Posts Tagged ‘Etats-Unis’

Un froid effroyable : l’« arctic blast » s’abat sur les États-Unis et le Canada

février 4, 2023

Une partie de l’Amérique du Nord connaît une nouvelle vague de températures glaciales depuis vendredi. Des records de froid ont été atteints.

Des records de froid ont ete atteints aux Etats-Unis et au Canada (illustration).
Des records de froid ont été atteints aux États-Unis et au Canada (illustration).© MARK BLACK / MAXPPP / UPI/MAXPPP

L’Amérique du Nord subit une nouvelle vague de froid polaire. Après la tempête hivernale qui avait fait des dizaines de morts au moment de Noël, les États-Unis et le Canada subissent à nouveau des températures extrêmes depuis vendredi. Le mercure est déjà tombé sous la barre des – 40 °C dans le Nord-Est américain et l’Est canadien, avec un ressenti estimé jusqu’à – 70 °C. En cause : un souffle d’air arctique baptisé « arctic blast ».

La Chaîne Météo décrit ce phénomène comme « une dépression qui se forme chaque hiver au-dessus des pôles Nord et Sud à environ 30 km d’altitude ». Un phénomène météo instable qui peut provoquer de rapides descentes d’air froid, souvent en Amérique du Nord, en Russie ou en Europe.

En raison de ce vortex, des records de froid ont été battus dans plusieurs régions. Ce samedi, le mont Washington a enregistré des températures descendant jusqu’à – 43 °C. Avec des vents proches des 200 km/h, la température ressentie y a même atteint les – 80 °C.

Jusqu’à – 43 °C

Le centre de prévision météorologique américain, relayé par le HuffPost, a indiqué vendredi que cet épisode « pourrait être le plus froid ressenti depuis des décennies ». L’arctic blast devrait faire drastiquement chuter les températures : – 20 °C à New York et jusqu’à – 40 °C à Boston par exemple. Le Maine, l’État le plus au nord-est des États-Unis, devrait être le plus touché. « Le Maine est sur le point de connaître un froid historique pour eux avec un refroidissement d’environ 60 °C », écrit le météorologue Ross Ellet sur Twitter.

Ces températures sont particulièrement dangereuses pour les habitants des régions concernées. À titre d’illustration, un tel froid est capable de provoquer des gelures en une dizaine de minutes à un être humain. Selon le NWS américain, « les températures commenceront à remonter dimanche ».

Une consommation d’électricité record

Des alertes au froid extrême émises par Environnement Canada étaient en vigueur dans une grande partie du Québec et des provinces maritimes de l’Est canadien, avec dans plusieurs régions des températures ressenties pouvant aller jusqu’à – 40 °C voire – 50 °C. À Montréal, il faisait – 29 °C en début de matinée à l’aéroport international, et – 41 °C en tenant compte du refroidissement éolien, selon les services météo.

Le froid polaire a provoqué une consommation record d’électricité au Québec. La consommation a atteint un pic en fin d’après-midi vendredi. La compagnie électrique Hydro-Québec a invité ses clients à baisser le chauffage d’un ou deux degrés et à utiliser moins d’eau chaude. Les températures extrêmes ont aussi contraint les organisateurs du Carnaval de Québec à reporter l’ouverture de ces festivités hivernales, bien que les participants soient pourtant habitués au froid.

Par LePoint.fr avec AFP

L’armée de l’air américaine a abattu le « ballon-espion » chinois

février 4, 2023
Une tache blanche dans le ciel sur laquelle on distingue la silhouette d'antennes et d'appareils de télécommunications.

Le ballon repéré par les Américains a été abattu par l’armée de l’air samedi en milieu d’après-midi. Photo: Reuters/Chase Doak

L’armée de l’air américaine a abattu samedi le « ballon-espion » chinois qui survolait le territoire des États-Unis depuis quelques jours. Le secrétaire américain à la Défense a immédiatement confirmé que le ballon était utilisé par Pékin pour surveiller des sites stratégiques dans la zone continentale des États-Unis.

Des images retransmises par plusieurs médias américains montrent l’engin, un grand aéronef blanc, éclater sous l’impact. Un photographe de Reuters, dans la région de Myrtle Beach, a pu voir le ballon dans le ciel avec deux avions militaires américains qui volaient à ses côtés.

Washington a qualifié le ballon de violation manifeste de la souveraineté américaine.

