Posts Tagged ‘explosions’

Kenya: Explosions dans le centre commercial de Nairobi, de la fumée noire s’échappe du toit

septembre 23, 2013

NAIROBI – De fortes explosions et des tirs nourris, suivis de fumées noires, ont été entendus et vus lundi en début d’après-midi par un journaliste de l’AFP posté près du centre commercial de Nairobi Westgate pris d’assaut par un commando islamiste.

Le journalistes de l’AFP a entendu au moins trois explosions et deux séries de tirs nourris.

La fumée s’est échappée en épais nuages noirs juste après les explosions et était visible à plusieurs km à la ronde.

Dans la zone entourant le bâtiment, les forces de l’ordre ont immédiatement demandé aux journalistes et secouristes de se mettre à l’abri, alors que des ambulances se dirigeants vers le lieu des explosions.

Les islamistes ont pris d’assaut samedi midi le luxueux centre commercial Westgate, bondé de Kényans et expatriés venus faire leurs courses du week-end ou attablés aux cafés.

48 heures après le début de l’attaque, la Croix-Rouge parlaient de 69 morts au moins, et de presque autant de personnes portées disparues (63).

Romandie.com avec (©AFP / 23 septembre 2013 12h43)

Canada/Lac-Mégantic: le pétrole qui a explosé était mal classé

septembre 11, 2013

MONTREAL – Le pétrole de schiste contenu dans les wagons citernes dont l’explosion au Québec a fait 47 morts en juillet était plus léger et explosif qu’annoncé par son transporteur, rapporte mercredi le Globe and Mail.

Les enquêteurs canadiens, chargés de faire la lumière sur le pire accident dans le pays en 15 ans, ont alerté les autorités américaines des Transports que l’or noir provenant du Dakota du Nord (nord des Etats-Unis) étaient violemment explosif, écrit le quotidien canadien de référence en citant des personnes proches du dossier.

Dans les jours ayant suivi la catastrophe, qui a détruit une partie de la bourgade québécoise de Lac-Mégantic, secouristes et enquêteurs avaient commencé à émettre des doutes quant à la nature des produits transportés, tant le brasier ayant suivi le déraillement avait été fort. En particulier, plusieurs enquêteurs remarquaient que du pétrole brut conventionnel n’aurait pas dû provoquer de gigantesques explosions et boules de feu comme ce fut le cas dans la nuit du 5 au 6 juillet.

Sans être confirmée, une hypothèse qui avait alors circulé mettait en cause les produits chimiques utilisés pour extraire le pétrole de schiste du Dakota du Nord, un pétrole non conventionnel nécessitant le recours à la fracturation hydraulique.

Dans une lettre adressée à leurs collègues américains, les enquêteurs canadiens notent d’ailleurs que le brut en question était étiqueté comme conventionnel, alors qu’il devait être classé dans une autre catégorie: celle du pétrole plus volatil et léger, plus explosif, selon le quotidien.

Un responsable canadien, interrogé par le Globe and Mail, a souligné que si la classification avait été respectée, la réponse immédiate des secours aurait différé.

Il était impossible dans l’immédiat d’obtenir un commentaire du ministère canadien des Transports.

La tragédie de Lac-Mégantic a mis en lumière l’augmentation exponentielle récente du transport d’hydrocarbures par voie ferrée, dans la foulée des nouvelles productions de pétrole de schiste en Amérique du Nord.

Romandie.com avec (©AFP / 11 septembre 2013 16h41)

Congo/Procès sur l’affaire des explosions du 4 mars 2012 : Les avocats de la défense réclament la constitution des parties civiles

août 13, 2013

Le procès sur l’affaire des explosions du 4 mars 2012, qui a démarré, mardi 6 août 2013, au palais de justice, à la cour d’appel de Brazzaville, dans une session présidée par Maturin Bayi, premier président de cette cour, bat son plein. Les accusés passent devant la barre pour interrogatoire. Sept d’entre eux sont déjà passés. Certains on récusé les déclarations contenues dans les procès-verbaux qu’ils avaient signés pendant l’enquête.

