Posts Tagged ‘Français’

Thomas Pesquet désormais 2e personnalité préférée des Français

décembre 26, 2021

Le « JDD » a révélé son classement annuel dimanche 26 décembre. Et quelques changements sont à noter, notamment la progression de l’astronaute.

Thomas Pesquet devient commandant de l'ISS
Thomas Pesquet

Thomas Pesquet s’envole. L’astronaute français, qui est revenu sur Terre en novembre après plusieurs mois à bord de la Station spatiale internationale, ne va pas repartir dans l’espace dans l’immédiat. C’est au classement des personnalités préférées des Français, réalisé par l’Ifop pour le JDD et révélé dimanche 26 décembre, que le polyglotte de 43 ans a décollé. Alors qu’il était 11e l’an dernier, il vient de faire un bond de neuf places pour se hisser au 2e rang de ce top 50, juste derrière l’indétrônable Jean-Jacques Goldman.

Avec cette progression fulgurante, Thomas Pesquet a dépassé l’acteur Omar Sy, qui décroche d’une place mais reste sur le podium. L’astronaute est à égalité avec Marion Cotillard, qui, elle, a gagné trois places depuis l’année dernière.

Depuis 2019, ce classement des personnalités préférées des Français est paritaire. Les sondés doivent choisir chaque année les 25 célébrités masculines et les 25 célébrités féminines qu’ils préfèrent. Du côté des femmes, c’est Sophie Marceau qui arrive en tête pour la troisième année d’affilée.

Thomas Pesquet, « l’aventurier-explorateur qui fait rêver »

Cette année, Thomas Pesquet, qui jouit d’une popularité grandissante grâce à ses deux missions à bord de l’ISS, a donc été fortement plébiscité. Il n’a pas le même type de notoriété qu’un chanteur, comme Florent Pagny (qui est par ailleurs 7e du top 50), ou un sportif, comme Teddy Riner (8e, la même place que l’an dernier). Cette reconnaissance lui vient d’ailleurs.

« C’est l’aventurier-explorateur qui fait rêver, comme le commandant Cousteau ou le volcanologue Haroun Tazieff avant lui », a expliqué Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop, au JDD. « Il incarne aussi la France qui va bien, qui voit en grand ; Pesquet, c’est notre meilleure arme antidéclin. »

Avec Le Point

Canada-Québec: Sombre diagnostic sur la maîtrise du français au cégep

novembre 11, 2021

Accablé par la correction de travaux qu’il vient de terminer, Nicolas Chalifour peine à cacher son découragement. Ce professeur de littérature et de français constate pourtant que ses étudiants sont allumés, intelligents, mais le niveau de français d’un grand nombre d’entre eux est inquiétant, tout comme leur capacité à comprendre des textes complexes.

Deux étudiantes marchent vers le campus de Longueuil du cégep Édouard-Montpetit.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Deux étudiantes marchent vers le campus de Longueuil du cégep Édouard-Montpetit.

On a, dans nos classes qui nous arrivent du secondaire, et c’est fort comme expression, des analphabètes fonctionnels qui ont de la difficulté à percevoir l’ironie, par exemple, ou le sens figuré. Comment voulez-vous alors enseigner la littérature, la philosophie?», se désole ce professeur au cégep Édouard-Montpetit.

Nicolas Chalifour est convaincu que nombre de ses collègues à travers le Québec font le même constat.

Anne-Marie Tézine, qui enseigne comme lui le français et la littérature à Édouard-Montpetit, a elle aussi observé ce déclin de la maîtrise du français, en syntaxe et en lecture, notamment, au fil du temps.

Les générations qui ont grandi avec les réseaux sociaux, la technologie, Internet et tout ça ont plus de difficulté à lire des longs textes, plus ardus, remarque-t-elle. C’est plus difficile aujourd’hui de mettre au programme Notre-Dame de Paris ou Madame Bovary que ça l’était il y a 30 ans.»

Ce constat, des étudiants le font aussi. Chloé St-Pierre est la tutrice de huit élèves au Centre d’aide en français (CAF) d’Édouard-Montpetit. Elle a toujours eu de la facilité en français, ce qui lui permet d’avoir cet emploi tout en poursuivant ses études.

La jeune femme de 20 ans doit souvent expliquer des règles de grammaire et de syntaxe qui auraient dû être apprises au primaire et au secondaire.

Des réformes pédagogiques aux résultats décevants

La maîtrise déficiente du français au collégial n’a pas qu’un impact dans les cours de littérature, elle se fait sentir aussi en philosophie. Le vocabulaire limité de certains étudiants a un impact sur leur capacité à s’exprimer et à lire entre les lignes.

Les étudiants arrivent au cégep avec des trous, des manques au niveau de la compréhension des textes, constate Réjean Bergeron, professeur de philosophie au Cégep Gérald Godin. Les étudiants sont mal équipés pour rentrer dans un texte, le décortiquer et l’analyser.»

Le professeur, à la retraite depuis septembre, estime qu’il est de plus en plus difficile de résister à la tentation de baisser le niveau d’exigences face aux taux d’échec élevés.

