Posts Tagged ‘Femme’

France: en lune de miel à Paris, elle refuse de repartir au Congo avec son époux

janvier 2, 2023

Ce nouveau riche de la république a cru épater sa deuxième épouse en l’offrant un séjour en France pour célébrer leur lune de miel. Il va rentrer seul au Congo suite au refus catégorique de son épouse de rentrer à Brazzaville assumer son rôle de deuxième bureau. Pour la femme, il n’est pas question qu’elle retourne dans un pays à la dérive où rien ne marche. Elle a assisté impuissante au décès de son petit frère au CHU de Brazzaville venu se faire opérer d’appendicite.

Luc E, un cadre du Trésor Public ne pouvait s’imaginer que Nadège allait lui jouer un sale tour après leur pompeux mariage à Brazzaville. Celle qui était pendant un an sa maîtresse, a exigé être honorée et surtout passer sa lune de miel hors du pays. Alors que ses amis lui ont conseillé Dubaï ou Istanbul, le nouveau riche a choisit la capitale française pour la circonstance.

Aujourd’hui, Luc se souvient des doutes émis par sa première femme et mère de ses trois enfants sur la sincérité de Nadège. Incapable de s’opposer à ce mariage, elle s’est juste contentée de conseiller son époux et d’assumer la réalité.

Après le mariage, Luc E obtient un visa de France pour son couple et réserve un hôtel 5 étoiles parisien pour leur lune de miel. Il ignorait juste que sa deuxième épouse avait un autre plan conçu avec sa famille.

Une fois en France, elle a fait comprendre à son époux sa décision de ne plus rentrer au Congo et de vivre désormais en Europe. Paniqué, Luc a tenté en vain de ramener à la raison sa deuxième femme qui est restée ferme sur sa décision. Pour elle, leur couple pouvait bien continuer ensemble, malgré la distance et que Luc pouvait de temps en temps venir la rendre visite en France.

Mais, Luc, soupçonne son épouse de rester en France pour se remettre en couple avec son ex dont le voyage a été la cause principale de leur séparation.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo-Ouenzé : un muana ver­nis en­ceinte la femme et fille d’un com­man­dant de la po­lice

décembre 23, 2022

Très ap­pré­cié dans cette par­celle où il se ren­dait une fois dans la se­maine pour of­frir ses ser­vices de ma­nu­cure et pé­di­cure aux filles et leur mère, Fran­cis, un jeune muana ver­nis a fini par lais­ser ses traces en mode de gros­sesse. Il a en­ceinté la femme et fille du chef de cette fa­mille qui a le grade de com­man­dant dans la po­lice Congo­laise. Un scan­dale hon­teux!

Un com­man­dant de la po­lice Congo­laise a mis de­hors sa femme et sa fille, soup­çon­nées de por­ter les gros­sesses de Fran­cis, un jeune muana ver­nis bien connu dans le quar­tier. Res­sor­tis­sant de la RDC vi­vant au Congo de­puis des an­nées, Fran­cis a choisi le mé­tier de muana ver­nis pour ai­der les femmes à moins dé­pen­ser dans le ma­nu­cure et pé­di­cure.

Très sol­li­cité pour ses ser­vices dans plu­sieurs par­celles de la rue Ba­bembé, Fran­cis ap­porte tou­jours de la bonne hu­meur dans son tra­vail avec ses qua­li­tés de co­mique. « Il fait tel­le­ment les femmes que par­fois on le fait ve­nir sans même avoir be­soins de ses ser­vices» com­mente une voi­sine qui ne s’étonne pas de la nou­velle des gros­sesses de cette mère et sa fille.

Dans ce quar­tier de Ouenzé, on soup­çonne Fran­cis de sor­tir avec plu­sieurs femmes ma­riées et filles. « Il fait montre d’une dou­ceur ex­ci­tante dans son tra­vail qui plat aux femmes » confie l’une de ses clientes qui pense que la femme du com­man­dant ne de­vrait pas cou­cher avec lui, mais sa fille peut-être.

