Posts Tagged ‘France Inter’

L’anima­teur radio José Artur est mort

janvier 24, 2015
José Artur

José Artur

Le monde de la radio en deuil

L’anima­teur radio José Artur, créa­teur en 1965 de la mythique émis­sion Le Pop-Club sur France Inter, est mort ce matin à l’âge de 87 ans. C’est son fils David qui a commu­niqué la nouvelle à l’AFP.

Triste nouvelle pour la radio française. Celui qui avait durant quarante ans donné rendez-vous aux audi­teurs de France Inter dans son émis­sion mythique Le Pop-Club s’est est allé ce matin, après une hospi­ta­li­sa­tion d’une dizaine de jours suite à un acci­dent vascu­laire céré­bral.

Après une carrière au théâtre et au cinéma, où il aura notam­ment été dirigé par Maurice Labro et André Rous­sin, José Artur s’était ensuite tourné en 1965 vers ce qui allait deve­nir sa plus grande passion, la radio. Il crée le Le Pop-Club. Pendant quarante ans, il a semé la pluie et le beau temps sur les ondes, décor­tiquant la musique avec des profes­sion­nels comme Bernard Lenoir et défen­dant corps et âme le rock anglo-saxon ou encore les cari­ca­tures de Char­lie Hebdo, qu’il aimait décrire à ses audi­teurs.

Grand ami de Stéphane Bern, avec lequel il a colla­boré en radio dans les émis­sions C’est pas croyable ou encore Le Fou du roi, ce dernier a partagé sa peine sur Twit­ter. « J’apprends avec tris­tesse la dispa­ri­tion de José Artur qui fut un ami précieux à France Inter. Il savait rendre la culture gour­mande et pop », a-t-il ainsi écrit dans la mati­née sur son compte Twit­ter au sujet de son ami cher.

L’anima­teur, qui assu­rait « pour moi, une jour­née où on n’a pas ri est une jour­née perdue », laisse pour­tant aujourd’hui ceux qui l’aimaient incon­so­lables.

Voici.fr par J. D.

Cécilia Attias furieuse contre Nicolas Sarkozy

avril 2, 2012

Il n’avait sans doute pas besoin de ça à vingt jours du premier tour de l’élection présidentielle, mais voilà que Cécilia Attias hante de nouveau Nicolas Sarkozy.

Le 6 mai 2007, le soir de sa victoire à la présidence de la République, Cécilia quittait Nicolas Sarkozy. « Ce qui aurait dû être le couronnement de ma vie professionnelle… Je dois dire qu’une partie de ma tête était consacrée à d’autres problèmes », expliquait le chef de l’État, candidat à sa propre succession, le 6 mars dernier sur le plateau de Des paroles et des actes sur France 2. Interrogé sur le Fouquet’s et l’endroit où il pourrait fêter une éventuelle victoire, il a eu ces mots très durs envers son ex-femme : « Si victoire il y a, cette fois-ci, j’ai une famille. Une famille solide. Et je sais où je pourrais la fêter cette victoire : avec ceux que j’aime. Avec ma femme et mes enfants et puis peut-être quelques amis. J’aurais pas besoin d’être hébergé ailleurs. » Le lendemain de cette interview, paraissait en librairie le livre de Catherine Nay, L’impétueux. Un bouquin très à charge contre l’éphémère première dame et qui revient sur tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Jeudi dernier, le publicitaire Richard Attias a longuement pris la défense de son épouse sur France Inter, relevant tour à tour les erreurs dans le livre de la journaliste politique. Mais Cécilia est tellement blessée par toutes ces attaques qu’elle refuserait désormais de prendre son ex au téléphone, révèle Le Journal du Dimanche : « Cela risque de durer ! Elle n’a pas supporté la phrase de Nicolas, “Maintenant j’ai une famille”, ni toutes les attaques dirigées contre elle dans le livre de Catherine Nay. » De là à ce qu’elle le sanctionne aussi dans l’isoloir…

