Posts Tagged ‘ESPAGNE’

Espagne: greffé du cœur pendant que sa femme accouche

avril 9, 2021

Atteint d’une grave maladie cardiaque, un Espagnol était sur le point d’assister à la naissance de son premier enfant quand un cœur s’est révélé disponible et lui a été greffé pendant que sa femme accouchait, a annoncé ce vendredi un hôpital de Madrid.

«Quand je suis entré en chirurgie, je n’étais pas encore père. J’ai parlé à ma femme par appel vidéo et nous nous sommes tous deux souhaité bonne chance. Quand je me suis réveillé, j’étais doublement satisfait», a témoigné Antonio Salvador, 39 ans, cité dans un communiqué de l’hôpital Gregorio Marañón où il a été opéré mi-mars.

Atteint d’une insuffisance cardiaque héréditaire, «la greffe était l’unique solution» pour ce patient, a expliqué l’hôpital. «J’ai pris quelques minutes pour prendre la décision car cela signifiait manquer la naissance de mon premier enfant», a ajouté Antonio. Pour sa femme Ana María González, âgée de 44 ans, ce fut un énorme soulagement. «Je n’arrivais pas à croire qu’après 10 ans» d’attente pour avoir un enfant, «nous allions recevoir la chose la plus merveilleuse de notre vie, au moment même où Antonio recevait la vie dont il avait besoin. Notre fils Samuel est venu avec un cœur sous le bras pour son père», a-t-elle raconté.

Victime d’un arrêt cardiaque en 2002 en sortant du métro à Madrid, Antonio avait été réanimé par une infirmière du même hôpital. «Désormais, il pourra mener une vie relativement normale», a assuré son cardiologue, le Dr Eduardo Zatarain. Depuis 2002, Antonio estimait avoir «deux anniversaires», celui de sa naissance et celui de sa réanimation, car «ils m’ont sauvé la vie ce jour-là». Avec «la transplantation cardiaque et la naissance de mon fils le même jour, nous allons célébrer trois anniversaires», s’est-il réjoui.

Par Le Figaro avec AFP

Covid-19 : face à une troisième vague en Europe, le Maroc se calfeutre

mars 31, 2021
Un avion de la Royal Air Maroc (RAM).

Ces dernières semaines, le royaume a pris la décision de suspendre les liaisons aériennes avec une quarantaine de pays. La France et l’Espagne sont les derniers en date.

Le royaume a décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre les liaisons aériennes avec 39 pays, dont certains sont de gros pourvoyeurs de touristes pour le Maroc, pour freiner la propagation du Covid-19, dont le nombre de cas a fortement progressé en Europe depuis début mars. La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) précise que cette suspension concernent les vols de passagers, les « vols spéciaux de passagers » étant eux soumis à des contrôles renforcés.

Ces « vols spéciaux » sont des vols non-réguliers organisés pour une circonstance particulière, comme un rapatriement d’urgence. Les conditions d’accès à ces vols spéciaux demeurent néanmoins floues à l’heure qu’il est.

LA FRANCE, AVEC 1,9 MILLION DE TOURISTES QUI SE RENDENT CHAQUE ANNÉE AU MAROC, EST DE LOIN LE PREMIER PAYS DE DÉPART VERS LE ROYAUME

Depuis le 30 mars les liaisons régulières avec la France et l’Espagne en particulier sont suspendues, toutes compagnies aériennes confondues. Selon les chiffres du ministère marocain du Tourisme, la France, avec 1,9 million de touristes qui se rendent chaque année au Maroc, est de loin le premier pays de départ vers le royaume. L’Espagne arrive en deuxième position avec près de 815 000 touristes par an. Sans compter que les deux Etats européens comptent une forte communauté marocaine binationale.

