Posts Tagged ‘Français’

Mercenaire, barbouze ou agent de sécurité : qui est le Français arrêté à Bangui ?

mai 11, 2021
Le Français Juan Rémy Quignolot a été arrêté à Bangui le 10 mai 2021, en possession de nombreuses armes et munitions.

L’arrestation d’un ressortissant français détenteur d’un important stock d’armes et soupçonné « d’activités subversives » par les autorités centrafricaines met Bangui en émoi.

Coupe militaire impeccable, mâchoire carrée et visage fermé. Juan Rémy Quignolot, la cinquantaine visiblement sportive, campe son regard dans celui des policiers qui l’interrogent, et ses deux pieds dans la poussière, devant les locaux de l’Office central pour la répression du banditisme (OCRB), une unité spéciale de la police centrafricaine. A l’exception notable de la chemisette à fleur, l’homme a tout du militaire « en civil ». Et à ses pieds sont étalés, placés bien en évidence pour les besoins d’une présentation à la presse convoquée pour l’occasion, les nombreuses pièces d’un véritable arsenal de guerre. Fusils mitrailleurs, pistolets, fusil à lunettes, munitions diverses en grand nombre… Il y a là de quoi équiper une petite escouade. Du matériel de bivouac, aussi, des lampes électriques aux sacs de couchage en passant par les rangers et autres capes de pluie couleur kaki, que l’on imagine fort utile dans les forêts centrafricaines, où la saison des pluies a démarré il y a quelques semaines.

Arsenal militaire

Autour de lui, des hommes de l’Office central pour la répression du banditisme (OCRB), une unité spéciale de la police centrafricaine, qui l’ont arrêté à Bangui le lundi 10 mai. Ces images ont fait le tour des réseaux sociaux. La photographie de son passeport aussi. Un document délivré le 1er février 2017 par l’ambassade de France à Bangui, au nom de Juan Rémy Quignolot, né le 17 janvier 1966 à Tunis. Sur un autre de ces clichés très largement partagés, on peut voir un visa pour le Mali – à entrées multiples – valable du 11 novembre 2020 au 11 mai 2021.

Depuis l’arrestation de ce ressortissant français, la capitale est en émoi. A en croire une source au sein de la hiérarchie policière, l’homme avait été placé sous surveillance « depuis deux mois » et était « soupçonné d’activités subversives », ajoute ce gradé, qui refuse de s’étendre d’avantage. Il était « connu des services », assure le service de communication du ministère centrafricain de la Sécurité publique et de l’Intérieur, qui précise que du matériel informatique a également été saisi.

Juan Rémy Quignolot, le Français arrêté à Bangui le 10 mai dernier;

A en croire le récit qu’en livre notre source au sein de la police, il a été arrêté aux alentours de 13h, alors qu’il circulait sur l’avenue Boganda à bord d’un Toyota Rav-4. A l’intérieur, les policiers ont découvert « des armes et des caméras GoPro d’espionnage ». Ils l’emmènent alors jusqu’à son domicile banguissois, dans le quartier Sica 1, tout proche du centre-ville, qu’ils fouillent de fond en comble.

C’est là que l’arsenal décrit plus haut a été saisi, avant d’être ramené en même temps que Juan Rémy Quignolot jusqu’au siège de l’OCRB, a expliqué à la presse le procureur général près la cour d’appel de Bangui, Eric Didier Tambo, qui a également précisé que du matériel informatique, des cartes de la capitale et plusieurs téléphones avaient été saisis. Des francs CFA , des dollars et des euros ont également été saisis, sans que l’on sache l’ampleur des sommes concernées.

Sociétés de sécurité privée

Présenté comme un « militaire à la retraite » par le procureur Tambo, Quignolot serait « à Bangui depuis 2013 ». « Il semble qu’en 2013, il faisait partie des encadreurs de la Séléka, a assuré le procureur. Il était là avec Bernard Cousin et Renautau », a ajouté le magistrat, affirmant que ces deux derniers « en 2019, activaient les extrémistes de PK5 », le quartier musulman de Bangui. Christophe Renauteau est un chef d’entreprise français, qui se décrit comme un « expert en géopolitique africaine et en sécurisation des zones hostiles » chez Caméli Diamonds sur son compte LikedIn.

Cet ancien conseiller de François Bozizé – Renauteau revendique notamment d’avoir été décoré de la médaille du mérite Centrafricain pour « services à la nation » par ce dernier en 2004 – affirme avoir travaillé dans plusieurs pays du continent au cours des vingt dernières années. Il dit notamment avoir « collaboré avec la cellule Afrique de l’Élysée sous la présidence Chirac » et avoir été le « conseiller » de « cinq ministres africains en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Congo », qu’il ne nomme pas. Président de la société Aruba Inc., il assure avoir collaboré avec des sociétés occidentales « dans le cadre de la sécurisation des hommes et des investissements en zone hostile ».