Réjean Bergeron a écrit L’École amnésique, un essai portant sur les réformes éducatives introduites dans les dernières décennies au collégial, au primaire et au secondaire. Il y voit une explication à ce qu’il a pu constater dans ses classes au cours des ans.

Un problème aux multiples facettes

C’est au primaire et au cours des trois premières années du secondaire, surtout, que les notions de grammaire, d’orthographe et de syntaxe sont enseignées. Par la suite, les étudiants mettent en pratique ces règles de langue écrite et parlée. Mais quelque chose n’a pas eu lieu, semble-t-il, puisque les universités constatent que nombre de leurs étudiants ont besoin de soutien en français.

La doyenne de la Faculté de l’Éducation de l’Université de Montréal, Pascale Lefrançois, estime que l’amélioration du français passe par un rehaussement des exigences.

Pour réussir l’épreuve uniforme de français au collégial, on permet un maximum de 30 erreurs sur 900 mots, explique-t-elle. Donc, quand on arrive à l’université, il ne faut pas s’étonner que des étudiants commettent 30 erreurs dans un texte de 900 mots.»

Pour celle qui a été la championne du monde de la dictée de Bernard Pivot en 1990, il faut s’assurer que les élèves maîtrisent tous les éléments des programmes du primaire et du secondaire et qu’ils sachent les mettre en application.

Très concrètement, c’est d’être capable de relire son texte, se questionner, de remettre en question la construction de certaines phrases. Bref, de douter à bon escient pour être capable de chercher dans les ouvrages de référence et vérifier ce qu’on a écrit, résume-t-elle. Il faut outiller les étudiants à tirer profit des ouvrages de référence (et j’inclus le correcteur) pour être capable d’améliorer leurs textes.»

Pascale Lefrançois voit le verre à moitié plein, puisque les résultats à l’épreuve uniforme de français au collégial indiquent que les étudiants réussissent bien les critères relatifs au contenu.

Danielle McCann, ministre de l'Enseignement supérieur du Québec, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale.

© Sylvain Roy Roussel/Radio-Canada Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur du Québec, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale.

Un diagnostic attendu

Préoccupée par la maîtrise du français aux études supérieures, la ministre Danielle McCann a demandé un diagnostic à un comité d’experts. Il doit remettre son rapport à la fin de décembre.

Reste à voir comment le rapport s’attaque à la question. La qualité et la maîtrise du français dépendent en effet de nombreux facteurs : le contenu des programmes, la façon dont on enseigne la langue et dont on évalue les acquis.

Mais en cette ère de réseaux sociaux et d’instantanéité, l’environnement technologique a apporté de grands changements dans la façon de lire et d’écrire dans les dernières décennies, ce qui complique la tâche.

Le professeur de philosophie Réjean Bergeron espère que l’exercice mis en branle par la ministre de l’Enseignement supérieur ne se résumera pas à blâmer le primaire et le secondaire. Il estime qu’il faut sortir de la vision en silos.

On essaie de corriger des problèmes à la pièce en mettant des diachylons, des cataplasmes. Il va falloir se donner une corvée nationale, insiste-t-il, y aller sur le long terme : de la petite école, ensuite remonter au secondaire jusqu’à l’université. Qu’on cesse de ne s’en prendre qu’aux symptômes.»

Il faut prendre le temps qu’il faut, conclut-il, pour repartir à zéro.»

Le groupe de travail sur la maîtrise du français mis sur pied par la ministre McCann a le mandat de proposer des recommandations pour améliorer la réussite de la formation générale et la valoriser.

Le groupe de travail sur la maîtrise de la langue française déposera au ministère, le 31 décembre 2021, un rapport comprenant des recommandations.

Trois expertes reconnues s’attellent à cette tâche Godeliva Debeurme, professeure retraitée de l’Université de Sherbrooke, Marie-Claude Boivin, professeure à l’Université de Montréal, et Lison Chabot, directrice des études retraitée du Cégep Beauce-Appalaches.

Avec Radio-Canada par Anne-Louise Despatie 

Source : Cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann

Canada-UMQ: promotion du français chez les jeunes, les immigrants et les commerçants

novembre 5, 2021

MONTRÉAL — L’Union des municipalités du Québec (UMQ) entend promouvoir et valoriser la langue française auprès des jeunes, des personnes immigrantes et des commerçants.

 

© Fournis par La Presse Canadienne

L’organisme regroupant 390 membres lancera bientôt un appel de projets sous la thématique «Fous du français» qui invitera les municipalités et MRC membres à soumettre différents projets qui feront la promotion de la langue.   

L’appel de projets sera lancé dans le cadre d’une séance d’information «Êtes-vous fous du français», qui aura lieu le 24 novembre. Les membres de l’UMQ seront ensuite invités à déposer un projet avant le 25 février prochain.  

L’initiative profite d’une contribution financière du gouvernement du Québec.  

L’UMQ a pris note de récentes statistiques démontrant que l’usage de la langue française est en déclin dans plusieurs endroits au Québec, notamment dans la grande région de Montréal. Elle croit que les municipalités peuvent agir pour favoriser et promouvoir son usage dans la population.   L

L’UMQ regroupe des municipalités de toutes tailles dans toutes les régions du Québec. Ses membres représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec.

