Posts Tagged ‘Ethiopian Airlines’

Aérien : le Boeing 737 MAX redécolle en Afrique

décembre 31, 2021

Un appareil d’Ethiopian Airlines. © Mulugeta Ayene/AP/SIPA

Ethiopian Airlines a annoncé la remise en service de ses appareils à partir de février 2022. Le Maroc, le Kenya et le Nigeria ont déjà donné leur feu vert à la reprise des vols des 737 MAX, cloués au sol depuis mars 2019.

La reprise des vols des Boeing 737 MAX en février 2022 chez Ethiopian Airlines, annoncée le 28 décembre, est très symbolique. Pour rappel, ceux-ci étaient suspendus depuis le crash, le 10 mars 2019, de l’un des trente 737 MAX (dorénavant appelés 737-8) qui composent la flotte de la compagnie nationale éthiopienne. L’avion s’était écrasé six minutes après son décollage de l’aéroport d’Addis-Abeba à cause d’un défaut de conception des commandes de vol, ce qui avait coûté la vie à 159 personnes.

Au total, le 737 MAX a fait 505 victimes puisque, quelques mois auparavant, la compagnie indonésienne Lion Air avait elle aussi enregistré des pertes humaines après un crash similaire. Deux graves évènements ayant entraîné l’immobilisation au sol de tous les monocouloirs Boeing à travers le monde.

Suspension de 35 mois

C’est donc après une période de 35 mois, ponctuée de revues complètes, de mesures correctrices exigées par les autorités de l’aviation civile et de formations pointues des pilotes, que cet avion spécialement fabriqué pour les liaisons moyens-courriers reprendra du service.

« Nous avons pris le temps nécessaire au contrôle des travaux de modification de la conception et suivi un rigoureux processus de recertification de plus de 20 mois. Nous nous sommes aussi assurés que nos pilotes, ingénieurs, techniciens et personnels de cabine aient confiance en la sécurité de la flotte », a souligné Tewolde Gebremariam, le patron d’Ethiopian, compagnie membre de Star Alliance.

Depuis leur base d’Addis-Abeba Bole, les 737-8 (qui accueillent 16 passagers en classe affaires et 144 en économie) desserviront les aéroports du Caire en Égypte, d’Enugu au Nigeria, d’Entebbe en Ouganda,  de Khartoum au Soudan, de Moroni aux Comores, de Nosy Be à Madagascar, d’Istanbul en Turquie et de Mahé aux Seychelles.

Une autorisation mondiale

L’avion a d’abord retrouvé son autorisation de vol en novembre 2020 aux États-Unis, grâce au feu vert de la Federal Aviation Administration (FAA), et au Brésil (après vérifications de l’Autorité nationale de l’aviation civile – Anac), puis au Canada (Transport Canada) en décembre 2020 et, en janvier 2021, en Europe (Agence européenne de la sécurité aérienne – EASA) ainsi qu’aux Émirats arabes unis (General Civil Aviation Authority – GCAA).

L’approbation des régulateurs africains a suivi entre février et novembre 2021, d’abord de la part de l’Autorité de l’aviation civile kényane (KCAA), puis de l’autorité nigériane (NCAA), imitée ensuite par la Direction générale de l’aviation civile du Maroc (DGAC) et l’autorité mauritanienne (Anac).

Depuis décembre 2018, Royal Air Maroc (RAM) a reçu deux des quatre 737-8 attendus (CN-MAX et CN-MAY). Kenya Airways, quant à elle, possède huit 737 MAX, les transporteurs nigérians Arik Air, Air Peace et la jeune compagnie Green Africa Airways en ayant respectivement commandé huit, dix et 100 (dont 50 en option). Le PDG de cette dernière, Babawande Afolabi, a déclaré qu’il « prévoyait de déployer jusqu’à 15 avions d’ici 2022 et d’ouvrir, en plus de Lagos, deux à trois bases au Nigeria au cours des 18 prochains mois afin de connecter plus de villes avec des tarifs abordables ».

