Posts Tagged ‘Forum’

États-Unis: Donald Trump participera au Forum économique de Davos

janvier 9, 2020

Le président des États-Unis avait annulé l’an dernier son déplacement au dernier moment en raison du «shutdown» qui avait paralysé l’administration fédérale américaine.

Donald Trump arrivant à Zurich le 25 janvier 2018 pour le au Forum économique mondial de Davos.

Donald Trump arrivant à Zurich le 25 janvier 2018 pour le au Forum économique mondial de Davos. Reuters 

Le président américain Donald Trump participera fin janvier au Forum économique mondial de Davos, a indiqué jeudi à l’AFP un responsable américain. Le locataire de la Maison Blanche est attendu dans la station des Alpes suisses les 21 et 22 janvier.

L’an dernier, il avait annulé son déplacement au dernier moment en raison du «shutdown» qui avait paralysé l’administration fédérale américaine.

En 2018, le milliardaire républicain s’était employé, lors d’un discours inhabituellement mesuré, à rassurer les partenaires diplomatiques et commerciaux des États-Unis. «L’Amérique d’abord n’est pas l’Amérique seule», avait-il martelé.

Parmi les membres de la délégation américaine qui se rendront cette année à Davos figurent la fille et conseillère du président, Ivanka Trump, ainsi que son gendre et conseiller, Jared Kushner. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, le ministre du Commerce Wilbur Ross, et le représentant au Commerce Robert Lighthizer feront également le déplacement.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Congo: Les acteurs vivants et morts de la vie politique

février 23, 2017

Au cours d’un pan de notre histoire récente, la parole était donnée aux différents acteurs de la vie politique congolaise et de la société civile, pour donner leurs opinions sur les crimes commis et sur l’avenir du pays, au Forum de Brazzaville. Ceux de l’étranger avaient aussi émis leurs idées, dans la méfiance sans la confiance du vivre ensemble qui continue d’inquiéter. Des propos qui restent actuels à un moment capitale de notre histoire.

Centrafrique : ce qu’il faut retenir du forum de Bangui

mai 11, 2015

Un ancien rebelle de la Séléka.
Un ancien rebelle de la Séléka. © Patrick Fort/AFP

Le forum de Bangui s’est achevé lundi par une cérémonie solennelle organisée à l’Assemblée nationale. Pendant une semaine, près de 600 participants venus des quatre coins du pays ont débattu de l’avenir de la Centrafrique. Quelles décisions importantes ont-ils pris ?

Le DDR

L’accord de Désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR) signé entre neuf groupes armés et le ministère de la Défense est un passage obligé vers le règlement de la crise centrafricaine. Il engage chaque groupe à cesser immédiatement la lutte armée, à prévoir le regroupement dans un bref délai des combattants dans différents sites. Leur prise en charge sera faite par le gouvernement avec l’appui de ses partenaires. Ils pourront soit être candidats à une intégration dans les corps en uniforme de l’État (l’armée, la gendarmerie, la police, les Eaux et forêts), soit être reconduits à l’intérieur du pays pour bénéficier de programmes de développement communautaire générateur de revenus.

Sur ce point, les critères d’intégration restent très flous, comme la taille de la nouvelle armée centrafricaine. Les combattants étrangers (notamment les Tchadiens et Soudanais) seront quant à eux rapatriés dans leurs pays d’origine s’ils n’ont pas commis de crime de guerre.

>> Lire aussi : à quoi sert le forum de Bangui ?

« Je veux croire qu’une page est vraiment tournée en Centrafrique, a déclaré dimanche à Bangui le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la République centrafricaine, Babacar Gaye, après la signature de l’accord. Sur ce chemin de la paix, le pas qui a été franchi aujourd’hui est un pas très important « .

Assez critique, un ancien ministre estime que « créer une armée avec des membres de différentes factions est trop dangereux pour un pays aussi instable politiquement que la Centrafrique ».

Report des élections et reconduction de transition

C’est l’autre grande décision du forum. À l’annexe du rapport de la commission « Gouvernance », trois propositions fortes ont été formulées par les participants : le report des prochaines élections (prévues en juin-juillet) après concertation entre l’Autorité nationale des élections (ANE) et d’autres institutions, la saisine de la conférence des chefs d’États de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) pour la prolongation de la transition et le maintien des hautes autorités de la transition jusqu’aux élections.

Élue en février 2014, la présidente de transition, Catherine Samba-Panza, devrait donc rester en place jusqu’à la fin de l’année au minimum. Tout comme son Premier ministre, Mahamat Kamoun, et le président du Conseil national de transition (CNT) Alexandre-Ferdinand Nguendet.