Ce n’est pas la première fois que Christophe Renauteau est ainsi publiquement indexé par les autorités centrafricaines, qui l’ont déjà décrit comme une « barbouze » par le passé. En 2018, déjà, dans un entretien accordé à France 24, Faustin Archange Touadéra avait évoqué un « agent », dont « le nom de code est Alpha » qui aurait « envoyé des messages de mobilisation de tous les groupes armés et de certains hommes politiques pour créer une plateforme de déstabilisation de l’État centrafricain ». Cet Alpha, « de son vrai nom Christophe Reneauteau » travaillait avec « un certain Bernard Cousin », affirmait alors le chef de l’État.

Un « coup médiatique » ?

Juan Rémy Quignolot est « un ancien militaire qui a quitté l’armée à la fin des années 1980 », mais il « n’a pas le profil d’un soldat d’élite », tempère une source diplomatique à Bangui, qui confirme qu’il évolue à Bangui depuis 2013. Selon notre source, Quignolot a notamment travaillé comme garde du corps à la Minsuca. Il a aussi exercé ses talents d’anciens militaires au sein de Powers Sécurité, une société privée de sécurité dirigée par David Moisan, un ancien parachutiste français. Il a également travaillé pour Ecofaune, un programme de préservation des espaces naturels notamment financé par l’Union européenne. « Mais cela s’est mal passé avec certains de ses employeurs », assure notre diplomate, qui met cette mauvaise réputation sur le compte « de problème d’égo et de mythomanie ».

Cette spectaculaire arrestation intervient dans un contexte de tensions entre la France et la Russie sur l’échiquier politico-militaire centrafricain. L’un des premiers à avoir annoncé l’arrestation de Français a d’ailleurs été Valery Zakharov, conseiller de Fauston Archange Touadéré « pour la sécurité nationale », qui est à la tête du dispositif déployé par Moscou à Bangui. Selon une source sécuritaire, l’arrestation de Juan Rémy Quignolot serait un contre-feu, « un coup médiatique pour détourner l’attention des accusations contre les mercenaires russes ». Après la publication, le lundi 3 mai dernier, d’une enquête de RFI sur des exactions présumées attribuées aux « instructeurs » russes qui combattent aux côtés des forces gouvernementales, les autorités centrafricaines ont en effet annoncé l’ouverture d’une commission d’enquête pour « faire la lumière sur les présumés crimes graves ».

Avec Jeune Afrique par Mathieu Millecamps et Pacôme Pabandji

Le vin en canette peut-il vaincre la réticence des Français ?

mai 8, 2021
Les Francais restent tres attaches a la bouteille de vin traditionnelle.
Les Français restent très attachés à la bouteille de vin traditionnelle.  © Julio PELAEZ / MAXPPP / PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/

Le vin en canette a connu une importante croissance ces dernières années à l’international. En France, les consommateurs restent réticents, explique BFM Business.

Il y a eu la révolution des bouchons synthétiques ou à vis qui ont parfois conquis même des domaines réputés. Mais peut-on imaginer que la France soit conquise par le vin en canette ? Sans même évoquer la question des avantages et inconvénients du produit, l’idée semble rebuter bien des Français, attachés à l’image traditionnelle et artisanale de l’alcool national. Mais en dehors de nos frontières, le produit connaît un indéniable succès.

Ainsi, aux Etats-Unis, le vin en canette a connu entre les printemps 2018 et 2019 une augmentation des ventes de l’ordre de 70 % pour atteindre quelque 80 millions de dollars, rapporte BFM Business. D’autres marchés comme le Canada, le Japon ou le Royaume-Uni connaissent également un engouement pour le vin en boîte. Mais la France comme l’Italie restent pour l’instant assez hermétiques au concept.

Goût intact et écologie

La canette a pourtant le vent en poupe lorsqu’il s’agit des autres boissons. Fin 2020, les professionnels du secteur tablaient sur une hausse de 20 % des ventes en un an. Mais le fruit de la vigne fait de la résistance. D’abord parce que la popularité des boîtes de métal 100 % recyclables est en partie due à la mauvaise réputation de la bouteille en plastique, qui concerne peu le vin. Mais la barrière reste avant tout culturelle, alors que les connaisseurs assurent que le contenant n’altère pas le goût.

« C’est un concept très compliqué à lancer en France parce qu’on est encore attaché au bouchon en liège et à la bouteille en verre. Ça n’a jamais vraiment percé. Ce sera le dernier marché à bien fonctionner. Mais je n’attends pas après le succès de la canette en France », a confié à la chaîne d’information Cédric Segal, patron de Winestar, précurseur français en la matière. Des producteurs français ont commencé à s’intéresser à ce nouveau mode de distribution, qui peut notamment séduire les personnes seules qui ne veulent pas laisser leur vin s’éventer. Mais la production de la start-up reste très largement destinée aux marchés étrangers.

