Posts Tagged ‘Exécution’

Chine: l’ancien grand patron Lai Xiaomin a été exécuté pour corruption

janvier 29, 2021

Lai Xiaomin, ancien patron d’un fonds d’investissement accusé d’avoir touché pour plus de 215 millions d’euros de pots-de-vin, a été exécuté vendredi matin, a annoncé la télévision publique.

Lai Xiaomin, alors patron du groupe China Huarong, le 24 mars 2016 à Boao, dans le sud de la Chine

© STR Lai Xiaomin, alors patron du groupe China Huarong, le 24 mars 2016 à Boao, dans le sud de la Chine

M. Lai avait été condamné à mort début janvier, une sentence inhabituelle en Chine à l’encontre d’un haut dirigeant économique. La cour l’avait aussi reconnu coupable de « polygamie ».

La justice lui reprochait d’avoir obtenu 215 millions d’euros de pots-de-vin et tenté d’en obtenir 13 millions supplémentaires. Elle lui attribuait en outre des détournements de fonds publics de 3,1 millions d’euros. 

Les montants étaient « extrêmement importants, les circonstances particulièrement graves et les intentions extrêmement malveillantes », avait indiqué dans son jugement un tribunal de Tianjin (nord).

Le patron du groupe China Huarong, dont le mode d’exécution n’a pas été précisé, avait également été reconnu coupable d’avoir « vécu longtemps avec d’autres femmes », en dehors de son mariage, dont il a eu des « enfants illégitimes ».

En janvier 2020, il avait fait des aveux diffusés par la télévision publique CCTV. 

Des images d’un appartement de Pékin, censé lui appartenir, avec coffres-forts et armoires remplies de liasses d’argent liquide, avaient alors été diffusées. 

Lai Xiaomin, qui avait auparavant travaillé à la banque centrale et pour le gendarme des banques, assurait ne pas avoir « dépensé un seul centime ».

« Je n’ai pas osé dépenser » l’argent, affirmait-il. 

Des images avaient également montré des voitures de luxe et des lingots d’or que l’accusé aurait acceptés comme pots-de-vin. 

China Huarong Asset Management est l’un des plus grands gestionnaires en Chine de créances douteuses (c’est-à-dire présentant une grande probabilité de non remboursement). 

La Chine a lancé une vaste campagne anti-corruption en 2012, après l’arrivée du président Xi Jinping à la tête du Parti communiste chinois (PCC). Depuis, plus d’un million et demi de cadres du PCC ont été sanctionnés.

Cette opération, populaire auprès de l’opinion, est également soupçonnée de servir à écarter les personnalités opposées à la ligne du président.

La Chine garde le plus grand secret sur les exécutions des condamnés à la peine capitale. L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty international estime que des milliers de prisonniers de droit commun sont exécutés chaque année dans le pays.

Avec AFP par bar/ehl/pz

L’ONU condamne une nouvelle exécution d’un mineur délinquant en Iran

décembre 31, 2020

L’ONU a vivement condamné jeudi 31 décembre l’exécution en Iran d’un homme pour un crime qu’il aurait commis alors qu’il avait 16 ans, la quatrième d’un mineur délinquant cette année dans ce pays, appelant Téhéran à cesser cette pratique.

Selon l’ONU, Mohammad Hassan Rezaiee a été exécuté tôt jeudi. D’après Amnesty International, il avait été arrêté en 2007 dans le cadre d’une affaire où un homme avait été tué à coups de couteau lors d’une rixe et il a passé plus de douze ans dans le quartier des condamnés à mort.

«L’exécution de mineurs délinquants est catégoriquement prohibée par les lois internationales et l’Iran a l’obligation de respecter cette interdiction», a déclaré une porte-parole du Bureau des droits de l’homme des Nations unies à Genève, Ravina Shamdasani. La Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, «condamne vivement cette exécution», a-t-elle ajouté.

Ravina Shamdasani a ajouté que le Bureau des droits de l’homme de l’ONU était consterné que l’exécution ait eu lieu en dépit de ses efforts pour un dialogue avec Téhéran sur cette question. «Il existe des allégations extrêmement troublantes selon lesquelles il a été condamné sur la base d’aveux extorqués sous la torture», a-t-elle dit, ajoutant qu’il y avait également «de nombreuses autres inquiétudes au sujet des violations de son droit à un procès équitable».