Avec La Presse Canadienne

Everest : trois Français portés disparus après une avalanche

octobre 31, 2021

Les alpinistes, dont les noms n’étaient pas encore connus dimanche matin, tentaient d’escalader un sommet de 6 000 mètres non loin du mont Everest.

Un responsable du ministere du Tourisme a declare au journal que ces alpinistes n'avaient pas demande d'autorisation, ce qui est obligatoire avant de se lancer dans une escalade.
Un responsable du ministère du Tourisme a déclaré au journal que ces alpinistes n’avaient pas demandé d’autorisation, ce qui est obligatoire avant de se lancer dans une escalade.© PRAKASH MATHEMA / AFP

Trois jeunes alpinistes français engagés dans une expédition de haut niveau au Népal sont portés disparus à la suite d’une avalanche sur un sommet de la région de l’Everest, une équipe de secours a été lancée à leur recherche, a indiqué ce dimanche 31 octobre la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM), témoignant de l’« émotion » de la communauté montagnarde et alpiniste.

Les trois hommes, tous âgés d’une vingtaine d’années, appartiennent au Groupe excellence alpinisme national (Gean), formation d’élite de la fédération. Ils font partie d’un groupe arrivé fin septembre dans la région du Khumbu (région de l’Everest), pour gravir plusieurs sommets entre 5 000 et 6 000 mètres d’altitude situés au sud de l’Ama Dablam (6 814 mètres), précise-t-elle.

Les trois alpinistes préparaient une ascension sur un sommet proche de l’Ama Dablam et le dernier contact téléphonique avec eux depuis leur bivouac remonte au 26 octobre, selon la FFCAM.

Un hélicoptère déployé

Un hélicoptère affrété par la fédération a effectué samedi une reconnaissance et repéré des « traces d’ascension ainsi que les débris d’une avalanche de grande ampleur. Aujourd’hui (…), un hélicoptère avec une équipe de secours sont dépêchés sur place pour tenter de retrouver d’éventuels survivants », ajoute-t-elle.

« Je peux vous dire que les opérations de secours sont lancées, mais je ne peux pas vous dire où elles en sont », a précisé le président de la FFCAM, Nicolas Raynaud, jugeant peu probable qu’on en sache plus avant lundi prochain.

« L’Himalaya, ce n’est pas les Alpes. On n’envoie pas un hélicoptère qui est sur zone en une demi-heure. En plus, on est sur un sommet qui est vierge, qui n’a jamais été gravi, dans un fond de vallée où même les gens du pays ne savent pas comment y aller, ce n’est pas si simple de monter une opération de secours », a-t-il ajouté. « Quoi qu’il arrive, c’est un accident qui laissera des traces et qui sera dramatique. »

Pas d’autorisation préalable

Ces alpinistes « sont des gens qui ne prennent pas les décisions à la légère (…) Il y avait eu un très gros travail de préparation, de repérage sur site » à la jumelle, souligne-t-il. « C’est de l’alpinisme de très haut niveau, donc forcément la part de l’aléatoire est encore plus importante. » L’objectif était de gravir le Mingbo Eiger (6 017 mètres), un sommet proche de l’Ama Dablam. Il s’agit d’« itinéraires d’envergure », même si ce ne sont pas des « sommets prestigieux », note Nicolas Raynaud.

« Nous n’avons pas encore d’information claire sur le nombre de personnes disparues », a déclaré de son côté le président de l’association nationale népalaise des guides de montagne, Ang Norbu Sherpa. « Nous avons envoyé une équipe de cinq guides de montagne très expérimentés. Ils sont en route et démarreront les opérations de recherche demain (lundi) », a-t-il ajouté.

Selon le journal The Himalayan Times, des tentes et du matériel ont été repérés près d’un glacier sous le mont Ama Dablam par une équipe de secours dimanche. Un responsable du ministère du Tourisme a également déclaré au journal que ces alpinistes n’avaient pas requis l’autorisation nécessaire pour se lancer dans cette ascension. Mais selon Nicolas Raynaud, « il n’y a pas d’infraction ». Les alpinistes se trouvent « sur un satellite d’un autre sommet pour lequel nous avions acheté un permis ».

Depuis sa création en 1991, le Gean a formé plusieurs générations d’alpinistes français. C’est de ses rangs que sont sortis Lionel Daudet, qui a gravi certaines des parois les plus difficiles du monde et exploré l’Antarctique avec la navigatrice Isabelle Autissier, ou encore l’alpiniste Élisabeth Revol, rescapée in extremis début 2018 d’une expédition hivernale sur le Nanga Parbat au Pakistan.

Par Le Point avec AFP

« Le footballeur français, c’est comme du textile chinois »

octobre 2, 2021

ENTRETIEN. Éducateur passionné, Yacine Hamened dénonce les dérives du foot business dans les écoles de foot, dès le plus jeune âge.

