Posts Tagged ‘FRANCE’

France-Chantage à la sextape : un adjoint de Gaël Perdriau démissionne

septembre 23, 2022

Samy Kéfi-Jérôme, adjoint de Gaël Perdriau à la mairie de Saint-Étienne, impliqué dans l’affaire de chantage politique à la sextape, a présenté sa démission.

Gael Perdriau et Samy Kefi-Jerome a l'issue du conseil municipal du 3 juillet 2020.
Gaël Perdriau et Samy Kéfi-Jérôme à l’issue du conseil municipal du 3 juillet 2020.© Rémy PERRIN / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Nouveau rebondissement dans l’affaire du chantage à la sextape à la mairie de Saint-Étienne. Un des adjoints du maire Gaël Perdriau a annoncé vendredi 23 septembre à l’Agence France-Presse avoir démissionné de ses mandats à la ville et à la métropole. Il s’agit de Samy Kéfi-Jérôme, également mis en cause dans cette affaire de chantage politique à la sextape qui secoue la ville depuis fin août. « J’ai présenté ce matin ma démission de mes mandats de conseiller municipal et conseiller métropolitain » à la préfète de la Loire « et j’en ai informé monsieur le maire », écrit l’adjoint municipal à l’éducation dans un communiqué transmis à l’AFP.

Dans la tourmente depuis les confessions d’un ancien proche de la municipalité sur un « barbouzage de mœurs » remontant à 2015, le maire Gaël Perdriau a pour sa part décidé jeudi de déléguer ses fonctions représentatives à la métropole et à la mairie dans un souci de retour à la « sérénité ». En début de semaine, l’élu de 50 ans avait déjà limogé son directeur de cabinet, également sous le feu des critiques à cause de son rôle présumé dans le chantage.

« Je déplore les attaques personnelles dont je fais l’objet »

L’affaire a éclaté fin août quand le site Mediapart a publié les confessions détaillées de l’ancien compagnon de Samy Kéfi-Jérôme sur le tournage d’une vidéo compromettante, commanditée selon lui par le maire et son entourage pour neutraliser l’ex-premier adjoint centriste, Gilles Artigues. Selon lui, l’opération a été rétribuée via des prestations fictives facturées à deux associations culturelles subventionnées par la mairie.

Gaël Perdriau a été placé en garde à vue le 13 septembre, en même temps que son délateur, son adjoint à l’éducation et son directeur de cabinet.

« Je déplore les attaques personnelles dont je fais l’objet et constate que les conditions d’exercice de mes fonctions ne sont plus réunies », souligne vendredi dans son communiqué Samy Kéfi-Jérôme, en soulignant qu’il vivait « comme une profonde injustice » les accusations le visant.

L’élu de 42 ans siégeait au conseil municipal de Saint-Étienne depuis 2014, date d’élection de Gaël Perdriau à la tête de cette ville en plein déclin industriel. Il n’a pas démissionné de ses fonctions au conseil régional mais avait été suspendu, fin août, de ses fonctions de délégué à la stratégie digitale par le président de la région Laurent Wauquiez (LR).

Par Le Point avec AFP

Ayant reçu une révélation divine, elle rentre s’installer au Congo et abandonne enfants et époux en France

septembre 16, 2022

Une famille déchirée, un papa qui se retrouve seul avec les enfants en France, une épouse qui abandonne tout et rentre dans son Congo natal après une révélation divine. La famille Taty, installée depuis des années dans la banlieue parisienne s’est scindée en deux d’une manière inexplicable. Sandra, l’épouse et maman a choisi de servir Dieu dans ans son Kouilou laissant Georges et les trois enfants au pays des blancs suite à son refus de les laisser suivre leur mère.

C’est désormais au Congo, au quartier Siafoumou que Sandra a choisi de vivre afin de mieux servir son Seigneur suite à la révélation reçue en France. Sans réfléchir, elle a abandonné travail et famille et monté dans le premier vol à destination de Pointe-Noire.

Son époux parle d’une envoûtement de sa famille Vili du pays, mais, elle-même balaie d’une revers cette affirmation et met au centre de sa décision. Avant son départ, Georges a tenté vain appuyé par ses enfants de ramener son épouse à la raison en la faisant voir le mauvais côté d’une vie au Congo. Mais rien!