Avec LePoint

Canada: Des programmes pour le recrutement des enseignants francophones en C.-B. voient le jour

mars 4, 2021

Grâce à une aide financière de 6,5 millions $ du ministère des Langues officielles distribuée à divers organismes au cours des deux dernières années, le Bureau des affaires francophones de l’Université Simon Fraser a développé plusieurs stratégies et projets pour former davantage d’enseignants francophones et les retenir en Colombie-Britannique.

Des élèves de 3e année participent à une activité en français en s'amusant avec leur enseignante Francine Masse.

© Jacqueline Landry/Radio-Canada Des élèves de 3e année participent à une activité en français en s’amusant avec leur enseignante Francine Masse.

«L’isolement professionnel est le principal obstacle à la rétention des professeurs francophones formés en Colombie-Britannique,» explique Hélène Lalancette, directrice adjointe au Bureau des affaires francophones et francophiles (BAFF) de l’Université Simon Fraser. «Les enseignants francophones se plaignent également de manquer de ressources pédagogiques en français et de ne pas avoir accès à assez de formation continue», dit-elle.

Réseau de soutien professionnel

Pour briser cet isolement, le BAFF a mis en place depuis 2020 un réseau de soutien pour les enseignants francophones de la Colombie-Britannique.

Ce réseau s’adresse autant aux enseignants d’immersion française, de français langue seconde ou de français langue première. «En milieu minoritaire, nous ne sommes pas assez nombreux pour faire des sous-groupes,» précise Mme Lalancette.

Recrutement

Des élèves en immersion française

© Canadian Parents for rench Des élèves en immersion française

Une autre initiative du BAFF est d’aider les commissions scolaires anglophones de la province avec l’embauche d’enseignants de français et tout particulièrement de leur faire mieux connaître leur réalité et leurs spécialités.

«L’enseignement en milieu minoritaire est différent, explique Hélène Lalancette et il ne faut pas seulement des professeurs de français, il faut aussi des professeurs de mathématiques francophones, des bibliothécaires.»

La Faculté d’éducation de l’Université Simon Fraser compte 51 places pour la formation des enseignants en français. Hélène Lalancette travaille activement auprès du ministère provincial de l’Éducation pour que ce nombre augmente grâce au fond de recrutement.

Commission scolaire de Vancouver

À plus petite échelle, la Commission scolaire de Vancouver (VSB) a également ses propres stratégies de recrutement pour remplir ses quelque 240 postes à temps plein d’enseignants d’immersion française et de français langue seconde.

Ce sont surtout des jeunes qui aiment l’aventure ou des personnes qui ont besoin de changement qui déménagent en Colombie-Britannique pour enseigner le français, confie Adrian Keough, directeur à la Commission scolaire de Vancouver. «Nous les aidons à trouver un logement et il y a même des enseignants qui offrent un logement pour les premières semaines ou le premier mois aux nouveaux arrivants», précise-t-il.

Adrian Keogh, directeur de la Vancouver School Board.

© Nora Chabib/Radio-Canada Adrian Keogh, directeur de la Vancouver School Board.

La Commission scolaire offre également un poste permanent à temps plein plutôt que de la suppléance sur appel à certains candidats pour leur assurer une stabilité de salaire et des avantages sociaux. Ceux-ci sont donc déjà sur place lorsqu’un emploi permanent se libère.

Du côté du Syndicat des enseignants de la Colombie-Britannique, aucun changement n’a été remarqué depuis que le financement d’Ottawa a été alloué, selon Stéphane Bélanger.

L’important selon lui, est surtout la rétention. «C’est là qu’il faudrait mettre le plus d’énergie. Ça passe par de meilleures conditions de travail par exemple», dit-il.

Il confirme qu’il y a une pénurie d’enseignants, aggravée par la pandémie. La liste des postes à pourvoir au Conseil scolaire francophone par exemple est longue, et certains sont en ligne depuis septembre, déclare Stéphane Bélanger.

Avec Radio-Canada par Dominique Lévesque 

Canada-Québec/Défense de la langue française : qu’en pensent les trentenaires?

février 21, 2021

 Marion Tétreault-De Bellefeuille et Nicolas Monette ne s'inquiètent pas de la pérennité de la langue française.

© Gracieuseté Marion Tétreault-De Bellefeuille et Nicolas Monette ne s’inquiètent pas de la pérennité de la langue française.