La porte-parole a souligné que l’exécution de Rezaiee est la quatrième d’un mineur délinquant en 2020 et intervient après une série d’exécutions récentes en Iran.L’exécution par Téhéran le 12 décembre d’un journaliste et dissident basé en France, Ruhollah Zam, avait provoqué un tollé international, des gouvernements occidentaux accusant l’Iran de l’avoir kidnappé à l’étranger avant de le juger.

Ravina Shamdasani a souligné qu’au moins huit personnes avaient été exécutées dans différentes prisons iraniennes pour la seule période entre le 19 et le 26 décembre. Elle a ajouté que selon des informations non confirmées, huit autres personnes couraient le risque d’une «exécution imminente». Plusieurs personnes condamnées pour des crimes qu’elles auraient commis alors qu’elles étaient mineures sont dans le couloir de la mort, d’après elle.

«L’ONU a appelé à plusieurs reprises l’Iran à cesser d’exécuter des mineurs délinquants, mais nous pensons qu’au moins 80 d’entre eux sont dans le couloir de la mort», a-t-elle dit. Elle a souligné que Michelle Bachelet «a exhorté les autorités iraniennes à arrêter toutes les exécutions de mineurs délinquants et à reconsidérer immédiatement leur cas conformément aux lois internationales sur les droits de l’homme.»

Par Le Figaro avec AFP

L’Iran convoque l’ambassadeur de France après l’exécution de Rouhollah Zam

décembre 13, 2020
L'IRAN CONVOQUE L'AMBASSADEUR DE FRANCE APRÈS L'EXÉCUTION DE ROUHOLLAH ZAM

L’ambassadeur d’Allemagne a lui aussi été convoqué, son pays assumant la présidence tournante de l’Union européenne.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a transmis à ces diplomates les protestations de l’Iran à la suite des critiques françaises et européennes contre l’exécution de Rouhollah Zam.

Ce dernier, qui a vécu un temps en exil en France avant d’être capturé en Irak puis transféré en Iran, a été pendu samedi. Il a été jugé coupable d’incitation à la violence lors du mouvement de contestation de 2017 en Iran.

La France a dénoncé un « acte barbare et inacceptable » et a condamné « avec la plus grande fermeté cette atteinte grave à la liberté d’expression et à la liberté de la presse ».

L’UE a pour sa part dit condamner cette exécution « dans les termes les plus forts ».

Avec Reuters (version française Bertrand Boucey)

États-Unis: une deuxième exécution fédérale validée par la Cour suprême

juillet 16, 2020

 

Wesley Purkey, âgé de 68 ans, avait été reconnu coupable en 2003 d’avoir violé, tué, démembré et brûlé une jeune fille de 16 ans, puis d’avoir jeté les cendres dans une fosse septique.

La Cour suprême américaine a donné jeudi son feu vert à l’exécution d’un homme condamné à mort pour un crime fédéral, après l’échec de multiples recours de ses avocats invoquant son état mental. Cette décision de la Cour suprême, signifie que Wesley Purkey, âgé de 68 ans, devrait être le deuxième condamné fédéral à être exécuté cette semaine, après Daniel Lee mardi.

Le gouvernement du président Donald Trump, partisan d’un usage renforcé de la peine capitale aux Etats-Unis, a relancé les exécutions fédérales après 17 ans d’interruption. Deux autres exécutions sont prévues dans le cadre fédéral, l’une vendredi et l’autre le 28 août. Wesley Purkey avait été reconnu coupable en 2003 d’avoir violé et tué une jeune fille de 16 ans, avant de la démembrer et de brûler son corps, puis de jeter les cendres dans une fosse septique.

Châtiment «inhumain»

Son exécution, prévue initialement mercredi à la prison de Terre Haute dans l’Indian (Nord) où a été exécuté Daniel Lee, a été retardée par de multiples recours judiciaires de ses avocats et de ses proches, affirmant que le châtiment était «inhumain» pour un homme atteint de la maladie d’Alzheimer et qui souffre de schizophrénie.

«La demande de surseoir à l’exécution de la sentence de mort (…) est rejetée», selon la décision de la Cour suprême qui invalide un jugement prononcé la veille par un tribunal de district qui suspendait l’exécution. Quatre des neuf juges de la Cour ont toutefois été en désaccord avec cette décision.

Le ministre de la Justice Bill Barr avait annoncé l’année dernière la fin du moratoire sur les exécutions fédérales, en vigueur depuis 2003, faisant écho à la volonté de Donald Trump. Le milliardaire républicain, qui briguera un second mandat le 3 novembre, est un fervent partisan de la peine capitale, notamment pour les tueurs de policiers ou les trafiquants de drogue.

