Posts Tagged ‘Extrême-Nord’

Cameroun : 5 morts dans un attentat-suicide dans l’Extrême-Nord

novembre 21, 2015

Yaoundé – Quatre femmes kamikazes se sont fait exploser samedi dans les environs de Fotokol, dans l’Extrême-Nord du Cameroun, en proie aux exactions des islamistes nigérians de Boko Haram, tuant cinq civils, dont un chef traditionnel, a-t-on appris de source officielle.

Une première femme kamikaze a actionné sa charge explosive dans la maison du chef traditionnel de Leymarie, petit village camerounais situé en périphérie de Fotokol, tout près de la frontière avec le Nigeria, tuant sur le coup avec quatre membres de sa famille, a annoncé à l’AFP le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari.

Dans les minutes qui ont suivi, trois autres femmes kamikazes ont déclenché leurs explosifs à proximité, sans toutefois faire de victimes, a-t-il ajouté.

D’après une source sécuritaire camerounaise jointe à Fotokol, les quatre kamikazes étaient des jeunes filles âgées d’une quinzaine d’années.

La première kamikaze s’est fait exploser chez le chef. Les trois autres progressaient vers l’intérieur de la ville de Fotokol lorsqu’elles ont été repérées par des membres du comité de vigilance, groupe d’autodéfense composé d’habitants de la ville, a expliqué cette source.

Les trois jeunes femmes se sont alors fait exploser à leur tour, mais aucun civil n’a été tué, a confirmé cette source, qui fait état de 10 blessés lors de la première explosion.

Le gouverneur assure de son côté que l’armée s’est déployée très vite dans la zone. Dès la première explosion, nos militaires (stationnés à Fotokol) ont tiré en l’air. Cela a dû décourager les trois autres kamikazes, estime-t-il.

D’après M. Bakari, c’est la première fois qu’une kamikaze se fait exploser dans une chefferie. Nous pensons qu’ils (Boko Haram) sont en train de changer de stratégie parce que nous avons pris des mesures drastiques pour sécuriser les lieux de forte affluence qui étaient ciblés par les kamikazes (écoles, marchés, mosquées et buvettes).

Nous allons devoir changer de stratégie face à cette nouvelle méthode qui cible des lieux privés, a-t-il affirmé, précisant que certains comités de vigilance venaient d’être équipés de détecteurs de métaux et fournissaient un appui considérable notamment en matière de renseignement.

Fotokol est régulièrement la cible d’attaques transfrontalières de Boko Haram. Ainsi, le 9 novembre, trois civils avaient été tués au cours de l’attentat-suicide mené par deux femmes kamikazes près d’une mosquée à Fotokol.

Au total, plus de 100 personnes ont péri dans une vingtaine d’attentats attribués aux islamistes nigérians depuis le mois de juillet.

L’attaque de samedi n’a pas été revendiquée dans l’immédiat, mais les soupçons se tournent vers le groupe islamiste Boko Haram, qui a régulièrement recours à des jeunes filles pour mener ses attentats-suicides.

De même au Nigeria, quinze personnes ont encore été tuées et plus de 50 blessées mercredi dans un double attentat à la bombe sur un marché de Kano, la métropole du nord, perpétré par deux jeunes filles kamikazes, dont l’une serait âgée d’une dizaine d’années, selon la police.

Si elle a contenu l’expansion territoriale de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la coalition régionale militaire regroupant les pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) ainsi que le Bénin n’arrive pas à réduire significativement les activités des islamistes nigérians. Ceux-ci poursuivent régulièrement leurs attaques, notamment les attentats-suicides dont sont essentiellement victimes les civils, musulmans comme chrétiens.

L’insurrection de Boko Haram et sa répression ont fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009 au Nigeria.

Romandie.com avec(©AFP / 21 novembre 2015 16h48)

Cameroun: double attentat-suicide dans l’Extrême-Nord, au moins 9 morts

octobre 11, 2015

Yaoundé – Un double attentat-suicide a fait au moins neuf morts et 29 blessés dimanche matin dans la région de Mora, dans l’Extrême-Nord du Cameroun, en proie aux attaques des islamistes nigérians de Boko Haram, selon une source sécuritaire et un responsable local.

Selon ces deux sources ayant requis l’anonymat, deux femmes kamikazes se sont fait exploser vers 6H00 locales (5H00 GMT) dans le village de Kangaleri, à une trentaine de kilomètres de Mora.

La première femme a tué neuf personnes dans un petit restaurant populaire qui vend du lait et des beignets, tandis que la seconde s’est fait exploser toute seule, sans faire de morts, a expliqué le responsable local.

Plusieurs blessés sont actuellement dans un état très grave, a-t-il précisé.

Le 20 septembre, au moins trois personnes, dont un policier, avaient été tuées et une blessée par un double attentat-suicide à Mora, selon des sources concordantes.