Des té­moi­gnages sou­tiennent que Fran­cis s’est fait dra­guer par la femme du com­man­dant alors qu’il sor­tait déjà dis­crè­te­ment avec sa fille. Le jeune homme a cédé aux pro­po­si­tions fi­nan­cières et en paie les frais au­jour­d’hui. Le com­man­dant se­rait à sa re­cherche.

Nom­breux jeunes dés­œu­vrés se lancent dans ce mé­tier dans le seul but de sub­ve­nir aux be­soins de leurs fa­milles et propres. Un mé­tier qui leur met en contact per­ma­nent avec les femmes et la ten­ta­tion est forte.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo-P/Noire : il vole le sac d’une vieille maman de Sibiti et trouve 2 poules noires assis dans son lit

octobre 31, 2022
 P/Noire : il vole le sac d’une vieille maman de Sibiti et trouve 2 poules noires assis dans son lit

C’est le voleur le plus triste de la ville de Pointe-Noire ! Après avoir arraché le sac à main d’une vieille maman au Grand Marché de la ville, il a cru faire une bonne affaire quand il y a trouvé la somme de 15.000 frs et un téléphone dit Anti complexe. Malgré que la vieille le suppliait de tout prendre, mais de lui remettre son livret, le voleur s’en est allé.

En arrivant chez lui au quartier KM4, le voleur s’est rendu d’être tombé sur une mauvaise personne. Il a trouvé deux poules de couleur noire assises dans son lit avec la photo de la vieille maman qu’il venait de voler. Pris de panique, le voleur s’est mis à crier seul, attirant l’attention de ses voisins.

Après avoir expliqué son histoire à ces voisins, il lui a été conseillé de ne pas jeter la carte sim dans le téléphone volé et de contacter la vieille maman. L’un des voisins a appelé le numéro de la fille de la vieille pris dans le répertoire du téléphone.

Le voleur, accompagné de deux amis s’est rendu remettre le sac de la vieille maman au quartier Mouyondzi. Implorant sa miséricorde, le voleur a regretté son acte et s’est dit disposé à payer toute amende qui lui sera taxé. La vieille maman qui a retrouvé son sac avec tout son contenu a juste conseillé au jeune voleur d’abandonner ce métier et de craindre Dieu et les ancêtres.

Elle a fait savoir au jeune voleur que le monde est tellement devenu mauvais que ce n’est pas tout le monde qu’on vole. « Si j’étais vraiment méchante, je t’aurais envoyé dans l’autre monde, mais je t’ai juste donné une leçon pour que tu prennes conscience que t’as encore une vie devant toi à ne pas gâcher ! »

Au Grand Marché et Fond Tié Tié, les deux marchés les plus fréquentés de la ville de Pointe-Noire, des jeunes prennent du plaisir à voler des personnes de sexe féminin. Plusieurs femmes ont perdu leur téléphone et autres objets de valeur devant l’indifférence des riverains.

Avec Le Congolais.fr

Congo-Voleur Volé : l’une des petites de l’ancien maire inutile de Pointe-Noire, Jean François Kando lui vole 58 millions

octobre 22, 2022

Un malheur n’arrive jamais seul dans la vie et l’ancien maire de Pointe-Noire, Jean François Kando peut le témoigner. Après avoir été évincé à la tête de la mairie pour incompétence notoire, il vient de se faire voler la bagatelle de 58 millions Cfa qu’il faisait garder chez l’une de ses petites.

Trop sûr de se reconduction à la tête de la mairie de Pointe-Noire, Jean François Kando avait déjà préparé une grande fête à sa résidence, un service traiteur renommé de la ville avait même cuisiné la viande de brousse que les invités devraient déguster pour célébrer sa victoire. Hélas ! Tout dans l’eau en apprenant sa défaite bien organisée par son propre parti le PCT.

