Posts Tagged ‘Exil’

Environ quatre millions de Vénézuéliens ont fui leur pays, indique l’ONU

juin 7, 2019

 

Quelque quatre millions de Vénézuéliens ont fui leur pays en proie à une crise économique et humanitaire qui ne cesse de s’aggraver depuis la décision des Etats-Unis en janvier d’imposer des sanctions dans l’espoir de provoquer la chute du président Nicolas Maduro. La grande majorité des candidats au départ ont fui le Venezuela depuis la fin de 2015 et la crise institutionnelle provoquée par la victoire de l’opposition lors des élections législatives; seuls 700.000 étaient partis avant cette date.

«Le rythme des départs du Venezuela est vertigineux», estiment le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) dans un communiqué commun diffusé à Genève. Le précédent décompte effectué par l’ONU s’établissait à 3,7 millions de personnes et la nouvelle estimation vient confirmer l’urgence d’un soutien aux pays voisins du Venezuela.

La Colombie a accueilli environ 1,3 million de Vénézuéliens parmi lesquels des familles fuyant la pénurie alimentaire et sanitaire qui touche leur pays. Le Pérou, le Chili, l’Equateur, le Brésil et l’Argentine sont également concernés par cet exode, précisent les deux organisations humanitaires. Le président péruvien, Martin Vizcarra, a répété ce jeudi que son pays continuerait aussi longtemps que cela serait nécessaire à renvoyer chez eux les Vénézuéliens ayant été condamnés par la justice de leur pays pour des infractions pénales.

Environ 3,2 millions d’enfants vénézuéliens, soit un sur trois, ont besoin d’une assistance humanitaire, a par ailleurs fait savoir l’Unicef dans un communiqué vendredi. Le taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans a doublé, passant de 14 pour 1000 en 2010/2011 à 31 pour 1000 en 2017, a précisé Christophe Boulierac, porte-parole de l’Unicef, citant des estimations de l’ONU.

Des cas présumés de diphtérie et de rougeole ont été recensés cette années au Venezuela, a ajouté Christophe Boulierac, rappelant que la rougeole se traduisait par un affaiblissement du système immunitaire. L’Unicef a fourni cette année 55 tonnes d’aide médicale, dont des kits d’obstétrique, des antibiotiques et des traitements contre la malaria, à 25 hôpitaux de Caracas et d’autres Etats du pays cette année.

Par Le Figaro.fr avec Reuters

Burkina-Faso/Congo: Sassou négocie l’exil du putschiste Dienderé à Brazzaville

novembre 8, 2017

Gilbert Dienderé


En détention préventive depuis l’échec du coup d’État le plus bête au Monde, le général Burkinabé Gilbert Dienderé serait-il en passe d’être libéré pour un exil doré au Congo? Des tractations en ce sens pilotées par Denis Sassou Nguesso du Congo et Alassane Ouattara de la Côte D’Ivoire sont en cours.

Au soir du jeudi 17 septembre 2015, Gilbert Diendere signait sa descente aux enfers en s’érigeant comme leader d’un putsch contre les autorités de la transition au Burkina Faso. Face aux pressions internationales, mais et surtout à la détermination du peuple Burkinabé et des militaires loyalistes, le rêve de Gilbert Diendéré se poursuivait dans une cellule de la prison de Ouagadougou où il est détenu.

Pendant son court moment de gloire, le général Gilbert Diendere a bénéficié du soutien indéfectible de certains dictateurs Africains à l’instar de Denis Sassou Nguesso qui a mal digéré la chute de son collègue Blaise Compaoré.

Mais face à un peuple déterminé aucune dictature ne peut s’imposer. La victoire de Roch Marc Christian Kabore à la présidentielle a depuis donné l’occasion à Denis Sassou Nguesso de créer un pont entre Brazzaville et Ouagadougou.

Roch Christian Marc Kaboré s’est d’abord rendu à Oyo dans le village de Denis Sassou Nguesso où la situation du général Gilbert Diendéré a été évoquée. Le chef de l’État Congolais a demandé à son interlocuteur d’agir avec dextérité sur le dossier des Putschistes emprisonnés.