Marion Tétreault-De Bellefeuille est étudiante en archivistique et bachelière en histoire de l’art. Nicolas Monette est enseignant au primaire. Le couple habite dans la Petite-Patrie, à Montréal. Elle a 30 ans et lui, 32. Sentent-ils que la langue française est menacée?

«Moi, elle ne m’inquiète pas non plus, mais on est aussi entouré de personnes qui parlent français» , ajoute Nicolas.

Utiliser des mots anglais

Comme d’autres de leur génération, ils utilisent des mots anglais dans leurs conversations. «C’est vrai! On utilise beaucoup plus de mots anglais et même des formulations. À cause de l’univers de l’internet, ce sont même des phrases très précises pour exprimer des sentiments», avoue-t-il.

Faire évoluer la langue

Les deux croient cependant qu’on doit rendre la langue plus souple et plus attirante.

«Je pense qu’il y a aussi un niveau d’appropriation et de se faire dire qu’on parle un mauvais français, ça peut rebuter certaines personnes. Il y a plein de communautés, comme la communauté haïtienne qui intègre le créole dans le français et les Arabes, qui utilisent des mots arabes. Je pense que le français doit se diversifier. C’est d’ailleurs la force de l’anglais, parce que les gens se l’approprient,» ajoute Nicolas.

Peur des géants du web?

Les jeunes adultes d’aujourd’hui évoluent dans un univers numérique majoritairement anglophone. Craignent-ils son influence sur la langue?

«Si les gens consomment de la culture du Québec, de la culture en français, je pense que la pérennité de la langue est là,» affirme Marion.

Sabrina Mercier-Ullhorn

© Gracieuseté Sabrina Mercier-Ullhorn

Originaire de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue, Sabrina Mercier-Ullhorn, âgée de 30 ans, habite à Montréal depuis plusieurs années et étudie en traductologie à l’Université Concordia. Elle croit, au contraire, que la langue est menacée.

Avec deux autres jeunes femmes, elle a lancé une pétition demandant à la Ville de Montréal de créer un Conseil montréalais de la langue française «qui pourrait étudier la question de l’exode des francophones ou de l’importance du français comme attrait touristique et économique, et formuler des recommandations en conséquence», peut-on lire. Plus de 18 000 personnes l’ont signée jusqu’à maintenant.

Mme Mercier-Ullhorn a lancé une pétition pour demander à Montréal d'agir dans le dossier de la protection de la langue française.

© Karine Mateu/Radio-Canada Mme Mercier-Ullhorn a lancé une pétition pour demander à Montréal d’agir dans le dossier de la protection de la langue française.

Et l’anglais dans les conversations?

Selon Sabrina, il faut s’inquiéter de l’utilisation de plus en plus courante de mots anglais dans les discussions.

Elle croit que la langue doit évoluer, mais de façon encadrée : «C’est important que l’on ait une norme linguistique proprement québécoise, comme celle qui est promulguée par l’OQLF [l’Office québécois de la langue française]. On accepte certains changements, par contre, on essaie que le français conserve son génie propre.»

Les institutions d’enseignement ont aussi un rôle à jouer sur le sentiment d’appartenance à la langue française, dit-elle.

Elle croit aussi que la littérature et le cinéma québécois devraient être mis de l’avant dès le secondaire.

L’anglais prédomine encore dans de nombreuses boutiques de Montréal.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada L’anglais prédomine encore dans de nombreuses boutiques de Montréal.

L’anglais dans les commerces du centre-ville de Montréal

Nicolas déplore le fait de ne pas se faire servir en français dans certains commerces de la métropole.

«Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose qu’ils [les commerces] gardent leur nom en anglais. On sait alors qu’ils viennent des États-Unis et qu’ils ne sont pas Québécois,» ajoute Marion, qui souhaite encourager l’achat local.

Les immigrants sont souvent pointés du doigt lorsque l’on parle du recul du français dans les commerces montréalais. Pour certains, ils doivent davantage être francisés, mais ce n’est pas si simple, explique Sabrina : «On constate qu’il y a beaucoup de ratés dans les cours de francisation et on a vu des reportages sur le fait que la plupart des gens qui sortent des cours n’avaient pas un français fonctionnel. »

«Moi, j’entends souvent dire, étant dans le milieu scolaire, que la loi 101 a beaucoup aidé. Parce que même si les parents de première génération d’immigration ne parlent pas français, leurs enfants vont être amenés à le parler éventuellement ou à être en contact avec la langue. Après, ça reste un choix personnel d’en faire leur langue d’usage. Je pense que ça serait de l’ingérence politique de dire : tu dois parler français même dans ton quotidien, » soutient Nicolas.