Voici.fr par M-A.K

Audrey Pulvar sous surveillance à France Inter

octobre 13, 2011

Audrey Pulvar est entrée dans une zone de turbulences depuis que, dimanche soir, les téléspectateurs l’ont vue célébrer la belle troisième place de son compagnon Arnaud Montebourg dans le processus de la primaire citoyenne. Ses collègues de France Inter et des autres rédactions de Radio France s’en sont émus (voir le communiqué intégral ci-dessous). La direction de la rédaction de France Inter, interpellée par la Société des journalistes (SDJ), a décidé de prendre quelques mesures de précaution. Matthieu Aron, patron de la rédaction, a confirmé mardi après-midi, en accord avec Audrey Pulvar, que son « édito » sur France Inter ne comporterait plus aucune allusion politique. En fait, c’était déjà le cas depuis quelque temps… « En outre, précise le communiqué de la SDJ, ce n’est plus elle qui lancera et relancera l’éditorialiste quotidien de la presse écrite. »

Audrey Pulvar a décidé de maintenir sa participation au talk-show On n’est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2 et, à aucun moment, jusqu’à présent la chaîne n’a démenti cette position. L’attitude des deux entreprises publiques est donc diamétralement opposée vis-à-vis de la journaliste : sur les ondes, la rédaction tient Pulvar le plus éloignée possible de la politique ; sur France 2, au contraire, Pulvar est chargée de questionner les invités politiques de Ruquier. À noter que, sur France 2, l’émission de Ruquier dépend des programmes et non de la direction de l’information.

CSA : Pulvar n’est pas un « soutien » du PS

Audrey Pulvar avait jusqu’ici mis des distances avec la carrière politique de son compagnon, évitant de le suivre dans ses meetings. Dimanche soir, elle a craqué et a souhaité partager ce moment de liesse avec lui. Interrogée par Le Point.fr, Audrey Pulvar avait même déclaré ne pas avoir participé au scrutin. « J’estimais que je ne pouvais pas, en tant que journaliste, participer à un scrutin où n’est représentée qu’une famille politique et pour laquelle il fallait signer un engagement à soutenir les valeurs de la gauche », faisait-elle valoir. Audrey Pulvar ne s’exprimera plus sur ce sujet. Son avocat, Me Christian Charrière-Bournazel, la représentera au besoin.

Par ailleurs, le CSA fait savoir qu’il n’est pas question de décompter le temps de parole d’Audrey Pulvar comme « soutien » au Parti socialiste. Le projet de résolution sur les temps de parole lors de la campagne présidentielle est en cours d’élaboration et n’entrera en vigueur que début 2012. À ce moment-là, les « people » qui exprimeront une préférence pour l’un des candidats seront comptés comme « soutien », et leur temps d’intervention sera imputé au temps de parole du camp qui a leur faveur. C’est cette résolution qui permettra de décompter les soutiens apportés par Philippe Torreton, Johnny Hallyday, Jean-Marie Bigard, Virginie Ledoyen, etc. Mais seulement en 2012.

Voici le communiqué de la Société des journalistes de Radio France

Dimanche soir, certaines images ont choqué de nombreux journalistes des rédactions de Radio France. Celles où l’on voit Audrey Pulvar, animatrice de la tranche 6 heures-7 heures de France Inter, aux côtés de son compagnon Arnaud Montebourg, fêtant son résultat à la primaire socialiste. La vie privée d’Audrey Pulvar est connue : elle a déjà fait l’objet de débats, à l’intérieur et en dehors de Radio France. Jusqu’ici, la discrétion dont elle faisait preuve était appréciée. Mais cette mise en lumière soudaine aux côtés d’un acteur politique au poids décisif a heurté plusieurs membres de nos rédactions, qui craignent une confusion nuisible à l’image de France Inter et à leur travail.

Contactée par la SDJ, Audrey Pulvar dit « entendre » cette remarque mais répète que, si elle est apparue publiquement auprès d’Arnaud Montebourg ce dimanche soir, c’est parce qu’elle considère que sa campagne est « terminée » et aussi, plus humainement, pour vivre avec lui un moment fort de sa vie. La direction de la rédaction de France Inter s’est, elle aussi, émue de ces images. En réponse à nos questions, Matthieu Aron a annoncé ce mardi après-midi qu’en accord avec l’intéressée « l’édito » d’Audrey Pulvar ne comporterait plus aucune allusion politique (ce qui était déjà le cas). En outre, ce n’est plus elle qui lancera et relancera l’éditorialiste quotidien de la presse écrite. Le tout, « jusqu’à nouvel ordre ». Dont acte…

LePoint.fr