Le Boeing 737 MAX présente, selon son constructeur, de nombreux avantages par rapport à ses prédécesseurs et aux appareils de la concurrence, avec « un coût d’exploitation par siège inférieur de 8 % à celui de l’A320neo d’Airbus et une autonomie supérieure à 7 130 kilomètres par rapport au 737 MAX 7 [son prédécesseur] ».

Avec Jeune Afrique par Yara Rizk

Ethiopian Airlines et Boeing veulent faire de l’Ethiopie le hub de l’aviation africaine

août 31, 2021
Ethiopian Airlines et Boeing veulent faire de l’Ethiopie le hub de l'aviation africaine

(Agence Ecofin) – Ethiopian Airlines, premier opérateur d’avions Boeing sur le continent, règne sans concurrence dans le ciel africain depuis plusieurs années. Talonnant les meilleurs mondiaux, la compagnie éthiopienne entend maintenant  ériger une solide chaîne de valeurs dans l’industrie aéronautique nationale.

Ethiopian Airlines et Boeing renforcent leur partenariat. La compagnie membre de Star Alliance et l’avionneur américain ont annoncé, mardi 30 août, la signature d’un protocole d’accord (MoU) stratégique visant à positionner l’Ethiopie en tant que plaque tournante de l’aviation en Afrique. Ce nouveau partenariat triennal, qui cimente les 70 ans d’histoire commune des deux parties dans l’aviation, s’appuiera sur quatre domaines de collaboration stratégiques : le développement industriel, la formation avancée en aviation, le partenariat éducatif et le développement du leadership.

A cet effet, des équipes pluridisciplinaires conjointes ont été constituées pour son implémentation. « Je suis très heureux non seulement de signer ce protocole d’accord historique avec notre partenaire aéronautique de longue date, Boeing, mais également de la mise en œuvre de jalons », a déclaré M. Tewolde GebreMariam, PDG du groupe Ethiopian Airlines. « Nous travaillons en collaboration avec Boeing sur différents projets à grande échelle dans l’aviation depuis plus de 70 ans pour desservir le continent africain et ce partenariat élargit et renforce nos capacités dans de multiples domaines ».

En vertu de cet accord, les deux parties se donnent pour mission d’ériger Ethiopian Aviation Academy en tant que centre de référence mondiale dans la formation aéronautique. Pour se faire, des collaborations à venir sont annoncées avec des établissements d’enseignement hautement qualifiés et des partenaires de l’industrie aéronautique afin d’élaborer des programmes d’apprentissage et d’ouvrir des filières qui répondent aux besoins du marché.

En s’y mettant, Ethiopian Airlines et Boeing entendent ainsi développer les générations actuelles et futures de dirigeants en Ethiopie au profit de l’Afrique. Le constructeur américain s’est en outre engagé à développer localement la capacité de fabrication et le service après – vente des produits aéronautiques, le but étant de rendre l’Éthiopie compétitif à l’échelle mondiale.

Par Ecofin par Romuald Ngueyap

Bagarre dans un vol Ethiopian: un Congolais a appuyé le nez d’un Indien qui ronflait

avril 28, 2021

Le vol Ethiopian ET861 reliant Addis Abeba a à Brazzaville a vécu un épisode digne d’un film comique. Un passager d’origine Congolais en provenance de la France et qui a transité par la capitale éthiopienne s’est affronté avec un autre d’origine Indienne, créant une panique dans l’avion. Le Congolais semble-t-il ne supportait pas les ronflements agaçants de l’Indien et a fini par appuyer son nez. L’asiatique a mal pris cet acte et a insulté de singe le Congolais qui l’aurait giflé avant la bagarre n’éclate.

Si certains passagers voyagent stressés dans l’avion, d’autres sont complètement à l’aise et se permettent même de ronfler comme s’ils étaient dans leur lit. C’est le cas d’un sujet Indien, en provenance de son pays pour la RDC où parait-il se trouverait son domicile.

Le Hub de la compagnie aérienne éthiopienne est la plus importante d’Afrique où se croisent chaque jour des milliers des passagers en provenance des quatre coins du monde. Dans le vol qui a décollé de l’aéroport Bole tôt le matin en ce jour du mardi 20 avril voyageaient aussi un Indien et un Congolais.