Plus tôt dans la journée de samedi, le président démocrate Joe Biden avait indiqué qu’il « allait s’occuper » du ballon. À la question de savoir si le ballon allait être abattu, M. Biden avait levé le pouce devant les journalistes.

Son administration a fait fermer une partie de l’espace aérien sur la côte est, dans la région de la Caroline du Nord et du Sud, en interrompant au passage les activités de trois aéroports du sud-est du pays.

Le gouvernement chinois se défend

Pékin a reconnu qu’il s’agissait bien d’un appareil venu de Chine, mais a assuré qu’il s’agissait d’un aéronef civil, utilisé à des fins de recherches, principalement météorologiques.

L’engin aurait dévié de sa trajectoire, avait ajouté un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères en exprimant les regrets de son pays pour cette violation involontaire de l’espace aérien américain.

Le ballon a notamment volé au-dessus de l’État du Montana, qui abrite des silos de missiles nucléaires, avant de se déplacer vers l’est.

On avait jusque-là décidé de ne pas l’abattre en raison des risques posés par d’éventuels débris pour les personnes au sol, avait expliqué un haut responsable du Pentagone.

Par Radio-Canada avec les informations de Agence France-Presse

États-Unis : une double fusillade fait sept morts en Californie

janvier 24, 2023

Les deux fusillades sont intervenues dans des exploitations agricoles proches l’une de l’autre. Les victimes sont des travailleurs agricoles chinois.

Un suspect a ete arrete par les forces de l'ordre. (Photo d'illustration).
Un suspect a été arrêté par les forces de l’ordre. (Photo d’illustration).© CAROLINE BREHMAN / EPA

La Californie frappée par deux tueries en 48 heures. Sept personnes ont été tuées lundi 23 janvier près de San Francisco lors de deux fusillades qui semblent avoir été perpétrées par un même individu, ont indiqué des chaînes locales, les autorités indiquant qu’un suspect a été interpellé. « Le suspect a été arrêté. Il n’y a plus de danger pour la population à cette heure », a écrit sur Twitter le bureau du shérif du comté de San Mateo, qui comprend la ville de Half Moon Bay, où ont eu lieu les drames. Un individu nommé Chunli Zhao, âgé de 67 ans et suspecté d’être l’auteur de ces attaques dans deux fermes près de San Francisco, a été placé en détention, selon Christina Corpus, à la tête de la police du comté de San Mateo.

Le bureau du shérif avait auparavant écrit que ses agents intervenaient sur « une fusillade ayant fait plusieurs victimes ». Les deux fusillades sont intervenues dans des exploitations agricoles proches l’une de l’autre, précisent les stations locales affiliées à ABC et NBC. Les sept victimes sont des travailleurs agricoles chinois et une huitième personne a été grièvement blessée, a-t-elle expliqué, ajoutant qu’un pistolet semi-automatique avait été retrouvé dans le véhicule de l’homme arrêté.

Cette tragédie est intervenue moins de 48 heures après l’irruption d’un homme samedi soir dans le Star Ballroom Dance Studio de Monterey Park, 600 km plus au sud, où celui-ci a tiré 42 cartouches et massacré 11 hommes et femmes, tous âgés de plus de 50 ans. Après ce carnage, qui a aussi fait 9 blessés, le tireur, Huu Can Tran, 72 ans, avait tenté de poursuivre sa meurtrière soirée dans un autre dancing non loin de là, mais y avait été désarmé avant de prendre la fuite et de se suicider dans son van, cerné par la police.

Le profil du suspect de la première fusillade passé au peigne fin

De nombreuses zones d’ombre demeuraient lundi à propos de ce suspect. Son casier judiciaire ne mentionne qu’une arrestation en 1994 pour port illégal d’arme à feu, selon le shérif du comté de Los Angeles, Robert Luna. « Nous n’avons toujours pas de mobile », a reconnu lors d’une conférence de presse le shérif. Les enquêteurs explorent actuellement les liens entre le tueur et les deux salles de danse, en particulier les relations qu’il y entretenait, selon le Los Angeles Times, qui cite des sources policières.

https://555885635313f5935ad5599e28cd4b89.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-40/html/container.html

Dimanche, un entrepreneur local avait déjà évoqué auprès de l’Agence France-Presse la piste d’une possible jalousie pour expliquer ce massacre. « L’épouse a été invitée à la fête, mais le mari ne pouvait pas être invité », avait avancé Chester Chong, une connaissance d’un instructeur du dancing. « Et le mari pourrait être en colère et jaloux », a-t-il insinué. Beaucoup d’habitants restaient lundi incrédules dans cette ville de 60 000 âmes près de Los Angeles, à majorité asiatique, réputée pour sa tranquillité.