L’un des accusés-clé, le caporal-chef Blood Kakom Kouack (40 ans), a nié que ce soit son foyer de charbons qui ait mis le feu dans la soute à munitions. Pour lui, «c’est l’étouffement» qui a provoqué l’incendie, à cause de la dynamite des sociétés privées qu’on y entreposait. Par ailleurs, les avocats de la défense ont réclamé la constitution des parties civiles, car l’Etat, pour eux, est civilement responsable de ce qui est arrivé.

Les audiences se déroulent chaque jour ouvrable (de lundi à samedi), de 9h à 16h, au palais de justice. Déjà, chaque partie (ministère public et avocats de la défense) a soumis à la cour, la liste de ses témoins (voir ci-contre). Mais, pour l’instant, ce sont les accusés qui défilent à la barre. Sept ont déjà déposé. Le passage du caporal-chef Kakom était très attendu. En effet, il est accusé d’être à l’origine de l’incendie, à cause d’un foyer à charbons qu’il aurait allumé, pour réchauffer sa nourriture, le dimanche matin 4 mars 2012, à l’Ecrrramu. Il aurait l’habitude de faire sa cuisine au même endroit. Ce sont les charbons ardents de son foyer qui seraient tombés dans le dépôt de munitions, s’il ne l’aurait pas fait exprès, et qui auraient mis le feu.

A la barre, le caporal-chef Kakom a reconnu qu’il avait bien un foyer, mais celui-ci n’était pas allumé. Quand il y a eu le feu, il est parti, alors qu’un collègue l’appelait, en criant au feu, dans le dépôt de munition. Kakom explique que le feu a été plutôt provoqué par «l’étouffement», car dans la soute à munitions, on avait pris l’habitude d’y entreposer de la dynamite avec laquelle les sociétés privées travaillent, pour fendre la pierre dans les carrières. Les avocats de la défense ont appelé au témoignage des sociétés privées concernées, notamment Escom, Socofran et S.g.e-Congo.

Autre fait majeur constaté, c’est que les accusés ont nié les déclarations contenues dans les procès-verbaux qu’ils avaient signés pendant la période des enquêtes. Le caporal-chef Kakom et le sergent-chef Oba Rodrigue ont même avancé devant la barre que ces déclarations leur ont été arrachées par la torture. Le caporal-chef Kakom a déclaré qu’on l’aurait simulé une exécution sommaire, sur la route du Nord, en l’enterrant à moitié, pour qu’il accepte de dénoncer le colonel Ntsourou comme étant le commanditaire. «Si tu dis ça, on va te donner cinquante millions». On l’aurait même injecté un produit inconnu au cou et qu’il aurait été poignardé à la cuisse. Ces propos dits à la barre sont en contradiction avec les déclarations contenues dans les procès-verbaux qu’il avait signés. Mais Kakom n’a pas reconnu la signature contenue dans ces procès-verbaux. La cour a ordonné une enquête.
Accusé d’avoir désorganisé le service de garde de l’Ecramu, le dimanche 4 mars 2012, en accordant des permissions aux agents prévus pour la garde, le sergent Miéré Raymond a déclaré qu’il ne connaît pas le colonel Ntsourou, sinon que comme officier de l’armée. Il n’a pas de rapport particulier avec lui, même s’ils sont de la même ethnie.

Enfin, ce qu’on peut retenir aussi, c’est la demande des avocats de la défense de constituer les parties civiles, comme l’autorise le code de procédure pénale. Reste à savoir s’il n’est pas trop tard, puisque la constitution des parties civiles doit se faire pendant l’instruction.

Joël NSONI
et Pascal-Azad DOKO

Les dix membres du jury
Koko Emmanuel, Bitemo Jean, Ikolo Bernard, Katsongo Longangué Luc Magloire, Baralongo Joseph, Souamongana Léa Isabelle, Minimbou Clarisse Kalonga Matina Prisca, Mbemba André, Ebimba Emile.