La plupart des crimes commis aux Etats-Unis sont jugés au niveau des Etats, dont certains appliquent la peine capitale, mais la justice fédérale peut se saisir des actes les plus graves. Avant Daniel Lee, seules trois personnes avaient été exécutées au niveau fédéral depuis 1974 dont Timothy McVeigh, responsable de l’attentat d’Oklahoma City (168 morts en 1995) en 2001.

Par Le Figaro avec AFP

Un prisonnier fédéral exécuté aux États-Unis, une première depuis 17 ans

juillet 14, 2020

 

Un ancien suprémaciste blanc condamné à mort pour un triple meurtre a été exécuté mardi lors de la première exécution fédérale depuis 17 ans aux Etats-Unis, sous l’impulsion du gouvernement de Donald Trump qui réclame un usage renforcé de la peine capitale. Daniel Lee, est décédé à 08H07 (12H07 GMT) d’une injection létale à la prison de Terre Haute, dans l’Indiana, a annoncé le ministère de la Justice.

«Vous tuez un homme innocent», a déclaré le condamné avant de mourir, selon un journaliste du Indianapolis Star qui a assisté à l’exécution. L’avocate de Daniel Lee, Ruth Friedman, a dénoncé dans un communiqué une exécution menée «à la hâte, au milieu de la nuit, alors que le pays était endormi». Elle a souligné que le condamné avait patienté quatre heures, sanglé sur son lit de mort, attendant le résultat d’un ultime recours.

La section américaine d’Amnesty International s’est dite «horrifiée» par cette exécution «qui va à l’encontre d’une tendance mondiale à l’abandon de la peine de mort». En Amérique, le débat sur l’application de la peine de mort, rétablie en 1988 au niveau fédéral, reste vif avec un soutien érodé dans la population américaine mais qui reste fort chez les électeurs républicains.

Dans ce pays, la plupart des crimes sont jugés au niveau des Etats et certains, surtout dans le Sud, continuent d’appliquer la peine capitale. Sept personnes ont ainsi été exécutées par des juridictions locales en 2020. Mais la justice fédérale peut se saisir des actes les plus graves (attentats, crimes racistes…) ou commis sur des bases militaires, entre plusieurs Etats ou dans des réserves amérindiennes. Depuis 1988, seules trois personnes ont été exécutées au niveau fédéral dont Timothy McVeigh, responsable de l’attentat d’Oklahoma City (168 morts en 1995) en 2001.

Par Le Figaro avec AFP

Nigeria : une vidéo de l’EI montre l’exécution de onze chrétiens à Noël

décembre 27, 2019

Ces exécutions serviraient à venger la mort d’Abou Bakr Al-Bagdhdai, le chef du groupe djihadiste.

Le groupe djihadiste Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP) a diffusé jeudi soir 26 décembre une video d’une minute montrant l’exécution de onze hommes présentés comme des chrétiens dans le nord-est du Nigeria

Cette vidéo tournée dans un lieu non-identifié, montre ces hommes les yeux bandés exécutés par balles puis poignardés. C’est «un message aux chrétiens du monde entier» en pleine période de Noël, y affirme un homme au visage masqué. Il ajoute que ces chrétiens ont été exécutés pour venger la mort du chef de l’Etat islamique (EI), Abou Bakr Al-Bagdhdadi, lors d’une intervention américaine en octobre en Syrie. La vidéo a été postée par l’agence Amaq, organe de propagande de l’Etat islamique (EI) auquel ISWAP – issu d’une scission au sein du groupe djihadiste nigerian Boko Haram – a prêté allégeance.

Les djihadistes ont multiplié leurs actions violentes ces derniers jours dans le nord-est du Nigeria. Sept personnes ont été tuées et une adolescente enlevée la veille de Noël lors d’un raid attribué à Boko Haram visant un village chrétien près de Chibok. En outre, au moins deux civils ont été tués et 13 autres blessés lors d’une attaque de l’ISWAP contre une position militaire de la même région de l’Etat de Borno. Dimanche, ce sont six soldats nigérians qui avaient été tués par des membres de l’ISWAP lors de l’attaque d’un convoi militaire. Et le même jour, une trentaine d’autres djihadistes de ce groupe ont tué six personnes et en ont enlevé cinq après avoir bloqué un axe routier majeur.