Huu Can Tran avait émigré aux États-Unis depuis la Chine, a raconté à CNN son ex-épouse, rencontrée deux décennies plus tôt dans ce même Star Ballroom Dance Studio. Le couple s’était vite marié, mais l’union n’avait pas duré. Il n’était pas violent, selon elle, mais il lui arrivait de perdre patience s’il se sentait humilié, si elle ratait un pas de danse par exemple. Selon un ancien ami, aussi interrogé par la chaîne américaine, le tueur fréquentait assidûment le dancing, où il était pourtant « hostile envers beaucoup de gens », qu’il accusait de dire « des choses méchantes à son propos ».

Son mobile home à Hemet, près de 140 km à l’est de Los Angeles, a été perquisitionné, a dit Robert Luna, ajoutant qu’un fusil et des munitions avaient été retrouvés. Le président Joe Biden a exprimé son émoi et ordonné la mise en berne des drapeaux fédéraux.

Plus de 130 décès par balle quotidiens

En visite à Monterey Park lundi, le gouverneur de Californie Gavin Newsom a fustigé la prolifération incontrôlable des armes à feu aux États-Unis. « C’est une honte », a cinglé le démocrate. « On devrait faire mieux que ça, on devrait montrer la voie au monde, pas simplement répondre à ces innombrables crises et exprimer, encore et encore et encore, ces fichues prières et condoléances. » Environ 49 000 personnes sont mortes par balles en 2021 aux États-Unis, contre 45 000 en 2020, déjà année record. Cela représente plus de 130 décès par jour, dont plus de la moitié sont des suicides.

Le médecin légiste de Los Angeles a identifié quatre des victimes : My Nhan, âgée de 65 ans, Valentino Alvero, âgé de 68 ans, Xiujuan Yu, âgée de 57 ans et Lilan Li, âgée de 63 ans. « Nous entrons dans la nouvelle année lunaire avec le cœur brisé. Nous n’imaginions pas qu’elle puisse mourir de façon si soudaine », a déclaré la famille de My Nhan sur les réseaux sociaux.

Mort dimanche à Torrance, à environ 45 km de Monterey Park, Huu Can Tran aurait pu faire davantage de victimes sans l’héroïsme d’un employé de l’établissement, non loin de là, où il comptait poursuivre son massacre. « Mon cœur s’est arrêté » lorsque le tueur a pointé son arme dotée d’un chargeur à grande capacité, a raconté Brandon Tsay, 26 ans, au New York Times. « À ce moment, c’est l’instinct de survie » qui a pris le dessus et il s’est jeté avec succès sur l’individu, empêchant un nouveau carnage.

Par Le Point avec AFP

Ukraine : les États-Unis tablent sur une contre-offensive ukrainienne au printemps

janvier 20, 2023

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a estimé que les alliés peuvent faire « plus » pour aider l’Ukraine face à l’invasion russe.

Volodymyr Zelensky demande notamment aux pays occidentaux de fournir des chars et des missiles longue portee.
Volodymyr Zelensky demande notamment aux pays occidentaux de fournir des chars et des missiles longue portée.© Philippe de Poulpiquet / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Les États-Unis s’attendent à une contre-offensive de l’Ukraine au printemps, a déclaré vendredi le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, soulignant qu’il s’agissait pour les alliés d’aider Kiev à s’y préparer. « Nous avons ici une fenêtre d’opportunité entre maintenant et le printemps… dès qu’ils commencent leur opération, leur contre-offensive », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une réunion des alliés de l’Ukraine en Allemagne. « Ce n’est pas une longue période et nous devons réunir les bonnes capacités », a-t-il ajouté.

Interrogé sur l’allié allemand et son refus, à ce stade, de donner un feu vert à la livraison de tanks Leopard 2, Lloyd Austin a assuré que l’Allemagne est un « allié fiable » malgré ses réticences à livrer des tanks à l’Ukraine, mais « nous pouvons tous faire plus » pour aider Kiev. « Ils sont fiables et ils l’ont été pendant très longtemps et je crois sincèrement qu’ils continueront à être un allié fiable dans le futur », a répondu à la presse le secrétaire américain à la Défense.