Ces négociations en coulisse ont permis aujourd’hui la mise en résidence surveillée du général Djibril Bassolé impliqué aussi dans le coup d’État. Gilbert Diendéré quant à lui rejoindra le Congo Brazzaville selon le compromis trouvé entre Alassane Ouattara, Denis Sassou Nguesso et Roch Marc Christian Kaboré.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Le retour d’Adama Barrow en Gambie est prévu jeudi après-midi

janvier 25, 2017

Le nouveau président gambien Adama Barrow à Dakar au Sénégal, le 21 janvier 2017. © AP/SIPA

Selon des sources officielles, le retour du nouveau président gambien dans son pays est prévu jeudi après-midi. Depuis le 15 janvier, Adama Barrow est en exil à Dakar, où il a attendu que Yahya Jammeh cède le pouvoir, ce que ce dernier a fait samedi dernier.

Deux sources diplomatiques à la présidence sénégalaise et à Banjul ont confirmé auprès de l’AFP le message publié mercredi matin sur les comptes Twitter et Facebook non authentifiés du nouveau président gambien Adama Barrow. Selon ceux-ci, « son arrivée à Banjul est prévue jeudi 26 janvier 2017 à 16H00 » GMT.

Ni Adama Barrow ni son entourage n’ont jusqu’à présent officiellement annoncé de date pour son retour, attendu depuis le départ en exil le 21 janvier au soir de l’ex-président Yahya Jammeh, accueilli en Guinée équatoriale.

Le président a demandé la poursuite de l’opération de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) dans son pays, lancée le 19 janvier pour forcer Jammeh à partir, jugeant les conditions de sécurité insuffisantes pour rentrer.

Barrow demande aux forces de la Cedeao de rester en Gambie

« Le président Adama Barrow nous a demandé deux ou trois semaines pour que nous puissions étudier s’il y a des stocks d’armes quelque part. Et s’il y a des mercenaires cachés quelque part », a déclaré mardi le président de la Commission de la Cedeao Marcel Alain de Souza. « Aujourd’hui (mardi) ou demain (mercredi), nous serons capables d’indiquer que le président Adama Barrow, s’il se sent confortable, peut s’envoler » pour Banjul, a-t-il ajouté.

Adama Barrow a demandé aux forces de la Cedeao de rester six mois dans le pays. Une décision qui appartiendra aux responsables militaires de la Cedeao, selon De Souza,

Jeuneafrique.com avec AFP

Gambie: Sous la pression de la Cédéao, le président sortant Yahya Jammeh part en exil

janvier 22, 2017

Le jet privé qui le transportait a atterri à Conakry peu après 22 heures locales. Ce départ a déclenché des manifestations de joie dans la capitale.

 Yahya Jammeh a pris place à bord d’un jet privé, un Falcon 900 DX, qui a décollé peu avant 21 h 20 locales.
Yahya Jammeh a pris place à bord d’un jet privé, un Falcon 900 DX, qui a décollé peu avant 21 h 20 locales. Crédits : STRINGER / AFP
L’ex-président gambien Yahya Jammeh a quitté samedi 21 janvier soir Banjul pour l’exil après avoir cédé le pouvoir à Adama Barrow, mettant fin à six semaines de crise politique.

M. Jammeh, 51 ans dont plus de 22 à la tête du pays, en boubou blanc comme à son habitude, a pris place à bord d’un jet privé, un Falcon 900 DX, qui a décollé peu avant 21 h 20 locales avec, à bord, le président guinéen Alpha Condé. Il a été salué par une fanfare et acclamé par des partisans regroupés sur le tarmac.

Lire aussi :   Le dictateur gambien Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir

Ce décollage avait été précédé par celui d’un autre avion, d’une compagnie mauritanienne qui, selon des sources proches de la présidence guinéenne, transportait des proches et des collaborateurs l’accompagnant dans son exil. Les deux avions ont atterri à Conakry peu après 22 heures locales et GMT, selon un journaliste de l’AFP présent à l’aéroport et un responsable de la police aéroportuaire.