L'educateur Yacine Hamened signe un livre coup de poing qui denonce les derives de l'ecosysteme du sport le plus populaire dans l'Hexagone.
L’éducateur Yacine Hamened signe un livre coup de poing qui dénonce les dérives de l’écosystème du sport le plus populaire dans l’Hexagone.© FRANCK FIFE / AFP

« Au bord des terrains, c’est bien souvent un triste spectacle de parents hystériques qui perdent toute mesure. Une faute non sifflée sur leur enfant, et ce sont toutes les insultes du monde (quand ce ne sont pas les coups) qui s’abattent sur un arbitre, même pas encore majeur parfois. Un entraîneur qui remplace un enfant, et là, ce sont les parents qui voient rouge parce qu’il paraît qu’il y avait (peut-être) un recruteur au bord du terrain et que le train de la richesse est en train de filer à cause de l’éducateur. » Yacine Hamened est un homme en colère. Ancien responsable de la formation du FC Évian Thonon-Gaillard (des moins de 6 ans aux moins de 15 ans), l’éducateur publie Les Hors-Jeu du football français (éd. Talent Sport), un livre coup de poing qui dénonce les dérives de l’écosystème du sport le plus populaire dans l’Hexagone.

Le Point : Votre livre s’appelle « Les Hors-Jeu du football français ». Que voulez-vous dire par là ?

Yacine Hamened : J’ai voulu montrer que, malgré certains résultats – notamment le titre de champions du monde –, il y a des dysfonctionnements dans notre football. Structurels, administratifs, comportementaux… On peut faire beaucoup mieux.

Guy Roux expliquait au Point au mois de mai : « L’équipe de France va bien, mais le football français va mal. » Vous êtes sur la même ligne ?

Les premières journées de L1 cette saison sont un contre-exemple puisqu’elles tendent vers une évolution. Globalement, sur les dix dernières années, l’équipe de France va bien, pas les clubs.

Quand on vous lit, on n’a presque plus envie d’inscrire son enfant au foot…

Je suis passionné de football, mais mon fils fait du tennis… Malheureusement, je ne grossis pas le trait. Ce sont des faits. Ça pose problème. Beaucoup de parents se détournent du football à cause de l’environnement néfaste, violent. Quand on inscrit son enfant au sport, le premier but doit rester le plaisir, la passion. D’autres sports sont plus sains et plus adéquats à l’épanouissement de l’enfant, plutôt que la recherche de la réussite absolue.

Dans votre livre coup de gueule, vous expliquez qu’il y a deux alternatives : soit les enfants sont forts et deviennent des proies, soit ils sont moyens et personne ne veut les faire jouer. Que doit-on faire pour que le foot redevienne un jeu ?

Les clubs et leurs éducateurs doivent comprendre que leur première mission n’est pas de fabriquer des professionnels. Il y a plus de 15 000 clubs en France. Si on retire les 40 clubs de L1 et L2, ça fait 15 000 clubs qui ne font pas ce qu’il faut, en termes d’accueil, d’éducatif. Le problème est aussi structurel. Les ligues laissent faire, car ça les arrange de créer des clubs élites et de fabriquer ce rêve. Elles autorisent des mutations tous les ans. En CM2, des enfants de 10 ans prennent le bus trois fois par semaine pour aller jouer dans le meilleur club du secteur au lieu de jouer avec leur copain d’école ou de quartier.

Vous parlez aussi de « faux » agents qui promettent des millions aux parents alors qu’ils sont… commerciaux ou chauffeurs VTC !

Je comprends que chacun ait envie de réussir socialement, financièrement. Le football est une solution de facilité, car il ne nécessite pas de diplôme ou de compétences particulières. Si on a un peu de tchatche et des relations… Alors, on pense que tout le monde peut être agent et gérer la carrière d’un joueur. C’est faux ! Il faut connaître les règlements, les contrats, mais aussi le football. Pour certains, c’est comme s’ils étaient vendeurs d’aspirateurs ou de tapis. Beaucoup de gens s’engouffrent dans cette brèche – car elle existe – et le font au détriment des enfants. Ils contactent énormément de joueurs et de familles. Si les jeunes réussissent, tant mieux. Sinon, ils sont laissés de côté…

Bientôt, les enfants de 8 ans auront des agents officieux.

On a l’impression que vous parlez de joueurs de 16 ou 17 ans. Mais, en fait, les footballeurs sont « recrutés » de plus en plus tôt !

L’explication est simple. L’Île-de-France est un vivier mondial. Les clubs étrangers y font du scoutisme. Un règlement interdit aux clubs étrangers de recruter un enfant français avant ses 16 ans. Donc, les clubs français les contactent dès l’âge de 12 ans pour éviter la concurrence. Mais à 12 ans, les enfants ont déjà un « conseiller pseudo-agent ». Donc il faut commencer encore plus tôt. C’est à l’infini ! Bientôt, les enfants de 8 ans auront des agents officieux.

Est-ce spécifique à la France ? Comment ça se passe dans les autres pays ?