L’armée russe « très difficile » à expulser

Il sera « très difficile » de déloger d’ici à la fin de l’année l’armée russe du territoire ukrainien, a affirmé le chef d’état-major américain, lors d’une conférence de presse sur la base américaine de Ramstein, en Allemagne. « D’un point de vue militaire, je maintiens encore qu’il sera très très difficile d’expulser les forces russes de toutes les zones d’Ukraine occupées », a déclaré le général Mark Milley, chef d’état-major américain, lors d’une réunion des alliés sur le soutien militaire à Kiev.

Par Le Point avec AFP

L’acteur britannique Julian Sands porté disparu en Californie

janvier 19, 2023

Julian Sands n’a plus donné de nouvelles à son entourage depuis le 13 janvier. L’acteur britannique était parti randonner dans le sud de la Californie.

Le comedien de 65 ans est notamment connu pour son role dans le film Chambre avec vue.
Le comédien de 65 ans est notamment connu pour son rôle dans le film Chambre avec vue. © Ana M. Wiggins / Avalon / MAXPPP / PHOTOSHOT/MAXPPP

L’acteur britannique Julian Sands, rendu célèbre par des films comme Chambre avec vue et Warlock, est porté disparu depuis près d’une semaine dans une chaîne de montagnes enneigée en Californie, ont indiqué jeudi les autorités, soulignant que la météo freinait les recherches. « Le vendredi 13, vers 19 h 30, un randonneur identifié comme Julian Sands, 65 ans, de North Hollywood, a été porté disparu dans la zone de Baldy Bowl, sur le mont Baldy », a indiqué à l’AFP une porte-parole du bureau du shérif du comté de San Bernardino, Mara Rodriguez.

Des équipes de sauvetage ont entamé des recherches au sol mais ont dû les suspendre samedi soir en raison de l’état des sentiers et du risque d’avalanche dans ces montagnes proches de Los Angeles. « Toutefois, nous continuons à effectuer des recherches par hélicoptère et à l’aide de drones lorsque les conditions météorologiques le permettent », a-t-elle précisé. « Nous lancerons de nouvelles recherches au sol quand la météo s’améliorera et quand la sécurité de nos équipes au sol sera assurée », a noté la porte-parole.

Des conditions météo difficiles

Les autorités du comté de San Bernardino avaient fait état de conditions météorologiques difficiles la semaine dernière sur Twitter et ont alerté mercredi sur la dangerosité des randonnées sur le mont Baldy en cette période à cause des vents violents et de la glace. Âgé de 65 ans, l’acteur britannique Julian Sands a élu domicile en Californie. Après Chambre avec vue, Julian Sands a tourné dans de nombreux autres films et séries télévisées populaires, notamment Warlock (1989), Arachnophobie (1990) et Smallville.

Avec Le Point par AFP

COVID-19 : un nouveau sous-variant aux États-Unis pourrait bientôt arriver en Ontario

janvier 4, 2023
Une personne tient un écouvillon dans la main.

Le sous-variant XBB.1.5 est l’une des mutations de la souche Omicron. (Archive) Photo : La Presse Canadienne/Paul Chiasson

L’Ontario pourrait bientôt connaître une hausse de cas de COVID-19 lié à un nouveau sous-variant de la souche Omicron qui se propage rapidement aux États-Unis, selon un expert.

Le variant XBB.1.5 est actuellement à l’origine de plus de 40 % des infections à la COVID-19 aux États-Unis, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention (CDC)).

Il fait partie de la longue lignée de variants qui ont émergé de la vague Omicron au début de l’année dernière, explique le Dr Fahad Razak, l’ancien directeur scientifique du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19.

Selon l’épidémiologiste, l’infectiosité de ce sous-variant est encore inconnue, mais rien n’indique qu’il présente des symptômes plus sévères que les autres sous-variants d’Omicron.

Windsor touchée en premier?

Selon les données des CDC, cinq comtés du Michigan présentent des niveaux élevés d’infections à la COVID-19, alors que le comté de Wayne, qui inclut la ville de Détroit, montre un seuil d’infections moyen.

La ville frontière de Windsor est habituellement la première région canadienne à ressentir les effets d’une nouvelle vague aux États-Unis, selon le Dr Razak.

Portrait du Dr Fahad Razak.