La défense de la langue française est-elle liée à la souveraineté du Québec? «Moi, je dis, si vous êtes prêts à défendre le français, je suis totalement en faveur, peu importe votre axe politique fédéraliste ou souverainiste, mais ce serait plus efficace dans un Québec libre», croit Sabrina.

Avec  Karine Mateu

Covid-19 : bloqués au Costa Rica, des touristes français demandent un rapatriement d’urgence

février 12, 2021

Testés positifs au Covid-19 et hospitalisés pour certains, une vingtaine de voyageurs demandent à être rapatriés «avec une période de confinement» à leur arrivée.

Partis en vacances au Costa Rica le 16 janvier dernier pour une durée de dix jours, vingt-deux Français sont actuellement bloqués sur place en raison de tests positifs au Covid-19 et demandent à être rapatriés en urgence en France.

Ces touristes avaient prévu de rentrer dans le pays en faisant une escale par les Pays-Bas, mais au moment du départ, six d’entre eux ont été testés positifs au Covid-19. Placés à l’isolement dans la capitale du pays, San José, les seize autres, testés négatifs, ont tout de même décidé de prendre leur vol retour. Problème: les Pays-Bas réclament désormais, en plus du test PCR, un test antigénique négatif. Or, le Costa Rica ne possède pas le matériel nécessaire, ce qui contraint les voyageurs à attendre un vol direct pour la France, selon LCI .

Afin de voyager sur ce nouveau vol, les seize touristes français réalisent un nouveau test PCR avant que la mauvaise nouvelle ne tombe: tous, sauf deux d’entre eux sont positifs. Six ont été durement atteints et hospitalisés à San José. Interrogé au 20 heures de TF1 , Guy explique ne plus pouvoir parler et être «essoufflé». «Je regrette d’être parti. C’est un joli pays, mais c’est cher payé pour le groupe», confie-t-il.

Interrogée sur BFM , Rachel Visat, une autre touriste française, demande à ce que «les personnes testées positives puissent être rapatriées car elles sont à plus de 10 jours de confinement», des personnes qui ne sont «plus du tout contagieuses», d’après elle. Elle réclame ainsi l’aide de l’État français afin de rapatrier tous les voyageurs français concernés en observant «un confinement de sept à dix jours» à leur retour

Par Le Figaro

Reconfinement : comme au printemps, les Français ont passé plus de temps devant la télévision

novembre 30, 2020

En novembre, la durée d’écoute globale de la télévision a gagné 29 minutes par rapport à l’année dernière, selon le baromètre mensuel de Médiamétrie.

Comme au printemps, le confinement a fait grimper en novembre le temps passé par les Français devant la télévision au profit notamment des chaînes d’infos en continu, selon le baromètre mensuel de Médiamétrie publié lundi.

La durée d’écoute globale de la télévision, qui prend en compte le visionnage sur tous les écrans (téléphone, ordinateur…), en rattrapage et hors domicile, s’est établie à 4h23 en novembre, soit 29 minutes de plus qu’un an plus tôt. Lors du premier confinement, plus strict et inédit, cette durée passée devant les chaînes de télévision avait encore plus grimpé pour atteindre 4h40, à contre-courant de la baisse observée depuis plusieurs années.

Le classement des chaînes ne s’en trouve pas pour autant bousculé. TF1 reste en tête avec une part d’audience (PDA) de 20,1%, en hausse de 0,2 point par rapport à novembre 2019. Elle signe ainsi «son meilleur mois depuis juin 2019», d’après un communiqué de la chaîne. Suivent France 2 avec une PDA de 14,1% (+0,2 point sur un an) et M6, remontée sur le podium le mois dernier, avec une PDA de 9,5% (-0,1 point). France 3 (+0,2 point à 9,3%) reste en quatrième position devant France 5, stable à 3,7%. De son côté, Arte gagne 0,2 point à 2,9% tandis que Canal+ en perd 0,1 à 1,2%.

Chez leurs concurrentes de la TNT, les chaînes d’info continuent de profiter de l’appétit des Français pour l’actualité, qu’elle soit liée à la crise sanitaire ou à d’autres événements comme la présidentielle américaine. BFMTV revendique ainsi la place de 6e chaîne de France avec 3,3% de PDA (à égalité avec TMC), en hausse d’1,1 point sur un an, soit la «plus forte progression» du paysage audiovisuel français. CNews égale son record du mois dernier avec 1,8% de PDA (+1 point sur un an) et distance LCI, malgré le record de la chaîne pour un mois de novembre (+0,4 point à 1,2%), Franceinfo (+0,3 point à 0,8%) enregistrant aussi un «mois record depuis sa création».

Par ailleurs, TMC (stable à 3,3%) creuse l’écart avec C8 (-0,2 à 2,7%), talonnée par W9 (+0,2 à 2,6%). Enfin, à part RMC Découverte (-0,3 à 2,1%), aucune autre chaîne ne dépasse 2% de PDA.