La déception était grande à la proclamation des résultats donnant perdant le maire sortant à sa résidence où ont convergé ses invités. Jean François Kando s’est même évanoui deux fois d’émotion et on a craint pour sa vie.

Soupçonné de détournements massifs au conseil municipal, Jean François Kando aurait été interdit de sortie du territoire selon certaines sources. Il ferait l’objet d’une enquête du CID qui souhaiterait clarifier la destination des fonds alloués à la mairie de Pointe-Noire.

Comme tout bon congolais qui se voit confier une responsabilité, Jean François Kando a commencé à attirer les petites filles de la ville à l’instar de celle qui vient de lui voler 58 millions Cfa. L’ancien maire a fait cet argent dans l’espoir de le mettre à l’abri ayant toute confiance à sa petite.

Mais la perte du pouvoir le plus souvent vous éloigne de ces personnes qui ne vivent que comme le poisson au rythme du courant d’eau. Consciente que son Suggar Dady Kando avait perdu son autorité et par ricochet une source d’enrichissement, la petite âgée de 26 ans a cru bon hériter par le vol les 58 millions Cfa qu’on lui a confié.

Jean François Kando serait dans tous ses états ne réalisant pas ce que lui arrive avec les personnes auxquelles il faisait totalement confiance. Un voleur volé qui pleurniche !

Avec Sacer-infos par Stany Frank

France : 3 mois après avoir mis à la porte son époux pour vivre des allocations, une congolaise meurt dans son sommeil

octobre 21, 2022

Un drame au sein de la diaspora congolaise de France avec le décès de Maguy T, mère de trois enfants et mère seule depuis trois mois. Elle a été retrouvée morte dans son lit par sa première fille. Il y a trois mois, elle avait sans motif apparent mis à la porte son époux et père de ses enfants pour vivre des allocations grâce à l’étiquette de mère seule. Avant de s’en aller, l’époux d’origine congolaise avait lancé : « Dieu voit tout et va te confondre pour avoir sacrifié ta vie de famille pour des allocations ! »

Maguy T, congolaise de Pointe-Noire et mère de trois enfants vivant à Noisy-Le-Sec en banlieue parisienne a été retrouvée morte dans son lit par sa fille qui voulait lui dire au revoir avant d’aller à l’école. Elle est morte dans son sommeil et la cause du décès est encore ignorée.

Elle est arrivée en France il y a plus de dix ans grâce à un regroupement de son époux et père de ses trois enfants qu’elle a fini par mettre à la porte pour vivre en mode mère seule. Sans motif apparent, selon ce que racontent leurs proches, elle aurait commencé à soupçonner son époux d’avoir des maîtresses et de ne plus s’occuper de sa famille au Congo.

Des disputes s’enchaînaient entre le couple à l’étonnement des enfants qui reprochaient à leur mère sa paranoïa. Mais c’était juste des «raisons» pour mettre à la porte son époux et embrasser la vie de femme seule avec enfants à charge qui lui ouvrirait la voie des allocations familiales.

Le père des enfants qui vit actuellement chez un ami Camerounais à Pantin, se dit très choqué par cette mort et a regagné la maison familiale pour être aux côtés de ses enfants. amies de sa femme l’accusent d’être sorcier et auteur de sa mort en rappelons ses origines de Sibiti dans la Lekoumou.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

France-Accident de chasse : son coup part accidentellement, il tue sa femme

octobre 16, 2022

Terrible accident dans les Côtes-d’Armor. Un chasseur préparait son arme quand la balle est partie en plein thorax de la compagne de l’homme, selon France 3.

La Britannique etait invitee a la chasse ce dimanche. Son compagnon organisait une battue de sangliers.
La Britannique était invitée à la chasse ce dimanche. Son compagnon organisait une battue de sangliers.© Thierry GACHON / MAXPPP / PHOTOPQR/L’ALSACE/MAXPPP

Elle accompagnait simplement son compagnon. Une femme, âgée de 67 ans et d’origine britannique, est morte dimanche, après avoir pris une balle en plein thorax. Elle avait décidé de se joindre à son compagnon à une battue aux sangliers à Goudelin (Côtes-d’Armor). D’abord hospitalisée, elle est décédée de ses blessures selon France 3.

