Posts Tagged ‘faillite’

Congo-Diaspora: Tchicaya Missamou, un autre exemple de mauvaise gouvernance en faillite

mai 22, 2019

 

Tchicaya Missamou et Thierry Moungalla


La fermeture soudaine du gymnase Warrior Fitness à Santa Clarita en février a suscité la controverse au sein de la communauté au milieu d’allégations de fraude.

Fondé en 2010, Warrior Fitness a été inspiré par le Dr. Tchicaya Missamou, résident et propriétaire de Saugus, originaire de la République du Congo, qui a servi dans les US Marines.
Le 23 février 2019, une vidéo a été postée sur la page Facebook de Warrior Fitness indiquant que Warrior Fitness n’allait nulle part malgré les rumeurs, bien que le bâtiment abritant le gymnase soit bientôt vendu.

« Le camp des Warriors va commencer sa franchise dans un avenir très proche », a déclaré Missamou dans la vidéo. « Notre objectif est d’ouvrir plusieurs sites dans le monde entier, en commençant par la Californie. »

Le 24 mars 2019, une autre vidéo – cette fois d’un cours de spinning au gymnase – a été publiée sur la page Facebook de Warrior Fitness avec la légende, «La dernière course».

Le bâtiment Warrior Fitness, situé au 21515 Centre Pointe Parkway, a été saisi.
La Mission Valley Bank a conservé le titre jusqu’à la saisie, selon des responsables de la banque.
Les responsables de la Mission Valley Bank ont ​​refusé de commenter davantage.


Fin de la ligne

Vanessa Gonzalez, une ancienne employée de Warrior Fitness, s’est dite attristée mais finalement surprise de l’annonce de la fermeture de l’entreprise. Dans le cadre de ses tâches administratives, elle avait une vision unique du fonctionnement interne de l’entreprise.

Gonzalez a travaillé chez Warrior Fitness pendant environ cinq à six ans et, selon elle, les problèmes ont commencé à se poser lentement au cours de la dernière année.
«Il a fait beaucoup de bonnes choses, par exemple lorsque mon compte bancaire était en découvert et qu’il me donnait une avance, ou lorsque je me battais avec mon mari, il me laissait passer la nuit au gymnase», a déclaré Gonzalez. « Je ne sais pas si le succès est allé à la tête, mais quelque chose a totalement changé en lui. »

C’est à ce stade que les jours de paye auraient commencé à arriver en retard, par exemple le mercredi, alors qu’ils devaient arriver le vendredi précédent. Lorsqu’il a été interrogé par des employés, Missamou aurait reproché à la société de facturation ce retard.
Il aurait prétendu que tout allait bien, démentant toute rumeur négative et affirmant que c’était juste les « ennemis » qui propageaient ces accusations, selon Gonzalez.

Une fois que Gonzalez a su que l’entreprise allait effectivement fermer, on lui a présenté quelque chose d’autre qui, selon elle, la mettait très mal à l’aise.
«Je suis parti un mois avant la fermeture. J’étais celui qui gérait toutes les adhésions, et même s’il savait que nous allions fermer, il me disait de facturer les adhésions », a déclaré Gonzalez. « Je considère toutes ces personnes comme mes amis et je n’allais pas faire cela. »

Gonzalez est parti après avoir aidé à organiser la masse salariale autour du temps des taxes d’affaires; Cependant, on ignore si tout l’argent qui aurait dû être versé a été distribué.
Même après son départ, Gonzalez a déclaré qu’elle recevrait des mises à jour sur la situation chez Warrior Fitness car elle recevait toujours des notifications sur les adhésions.
«C’est moi qui ai installé son point de vente, alors tout allait à dans mon courrier électronique», a déclaré Gonzalez. « Je recevais des notifications par e-mail sur les dépôts effectués par les membres jusqu’à la semaine précédant sa fermeture. »

D’après les registres de facturation, Missamou aurait informé le personnel qu’il ne disposait pas d’argent pour les payer au cours d’une période au cours de laquelle il aurait collecté plus de 19 000 dollars.
Gonzalez a informé KHTS que cet argent n’incluait que les fonds traités par la société de facturation et ne spécifiait pas le moment où les clients glisseraient physiquement leurs cartes pour payer.
Selon Gonzalez, de nombreux entrepreneurs qui ont travaillé aux travaux de rénovation du gymnase il y a environ un an n’ont également jamais été payés, et elle reçoit toujours des courriels dans son compte Warrior Fitness de la société qui a mis en place le système téléphonique.
« S’il pouvait s’en tirer sans payer, il ne le ferait pas », a déclaré Gonzalez.

