de l’Assemblée nationale limite à cent quatre-vingts heures le cumul d’emplois pour ses salariés.

Penelope Fillon est convoquée en vue de sa mise en examen le 28 mars par les juges d’instruction, si toutefois, comme pour son époux, son avocat ne demande pas à décaler cette date afin d’éviter le rassemblement des journalistes. « Ce supplétif ne concerne pas exclusivement Mme Fillon », indique une source proche du dossier. Contacté, l’avocat de Mme Fillon, Pierre Cornut-Gentille, s’« indigne des fuites dans la presse » et réaffirme que sa cliente entend réserver ses premières déclarations aux magistrats instructeurs. Le conseil de M. Fillon, Antonin Lévy, n’a pas donné suite à nos demandes.

Le 16 mars, l’enquête avait aussi été élargie à des faits de trafic d’influence en lien notamment avec les activités de François Fillon pour sa société de conseil 2F. Cette société a notamment travaillé pour la holding de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière, Fimalac. M. Ladreit de Lacharrière a aussi prêté 50 000 euros, sans intérêts, à l’homme politique en 2013, somme qui a été depuis remboursée, mais n’a pas été déclarée.

 Lemonde.fr par   Simon Piel, Journaliste au Monde

« Paul Biya n’est pas le président du Cameroun réel »

janvier 6, 2017

Notre chroniqueur s’insurge contre le discours de vœux du président camerounais qu’il juge déconnecté du quotidien de ses concitoyens.

Le président camerounais Paul Biya à la trribune des Nations unies à New York le 22 septembre 2016. Crédits : Carlo Allegri/REUTERS
Deux jours avant la trente-troisième présentation des vœux présidentiels au peuple camerounais du 31 décembre 2016, je me suis rendu dans un commissariat de Douala. Ayant vendu ma voiture quelque temps auparavant, je devais, ainsi que le prévoit la loi, faire légaliser le certificat de vente de cette voiture.

Après avoir été sèchement renvoyé chez moi parce que je portais un pantacourt (la chaleur est insupportable en décembre dans le pays), je suis revenu avec un pantalon. Je m’étais assuré d’avoir toutes mes pièces justificatives et acquitté de tous les timbres requis.

Lire aussi :   « Le Cameroun n’a pas mal à son peuple, il a mal à ses élites »

L’agent de police, une femme rugissante, n’a eu d’autre choix que de valider le document que je lui présente. J’appose enfin mon nom et ma signature dans ce gros registre bleu qui fleure bon le Moyen Age, soulagé d’en avoir terminé.

« C’est 10 000 francs ! me fait-elle tout à coup.

– Comment ça 10 000 ?

– Je dis que c’est 10 000 !

– D’accord, mais pourquoi 10 000 ? J’ai déjà effectué cette démarche et jamais je n’ai eu à débourser 10 000 francs CFA ! A quoi correspondent-ils ?

– Pourquoi tu discutes ? Ce n’est pas pour moi ! Si tu veux va te renseigner là-bas ! » Elle pointe son doigt en direction du bureau du commissaire.

Le bureau du commissaire est spacieux et climatisé, contrairement à la salle exiguë, chaude et lugubre qui sert de bureau à deux subordonnés. Il abrite une télé, en marche, et même un petit frigo. La classe. Je me présente et expose mon problème. Pourquoi ces 10 000 francs CFA [15 euros] ? Le policier me lance un regard noir, un léger frisson parcourt mon corps.

« Tu ne sais pas que c’est comme ça ? me jette l’homme en bleu.

– Euh… Non, Monsieur le Commissaire. Je n’ai jamais payé ce montant alors que j’ai fait la même démarche récemment.

– Tu as fait ça où ?

– A Bonanjo [quartier administratif de Douala]. »

Au bout de trente secondes du même regard glaçant, sans rien dire, il m’arrache le formulaire des mains, le paraphe, et me le remet dans un geste plein de mépris : « Retourne voir ma collègue. » Ladite collègue, dont le bout du nez peine à retenir un déferlement de sueur, appose son cachet. C’est gagné ! Je suis reparti victorieux mais fou de colère et de frustration devant l’ampleur de la corruption et de l’impunité dans ce pays.

Interminable liste

En écoutant le président Paul Biya, 82 ans, parler de cette jungle comme d’un « pays démocratique et un Etat de droit », se poser en protecteur des « fondements de notre vivre-ensemble », invoquer avec solennité la Constitution du pays alors qu’il est au pouvoir depuis trente-trois ans, réaffirmer avec force l’unité et l’indivisibilité du Cameroun en réponse aux « préoccupations » des enseignants et avocats en grève dans la partie anglophone du pays et rebaptisés pour l’occasion « manifestants extrémistes manipulés et instrumentalisés », j’ai eu la confirmation de ce que je sais déjà. Il y a deux Cameroun : un Cameroun officiel et un Cameroun réel.

Paul Biya est le président du Cameroun officiel, celui des profiteurs du système, celui de ce commissaire corrompu et de ses collègues complices. Mais il n’est pas le président du pays réel : celui des jeunes filles violées et traînées dans la boue par des policiers pour avoir commis le crime innommable de prendre part à des manifestations non violentes dans la région de Buéa ; celui des familles des victimes et surtout des disparus du déraillement d’Eséka, dont il est clair qu’elles ne verront jamais ni la couleur de la vérité ni celle de la justice ; celui des milliers de citoyens camerounais quotidiennement brimés, humiliés, rackettés par des agents publics censés être à leur service. 

La liste est interminable. Nous sommes nombreux à appartenir au pays réel. Et nous sommes seuls ; sans leader qui nous représente, sans Constitution qui incarne nos aspirations, sans horizon vers lequel se projeter.

Et donc, en ce début d’année 2017, à moins de deux ans de l’échéance électorale qui verra le champion du pays officiel solliciter les suffrages des citoyens du pays réel, nous devons affirmer son illégitimité et créer un horizon. Car Paul Biya bafoue la Constitution qu’il brandit par ailleurs, il viole, persécute et tue les enfants supposés appartenir à son pays et il accable d’un inacceptable mépris des citoyens dont il tire son immense pouvoir. « Le Cameroun est un et indivisible, et il le restera ! », a-t-il martelé lors de ses vœux. De quel Cameroun parlait-il ?