La France est un marché très spécial. Nous avons un vivier de joueurs unique. La concurrence est exacerbée, et il y a très peu d’identité club. On joue exactement le même football à Montrouge, à l’ACBB ou à Torcy. On fabrique des joueurs individualistes, en se basant sur des qualités athlétiques. Dans les autres pays, où la culture club est plus forte, chaque club a son identité, sa façon de jouer, et les enfants ne changent pas de club chaque année. Le seul pays qui se rapproche de la France est – à une moindre échelle – la Belgique.

Vous dites qu’on ne « forme » pas, mais qu’on « fabrique » des footballeurs. C’est-à-dire ?

Si on forme, on met en place quelque chose, un projet. En France, on fabrique pour vendre. C’est comme du textile chinois. Un produit standard, pas forcément de grande qualité. En France, on fait des numéros 6 (milieu de terrain défensif, NDLR) travailleurs et destructeurs. Ça marche, car peu de pays ont ce genre de profil. Devant, on produit des joueurs rapides, avec une bonne technique, capables d’éliminer.

Quelles solutions proposez-vous ?

Il faut ouvrir le football à d’autres milieux. Intégrer dans les instances dirigeantes des gens qui ont vu les incohérences sur le terrain. Le football français est très consanguin. À de rares exceptions près, les entraîneurs sont tous d’anciens joueurs professionnels, donc ils reproduisent le même modèle. Au Portugal, la formation d’entraîneur est ouverte à tous et ressemble à un diplôme universitaire. Les Allemands ont des entraîneurs comme Nagelsmann, qui n’est pas un ancien professionnel et qui a une vision très moderne du foot.

En refermant votre livre, certains vont malgré tout dire : oui, mais Kylian Mbappé est français, formé en France et la France est championne du monde.

On va toujours nous raconter cette histoire du petit Français de tel quartier qui réussit. Finalement, combien de joueurs français sont des titulaires indiscutables dans le top 8 européen ? Au lieu d’ouvrir les yeux, on ramène toujours à deux choses : Mbappé et la Coupe du monde.

À l’issue de votre ouvrage, vous remerciez « les éducateurs qui ont envie d’être là pour les enfants plus que pour eux ». Cela veut-il dire que les entraîneurs d’équipes d’enfants se prennent tous pour Guardiola ou Mourinho ?

Ils cherchent la visibilité. On leur fait croire qu’ils vont devenir « quelqu’un ». Je vous donne l’exemple de Montrouge, qui a atteint la finale du championnat de France des moins de 17 ans. Mais c’est grâce à son recrutement, pas grâce à la génération des enfants de Montrouge. Ils fabriquent de grosses équipes. Moi, ce n’est pas mon travail. On doit être là pour les enfants, les éduquer à un sport collectif, des règles de vie.

Les Hors-Jeu du football français, coup de gueule d’un éducateur. Talent Sport, 14,90 €.

Avec Le Point par Thibault Geffrotin

Les quatre années de calvaire d’un Français harcelé par une Russe

août 21, 2021

Un artiste français est devenu la victime d’une Russe érotomane. Depuis près de quatre ans, elle le poursuit et le persécute, rapporte « Le Parisien ».

Les interpellations s'enchainent - une cinquantaine selon Guillaume - mais a chaque fois, elle est liberee. (Photo d'illustration)
Les interpellations s’enchaînent – une cinquantaine selon Guillaume – mais à chaque fois, elle est libérée. (Photo d’illustration)© BERTRAND GUAY / AFP

Un harcèlement hors-norme. L’histoire commence en 2018. Guillaume Chenier met alors en scène un spectacle à Goa, en Inde. Il va très rapidement devenir l’obsession d’une Russe prénommée Jiulia, rapporte Le Parisien. Pour cette femme, atteinte d’érotomanie, une pathologie psychiatrique délirante, Guillaume est l’homme de sa vie. Une psychose qui a transformé la vie du Français en véritable cauchemar. Et qui pourrait lui coûter la vie.

D’abord, ce ne sont que des messages sur Facebook. Puis, une semaine plus tard, le début d’une traque. Alors que Guillaume rejoint le Rajasthan, Jiulia le poursuit. En retournant en France pour s’illustrer dans des festivals, le trentenaire va s’apercevoir qu’à chaque ville où il pose ses bagages, la ressortissante russe est présente. Cette chasse dure désormais depuis près de quatre ans.

« Je n’arrête pas de me demander lequel de nous deux mourra en premier »

Plus les années passent, plus Jiulia, 36 ans, devient insistante et agressive. En raison de son métier, Guillaume partage ses destinations sur les réseaux sociaux. Une aubaine pour la Russe, pour qui la traque est facilitée. Sur Internet, elle le harcèle, ajoute ses amis, crée de multiples faux comptes, lui envoie des centaines de mails. Et elle ne s’arrête pas là : elle contacte également ses proches, ment pour leur soutirer des renseignements.

