Posts Tagged ‘forages’

Congo: Lancement d’un projet d’adduction d’eau potable en milieu rural

août 4, 2013
Geste symbolique de l'eau par le président  Denis Sassou Nguesso

Geste symbolique de l’eau par le président Denis Sassou Nguesso

Le président de la République Denis Sassou N’Guesso a lancé le 3 août à Kingoma (département de la Bouenza), le projet «eau pour tous» destiné à améliorer l’accès des populations rurales à l’eau potable.

Le chef de l’Etat inaugurant le premier forage du projet eau pour tous Financé par le gouvernement congolais à plus de 192 milliards de francs CFA, ce projet sera réalisé en 3 ans par la société brésilienne Asperbras. Il portera sur la construction de 4000 forages d’eau potable devant couvrir plus de 2000 villages répartis dans les différents départements du pays.

«Il s’agit de toucher les populations de la majorité de nos villages. En matière d’ingénierie technique, le projet tiendra compte du gabarit des villages et de leur composition. Il est donc prévu un forage pour les villages de moins de 300 habitants, un à deux forages pour les villages de 300 à 1000 habitants, deux à trois forages pour les villages de 1000 à 3000 habitants et enfin trois à quatre forages pour les villages de plus de 3000 habitants», a indiqué le ministre en charge de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, Jean jacques Bouya.

Chaque point d’eau comportera un forage équipé d’une pompe solaire, un kit solaire pour l’alimentation électrique de la pompe, un mini laboratoire d’analyse d’eau, des bacs de stockage d’eau surélevés de 3000 litres, des robinets de puisage et un système d’assainissement.

Confrontées jadis aux difficultés d’accès à l’eau potable, les populations de Kingoma savourent déjà les bienfaits du projet «eau pour tous» grâce à l’implantation de quelques forages par la société Asperbras. Kingoma est un village peuplé de 3000 habitants, situé dans le district de Madingou.

«Nous consommions au départ de l’eau de puits qui nous causait de problèmes. Ces forages vont nous épargner de longues distances à parcourir, ainsi que des maladies liées à l’insalubrité de l’eau», a dit Jean Marie Kissayi, habitant de Kingoma.

Le projet «eau pour tous» devrait permettre d’augmenter le taux d’accès à l’eau potable en milieu rural au Congo estimé à environ 10%. Les responsables des villages seront formés à l’entretien des forages afin d’assurer la maintenance pour une pérennisation des ouvrages.

«Le forage est le meilleur remède si l’on peut apporter quelques corrections au niveau des eaux souterraines. L’eau de surface est difficile à traiter dans les petits villages. Parce qu’il vous faut apporter des produits chimiques, un technicien expérimenté. Tout cela, le pays n’en a pas toujours. Déjà, notre Société nationale de distribution d’eau peine à Brazzaville et Pointe-Noire où il y a des revenus à plus forte raison dans les villages», a confié Alphonse Gantsiélé, chef de service des ouvrages de production d’eau à la délégation générale aux grands travaux.

Congo-site.com par Christian Brice Elion

Congo: Le Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville en pleine mutation

avril 19, 2013

Engagés depuis quelque temps, les travaux de réfection du Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville permettront de redorer le blason de cet établissement sanitaire public en améliorant les conditions d’accueil, de prise en charge et d’hospitalisation des malades.

Le Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville en pleine mutation
 
Ces travaux estimés à plusieurs milliards de francs CFA sont financés par le gouvernement congolais. Ils s’étalent sur plusieurs années et touchent différents services et compartiments du CHU. D’ores et déjà, ce programme a permis de réfectionner le bloc opératoire, le service de réanimation polyvalente et quelques ascenseurs.

Les travaux de réhabilitation de l’ancien bâtiment de cinq étapes sont en phase terminale. Ils incluent la réhabilitation et l’équipement des salles des malades, des bureaux du personnel médical, des blocs sanitaires, des ascenseurs. La réhabilitation du service de l’hygiène hospitalière et de celui des urgences en attendant sa délocalisation.

Il est aussi prévu la réhabilitation de la station d’épuration des eaux qui sera dotée d’une capacité de 800.000m3. Blaise Koumou, directeur de la société Elind en charge des travaux explique : «C’est une affaire qui a débuté en 2008, puis s’est arrêtée. Nous avons repris les travaux il y a environ trois mois grâce à un financement obtenu en 2012. Nous avons commencé par le curage des caniveaux et en ce moment nous sommes sur la station elle-même. La station aura besoin de beaucoup d’eau et il faudrait une quantité d’eau importante dans les canalisations. Après avoir été traitée à la station d’épuration, l’eau sera transférée dans le collecteur naturel la Mfoa».

Le CHU compte actuellement cinq forages d’eau qui ne lui permettent guère de garantir une autonomie. De l’eau fournie par la Société nationale de distribution d’eau (SNDE) servira pour le bon fonctionnement de la station d’épuration et des sanitaires de l’hôpital.

Plus grand centre hospitalier du pays, le CHU de Brazzaville compte 791 lits et quelque 1671 agents médicaux et paramédicaux. Cette structure sanitaire fait souvent l’objet des critiques des usagers qui déplorent les mauvaises conditions d’accueil et de prise en charge des patients.

Par ailleurs, pour éviter les flux des évacuations sanitaires obérant les finances publiques et des ménages, le gouvernement a décidé de renforcer le plateau technique du CHU en mettant en place un certain nombre d’infrastructures. C’est notamment le cas de l’imagerie à résonance magnétique (IRM), du centre d’hémodialyse, du centre national de traitement de la drépanocytose, des unités de prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et de stérilisation dont les structures sont en train d’être érigées dans l’enceinte même du CHU. L’implantation de ces structures s’accompagne d’un programme de formation du personnel chargé d’en assurer la gestion.

«Après ces travaux, d’autres vont se poursuivre car il s’agit de la réhabilitation complète du CHU. Nous sommes en train de prendre les dispositions pour que le centre soit maintenu en bon état», a indiqué le directeur général du CHU de Brazzaville, Bernard Ovoulaka qui a fait ce jour la ronde des chantiers.

Sur l’entretien du CHU, il a confié que celui-ci «ne se fait pas seulement par une société prestataire. Nous avons d’autres impératifs à l’hôpital, notamment le personnel que nous encadrons par exemple les filles et garçons de salle qui n’ont pas la même déontologie qu’une personne de l’extérieur. Nous avons institué la corbeille d’urgence grâce à laquelle le gouvernement a mobilisé des fonds pour que les malades arrivant en urgence soient pris en charge».

 
Congo-site.com par