Mardi 24 décembre, les Nations unies ont condamné «la pratique croissante des groupes armés de mettre en place des postes de contrôle ciblant les civils» dans le Nord-Est. En dix ans, l’insurrection djihadiste au Nigeria qui s’est propagée au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins, a fait selon les derniers chiffres de l’ONU plus de 36.000 morts et deux millions de déplacés au seul Nigeria, provoquant une crise humanitaire majeure dans la région.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Nigeria: des djihadistes exécutent un humanitaire retenu en otage

septembre 25, 2019

 

Un travailleur humanitaire enlevé avec cinq autres personnes par un groupe djihadiste dans le nord-est du Nigeria en juillet a été exécuté, a annoncé mercredi l’ONG française Action contre la faim (ACF).

«Le groupe armé retenant captifs une salariée d’Action contre la faim, deux chauffeurs et trois personnels du ministère de la Santé a exécuté un otage», affirme un communiqué qui «condamne (…) cet assassinat». Les cinq autres otages sont aussi de nationalité nigériane.

L’ONG se dit «particulièrement inquiète» et «totalement mobilisée pour s’assurer qu’ils puissent être en sécurité rapidement et retrouver leurs familles». Ils avaient été enlevés lors de l’attaque de leur convoi le 18 juillet, sur la route entre la capitale du Borno, Maiduguri, et la ville de Damasak. Un des chauffeurs avait été tué pendant l’embuscade.

L’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), affilié au groupe Etat islamique (EI), a publié peu après l’enlèvement une vidéo de l’employée d’ACF demandant la libération des otages avec les cinq autres otages – des hommes – se tenant derrière elle. Iswap est particulièrement actif dans cette région reculée proche du lac Tchad et frontalière avec le Niger, où il mène depuis un an des attaques répétées contre les forces de sécurité nigérianes.

Les humanitaires sont régulièrement pris pour cible par les djihadistes, qui pratiquent les enlèvements contre rançon pour financer leurs opérations ou pour échanger avec le gouvernement nigérian leurs captifs contre des membres de leur groupe faits prisonniers, menaçant de tuer leurs victimes si leurs revendications sont pas satisfaites.

La semaine dernière, l’armée nigériane avait obligé ACF à évacuer ses bureaux de Maiduguri (Etat du Borno) et Damaturu, dans l’Etat voisin de Yobe, accusant l’organisation humanitaire «d’aider et d’encourager les terroristes» en leur fournissant nourriture et médicaments. Une source humanitaire basée dans la région avait alors confié à l’AFP que ces fermetures soudaines pouvaient être liées avec les négociations menées pour faire libérer les otages.

Par Le Figaro.fr avec AFP

États-Unis: un Américain exécuté lundi, comme son frère il y a 18 ans

octobre 29, 2018

Washington – Un Américain de 56 ans a été exécuté lundi par injection létale dans le Dakota du Sud, comme le fut son frère il y a 18 ans dans l’Oklahoma.

Rodney Berget avait été condamné à la peine capitale en 2012 pour le meurtre d’un gardien de prison lors d’une tentative d’évasion ratée un an plus tôt.

Il avait commis ce meurtre alors qu’il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour deux tentatives de meurtres et un viol.

Lors de son procès en 2012, il avait estimé « mériter la peine de mort ».

Il a finalement été exécuté lundi soir après que la Cour suprême des Etats-Unis a rejeté un dernier recours portant sur ses facultés intellectuelles.

Cette procédure de dernière minute ayant retardé de cinq heures l’éxecution, Rodney Berget a plaisanté à ce sujet avant de s’éteindre.

« Désolé pour le retard, j’étais coincé dans les bouchons », a-t-il dit, selon le témoin Don Jorgensen cité dans les médias locaux.

Il a également dit à certains membres de l’assemblée qu’il les aimait, avant d’ajouter : « Je vous retrouverai là-haut », d’après un autre témoin Dani Ferguson.

En 2000, lors de son exécution dans l’Oklahoma, son frère aîné, Roger James Berget, avait lui choisi de se taire.

Il avait aussi subi une injection létale, à l’âge de 39 ans, pour avoir tué en 1985 un professeur de mathématiques à qui il voulait voler sa voiture. Aucun membre de sa famille n’avait assisté à l’exécution, avait écrit la presse à l’époque.

Selon les médias américains, les deux hommes sont nés dans une famille dysfonctionnelle, marquée par l’alcool et la violence. Le frère aîné avait été mis à la porte par leur père avant ses 10 ans, avait plaidé en vain son avocat.

Le Dakota du Sud n’avait procédé à aucune exécution depuis 2012.