Baisse des recettes

Autant dire que le cru 2021 s’annonce particulièrement médiocre pour le tourisme marocain, un secteur déjà touché de plein fouet par la crise sanitaire mondiale depuis janvier 2020. En constante hausse depuis 2012, le nombre de visiteurs étrangers du Maroc avait atteint la barre des 13 000 000 en 2019, selon les chiffres du ministère marocain du Tourisme. Sur l’année 2020, le secteur touristique marocain a été confronté à une baisse des recettes en devises de l’ordre de 60 %.

Parmi les autres pays européens concernés par les mesures marocaines, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas ou encore l’Allemagne. Du côté africain, les liaisons avec l’Algérie, l’Egypte, l’Afrique du Sud, la République démocratique du Congo (RDC) ou encore la Guinée-Conakry, ont elles aussi été suspendues jusqu’à nouvel ordre.

SUR LE FRONT DE LA VACCINATION, LE MAROC SE CLASSE PARMI LES BON ÉLÈVES MONDIAUX, AVEC PLUS DE 8 % DES MAROCAINS QUI ONT REÇU LEURS DEUX DOSES DE VACCIN À CE JOUR

Sur le front de la vaccination, le Maroc se classe parmi les bon élèves mondiaux, avec plus de 8 % des Marocains qui ont reçu leurs deux doses de vaccin à ce jour. Sur le continent africain, le royaume est même le plus performant dans le domaine. L’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et la France, tous concernés par la suspension des liaisons aériennes avec le Maroc, se classent derrière le royaume en termes de vaccination de leur population.

Avec Jeune Afrique

Espagne: quelques centaines de manifestants réclament la libération du rappeur Pablo Hasél

mars 20, 2021

Quelques centaines de manifestants rassemblés dans plusieurs villes d’Espagne, notamment à Madrid et Barcelone, ont réclamé samedi soir la libération du rappeur Pablo Hasél, emprisonné depuis mi-février pour des tweets attaquant la monarchie et les forces de l’ordre. Aux cris «Liberté pour Pablo Hasél» ou «nous sommes des antifascistes», plusieurs centaines de personnes s’étaient donné rendez-vous à Madrid et ont défilé dans le calme avant de se disperser à la demande de la police.

À Barcelone, épicentre des manifestations de soutien au rappeur catalan, une centaine de participants ont battu le pavé derrière une banderole réclamant «l’amnistie totale pour Pablo Hasél», là encore dans une ambiance paisible, selon un journaliste de l’AFP. Un calme contrastant avec les mobilisations de février, marquées par une fronde sociale intense et des échauffourées. Des rassemblements étaient prévus dans d’autres villes espagnoles comme à Palma de Majorque.

Débat sur la liberté d’expression

Pablo Hasél, 32 ans, a été condamné à neuf mois de prison pour apologie du terrorisme, pour avoir traité le roi Juan Carlos Ier de «mafieux», fait l’éloge de personnes impliquées dans des attaques et accusé la police d’avoir tué et torturé des migrants et des manifestants. Son arrestation le 16 février dans des circonstances assez spectaculaires au sein de l’université de Lérida, où il était barricadé avec des sympathisants, a entraîné des protestations marquées par des incidents dans plusieurs autres villes d’Espagne comme Madrid, Valence et Grenade.

L’emprisonnement de Pablo Hasél a également relancé le débat sur la liberté d’expression en Espagne et renforcé les divergences au sein de la coalition gouvernementale entre les socialistes du président Pedro Sanchez et le parti Podemos (gauche radicale) qui soutient les manifestations.

Par Le Figaro avec AFP

Une tempête de neige sème le chaos en Espagne et fait trois morts

janvier 9, 2021

La tempête de neige qui frappe l’Espagne depuis 36 heures a fait trois morts samedi, et continue de paralyser une partie du pays, en particulier la capitale Madrid, avec peu d’espoir d’amélioration dans l’immédiat.

