Posts Tagged ‘Fidel Castro’

Cuba: Washington voit dans la réaction de Fidel Castro un signe positif

janvier 27, 2015

Washington – Les Etats-Unis ont qualifié de signe positif la réaction de l’ex-président cubain Fidel Castro sur le rapprochement historique entre Washington et La Havane, a affirmé mardi la porte-parole du département d’Etat, Jennifer Psaki.

Nous prenons sa référence aux normes et aux principes internationaux comme un signe positif et nous espérons que le gouvernement cubain (les) mettra en œuvre pour un Cuba démocratique, stable et prospère, a déclaré Mme Psaki.

Fidel Castro a rompu lundi soir un silence de plusieurs mois en confiant dans une lettre qu’il ne faisait pas confiance aux États-Unis mais qu’il ne rejetait pas pour autant le rapprochement récemment engagé avec Washington.

Je n’ai pas confiance dans la politique des États-Unis, et je n’ai échangé aucun mot avec eux, mais cela ne signifie à aucun moment un rejet d’une solution pacifique aux conflits, a déclaré l’ex-chef d’État de 88 ans dans un courrier lu sur l’antenne de la télévision nationale et publié mardi dans la presse d’État.

Le président de Cuba a pris les mesures pertinentes au regard de ses prérogatives (…) Nous défendrons toujours la coopération et l’amitié entre tous les peuples du monde, y compris avec nos adversaires politiques, a affirmé Fidel Castro dans son message.

Toute solution pacifique et négociée aux problèmes entre les Etats-Unis et les populations ou toute population d’Amérique latine, qui ne prévoit pas l’usage de la force, devrait être traitée selon les normes et les principes internationaux, a ajouté l’icône révolutionnaire.

Ces déclarations sont publiées quatre jours après des premières discussions officielles de haut niveau entre les deux pays depuis plusieurs décennies. Ces pourparlers ont ouvert la voie au rétablissement des relations diplomatiques rompues en 1961 entre les deux pays.

Romandie.com avec(©AFP / 27 janvier 2015 20h59)

Trois jours de deuil à Cuba pour Hugo Chavez, véritable fils de Fidel Castro

mars 6, 2013

LA HAVANE – Cuba a décrété trois jours de deuil en hommage au président vénézuélien Hugo Chavez qui a accompagné Fidel Castro comme un véritable fils, a affirmé mardi le gouvernement cubain dans une déclaration lue au journal télévisé du soir.

Avec une profonde et déchirante douleur, notre peuple et le gouvernement révolutionnaire ont appris le décès du président Hugo Chavez, affirme le communiqué du gouvernement qui présente ses sincères condoléances à ses parents, ses frères, ses filles et fils et tous ses proches, qui sont aussi les nôtres, comme Chavez est aussi fils de Cuba, d’Amérique latine, des Caraïbes et du monde entier.

La Révolution bolivarienne aura notre appui résolu et sans restriction dans ces journées difficiles, affirme le texte en apportant au gouvernement vénézuélien son soutien, encouragement et foi en la victoire.

Chavez est aussi Cubain ! Il a senti dans sa chair nos difficultés et nos problèmes et a fait tout ce qu’il a pu, avec une extrême générosité (…) Il a accompagné Fidel comme un véritable fils et son amitié avec Raul est profonde, ajoute le communiqué du gouvernement.

Le président Chavez a livré une extraordinaire bataille tout au long de sa courte et féconde vie, assure le texte intitulé Hasta siempre, comandante (A jamais, commandant).

Il a brillé dans les batailles internationales face à l’impérialisme, toujours en défense des pauvres, des travailleurs, de nos peuples. Enflammé, persuasif, éloquent, ingénieux et émouvant, il parlait depuis les entrailles des peuples, chantait nos joies et déclamait nos poèmes avec un optimisme perpétuel, ajoute le texte lu par le présentateur du journal télévisé.

Cuba gardera un loyauté éternelle à la mémoire et à l’héritage du commandant président Chavez et poursuivra ses idéaux d’unité des forces révolutionnaires et d’intégration et d’indépendance de notre Amérique, conclut le texte.

Cette réaction, lue à la fin du journal télévisée sans intervention directe du président cubain Raul Castro ou d’un autre responsable du régime cubain, était la première à la mort du président vénézuélien, annoncée plus de trois heures plus tôt à Caracas.

Hugo Chavez, 58 ans, avait été hospitalisé à Cuba durant deux mois avant son retour à Caracas à la mi-février. Depuis la détection d’un cancer dans la région pelvienne en 2011, il avait fait de multiples séjours à Cuba pour y subir quatre opérations et suivre des chimiothérapies.

Le Venezuela est le principal partenaire commercial de Cuba et lui apporte une aide économique cruciale en lui fournissant à des conditions avantageuses près des deux tiers de ses besoins en pétrole.

Quelque 40.000 Cubains, surtout des professionnels de la santé, travaillent au Venezuela, ce qui constitue, avec près de six milliards de dollars, la première source de revenus en devises pour Cuba.

Romandie.com avec (©AFP / 06 mars 2013 04h17)

Richard Blanco, latino et gay, poète officiel de l’investiture d’Obama

janvier 21, 2013
 « Conçu à Cuba, né en Espagne et élevé aux Etats-Unis » tel se décrit le poète latino-américain Richard Blanco, choisi par Barack Obama pour réciter un poème lors de son investiture ce lundi 21 janvier. 

Richard Blanco, latino et gay, poète officiel de l'investiture d'Obama
Richard Blanco, 44 ans, 5e poète officiel pour l’investiture d’un président américain.

