Posts Tagged ‘Film’

Cinéma: Deneuve et Depardieu à nouveau réunis à l’écran

août 11, 2016

Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, couple mythique du cinéma français, seront à nouveau réunis à l’écran. Ils joueront dans un film dont le tournage commence en août dans la région parisienne, selon l’agent de l’acteur: « Bonne Pomme », une comédie poétique.

Le film est réalisé par Florence Quentin, dans laquelle Catherine Deneuve, 72 ans, incarnera une tenancière d’auberge et Gérard Depardieu, 67 ans, un garagiste, a précisé pour sa part Dominique Besnehard qui coproduit le film avec Catherine Gozlan.

Au générique figureront également l’humoriste Chantal Ladesou et le comédien Guillaume de Tonquédec, selon le journal Le Parisien qui indique que le film sortira sur les écrans courant 2017. Son tournage aura lieu dans la région parisienne.

Duo classique
Les carrières de Catherine Deneuve et de Gérard Depardieu se sont croisées à de multiples reprises en plus de trois décennies, notamment dans « Le Dernier métro » de François Truffaut (1980), « Fort Saganne » d’Alain Corneau (1984), « Drôle d’endroit pour une rencontre » de François Dupeyron (1998) ou « Potiche » de François Ozon (2010).
Florence Quentin a été la scénariste du réalisateur Etienne Chatilliez pour « La Vie est un long fleuve tranquille », « Tatie Danielle » et « Le Bonheur et dans le pré ». « Bonne Pomme » sera son quatrième long-métrage en tant que réalisatrice.

Romandie.com avec(ats / 11.08.2016 16h35)

RDC : le film de Thierry Michel sur Denis Mukwege interdit de projection à Kinshasa

septembre 2, 2015
Affiche du film "L'Homme qui répare les femmes". © DR

Affiche du film « L’Homme qui répare les femmes ». © DR

Le film de Thierry Michel et Colette Braeckman, « L’Homme qui répare les femmes », ne sera pas projeté à Kinshasa. Le ministre de la Communication a refusé l’autorisation car l’oeuvre contiendrait, selon lui, des attaques « injustifiées » envers l’armée.

Le long-métrage de Thierry Michel et Colette Braeckman sur le chirurgien Denis Mukwege, « L’Homme qui répare les femmes », a été interdit de projection dans la capitale congolaise. Le film, qui met en lumière le drame des viols dans l’est du pays, devait initialement être présenté à l’Institut français, mardi 8 et mercredi 9 septembre, mais le ministre de la Communication, Lambert Mende a refusé l’autorisation de projection.

Le ministre, joint par Jeune Afrique, estime que certains passages étaient « inacceptables » à l’encontre de l’armée congolaise. « Nous connaissons des soldats qui sont morts dans les combats, nous ne pouvons pas accepter qu’ils soient accusés de viols », explique-t-il.

« Je ne fais aucune accusation », répond Thierry Michel, contacté par Jeune Afrique. « Ce sont des rapports de l’ONU qui parlent pas viols et ce sont des témoins que nous faisons parler dans le film », explique-t-il. « Lambert ne peut quand même pas nier qu’il y a des procès, dont nous diffusons d’ailleurs des images, qui sont en cours en RDC », déplore encore le réalisateur. Et de conclure : « Ce film a connu un gros succès à l’international et va être projeté à Washington, New York ou Paris, mais les Congolais, dont certains ont participé au tournage, ne pourront pas le voir. C’est pitoyable. »

« Il gêne tout le monde »

Ce n’est pas le premier film de Thierry Michel à être interdit en RDC. « L’Affaire Chebeya, un crime d’État ? » avait déjà valu à son réalisateur une arrestation, une expulsion, une interdiction du film et un procès en Belgique en 2012. Toutefois, Thierry Michel louait encore il y a peu la liberté avec laquelle il avait pu travailler, en collaboration avec Colette Braeckman, sur son dernier long-métrage.

