Posts Tagged ‘Février’

Canada-Québec: Bordée potentielle de neige

janvier 31, 2022

Février débutera en lion : une bonne bordée est sur les radars et touchera une large portion du sud du Québec

Une perturbation originaire du sud des États-Unis remonte actuellement vers nos latitudes. Gorgée d’humidité, elle pourrait laisser de bonnes quantités de neige dans son sillage, et ce, sur l’ensemble des régions affectées.

Fournis par MétéoMédia

Modus operandi

Le passage de ce système dépressionnaire se déroulerait en deux actes. Les précipitations solides devraient donc tomber sur une période de trois jours à l’échelle de la province, entre mercredi et vendredi.

Le premier serait issu d’une fusion avec une autre perturbation en provenance de l’Ouest canadien, et balaiera le Québec au cours de la journée de mercredi.

Une deuxième impulsion devrait ensuite prendre le relais, jeudi. C’est surtout cette dernière qui sera à surveiller, puisque c’est elle qui risque de laisser les plus grandes quantités de neige dans son sillage.

Bordée possible

De manière générale, le sud du Québec, notamment les secteurs les plus près de la frontière américaine, risque d’être particulièrement touché. Les plus fortes accumulations sont prévues dans cette région, à l’heure actuelle.

L’Estrie pourrait d’ailleurs obtenir sa première bordée de la saison. Montréal est aussi dans la liste des régions qui pourraient obtenir une bordée.

Bon à savoir : on parle d’une bordée lorsqu’au moins quinze centimètres de neige sont attendus.

D’après les prévisions actuelles, jusqu’à 30 cm pourraient s’accumuler sur certaines régions.

© Fournis par MétéoMédia

Toutefois, il est difficile de prévoir les quantités exactes de neige qui tomberont sur le Québec, pour l’instant. Il faudra garder un œil sur cette perturbation.

Avec MétéoMédia

Canada: Des universités défient Québec en planifiant une rentrée en présence pour février

janvier 15, 2022

Le ministère les appelle à observer ses directives, qui commandent un retour en classe d’ici le 31 janvier.

Le pavillon Henry-F.-Hall de l'Université Concordia, à Montréal.

L’Université Concordia fait partie des établissements d’enseignement ayant décidé de repousser la rentrée en présence au-delà du 31 janvier. Photo: Radio-Canada/Martin Thibault

Des établissements d’enseignement postsecondaire visiblement inquiets de la déferlante du variant Omicron du coronavirus ont décidé unilatéralement d’outrepasser la date limite fixée par le gouvernement Legault pour renouer avec les cours en classe.

En théorie, le retour en présence sur les campus devrait être réalisé d’ici le lundi 31 janvier. Or, certains établissements ont annoncé cette semaine qu’ils entendaient maintenir leurs cours à distance jusqu’en février.

C’est le cas de l’Université Concordia, à Montréal. L’établissement a annoncé sur son site web jeudi que la rentrée en présence n’aura lieu que le jeudi 3 février, soit trois jours après la date limite fixée par Québec.

De même, les étudiants et professeurs de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) ne devraient pas retourner en classe avant la mi-février. Sur son site web, l’Université du Québec en Abitibi-TémiscamingueUQAT écrit même que l’enseignement à distance sera privilégié tant que 75 % des étudiants n’auront pas reçu leur dose de rappel contre la COVID-19.L'entrée principale de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue à Rouyn-Noranda.

Le campus de Rouyn-Noranda de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue Photo: Radio-Canada/Andrei Audet

En outre, au moins un établissement d’enseignement collégial, soit le Cégep régional de Lanaudière, a confirmé dans les derniers jours qu’il entendait reporter sa rentrée. Ainsi, les cours reprendront le 7 février, en présence. D’ici là, il n’y aura pas de cours à distance; le calendrier a simplement été décalé.

Québec demande aux établissements de se conformer

Le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, avait pourtant prévu une « période de transition » de deux semaines pour permettre aux cégeps et aux universités de renouer avec les cours en classe au-delà du lundi 17 janvier – date initialement fixée par le premier ministre Legault, le 30 décembre dernier.

