Posts Tagged ‘ethnie’

RDCongo: combats dans l’est entre l’armée et un groupe rebelle ougandais

juillet 12, 2013

GOMA (RDCongo) – Des rebelles ougandais des forces alliées démocratiques (ADF-Nalu) se sont emparés jeudi de la localité de Kamango dans le Nord-Kivu, dans le nord-est de la République démocratique du Congo sur la frontière avec l’Ouganda, après en avoir chassé les forces gouvernementales, a-t-on appris vendredi à Goma.

Ces combats annoncés par Radio Okapi, la radio congolaise parrainée par les Nations unies, ont été confirmés par des habitants des localités voisines interrogés par l’AFP. Jean Paul Saambili, chef coutunier de l’ethnie Watalinga, a affirmé à l’AFP que les rebelles étaient vendredi midi toujours dans la localité et terrorisent les habitants.

Les rebelles de l’ADF-Nalu ont pris le contrôle de la ville située à 80 km de la ville de Beni, jeudi à l’aube. Un habitant d’une localité voisine interrogé par l’AFP, a indiqué que les rebelles étaient toujours vendredi à Kamango et que de nombreux habitants avaient fui vers les villages proches de Mbau et Lwanoli.

Vendredi matin plusieurs bâtiments publics et l’hôpital ont été pillés ont affirmé des habitants. Aucun bilan de ces combats n’a encore été établi.

Selon une source officielle ougandaise, 3.000 réfugiés ont franchi jeudi la frontière à Busunga dans le district de Bundibugyo à la suite de ces combats. Leur nombre devrait croître car ils sont en route, a affirmé Denis Namuwooza, responsable de la police dans le district de Bundibugyo.

Un porte-parole de l’armée ougandaise, Paddy Ankunda, a affirmé que les rebelles ont d’abord pris la ville mais selon lui l’armée congolaise les a repoussé. Par précaution nous avons renforcé la sécurité afin d’éviter une propagation des combats, a-t-il expliqué à l’AFP. Neuf personnes ont été prises en otages dont un notable, a affirmé M. Ankunda.

Selon des habitants, le chef traditionnel pris en otage aurait été tué. Ses proches ainsi que plusieurs travailleurs humanitaires qui avaient également été capturés, ont été relâchés. Ces informations n’ont pu être confirmées.

Selon une source militaire occidentale en RDC les rebelles de l’ADF-Nalu font pression depuis deux semaines sur l’armée congolaise et ont pris le contrôle de plusieurs localités dans ce secteur.

Motivés et bien armés, ils ont été chassés d’Ouganda par l’armée gouvernementale il y a deux ans et se sont installés à environ un millier sur les contreforts du volcan Ruhenzori jusque là deserts, selon cette source.

Romandie.com avec (©AFP / 12 juillet 2013 15h45)

Kenya: menace d’attentat sur hôtels et bâtiments officiels à Nairobi

avril 23, 2012

L’ambassade des Etats-Unis à Nairobi a mis en garde lundi les ressortissants américains au Kenya contre une menace d’attentat sur des hôtels et bâtiments officiels de la capitale kényane.

L’ambassade « a reçu des informations crédibles sur un attentat possible contre des hôtels et des bâtiments gouvernementaux kényans d’importance », explique la représentation américaine dans un « message de sécurité ».

« Le moment de l’attentat n’est pas connu, néanmoins l’ambassade a des raisons de penser que l’attentat potentiel est dans les phases ultimes de préparatif », poursuit le message.

Le 23 octobre, l’ambassade américaine à Nairobi avait déjà mis en garde ses ressortissants contre le risque d’attaques contre des étrangers au Kenya, après le lancement d’une offensive militaire kényane contre les insurgés islamistes shebab dans le sud de la Somalie.

L’ambassade avait même conseillé de « reporter » les voyages au Kenya.

Le 4 novembre, elle avait mis en garde les ressortissants américains contre les déplacements au Kenya, après une série d’enlèvements contre des ressortissants européens dans le pays.

Les shebab, récemment intégrés au réseau Al-Qaïda, ont a plusieurs reprises menacé de frapper le Kenya en représailles à l’intervention militaire kényane en Somalie.

Le Kenya accueille sur son sol une forte population de Somaliens qui ont fui la famine et le chaos dans lequel est plongé leur pays, livré aux chefs de guerre, groupes criminels et milices islamistes depuis la chute du régime du président Siad Barre en 1991.

Par ailleurs, environ 1% des Kényans sont d’ethnie somali.

En 1998, 213 personnes avaient été tuées au coeur de Nairobi, frappé par un sanglant attentat visant l’ambassade américaine et perpétré par Al-Qaïda.

Jeuneafrique.com avec AFP