Dans une déclaration lue en son nom samedi soir sur la télévision d’Etat GRTS, l’ex-président a souhaité bon vent à son successeur. M. Jammeh a invité « le président Barrow à rentrer immédiatement » pour exercer ses fonctions « de président, chef de l’Etat, chef de l’armée ».

Des manifestations de joie à Banjul

Mais il n’a fait qu’une « escale à Conakry avant de rejoindre la Guinée équatoriale », a stipulé la présidence guinéenne dans un communiqué diffusé dans la nuit de samedi à dimanche. Cette destination a été confirmée par le président de la Commission de la Cédéao, Marcel Alain de Souza, devant la presse.

M. Jammeh a ensuite embarqué dans un avion spécial dépêché samedi après-midi à Conakry par la présidence équato-guinéenne. Il a décollé de la capitale guinéenne samedi à 23 h 50, selon un journaliste de l’AFP.

Tout avait été préparé pour accueillir temporairement M. Jammeh et sa suite en Guinée, « mais il a changé d’avis », sans explication, a-t-on dit.

En apprenant que Yahya Jammeh avait effectivement quitté la Gambie, des habitants de Banjul sont sortis dans les rues, manifestant leur joie, notamment à Grand Banjul (banlieue), selon un correspondant de l’AFP. « Nous sommes libres maintenant ! Nous ne sommes plus en prison, a lancé Fatou Cham, 28 ans, jubilant la rue.

« Nous n’avons plus à faire attention avant d’exprimer nos opinions ».

Des célébrations ont éclaté dans les rues de Banjul, samedi 21 janvier.

Des célébrations ont éclaté dans les rues de Banjul, samedi 21 janvier. Crédits : CARL DE SOUZA / AFP

Pour Modou Lamin Dumbuya, 25 ans, le départ de Yahya Jammeh signifie que « les Gambiens en exil sont libres de rentrer ». Et « ce qui est bien, c’est que Jammeh saura maintenant ce que cela veut dire, d’être réfugié à l’étranger ».

De nombreuses offres d’asile

Ce départ a été obtenu à l’issue d’une médiation conduite par les présidents mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et guinéen Alpha Condé, mandatés par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 pays dont la Guinée mais pas la Mauritanie).

L’accord conclu « prévoit le départ de Yahya Jammeh de Gambie pour un pays africain avec toutes les garanties pour sa famille, ses proches et lui-même. Il peut retourner dans son pays quand il veut et comme il veut », a expliqué M. Ould Abdel Aziz à son retour à Nouakchott.

Selon Kiridi Bangoura, secrétaire général de la présidence guinéenne, « Yahya Jammeh préfère dans un premier temps venir en Guinée », avant de décider « où il va aller s’installer définitivement ». Depuis vendredi, des sources politiques diverses avaient évoqué des offres d’asile en Guinée, au Maroc, en Mauritanie et en Guinée équatoriale.

Yahya Jammeh avait annoncé sa décision de quitter le pouvoir à la télévision dans la nuit de vendredi à samedi. « J’ai décidé aujourd’hui en conscience de quitter la direction de cette grande nation, avec une infinie gratitude envers tous les Gambiens », a-t-il déclaré.

Une intervention militaire suspendue

La crise en Gambie a éclaté le 9 décembre, lorsqu’il a refusé de reconnaître les résultats de l’élection présidentielle du 1er décembre, dont Adama Barrow a été déclaré vainqueur.

De multiples initiatives ont ensuite été prises pour le faire changer d’avis, notamment par la Cédéao, sans succès jusqu’à la médiation de vendredi.

La Cédéao a fait entrer jeudi après-midi des troupes de plusieurs de ses pays en territoire gambien. L’opération a été lancée peu après la prestation de serment d’Adama Barrow à l’ambassade gambienne à Dakar, où il est accueilli depuis le 15 janvier à la demande de la Cédéao.

L’intervention militaire a été ensuite suspendue pour donner des chances à la nouvelle médiation, qui a abouti au départ de M. Jammeh.

Devant la presse à Dakar, Marcel Alain de Souza, cité par l’Agence de presse sénégalaise (APS, officielle), a averti que les forces de la Cédéao resteraient en Gambie « le temps nécessaire » pour sécuriser le retour de M. Barrow. Ce dernier pourrait quitter Dakar dimanche, selon une source à la présidence sénégalaise.