Le Congolais en provenance de la France s’est vu assigner un siège à côté d’un Indien en provenance de l’Inde. Quelques minutes juste après le décollage, le Congolais a commencé à se plaindre des ronflements de l’Indien. L’avion étant complet, il n’a pu changer de place et s’est vu obliger de supporter les ronflements de l’asiatique. Même les autres passagers proches d’eux ont boudé.

Au fur et à mesure que les ronflements devenaient insupportable, le Congolais, énervé, a décidé d’appuyer le nez de l’Indien afin de les arrêter. Un geste que l’asiatique n’a pas apprécié et dans les échanges postérieurs, il aurait traité de singe le Congolais. Aussitôt ce dernier, déjà très remonté contre la présence de ces racistes asiatiques en Afrique, lui a donne une gifle bien appliquée qui a dégénéré en une bagarre.

Le personnel de bord a été obligé d’intervenir et de séparer les deux passagers. Le Congolais s’est vu offrir un autre siège en première classe et le ronfleur Indien est resté seul. Une fois l’avion posé sur la piste de l’aéroport de Maya Maya, le Congolais qui a bien voulu dire un dernier mot à l’Indien en a été empêché par les hôtesses de l’air.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Une Française attaque Boeing en justice pour le crash d’Ethiopian Airlines

mai 21, 2019

ETHIOPIA-PLANE-CRASH

Le Boeing 737 Max d’Ethiopian Airlines s’est écrasé le 10 mars dernier en Ethiopie AFP

Une Française dont l’époux est décédé le 10 mars dans l’accident d’un Boeing 737 MAX en Ethiopie a engagé une action en justice aux Etats-Unis contre l’avionneur américain, a annoncé mardi son avocat.

Nadège Dubois-Seex réclame des dommages et intérêts – au minimum 276 millions de dollars -, a précisé Nomaan Husain, son conseil américain, lors d’une conférence de presse à Paris.

Il est reproché à Boeing de ne pas avoir informé les pilotes de 737 MAX des risques posés par le système antidécrochage MCAS de l’appareil, dont un dysfonctionnement pourrait être à l’origine du crash de l’appareil d’Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts le 10 mars.

Le constructeur aéronautique a par ailleurs récemment reconnu une anomalie dans le logiciel de ses simulateurs de vol, qui ne pourraient reproduire certaines conditions de vol.

Deux catastrophes aériennes impliquant le bimoteur vedette de Boeing se sont produites en octobre dernier en Indonésie puis en Ethiopie, faisant 356 morts au total. L’appareil est cloué au sol depuis ce deuxième crash.

«Une fois encore, la cupidité d’une entreprise a placé les profits avant la sécurité avec des conséquences tragiques pour le public», souligne Nomaan Husain dans une déclaration écrite.

Boeing a annoncé le 16 mai avoir achevé la mise à jour logiciel du 737 MAX.

 

Par Le Figaro.fr avec Reuters

Ethiopian Airlines commande 10 A350-900 pour 3,11 mds USD (Airbus)

juin 20, 2017

Le Bourget (France) – La compagnie Ethiopian Airlines a commandé 10 gros porteurs A350-900 pour un prix catalogue de 3,11 milliards de dollars, a annoncé mardi Airbus au salon de l’aéronautique du Bourget, près de Paris.

La compagnie, qui a été la première sur le continent africain à mettre en service l’A350 en juin 2016, a déjà commandé 12 exemplaires de cet appareil conçu pour les vols long-courriers et en exploite quatre actuellement, selon le constructeur européen.

Cette commande fait partie de la « stratégie de développement de la compagnie à un horizon de 15 ans », a expliqué le PDG d’Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam.

Il a précisé qu’il comptait déployer l’A350 sur des liaisons long-courriers « d’Addis Abeba vers l’Afrique, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie » et notamment vers la Chine « un marché très important pour nous ».

Airbus a enregistré 851 commandes fermes pour ce gros porteur de la part de 45 clients dans le monde entier.

(©AFP / 20 juin 2017 15h48)