Dr Fahad Razak est l’ancien directeur scientifique du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19. (Archive) PhotoHOTO : (DRFAHADRAZAK/TWITTER)

C’est statistiquement là où l’on peut s’attendre à ce que débordent en premier les infections des États-Unis, détaille-t-il.

Selon les données de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), les cas causés par le sous-variant XBB.1.5 ne représentaient que 0,6 % des infections dans la semaine du 11 décembre au Canada.

L’ASPC soutient que le processus d’identification des souches d’infections prend de une à trois semaines.

Le programme de surveillance génomique de la COVID-19 en Ontario n’avait quant à lui pas identifié le sous-variant XBB.1.5 dans son dernier rapport. Celui-ci était basé sur les données récoltées jusqu’au 10 décembre.

Par Radio-Canada avec les informations de CBC

États-Unis: Les déclarations d’impôts de Trump rendues publiques

décembre 30, 2022
stockshottrump013

Les déclarations fiscales de l’ancien président Donald Trump ont été rendues publiques vendredi. (Archives) Photo : Radio-Canada/Ivanoh Demers

Les déclarations d’impôts de l’ancien président Donald Trump ont été rendues publiques vendredi par une commission parlementaire américaine à l’issue d’une longue bataille judiciaire.

Donald Trump, qui s’est lancé dans une nouvelle course à la Maison-Blanche pour 2024, n’avait pas fait connaître ses déclarations fiscales, à l’inverse de tous ses prédécesseurs depuis les années 1970, suscitant de nombreuses questions sur leur contenu.

Donald Trump devant un mur de drapeaux.

Donald Trump quelques heures avant qu’il annonce sa troisième candidature à la présidence américaine. (Archives) Photo : Getty Images/Joe Raedle

Mi-décembre, une commission parlementaire avait voté en faveur de la publication des six années de feuilles d’impôts du milliardaire entre  2015 et 2020.

Ce groupe d’élus réclamait depuis trois ans les documents transmis au fisc par le milliardaire entre ces années, ce qu’il refusait. La Cour suprême leur a finalement donné raison fin novembre.

Donald Trump a vivement dénoncé cette décision dans un communiqué à CBS vendredi, assurant toutefois que ces déclarations ne font que montrer une fois de plus ma réussite.

Un autre revers pour M. Trump

Leur publication est un revers supplémentaire pour l’ancien locataire de la Maison-Blanche, qui fait déjà l’objet d’une myriade d’enquêtes sur la gestion de ses archives, comme sur ses affaires financières à New York.

Le manque de transparence de Donald Trump, qui a fait de sa richesse un argument de campagne, alimente depuis des années les spéculations sur l’étendue de sa fortune ou sur de potentiels conflits d’intérêts.

Son entreprise familiale, la Trump Organization, a été reconnue coupable début décembre de fraudes financières et fiscales au terme d’un procès à New York où l’ancien président républicain n’était pas jugé.

Un rapport parlementaire distinct sur le fisc américain a par ailleurs montré que ce dernier n’avait pas fait ce qu’il devait faire pendant presque tout le mandat de Donald Trump.

C’est un échec majeur du fisc américain, avait dénoncé le chef de cette commission parlementaire, l’élu démocrate Richard Neal.

Avec Radio-Canada par AFP

Les États-Unis comptent les morts après la tempête hivernale

décembre 26, 2022

Au moins 47 personnes sont mortes à travers 9 États américains après le passage d’une violente tempête hivernale au moment de Noël.

Les Etats-Unis ont ete frappes par une violente tempete hivernale qui a fait au moins 47 morts. (image d'illustration)
Les États-Unis ont été frappés par une violente tempête hivernale qui a fait au moins 47 morts. (image d’illustration)© HANDOUT / THE OFFICE OF GOVERNOR KATHY HOC / AFP

Au lendemain de Noël, les secours américains comptaient les morts d’une violente tempête hivernale frappant les États-Unis depuis plusieurs jours, et ayant particulièrement touché un comté de l’ouest de l’État de New York, où les autorités ont confirmé lundi au moins 25 décès. Cette région frontalière du Canada a été ensevelie sous des mètres de neige, et a subi des températures polaires depuis la semaine dernière.

Dimanche soir, le bilan dans le comté d’Erie était déjà de 13 morts, mais les services locaux ont confirmé depuis le décès de 12 autres personnes, « amenant le total des morts du blizzard à 25 », a déclaré lundi 26 décembre lors d’une conférence de presse Mark Poloncarz, responsable pour ce comté. Certaines personnes ont été retrouvées mortes dans leur voiture, et d’autres sont décédées d’un arrêt cardiaque en essayant de déblayer la neige alors que les températures sont encore glaciales, a-t-il déclaré.