Gonzalez et sa famille disent avoir été personnellement touchés par les retombées du non-paiement.
Son beau-père était l’un des entrepreneurs qui ont travaillé à la rénovation du bâtiment, selon Gonzalez. Il dit qu’il a été partiellement payé pour son travail, mais seulement après que Gonzalez a menacé de démissionner si Missamou n’honorait pas ses dettes.
«Je suis restée en retard de salaire pendant plus d’un an, mais je croyais en lui», a-t-elle déclaré.

Bien que Mme Gonzalez ne disposait pas des chiffres exacts au moment de son entretien avec KHTS, elle a noté que le montant que Warrior Fitness aurait dû être est stupéfiant.
«Si je me suis assis et ai énuméré ce que nous devions aux entrepreneurs, aux formateurs … Je sais que sur l’installation, il en doit quelques milliers, et le personnel n’a probablement pas été payé avant la fermeture», a déclaré Gonzalez. « Il doit beaucoup. »

Gonzalez se souvient du moment où la police serait intervenue au nom de la Mission Valley Bank pour fouiller dans les caisses enregistreuses. Apparemment, l’hypothèque sur l’immeuble n’avait pas été payée depuis un certain temps, selon Gonzalez.

La survie du plus fort

Au moment de la fermeture, les clients de Warrior Fitness se seraient vus offrir un mois de cours gratuits «sans engagement», ainsi qu’un tarif réduit après ce mois d’essai à Survival of the Fittest Health and Wellness, un autre gymnase situé à Valence, selon le propriétaire James O’Rourke.
De plus, les clients qui avaient payé un an d’avance à Warrior Fitness verraient leur adhésion honorée pour le reste de la période, a déclaré O’Rourke.
Selon O’Rourke, l’expérience a été une bénédiction mitigée.
«J’ai découvert une semaine et demie avant la fermeture officielle et on m’a demandé si (Survival of the Fittest) pouvait emmener les clients vers ceux qui cherchaient une nouvelle maison afin d’avoir un endroit où aller», O ‘ Dit Rourke. «Un de mes formateurs travaillait là-bas et ils ont cherché à savoir si nous serions intéressés et avons pris des mesures d’adaptation.»
O’Rourke a été approché par «des centaines» d’anciens clients apparemment mécontents pour leur devoir.

« J’ai littéralement passé quelques centaines d’appels téléphoniques au cours de la première semaine seulement », a déclaré O’Rourke. « Quand il a initialement conclu cet accord, je ne savais pas tout ce qui se passait dans les coulisses. »
Lorsque O’Rourke a annoncé publiquement ce qu’il ressentait à propos de Missamou et de la situation alléguée, celui-ci aurait alors réagi en l’appelant un «haineux», une étiquette typique de tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui, selon O’Rourke.
«Il y avait beaucoup de bonnes choses qui l’accompagnaient, mais malheureusement, il doit beaucoup de gens et il a déconné», a déclaré O’Rourke. «J’ai entendu beaucoup d’histoires de clients. »
En dépit de la controverse entourant Warrior Fitness, O’Rourke s’est dit reconnaissant et rempli d’admiration et d’affection pour les clients Warrior qui ont rejoint son entreprise.
Une source proche de Missamou, qui a demandé à rester anonyme, a exprimé son soutien à l’ancien propriétaire de gymnase, bien qu’il ne soit pas clair au moment de l’entretien de savoir s’il était au courant des accusations portées contre Missamou.
La source a indiqué sa conviction que Missamou « avait un peu plus de mal à mâcher » et avait surestimé ses finances dans l’achat et la rénovation du plus récent site Warrior Fitness sur la promenade Centre Pointe à Santa Clarita.

