Posts Tagged ‘ESPAGNE’

Espagne: arrêté pour avoir filmé à la dérobée l’entrejambe de centaines de femmes

août 21, 2019

 

Un homme de 53 ans a été écroué en Espagne pour avoir diffusé sur des sites porno des vidéos de centaines de femmes dont il filmait à leur insu les fesses ou l’entrejambe, notamment dans le métro, a annoncé mercredi la police.

Cet homme de nationalité colombienne est accusé d’être un voyeur pratiquant l’«upskirting», qui consiste à «enregistrer sans autorisation des vidéos sous les jupes et les robes des femmes pour les poster sur des sites pornographiques», selon le communiqué de la police. «L’enquête a débuté en mars quand les vidéos ont été découvertes sur des pages de contenu pornographique», a expliqué à la presse le policier Rafael Fernandez, inspecteur en chef des réseaux de l’unité de cyber-délinquance.

Au terme de mois d’enquête, l’homme a été arrêté en flagrant délit dans le métro de Madrid. Il posait sur le sol son sac à dos, dans lequel était caché un téléphone portable, caméra allumée, et filmait de près fesses et sous-vêtements, mais aussi parfois le corps entier et le visage. Il a été mis en examen et placé en détention provisoire en Espagne pour «attentat à la pudeur» et «corruption, abus ou prostitution de mineures», certaines des femmes filmées à leur insu n’ayant pas 18 ans. Le quinquagénaire est soupçonné d’avoir publié 283 vidéos sur des sites pornographiques où ses images ont été vues plus d’un million de fois.

«Cinq cent cinquante-cinq femmes différentes y apparaissent, dont 29 ont pu être identifiées et entendues», a précisé Rafael Fernandez. L’homme aimait agir dans le métro et les trains de banlieue mais avait aussi suivi des femmes jusque dans des supermarchés, a relevé l’officier de police. Selon le communiqué, il agissait «de manière compulsive», étant capable de filmer près de trente femmes en cinq jours.

Ce type de voyeurisme, répandu grâce à la miniaturisation des caméras, est de plus en plus souvent dénoncé à travers le monde, notamment en Corée du Sud. En janvier, le Parlement britannique a adopté un projet de loi visant à punir de deux ans de prison le fait de prendre des photos sous les jupes des femmes. En France, la «captation d’images impudiques» est punie par une loi promulguée en 2018.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Espagne: Valls et Barcelone, une «décision intime» plus que «politique»

mai 19, 2019

Valls

Manuel Valls Pau Barrena / AFP.

L’ancien premier ministre Manuel Valls, qui a traversé les Pyrénées pour se présenter à la mairie de Barcelone, s’est confié au Parisien sur la raison de ce nouvel engagement et sur le retour dans son pays natal.

« C’est d’abord une décision intime. Peut-être que pour la première fois, ce n’est pas la politique qui décide. Elle joue un rôle, c’est le levier pour justifier ce choix, mais il est avant tout personnel. Quoi qu’il arrive, ma vie est ici», a déclaré l’ancien chef du gouvernement de François Hollande, dans un registre intimiste qu’on ne lui connaît guère.

«C’est sans doute un long processus qui a mûri», déclare Manuel Valls, qui évoque un «déclic», «des sensations qui reviennent», «un retour aux sources», «des changements dans ma vie personnelle». Une dernière formule qui renvoie à son idylle avec Susana Gallardo, riche héritière des laboratoires pharmaceutiques Almirall. L’ancien premier ministre d’ajouter : «En mon for intérieur, je me dis : C’est de ça dont j’ai besoin. Une nouvelle vie, une nouvelle étape. Sans doute que la Méditerranée, le soleil et Barcelone me manquent. Sans doute que j’ai envie de retrouver un équilibre personnel».

On apprend aussi que Manuel Valls, naturalisé français à 20 ans, a récupéré sa carte d’identité espagnole et qu’il habite «rue de Paris» à Barcelone. «Il se trouve sur liste d’attente pour devenir « socio » du Barça, son club fétiche«, ajoute Le Parisien .