Copie d’écran/Nbcnews.com

Richard Blanco est le poète choisi par la Maison Blanche pour réciter un poème lors de la cérémonie d’investiture de Barack Obama ce lundi 21 janvier 2013. À l’image du 44e président américain, ce jeune poète de 44 ans dévoile une tout autre face des États-Unis, éloignée des stéréotypes wasp (anglo-saxons protestants blancs).  

Richard Blanco, fils d’exilés cubains, né en Espagne, est ouvertement gay. Ses parents ont fui la révolution de Fidel Castro. Il a grandi et fait ses études à Miami, aux États-Unis, et il y est devenu ingénieur. Il a peu à peu délaissé ce premier métier pour l’écriture poétique et l’enseignement. Son recueil de poème intitulé City of a Hundred Fires a notamment reçu le prix de poésie Agnes Lynch

Aujourd’hui, Il est en passe de sortir de l’anonymat ou, à tout le moins, de l’ombre dans laquelle la poésie l’a installé et de briller l’espace de quelques instants lors de la cérémonie qui se tiendra sur les marches du Capitole.  

Une tradition qui remonte à … 1961

Le poète cubain doit lire un poème composé spécialement pour l’occasion. Cette oeuvre originale sera directement inspirée de sa propre existence. Addie Whisenant, porte-parole auprès du comité d’investiture, dit de ses poèmes qu’ils sont des plus personnels et qu’ils définissent avec la plus grande justesse l’identité américaine

Cette tradition du « poète inaugural » remonte au 20 janvier 1961, lors de l’investiture du Président John Fitzgerald Kennedy. Le poète Robert Frost avait alors récité alors le poème The Gift Outright. Aujourd’hui, Richard Franco devient le 5e et plus jeune poète à perpétuer cette tradition. Il succède à Elizabeth Alexander qui avait récité Praise Song for the Day pour la 1ère cérémonie d’investiture de Barack Obama en 2009, tandis que Bill Clinton avait choisi la poétesse afro-américaine Maya Angelou pour sa première investiture en 1993 et le poète Miller Williams pour la seconde en 1997. Il s’agit donc, à l’heure actuelle, d’une tradition purement démocrate. 

http://www.youtube.com/watch?v=wdcle58xRaY&feature=player_embedded

 Lexpress.fr par Sophiane Meddour

Nouvelles rumeurs sur l’état de santé de Fidel Castro

septembre 6, 2011

Invisible, le Lider Maximo ne s’est pas exprimé depuis plus de deux mois.

La dictature cubaine traverse une mauvaise passe. Le ministre des Forces armées révolutionnaires, le général Julio Casas Regueiro, est décédé à l’âge de 75 ans d’une crise cardiaque le week-end dernier. Alors que les autorités ont décrété un deuil national de deux jours et demi, de plus en plus de voix, tant à Cuba qu’à Miami, s’interrogent sur le silence persistant de Fidel Castro.

Durcissement du régime

Le Lider Maximo a été aperçu en public pour la dernière fois lors du VIe Congrès du Parti communiste cubain (PCC), à la mi-avril. Affaibli, l’ancien numéro un cubain s’était alors excusé de son absence lors des défilés du cinquantenaire de la Révolution. Cet aveu de faiblesse avait alors ému de nombreux Havanais. Fidel Castro a, par la suite, continué à livrer ses «Réflexions» dans le quotidien Granma, l’organe officiel du PCC, comme il le fait depuis quelques années. La dernière de ces réflexions, un hommage à Hugo Chavez, date du 3 juillet. L’ancien dirigeant cubain n’a jamais été absent aussi longtemps de la tribune du Granma. Dimanche, le quotidien El Nuevo Herald de Miami a titré: «Le silence de Castro suscite des interrogations sur sa santé».

De fait, El Comandante n’a pas commenté la chute de Kadhafi, ni les événements de Syrie. Le demi-frère de Raul Castro n’est pas non plus apparu pour ses 85 ans, le 13 août dernier. Il n’en fallait pas plus pour qu’Internet relaie depuis quelques jours des rumeurs sur la mort de Fidel. La fille de Raul Castro, Mariela, a assuré que «le Commandant en chef est vivant, (…) jouit d’une très bonne santé et est très créatif».

Si le régime, fidèle à son habitude, a, lui, refusé de commenter l’état de santé du chef historique de la Révolution, le climat a changé à Cuba depuis quelques semaines.

Malgré une libéralisation de l’économie et la libération de nombreux prisonniers politiques depuis un an, Raul Castro a renoué récemment avec la politique de la matraque. La Commission cubaine des droits de l’homme et de la réconciliation nationale (CCDHRN) a dénoncé le 30 août une nouvelle vague d’arrestations près de Santiago de Cuba. «Depuis cinq semaines, le gouvernement a mené des actions violentes de répression politique… Au moins 65 hommes et femmes ont été arrêtés par la police secrète politique et la plupart, totalement désarmés, ont subi divers actes de brutalité policière», a déclaré le porte-parole de la CCDHRN, Elizardo Sanchez Santacruz. Une trentaine de ces dissidents resteraient détenus.

Si le régime cubain, habitué à souffler le chaud et le froid, a bel et bien accru sa répression, plusieurs observateurs estiment qu’il s’agit de mesures préventives à un moment où la détérioration des conditions de vie des habitants risque d’attiser une grogne populaire. La presse étrangère a aussi fait les frais de cette vague de répression. Dimanche, le quotidien espagnol El Pais a annoncé que le régime cubain a révoqué le visa de son correspondant à La Havane, Mauricio Vicent. En poste depuis vingt ans à Cuba, il était l’un des derniers correspondants occidentaux à aussi bien connaître le pays.

Lefigaro.fr par Hector Lemieux