Posts Tagged ‘Étiquetage’

Les importations depuis Hongkong vers les États-Unis devront être étiquetées «made in China»

août 11, 2020

 

Donald Trump avait annoncé le 14 juillet la fin du régime préférentiel accordé par Washington à Hongkong après l’imposition par Pékin d’une loi controversée sur la sécurité nationale dans le territoire semi-autonome.

Hong Kong a réagi en affirmant que l'application de cette mesure se ferait au mépris du statut de la ville, qui est un membre à part entière de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
Hong Kong a réagi en affirmant que l’application de cette mesure se ferait au mépris du statut de la ville, qui est un membre à part entière de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). ANTHONY WALLACE / AFP

Les douanes américaines vont annoncer ce mardi que les marchandises importées de Hong Kong devront porter la mention «fabriqué en Chine» pour pouvoir être vendues aux États-Unis, selon un projet de document de ces services consulté par l’AFP. Le président américain Donald Trump avait annoncé le 14 juillet la fin du régime préférentiel accordé par Washington à Hong Kong, après l’imposition par Pékin d’une loi controversée sur la sécurité nationale dans le territoire semi-autonome. En 2018, Hong Kong a vendu sous ce régime pour 6,3 milliards de dollars de marchandises aux États-Unis, en particulier des équipements électriques, des métaux précieux et des gemmes ainsi que des plastiques.

«En ce qui concerne les marchandises importées produites à Hong Kong, ces marchandises ne peuvent plus être identifiées comme provenant de l’origine ‘Hong Kong’ mais doivent être marquées comme provenant de ‘Chine’», selon le projet de document qui doit être publié mardi par les douanes américaines. Hong Kong a réagi en affirmant que l’application de cette mesure se ferait au mépris du statut de la ville, qui est un membre à part entière de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et violerait les règles du commerce international. «Hong Kong jouit d’un statut unique en tant que territoire douanier distinct … qui n’est pas accordé et ne peut être révoqué par aucun autre pays», a déclaré le gouvernement de la région semi-autonome dans un communiqué.

Cette décision intervient alors que les tensions s’accroissent entre les États-Unis et la Chine. Elle est en conformité avec le décret signé en juillet par Donald Trump après avoir conclu «que Hong Kong n’est plus suffisamment autonome pour justifier un traitement différentiel par rapport à la Chine», selon le projet de document. Un délai de 45 jours sera octroyé aux importateurs après l’annonce de cette mesure pour leur donner le temps de s’adapter. Le décret présidentiel du 14 juillet a également mis fin au traitement préférentiel dans le domaine des passeports et aux exportations de technologies sensibles, suspendant également l’accord d’extradition de Washington avec Hong Kong et les entraînements conjoints de la police.

Les États-Unis ont également imposé vendredi des sanctions à un groupe de 11 responsables chinois et hongkongais accusés de saper l’autonomie de Hong Kong, dont la cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam, en réponse à l’imposition de la loi sur la sécurité. La Chine a condamné ces sanctions «barbares» et pris des mesures à l’encontre de 11 responsables américains en représailles, dont les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruiz ainsi que le dirigeant de l’association de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth.

Par Le Figaro avec AFP

France-Jambon: des éleveurs pointent du doigt un étiquetage trompeur pour le consommateur

août 17, 2018

Des éleveurs pointent du doigt un étiquetage sur le jambon trompeur pour le consommateur / © AFP/Archives / SYLVAIN THOMAS

Des éleveurs pointent du doigt certains jambons commercialisés par des industriels agroalimentaires installés en France, qu’ils accusent de « contourner » la législation en matière d’étiquetage, une manière de faire pression pour une meilleure information des consommateurs avant le vote de la loi Alimentation.

La FDSEA de la Mayenne et la FRSEA des Pays-de-Loire ont ainsi reproché ces dernières semaines, dans plusieurs publications sur Twitter, au groupe Fleury Michon d’avoir apposé un autocollant avec une photo d’éleveurs français sur des emballages de jambon d’origine espagnole, ou au groupe Herta de ne pas préciser l’origine de sa viande de porc sur du jambon fabriqué en France.

Concernant la campagne de Fleury Michon, les éleveurs français qui ont participé au lancement d’une gamme de jambon d’origine France sans OGM et sans antibiotiques ont eu la désagréable surprise de trouver leur photo de groupe sur l’étiquette d’un sachet qui renfermait du jambon venant d’Espagne, précise Philippe Jehan, éleveur et président de la FDSEA de Mayenne et administrateur de la FNSEA.

Une rencontre a eu lieu juste avant l’été avec le groupe Fleury Michon, auquel le syndicat a fait part de ses griefs.

« On a eu une concertation avec la répression des fraudes qui diligente une enquête, dont on n’a pas les conclusions encore », a aussi affirmé M. Jehan. Contactée par l’AFP, la DGCCRF n’était pas en mesure dans l’immédiat de confirmer cette enquête.

Des éleveurs pointent du doigt un étiquetage sur le jambon trompeur pour le consommateur / © AFP/Archives / SYLVAIN THOMAS

« On peut comprendre que ça ait été mal compris ou mal interprété par les éleveurs qui sont à fleur de peau par rapport aux cours des matières premières », a répondu à l’AFP David Garbous, directeur stratégie innovation du groupe Fleury Michon, qui évoque une « action pour faire la promotion de la filière ».

« Ce n’est pas un sticker d’origine, mais qui indique +venez découvrir une nouvelle gamme+ », ajoute-t-il: « On s’est accordé avec eux pour dire que l’année prochaine, on ne le mettrait que sur les emballages des produits +J’aime+ », soit les produits directement concernés.

Selon le groupe, les sachets de jambon incriminés ne représentaient que 1% de la production hebdomadaire de l’usine concernée, soit 6.900 sachets.

Pour la FDSEA, la publication de ces griefs vise aussi à « peser sur l’importance de l’étiquetage », dans une « période de décision » avant le vote de la loi Alimentation prévu à la rentrée.

Des éleveurs pointent du doigt un étiquetage sur le jambon trompeur pour le consommateur / © AFP/Archives / SYLVAIN THOMAS

« Le texte, tel qu’il se présente, n’est pas suffisant », a souligné M. Jehan, pour qui « fabriqué en France, ne veut pas dire produit en France »: il cite d’autres produits que le jambon, comme l’aubergine ou le melon charentais.

Il souhaite permettre aux consommateurs « d’identifier le produit français, pas de dire qu’il est meilleur mais permettre aux consommateurs de choisir ».

Même chose pour l’enquête réclamée à la DGCCRF, qui doit « faire réfléchir les parlementaires sur l’opportunité de renforcer l’étiquetage », selon M. Jehan.

Le projet de loi Agriculture et Alimentation doit être à nouveau examiné à l’Assemblée nationale à compter du 12 septembre prochain.

Romandi.com avec(©AFP / (17 août 2018 12h57)