La battue était lancée par une dizaine de chasseurs. Le compagnon de la victime serait le président de la société de chasse locale. Le procureur de la République de Saint-Brieuc a expliqué la situation dans un communiqué : « Les chasseurs progressaient dans un champ de maïs fauché quand l’un d’eux, un homme âgé de 69 ans, dans des circonstances restant à déterminer, a procédé au tir avec sa carabine qu’il portait à l’épaule, canon dirigé vers l’arrière. Le coup de feu atteignait sa compagne, invitée à cette battue, et dont la balle occasionnait une plaie transfixiante au-dessus du cœur. »

Une enquête pour homicide involontaire

Le tireur a été, dans un premier temps, placé en garde à vue. Des examens médicaux ont ensuite montré qu’il n’était pas en capacité d’être entendu, et il a été envoyé à l’hôpital, en état de choc. Les prélèvements ont déterminé que le chasseur n’était pas alcoolisé ni sous substances. 

Du côté de la fédération de chasse des Côtes-d’Armor, « On pense à la famille de la victime.(…) On espère aussi qu’il n’y a pas eu de manquement aux règles de sécurité. Dès qu’un événement tragique de ce type arrive, on se fait démolir dans l’opinion et la presse. On va donc continuer à insister sur la sécurité auprès de nos chasseurs. C’est notre préoccupation principale », a-t-il été confié à nos confrères de France 3. Une enquête en flagrance du chef d’homicide involontaire lors d’une action de chasse a été ouverte. Diligentée sous l’autorité du parquet de Saint-Brieuc, l’enquête devra permettre de « déterminer rapidement les causes de ce dramatique accident », ajoute le procureur Nicolas Heitz.

Par Le Point avec AFP

Congo-Mbinda : Trompée par son mari, elle brûle sa maison et sa boutique en guise de représailles

octobre 14, 2022
 Mbinda : Trompée par son mari, elle brûle sa maison et sa boutique en guise de représailles

Ennui, besoin de séduire, de se rassurer…, nous avons mille raisons d’avoir envie d’amours buissonnières. Et de passer à l’acte. C’est une infidélité qui aura couté très cher à Mbinda dans le département du Niari (sud). L’histoire a été racontée sur les réseaux sociaux.

Profitant de l’absence de sa femme, HPM tente une « tricherie ». Seulement, une chose est de tromper sa femme et une autre est de savoir choisir le moment et le lieu pour le faire.

Le jeune commerçant de l’ex cité Comilog ne trouva pas mieux de recevoir sa petite amie qu’à domicile. Manque de pot pour lui, il a été attrapé en flagrant délit d’adultère par sa femme.

Désormais convaincue de l’infidélité de son mari, elle a été prise d’un coup de colère, qui s’est vite mué en coup de folie. Après avoir rassemblé ses affaires, elle a ainsi entrepris d’incendier la maison conjugale et la boutique pour faire payer cette aventure à son époux.

Quand un couple se retrouve confronté à l’infidélité, une véritable tornade émotionnelle se déclenche. C’est un tremblement de terre, un séisme qui chamboule tout.

Pour le conjoint trompé, c’est souvent un mélange de plusieurs sentiments : on se sent humilié, spolié, sali, trahi, touché dans son amour-propre… Et pas mal de questions qui se posent :

«Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter d’être trompé ?» « Vais-je être capable de pardonner cette infidélité ?» « Comment réagir face à cette trahison de mon (ma) partenaire ? » « Comment lui faire de nouveau confiance après cette infidélité ? »

Pour le conjoint in fidèle, cela peut aussi se traduire par un sentiment de culpabilité, de honte, d’incrédulité aussi. Comment HPM va reconstruire et redémarrer son couple après cette infidélité ?

