Posts Tagged ‘Forebu’

RDC: dix déplacés brûlés vifs dans des combats entre communautés dans l’est

juillet 7, 2018

Bukavu (RD Congo) – Dix déplacés fuyant des violences à caractère communautaire ont été brûlés vifs dans la nuit de vendredi à samedi dans des affrontements intercommunautaires dans le Sud-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources concordantes.

« Plusieurs villages du groupement Balala-Nord ont été attaqués hier (vendredi) par des miliciens du groupe Ngumino et des rebelles du Forebu (Forces républicaines du Burundi) actifs dans la région d’Uvira et de Fizi (Sud-Kivu). Nous déplorons la mort de dix personnes dans des incendies », a déclaré à l’AFP John Mwimiwa, chef du secteur de Tanganyika (Sud-Kivu).

Le commandant des opérations militaires dans cette zone, le lieutenant-colonel Antoine Bagenyi a confirmé ces affrontements à l’AFP, sans donner des détails, indiquant être en mission hors de cette zone.

« Toutes (les personnes tuées) sont de déplacés en provenance de Bijombo. Elles ont été calcinées dans leurs maisons », a ajouté M. Mwimiwa. Les habitants de six villages attaqués ont fui dans la brousse, a-t-il poursuivi.

Les militaires de l’armée congolaise sont arrivés après la fuite des assaillants, a déploré le chef de secteur Mwimiwa, qui a précisé que les assaillants ont aussi emportés « deux cents vaches et 30 moutons ».

Parmi des personnes brûlées figurent « quatre enfants et deux femmes », a indiqué à l’AFP Claude Misare, président de l’ONG Nouvelle société civile congolaise du territoire d’Uvira.

Le secteur de Balala-Nord dans le territoire de Fizi (Sud-Kivu) reçoit depuis quelques semaines des déplacés en provenance du secteur de Bijombo, dans le territoire voisin d’Uvira dans la province du Sud-Kivu (Est).

A Bijombo, des Banyamulenge (tutsi congolais) considérés comme des étrangers, affrontent régulièrement des membres des communautés Bafuliro et Banyindu. Chaque communauté s’est dotée d’une milice.

Le bureau de l’ONU chargé des affaires humanitaires (OCHA) a recensé depuis le début de l’année « 76.000 » personnes déplacées à cause de ce conflit entre communautés dans cette zone de la province du Sud-Kivu (est).

Romandie.com avec(©AFP / 07 juillet 2018 13h24)                                                        

Burundi: une rébellion annonce sa création pour chasser Nkurunziza du pouvoir

décembre 23, 2015

Nairobi – Un ancien officier supérieur de l’armée burundaise a proclamé mercredi la naissance officielle d’une rébellion, les Forces républicaines du Burundi, regroupant selon lui les principaux groupes armés opérant dans le pays et qui a pour objectif de chasser du pouvoir le président Pierre Nkurunziza.

Dans le but de protéger la population et ses biens, et après une large concertation, nous avons décidé de former une force armée légaliste dénommée les Forces républicaines du Burundi, le Forebu, a annoncé le lieutenant-colonel Edouard Nshimirimana, dans un message audio parvenu à l’AFP mercredi.

 Notre objectif est de chasser par la force Nkurunziza du pouvoir pour restaurer l’Accord d’Arusha et la démocratie au Burundi, a-t-il affirmé après avoir été contacté au téléphone par l’AFP.

L’Accord d’Arusha avait consacré un partage du pouvoir entre Hutu et Tutsi, après une guerre civile qui opposa entre 1993 et 2006 l’armée, majoritairement tutsi, à des groupes rebelles hutu.

Le Burundi est plongé dans une profonde crise politique depuis la candidature fin avril de M. Nkurunziza à un troisième mandat, que l’opposition, la société civile et une partie de son camp jugent contraire à la Constitution et à l’Accord d’Arusha.

Un embryon de rébellion harcelait depuis plusieurs mois les forces de l’ordre à Bujumbura et en province. Mais sa création n’avait jamais été officialisée et elle n’avait pas de nom.

Le lieutenant-colonel Nshimirimana était officier supérieur en charge des transmissions dans l’armée burundaise. Il a déserté le 26 septembre et serait désormais basé dans la province de Bujumbura-rural, qui surplombe la capitale.

Il serait à la tête d’un important groupe armé, composé essentiellement de déserteurs de l’armée et de la police, et s’est présenté comme un des officiers d’état-major de la nouvelle rébellion.

Face à la violence féroce de l’Etat, et suite au refus catégorique et arrogant de tout dialogue, il dit n’avoir d’autre choix que le recours à la force pour protéger les populations et redonner toute sa vigueur à l’esprit de l’Accord d’Arusha.

Il accuse le président d’avoir fait perdre tout honneur aux forces de sécurité, en les poussant à commettre nombre d’exactions, et à ce titre, ne mérite plus d’être considéré comme commandant suprême de ces dernières.

Par son comportement irresponsable, M. Nkurunziza a aussi provoqué la division au sein des corps de l’armée et de la police, qui étaient jusque-là perçus comme des références d’intégration entre les Hutu et les Tutsi, a encore estimé cet officier.

L’Accord d’Arusha avait consacré la parité dans l’armée et la police entre les deux ethnies.

Romandie.com avec(©AFP / 23 décembre 2015 14h14)