Des pompiers poussent une voiture bloquée par la tempête de neige à Madrid, le 9 janvier 2021

© OSCAR DEL POZO Des pompiers poussent une voiture bloquée par la tempête de neige à Madrid, le 9 janvier 2021

Le centre du pays, en alerte maximale, est en proie à de violentes bourrasques chargées de flocons de neige qui s’abattent sans discontinuer et sèment le désordre.

Les axes routiers, ferroviaires et aériens ont tous été coupés et les autorités demandent à la population de rester chez elle. 

« Evitons les déplacements et suivons les indications des services d’urgence. Faisons preuve de la plus grande vigilance face à la tempête Filomena », a tweeté le Premier ministre Pedro Sanchez.

« Si, malgré les conditions météorologiques extrêmement difficiles, le nombre des incidents est relativement limité, nous déplorons tout de même la mort de trois personnes », a déclaré le ministre de l’Intérieur au cours d’une conférence de presse.

La statue de Philippe III couverte de neige sur la Plaza Mayor à Madrid le 9 janvier 2021

© Gabriel BOUYS La statue de Philippe III couverte de neige sur la Plaza Mayor à Madrid le 9 janvier 2021

L’une de ces victimes est un homme retrouvé enseveli sous la neige à Zarzalejo, au nord-ouest de Madrid, a précisé son ministère.

Fernando Grande-Marlaska a demandé à la population de « reporter tout déplacement par la route », tandis que les secours et les chasses-neiges de l’armée ont dégagé 1.500 automobilistes pris au piège.

Le ministre a insisté sur le fait que « les chutes de neige allaient devenir glacées » dans les prochains jours, des températures en dessous de -10 degrés étant en effet prévues la semaine prochaine.

Selon le dernier bulletin des services métrologiques, cette vague de froid va durer jusque jeudi.

Arbres au sol sous l’effet de la neige et du vent, voitures abandonnées et trottoirs impraticables : à Madrid, recouverte par un manteau neigeux inédit depuis un demi-siècle, des habitants ont sorti leurs skis comme sur la célèbre place de la Puerta del Sol ou même un traîneau tiré par cinq chiens, selon les images prises par l’AFP ou mises en ligne sur les réseaux sociaux.

Boule de neige géante à Madrid le 9 janvier 2021

© Gabriel BOUYS Boule de neige géante à Madrid le 9 janvier 2021

– Madrid paralysée –

Dans la capitale, « la situation est d’une extrême gravité », a mis en garde son maire José Luis Martinez-Almeida sur Twitter, en appelant les habitants à ne pas sortir de chez eux.

« Nous travaillons à dégager les accès aux hôpitaux le plus rapidement possible mais cela est franchement compliqué tant qu’il neige », a déclaré à la chaîne de télévision La Sexta l’édile. 

Tous les établissements scolaires, des écoles maternelles aux universités, resteront fermés lundi et mardi, a annoncé la présidente de la région Isabel Diaz Ayuso « en attendant de voir l’évolution » de la situation.

Un skieur à Madrid, le 9 janvier 2021

© Gabriel BOUYS Un skieur à Madrid, le 9 janvier 2021

Les parcs y sont fermés, les bus publics suspendus tout comme la collecte des ordures.

L’aéroport international Madrid-Barajas, fermé depuis vendredi soir, va garder portes closes samedi pour des « raisons de sécurité ». Une trentaine de vols ont déjà été annulés vendredi et presque autant obligés d’atterrir ailleurs.

Arrivée à l’aéroport vendredi à 17H00, Covadonga Solares, 24 ans, a raconté à l’AFPTV être montée à bord de son avion et y être restée « 3h30 sans informations » en attendant que la piste soit déneigée. La jeune femme et tous les autres passagers du vol ont finalement été ramenés à l’intérieur de l’aéroport où ils ont dormi « sur les tapis roulants et les comptoirs » du terminal.

– Matches annulés –

Le match du championnat de football espagnol de l’Atletico Madrid face à Bilbao a été reporté sine die, l’avion qui transportait les joueurs de l’équipe basque n’ayant pas pu atterrir.