Il n’est pas rare qu’en entreprenant quelque chose de trop risqué, un proche vous mette doucement en garde… « Tu risques de te brûler les ailes… » Mais en y regardant de plus près, c’est la malheureuse fin d’Icare qui permet au jeune commerçant aujourd’hui de tirer cette leçon.

Avec Le Congolais

Canada: Une victime de viol refoulée à l’urgence de Fredericton

septembre 12, 2022
L'affiche à l'entrée de l'Hôpital régional Dr Everett Chalmers, à Fredericton.

La femme s’est présentée à l’urgence de l’Hôpital régional Dr Everett Chalmers de Fredericton. Photo : Joe McDonald/CBC

Une femme de Fredericton est encore sous le choc après s’être rendue à l’urgence de l’hôpital local pour subir un examen médico-légal après une agression sexuelle et avoir reçu la consigne de prendre rendez-vous le lendemain.

Elle s’est fait dire qu’aucune infirmière qualifiée du programme des infirmières examinatrices en cas d’agression sexuelle n’était sur place ou de garde ce soir-là pour effectuer l’examen à l’Hôpital régional Dr Everett Chalmers.

La victime de 26 ans, dont l’identité n’est pas dévoilée, a raconté qu’on lui avait dit de rentrer chez elle en pleine nuit, de ne pas prendre de douche ni de se changer et d’utiliser la salle de bain le moins possible, pour aider à préserver toute preuve.

« Je voulais vraiment ne pas avoir à préserver mon corps dans l’état où il était pendant encore 12 heures. J’avais l’impression qu’on me demandait de garder cette expérience. Que je pouvais le sentir sur moi. »— Une citation de  La victime

Elle a rappelé la police pour obtenir des conseils sur ce qu’elle pouvait faire. Ce n’est que lorsqu’un agent est intervenu que l’hôpital a appelé une infirmière pour l’aider, a-t-elle indiqué.

Aucune femme qui a été violée ne devrait jamais se faire dire de revenir le lendemain pour obtenir de l’aide après avoir trouvé le courage de demander de l’aide, plaide la victime.

Une trousse d'examen médico-légal des agressions sexuelles.

Une trousse d’examen médico-légal des agressions sexuelles.Photo: CBC

Une expérience traumatisante

Elle a décidé de parler de son expérience, ajoute-t-elle, pour s’assurer que cela n’arrive à personne d’autre.

L’agression a eu lieu en août, pendant la longue fin de semaine de la fête du Nouveau-Brunswick, lorsqu’elle est allée à un rendez-vous avec un homme qu’elle avait rencontré en ligne.

Elle est rentrée chez elle vers 22 h 30 et a décidé d’appeler le service de police de Fredericton pour lui demander ce qu’elle devait faire lorsqu’elle a vu tout ce sang.

L’agent à qui elle a parlé lui a recommandé d’aller à l’hôpital pour se faire examiner, bien que ce soit ultimement son choix.

Il lui a également mentionné qu’elle pourrait obtenir une trousse médico-légale pour recueillir des preuves au cas où elle déciderait de porter des accusations contre l’homme.

« Le policier m’avait dit que je ne devrais pas avoir à attendre longtemps. Les mots qu’il a utilisés étaient qu’ils traitent cela aussi sérieusement que si vous aviez une blessure par balle. »— Une citation de  La victime

La femme a attendu anxieusement dans la salle d’attente d’urgence de l’Hôpital régional Dr Everett Chalmers. Une infirmière l’a finalement amenée dans la zone de triage et a commencé à lui poser des questions de routine.

Je l’ai interrompue et je lui ai dit que j’étais là pour une trousse de viol.

L’infirmière l’a ensuite emmenée dans une pièce calme avec une porte, où elle pouvait être seule, tandis qu’ils ont contacté une infirmière du programme des infirmières examinatrices des cas d’agression sexuelle (programme SANE).