Les avocats de la défense
Joseph Brudet, Ambroise Hervé Malonga, Jean-Philippe Esseau, Edouard Maboya Ganga, Thomas Djolani, Félix Nkounka, Moukassa Ngouaka, Marcel Goma, Ludovic Désiré Essou, Fatima Banzani Mollet, Roger Bongoto, Prospère Bianga, Guy Roger Kinga, Dieudonné Nkoukou, Amedé Nganga, Christian Emina-bonga, Jean Babouba, Eric Yvon Ibouanga, Jean Cyprien Nkielani, Patrick Delbar, Morouba.

Les avocats de l’Etat
Emmanuel Oko, Deviller et Annick Mongo.

Liste des témoins
Okemba Guy-Blanchard, Okandzi Nicolas, Okok Séraphin, Babela Pierreux Léandre, Boukoungou Antoine, Louboungou Julien, Colonel Tsambi Joseph, Général Ndolou Yvon Jacques, Sah Raphaël, Mampia Stéphane, Ampion Constant, Ngondo Albert, Ossalé Paulin Valentin, Ngami dit Marcel, Ondzé Ange, Bouamé Jean-Robert, Mavoungou Guy-Stanislas, Ontango-Koua Nelly Dame Mieme Raymond, Général Essongo Noël-Léonard, Ngampio Ferdinand, Dinga Geoffroy, Opandza Wilson Alphonse, Pochet Pierre Yves, Colonel Ngoma Denis, Mokoko Aubin Gildas, Colonel Epassaka Max Yvon, Colonel Tsoumou Jean-Jacques, Gakosso Jean-Christophe, Ovona Ondzambé Dominique, Mpika-Bakala Léandre, Colonel Nkoua Lucien, Oyengue Léon, Ipani Cyr Alain, Atipo Achille, Colonel Nkaya Joseph, Ondon Isaac, Colonel Allakoua Jean Aive, Djio Sienn Sienn, Omelas Lynchnos Suzano, Général Dabira Norbert, Général Mopendza Ambroise, Vice-Amiral Okemba Jean-Dominique, Général Mokana-Ndongo Franck-Xavier, Colonel Ngakala Michel, Ministre Mokoki Gilbert, Ministre Bowao Charles Zacharie, Ministre Mondjo Charles-Richard, Ministre Mboulou Raymond Zéphirin, Ministre Ondongo Gilbert, Ministre Okombi Salissa André.

Lasemaineafricaine.net

Dans le feu de l’aurore…

août 11, 2013

Le feu des explosions s’est éteint

Au cœur fumant de Lac-Mégantic

Dans les nôtres brûle encore la faim

De ceux qui n’ont pas de sépulture

Au milieu des cendres cadavériques

Qui ravivent nos terribles brûlures

Nous entendons joyeux le rire d’un restaurant

S’étranglant au son du grand bruit

Qui fracasse les heures profondes de la nuit

Faisant chavirer la respiration sereine d’un enfant

Qui appelle au secours les bras confiants

D’une maman qu’il ne verra plus jamais

Happée par la mort du train du Lac-MMA

Le feu du roussi à nos portes sent déjà mauvais

Il respire la froideur mortelle qui désormais

S’installera dans les souvenirs atroces d’une bourgade

Jadis paisible aujourd’hui marquée hantée hagarde

Par l’énigme insoluble d’un destin insoutenable

Qui bascule et sombre dans les flammes effroyables

De l’horreur des corps calcinés figés pillés

Par le feu lames hurlant dans le ciel enfumé

O cruel destin irréversible mort inattendue

Comme une voleuse dans nos vies s’est engouffrée

Semant tristesse désolation telles des ravageuses crues

D’une mousson indomptable qui rage et s’en va

Portant sur ses ailes de l’enfer la vie à peine éclose

D’un cocon qui prend son inéluctable pose

D’un futur papillon qui ne verra jamais éclore la rose
Les larmes perlent encore sur les sentiers ravinés

