Posts Tagged ‘etat français’

La Côte d’Ivoire et la France signent cinq conventions de 117 milliards de FCFA

septembre 20, 2013

Le gouvernement ivoirien a signé vendredi avec l’Etat français par l’entremise de l’Agence française de développement (AFD), cinq conventions d’affectation du contrat de désendettement et de développement (C2D 2), pour booster ses secteurs de développement socioéconomique.

Les cinq conventions d’affectation qui ont été l’objet de signature au cabinet du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, bénéficient d’un budget de plus 117 milliards de francs CFA, pour la réalisation de projets dans les secteurs de la Santé, de l’Education-Formation-Emploi, et de la Biodiversité, au cours de la période 2013-2015.

Les projets dans le secteur de la Santé ont été regroupés autour de deux programmes tels que le Programme d’intensification de la politique et de la planification familiale (PIPPF) et le Programme national du renforcement du système de Santé (PNRSS) d’un coût total de 45, 8 milliards de francs CFA.

La convention C2D Education-Formation à laquelle est allouée une enveloppe de 50,2 milliards de francs de CFA va quant à elle redynamiser les capacités du système éducatif et promouvoir un accès équitable de la jeunesse à une éducation et une formation de qualité.

A cet effet, 14 centres d’animation et de formation pédagogique (Cafop) seront réhabilités et équipés en technologies de l’information et de la communication de l’éducation (TICE).

Ce programme qui permettra d’accueillir chaque année 2500 élèves-maîtres accordera l’opportunité à 18000 enfants défavorisés des milieux ruraux d’accéder à une éducation de base avec la construction de 116 écoles.

16.000 enfants de la même situation sociale pourront également accéder à l’enseignement secondaire grâce à la construction et l’équipement de 40 collèges de proximité.

Les Universités publiques de Côte d’Ivoire doivent bénéficier d’équipement en systèmes d’information et en documentation avec en sus une réorganisation des cursus selon les normes du système LMD (Licence-Master-Doctorat).

Les filières de formation technique et professionnelle telles que « Industrie agro-alimentaire, bâtiment travaux publics, maintenance industrielle » seront rénovées en liaison avec les partenariats publics-privés (PPP) afin d’aboutir à la formation de chaque année de plus de 875 jeunes. Ce programme compte assurer « un emploi à la fin de la formation de ces jeunes grâce à cette plateforme PPP.

Affecté d’un budget de 10,2 milliards de francs CFA, le « C2D Emploi » va soutenir et amplifier les dispositifs existants dans le cadre de l’accompagnement des jeunes vers l’emploi. Ainsi, 12 600 jeunes seront-ils assistés dans un parcours d’auto-entreprenariat.

Il est assigné au » C2D conservation des ressources naturelles » l’objectif de restaurer l’autorité de l’Etat dans les forêts classées et les aires protégées. Outre l’amélioration du suivi, de la gestion et de la protection des écosystèmes, ce programme consacré à la biodiversité va également soutenir le développement des filières de produits ligneux.

Présidant cette cérémonie de signature, le Chef du gouvernement ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a soutenu que bien que ces « objectifs paraissent ambitieux… des études ont montré qu’ils sont parfaitement réalisables ».

La réalisation de tous ces programmes aboutira à terme à « une meilleure santé de nos populations, la résorption du chômage des jeunes et la protection des forêts classées » a poursuivi M. Kablan Duncan.

La signature de ces conventions a été faite pour la partie ivoirienne par le Ministre auprès du Premier ministre chargé de l’Economie et des Finances, Mme Kaba Nialé et pour la partie française par l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Georges Serre, et le directeur du département Afrique de l’Afd, Yves Boudot.

C’est le 1er décembre 2012 qu’a été signé entre les deux gouvernements, le C2D qui consacre une remise de la dette sèche à la Côte d’Ivoire, d’un montant de 600 milliards de FCFA et une subvention d’un montant de 1900 milliards de FCFA pour le financement des projets de développement et de réduction de la pauvreté sur une période de 20 ans.

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

RDC: Valérie Trierweiler au chevet de femmes victimes de viol

juillet 8, 2013

RDC: Valérie Trierweiler au chevet de femmes victimes de viol © AFP
Valérie Trierweiler, compagne du chef de l’Etat français François Hollande, s’est rendue lundi au chevet de femmes victimes de violences sexuelles dans un hôpital de Bukavu dans l’est de la République démocratique du Congo, une région en proie aux conflits armés.

« Il n’y plus de doute, il faut s’engager (. . . ) il faut briser le silence », a déclaré Mme Trierweiler, ambassadrice de la Fondation France Libertés, en visitant les salles de l?hôpital de Panzi où sont soignées de nombreuses femmes violées dans cette région.

L’établissement, devenu centre de référence dans la province du Sud Kivu, pour les victimes de violences sexuelles, accueille dans la moitié de ses 400 lits, des femmes victimes de violences sexuelles ou qui ont besoin de soins obstétricaux.

Deux tonnes de médicaments ont été remises à l’hôpital à l’occasion de cette visite. à laquelle participe la ministre française de la francophonie, Yamina Benguigui.

« Vous êtes notre Première dame de c?ur 2013 », a dit à la compagne du chef de l’Etat, le docteur Denis Mukwege, directeur de l?hôpital de Panzi, où il soigne depuis plus de 20 ans des femmes victimes d’agressions sexuelles.

Le Dr Mukwege, dont le nom a été suggéré plusieurs fois pour le Prix Nobel de la paix, a été élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur par Yamina Benguigui.

« En ce temps où vos corps sont considérés par certains comme des champs de bataille, c’est humblement qu’au nom de la République française et du chef de l’Etat François Hollande je me tiens devant vous pour exprimer la solidarité et le soutien du peuple français », a déclaré la ministre en s’adressant aux femmes présentes.

Selon elle, « soigner les conséquences des violences ne suffit pas, il faut s’attaquer aux causes à savoir la guerre qui fait du corps de la femme un objet militaire, c’est pourquoi la France a soutenu la résolution 2098 des Nations Unies(. . . ) et ne ménagera pas ses efforts pour que soit respectée l’intégrité territoriale de la RDC ».

Les deux femmes, arrivées dimanche soir en RDC, sont allées lundi à Bukavu visiter cet hôpital ainsi que la « Cité de la joie », un centre d’accueil pour femmes installé dans la capitale du Sud-Kivu.

Elles sont attendues mardi à Bujumbura pour un colloque sur « le rôle des femmes dans la Région des Grands Lacs » organisé par Mary Robinson, envoyée spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la Région des Grands Lacs.

Depuis 20 ans, les viols et violences sexuelles se multiplient dans l’est de la RDC en proie à des troubles récurrents en raison de la présence d’une centaine de groupes armés locaux que l’armée régulière n’arrive pas à défaire malgré l’appui des Nations unies.

Jeuneafrique.com avec AFP