Le match de handball Espagne-Croatie prévu samedi à 18H00 à Madrid a également été annulé, a indiqué la fédération espagnole.

Tous les trains à destination ou en provenance de Madrid ont été annulés, a fait savoir la compagnie ferroviaire nationale Renfe, et deux lignes du métro ont vu une partie de leur trafic interrompu dans la capitale.

Outre Madrid, l’Aragon, la région de Valence, celle de Castille-La Manche et la Catalogne ont été les zones les plus touchées par cette tempête due à une interaction entre un flux d’air très humide et relativement doux arrivant du sud-est et une masse d’air très froid.

Dimanche, les chutes de neige devraient se déplacer vers le nord de l’Espagne.

Patricia Manzanares, une automobiliste, a raconté à la télévision nationale être bloquée depuis « 15 heures », sans nourriture, sur l’autoroute M-40 dans la région de Madrid. 

« J’y suis depuis 19h hier soir, nous sommes beaucoup dans ce cas, il y a 60 cm de neige et nous allons bientôt ne plus avoir d’essence (pour faire fonctionner le chauffage dans la voiture) », a-t-elle dit.

Avec AFP par vid-mig/oaa

Espagne : le ministre de la Santé va quitter le gouvernement

décembre 30, 2020

Figure de la lutte contre le Covid-19 en Espagne, le ministre de la Santé, Salvador Illa, quittera bientôt son poste pour se lancer dans la campagne électorale en Catalogne, où il sera le candidat socialiste à la présidence de la région, a annoncé le parti socialiste mercredi 30 décembre.

Ce Catalan de 54 ans, ministre de la Santé depuis janvier 2020 au sein du gouvernement du socialiste Pedro Sánchez, a acquis une notoriété certaine en tant que coordinateur de la stratégie nationale face à la pandémie, notamment en raison de ses fréquentes apparitions à la télévision pour faire le point sur la situation sanitaire de l’Espagne, l’un des pays européens les plus touchés par le Covid-19, avec plus de 50.000 morts et près de 1,9 million de cas recensés.

Mais il a également fait l’objet de critiques virulentes de la part de l’opposition de droite, qui l’accuse d’une «gestion néfaste de la pandémie», comme l’a écrit mercredi sur Twitter le secrétaire général du Parti Populaire (PP), Teodoro Garcia Egea. L’opposition lui reproche essentiellement d’avoir géré cette crise à des fins électoralistes.

La Télévision nationale espagnole (TVE) a affirmé qu’il serait remplacé par l’actuelle ministre de la Politique territoriale et de la Fonction publique, Carolina Darias, qui est déjà étroitement associée à la gestion de la lutte contre la pandémie.

Le départ du gouvernement de M. Illa surviendra juste après le lancement, dimanche, de la campagne de vaccination en Espagne. Il avait affirmé mardi que si tout se déroulait comme prévu, «autour de 70%» des 47 millions d’Espagnols pourraient avoir été vaccinés à l’été prochain.

Le choix de M. Illa comme candidat du Parti socialiste de Catalogne (PSC) à la présidence de cette région clé du nord-est du pays, qui compte 7,5 millions d’habitants, lors des élections du 14 février devait être ratifié en fin de journée par ce parti à Barcelone. Lors d’une interview mardi à la TVE, M. Illa avait pourtant affirmé qu’il ne serait pas candidat, malgré les rumeurs. Mais le silence gêné qui avait précédé sa réponse laissait penser que l’affaire n’était pas réglée.

En pariant sur une personnalité en vue et populaire en Catalogne, les socialistes cherchent à améliorer leur score des précédentes élections de décembre 2017, lorsqu’ils n’avaient obtenu que 17 sièges sur les 135 députés du parlement catalan. Ils espèrent surtout tirer profit du passage à vide du parti anti-nationaliste de centre droit Ciudadanos, vainqueur de ce dernier scrutin, mais dont la popularité s’est effondrée ces derniers mois. Ils cherchent aussi à profiter du fait que les différents partis séparatistes catalans, qui détiennent la majorité au parlement régional, se présentent cette fois-ci très divisés au sujet de la stratégie à suivre après l’échec de la tentative de sécession lancée en 2017 par l’ex-président Carles Puigdemont, maintenant en exil à l’étranger.