Le docteur Mukwege, reconnu internationalement, n’en est également pas à ses premiers déboires avec les autorités congolaises, notamment en ce qui concerne la gestion de sa clinique de Panzi, à Bukavu. Le gynécologue congolais, qui dénonce sans relâche depuis 20 ans les viols et les mutilations dont sont victimes les femmes à l’est de la RDC, est devenu au fil des années de plus en plus engagé et de plus en plus critique à l’égard du pouvoir en place. Au point que certains commencent à se méfier de prétendues ambitions politiques.

« Il gêne tout le monde. Il gêne tous les groupes rebelles de quelque obédience qu’ils soient. Il gêne même les autorités de son pays », disait de lui Thierry Michel sur les ondes de la RTBF en mars 2015. Et de conclure : « Je crois qu’elles trouvent qu’il ne donne pas une bonne image du pays. Mais il donne une image réelle ».

Jeuneafrique.com par Mathieu Olivier

Zahia bien­tôt actrice, elle jouera dans le prochain film de Mari­lou Berry

juin 6, 2015
Mari­lou Berry

Mari­lou Berry

Pourvu que ce soit de la 3D !

On l’a connue il y a quelques années comme celle par qui est arrivé le scan­dale. Zahia était l’es­cort girl qui a fait trem­bler le petit monde du foot­ball. Des débuts média­tiques pour le moins sulfu­reux mais que la bimbo a su gérer de main de maître.

Cinq ans – déjà – après la décou­verte du scan­dale sexuel dans lequel elle était impliquée, Zahia Dehar est deve­nue une femme d’af­faires avisée et une créa­trice de mode respec­tée. Un joli parcours qu’elle va encore enri­chir en faisant ses premiers pas – ce qui n’est pas toujours chose facile pour elle – sur grand écran.

Selon les infor­ma­tions de France Dimanche, la fille de Josiane Balasko, Mari­lou Berry, aurait décidé de propo­ser un rôle à la jeune femme de 23 ans. Un rôle presque de compo­si­tion pour Zahia, puisqu’elle y incar­ne­rait un mannequin linge­rie dans le film José­phine 2.

Une nouvelle carrière tendrait donc les bras à la jolie brune, blonde et même parfois rousse, aux courbes surna­tu­relles. On a hâte de décou­vrir sa pres­ta­tion !

Voici.fr par Karine Hernandez

825 comédiens nus dans un film

juin 5, 2011

Mago, un film à petit budget qui a pour but de dénoncer la pollution, fait fureur en Corée du Sud, un mois avant d’entrer sur le circuit: il met en vedette 825 comédiens et comédiennes flambant nus.

Son objectif n’est pas érotique, mais de décrire la chute de l’homme qui massacre l’environnement. L’histoire commence dans un environnement mythique de bonheur, de beauté, et de joie pour terminer dans la boue et la pollution.

Sauf que 825 corps en pleine nudité, dont une centaine de jeunes filles recrutées sur les campus, ça frappe! Ça attire! Surtout dans un pays où la nudité en publique n’est pas répandue.

Choquant! Choquant titre le tabloid Sport Chosun Daily.

Il n’y a presque pas de dialogue dans le film. Ce sont les corps qui parlent. Le scénariste de Mago, le poète Jang Kyung-ki qui est âgé de 41 ans veut raconter l’histoire du paradis perdu.

« Je voulais monter des corps heureux, libres et joyeux, avant l’apparition du mal. Je ne m’attendais pas à une telle réaction. Ce n’est pas un film érotique mais une poésie. »

Le film qui a coûté environ 3 M$ Can a eu beaucoup de difficulté à obtenir le sceau d’approbation de la censure.

En général, un film avec de la nudité est classé 18 ans et plus, mais le producteur voulait une plus grande diffusion. Finalement, les censeurs ont accepté la grande diffusion.

Les comédiens et les comédiennes ont aussi lutté pour convaincre leurs parents du bien fondé de l’oeuvre cinématographique.
Chose certaine, Mago va faire salle comble. Le message passera-t-il?