Lemonde.fr avec AFP le 22.01.2017 à 01h09  mis à jour à 03h22

Gambie : craignant pour leur sécurité, 45 000 personnes ont fui le pays depuis le début du mois

janvier 20, 2017

Des civils embarquent à bord d’un ferry pour le Sénégal, à Banjul, le 18 janvier 2017. © AP/SIPA

Plus de 45 000 personnes ont fui la Gambie depuis début janvier, en majorité vers le Sénégal, alors qu’un ultimatum a été fixé par la Cedeao au président sortant Yahya Jammeh pour que celui-ci quitte le pouvoir, a indiqué vendredi le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

« Environ 45 000 personnes sont arrivées au Sénégal depuis la Gambie » et « au moins 800 personnes se sont rendues en Guinée-Bissau », a déclaré vendredi 20 janvier aux médias à Genève le porte-parole du HCR, Babar Baloch.

« Il s’agit d’une estimation » faite par les autorités sénégalaises « depuis début janvier, lorsque les personnes ont commencé à fuir la Gambie », qui compte 1,8 millions d’habitants, a-t-il précisé.

Davantage de personnes risquent de quitter le pays

La majorité des déplacés sont des femmes et des enfants. Outre les Gambiens, se trouvent parmi les personnes arrivées au Sénégal, des Sénégalais, des Ghanéens, des Libériens, des Libanais, des Guinéens et des Mauritaniens.

« Les prochains jours vont être critiques (…), davantage de personnes risquent de quitter le pays si la situation actuelle n’est pas résolue de façon pacifique rapidement », a relevé le porte-parole du HCR.

Aide humanitaire 

Selon l’agence onusienne, les autorités sénégalaises se tiennent prêtes à distribuer de l’aide humanitaire à quelque 100 000 personnes.

La Cedeao a fixé à Yahya Jammeh un nouvel ultimatum, tentant une ultime médiation avec le chef de l’État, au pouvoir depuis 22 ans, alors que des soldats de cinq États ouest-africains sont entrés jeudi en territoire gambien, dans le cadre d’une opération baptisée « Restaurer la démocratie », pour le contraindre à céder le pouvoir.

Le jour-même, Adama Barrow, élu au scrutin présidentiel le 1er décembre et accueilli au Sénégal depuis dimanche, avait prêté serment à l’ambassade gambienne à Dakar, appelant, sitôt investi, l’armée à se montrer loyale envers lui.

Jeuneafrique.com avec AFP

L’ancien président tunisien Ben Ali condamné à dix ans de prison par contumace

mars 19, 2016

L'ancien président tunisien Ben Ali en décembre 2010.

L’ancien président tunisien Ben Ali en décembre 2010. Crédits : FETHI BELAID / AFP
Le président tunisien déchu Zine El-Abidine Ben Ali, en exil en Arabie saoudite depuis 2011, a été condamné par contumace à dix ans de prison par le tribunal de première instance de Tunis pour « abus de pouvoir » dans une affaire liée à une agence publicitaire.

Il a été reconnu coupable d’avoir « usé de sa qualité afin de procurer des avantages injustifiés, causant un préjudice à l’administration », selon le porte-parole du parquet. Selon des journaux tunisiens, l’ancien président était intervenu personnellement pour que l’Office de tourisme tunisien accorde à une agence de publicité détenue par un de ses proches un marché à l’étranger. Le quotidien Al-Maghreb précise que l’agence a été rémunérée sans même honorer son contrat.

Condamné à la perpétuité après le printemps arabe

Le chef d’Etat, qui a dirigé le pays durant vingt-trois ans, avant d’être renversé en 2011 lors du printemps arabe, a déjà été condamné dans de multiples affaires ces cinq dernières années, notamment pour corruption, et en particulier à la prison à perpétuité pour la répression sanglante de manifestations lors de la révolution, qui a causé officiellement 338 morts.

Agé de 79 ans, il vit actuellement dans la discrétion à Jeddah, en Arabie saoudite. Face aux difficultés actuelles de la Tunisie, aussi bien économiques que sécuritaires, une nostalgie de l’ère Ben Ali s’est répandue dans une frange de la société mais l’ancien président reste largement discrédité dans l’opinion.