Par Le Figaro avec AFP

Pour l’ex-premier ministre de Malaisie, «les musulmans ont le droit de tuer des Français»

octobre 29, 2020

L’ex-premier ministre de Malaisie, Mahathir Mohamad, a déclaré jeudi 29 octobre que les musulmans avaient le droit «de tuer des millions de Français», peu après un attentat au couteau à Nice. Trois personnes ont été tuées jeudi, dont au moins une égorgée, dans une église de Nice lors d’une attaque considérée par les autorités françaises comme terroriste.

Peu après, celui qui fut premier ministre de Malaisie, pays à majorité musulmane, jusqu’à la chute de son gouvernement en février, a posté sur son compte Twitter des propos incendiaires. Se référant à la décapitation le 16 octobre d’un enseignant français qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves, dans le cadre de son enseignement, Mahathir Mohamad a déclaré qu’il n’approuvait pas l’attentat mais que la liberté d’expression n’incluait pas «les insultes à l’égard d’autrui». «Quelle que soit la religion mise en cause, les gens qui sont en colère tuent», a affirmé l’ex-premier ministre, âgé de 95 ans, auteur dans le passé de déclarations controversées sur les juifs et les homosexuels. «Au cours de leur histoire, les Français ont tué des millions de gens. Beaucoup étaient musulmans. Les musulmans ont le droit d’être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé», a-t-il ajouté.

Mahathir Mohamad, qui a occupé à deux reprises le fauteuil de premier ministre pendant une durée cumulée de 24 ans, a jugé que le président français Emmanuel Macron était «très primitif». «Les Français devraient enseigner à leurs citoyens le respect des sentiments d’autrui. Puisqu’on accuse tous les musulmans et la religion des musulmans pour ce qu’une personne en colère a fait, les musulmans ont le droit de punir les Français», a-t-il poursuivi. «Le boycott ne peut pas compenser les méfaits commis par les Français toutes ces années».

Twitter a finalement retiré le message de l’ex-Premier ministre malaisien dans la journée, après que la France a réclamé la suspension pure et simple du compte.

Il n’a fait aucune référence à l’attaque de Nice, commise selon une source française proche de l’enquête au cri d’«Allah Akbar» («Dieu est le plus grand», en arabe).

Après la décapitation de l’enseignant français, Samuel Paty, par un jeune de 18 ans Russe tchétchène, Emmanuel Macron a promis que la France ne renoncerait pas aux caricatures, au nom de la liberté d’expression. Ses propos ont entraîné dans plusieurs pays musulmans de vives tensions, allant de manifestations massives jusqu’au boycott de produits français.

Par Lefigaro avec AFP

Boycott des produits français : le Maghreb aussi ?

octobre 26, 2020
Les appels au boycott des produits français se sont multipliés à la suite du discours d'Emmanuel Macron du 21 octobre 2020.

Alors que les appels au boycott des produits français se multiplient dans le monde musulman à la suite du discours du président Emmanuel Macron, le mouvement ne prend que timidement au Maghreb.

Le mouvement est parti des pays du Golfe. De Koweït et du Qatar surtout, où le 23 octobre plusieurs enseignes de grande distribution ont retiré les produits alimentaires français — fromages, confitures, etc. — de leurs étals.

En cause : le discours du président français Emmanuel Macron promettant de ne pas renoncer aux caricatures du prophète Mohammed, lors de la cérémonie d’hommage à Samuel Paty le 21 octobre.

« Atteinte délibérée à l’islam et ses symboles »

L’Université du Qatar a également annoncé le report de la semaine culturelle française après « l’atteinte délibérée à l’islam et ses symboles ». L’Organisation de la coopération islamique a, elle, dénoncé « les propos de certains responsables français (…) susceptibles de nuire aux relations franco-musulmanes », quand Nayef Falah Mubarak Al-Hajraf, le secrétaire général koweïtien du Conseil de Coopération du Golfe, a pointé les « déclarations irresponsables » du président français sur « l’islam et les musulmans ».

Le ministère français des Affaires étrangères a, lui, a appelé les gouvernements des pays concernés à faire « cesser » les appels au boycott, lesquels « dénaturent les positions défendues par la France en faveur de la liberté de conscience, de la liberté d’expression, de la liberté de religion et du refus de tout appel à la haine ». Sur les réseaux sociaux, le hashtag #Boycott_France_Products a ainsi beaucoup circulé ces trois derniers jours.

