Posts Tagged ‘Faims’

Les Cubains saluent les mesures annoncées… mais veulent plus

juillet 15, 2021
Les Cubains saluent les mesures annoncees... mais veulent plus
Les Cubains saluent les mesures annoncées… mais veulent plus© AFP/YAMIL LAGE

« Des miettes » pour certains, « de bonnes mesures » pour d’autres: les Cubains accueillaient jeudi plutôt favorablement les premières annonces du gouvernement après les manifestations historiques du 11 juillet, mais les estimaient insuffisantes.

Principal geste concédé par les autorités communistes: l’autorisation donnée aux Cubains, jusqu’à fin décembre, de ramener de voyage aliments, produits d’hygiène et médicaments sans limite de valeur et sans taxes douanières.

Faciliter l’entrée sur l’île de biens de première nécessité était une des revendications de la population cubaine, confrontée à de graves pénuries aggravées par la crise économique qui frappe le pays, la pire en 30 ans.

Dans les rues de La Havane, encore sous forte présence policière et militaire après ces troubles inédits depuis la révolution de 1959, les Cubains, qui ont repris leur vie quotidienne, soufflent un peu à l’idée de pouvoir s’approvisionner à l’étranger.

« On a vraiment besoin actuellement de médicaments, d’aliments et de produits d’hygiène pour pouvoir soulager la situation dans laquelle on se trouve, qui est bien compliquée », réagit Darianna Guivert, 32 ans, qui travaille dans le secteur de la santé.

Même réaction chez Agustin Salas, ingénieur en construction civile de 65 ans, qui estime que ce sont « de très bonnes mesures ». « Elles bénéficient au peuple », souligne-t-il. Mais « il faut encore quelques mesures de plus, nous devons avancer encore dans ce sens ».

« Pas de miettes ! »

Dimanche, quand des milliers de Cubains ont déferlé dans les rues d’une quarantaine de villes et villages du pays, c’était aux cris de « Nous avons faim », mais aussi de « Liberté » et « A bas la dictature ».

Dès mercredi soir, la journaliste cubaine Yoani Sanchez, directrice du média en ligne d’opposition 14yMedio, a tweeté: « Nous ne voulons pas de miettes, nous voulons la liberté et nous la voulons maintenant ! » Un message partagé plus de 3.000 fois.

Pour le dissident Manuel Cuesta Morua, promoteur d’une plateforme réclamant l’autorisation d’autres partis, Cuba en Plural, les annonces du gouvernement sont « une réaction sous la pression, tardive, mais je crois qu’elle est importante ».

Il rappelle que beaucoup avaient réclamé pacifiquement des mesures ces derniers mois pour alléger les difficultés quotidiennes des Cubains… mais il a fallu ces mobilisations, qui ont fait un mort, des dizaines de blessés et une centaine de détenus pour que le gouvernement cède.

Outre l’exemption de taxes pour l’entrée d’aliments et de médicaments, les autorités ont aussi annoncé la fin de la limite imposée aux salaires dans les entreprises d’Etat et l’autorisation provisoire pour les habitants de s’installer dans une autre ville et bénéficier de la libreta, le carnet d’approvisionnement, alors que c’était impossible auparavant.

« Mécontentement »

« Cela ne doit pas masquer la réalité profondément politique des demandes des manifestants du 11 juillet, qui doivent être écoutées par le gouvernement cubain », met en garde le dissident, lui-même arrêté lors des rassemblements et libéré lundi. « Car ce qu’ont demandé tous les manifestants, surtout les plus jeunes, c’était la liberté, la liberté d’expression, le changement démocratique et quelque chose de très important: l’élection directe du président de la République ».

Pour l’économiste Omar Everleny Pérez, ces premières mesures sont « très positives », car elles « soulagent un peu la population », qui doit faire chaque jour des heures de queue pour trouver à manger ou de quoi de soigner, et souffre de coupures d’électricité quotidiennes.

Mais il souligne que dimanche, les manifestants étaient variés: « Il y a des gens désespérés qui sont allés dire au gouvernement +Regardez les coupures de courant, regardez ce qui se passe+, et d’autres groupes qui demandaient la liberté (…) Se sont rassemblés des gens qui avaient d’une manière ou d’une autre un mécontentement et voulaient que ça se sache ».

Sur le plan économique, il recommande d’aller plus loin, par exemple en étendant l’exemption de taxes douanières aux importations commerciales des travailleurs privés, ou en approuvant immédiatement les petites et moyennes entreprises, ce que le gouvernement compte faire d’ici la fin du mois.

« Il faut s’attendre à de nouvelles mesures car les mesures existantes, bien que très positives, sont insuffisantes pour résoudre le niveau de mécontentement », estime-t-il.

Par Le Point avec AFP