Les sondages prédisent le maintien d’une majorité indépendantiste au parlement, mais avec une lutte intense entre les deux partis appartenant au gouvernement régional : Ensemble pour la Catalogne, le parti de M. Puigdemont, et Gauche républicaine de Catalogne (ERC), dont le leader, Oriol Junqueras, est emprisonné pour sa participation aux évènements de 2017.

Par Le Figaro avec AFP

Une mairie d’Espagne refuse le mariage d’un Congolais de 22 ans avec une espagnole de 54 ans

novembre 18, 2020

La mairie de la ville de Torre-Pacheco, dans la région de Murcia, au sud Est de l’Espagne, s’oppose catégoriquement à l’union civile d’un ressortissant Congolais sans papiers avec une citoyenne espagnole. Pour les autorités municipales, ce mariage n’a rien d’amour sinon bien un arrangement administratif. Lui a 22 ans et elle 54 ans.


Le Congolais AM, est convaincu de vivre un cauchemar et surtout d’être victime du racisme qui a toujours caractérisé la région de Murcia. La mairie de sa ville Torre-Pacheco s’oppose catégoriquement à célébrer son mariage avec sa fiancée, âgée de 54 ans, alors que lui n’en a que 22.

« L’amour n’a pas d’âge, ni de couleur » se défend le Congolais face à la suspicion d’un arrangement pour les papiers. Les deux amoureux ont introduit depuis un an leur demande à la mairie qui l’a rejeté en bloc. L’espagnole de 54ans a été même convoquée par le maire pour être auditionnée.

Une audition qui n’a pas dissipé les doutes et renforcé le refus de la mairie de célébrer cette union. Le Congolais et l’espagnole sont en relation sentimentale depuis deux ans et ont décidé d’officialiser leur union.

Le jeune africain qui est sans papiers a même aménagé chez sa fiancée, une divorcée avec deux enfants. La prolifération des mariages sous fond de régulation administrative en faveur des immigrés met en doute plusieurs mariages mixtes en Espagne.

C’est ce doute qui hante la mairie de Torre-Pacheco, qui estime que la différence d’âge entre leurs deux prétendants présage une fraude amoureuse. Le maire a fait savoir à l’espagnole que le Congolais la quittera une fois obtenu ses papiers.

Les deux fiancés tiennent à se marier et ont fait recours à la justice refusant de célébrer leur union dans une autre ville ou région d’Espagne.

Avec Sacer-infos par pascal Nguie

L’ex-roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, quitte l’Espagne

août 3, 2020

 

La justice suisse et la justice espagnole enquêtent notamment sur une centaine de millions de dollars qui auraient été secrètement versés à Juan Carlos Ier par l’Arabie saoudite.

Soupçonné de corruption et sous le coup d’une enquête de la Cour suprême, l’ex-roi d’Espagne Juan Carlos a annoncé sa décision de quitter le pays dans une lettre adressée à son fils, le souverain Felipe VI, citée par la Maison Royale.

«Guidé à présent par la conviction de rendre le meilleur service aux Espagnols, à leurs institutions, et à toi en tant que Roi, je t’informe de ma décision réfléchie de m’exiler, en cette période, en dehors de l’Espagne», a écrit l’ancien souverain cité dans le communiqué de la Maison Royale, où le roi Felipe VI accepte et le remercie pour sa décision.