« Dieu est au contrôle et c’est lui qui m’a demandé de rentrer dans mon pays et je ne vois aucun mal à cela ! La France n’est pas mon pays et ce n’est pas un péché de rentrer chez soi » se justifie Sandra qui a demandé à son époux d’arrêter de manipuler leurs enfants dont la dernière, âgée de 9 ans a émis le souhait de suivre sa maman au Congo.

Avec une formation d’infirmière, Sandra était employée dans un Ehpad avec un salaire avoisinant 2000 euros par mois. Elle a renoncé à tout cela pour répondre à l’appel de Dieu qu’elle sert désormais depuis son domicile de Siafoumou à Pointe-Noire.

Avec Saxer-infos par Stany Frank

Mali : les deux militaires français relâchés

septembre 16, 2022

Deux militaires français, détachés en renfort auprès de l’ambassade de France à Bamako, avaient été arrêtés jeudi par les autorités maliennes. Ils ont été remis en liberté vendredi matin.

Circulation à Bamako, au Mali, devant le siège de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), en juin 2019. (illustration) © Vincent Fournier/JA.

L’affaire avait de quoi tendre encore un peu plus les relations entre le Mali et la France. Deux militaires français, détachés auprès de l’ambassade de France à Bamako, ont été arrêtés jeudi 15 septembre à la mi-journée dans le centre de la capitale malienne. Après une nuit en détention, il ont été relâchés vendredi dans la matinée.

Selon une source officielle à Paris, les deux hommes ont été arrêtés alors qu’ils effectuaient une « mission classique de reconnaissance » aux abords de l’école française Les Écrivains afin de la sécuriser. Toujours selon cette source, les deux militaires « disposaient de passeports en règle » et se sont montrés « coopératifs » lors de leur interpellation.

Ces deux militaires étaient présents au Mali en renfort auprès de l’attaché de défense à l’ambassade. Ils étaient notamment chargés du plan de sécurité de l’ambassade et de la sécurisation des ressortissants français dans le pays.

Avec Jeune Afrique par Benjamin Roger

France/Covid-19 : pourquoi les contaminations repartent à la hausse

septembre 16, 2022

Quelque 33 263 nouveaux cas ont été comptabilisés jeudi, contre 19 866 une semaine plus tôt. Une reprise épidémique due à la conjonction de deux phénomènes.

Les contaminations de Covid-19 augmentent de nouveau en France, laissant présager une possible huitième vague de l’épidémie au sortir de l’été, dont l’ampleur reste difficile à prévoir. « Le scénario le plus probable est celui d’un pic épidémique à la rentrée », affirmait mi-août Brigitte Autran, tout juste nommée présidente du comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires, le successeur du conseil scientifique.

Il semblerait que les faits lui donnent raison. Depuis plusieurs jours, les contaminations ont recommencé à progresser. « La circulation du Sars-CoV-2 est repartie à la hausse après plusieurs semaines d’amélioration de la situation épidémique », observe ainsi Santé publique France dans son point hebdomadaire. Jeudi 15 septembre, 33 263 nouveaux cas de Covid étaient comptabilisés, contre 19 866 une semaine plus tôt, soit un bond de plus de 67 %. « Depuis deux jours, le taux de reproduction du virus (le fameux R, NDLR) est supérieur à 1, ce qui est le signal robuste d’une reprise épidémique », a affirmé à l’Agence France-Presse l’épidémiologiste Mircea Sofonea.

Autre indicateur : le nombre de tests (852 500) a augmenté de 9 % la semaine du 5 au 11 septembre, a indiqué jeudi la Drees, le service statistique des ministères sanitaires et sociaux. Ils ont notamment fortement augmenté chez les moins de 16 ans (+ 56 %). « Le nombre de tests PCR n’est pas très élevé actuellement et ne permet pas de faire des analyses très fiables, mais la tendance semble confirmer à tout le moins un arrêt de la décrue épidémique et possiblement un rebond, prémisse d’une possible nouvelle vague pandémique », a analysé pour l’AFP l’épidémiologiste Antoine Flahault. « La reprise a certainement commencé il y a plus d’une semaine, mais on ne peut l’attester statistiquement que depuis deux jours », a relevé de son côté Mircea Sofonea.

Déclin immunitaire et brassage, les deux responsables ?