Les élections municipales ont lieu dimanche 26 mai, Manuel Valls ne part pas favori.

Par Le Figaro.fr

Mort du franco-espagnol Nilda Fernández, le chanteur de Nos fiançailles

mai 19, 2019

FRANCE-SPAIN-HIDALGO-POLITICS-BADGE-CEREMONY

Le chanteur est décédé à l’âge de 61 ans. En 2010, il avait été invité à l’ambassade d’Espagne, à Paris, lors de la remise des insignes de Commandeur de l’Ordre d’Isabelle la Catholique à Anne Hidalgo. MIGUEL MEDINA/AFP

DISPARITION – Le musicien, qui avait accédé à la célébrité avec son titre Madrid Madrid en 1987, est décédé ce dimanche à l’âge de 61 ans d’une insuffisance cardiaque. Écrivant ses paroles autant en français qu’en espagnol, ce natif de Barcelone avait été élu «révélation masculine» aux Victoires de la musique en 1992.

Ses «sourds mots d’amours» ne résonneront plus. Nilda Fernández, le chanteur franco-espagnol à la voix si particulière, aiguë et suave à la fois, est décédé dimanche d’une insuffisance cardiaque dans le sud de la France, à l’âge de 61 ans. «Auteur, compositeur, interprète, Nilda a consacré toute sa vie à la création. Musicien, écrivain, il incarnait jusqu’au plus profond de son être la figure de l’artiste», indique sa famille dans un communiqué.

Né à Barcelone dans une famille andalouse en 1957, il grandit à Lyon puis à Toulouse. Il enseigne deux ans l’espagnol puis voyage avec sa guitare, «jouant dans les bars, les clubs et autres petites salles, au hasard des rencontres et des opportunités», peut-on lire sur son site internet. En 1981, il enregistre Le Bonheur comptant, son premier album. Après six années passées loin de la musique, durant lesquels il enchaîne des métiers multiples, Nilda Fernández revient en 1987 avec Madrid Madrid, qui lui fait accéder à la célébrité. En 1991 suit l’album Nilda Fernández, avec le titre Nos fiançailles. Il n’en faut pas plus que pour, l’année suivante, le chanteur et guitariste soit sacré «révélation masculine» aux Victoires de la musique et joue en première partie du concert de Sting à Paris, devant un public de 15.000 personnes.

En 1993, pour défendre son album 500 años, entièrement enregistré en espagnol, le chanteur traverse l’Atlantique. Les États-Unis, le Mexique, le Chili et l’Argentine lui réservent un accueil chaleureux. L’année suivante, en Argentine, il chante en duo avec Mercedes Sosa, figure incontournable de la musique latino-américaine. De retour en France, Nilda Fernández publie un roman, Ça repart pour un soliloque chez Stock. Il part alors en tournée dans une roulotte, pendant deux mois, de Barcelone à Paris. Le musicien remonte plus de mille cinq cents kilomètres, repasse par les lieux marquants de son existence. Avec Mes Hommages, en reprenant les plus célèbres titres de Barbara, Charles Aznavour, Léo Ferré ou Claude François, il dit son amour de la chanson française. Pourtant, celui qui a exercé le plus d’influence sur Nilda Fernández n’est pas un musicien, mais un homme de lettres: Federico García Lorca. En 1999, il met en musique certains de ses poèmes dans un disque intitulé Castelar 704.

En 2001, Nilda Fernández gagne la Russie et disparaît presque complètement de la scène française. Là-bas, il enregistre des duos avec le chanteur et homme de spectacle Boris Moïsseev. Après cinq années passées à Moscou et un passage à Cuba, où il crée un spectacle d’art circassien, le guitartiste revient en France et continue à produire des albums: Ti Amo et Basta Ya. En 2014, Nilda Fernández entame sa dernière tournée, jouant alors avec ses musiciens dans les bistrots de Paris, comme un retour à ses jeunes années.