Une affaire liée à l’Arabie Saoudite

La justice, en Suisse et en Espagne, enquête notamment sur une centaine de millions de dollars qui auraient été secrètement versés sur un compte en Suisse à Juan Carlos Ier par l’Arabie saoudite. En 2018, la presse espagnole révélait que Juan Carlos aurait touché une rétro-commission lors de l’attribution en 2011 à des entreprises espagnoles d’un contrat pour un train à grande vitesse (AVE) entre La Mecque et Médine.

Juan Carlos Ier a régné 40 ans en Espagne, où il avait accédé au trône après la mort du dictateur Francisco Franco en 1975. Il restera notamment dans l’histoire pour avoir favorisé la transition de la dictature à la démocratie en 1977 puis stoppé un putsch militaire en 1981. Mais il avait dû abdiquer en juin 2014 en faveur de son fils, sur fond de scandales.

Par Le Figaro avec AFP

 

Belgique: voyages interdits vers plusieurs zones en Espagne, en Suisse et en France

août 2, 2020

 

Quarantaine et dépistage sont obligatoires pour les voyageurs en provenance de ces zones qui reviennent en Belgique.

La Belgique a interdit samedi les «voyages non essentiels» vers les régions espagnoles de Navarre, Aragon, Barcelone et Lérida en Catalogne, la région lémanique en Suisse (Vaud, Valais, Genève) et le département français de la Mayenne, en raison de leur situation épidémiologique. Le ministère belge des Affaires étrangères a aussi inclus sur cette liste «rouge» les régions bulgares de Severoiztochen et Yugozapaden, plusieurs zones de Roumanie (centre, sud-est, Sud-Munténie et Sud-ouest Olténie), ainsi que la ville de Leicester (Royaume-Uni).

Quarantaine et dépistage sont obligatoires pour les voyageurs en provenance de ces zones qui reviennent en Belgique. A partir de samedi, toute personne rentrant en Belgique depuis l’étranger ou qui souhaite séjourner plus de 48 heures en Belgique doit remplir un formulaire d’identification, en renseignant ses coordonnées et les endroits où elle a séjourné au cours des 14 derniers jours.

Une quarantaine et un dépistage sont «recommandés» pour un certain nombre de zones figurant sur une liste «orange», qui comprend notamment pour la France la région parisienne (sauf le département de Seine-et-Marne), les Pays de la Loire, le département du Nord, le Haut-Rhin, la Haute-Savoie, la Meurthe-et-Moselle et les Vosges.

Ces listes sont établies sur la base de l’évaluation d’une cellule d’experts, le Celeval. Confrontée à un rebond du coronavirus, en particulier dans la région d’Anvers, la Belgique a mis en place cette semaine de nouvelles restrictions, en réduisant les contacts autorisés, les rassemblements et en étendant le port du masque. Un couvre-feu a été décrété de 23h30 à 06h00 à Anvers.

Le pays comptait samedi 68.751 cas recensés depuis le début de la pandémie et 9.841 décès. La Belgique est l’un des pays qui compte le plus grand nombre de morts du Covid-19 par rapport à sa population, avec 85 décès pour 100.000 habitants.

Par Le Figaro avec AFP

 

Coronavirus: un ministre britannique pris de court par l’annonce d’une quatorzaine visant l’Espagne

juillet 26, 2020

Le ministre des Transports Grant Shapps, actuellement en congés en Espagne, a appris la nouvelle par téléphone lors de la «réunion de crise» du gouvernement.

Les passagers arrivant d’Espagne au Royaume-Uni devront se soumettre à une quatorzaine à l’isolement à partir de dimanche 26 juillet, a annoncé le gouvernement britannique, prenant apparemment de court son propre ministre des Transports, qui s’y trouve actuellement en vacances.

Les Britanniques arrivés d’Espagne devront s’isoler pendant deux semaines en raison de la flambée de cas de coronavirus que connaît actuellement l’Espagne, a indiqué samedi 25 juillet un porte-parole du gouvernement.