Justice et réconciliation

La lutte contre l’impunité était l’un des recommandations principales des délégués. Le Forum de Bangui a donc recommandé la création de structures devant permettre justice et réconciliation. Une Commission vérité, justice et réconciliation, ainsi que des comités locaux de paix et de réconciliation doivent être mis en place. Le Forum demande également la création d’une commission d’enquête sur les crimes transfrontaliers, notamment ceux de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Absents et mécontents

L’événement se voulait inclusif, il ne l’aura pas été. Une des trois composantes de l’ex-Séléka, celle dirigée par l’ancien président Michel Djotodia et son numéro deux Noureddine Adam, a refusé de prendre part au débat. Djotodia comme son prédécesseur François Bozizé ont été exclus des discussions. En conséquence, le parti de Bozizé, la Convergence Nationale Kwa Na Kwa (KNK), a lui aussi boycotté l’évènement.

Le déroulement du forum n’a pas fait que des heureux. La reconduction de la transition fait polémique. Au moment où les recommandations du forum de Bangui étaient lues dans l’hémicycle du CN, plusieurs centaines de manifestants demandaient la démission de Catherine Samba-Panza et la libération de membres de l’ex-Séléka et des anti-balaka. La Minusca a dû intervenir. Des coups de feu ont été entendus.

Jeuneafrique.com par Vincent Duhem

RCA: consensus sur le choix des organisateurs du Forum de Bangui

avril 16, 2015
Le Premier ministre de Centrafrique, Mahamat Kamoun, a présidé avec succès une large concertation sur l'équipe organisatrice du Forum de Bangui.AFP/Pacome Pabandji

Le Premier ministre de Centrafrique, Mahamat Kamoun, a présidé avec succès une large concertation sur l’équipe organisatrice du Forum de Bangui.AFP/Pacome Pabandji

« Consensus », c’était le mot du jour. Le Premier ministre Mahamat Kamoun a présidé une large concertation pour mettre sur pied en un temps record le présidium et le comité technique d’organisation du Forum de Bangui.

« Chaque entité a proposé des personnalités répondant aux critères voulus. Toutes les personnalités ont été admises par consensus aux différents postes des deux structures qui seront chargées d’organiser le Forum de Bangui », précise Laurent Ngon Baba, le vice-président de la séance.

Côté groupe armé, les anti-balaka cèdent leur place au présidium à un représentant de l’ex-Seleka et gagne une place au comité technique. Une décision de bon sens, pour Igor Lamaka, le porte-parole des anti-balaka : « Nous ne voulons pas aller dans les discussions ou encore dans les guéguerres. Donc nous avons décidé de laisser la place à nos frères de la Seleka. »

A la tête du comité technique, la ministre de la Santé Marguerite Samba succède au controversé Jean-Jacques Demafouth. De quoi satisfaire l’assemblée, notamment Thierry George Vacatte, rapporteur adjoint pour le comité : « Elle est ministre, c’est un cadre centrafricain, elle est connue. C’est une dame qui a pignon sur rue, ce n’est pas une parvenue. Elle peut gérer, car elle gère déjà un grand département. »

En une seule journée, partis politiques, société civile et parlementaires ont réussi à s’entendre sur tous les points. Un bel exemple de démocratie qu’il faudra reproduire au Forum de réconciliation.

Rfi.fr

RCA: les anti-balaka iront-ils en ordre dispersé au Forum de Bangui?

avril 6, 2015
 Depuis son fief de Boy-Rabe Patrice-Edouard Ngaissona, coordonnateur national des anti-balaka, contesté par une autre figure du mouvementLaurent Correau/RFI


Depuis son fief de Boy-Rabe Patrice-Edouard Ngaissona, coordonnateur national des anti-balaka, contesté par une autre figure du mouvementLaurent Correau/RFI

A trois semaines du Forum de Bangui, table ronde censée être le lieu de discussions des modalités du retour à une paix durable en République centrafricaine (RCA), de nouvelles querelles de leadership apparaissent au sein de la mouvance. Au centre de ce bras de fer se trouve la liste des représentants anti-balaka au forum.

D’un coté, Edouard Ngaissona, coordonnateur national des anti-balaka, qui a fondé son parti, le PCUD, fin novembre. De l’autre, une figure de la mouvance anti-balaka, Joachim Kokaté, qui conteste le leadership de Ngaissona et affirme avoir le soutien des comzones de province.

Joachim Kokaté entend bien participer au Forum pour négocier le programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR) avec les autorités de transition.

« Les comzones ne se reconnaissent pas dans le parti de Ngaissona. Les anti-balaka ne sont pas les instruments du PCUD. Il faut d’abord organiser le désarmement puis, plus tard, on parlera politique », a déclaré Joachim Kokaté à RFI.

Problème : les cadres partis à Nairobi pour les négociations parallèles sont décriés par la coordination qui affirme n’avoir mandaté personne pour participer à ces discussions.

« Ils voulaient une troisième transition. Nous, on est contre. Ils avaient leur propre but », explique Sebastien Wenezoui, coordonnateur national adjoint.

« Cela fait des semaines qu’on attend leur retour de Nairobi. Mais quand ils rentreront, on pourra peut-être se mettre autour d’une table », ajoute-t-il.

En attendant, la coordination qui assure, elle aussi, avoir le soutien des comzones, a déjà proposé aux autorités une vingtaine de noms pour représenter les anti-balaka au Forum. Une liste « modifiable », note le coordonnateur adjoint.

Rfi.fr