Des joues creuses de chagrin ravagées de peine de misère

Le cœur bourdonne du long blues de la vie déchirée

Il sursaute surpris dans l’espoir de trouver encore

Une pépite de vie dans le cœur principal d’une artère

Qui égrène et fourrage dans les noms chéris de nos trésors

Le cœur bourdonne du long blues de la vie déchirée

Comme une vapeur évanescente dans le feu de l’aurore…

Marie-Léontine Tsibinda

Plus de 60 morts dans des attaques en Irak – Washington condamne

août 11, 2013

Les Etats-Unis ont qualifié les auteurs des sanglants attentats commis samedi en Irak d' »ennemis de l’Islam ». Ils ont exprimé ce jugement dans un communiqué condamnant la série d’attaques qui ont fait plus de 60 morts et des centaines de blessés à travers le pays.

Les attentats à la voiture piégée qui ont ensanglanté Bagdad, ainsi que les autres explosions et tirs sont des attaques « lâches (…) dirigées contre des familles qui célébraient l’Aïd el Fitr » marquant la fin du ramadan, affirme le département d’Etat américain.

Au total, 16 voitures piégées et des attaques ont tué 61 personnes et blessé près de 300 autres à travers le pays samedi.

« Les terroristes qui ont commis ces actes sont des ennemis de l’Islam et un ennemi commun des Etats-Unis, de l’Irak et de la communauté internationale », indique la porte-parole du ministère dans le communiqué.

Nouvelle guerre civile?

Les violences quotidiennes se sont intensifiées et font craindre une nouvelle guerre civile, alors que plusieurs centaines de prisonniers, dont des hauts responsables d’Al-Qaïda, se sont évadés en juillet à la suite d’un coup de main du réseau.

La porte-parole du département d’Etat a par ailleurs rappelé qu’une prime de 10 millions de dollars était offerte pour la capture du chef d’Al-Qaïda en Irak, Abu Bakr al-Baghdadi, responsable d’une série d’attaques terroristes depuis 2011 dans ce pays.

Ramadan meurtrier

Ce mois de ramadan a été particulièrement meurtrier en Irak, avec plus de 800 personnes tuées dans des attentats selon un bilan établi par l’AFP. Selon l’ONU, plus de 1000 personnes sont mortes en juillet, le bilan mensuel le plus élevé dans le pays depuis cinq ans.

Le mois sacré du ramadan voit souvent une augmentation des violences, les djihadistes estimant leurs attaques encore plus justifiées, selon les experts. Mais ce ramadan a été plus violent que par le passé.

Romandie.com

Congo: ouverture du procès des explosions meurtrières de mars 2012

août 6, 2013

BRAZZAVILLE – La première audience du procès d’une vingtaine de militaires inculpés et incarcérés dans l’affaire des explosions d’un dépôt de munitions de Brazzaville ayant fait près de 300 morts en mars 2012 s’est clôturée mardi en fin d’après-midi devant la cour criminelle, a constaté un journaliste de l’AFP.

La prochaine audience est prévue mercredi.

Les 23 militaires dans le box des accusés présents mardi matin sont inculpés d’incendie volontaire et atteinte à la sûreté d’État.

La salle était pleine et une foule importante a dû rester à l’extérieur, tandis que, dans le périmètre du tribunal, un dispositif de policiers du commandement des unités spécialisées avait été mis en place.

L’explosion survenue le 4 mars 2012 dans le dépôt de munitions du camp des blindés à Mpila, un quartier est de Brazzaville, avait fait officiellement près de 300 morts, plus de 2.300 blessés et 17.000 sans-abri dont certains continuent de vivre dans des conditions difficiles.

Le principal accusé, selon l’acte d’accusation du tribunal, est le caporal chef Kakom Kouack Blood. Il aurait mis volontairement le feu au dépôt de munitions.