Cette mesure pourrait affecter de nombreux Britanniques avides de soleil méditerranéen après des mois de confinement chez eux, et notamment le ministre des Transports Grant Shapps, qui se trouve actuellement en congés en Espagne, selon le Sunday Times.

«Personne n’a pris la peine de le prévenir»

Grant Shapps a dû participer par téléphone depuis son lieu de vacances à la «réunion de crise» lors de laquelle il a été décidé que l’Espagne serait retirée de la liste des pays exemptés de l’obligation d’auto-quarantaine, rapporte le journal. Cette annonce a suscité un flot de moqueries et de critiques en ligne à l’égard de la politique du gouvernement face au Covid-19.

«Plusieurs ministres du gouvernement savaient probablement à l’avance qu’il était possible qu’une quarantaine soit imposée aux vacanciers de retour d’Espagne, a tweeté la députée d’opposition Diane Abbott. Mais apparemment personne n’a pris la peine de prévenir Grant Shapps.»

L’Espagne, l’une des destinations de vacances les plus populaires pour les Britanniques, fait face à une explosion des cas de contamination au coronavirus. Près de la moitié des nouveaux cas ont été enregistrés en Catalogne, où les autorités ont demandé il y a une semaine aux 4 millions d’habitants de la capitale régionale, Barcelone, de se confiner sauf urgence. Le virus a déjà fait 28.432 morts et infecté plus de 272.000 personnes en Espagne.

Par Le Figaro avec AFP

Coronavirus: Reprise de la réinstallation des réfugiés et situation du virus en Espagne

juin 18, 2020

Coronavirus: l’ONU reprend ses opérations pour les réfugiés dans des pays tiers

L’ONU a annoncé jeudi la reprise de ses opérations de voyages de réinstallation dans des pays tiers pour les réfugiés, qui étaient suspendues depuis mars en raison de la crise du coronavirus, retardant le départ de quelque 10.000 réfugiés.

Les agences de l’ONU en charge des réfugiés et des migrations ont annoncé ensemble «la reprise des départs en vue d’une réinstallation» pour les réfugiés dont le départ pour des pays tiers a déjà été approuvé

Coronavirus: l’Espagne va revoir en hausse le nombre de morts

Le gouvernement espagnol va réviser à la hausse le nombre de morts du nouveau coronavirus, à «environ 28.000» contre 27.136 actuellement, un chiffre «gelé» depuis début juin, a annoncé jeudi le directeur du centre d’alertes sanitaires.

Le bilan officiel des décès n’a pas bougé depuis le 7 juin, après que les méthodes de comptabilisation des cas et des décès ont été modifiées fin mai. «Malheureusement, nous avons un pourcentage important, aux alentours de 28.000, demain nous donnerons des données plus fiables et plus sûres, mais aux alentours de 28.000 décès», a expliqué Fernando Simon lors de sa conférence de presse quotidienne.

Jusqu’à fin mai, alors que l’épidémie était en net recul, le ministère de la Santé faisait état de 50 à 100 nouveaux décès quotidiens. Mais depuis le changement de méthode, le chiffre est tombé à moins de cinq, voire aucun mort durant plusieurs jours. L’opposition de droite et d’extrême droite accuse le gouvernement de gauche de Pedro Sanchez de cacher le nombre réel de morts.

Le Dr Simon a reconnu récemment que le nombre total de morts avait été «gelé» en raison de «divergences» dans les chiffres, notamment dues, selon lui, à des retards dans certaines régions. Les régions sont compétentes en matière de santé en Espagne. Le bilan global reste donc inchangé le temps que les régions revoient leurs données.

Le nouveau système de comptabilisaton est censé, selon le gouvernement, permettre de détecter plus rapidement les foyers de contagion en cas de reprise de l’épidémie. L’Institut national de la statistique et un organisme de recherche public ont par ailleurs annoncé fin mai que le pays avait globalement enregistré depuis mi-mars une surmortalité de 43.000 décès par rapport à la moyenne des dix dernières années.

Par Le Figaro avec AFP