Lemonde.fr

Droits de l’Homme: 5.000 Erythréens fuient leur pays chaque mois

juin 8, 2015

Droits de l'Homme: 5.000 Erythréens fuient leur pays chaque mois
Droits de l’Homme: 5.000 Erythréens fuient leur pays chaque mois © AFP

Les violations « systématiques et à grande échelle » des droits de l’Homme par le gouvernement d’Erythrée poussent quelque 5. 000 Erythréens à fuir leur pays chaque mois, selon une enquête des Nations Unies.

Après une année d’enquête, trois experts mandatés par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU ont décrit dans un rapport de 500 pages un système répressif où les gens sont régulièrement arrêtés, détenus, torturés ou portés disparus et tués.

« La commission a établi que des violations systématiques et à grande échelle des droits de l’Homme ont été et sont commises en Erythrée sous l’autorité du gouvernement (. . . ) certaines pourraient constituer des crimes contre l’humanité », affirment les experts dont le rapport a été publié lundi.

Ces violations interviennent « à une échelle rarement constatée ailleurs », ajoutent-ils.

Cela provoque un exode massif avec des centaines de milliers d’Erythréens qui ont quitté leur pays, s’exposant dans leur fuite aux multiples dangers des trafiquants et des passeurs et à l’ordre « tirer pour tuer » donné aux forces de sécurité gardant la frontière.

A la mi-2014, le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU avait estimé leur nombre à 360. 000 répartis dans le monde, pour une population totale estimée à 6,3 millions d’habitants.

Les réfugiés Erythréens constituent la seconde population après les Syriens à se lancer dans la périlleuse traversée de la Méditerranée.

Après 22 ans de régime du président Issaias Afeworki, le rapport évoque un système orwellien de surveillance de masse, où voisins et membres de la famille doivent rendre compte les uns sur les autres, où les personnes sont détenues pendant des années dans des conditions horribles sans même savoir pourquoi, où le service militaire à durée illimitée permet au régime de compter sur une main d’oeuvre réduite à l’état d’esclavage pendant des décades.

L’Erythrée, petit pays fermé de la Corne de l’Afrique, s’était opposée à la création de la commission en juin 2014 et n’a pas autorisé les enquêteurs de l’ONU à se rendre sur place.

L’Erythrée est dirigée d’une main de fer par le président Issaias Afeworki depuis son indépendance de fait en 1991, après 30 ans de guerre d’indépendance contre l’Ethiopie.

« Le pays est gouverné non pas par la loi mais par la terreur », a déclaré aux journalistes Mme Sheila Keetharuth, une des auteurs du rapport. Il a été établi avec des entretiens avec 550 Erythréens vivant à l’étranger plus 160 témoignages recueillis par écrit.

Il n’a pas été facile de convaincre certains de témoigner tant le réseau d’espionnage du régime est aussi actif à l’étranger, entrainant des craintes de représailles contre les familles.

La torture est tellement répandue que « c’est une politique du gouvernement d’encourager son emploi », souligne le rapport.

Outre l?esclavagisme dans le travail, « l’esclavage sexuel » est lui aussi routinier. Un témoin a raconté comment il a reçu pour instructions d’amener des filles dans les chambres des officiers. Ils me donnaient leurs noms et leurs adresses et j’allais les chercher », a déclaré un assistant personnel d’un officiel d’un camp d?entrainement. Il conduisait ainsi une à deux filles par jour et en trois ans il estime avoir conduit quelques 1. 200 filles, précise le rapport.

Jeuneafrique.com

Liberia: avec la fin d’Ebola, les réfugiés ivoiriens attendent de rentrer dans leur pays

avril 23, 2015

Liberia: avec la fin d'Ebola, les réfugiés ivoiriens attendent de rentrer dans leur pays
Liberia: avec la fin d’Ebola, les réfugiés ivoiriens attendent de rentrer dans leur pays © AFP

Dans une zone boisée du Liberia, à la frontière ivoirienne, ils sont des milliers de réfugiés ayant fui la guerre en Côte d’Ivoire à attendre la réouverture de la frontière, fermée pour cause de virus Ebola, pour enfin rentrer dans leur pays après des années d’exil.