La pathologie de la jeune femme empire. Alors que Guillaume séjourne au Rajasthan, Jiulia va jusqu’à fouiller ses poubelles, dans l’espoir de trouver des préservatifs usagers pour s’inséminer. Les interpellations s’enchaînent – une cinquantaine selon Guillaume –, mais, à chaque fois, elle est libérée. Jusqu’au printemps 2020, où les gendarmes prennent pour la première fois l’affaire au sérieux. La trentenaire est internée en psychiatrie à Rennes. Mais le harcèlement ne s’arrête pas et les agressions continuent. « Tous mes lieux de vie sont comme profanés par elle. Ça me bouffe de l’intérieur. C’est comme un viol. Un viol psychique », avoue Guillaume à nos confrères du Parisien.

Jusqu’à la dernière apparition de Jiulia, plus violente et inquiétante que toutes les autres. Le 14 juillet 2021, alors qu’il vit à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, avec sa compagne, la ressortissante russe tente de le tuer en le poussant dans les escaliers. Son amie filme la scène. Guillaume réussit finalement à la maîtriser et Jiulia est prise en charge par les pompiers, puis hospitalisée. La police intervient. « J’ai peur que ça finisse très mal. Je n’arrête pas de me demander lequel de nous deux mourra en premier, elle ou moi parce que j’aurai tenté de défendre ma vie », confie-t-il.

Par Le Point

Madagascar-Frédéric Joureau : Expulsé de justesse !

août 10, 2021

Frédéric Joureau, premier conseiller de l’Ambassade de France à Madagascar, a été expulsé.

Pour rappel des faits, cet individu fait partie des premiers suspects soupçonnés d’être l’un des cerveaux de l’opération Apollo 21 visant la destitution du Président de la République par assassinat.

Vendredi 6 août 2021, nous avons annoncé à la Gazette de la Grande île qu’un certain FJ faisait partie des cerveaux de cette affaire et que nous dévoilerions son nom le samedi 7 août.

Une fois son nom et sa photo dévoilés au grand public, l’individu a été expulsé de Madagascar. Sans aucune explication, il a tout de suite pris son envol. Une expulsion de justesse, car s’il était resté un jour de plus à Madagascar, la population ne l’aurait pas laissé tranquille.

Avec La Gazette de la Grande Ile

JO de Tokyo 2021 : une première et dernière médaille d’or pour le karatéka Steven Da Costa

août 5, 2021

Le Français est devenu champion olympique de karaté (- 67 kg), jeudi 5 août, à Tokyo. Cet art martial japonais faisait son entrée au programme. A Paris, il n’y figurera pas.

Steven Da Costa est peut-être le premier et le dernier champion olympique français de karaté, une discipline qui n’a pas été retenue aux JO de Paris 2024.
Steven Da Costa est peut-être le premier et le dernier champion olympique français de karaté, une discipline qui n’a pas été retenue aux JO de Paris 2024. VINCENT THIAN / AP

Un petit tour et puis s’en va pour le karaté. Présent pour la première fois aux Jeux olympiques et déjà retiré du programme dans trois ans à Paris, cet art martial japonais connaît une reconnaissance internationale éphémère à Tokyo. Celle de Steven Da Costa sera, elle, éternelle. Champion du monde 2018, le karatéka de Mont-Saint-Martin (54) n’a pas laissé échapper l’occasion d’entrer dans le cercle fermé des médaillés d’or tricolores.

Il ne fallait pas avoir les nerfs fragiles pour jouer à cet ersatz de roulette russe olympique. Bousculé en début de tournoi dans le sacro-saint Budokan, Da Costa est monté en puissance au fil de la journée. « Depuis deux ans que je suis qualifié [pour les Jeux], j’ai la pression. J’imaginais que si je ne ramenais rien, c’était la honte », confiait-il avant ses deux derniers combats. Jeudi soir, il a été à la hauteur des attentes en maîtrisant sa demi-finale face au Kazakh Darkhan Assadilov et sa finale face au Turc Eray Samdan.

En mars, dans son fief lorrain, Steven Da Costa entamait la dernière ligne droite de sa préparation olympique. Entouré de ses deux frères – Jessy et Logan, également membres de l’équipe de France de karaté – et de son père, Michel, l’entraîneur de la famille, il n’affichait aucun stress face à cette situation particulière : « Ça ne change rien pour moi, ni motivation, ni pression en plus. Je vais aller à Tokyo pour gagner. Si je réussis, c’est magnifique. Si je ne gagne pas, c’est que je ne devais pas gagner. Que cela soit les seuls JO de l’histoire de mon sport ou pas. »

Leïla Heurtault est l’une des deux seules coéquipières du nouveau champion olympique présentes lors de ces JO. A 26 ans, elle était engagée vendredi dans la catégorie – 61 kg en kumite [l’appellation du karaté de combat par opposition au kata], comme Da Costa. Elle a constaté les bienfaits d’une participation olympique pour son sport. Par exemple l’arrivée à cette occasion de partenaires supplémentaires pour son club du Samouraï 2000 au Mans.