La source a déclaré qu’il pensait que Missamou avait fait tout ce qui était en son pouvoir pour continuer à exploiter Warrior Fitness et avait «une excellente clientèle», mais la concurrence d’autres petits gymnases de la vallée de Santa Clarita, ainsi que d’autres problèmes, ont annoncé la fin de l’entreprise.

Centre pointe
Le nouveau bâtiment a été acheté en décembre 2016 pour 3,2 millions de dollars, selon les archives publiques du comté.
En plus de ce coût, Missamou aurait contracté un emprunt auprès d’une petite entreprise pour payer des améliorations et une reconstruction coûtant environ 600 000 dollars, selon une source anonyme.
Bien que ces coûts ne soient pas le dernier clou du cercueil de Warrior Fitness, la source affirme qu’ils ont certainement contribué à la situation et que Missamou a fermé le second gymnase pendant la rénovation du nouvel emplacement.
La source a déclaré que depuis la fermeture, il avait rejoint un gymnase plus traditionnel, mais que l’esprit communautaire de Warrior Fitness lui manquait énormément.
Les tentatives répétées de KHTS de contacter Missamou pour des commentaires n’ont pas été retournées.

Ed. Note: Michael Brown et Britney Navarro ont contribué à ce rapport.

Originalement en anglais : https://www.hometownstation.com/…/warriors-fitness-gym-clos…

Par Pascal Nguie avec Sacer-infos.com

Quand la météo ruine un des hommes les plus riches de Norvège

septembre 14, 2018

Oslo – Il avait bâti sa fortune sur des paris vertigineux, des averses ont tout emporté: Einar Aas, un des hommes les plus riches de Norvège, est au bord de la ruine après un coup de dés malavisé.

Celui qui fuit les médias comme la peste faisait les gros titres de la presse vendredi, d’autant que ses mésaventures coïncident avec le dixième anniversaire de la chute de Lehman Brothers.

Dans un communiqué, le courtier en électricité de 47 ans a révélé la veille qu’il risquait la « faillite personnelle ».

La cause de ses déboires? Une prise de positions massives sur les marchés de l’électricité reflétant sa conviction que l’écart entre les prix de l’énergie sur les marchés de l’électricité nordique et allemand allait se resserrer.

Hélas pour lui, arès un été exceptionnellement sec, d’abondantes précipitations sont venues remplir en début de semaine les réservoirs des barrages hydroélectriques qui fournissent le plus gros de l’électricité en Europe du Nord, poussant ainsi les prix à la baisse.

Parallèlement, la hausse du prix du carbone a sensiblement renchéri les tarifs de l’électricité, d’origine largement fossile, en Allemagne.

Résultat: les écarts entre les deux marchés n’ont jamais été aussi élevés, jusqu’à 17 fois la normale selon le Financial Times.

Bien qu’il ait épuisé ses dernières liquidités disponibles -350 millions de couronnes (36 millions d’euros), selon lui- pour faire face à ses obligations, Einar Aas a fini par se retrouver en défaut de paiement.

« J’avais des positions trop élevées par rapport à la liquidité sur le marché », a-t-il reconnu mercredi.

– Un revenu de 10.000 euros par heure –

C’est une déchéance brutale pour un homme, né dans une ferme de Grimstad (sud), qui a plusieurs fois trôné en tête des revenus les plus élevés de Norvège.

L’ex-courtier d’Agder Energi, établi à son propre compte depuis 2005, a gagné 833 millions de couronnes (86,5 millions d’euros) en 2016, selon les données fiscales, publiques dans le royaume nordique, soit un revenu horaire supérieur à 95.000 couronnes (près de 10.00 euros) et une fortune personnelle évaluée à 2,17 milliards.

Décrit par la presse norvégienne comme un élève brillant, invétéré de poker et de paris hippiques dès le lycée, il risque désormais de devoir céder ses luxueuses propriétés immobilières, dont un superbe appartement de 350 m2 dans le centre d’Oslo.

L’ampleur des dégâts financiers reste à chiffrer précisément, mais la presse norvégienne évoque déjà « la plus grosse perte jamais essuyée » par un individu privé en Norvège.

Le Nasdaq, lui aussi, en est réduit à panser ses plaies.