AU MAGHREB, LES AUTORITÉS ONT VERTEMENT RÉAGI AUX PROPOS DE MACRON, ET À LA REPUBLICATION DES CARICATURES DU PROPHÈTE

Au Maghreb, les autorités ont également vertement réagi aux propos d’Emmanuel Macron. Ou plus précisément à la republication des caricatures en question. Le ministère marocain des Affaires étrangères a publié un court communiqué le 25 octobre dans lequel il « condamne vigoureusement la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l’islam et au Prophète ».

Pour le ministère, ces caricatures « reflètent l’immaturité de leurs auteurs, et réaffirme que la liberté des uns s’arrête là où commencent la liberté et les croyances des autres ». Le chef du gouvernement Sâadeddine el-Othmani a lui aussi publié le communiqué sur son compte Twitter. Pour autant, rien à signaler pour l’instant du côté du boycott des produits français.

« Nos clients français sont en alerte, mais le mouvement est pour le moment limité au Moyen-Orient », explique Moncef Belkhayat, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports qui se consacre maintenant exclusivement à ses affaires, notamment comme président du groupe de communication WB Africa.

Dans plusieurs filiales marocaines de marques françaises, la consigne est « de ne pas bouger pour le moment », nous explique une cadre, « vu que le mouvement n’a pas encore pris d’ampleur ici [au royaume]. Rien ne sert de s’affoler et de communiquer maladroitement. »

« Je suis Mohammed, je ne suis pas Charlie Hebdo »

Les appels au boycott, bien sûr, circulent sur les réseaux sociaux marocains. Les sympathisants du Comité commun de défense des détenus islamistes, groupe de tendance salafiste qui avait organisé des manifestations sous le slogan « Je suis Mohammed, Je ne suis pas Charlie Hebdo » en 2015, font par exemple tourner les appels.

Boycott des cosmétiques français, à Koweït City, le 25 octobre 2020.

Au Maroc, les appels au boycott des entreprises françaises résonnent avec les événements de 2018. Un mouvement de protestation contre la vie chère lancé sur les réseaux sociaux avait incité les consommateurs à viser des marques accusées de profiter de leur situation de leaders dans leur marché pour pratiquer des prix élevés. Parmi elles, Centrale Danone, une filiale marocaine du groupe français Danone. Cette année-là, le boycott avait coûté un point de croissance au français.

En Tunisie, à part la justification de l’assassinat de Samuel Paty faite par le député radical Rached Khiari, la position sur le séparatisme adoptée par le président français Emmanuel Macron n’ont eu que peu d’écho. Mais la gronde couvait : il a suffi qu’un autre élu conservateur, Yacine Ayari, allume la mèche en proposant un boycott du sommet de la Francophonie pour qu’une grande majorité de l’opinion lui emboîte le pas et crie haro sur la France.

EL KARAMA A COMMUNIQUÉ EN CONDAMNANT « FORTEMENT LE RACISME ENVERS LES ARABES ET LES MUSULMANS »

Dans un post Facebook, l’élu de la circonscription France Nord en 2019 fustige la France qu’il accuse de « ridiculiser et de mépriser nos croyances et d’imposer des restrictions sur les diverses cultures sur son sol pour des raisons politiques et électorales, loin du respect mutuel».

La coalition islamiste El Karama a, elle, communiqué en condamnant « fortement le racisme envers les Arabes et les musulmans, qui évolue de jour en jour, et qui a atteint son paroxysme en republiant les caricatures françaises insultantes envers le Saint Prophète ».

Pays interconnectés

L’historienne Kmar Bendana dédramatise : « Ce n’est qu’une énième éruption. Alors que nos situations sont différentes, on transpose en Tunisie une problématique française. Nos pays sont interconnectés ; mondialisés avec chacun sa réalité. La crise est dans le retard des élites dans nos pays », estime-t-elle. Les chiffres imposent aussi une réalité : avec des échanges commerciaux de 7,8 milliards d’euros et une communauté de près de 800 000 Tunisiens, la Tunisie est dans une large mesure dépendante de l’Hexagone.

Pour la France, le pays est un allié stratégique dans la région qui justifie, le déblocage, lors de la visite du ministre de la Défenses, Jean-Yves Le Drian à Tunis le 22 octobre d’un plan d’aide de 300 millions d’euros et la fourniture de 500 000 euros d’équipements sanitaires pour lutter contre le Covid-19.

Pour ce qui est de l’Algérie, le Mouvement de la société pour la paix, d’obédience islamiste, a appelé, le 24 octobre « les institutions officielles algériennes, notamment la présidence, à dénoncer les déclarations de Macron et de prendre une position diplomatique, politique et économique adéquate, conformément au serment de respect envers la religion musulmane et sa gloire et dans un esprit de cohésion avec les sentiments des Algériens ». Sans être entendu pour le moment.