Ce sursis avait été décrété le 7 janvier après l’annonce par certains établissements, comme l’Université de Montréal et l’UQAM, d’une rentrée en présence le lundi 24 janvier, voire le lundi suivant, le 31 janvier.

Le gouvernement Legault a tenu à rappeler les règles du jeu vendredi soir. Dans une communication transmise à Radio-Canada, le cabinet de la ministre McCann a appelé les établissements rétifs à se conformer aux directives qui leur ont été communiquées dès le 30 décembre dernier.Gros plan de Danielle McCann en conférence de presse.

La ministre de l’Enseignement supérieur du Québec, Danielle McCann Photo: Radio-Canada/Sylvain Roy Roussel

Le retour en présence sur les campus devra s’effectuer dès le 17 janvier, a-t-il rappelé, soulignant qu’il avait déjà fait preuve de flexibilité en donnant aux cégeps et aux universités la possibilité de compléter ce retour d’ici le 31 janvier.

En entrevue à l’émission Midi info, sur ICI Première, la ministre McCann avait elle-même rappelé plus tôt dans la journée que le 31 janvier représentait la date ultime pour renouer avec le retour en classe des étudiants dans les établissements d’enseignement postsecondaire.

Des étudiants veulent retourner en classe

Le report de semaine en semaine de la rentrée en présence au cégep et à l’université ne plaît pas à tout le monde.

En Abitibi, par exemple, une lettre ouverte a commencé à circuler vendredi pour demander à l’Université du Québec en Abitibi-TémiscamingueUQAT de faire marche arrière et d’amorcer un retour en présentiel entre le 17 et le 31 janvier, car de nombreux étudiants préféreraient largement vivre un retour en classe comme les mesures gouvernementales le permettent.

Concrètement, la mesure exigée par l’Université du Québec en Abitibi-TémiscamingueUQAT ciblant une couverture vaccinale de 75 % pour la troisième dose […] empêcherait des cohortes complètes d’avoir un enseignement en présentiel, et ce, pour encore plusieurs semaines, écrivent ses auteurs, ajoutant que Québec n’a jamais fait mention d’une mesure aussi extrême.

Sans compter qu’il est évident, selon eux, que la qualité de l’enseignement reçu en ligne n’équivaut pas à celle des cours en présentiel.

« Pour certains étudiants, le parcours universitaire tire à sa fin. Malheureusement, pendant les trois dernières années de celui-ci, ils n’ont eu que deux sessions complètes en présentiel, ce qui nuit beaucoup à la qualité de la formation qu’ils ont reçue. Il est assez navrant de sortir avec un diplôme et un titre, mais sans l’intégralité des compétences qui auraient dû être développées pendant cette formation. »— Une citation de  Extrait de la lettre ouverte à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

La lettre avait été signée vendredi soir par plus de 70 étudiants, selon ses auteurs. Ceux-ci font front commun contre la position officielle de l’Association générale étudiante de l’UQATAGEUQAT, l’association étudiante locale, qui a déclaré sur Facebook cette semaine que cette mesure lui semblait satisfaisante.

L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue UQAT et Concordia s’expliquent

L’Université du Québec en Abitibi-TémiscamingueUQAT s’est justifiée par courriel vendredi soir en soulignant que plusieurs de ses activités de recherche […] se sont poursuivies en présentiel sans interruption aucune et que le retour de l’enseignement en présentiel sera amorcé dès le 24 janvier en commençant par les cours comprenant une composante pratique ou expérientielle.

De plus, l’accès aux campus et centres est possible en suivant les mesures sanitaires et les services aux étudiants, dont le soutien psychosocial, l’aide à la réussite et le soutien technopédagogique, sont disponibles en présence ou à distance, a fait valoir la directrice des communications de l’université, Stéphanie Duchesne.

Celle-ci a également rappelé que des représentants de l’Association générale étudiante de l’UQATAGEUQAT et des quatre syndicats de l’université avaient été consultés. En outre, le ministère est au courant des orientations qui ont été prises par l’Université du Québec en Abitibi-TémiscamingueUQAT, assure Mme Duchesne.

L’Université Concordia, pour sa part, a précisé vendredi soir par courriel que sa session d’hiver [avait] commencé le 6 janvier, soit un jeudi, et que, pour des raisons de planification, il [était] plus cohérent de reprendre les cours en personne un jeudi afin de faciliter la structure des cours.