L’opérateur des marchés, qui a fermé le compte de M. Aas et liquidé son portefeuille mercredi, affirme avoir « complètement contenu » les risques. Mais cet épisode lui laisse une ardoise de 114 millions d’euros.

Sur cette somme, 107 millions proviennent du fonds de défaillance collectivement mis en place par les membres de la chambre de compensation -le rouage qui sécurise les transactions-, soit les deux tiers du fonds selon le FT.

« Qu’un courtier expérimenté, qui connaît le marché comme sa poche, accumule des positions si énormes qu’il soit impossible d’en sortir indemne est choquant », estimait un commentateur du journal d’affaires norvégien, Dagens Naeringsliv.

« Il est aussi choquant que le Nasdaq autorise qu’un seul acteur puisse endosser un risque qui, de facto, annihile le fonds de défaillance ainsi qu’une partie de son propre capital en Bourse », faisait-il valoir.

Romandie.com avec(©AFP / 14 septembre 2018 10h23)                                                        

États-Unis: faute de repreneur, le studio Weinstein annonce sa mise en faillite

février 26, 2018

Le studio fondé par Harvey Weinstein et son frère doit se mettre en faillite, pris dans la tourmente de l’immense scandale de violences sexuelles / © AFP/Archives / ROBYN BECK

Après d’infructueuses négociations de reprise, la Weinstein Company, le studio fondé par Harvey Weinstein et son frère Robert, a annoncé s’apprêter à déposer le bilan, criblée de dettes et attaquée en justice pour avoir couvert les abus sexuels du producteur déchu.

« Tout en reconnaissant que cette solution est extrêmement dommageable pour nos employés, nos créanciers et toutes les victimes éventuelles, le conseil d’administration n’a pas d’autre choix que d’adopter la seule option viable pour maximiser la valeur restante de la compagnie: un processus de mise en faillite ordonné », a affirmé dimanche soir le conseil d’administration de TWC dans un communiqué.

La TWC a fait porter la responsabilité du futur dépôt de bilan sur les investisseurs emmenés par une ex-responsable de l’administration Obama, Maria Contreras-Sweet, et le milliardaire Ron Burkle, avec lesquels elle négociait un rachat depuis plusieurs semaines.

Dans une lettre publiée par les médias américains, la société leur reproche de ne pas avoir apporté « les fonds provisoires nécessaires » à la rémunération de ses 150 employés.

Elle les accuse aussi de ne pas avoir, dans leur dernière proposition, répondu aux conditions posées par le procureur de l’Etat de New York.

Ce dernier avait bloqué la vente le 11 février, dénonçant un projet de reprise qui prévoyait alors que la nouvelle société soit dirigée par un responsable accusé d’avoir couvert le comportement de prédateur sexuel de Harvey Weinstein, David Glasser, directeur des opérations du studio et licencié depuis.

Le procureur a aussi assigné le studio en justice pour ne pas avoir protégé ses employés des agissements d’Harvey Weinstein, lui reprochant de n’avoir jamais mené d’enquête malgré « le dépôt de dizaines de plaintes formelles et beaucoup d’autres informelles ».

Mme Contreras-Sweet s’est dite lundi « surprise » de l’annonce de la fin des négociations. « Sur la base de nos discussions, je pensais que nous étions proches de signer une transaction dans les prochains jours, mais il semble que la transaction n’est maintenant plus envisagée », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Avec son projet de reprise lancé début novembre, elle avait espéré « créer une société dirigée par des femmes », et, dans le sillage du mouvement #MeToo, « servir d’exemple en changeant la culture du secteur » et en faisant du nouveau groupe un modèle de « gouvernance et de transparence », a-t-elle assuré.

Le procureur de New York s’est dit lui aussi « déçu » que les deux parties ne soient pas parvenues à un accord, malgré « des avancées claires » sur la question-clé du dédommagement des victimes.

Il a notamment souligné que dans leur projet, évalué à 500 millions de dollars dont 225 millions de reprise de dettes, Contreras-Sweet et Burkle s’étaient « engagés à réserver 90 millions de dollars pour les victimes ».