Par AFP agence avec Benjamin Puech

Un homme accusé d’avoir cherché à vendre des informations sur Assange interrogé en Espagne

mai 3, 2019

 

Un homme accusé d’avoir essayé de vendre des informations sur le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, qu’il aurait obtenues via un système de surveillance dans l’ambassade d’Equateur à Londres, a été interrogé par la justice à Madrid, a annoncé vendredi une source judiciaire.

Le suspect, un journaliste, a été arrêté puis interrogé dans la capitale espagnole par un juge madrilène, puis relâché en attendant d’autres investigations, à la suite d’une plainte déposée auprès de la police par la rédactrice en chef de WikiLeaks Kristinn Hrafnsson, a expliqué cette source, qui a refusé d’être identifiée. Plusieurs autres Espagnols affirment disposer de vidéos et de documents personnels sur Julian Assange pendant son long séjour dans la représentation diplomatique équatorienne.

En 2012, l’Australien de 47 ans, qui faisait l’objet de poursuites en Suède pour viol – une affaire depuis classée – s’était réfugié dans l’ambassade d’Equateur à Londres pour éviter d’être extradé vers la Suède et vers les Etats-Unis, en raison de la publication de documents secrets américains par son site internet.

Après sept ans passés dans la représentation diplomatique équatorienne, Julian Assange en a été délogé par la police britannique le 11 avril, avec l’autorisation de Quito.

Il a été condamné mercredi par un tribunal londonien à 50 semaines de prison pour violation des conditions posées à sa liberté provisoire.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Décès de la soprano espagnole Montserrat, grande voix de l’opéra

octobre 6, 2018

La cantatrice espagnole Montserrat Caballé, le 27 janvier 2005 au palais des Festivals de Cannes, lors de la cérémonie des Victoires de la musique classique / © AFP/Archives / PASCAL GUYOT

« Grande dame » de l’opéra, « légende », « artiste unique »: la soprano espagnole Montserrat Caballé est morte samedi à 85 ans à Barcelone, une disparition qui a suscité une pluie d’hommages dans le monde culturel et politique.

La veillée funéraire de la chanteuse, morte pendant la nuit à l’hôpital de Sant Pau, aura lieu dimanche à 14H00 locales (12H00 GMT) au funérarium du quartier de Les Corts à Barcelone et les funérailles lundi à 12H00 (10H00 GMT) au même endroit, ont annoncé les services funéraires de la métropole catalane.

Retirée depuis plusieurs années en raison de problèmes de santé, Montserrat Caballé, qui avait déjà été victime d’un accident vasculaire cérébral, était hospitalisée depuis mi-septembre dans cet établissement, à cause d’un problème de vésicule, selon des médias locaux.

Evoquant une « triste nouvelle », le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a salué sur Twitter une « grande ambassadrice de notre pays, une soprano reconnue internationalement ».

« Montserrat Caballé, sa voix et sa douceur resteront toujours avec nous », a-t-il ajouté, tandis que la monarchie espagnole déplorait la perte d’une « grande dame de l’opéra, légende de la culture universelle, meilleure parmi les meilleurs, capable d’ouvrir de nouveaux espaces de création avec les plus grands ».

Le monde de l’opéra était en deuil: le ténor José Carreras, 71 ans, très proche de la cantatrice, s’est dit « très triste » de la mort de cette « artiste unique ». « Je n’ai jamais entendu aucune soprano chanter comme Caballé », a-t-il dit sur Catalunya Radio, soulignant « la qualité de sa voix et sa technique » qui lui permettaient une richesse de registres « unique ».

Autre ténor à avoir partagé la scène avec la diva, Placido Domingo a aussi fait part de sa « très grande tristesse », rendant hommage dans El Pais à une « grande chanteuse espagnole, catalane, dotée de grandes qualités humaines ». La soprano sud-africaine Pretty Yende pleurait la disparition d' »une légende, une âme merveilleuse ».

la soprano espagnole Montserrat Caballé lors d’une exposition à l’occasion du 50e anniversaire de ses débuts, le 3 janvier 2012 à Barcelone / © AFP/Archives / Lluis GENE

– Enfant de Barcelone –

Née le 12 avril 1933 à Barcelone dans une famille modeste, María de Montserrat Viviana Concepción Caballé i Folch, y a étudié au conservatoire du Liceu avant de débuter à l’Opéra de Bâle en 1956, dans « La Bohème » de Giacomo Puccini.