Le retour en personne est donc prévu dans la semaine du 31 janvier, a fait valoir sa porte-parole, Vannina Maestracci.

Avec Radio-Canada par

Jérôme Labbé

Jérôme Labbé

Congo-diaspora/Mois de l’Histoire des Noirs : Joyce N’Sana sur scène

février 25, 2020

 

Depuis 1996, le mois de février est consacré, au Canada, à la célébration de l’Histoire des Noirs. L’artiste congolo-québéquoise participe à nouveau à la programmation de la diversité culturelle de cette année

 

Joyce N'Sana aux festivités du Mois de l'Histoire des Noirs 2020 au Canada

Deux dates sont prévues pour Joyce N’Sana : le 27 Février à 20h sur le plateau de la télévision Matv Montréal et le 29 Février à 19h dans le cadre des festivités des diasporas africaines à Laval.

L’auteure-compositrice et interprète à la voix féminine montante du Reggae et de l’Afrobluehop est une habituée de ce genre de représentation. C’est pour elle, l’occasion de livrer son message, à la teneur d’un art de paix, avec clarté et détermination.

L’occasion également d’affirmer sa présence scénique, soutenue, certes, par des rythmes entraînants, mais aux mélodies touchantes qui vous atteignent droit au cœur.

Une manière à elle d’honorer la célébration de l’Histoire des Noirs souvent ignorée par eux-mêmes, les Noirs relayant au second plan leur apport dans les diverses réussites de l’humanité.

 

Avec Adiac-Congo par Marie Alfred Ngoma

France : Il fait 27°C dans le Var ce lundi, un record pour un mois de février

février 3, 2020

Pour la première fois de l’année, et de manière très précoce, le seuil de chaleur établi à 25°C a été dépassé dans le sud de la France. Un net rafraîchissement est prévu dès mardi.

À Nice, le 23 janvier. Des températures estivales sont encore attendues aujourd'hui dans le sud de la France.
À Nice, le 23 janvier. Des températures estivales sont encore attendues aujourd’hui dans le sud de la France. VALERY HACHE / AFP 

Cet hiver est le deuxième plus doux en France depuis le début des relevés météorologiques en 1900, rapporte Météo France. Les records mensuels de chaleur ont été pulvérisés ce lundi 3 février dans le sud de la France, dépassant pour la première fois de l’année, et de manière très précoce, le seuil de chaleur établi à 25°C.

À titre d’exemple, le mercure montait à 14 heures jusqu’à 27°C à Seillans, dans le Var. Et de nombreux records ont été battus : 25,8°C au Luc-en-Provence, 23,3°C à Hyères, 26,2°C à Fréjus ou encore 25,8°C à Bormes-les-Mimosas, selon notre partenaire La chaîne météo.

Dans le Sud-Ouest, les températures atteignent également des records saisonniers avec 24,3°C à Pau, 25,7°C à Biarritz ou 26°C à Saint-Jean-de-Luz, note encore La chaîne météo.

Les températures nocturnes de la nuit du 2 au 3 février ont également été dignes d’une nuit estivale avec des records mensuels battus à Dijon avec 12,5°C, Vichy avec 13,7°C, Clermont-Ferrand avec 14,7°C, Montpellier avec 15,3°C et 18°C à Calvi en Corse.

Sur Twitter, le ministère de l’Écologie a mis en avant ces «nouveaux records de températures» qui concernent l’Europe entière, mettant en garde contre «des conséquences alarmantes pour la biodiversité».

Chute spectaculaire des températures mardi

Ce coup de chaleur s’explique notamment par un anticyclone provenant des Açores, transportant une vague d’air chaud sur tout le Sud-Ouest du pays. Ce qui contraste avec une forte dépression venant de Scandinavie, ce qui va provoquer un net rafraîchissement à partir de mardi.

Cette douceur ne sera donc que temporaire puisqu’une chute importante des températures est prévue à partir de mardi sur tout le pays où le mercure chutera de près de 10 degrés en moyenne par rapport à la veille.

Un rafraîchissement des températures est prévu dès mardi

Un rafraîchissement des températures est prévu dès mardi La Chaîne Météo

Par Le Figaro.fr