« Vos veines se rétractent, ce qui rend plus difficile pour le cœur de faire circuler le sang », a-t-il expliqué, qualifiant la situation d’« horrible ». Le total des décès confirmés par les autorités à travers neuf États américains est désormais d’au moins 47 morts. Dans l’Ohio, des accidents de la route liés à ces intempéries ont fait neuf victimes, a confirmé à l’Agence France-Presse l’Ohio State Highway Patrol.

12 000 foyers sans courant

La ville de Buffalo, dans le comté d’Erie, est toujours en grande partie bloquée en raison des quantités impressionnantes de neige tombées, y compris encore dans la nuit de dimanche à lundi, a averti Mark Poloncarz. « S’il vous plaît, sauf si vous faites partie des services de secours, ne conduisez pas », a-t-il demandé. Une interdiction de se déplacer y était toujours en vigueur lundi matin, mais elle était bravée par certains habitants, a-t-il regretté.

« Ce que nous faisons aujourd’hui, c’est emmener les gens jusqu’aux médecins, infirmières et hôpitaux », a expliqué lundi matin sur CNN John Garcia, le shérif du comté. « Les routes commencent enfin à être praticables parce que les vents sont retombés. » Durant le plus fort de la tempête, les secours n’avaient plus la possibilité d’atteindre les personnes en détresse, par exemple celles bloquées dans leur voiture ou chez elles sans électricité.

« C’est déchirant d’avoir des appels de familles avec des enfants, qui disent qu’ils sont gelés », a dit John Garcia. L’électricité a été rétablie pour plus de 13 000 foyers durant les dernières 24 heures, a précisé Mark Poloncarz lundi matin, mais plus de 12 000 restent encore sans courant. Certains ne pourront être raccordés au réseau avant mardi, a-t-il prévenu.

1 700 vols annulés lundi

Depuis mercredi soir, les États-Unis sont frappés par cette tempête d’une rare intensité, dont les vents polaires ont provoqué d’importantes chutes de neige, notamment dans la région des Grands Lacs. Des dizaines de millions d’Américains ont vu leur week-end de Noël chamboulé par des coupures de courant massives, des routes devenues impraticables et des milliers de vols annulés, provoquant le chaos dans les aéroports.

Lundi, plus de 1 700 vols étaient encore annulés aux États-Unis, selon le site de suivi Flightaware.com. Les conditions ne devraient s’améliorer que progressivement au fil de la semaine. La météo « va continuer de provoquer des conditions de voyage dangereuses localement pour les deux jours à venir », a déclaré dans son dernier bulletin national le service météorologique américain (NWS).

« La plupart de l’est des États-Unis va rester dans des conditions de gel durant la journée de lundi, avant une tendance plus modérée s’installant à partir de mardi », a-t-il ajouté.

Avec Le Point avec AFP

États-Unis: Un Américain remporte six fois le même gros lot à la loterie

décembre 23, 2022

Un militaire américain a remporté plus de deux millions de dollars en jouant les mêmes numéros sur six tickets gagnants, indique la BBC.

Un militaire americain est parvenu courant decembre a remporter six fois le gain d'une loterie grace a des tickets avec les memes numeros. (image d'illustration)
Un militaire américain est parvenu courant décembre à remporter six fois le gain d’une loterie grâce à des tickets avec les mêmes numéros. (image d’illustration)© KAREN BLEIER / AFP

Un jour de chance inouï. Comme le rapporte la BBC, Raymond Roberts, un militaire américain à la retraite a remporté pas moins de six loteries d’État, dans le Massachusetts, en jouant à chaque fois les cinq mêmes numéros sur ses tickets gagnants. Auprès de responsables de la loterie, ce vétéran de la guerre du Vietnam a affirmé avoir suivi son intuition, qui lui disait d’acheter plusieurs billets portant tous les mêmes numéros, qui représentent des dates d’anniversaire qui lui sont chères.

Pour chaque ticket gagnant dans cette loterie nommée « Lucky for Life », Raymond Roberts avait le choix entre une somme à retirer dans l’immédiat et une rente. Il a décidé de prendre cinq fois le pactole d’une valeur de 390 000 dollars, soit 1 950 000 dollars placés directement sur son compte en banque, le 15 décembre. Pour son dernier gain, l’Américain a privilégié la rente et recevra donc au moins 20 versements annuels de 25 000 dollars.