– Clap de fin –

Sauf nouveau rebondissement, le dépôt de bilan semble imminent pour la Weinstein Company, dans la tourmente depuis la publication des premières accusations contre Harvey Weinstein le 5 octobre.

La plupart des projets qu’elle avait dans ses cartons sont suspendus. Les dates de sortie de films achevés comme « The Upside », un remake du film français « Les Intouchables », ou « The War with GrandPa », une comédie avec Robert de Niro, ont été repoussées sine die.

Les droits sur plusieurs projets en gestation ont été vendus, notamment ceux d’un film de Quentin Tarantino sur les célèbres meurtres commis par les disciples de Charles Manson en 1969, cédés à Sony.

Fondé en 2005 après que les frères Weinstein eurent revendu leur studio Miramax à Disney, la TWC, qui a produit notamment « Le discours d’un Roi », « The Artist » ou « Django Unchained », avait dès le 8 octobre écarté Harvey Weinstein de son conseil d’administration.

Mais les accusations se sont multipliées. Plus d’une centaine de femmes, dont de nombreuses célébrités internationales comme Ashley Judd, Gwyneth Paltrow ou Salma Hayek, ont accusé le producteur de les avoir sexuellement harcelées, agressées ou violées.

Plusieurs d’entre elles ont attaqué Harvey Weinstein et la TWC en justice. Deux assignations ont été déposées en nom collectif, qui pourraient se traduire par des millions de dollars à payer en dommages et intérêts.

Si le dépôt de bilan se confirme, il aura pour effet d' »arrêter les plaintes », selon le magazine Forbes. Les plaignantes qui ont attaqué simultanément la société et Harvey Weinstein n’auront plus qu’à qu’espérer que le producteur déchu puisse les dédommager sur sa fortune personnelle.

Face au torrent d’accusations, les avocats d’Harvey Weinstein, 65 ans et père de cinq enfants, ont toujours démenti qu’il ait eu des rapports sexuels non consentis.

Invisible depuis le début du scandale, il serait actuellement en traitement contre les addictions sexuelles dans un centre spécialisé de l’Arizona.

Bien que les polices de Los Angeles, New York et Londres aient ouvert des enquêtes sur certains cas de viols ou d’agressions, il n’a pas été inculpé pour l’instant.

Romandie.com avec (©AFP / 27 février 2018 01h07)                

Canada: faillite de l’organisateur de la Formule E de Montréal

février 5, 2018

Montréal – La société organisatrice du ePrix de Formule E a été mise en faillite, à cause du fiasco financier de la course et malgré des menaces de poursuites de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), a annoncé lundi la maire de Montréal.

La société à but non lucratif Montréal C’est Électrique (MCE) avait été créée par la précédente équipe municipale afin d’organiser à l’été 2017, ainsi qu’en 2018 et en 2019, une manche du calendrier international de la compétition FIA de Formule E.

Or, la première édition a généré une dette de 13,55 millions de dollars canadiens (8,73 millions d’euros), dont 6,3 millions de dollars canadiens dus à la FIA.

La Fédération a d’ailleurs adressé une mise en demeure aux organisateurs montréalais à ce sujet, a indiqué à la presse Simon Pillarella, directeur général démissionnaire de MCE.

« Les ententes contractuelles étaient entre Montréal C’est Électrique et la Formule E, donc on va laisser le syndic de faillite et les avocats cheminer là-dedans. Pour l’instant, il n’est pas question pour Montréal d’endosser quelque dépense que ce soit », a déclaré Mme Plante à des journalistes.

Le déficit s’explique par le fait que sur les 45.000 spectateurs venus en 2017, seuls 15.0000 avaient payé leur billet. Et, selon M. Pillarella, seul un quart des 11,55 millions de dollars de subventions promises a été versé.

Peu après son élection en novembre, Valérie Plante a décidé d’annuler la prochaine course en raison du « fiasco financier » de la première édition.

« Cette situation est uniquement due à l’improvisation de l’ancienne administration et au montage financier irréaliste, déconnecté, voire douteux » des promoteurs, avait-elle alors expliqué.

Selon le contrat encore en vigueur et les précédentes déclarations de Mme Plante, Montréal devrait accueillir une nouvelle compétition de Formule E en 2019.