Avec Jeune Afrique par Frida Dahmani et Jules Crétois

France: Édouard Philippe devient la personnalité politique préférée des Français

juillet 21, 2020

 

L’ex-premier ministre arrache ce titre à l’écologiste Nicolas Hulot dans deux récentes enquêtes d’opinion.

Quitter l’«enfer» de Matignon rapprocherait-il du cœur des Français ? Moins de trois semaines après avoir abandonné son fauteuil de premier ministre, Édouard Philippe devient la première personnalité politique préférée des Français, selon deux récentes enquêtes d’opinion publiées les 16 et 21 juillet.

En première ligne pendant la crise sanitaire, l’ex-chef du gouvernement arrache ce titre convoité à l’écologiste Nicolas Hulot, avec des niveaux différents selon les sondages – 43% de Français désireux de le voir exercer plus d’influence dans la vie politique (BVA pour RTL et Orange) et 56% d’opinions favorables (Ipsos pour Le Point). Nommée à la Culture, Roselyne Bachelot, déjà ministre sous Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, entre dans le baromètre Ipsos-Le Point en se hissant à la deuxième place (47%). Elle relègue son lointain prédécesseur, Jack Lang, de la deuxième à la septième place (39%).

Castex au même niveau que Philippe à sa nomination

Édouard Philippe s’élève très haut (78% d’opinions favorables, selon Ipsos) dans le temple politique des sympathisants de droite, dépourvus de leader à deux ans de l’élection présidentielle. Le transfuge des Républicains, de retour à la tête du Havre (Seine-Maritime), obtient son meilleur score parmi les centristes (86%).

Mais il ne partage pas l’envol de sa cote de popularité avec Emmanuel Macron, immobilisé sous la barre des 40% d’opinions favorables (39%, +1 point par rapport au mois dernier). Quant à son successeur, Jean Castex, il reste encore peu connu de la population : 40% des Français n’expriment pas de jugement à son égard. Un citoyen sur trois (33%) voit toutefois d’un bon œil le nouveau premier ministre. Un niveau de popularité déjà éprouvé (31%) en mai 2017, à son arrivée à Matignon, par un certain Édouard Philippe.

Avec Le Figaro par Loris Boichot

Canada-Québec: Les Français célèbrent à Trois-Rivières

juillet 14, 2020
74 personnes ont pris part à la fête.
© /Radio-Canada 74 personnes ont pris part à la fête.
Les Français de Trois-Rivières ont droit cette année à une fête nationale dans la région. Les festivités, organisées par l’organisme Sur les routes du français et financées par le consulat général de France à Québec, ont eu lieu en bordure de la rivière Saint-Maurice au Resto-bar Le Chack afin de célébrer la prise de la Bastille.

Installée au Québec depuis une vingtaine d’années, Patricia Trinquet, l’instigatrice de l’événement, se désolait de voir sa fête nationale célébrée uniquement à Québec et Montréal.Publicité

Avec la crise sanitaire, permettre à sa communauté de se rassembler est devenu crucial. «Les derniers mois de confinement ont été difficiles. Ça va permettre aux gens de s’évader», explique-t-elle.

Barbecue extérieur, jeux sur les expressions idiomatiques d’ici et d’ailleurs et tours de magie étaient au menu.

Des épinglettes avec des expressions québécoises ont été remises aux participants.

© /Radio-Canada Des épinglettes avec des expressions québécoises ont été remises aux participants.
«Le premier objectif de la soirée, c’est le partage et l’intégration, dit-elle. Parce que quand on arrive dans un endroit seul et qu’on est adulte, c’est extrêmement difficile de s’intégrer et on n’ose pas. L’idée est de le faire tous les ans, d’ajouter des activités et de faire connaître les activités culturelles de Trois-Rivières au niveau de la poésie, de l’expression et de la musique.»

De plus en plus de Français à Trois-Rivières

Patricia Trinquet s’attend à recevoir 74 invités lors de cette fête nationale, autant chez les Français, les Québécois et les autres immigrants issus de la francophonie.

La communauté française au Québec croît rapidement depuis 10 ans. Selon les données du Consulat général de France à Québec, 850 Français sont inscrits sur le registre consulaire de Trois-Rivières, une augmentation d’environ 5 % depuis l’an dernier.

Frédéric Sanchez, consul de France à Québec, décrit Trois-Rivières comme la troisième destination des immigrants français après la région métropolitaine de Montréal et la ville de Québec.

Il explique ce mouvement démographique par la proximité de la langue et la conjoncture économique favorable du Québec.

Avec la fête nationale française, Patricia Trinquet souhaite intégrer ces nouveaux arrivants francophones et leur faire découvrir la culture québécoise.

Selon elle, de plus en plus de ses compatriotes choisissent Trois-Rivières comme ville d’accueil.

Avec CBC/Radio-Canada d‘après les informations de Jacob Côté