Surnommée « la Superba », la Catalane, dont l’art du « pianissimo » était légendaire, comme sa puissance vocale, chantait aussi bien Rossini, Bellini ou Donizetti que Mozart ou Dvorak.

C’est le 7 janvier 1962, après deux années à Brême (Allemagne), que Montserrat Caballé rejoint définitivement l’opéra de Barcelone, le Gran Teatre del Liceu. Début d’une longue histoire d’amour entre la cantatrice et son public.

Le succès s’amplifie en 1965, à New York, dans « Lucrèce Borgia » de Gaetano Donizetti, et en 1967, lors de sa première « Traviata » (de Verdi) sous la direction de Georges Prêtre.

Elle effectue ensuite plusieurs tours du monde à succès, souvent avec son amie, la cantatrice Marilyn Horne, notamment en France, pays qu’elle aime particulièrement. Elle triomphe en 1972 à La Scala de Milan, dans « Norma » de Bellini.

ARCHIVES: décès de la soprano espagnole Montserrat Caballé / © AFP / Diane Cambon, Farid Addala

– Freddie Mercury –

Mais elle avait aussi bousculé les traditions en enregistrant un album avec le chanteur de Queen Freddie Mercury, dont une chanson avait été choisie comme hymne des jeux Olympiques de Barcelone en 1992.

A partir de 1992, ses problèmes de santé l’avaient obligée à raréfier sa présence sur scène pendant dix ans. Son retour au Gran Teatre del Liceu, le 5 janvier 2002, pour le 40e anniversaire de sa première apparition, lui avait valu une ovation de plus de dix minutes.

Le 3 janvier 2012, ses cinquante ans de carrière avaient donné lieu à une grandiose « Autre nuit de Montserrat Caballé », à l’opéra de Barcelone.

La chanteuse a eu une fille le 15 novembre 1972, Montserrat Martí, surnommée Montsita, avec le ténor espagnol Bernabé Martí, qu’elle a épousé en 1964. Elle avait parfois chanté avec sa fille, également soprano.

Montserrat Caballé avait eu ces dernières années des démêlés avec le fisc espagnol. Elle avait été condamnée en décembre 2015 à une peine de six mois de prison, qu’elle n’avait pas dû effectuer, et à 250.000 euros d’amende pour fraude fiscale.

Romandie.com avec(©AFP / (06 octobre 2018 16h21)

Manuels Valls, un « combattant » à l’assaut de la mairie de Barcelone

septembre 24, 2018

Manuel Valls prononçant un discours à Barcelone, lors d’un rassemblement anti-indépendantiste le 18 mars 2018. / © AFP/Archives / Pau Barrena

L’ancien Premier ministre Manuel Valls, qui doit annoncer mardi sa candidature à la mairie de Barcelone, est un « combattant » et un passionné de politique, prêt à tenter à 56 ans l’aventure risquée d’une « nouvelle vie » en Espagne après avoir lourdement chuté en France.

Né dans la capitale catalane le 13 août 1962, ce fan du Barça a grandi à Paris et a été naturalisé français à vingt ans, perdant sa nationalité espagnole. Sa victoire aux municipales de mai 2019 n’a pour l’heure rien d’une évidence.

Ses amis saluent le panache d’une reconversion jamais vue. « C’est un choix de combattant. Manuel Valls prend son risque », commente l’ancien conseiller élyséen Aquilino Morelle, décrivant un « homme très courageux, très volontaire, très déterminé, très entier » et qui « vit par la politique ».

Ses opposants dénoncent une ultime trahison, celle des électeurs de l’Essonne qui l’ont élu d’un cheveu député en juin 2017, au moment où son avenir politique semble bouché en France.