Il s’agit des quatorzième et quinzième attentats-suicide enregistrés dans l’Extrême-Nord du Cameroun depuis juillet. Plus de 100 personnes ont péri dans ces attentats attribués à Boko Haram.

Le Cameroun est engagé avec les pays du bassin du lac Tchad dans une opération militaire régionale contre Boko Haram dont les raids et attentats se sont étendus au-delà du nord-est du Nigeria, son fief historique, vers les pays limitrophes: Tchad, Niger et Cameroun.

Au Tchad, un triple attentat attribué à Boko Haram par le gouvernement tchadien a fait 41 morts et 48 blessés samedi à Baga Sola, l’une des principales villes du lac Tchad.

Romandie.com avec(©AFP / 11 octobre 2015 13h59)

Cameroun: 2.000 soldats supplémentaires seront déployés dans l’Extrême-Nord

juillet 28, 2015

Yaoundé – Quelque 2.000 soldats supplémentaires seront déployés pour lutter contre les islamistes nigérians de Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, en proie à une vague d’attentats-suicides ces derniers jours, a rapporté mardi la radio d’Etat.

Près de 2.000 soldats supplémentaires seront déployés dans la région de l’Extrême-Nord, a rapporté la Cameroon Radio-Television (Crtv), sans donner de précision sur la date de ce déploiement.

Ces renforts porteront officiellement à 8.500 le nombre de soldats envoyés dans cette région pour combattre les insurgés de Boko Haram qui y mènent depuis deux ans des raids meurtriers et des enlèvements.

Ce déploiement s’inscrit dans le cadre du renforcement des mesures de sécurité prises après cinq attentats-suicides meurtriers sans précédent en deux semaines dans l’Extrême-Nord.

Depuis dimanche, sept personnes ont encore été tuées, dont trois décapitées, dans la région lors d’attaques menées par les islamistes.

Les autorités de l’Extrême-Nord – ainsi que d’autres régions camerounaises – ont également interdit le port du voile islamique intégral.

Ainsi, plus de 600 voiles islamiques ont été saisis lundi à Kousseri, poste-frontière camerounais situé en face de la capitale tchadienne N’Djamena, selon un responsable local de la gendarmerie.

Nous avons saisi les voiles des femmes qui les portaient dans la rue. Il s’agit de simples voiles et de voiles intégraux, a expliqué ce responsable.

Toujours selon cette source, la circulation des charrettes a été interdite, tout comme la mendicité et la circulation des motos dans les marchés de Kousseri, afin de prévenir le risque d’attentat.

Un peu partout dans le pays, la sécurité a été renforcée. Sur les principaux axes routiers menant à Yaoundé ou à Douala, la capitale économique, les contrôles se multiplient avec des fouilles au corps et de véhicules.

Le président nigérian Muhammadu Buhari se rendra mercredi au Cameroun pour s’entretenir avec son homologue Paul Biya de la lutte contre Boko Haram.

Cette visite a pour but de construire une alliance régionale forte pour affronter Boko Haram, selon un porte-parole de la présidence nigériane, Garba Shehu.

Le déploiement de la Force d’intervention conjointe multinationale (MNJTF) avait été annoncé d’ici au 30 juillet. Cette force régionale a son siège à N’Djamena et doit compter 8.700 militaires, policiers et civils, fournis par le Nigeria, le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Bénin.

De son côté l’armée tchadienne, en première ligne dans cette coalition, a lancé une vaste opération militaire sur les îles du lac, où de nombreux insurgés, affaiblis dans leurs fiefs nigérians, s’étaient repliés ces derniers mois.

Romandie.com avec(©AFP / 28 juillet 2015 16h52)

Une centaine d ‘ assaillants de Boko Haram tués par l’armée camerounaise (gouvernement)

septembre 9, 2014

L’armée camerounaise a abattu une centaine d’assaillants de la secte islamiste Boko Haram samedi dernier dans la localité de Fotokol (Extrême-Nord), selon le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary.

Les forces de défense, qui n’ont enregistré «aucune victime», ont vigoureusement riposté à deux obus de mortier dirigés sur le territoire camerounais, peut-on lire dans un communiqué publié mardi. Parmi les victimes, «se trouvent deux personnes d’origine touarègue, qui ont été clairement identifiées». La puissance de la riposte aura été telle que les assaillants ont dû reculer leurs positions à environ 7 kilomètres de la ville frontalière de Gambaru, à l’intérieur du territoire nigérian. Le 1er septembre dernier, rappelle-t-on, le gouvernement camerounais avait déjà fait état de l’élimination de 40 membres de Boko Haram à Fotokol. Les régions septentrionales du pays, frontalières avec le Nigeria, accueillent actuellement quelque 30.000 réfugiés venus de l’autre côté et fuyant les exactions de la secte.

Apanews.net