Le colonel Marcel Tsourou, ancien secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité, est quant à lui inculpé d’atteinte a la sûreté de l’État, complicité d’incendie volontaire et détention illégale d’armes de guerre.

Son épouse, Charlotte Tsourou, a estimé que l’inculpation de l’officier est politique et guidée d’en haut, sans toutefois préciser ses affirmations.

Nous avons un bon dossier. Nous allons à ce procès très confiants. Si la justice peut être rendue au nom du peuple congolais, ça serait une bonne chose, a déclaré à l’AFP un avocat de la défense, Me Amédée Nganga.

Selon la cour criminelle, dix jurés qui doivent mener les débats aux côtés des juges professionnels ont prêté serment vendredi.

Je suis doublement concerné par ce procès parce que suis à la fois parent d’une victime et d’un accusé. (…) Quand on arrive au procès le souhait de tout un chacun est que la vraie justice soit rendue. C’est ce à quoi s’attendent toutes les parties concernées, a déclaré à l’AFP Haubert Gambi, 50 ans, un éducateur.

J’ai un supérieur hiérarchique, un officier de l’armée, dans le box des accusés (…) Nous voulons un vrai jugement sans une dose de politique, a pour sa part expliqué à l’AFP Louis Gandzoua-Maba, un militaire.

Jeudi dernier une manifestation de plusieurs dizaines de sinistrés a été dispersée à coups de gaz lacrymogène par la police, qui a procédé à des arrestations. Ils demandaient au gouvernement un toit car les tentes qui les abritent sont trouées et la saison des pluies approche.

Romandie.com avec (©AFP / 06 août 2013 19h35)

Nigeria: six morts dans des explosions à Kano

juillet 29, 2013

KANO (Nigeria) – Une série d’explosions d’origine indéterminée a fait six morts et six blessés lundi à Kano, dans le nord du Nigeria, a annoncé à l’AFP le chef de la police locale.

Nous avons eu des explosions ce soir dans le quartier de Sabon Gari à Kano, a déclaré le chef de la police de l’Etat de Kano, Musa Daura. Je peux confirmer six morts et six blessés, a-t-il dit. Le quartier de Musa Daura à Kano, deuxième ville du Nigeria, avait précédemment été la cible d’attentats du groupe islamiste Boko Haram.

Romandie.com avec (©AFP / 30 juillet 2013 00h14)

Canada: un convoi de wagons-citernes déraille et explose dans un village

juillet 6, 2013

MONTREAL – Un convoi de wagons-citernes chargés de pétrole brut a déraillé samedi matin dans le centre d’une petite ville du Québec, provoquant plusieurs explosions détruisant une trentaine de bâtiments, et plusieurs personnes manquaient à l’appel.

Les pompiers ont expliqué lors d’un point de presse tenu au petit matin qu’ils commençaient tout juste à pénétrer dans la zone du sinistre et qu’ils n’étaient pas en mesure dans l’immédiat de dresser un bilan humain de l’accident, des wagons risquant encore d’exploser.

Des témoins ont raconté aux télévisions que le convoi de la compagnie Montreal Maine & Atlantic arrivait à toute vitesse dans la ville de Lac-Mégantic, à environ 250 km à l’est de Montréal, lorsque qu’il est sorti des rails, vers 01H20 du matin (05H20 GMT).

Au moins quatre des 72 wagons ont explosé et un périmètre d’évacuation d’un kilomètre a été mis en place. Au moins 1.000 des 6.000 habitants de Lac-Mégantic ont été évacués de leurs domiciles, a indiqué l’agence gouvernementale Urgence Québec.

L’accident a créé un spectaculaire champignon de feu, suivi par un brasier, qui n’était toujours pas contrôlé plusieurs heures après l’accident. Quelque 120 sapeurs-pompiers combattaient les flammes, dont certains venus de l’Etat américain du Maine, situé à 25 km au sud de la ville.

Plusieurs bâtiments du centre-ville étaient toujours la proie des flammes.

Nous avons déployé toutes les ressources pour s’assurer que nous pouvons soutenir nos citoyens, a déclaré la maire de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, visiblement émue.