Après environ de 15 à 20 minutes, elle a pu parler au téléphone avec une infirmière du programme qui lui a dit qu’elle était très courageuse d’être venue.

Toutefois, personne n’était de garde jusqu’au soir suivant à 20 heures, a déclaré la représentante du programme, mais elle était disposée à se déplacer pour lui faire passer l’examen elle-même le lendemain matin.

Sachant qu’il aurait pu y avoir de l’aide disponible et qu’il n’y avait personne autour, c’était difficile à entendre, se souvient la femme. Et j’étais un peu sous le choc de prendre rendez-vous pour voir quelqu’un pour ce traumatisme.

« Je voulais vraiment que ce soit fini. Et se faire demander d’attendre jusqu’au lendemain, c’était comme me demander de continuer à vivre cette expérience pendant 12 heures de plus, comme si c’était comme un rhume que je pourrais affronter demain. »— Une citation de  La victime

Elle ajoute avoir été surprise que l’hôpital ne lui offre pas de rester.

La police rappelée

Elle a alors rappelé la police peu après 1 heure du matin, depuis sa voiture dans le stationnement.

« Quand j’ai parlé à la police [la première fois], ils m’ont dit que c’était une grosse affaire, qu’elle serait traitée comme telle et que j’obtiendrais les soins médicaux dont j’avais besoin.  »— Une citation de  La victime

La victime a parlé au même agent, qui, selon elle, a été très surpris d’apprendre qu’elle avait été renvoyée chez elle sans aucun soin. Ça n’aurait pas dû t’arriver, lui aurait-il dit.

Son partenaire policier a également été surpris, à un point tel qu’il est allé directement à l’hôpital pour la rencontrer et parler ensuite aux infirmières.

Une autopatrouille de la police de Fredericton.

La victime d’agression sexuelle affirme avoir obtenu la collaboration de la police de Fredericton dans ses demandes. Photo : Archives

Il lui a dit que si personne n’était disponible à l’hôpital Chalmers cette nuit-là, ils pourraient avoir à conduire jusqu’aux hôpitaux d’Oromocto ou de Woodstock. Selon la victime, le policier lui a assuré qu’il allait trouver un endroit où elle pourrait être vue.

Personne à l’hôpital Chalmers ne lui avait mentionné que d’autres options existaient.

Après environ 30 minutes, l’agent est sorti pour lui dire que l’hôpital Chalmers avait appelé une infirmière et qu’elle arriverait sous peu.

Je suis très reconnaissante que la police ait pu trouver quelqu’un… pour m’aider ce soir-là, confie-t-elle.

La police de Fredericton a confirmé qu’un agent avait fourni de l’aide et fait un suivi auprès de l’hôpital Chalmers au nom d’une personne qui avait signalé un crime sexuel grave. Le dossier est maintenant entre les mains de la GRC, précise-t-elle.

Le Service de police de Fredericton prend très au sérieux toute allégation d’agression sexuelle et encourage les membres du public à demander de l’aide s’ils en ont fait l’expérience le plus rapidement possible. Nous sommes très fiers de la façon dont notre agent a géré la situation ce soir-là, a répondu la force dans un courriel.

Le réseau Horizon au courant de la situation 

Margaret Melanson, présidente intérimaire et chef de la direction du Réseau de santé Horizon, a confirmé qu’elle est au courant de cette situation.

Mes pensées sont certainement avec la victime en ce moment, déclare-t-elle dans un courriel.

En ce qui concerne le programme des infirmières examinatrices en cas d’agression sexuelle, il est conforme aux normes de pratique que si un examen en personne ne peut être effectué immédiatement, le patient a alors la possibilité de retourner à la maison, dans un environnement confortable où il peut y avoir du soutien, plutôt que d’attendre à l’urgence, a indiqué Mme Melanson.

Margaret Melanson.