« Je m’apprêtais à quitter (le Liberia) quand le processus a été bloqué par l’apparition d’Ebola », raconte à l’AFP Saint Lamco Deniohon, dans le camp de réfugiés PTP, le plus grand du pays, appelé ainsi en référence aux initiales d’une ancienne société de production de bois, dans le comté du Grand Gedeh (sud-est).

Quelque 220. 000 Ivoiriens se sont réfugiés au Liberia, fuyant la guerre civile de 2002 dans leur pays et le conflit post-électoral de 2011 qui a fait 3. 000 morts.

La plupart sont rentrés d’eux-mêmes mais quelque 38. 000 sont restés, dans des camps le long de la frontière entre les deux pays.

Beaucoup étaient sur le point de reprendre le chemin de la Côte d’Ivoire, quand le gouvernement libérien a fermé ses frontières l’été dernier pour freiner la progression de l’épidémie d?Ebola.

Le Liberia forme avec la Guinée et la Sierra Leone les trois pays les plus touchés par la fièvre hémorragique qui a fait depuis décembre 2013 plus de 10. 000 morts.

M. Deniohon est venu dans le camp PTP après avoir fui avec sa femme et ses deux enfants en 2011. Il a craint un moment que sa famille ne rentre plus jamais en Côte d’Ivoire à cause d’Ebola.

Le Liberia, qui ne compte plus de cas d’Ebola, a rouvert ses frontières en février. Mais la Côte d’Ivoire a maintenu jusqu’à présent sa frontière fermée avec le Liberia. En attendant le feu vert d’Abidjan, le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) prépare le rapatriement des réfugiés.

– ‘Impatient de partir’ –

A quelque 50 km de Zwedru, la capitale de la province du Grand Gedeh, le camp PTP compte aujourd’hui environ 15. 000 réfugiés, éparpillés sur 300 sites, pour 27. 000 en 2011.

Cet espace de terre aride se transforme en un ruisseau de boue pendant la saison des pluies alors qu’en saison sèche, la chaleur accablante rend difficile le sommeil dans ses cabanes au toit en bâches et en bambou.

Les résidents sont cependant régulièrement approvisionnés en vivres et en eau, bénéficient d’un suivi médical, d’une éducation et de sanitaires.

Le HCR a annoncé le début du rapatriement des réfugiés d’ici la fin de l’année, et dès qu’Abidjan donnera le feu vert à l’opération.

Deniohon et sa famille, parmi 9. 000 réfugiés, se sont inscrits pour être rapatriés au cours des prochaines semaines, après avoir souffert de beaucoup de privations durant leur exil.

Cet homme de 47 ans explique que son fils aîné a dû arrêter ses études, faute d’école secondaires pour les réfugiés: « je ne veux pas que son frère et sa s?ur subissent le même sort, d’où mon impatience de partir ».

Zeade Gnolo, réfugié au Liberia avec sa femme, ses deux enfants et son neveu, a hâte lui aussi de rentrer en Côte d’Ivoire, mais il craint d’être victime de la stigmatisation « parce que (. . . ) nous venons d’un pays victime d’Ebola ».

En réalité, le comté de Grand Gedeh a été à peine touché par la maladie, ne comptant que 11 cas dont seulement trois confirmés. Et aucun cas dans le camp de réfugiés PTP.

Pour autant, les rapatriés doivent subir des tests Ebola des deux côtés de la frontière. Arrivés en Côte d’Ivoire, ils pourront enfin rejoindre leur village d’origine ou un autre lieu de leur choix.

Pour Béatrice Pouho Teide, veuve de 42 ans, « il est temps de partir, parce que la paix est revenue en Côte d’Ivoire » et qu’il faut que les enfants « aillent à l’école ».

« Si le véhicule était prêt, je laisserais tout ici pour partir. Je suis fatiguée de vivre ici », dit-elle.