« On avait beaucoup de mal à réaliser. Les Jeux étaient une terre inconnue. Lorsqu’on nous disait que c’était l’apothéose d’une carrière, on avait du mal à le réaliser, racontait-elle au Monde avant les Jeux. Juste sur la préparation et sur la publicité que ça fait à notre sport, c’est complètement une autre dimension. Ça change toute une carrière. » Comme Steven Da Costa, elle était prête à ce drôle de « quitte ou double. »

Au Japon, le karaté a bénéficié du poids de la tradition pour figurer parmi les sports additionnels au programme olympique. En 1988, le taekwondo avait profité des Jeux de Séoul pour intégrer la grand-messe, bien aidé à l’époque par la double casquette de Un Yong Kim : ex-président de la fédération internationale et également ex-vice-président du CIO.

Pour conserver sa place à Paris, la bataille était trop rude. « Le président de la fédération japonaise de karaté est un ancien député assez puissant. Leur COJO (comité d’organisation des Jeux olympiques) avait plaidé pour notre sport et pour le baseball, explique Francis Didier, président de la Fédération française de karaté. Pour 2024, nous n’avons pas eu assez de poids politique. Au CIO, il n’y a qu’un pape, c’est Thomas Bach. Il a choisi de nous retirer de la liste pour mettre la breakdance à la place. Il a été emballé par la discipline aux JO de la jeunesse. »

Forte de 240 000 licenciés, la Fédération française de karaté espère quand même profiter d’un élan olympique. Le titre de Steven Da Costa tombe à pic. « J’espère que ce succès va booster le nombre de gens qui vont vouloir se mettre au karaté après avoir regardé les Jeux à la télévision, a déclaré Olivier Beaudry, coach de l’équipe de France. J’espère que cela va nous aider dans notre quête olympique. Les téléspectateurs ont vu un très bon spectacle. Le karaté a toute sa place aux Jeux. »

Réaliste, même si pas encore entièrement résigné, Francis Didier voulait, lui, tourner pour un temps la page olympique : « Un dirigeant doit rester factuel. On a vécu sans les Jeux, on n’a pas arrêté de grandir pour autant. Si vous ne tournez pas la page, vous ne pouvez pas vous préparer à l’avenir. Ce qui ne veut pas dire abandonner le combat pour les Jeux, simplement le mettre un peu de côté. » Avec Steven Da Costa, la discipline a un ambassadeur de choix.

Par Le Monde avec Anthony Hernandez (envoyé spécial à Tokyo)

Régionales : après la défaite, Le Pen donne « rendez-vous aux Français »

juin 27, 2021

Alors que son parti n’a pas réussi à remporter une région, la présidente du Rassemblement national lance un appel à la mobilisation pour la présidentielle.

Malgré l’échec du Rassemblement national (RN) aux élections régionales, Marine Le Pen, la candidate du RN à la présidentielle, a donné « rendez-vous aux Français, dès demain, pour construire tous ensemble l’alternance dont la France a besoin ». « Ce soir nous ne prendrons pas de région », a-t-elle reconnu, dénonçant des « alliances contre-nature » de la part des présidents sortants et affirmant que le résultat en Paca « démontre que la mobilisation est la clé des victoires à venir ».

« Ce soir nous ne prendrons pas de région », a-t-elle reconnu, dénonçant des « alliances contre-nature » de la part des présidents sortants et affirmant que le résultat en Paca « démontre que la mobilisation est la clé des victoires à venir. » « Je suis plus que jamais déterminée à mettre toute mon énergie et ma volonté à réhabiliter la politique », a-t-elle assuré, s’alarmant d’une « désaffection civique historique ».

« Une organisation désastreuse et erratique des scrutins »

La présidente du RN a expliqué l’abstention quasi record de 66 % notamment par « une organisation désastreuse et erratique des scrutins par le ministère de l’Intérieur » et « un désenchantement à l’égard des élections intermédiaires ».

« Information des électeurs, proportionnelle, référendum d’initiative citoyenne: tout doit être aujourd’hui débattu pour rendre à nos compatriotes le goût de décider de leur avenir », a déclaré Marine Le Pen. « La présidentielle apparaît plus que jamais comme l’élection qui permet de changer de politique et les politiques », a-t-elle analysé, affirmant que « les Français nous apportent leur soutien dans cette mission ».

Par Le Point avec AFP

Canada-Québec/Protection du français : quand la CAQ enfonce des portes ouvertes

juin 19, 2021

Ottawa veut en faire davantage pour protéger le français. Voilà une bonne nouvelle qui n’a pas l’air de réjouir le ministre Simon Jolin-Barrette. Il suffisait de l’entendre réagir au dépôt du projet de loi C-32 pour comprendre qu’il n’est pas près de sabrer le champagne.

Le projet de loi 96, visant à renforcer et à protéger la langue française au Québec, a été annoncé en grande pompe par François Legault et Simon Jolin-Barrette.

© Sylvain Roy Roussel/Radio-Canada Le projet de loi 96, visant à renforcer et à protéger la langue française au Québec, a été annoncé en grande pompe par François Legault et Simon Jolin-Barrette.

Et pour cause : après le Parti libéral du Québec, c’est au tour du Parti libéral du Canada de doubler la CAQ. Non seulement approuve-t-il la démarche du gouvernement Legault pour protéger le français, mais la ministre Mélanie Joly a clairement laissé entendre mardi qu’elle souhaitait s’aligner sur le projet de loi 96 (PL96).

