Posts Tagged ‘explosives’

Algérie: 23 otages morts et 32 ravisseurs

janvier 19, 2013

Vingt-trois captifs ont péri durant les quatre jours de prise d’otages sur un site gazier en Algérie, alors que 32 ravisseurs ont été tués par les forces spéciales de l’armée qui ont mené un assaut contre le complexe, selon un bilan provisoire officiel.

Les forces algériennes ont pu libérer « 685 employés algériens et 107 étrangers » et ont abattu « 32 terroristes », a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. Vingt-trois otages ont péri, a-t-il ajouté sans préciser leurs nationalités.

Parmi les 32 ravisseurs tués figurent trois Algériens. Les autres étaient de différentes nationalités non précisées et comprenaient des experts en explosifs, a-t-il précisé.

L’armée a récupéré un arsenal important: « six fusils-mitrailleurs, 21 fusils, deux fusils à lunettes, deux mortiers 60 mm avec roquettes, 6 missiles avec rampes de lancement, deux RPG7 avec huit roquettes, 10 grenades disposées en ceintures explosives », selon le communiqué. Des « tenues militaires étrangères et un stock de munitions et d’explosifs » ont été trouvés.

Lefigaro.fr avec AFP

Ouest ivoirien: des déplacés accusent la communauté dioula après l’attaque d’un camp

juillet 23, 2012
Ouest ivoirien: des déplacés accusent la communauté dioula après l'attaque d'un camp Ouest ivoirien: des déplacés accusent la communauté dioula après l’attaque d’un camp © AFP

« C’était la mort »: après l’attaque sanglante de leur camp près de Duékoué (ouest de la Côte d’Ivoire), des déplacés de l’ethnie guéré accusent des membres de la communauté dioula d’être responsables des violences et évoquent un bilan plus lourd qu’annoncé.

Cendres encore fumantes, tentes déchiquetées, bâches déchirées: le camp de Nahibly, à l’entrée de Duékoué, qui accueillait quelque 5. 000 personnes, n’est plus que ruines.

Vendredi, une foule venue de la ville a attaqué et incendié le site, gardé par des Casques bleus de la mission onusienne Onuci, en représailles à la mort de quatre personnes dans un quartier dioula de Duékoué, tuées par des « braqueurs » qui se seraient cachés parmi les déplacés. Au moins sept déplacés ont été tués selon l’ONU, mais les premiers témoignages ont fait état de neuf corps.

Parmi la centaine de personnes, surtout des femmes et des enfants, réfugiées devant la mairie après cet embrasement, on accuse les « Dioula », nom générique pour les ethnies originaires du nord du pays.

« Les Dioula sont rentrés, ils sont venus contre nous », raconte à l’AFP Dérothée Téhé, en tenant sa fillette dans les bras. « A Duékoué, ils ne veulent plus voir les Guéré », assure-t-elle.

Comme cette mère, la majorité des pensionnaires du camp étaient des autochtones guéré, aux relations depuis longtemps explosives avec les Dioula. Un contentieux aggravé par la crise postélectorale de 2010-2011 aux quelque 3. 000 morts: les Dioula sont considérés comme partisans du président Alassane Ouattara, tandis que les Guéré sont vus comme favorables à l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo.

Les militaires ivoiriens des Forces républicaines (FRCI) sont aussi mis en cause par certains.

« Les FRCI ont tiré, ont tué des gens », tonne un déplacé, plein d’une colère froide.

« Dites au président de la République que la population de Duékoué lui dit de changer l’armée de Côte d’Ivoire », lance Sebon Dakin, un lycéen de 21 ans. Pour lui, l’armée actuelle, est surtout composée « de jeunes Dioula ».

Les FRCI comptent beaucoup d’ex-rebelles pro-Ouattara venus du Nord, déjà mis en cause dans les tueries de Duékoué de mars 2011, qui avaient fait des centaines de morts.

Le lycéen n’épargne pas non plus les soldats de la paix marocains: « devant l’Onuci on nous tue, on brûle des gens », « l’Onuci n’a rien fait ».

« Ils ne veulent plus voir les Guéré »

« Les Marocains ont fui pour nous laisser », dénonce aussi Dérothée. « Machettes, couteaux, haches », « c’était la mort », se souvient cette mère, encore choquée.

Près d’elle, des femmes préparent un maigre repas sur un feu au milieu de cris d’enfants. Plus loin, une fillette fait sa toilette parmi les herbes.

« Ils ont brûlé tous nos biens. On ne sait même plus où aller avec la famille, les +dozos+ nous attendent », ajoute Dérothée, désignant ces chasseurs traditionnels redoutés, devenus des forces supplétives des FRCI, surtout dans la région.

Pour elle et d’autres, le bilan officiel de l’assaut est en-deçà de la réalité. « On nous dit six corps, sept corps, c’est mensonge! », s’indigne Sebon. Dans Duékoué bruissant de rumeurs, de nombreux habitants parlent de personnes tuées lors de leur fuite en forêt. Pas de confirmation de source indépendante pour l’heure.

A l’hôpital de Duékoué, qui accueille 57 blessés, Germain Gueï Mohon est allongé sur un matelas dans un couloir.

Invalide, il n’a pu fuir. « On m’a frappé avec ma propre canne », raconte cet homme jeune, visiblement sonné. Mais « un FRCI a dit +ne le tuez pas, il est malade+. Il m’a mis sur son dos, il m’a sauvé ».

L’armée a expliqué n’avoir pu contenir une « population en furie », malgré le déploiement en urgence de ses hommes. Son chef, le général Soumaïla Bakayoko, était sur les lieux dimanche. « Nous ne pouvons pas autoriser que des gens se fassent justice », jure-t-il, promettant de renforcer la présence des forces régulières et de limiter l’emprise des « dozos ».

Côté ONU, on s’efforce de venir en aide aux déplacés, mais beaucoup restent introuvables, cachés en brousse.

Ndolamb Ngokwey, coordonnateur humanitaire des Nations unies en Côte d’Ivoire, défend l’Onuci: la dizaine de Casques bleus présents au camp ont été « débordés » par « plus d’un millier de personnes ». Il s’en remet aux résultats de l’enquête à venir.

Mais d’ores et déjà « le mythe est tombé », admet une responsable onusienne dans la région: « les déplacés pensaient qu’ils étaient sous la protection des Nations unies ».

Jeuneafrique.com avec AFP

Nigeria: cinq morts dans l’attaque d’une mosquée à Kano

février 24, 2012

Des hommes suspectés d’appartenir au groupe islamiste Boko  Haram ont abattu vendredi cinq fidèles en tirant des coups de feu contre une  mosquée de la ville de Kano (nord), ont indiqué la police et des témoins à  l’AFP.

« Deux hommes armés circulant sur une moto ont ouvert le feu sur l’assemblée  des fidèles d’une mosquée vers 18H30 (17H30 GMT) et ont tué cinq personnes »,  selon le porte-parole de la police de Kano, Magaji Majia.

Par ailleurs, des hommes suspectés eux aussi d’appartenir au groupe islamiste  ont lancé vendredi des attaques avec des armes à feu et des bombes contre une  prison et un commissariat dans l’Etat de Gombe (nord), ont déclaré un gardien de  prison et un habitant.

« Nous sommes assiégés.  Un nombre important d’hommes armés ont encerclé la  prison, en tirant et en activant des charges explosives.  Il est clair qu’ils  appartiennent à Boko Haram », a déclaré un gardien de la prison à l’AFP depuis la  prison centrale de Gombe dans laquelle il se trouve.

Jeuneafrique.com avec AFP