Si cette somme d’argent aurait fait tourner la tête à de nombreuses personnes, Raymond Roberts a confié qu’il n’avait pour l’instant aucun projet mirobolant à réaliser. Il s’est simplement contenté d’indiquer qu’il comptait s’offrir une moto. Avant de sans doute se découvrir de nouvelles passions.

Avec Le Point

Zelensky devant le Congrès américain : l’Ukraine « ne se rendra jamais »

décembre 21, 2022
M. Zelensky est applaudi par la vice-présidente Kamala Harris et par la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, s’est adressé aux membres du Congrès américain à l’occasion de sa visite aux États-Unis. Photo : Getty Images/Chip Somodevilla

L’Ukraine « tient ses positions et ne se rendra jamais », a lancé Volodymyr Zelensky mercredi sous les applaudissements du Congrès américain, auquel il a assuré que l’argent versé à l’Ukraine n’est pas de la « charité » mais un « investissement ».

Accueilli mercredi par une ovation de la part des membres de la Chambre des représentants et du Sénat, le président ukrainien, vêtu de sa traditionnelle tenue kaki, a dit, en anglais et avec la plus grande solennité : Contrairement aux prédictions les plus funestes, l’Ukraine n’est pas tombée. L’Ukraine est vivante et combative.

La tyrannie russe n’a plus d’emprise sur nous, a-t-il encore affirmé, acclamé à plusieurs reprises lors d’un discours vibrant d’une vingtaine de minutes qui a conclu son tout premier déplacement à l’étranger depuis l’invasion de l’Ukraine, le 24 février dernier.

Au-delà du lyrisme, le président ukrainien s’est efforcé de convaincre le Congrès, qui va basculer partiellement du côté des républicains en janvier, de poursuivre son aide massive.

Je voudrais vous remercier, vous remercier beaucoup pour les aides financières que vous nous avez accordées et pour celles que vous pourriez décider de nous donner, a déclaré le président ukrainien.

« Votre argent n’est pas de la charité, c’est un investissement dans la sécurité mondiale et dans la démocratie, que nous gérons de la façon la plus responsable. »— Une citation de  Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine

Il répondait ainsi indirectement aux préoccupations exprimées par certains responsables conservateurs qui ne veulent plus signer de chèque en blanc pour Kiev. Les élus américains doivent approuver une nouvelle enveloppe massive de près de 45 milliards de dollars d’assistance humanitaire et militaire pour l’Ukraine.

Volodymyr Zelensky livre un discours devant le Congrès américain

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait un premier voyage en dehors de son pays en guerre pour se rendre à Washington, où il a rencontré le président américain Joe Biden et s’est adressé au Congrès.

Soutien de Biden

Un peu plus tôt, le président américain Joe Biden avait promis à son homologue ukrainien, en visite historique à Washington, que les Ukrainiens ne seraient « jamais seuls » face à la Russie et que les États-Unis aideraient Kiev aussi longtemps qu’il le faudra.

Quand la liberté de l’Ukraine a été menacée, le peuple américain, comme des générations d’Américains avant lui, n’a pas hésité, a déclaré le président américain avant d’ajouter : Nous sommes conscients que le combat de l’Ukraine s’inscrit dans quelque chose de beaucoup plus grand.

Le peuple américain sait que si nous ne résistons pas à des attaques aussi flagrantes contre la liberté, la démocratie et les principes fondamentaux tels que la souveraineté et l’intégrité territoriale, le monde subira des conséquences bien pires, a souligné M. Biden.

Nous resterons à vos côtés aussi longtemps qu’il le faudra, a-t-il poursuivi, ne se disant pas du tout inquiet au sujet de la solidité de l’alliance occidentale.

« Je n’ai jamais vu l’OTAN ou l’UE aussi unies sur quoi que ce soit. »— Une citation de  Joe Biden, président des États-Unis

De son côté, Volodymyr Zelensky s’est félicité de l’envoi annoncé par les États-Unis d’un système de défense antiaérienne Patriot, le plus sophistiqué dont dispose l’armée américaine. C’est une étape très importante pour créer un espace aérien sécurisé pour l’Ukraine, a-t-il dit à la presse, selon la traduction d’un interprète.