La présidente-directrice générale par intérim du Réseau de santé Horizon, Margaret Melanson Photo : Radio-Canada

Dans ces situations, et conformément aux protocoles du programme, les patients recevront de l’information sur la façon de préserver toute preuve jusqu’à ce qu’une trousse de collecte de preuves puisse être administrée en personne par l’infirmière en service du programme. Cela se fait habituellement dès que l’infirmière est disponible, souvent au plus tard le lendemain, a-t-elle poursuivi.

Le programme est offert dans 12 des 23 hôpitaux de la province, seulement ceux ouverts 24 heures sur 24. Mais les infirmières du SANE peuvent se rendre dans d’autres hôpitaux.

Environ 80 infirmières du Nouveau-Brunswick ont reçu une formation spéciale tenant compte des traumatismes pour traiter les survivantes de violence sexuelle et utiliser des trousses de preuve en cas d’agression sexuelle.

Roxanne Paquette, coordonnatrice du programme des infirmières examinatrices en cas d’agression sexuelle pour les réseaux Horizon et Vitalité, n’a pas répondu à une demande d’entrevue.

Radio-Canada d’après un reportage de Bobbi-Jean MacKinnon et des informations de Sarah Déry, de CBC

Congo/Brazzaville : un pasteur écroué, la femme d’un colonel de la police criait son nom pendant l’orgasme

août 23, 2022
 Brazzaville : un pasteur écroué, la femme d’un colonel de la police criait son nom pendant l’orgasme

Un colonel de la police congolaise a fait enfermer le pasteur de l’église de son épouse pour intrusion dans le foyer d’autrui. A chaque fois qu’elle avait un orgasme lors des rapports sexuels, le nom du pasteur sortait de sa bouche.

Le colonel de la police a vite compris que son épouse entretenait une relation sentimentale avec son pasteur et ne pouvait le supporter. Il a instruit des éléments à sa charge d’aller l’embarquer et de le lui ramener au commissariat.

Depuis des semaines il a remarqué que son épouse était devenue trop régulière à toutes les activités organisées dans leur église surtout les veillées de prière. Le comble est qu’elle confondait maintenant son époux colonel à son pasteur.

Et c’est lors des rapports sexuels que son secret s’est fait dévoiler tout seul. Confondant son époux au pasteur, elle prononçait son nom pendant l’orgasme avant de se rétracter avec pour justification de la présence divine en elle. «  Ah ! Pasteur tu es trop bon ! Je te sens ! Plus fort encore ! » criait-elle au lit avec son époux colonel.

Avec Le Congolais.fr

Congo-Ouesso: 9 hommes accusent une femme mariée infidèle d’être l’auteure de leur faiblesse sexuelle

août 15, 2022
 Ouesso: 9 hommes accusent une femme mariée infidèle d’être l’auteure de leur faiblesse sexuelle

A Ouesso dans le département de la Sangha, 9 hommes qui sont eu des relations sexuelles avec une femme mariée l’accusent d’être l’auteur de la faiblesse sexuelle dont ils souffrent. Ils affirment avoir perdu leur virilité juste après avoir été avec cette femme dont l’époux aurait piégé le sexe. Tous les féticheurs consultés leurs conseillent de demander pardon à l’époux de la femme infidèle.

Une équation difficile que 9 hommes qui vivent à Ouesso dans la Sangha doivent résoudre pour retrouver leur virilité. Après avoir eu des rapports sexuels avec une femme mariée, ils présentent des signes aiguës d’une faiblesse sexuelle dont tous les traitements traditionnels n’arrivent pas à soigner.

Selon leurs témoignages, l’époux de leur maîtresse qui voyage beaucoup aurait piégé mystiquement son vagin afin de punir tout homme qui le ferai cocu. Cette punition s’avère être la perte de la virilité des amants de son épouse lesquels aujourd’hui ont été conseillés par les féticheurs de se rapprocher de lui pour des excuses.

Très serein, l’époux cocu exige un mouton et une somme de 25000 frs à tous ses hommes pour soigner leur faiblesse sexuelle.

Avec Le Congolais.fr