Romandie.com avec(©AFP / 05 février 2018 23h45

Russie: trois nouvelles faillites bancaires

juin 1, 2015

Moscou (awp/afp) – La banque centrale de Russie a annoncé lundi la fermeture de trois banques moyennes dont la situation financière était devenue intenable, alourdissant ainsi le bilan de la crise économique et monétaire pour le secteur financier russe.

Metrobank, classée 248e sur 802 dans le secteur bancaire russe, OPM-Bank (257e) et Sibneftebank (446e) sont toutes les trois privées de leur licence bancaire et une administration provisoire se chargera de leur liquidation, a annoncé la Banque de Russie dans des communiqués.

Les clients seront compensés jusqu’à 1,4 mio de roubles (25’000 CHF) par le fonds de garantie des dépôts.

Ces trois établissements menaient une politique « à haut risque » du point de vue financier, fragilisant leur capital à un niveau jugé inacceptable par le régulateur, a précisé la même source.

Le secteur bancaire a été lourdement affecté par la crise monétaire de décembre et désormais doit faire face à des impayés massifs de particuliers et d’entreprises en raison de la crise économique.

Au total, la banque centrale, qui avait déjà entamé avant la crise un grand ménage dans le pléthorique secteur financier russe, a fermé 18 banques depuis le début du deuxième trimestre. D’autres jugées trop importantes pour disparaître ont été renflouées sur fonds public.

Mi-mai, le coût de la mise en faillite de Transportny, 103e banque du pays, a été évaluée à 40 mrd de roubles en termes de compensations aux clients, du jamais vu pour le fonds d’assurance des dépôts.

Ce dernier, mis à contribution de manière particulièrement intense ces dernières semaines, pourrait demander à la banque centrale un crédit de 110 mrd de roubles pour faire face à ses obligations, selon le journal « Kommersant » lundi.

Romandie.com avec(AWP / 01.06.2015 09h27)

27.000 touristes russes bloqués à l’étranger après la faillite d’un voyagiste

août 4, 2014

Moscou – Environ 27.000 touristes russes sont bloqués à l’étranger après la faillite d’un voyagiste, a déclaré lundi l’association nationale des voyagistes russes.

Tous les touristes se retrouvent bloqués sans billet de retour après que la société Labirint (Labyrinth) a annoncé samedi la fin de ses opérations, a déclaré le service Touraide, qui tente d’aider ces touristes à trouver des places sur des vols retour opérés par d’autres sociétés.

Labirint est le quatrième tour opérateur russe à faire faillite en trois semaines, résultat d’une crispation du marché touristique russe liée au moins en partie à la crise ukrainienne. Le bras de fer entre Moscou et l’Occident autour de l’Ukraine a en effet contribué à une dépréciation de la devise russe, provoquée par une fuite des capitaux, alors même que l’économie russe frôlait déjà la récession.

La situation économique et politique a eu un impact néfaste sur le nombre de réservations, et la baisse de la valeur du rouble a dégradé le pouvoir d’achat des Russes, a déclaré Labirint dans un communiqué expliquant sa cessation d’activité.

Nous craignons que cela ne soit que le début d’un effet domino, a déclaré sur la radio Écho de Moscou la porte-parole de l’Agence fédérale de tourisme de Russie, Irina Shchegolkova.

La Turquie a commencé dès hier (dimanche) a expulser nos touristes de leur hôtel, or c’est en Turquie que la majorité de nos touristes vont se reposer, 3,5 millions au total, a déploré la porte-parole. Cette dernière s’est au contraire félicité de l’attitude de la Bulgarie et de la Grèce qui ont, selon elle, décidé de ne pas pénaliser les touristes russes pour la faillite de leur voyagiste.

Alors que les nouvelles sanctions occidentales décidées la semaine dernière auront un impact progressif sur l’économie, le rouble a d’ores et déjà chuté de 11% depuis son pic de valeur en septembre 2013.

Les sanctions européennes ont par ailleurs provoqué dimanche la cessation d’activité de Dobroliot, filiale low-cost de la compagnie aérienne nationale Aeroflot.

Romandie.com avec(©AFP / 04 août 2014 12h43)