Toutefois, la paix juste évoquée un peu plus tôt par M. Biden pour mettre fin à ce conflit n’implique aucun compromis quant à la souveraineté, la liberté et l’intégrité territoriale de mon pays, a insisté le président ukrainien.

Volodymyr Zelensky invité à Washington

Le président ukrainien est à Washington pour une première sortie à l’étranger depuis le début de la guerre. Volodymyr Zelensky a été invité à la Maison-Blanche par Joe Biden qui lui promet une aide militaire supplémentaire. Un reportage de Louis Blouin.

Aide bienvenue après 300 jours de guerre

Après 300 jours de guerre, Volodymyr Zelensky a réservé sa première visite au pays qui, de loin, est le premier fournisseur d’aide à l’Ukraine. Washington a annoncé pendant sa visite un nouveau volet conséquent d’assistance militaire qui comprend notamment un système de missiles sol-air Patriot.

C’est un système défensif, a souligné le président américain. Ce n’est pas une mesure d’escalade, c’est défensif, a-t-il insisté.

« La tranche d’aide d’aujourd’hui inclut pour la première fois le système de défense antiaérienne Patriot, capable d’abattre des missiles de croisière, des missiles balistiques de courte portée et des avions à une altitude nettement supérieure à celle des systèmes de défense qui avaient été fournis jusque-là. »— Une citation de  Antony Blinken, secrétaire d’État américain

Le 1er septembre 2021, Volodymyr Zelensky avait déjà été reçu à la Maison-Blanche par Joe Biden, qui lui avait alors promis de le soutenir face à la Russie.

Mercredi, les deux mêmes hommes étaient réunis au même endroit, mais avec une tout autre envergure historique : c’était leur première rencontre en chair et en os depuis que la Russie a attaqué l’Ukraine, faisant du président ukrainien un chef de guerre connu du monde entier et de Joe Biden le commandant en chef du camp occidental face à la Russie.

Lancement d'un missile Patriot.

Le système de missiles Patriot a longtemps été un élément phare pour les États-Unis et pour leurs alliés dans les régions contestées du monde en tant que bouclier convoité contre les missiles. Photo : AP/ Sebastien Apel

La Russie ne voit pas cette visite d’un bon œil

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a promis mercredi de continuer à accroître les capacités et le potentiel nucléaire de son armée tout en se défaussant de toute responsabilité dans la tragédie commune ukrainienne.

S’exprimant au cours d’une grande réunion avec des officiers de haut rang, il a ainsi annoncé l’entrée en service début janvier des nouveaux missiles hypersoniques russes de croisière Zircon et envisagé d’augmenter les effectifs de l’armée russe à 1,5 million de soldats.

Son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a quant à lui assuré que les troupes russes combattent les forces combinées de l’Occident et révélé que Moscou entend créer des bases de soutien à sa flotte à Marioupol et à Berdiansk, deux villes occupées du sud de l’Ukraine.

À Moscou, le Kremlin a mis en garde mercredi contre de nouvelles livraisons d’armes américaines à l’Ukraine, qui n’auront pour effet que d’aggraver le conflit. Son porte-parole, Dmitri Peskov, a aussi dit ne pas s’attendre à un changement de position de M. Zelensky quant à son refus de négocier avec Vladimir Poutine.

De son côté, le ministre russe de la Défense, qui faisait le point mercredi devant quelque 15 000 responsables militaires par visioconférence, a assuré qu’une des priorités pour l’année 2023 consistera à continuer à mener l’opération spéciale [en Ukraine] jusqu’à ce que ses tâches aient toutes été remplies.

Sur le terrain, les combats se poursuivaient mercredi, l’état-major ukrainien signalant des attaques russes, notamment des bombardements, dans l’est et dans le nord-est. Au moins 5 personnes ont été tuées et 17 ont été blessées ces dernières 24 heures dans le pays, selon la présidence.

L’armée russe a de son côté affirmé avoir capturé de nouvelles hauteurs et lignes dominantes près de Donetsk, le bastion des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine.

Après une série de revers militaires russes dans le nord-est et le sud de l’Ukraine, l’essentiel des combats se concentre dans l’est.

La Russie bombarde massivement depuis octobre les infrastructures ukrainiennes, provoquant des coupures de courant et d’eau.

La livraison de systèmes Patriot vise à répliquer à ces attaques

Par Radio-Canada avec AFP