« Voilà plus de quatorze mois que nous ne sommes plus représentés. A l’Assemblée, il est aux abonnés absent (…) Son slogan c’était +proche de vous+ mais Barcelone, c’est loin d’Evry! », tempête son adversaire Insoumise aux législatives, Farida Amrani.

Manuel Valls n’en a cure. « Vous direz ce que vous voudrez. Une seule chose compte pour moi, la manière dont je serai perçu à Barcelone », a-t-il confié à L’Express début septembre.

– Réformiste et républicain –

Lancé tout jeune en politique auprès de Michel Rocard, l’ancien maire d’Evry (2001-2012) a fait d’une forme de transgression sa signature à gauche.

En 2007, il voulait changer le nom du Parti socialiste. A Matignon, où il succède à Jean-Marc Ayrault de 2014 à 2016 après avoir été ministre de l’Intérieur, il fustige la « gauche passéiste », lance un « j’aime l’entreprise » devant le patronat ou approuve l’interdiction du « burkini » par des maires de droite.

« Il est à la fois réformiste voire social-libéral sur le plan économique (…) et républicain, attaché à la laïcité et une expression rigoureuse du pouvoir régalien », résume le politologue Laurent Bouvet.

Son regard dur, ses réparties sèches, sa moue fréquente lui confèrent l’image d’un homme autoritaire. En période d’attentats, son autorité et sa stature rassurent aussi.

Défenseur de la déchéance de nationalité et de la loi Travail, théoricien des « gauches irréconciliables » et d’un rapprochement des « progressistes » de gauche et de droite, Manuel Valls laisse un souvenir amer au Parti socialiste.

« Avoir confié la responsabilité du gouvernement à Manuel Valls c’était une grave erreur (…) Ce garçon n’a pas de corpus idéologique, ou très peu », l’a fusillé la semaine dernière sur RMC l’ancien ministre du Travail François Rebsamen.

Candidat malheureux à la primaire PS de 2017, M. Valls a fait le choix de ne pas parrainer le vainqueur Benoît Hamon, et d’apporter son soutien à Emmanuel Macron, ce qui lui a aliéné une grande partie de ses soutiens.

« Valls n’a plus d’amis. Il a tellement déçu et trahi tout le monde, il n’a même pas aidé ses fidèles à trouver un job… », confie une ancienne proche.

– « Triple culture » –

À l’Assemblée, M. Valls siégeait depuis juin 2017 comme député apparenté dans les rangs de La République en marche, ne dissimulant pas son envie de « gouverner » à nouveau un jour. Mais sa défense parfois virulente d’une laïcité de combat était en décalage avec la vision du président de la République, qui s’est inquiété en décembre d’une « radicalisation de la laïcité ».

Fils du peintre catalan Xavier Valls et d’une mère suisse italienne, Manuel Valls confiait en 2015 au Parisien avoir jusqu’à 16 ans vécu « pleinement cette triple culture espagnole -et catalane-, italienne et française », parlant catalan chez ses parents. Il avait aussi fait de son « amour de la France » et de son patriotisme une marque de fabrique.

Père de quatre enfants, nés d’un premier mariage, il s’est remarié en 2010 avec la violoniste Anne Gravoin, dont il s’est séparé en avril.

La presse espagnole s’est fait l’écho ces dernières semaines d’une relation amoureuse présumée entre l’ancien Premier ministre et Susana Gallardo, riche héritière d’un laboratoire pharmaceutique, et comme lui anti-indépendantiste convaincue.

Romandie.com avec(©AFP / (24 septembre 2018 15h13)

À Gilbratar, Jean-Jacques Bouya tente de récupérer 100 millions d’euros

septembre 13, 2018

 

 

L’un des plus grands voleurs du Congo est entrain de tenter de retirer de la Jyske Bank et RBS bank de Gilbratar une somme de 100 millions d’euros. La justice espagnole qui a ouvert une enquête sur les avoirs des dirigeants africains, surveille de près ces mouvements.