Je suis abasourdi, ce que je viens de voir, ça frappe, a déclaré le député fédéral de la région à Ottawa et ministre canadien de l’Industrie, Christian Paradis.

Des témoins ont raconté avoir entendu jusqu’à six explosions majeures pendant la nuit.

La Sûreté du Québec (police provinciale) ne pouvait déterminer si les personnes qui manquaient à l’appel étaient sur les lieux au moment du drame, mais plusieurs témoins affirmaient être sans nouvelles de proches habitant à quelques dizaines de mètres du lieu de l’accident.

Le pétrole brut, qui était acheminé vers le littoral américain, s’est déversé dans la rivière traversant le centre-ville. On ignore dans l’immédiat l’étendue de la pollution.

Romandie.com avec (©AFP / 06 juillet 2013 17h08)

Etats-Unis: un train transportant des matières chimiques explose

mai 28, 2013

Un train transportant des matières chimiques a percuté mardi un camion en banlieue de Baltimore, sur la côte Est américaine. Le conducteur du véhicule a été grièvement blessé et l’accident a provoqué une gigantesque explosion chimique ressentie à des kilomètres.

Une immense colonne de fumées noires et blanches s’est s’échappée des carcasses des wagons, mais selon le chef des pompiers du comté de Baltimore, John Hohman, les produits chimiques qui brûlaient ne sont pas toxiques. Les autorités ont néanmoins demandé aux habitants de la zone d’évacuer.

Sur 45 wagons, au moins une douzaine a déraillé. L’un d’eux « contenait un produit classé par le département des Transports comme une matière dangereuse », a affirmé la compagnie ferroviaire CSX. Mais selon un pompier, ce wagon n’était pas en feu.

« Il s’agit de chlorate de sodium, un oxydant utilisé dans une variété de processus industriels », a précisé CSX. Le reste des voitures transportaient d’autres produits, dont du bois et du papier.

Circonstances confuses

Vers 14h00 heure locale (20h00 en Suisse), un camion poubelle est entré en collision avec le train sur une voie ferrée située dans une zone industrielle. Le chauffeur du camion a été hospitalisé dans un état grave, ont indiqué les services de secours du comté de Baltimore. Les deux employés du train n’ont pas été grièvement blessés, selon CSX.

Les circonstances de cette collision, du déraillement et des explosions restaient confuses, mais le chef des pompiers a expliqué que le lieu de l’explosion était éloigné de plusieurs centaines de mètres de celui du déraillement. Quatre bâtiments adjacents ont été endommagés par le souffle des explosions.

Romandie.com

Trois tués dans une explosion terroriste au marathon de Boston

avril 15, 2013

Une ou plusieurs bombes ont fait au moins trois tués et plusieurs blessés près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston, ont indiqué la police de Boston et deux sources sécuritaires. Cette déflagration a eu lieu après plus de quatre heures de course.

Les explosions de Boston ont eu lieu alors que des milliers de coureurs achevaient la 117e édition du marathon, devant une foule de spectateurs.

« C’est la panique », a expliqué à l’ats un Valaisan sur place, qui avait assisté auparavant à la course, et qui a vu un certain nombre de personnes pleurer.

Un coureur canadien ayant terminé la course, Mike Mitchell, a parlé d’une « énorme explosion ». Une colonne de fumée haute de quinze mètres s’est élevée dans les airs, a-t-il dit.

Des centaines de milliers de spectateurs assistent chaque année au spectacle du marathon, le gros de la foule se massant près de la ligne d’arrivée.

La police new-yorkaise a annoncé le renforcement de la sécurité sur les lieux les plus réputés de Manhattan en réaction à l’incident. Le commissaire adjoint du NYPD, Paul Browne, a annoncé le redéploiement à travers la ville de véhicules spécialisés dans la lutte antiterroriste. Le président Barack Obama a ordonné de prendre toutes les mesures nécessaires.

Romandie.com