Résultat : la CAQ, qui se targue d’être le parti de la fierté nationale retrouvée, jusqu’à mettre son poing sur la table pour protéger la langue française, se retrouve à défendre des mesures qu’aucun de ses adversaires ne trouve, finalement, trop audacieuses.

C’est peut-être là le prix à payer pour un gouvernement qui a autant fait grimper les attentes par rapport à son projet de loi. Pendant près d’un an, le ministre Jolin-Barette s’est affairé à convaincre à peu près tout le monde que le français était en danger, et qu’il faudra agir vigoureusement pour freiner son déclin.

Force est de constater qu’il y est – trop – bien parvenu : le projet de loi qu’il a présenté ne semble pas même rassasier ceux qu’il avait lui-même mis en appétit. En témoigne le dernier sondage Léger sur la question, commandé par le Parti québécois, qui indique que si plus de 64 % des Québécois estiment que le français est en déclin, seulement le quart pensent que la réforme proposée par la CAQ pourra renverser la tendance.

Pas d’inquiétudes chez les libéraux fédéraux

Dans la capitale fédérale, on se défend de vouloir projeter la question linguistique dans un débat électoral. La réforme de la loi sur les langues officielles, explique un conseiller du gouvernement, est une intention formulée bien avant l’arrivée de la CAQ à Québec et du Bloc à Ottawa. Un remède surtout à des années de négligence des gouvernements précédents.

De toute façon, les troupes de Justin Trudeau ne semblent pas convaincues que la question linguistique puisse leur rapporter beaucoup de votes, ou de sièges.

Cela ne veut pas dire qu’on n’a pas surveillé attentivement ce que faisait Québec. C’est sûr que ça nous inquiétait», affirme une source proche du dossier. Finalement, on a vite déterminé pouvoir vivre avec» le projet de loi de Simon Jolin-Barrette, même en ce qui concerne les changements proposés à la Constitution.

Seul point de discorde : les obligations linguistiques imposées aux entreprises de compétence fédérale installées au Québec. Ottawa est disposé à appliquer dans ces entreprises des règles similaires à ce qui est prévu dans le projet de loi 96, mais pas question de les assujettir à la loi 101 comme le demande le gouvernement Legault. Pour l’instant, Ottawa ne voit pas comment le différend pourrait se transformer en conflit majeur.

Eux [le gouvernement Legault] n’ont pas le capital légal pour s’en prendre à nous et nous n’avons pas le capital politique pour aller contre eux», indique une source. En fin de compte, si l’intention des deux gouvernements est de protéger le français, on trouvera sûrement un terrain d’entente. Si le ton monte, c’est que l’un des deux cherche à exploiter la question à des fins politiques.

Un projet de loi à renforcer

Québec se prépare déjà à corriger le tir. Plusieurs sources confirment que le ministre Jolin-Barrette devrait profiter des consultations de l’automne pour donner plus de mordant à son projet de loi.

Il ne serait donc pas question de jeter du lest, ou de faire des concessions au nom de la recherche du consensus. Au contraire, la CAQ devrait hausser le ton, ce qui n’aurait rien d’étonnant, si elle souhaite toujours se présenter comme le protecteur de l’identité québécoise en année préélectorale.

D’ailleurs, le ministre lui-même s’est dit disposé à bonifier le PL96 avec des propositions des partis d’opposition. Il a donné l’exemple de l’obligation pour les étudiants des cégeps anglophones de réussir un minimum de trois cours en français pour obtenir leur diplôme, une avenue intéressante» selon lui.

Est-ce qu’il pourrait raffermir sa position en ce qui concerne le statut bilingue des municipalités? Une source proche du dossier le pense. D’autres espèrent encore que le gouvernement limite davantage l’accès au cégep anglophone.

Rassurer les anglophones

La communauté anglophone pourrait-elle devenir la principale ligne de fracture entre l’offre de Québec et celle d’Ottawa? Une chose est certaine, les inquiétudes des Anglo-Québécois pourraient donner du fil à retordre au gouvernement Legault, qui a pourtant fait de son mieux pour ne pas les froisser avec son projet de loi.

Le cabinet Trudeau, pour sa part, prépare ce terrain depuis des mois. Des rencontres ont eu lieu avec les intervenants à plusieurs reprises, les ministres ont envoyé des émissaires sur le terrain. Après tout, plusieurs élus libéraux dépendent du vote anglophone pour être réélus.

En coulisses, on pense avoir calmé les craintes. Je ne pense pas qu’on aura besoin de faire du outreach dans Outremont», lance une source. Les anglophones ne sont pas fâchés contre nous, ils sont fâchés contre Québec.»

Comme il l’avait fait pour la laïcité, François Legault a affirmé à plusieurs reprises qu’il voulait que sa réforme de la loi 101 soit modérée. Il court maintenant le risque à vouloir satisfaire tout le monde de ne contenter personne. En politique comme ailleurs, qui trop embrasse mal étreint.

Avec  Alex Boissonneault, Daniel Thibeault