Le manque de professionnalisme des voleurs africains, ajouté à leur idiotie les pousse toujours vers la nullité. Ce qu’ils volent en Afrique, ils viennent le cacher en Europe, alors les voleurs européens ne le font jamais.

Ayant pillé à volonté et sauvagement le trésor public congolais, Jean jacques Bouya a placé ses avoirs dans plusieurs paradis fiscaux dont Gilbratar, au large de l’Espagne. La relation étroite en matière de la lutte contre la criminalité entre Gilbratar et l’Espagne a permis aux juges espagnoles de tracer les avoirs mal acquis des dirigeants africains et narcos sud-américains.

Conscients de cette situation, les banques pourtant offshore posent des conditions impossibles à leurs clients qui tentent de retirer leurs avoirs. Même les chinois tergiversent avec les voleurs congolais.

Sous la menace d’arrestation depuis que le FMI campe sur ses positions au Congo, Jean Jacques Bouya s’est lancé dans une course à la montre pour apaiser le cœur de son oncle Denis Sassou Nguesso, pour rapatrier ses avoirs et les mettre au service du clan.

Si les banques offshore de Gibraltar ont fuité l’information à la justice espagnole, c’est tout simplement parce qu’elles sont animées de mauvaise foi et n’entendent en aucun cas servir leur client Jean jacques Bouya. On se retrouve dans la situation du voleur volé.

Sacer-infos.com par Stany Franck

L’Espagne renonce à une vente de bombes à l’Arabie Saoudite

septembre 4, 2018

Madrid – L’Espagne a renoncé à une vente de 400 bombes à guidage laser à l’Arabie saoudite, engagée dans un conflit meurtrier au Yémen, a annoncé mardi le ministère de la Défense.

Cette confirmation d’une information de la radio Cadena SER intervient après des bombardements cet été au Yémen, qui ont tué au moins 66 enfants au cours de raids en août.

Selon la Cadena SER, le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez, arrivé au pouvoir début juin, a enclenché en juillet la procédure pour annuler le contrat signé à l’été 2015 sous son prédécesseur conservateur.

Les 9,2 millions d’euros déjà payés pour 400 bombes à guidage laser vont être rendus à l’Arabie saoudite, a annoncé la radio, sans préciser quelle compagnie les avait fabriquées.

« La Défense confirme l’information diffusée par la Cadena SER », a déclaré mardi le ministère dans un courriel à l’AFP, sans plus de commentaires.

L’annonce a été faite tandis que la secrétaire d’État au Commerce Xiana Méndez, dont dépendent les contrats d’armement, recevait des ONG militant contre la vente d’armes à Ryad, dont Amnesty International, Oxfam et Greenpeace.

Le gouvernement n’a pas pris d’autres engagements concrets lors de cette réunion, a déclaré à l’AFP Lara Contreras, représentante d’Oxfam.

Au sujet de l’annulation de la vente de bombes, « c’est 1% des ventes qui se font à l’Arabie saoudite mais c’est un message clair que c’est quelque chose d’important » pour le gouvernement, a-t-elle jugé.

Ces ONG redoutaient que ces armes ne soient utilisées au Yémen, où l’Arabie saoudite est engagée dans une guerre qui a fait quelque 10.000 morts, surtout civils, et provoqué la pire crise humanitaire au monde selon l’ONU.

En août, un raid de la coalition pro-gouvernementale sous commandement saoudien a ainsi tué 51 personnes dont 40 enfants à Dahyan, dans la province de Saada, fief des rebelles Houthis dans le nord du Yémen.

Ce carnage a suscité une vague de réprobation internationale. Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé à une enquête « crédible et transparente ».

Les ONG réclament l’arrêt immédiat de toute vente à Ryad d’armes qui peuvent être utilisées dans la guerre au Yémen.

En avril, au cours de la visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane en Espagne, l’Arabie et l’Espagne avaient signé un protocole d’accord pour l’achat par Ryad de cinq corvettes (navires de guerre) pour environ 1,8 milliard d’euros.