Jeuneafrique.com

Somalie: un double attentat fait près de 20 morts à Mogadiscio

septembre 7, 2013

Dix-huit personnes au moins ont été tuées samedi dans un double attentat sur un parking de Mogadiscio, la capitale de la Somalie, a déclaré la police. Les shebab, les insurgés islamistes liés à Al-Qaïda, ont revendiqué l’attentat.

La première déflagration a été provoquée par une voiture chargée d’explosifs stationnée près d’un restaurant proche du Théâtre national. Le restaurant appartiendrait à un homme d’affaires somalien réputé, rentré de son exil londonien contre l’avis de ses amis.

« Il y a eu deux fortes explosions », a déclaré un policier, Mohamed Adan, à l’AFP. Quelques minutes après les détonations, « un kamikaze s’est fait exploser dans une foule de gens qui se précipitaient vers le lieu de la première explosion », a déclaré un responsable gouvernemental de la sécurité.

« Opérations réussies »

Les shebab ont rapidement revendiqué les explosions. « Des opérations réussies ont été menées dans le quartier de Hamarweyne à Mogadiscio », indiquait un message diffusé sur Twitter.

Le Théâtre national de Mogadiscio a rouvert en 2012 après avoir été fermé pendant une vingtaine d’années. Quelques semaines après la réouverture, il a été la cible des shebab. Un kamikaze a tué deux responsables sportifs somaliens qui participaient à un événement.

Le groupe lié à Al-Qaïda poursuit des actions violentes dans la capitale somalienne après en avoir été chassé il y a deux ans par les forces gouvernementales et un contingent de 17’000 hommes de l’Union africaine.

Romandie.com

Mali: Décès de l’opposant gambien Koukoye Samba Sanyang

juin 19, 2013

L’opposant gambien en exil Koukoye Samba Sanyang, auteur d’un coup d’Etat manqué en Gambie en 1981, est décédé au Mali, où il avait été expulsé par le Sénégal, a annoncé mercredi à l’AFP le responsable de la section sénégalaise d’Amnesty International, Seydi Gassama.

Koukoye Samba Sanyang, dont l’âge n’est pas connu, est décédé mardi à Bamako où il séjournait depuis avril après avoir été expulsé par Dakar vers ce pays, a précisé M. Gassama, affirmant être resté en contact avec lui pendant ses derniers moments dans la capitale malienne.

Il était malade et disait souffrir d’un empoisonnement par le régime gambien, sur lequel nous n’avons pas de preuve. Mais il était devenu sans danger pour les régimes gambien et sénégalais, a-t-il dit.

D’après M. Gassama, il avait été naturalisé sénégalais par le président Abdoulaye Wade (2000-2012).

M. Sanyang a été opposant au premier président gambien Dawda Jawara (1965-1994) et à son successeur, Yahya Jammeh, qui a renversé M. Jawara lors d’un coup d’Etat et dirige depuis lors ce pays d’une main de fer.

Il avait été expulsé par le Sénégal, où il s’était installé à une date et pour des mobiles inconnus, vers le Mali pour des raisons non officiellement précisées.

Koukoye Samba Sanyang avait tenté en août 1981 de renverser le président Jawara qui n’a pu sauver son régime que grâce à l’intervention des troupes sénégalaises, sous le président Abdou Diouf (1980-2000), lors d’une opération qui s’était soldée par plusieurs morts, des soldats et des civils.

Les putschistes avaient alors réussi à prendre en otage des membres de la famille de M. Jawara, qui ont ensuite été libérés par les forces sénégalaises.

Le Sénégal était alors intervenu à la demande du président Jawara et en vertu d’accords entre les deux pays voisins, mais aussi parce que selon certaines sources, le président Diouf ne voulait pas à la tête de la Gambie d’un homme présenté comme de la gauche et proche du guide libyen Mouammar Kadhafi.

Selon plusieurs sources interrogées notamment en Gambie, Koukoye Samba Sanyang aurait, après le putsch manqué d’août 1981, séjourné dans plusieurs pays africains dont la Guinée-Bissau d’où il avait rejoint Cuba.

Le Liberia, le Burkina Faso et la Libye l’ont également accueilli au cours de ses années d’exil.

Romandie.com avec (©AFP / 19 juin 2013 21h05)