Rodney Berget est le 19e condamné à mort exécuté depuis le début de l’année aux Etats-Unis.

Romandie.com avec(©AFP / 30 octobre 2018 03h11)                                                        

Afghanistan: trois employés étrangers enlevés et exécutés à Kaboul

août 2, 2018

Trois employés expatriés ont été enlevés et tués par des hommes armés à Kaboul jeudi matin et leurs corps retrouvés dans les faubourgs de la capitale afghane / © AFP/Archives / WAKIL KOHSAR

Trois employés expatriés ont été enlevés dans des circonstances encore confuses et exécutés jeudi à Kaboul, dans ce qui est qualifié d' »acte terroriste » par les autorités.

Les trois victimes, retrouvées menottées et criblées de balles, sont de nationalités indienne, macédonienne et malaisienne.

Leurs corps ont été découverts par la police à l’extérieur de Kaboul moins de deux heures après leur disparition.

Interrogée, l’ambassade d’Inde à Kaboul a confirmé la mort d’un de ses ressortissants. La représentation malaisienne à New Delhi a également confirmé dans un communiqué « la mort d’un ressortissant malaisien dont le corps a été retrouvé à 33 km au sud de Kaboul ».

Les trois hommes étaient des cuisiniers qui travaillaient pour une entreprise de restauration, a précisé à l’AFP une source de sécurité.

Personne n’a revendiqué cette opération.

« A ce stade nous pensons qu’il s’agit d’un acte de terrorisme », a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police, Hashmat Stanikzai.

D’après ses informations, les trois hommes ont été enlevés dans l’est de la capitale afghane, à proximité de l’aéroport international.

Mais une certaine confusion demeure sur les circonstances de leur enlèvement.

Selon Bahar Mehr, conseiller de communication du ministère de l’Intérieur, ils ont quitté leurs bureaux dans l’est de la ville « vers 08H30 » (04H00 GMT) à bord d’une voiture conduite par un chauffeur.

Carte de l’Afghanistan localisant Kaboul / © AFP / afp

– Dans un champ –

« Environ une heure et demie plus tard, leurs corps ont été retrouvés dans les champs du district de Musahi », à bord d’une autre voiture.

« Les trois victimes sont des hommes dont les mains avaient été menottées. Ils ont été tués par balles. Deux d’entre eux se trouvaient dans le coffre et le troisième sur la banquette arrière », a précisé le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Nasrat Rahimi.

Le chauffeur qui les accompagnait jusqu’à leur interception et qui a donné l’alerte a été arrêté par la police et « fait figure de suspect », a-t-il précisé.

La région de Musabi et la route menant au Logar sont réputées dangereuses avec une importante présence des talibans.

Les enlèvements sont fréquents en Afghanistan, généralement crapuleux. Mais les bandes criminelles peuvent également revendre leurs otages étrangers à des groupes terroristes comme le réseau Haqqani. Celui-ci détient toujours, depuis septembre 2016, deux professeurs – un Australien et un Américain – de l’université américaine de Kaboul.

Cependant, les Afghans, en particulier à Kaboul, sont les premières cibles des enlèvements criminels.

La situation sécuritaire s’est globalement dégradée dans le pays avec la multiplication des attentats mais aussi la hausse de la criminalité, encouragée par un chômage élevé.

Romandie.com avec(©AFP / 02 août 2018 14h52)

Congo: exécution du robin des bois du Congo

mars 27, 2018

Le robin des bois Congolais a tiré sa révérence.

Charlie SALAKA alias JAMES CHARLIE 007 a été exécuté par les Hommes du ministre de l’Intérieur Zephirin Mboulou notamment le commissaire MORGAN dans le commissariat qui se trouve au contre rail (Brazzaville).

Charlie SALAKA avait été indexé dans plusieurs casse dont la plus spectaculaire était le vol de 2 milliards de fcfa dans la résidence de Mboulou au village de Mpouya, 1 milliard chez Opa ou il s’était fait passé lui et ses acolytes pour des agents de la DGST, 500 millions chez Bouya à Kombo en simulant une perquisition . Il était le patron de la boîte nuit le « pharaon » sur l’avenue des 16ème plateau.

Paix à ton âme 007 ton seul tord était de voler l’argent des fossoyeurs de la république. La famille du défunt déposera plainte à la CPI contre Zéphirin Mboulou.

 

Photo de BrazzaNews.Photo de BrazzaNews.
Charlie SALAKA alias JAMES CHARLIE 007
Avec Brazzanews.fr