L’Espagne a exporté pour 4,35 milliards d’euros de matériel de défense en 2017, dont 270 millions à l’Arabie saoudite, selon les données du gouvernement.

Romandie.com avec(©AFP / 04 septembre 2018 11h55)

Meurtre d’un garçon néerlandais: un suspect arrêté en Espagne, vingt ans après

août 27, 2018

Jos Brech, soupçonné du meurtre de Nicky Verstappen, arrêté en Espagne le 26 août 2018, sur une photo fournie par la police espagnole le 27 août / © Spanish Police/AFP / Spanish Police

Vingt ans après le meurtre du petit Nicky Verstappen qui avait bouleversé les Néerlandais, un suspect a été arrêté en Espagne et présenté lundi à la justice en vue d’être extradé aux Pays-Bas.

Caché dans une zone montagneuse près de Castellterçol, à 50 kilomètres de Barcelone, Jos Brech, Néerlandais de 55 ans, a été arrêté dimanche « alors qu’il sortait couper du bois », a indiqué lundi la police espagnole dans un communiqué.

Les images diffusées par la police montrent le suspect, vêtu d’un T-shirt vert, d’un pantalon beige et de sandales, menotté sur un chemin.

Présenté comme un expert en survie, Jos Brech avait de quoi pêcher, un livre sur les plantes comestibles et de la nourriture lyophilisée.

Il vivait « dans une tente dans les bois », près d’une maison où habitent plusieurs personnes sans domicile fixe, a expliqué au journal De Telegraaf le Néerlandais ayant permis à la police de remonter jusqu’au suspect après l’avoir reconnu sur des photos.

Jos Brech, soupçonné du meurtre de Nicky Verstappen, arrêté en Espagne le 26 août 2018, sur une photo fournie par la police espagnole le 27 août / © Spanish Police/AFP / Spanish Police

« Il m’a dit qu’il aimait vivre dans la nature et que c’est pour ça qu’il était là », a ajouté ce témoin sous couvert d’anonymat.

Au lendemain de son arrestation, le suspect a été déféré par la police devant le tribunal de Granollers, au nord-est de Barcelone, a indiqué à l’AFP une porte-parole des autorités judiciaires de Catalogne. Il doit être interrogé en vidéoconférence par des magistrats de l’Audience nationale, haut tribunal de Madrid chargé des procédures d’extradition.

Nicky Verstappen, 11 ans, avait disparu d’un camp de jeunesse dans la nuit du 9 au 10 août 1998 dans la province de Limbourg, dans le sud des Pays-Bas.

Ce camp d’été, dans lequel le suspect travaillait selon la police espagnole, se tenait dans la réserve naturelle de Brunssummerheide, près de la frontière avec l’Allemagne. Le corps de l’enfant, agressé sexuellement avant d’être tué, avait été découvert le lendemain soir près du camp.

Un mémorial à la mémoire de Nicky Verstappen, disparu à l’âge de 11 ans en 1998, près de l’endroit où son corps a été retrouvé, à Brunssum aux Pays-Bas le 23 mai 2017 / © ANP/AFP / Marcel van Hoorn

– La famille veut des « réponses » –

Selon Jan Eland, procureur général de la province de Limbourg, Jos Brech pourrait être remis à la justice néerlandaise cette semaine s’il se montre coopératif. Dans le cas contraire, la procédure pourrait prendre de 60 à 90 jours.

« Nous sommes soulagés que cela soit allé aussi vite. Maintenant, nous pouvons entrer dans une nouvelle phase de l’enquête », a-t-il dit, cité par l’agence ANP, en précisant que deux enquêteurs néerlandais allaient bientôt se rendre en Espagne.

La mère du petit garçon, Berthie Verstappen, a exprimé son soulagement sur la télévision publique néerlandaise NOS. « Nous ne nous attendions pas à ce que (l’arrestation) soit si rapide. Nous avions peur qu’il se cache tellement bien qu’on ne le retrouve pas avant des mois », a-t-elle déclaré.

La tombe du petit Nicky Verstappen, qui a disparu à l’âge de 11 ans en 1998, à Heinloem aux Pays-Bas le 23 mai 2017 / © ANP/AFP/Archives / Marcel van Hoorn

« Nous aimerions avoir des réponses » même si « nous avons peur d’entendre ce qu’il s’est passé », a-t-elle ajouté.

– Recherche ADN de grande ampleur –

Au moment des faits, la police néerlandaise avait mené des recherches de grande envergure, suivies de très près dans le pays, mais sans succès.

Et c’est finalement la plus grande recherche d’ADN jamais effectuée aux Pays-Bas, menée en février dernier sur 21.500 hommes âgés de 18 à 75 ans, qui a permis par extension de mener au suspect, originaire de Simpelveld, une petite ville du sud des Pays-Bas, selon des médias néerlandais.

Entendu au début de l’enquête en tant que témoin, Jos Brech n’a pas participé à cette recherche d’ADN, ce qui a éveillé les soupçons des enquêteurs. Des suspicions encore renforcées lorsque sa famille a signalé sa disparition en avril après qu’il leur a annoncé qu’il partait pour une balade en montagne.

La police avait ensuite annoncé la semaine dernière être parvenue à établir une correspondance directe entre l’ADN de Jos Brech retrouvé dans un chalet qu’il possède dans les Vosges françaises et celui présent sur le corps de Nicky Verstappen.

Romandie.com avec(©AFP / (27 août 2018 13h42)

Une centaine de migrants forcent le passage à la frontière Maroc-Espagne

août 22, 2018

Madrid – Un groupe de 116 migrants a pénétré mercredi dans l’enclave espagnole de Ceuta, frontalière du Maroc, après avoir escaladé la clôture de six mètres de haut hérissée de barbelés qui l’entoure, blessant plusieurs agents, ont annoncé les autorités locales.

« Ils sont passés par-dessus la clôture », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la préfecture.

Environ 300 ont tenté de traverser la frontière aux alentours de neuf heures (07H00 GMT) mais une partie a été arrêtée par les forces de l’ordre marocaines, précise la Garde civile dans un communiqué.

« Pour éviter que la Garde civile ne s’approche de la zone où se produisait la tentative d’entrée irrégulière, les migrants ont jeté sur les agents des récipients en plastique remplis d’excréments, de sang, de chaux vive et d’acides », a-t-elle ajouté.

La préfecture a parlé de « sept blessés légers » parmi ces agents. Pour la Garde civile, il s’agit de sept « blessés à différents degrés ».

« Tout mon soutien aux forces de l’ordre qui relèvent de manière exemplaire le défi migratoire, en particulier aux agents blessés aujourd’hui », a tweeté le chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez.

Des images diffusées par le journal local El Faro de Ceuta montrent de jeunes migrants africains fous de joie d’être parvenus à escalader la double clôture, certains agitant un drapeau espagnol ou européen. Plusieurs ont des blessures aux jambes et aux mains, les vêtements lacérés ou ensanglantés.

« Bonne chance à tous les amis qui sont derrière » au Maroc, crie en français l’un d’entre eux.

Cinq migrants ont été conduits à l’hôpital de Ceuta, précise la Garde civile.

Ceuta constitue, avec l’autre enclave espagnole de Melilla, la seule frontière terrestre de l’Union européenne avec l’Afrique.

Fin juillet, plus de 600 migrants y étaient entrés à la suite d’un passage en force marqué par des affrontements décrits comme particulièrement violents par les forces de l’ordre au cours desquels ils avaient aussi jeté de la chaux vive et des excréments sur les gardes-frontières.

Depuis le début de l’année, quelque 3.100 migrants sont entrés à Ceuta et Melilla, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Ils viennent s’ajouter aux plus de 25.000 arrivés en Espagne par la voie maritime, faisant de ce pays la première porte d’entrée de l’immigration clandestine en Europe, devant l’Italie et la Grèce.

Romandie.com avec(©AFP / 22 août 2018 15h28)