La conjonction de deux phénomènes pourrait expliquer cette reprise. D’abord, un certain déclin immunitaire dans une population qui a parfois été contaminée ou a reçu son dernier vaccin il y a de nombreux mois. Or la protection contre l’infection s’érode avec le temps. Ensuite, le contexte de rentrée, scolaire et professionnelle, qui favorise davantage les brassages. La hausse des contaminations est « principalement portée par les moins de 20 ans », à commencer par les 0-9 ans (+ 111 %, sur la semaine du 5 au 11 septembre), relève Santé publique France.

Ce n’est pas dans une situation inédite. À la même époque de 2021, à la faveur de la rentrée scolaire, le variant Delta, qui avait aussi causé une vague estivale, était revenu déclencher une vague automno-hivernale. « Il semble bien que l’actuel sous-variant dominant d’Omicron, BA.5, qui a frappé l’Europe cet été, se propage à nouveau depuis la rentrée et progresse dans toutes les régions de France métropolitaine (sauf encore la Corse), et dans presque tous les pays d’Europe occidentale », a avancé Antoine Flahault.

Si une huitième vague devait se produire, il semble encore difficile de prévoir son ampleur. En effet, on ne sait pas précisément à quel point la population est actuellement immunisée. « On va rester dans un certain brouillard pendant au moins les deux prochaines semaines », prédit encore Mircea Sofonea. En se fondant uniquement sur les dynamiques observées lors des deux précédentes vagues, « on ne devrait pas courir le risque d’une saturation hospitalière », selon lui.

Les espoirs de l’OMS déjà douchés ?

Mercredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a envoyé un message d’espoir, jugeant la fin de la pandémie « à portée de main » mais invitant à ne pas relâcher les efforts pour y parvenir. En attendant, à défaut de remarquables progrès pour améliorer la ventilation des lieux clos, la France pourrait encore essayer d’accroître la couverture vaccinale face à une nouvelle vague. Malgré les préconisations des autorités sanitaires, seuls environ 30 % des plus de 60 ans ont reçu une deuxième dose de rappel.

D’ici à quelques semaines, les vaccins bivalents (ciblant à la fois la souche originale du virus et le variant Omicron) seront par ailleurs disponibles en France. Mais les personnes les plus à risque sont invitées à ne pas attendre pour recevoir leur quatrième dose. En début de semaine prochaine, la Haute Autorité de santé (HAS) va préciser l’articulation de ces nouveaux vaccins dans la stratégie vaccinale française.

Par Le Point avec AFP

Juvisy-sur-Orge: Jalouse, une congolaise poignarde son époux qui partait à Dakar pour la troisième fois en une année

septembre 12, 2022
 Juvisy-sur-Orge :Jalouse, une congolaise poignarde son époux qui partait à Dakar pour la troisième fois en une année

Une congolaise de 38 ans est placée en détention pour tentative d’homicide sur son époux qui est interné dans un centre hospitalier. L’homme a reçu plusieurs coups de couteau après une forte dispute avec son épouse. Elle n’était pas d’accord qu’il voyage pour la troisième fois en une année. Un problème de jalousie sur fond de suspicion d’infidélité.

Manuela T aurait selon son entourage, toutes les preuves de l’infidélité de son époux avec une autre fille vivant à Dakar au Sénégal. En ce qui va de l’an 2022, son époux s’y est rendu déjà deux fois et était sur le point de prendre encore un vol. Il justifiait ses voyages par la présence de ses deux neveux qu’il a scolarisés au Sénégal.

Mais pour la femme, c’était juste un mensonge, son époux en réalité a une maîtresse à Dakar d’origine gabonaise qu’il aurait connu sur les réseaux sociaux. Elle a poignardé son époux après une forte dispute quand ce dernier qui niait voyager pour Dakar a été confondu par la réservation de son vol en sa possession.

Manuela T qui a appelé les secours après son forfait a été placée en détention provisoire par le juge qui l’accuse de tentative d’homicide volontaire. Le couple a deux enfants et traversait une crise depuis des années selon leurs proches. Ils ne partageaient plus la même chambre depuis que l’infidélité de l’époux a été découverte par la femme.

Avec Le Congolais.fr

France: Le témoignage accablant d’un des enfants maltraités de Noyelles-sous-Lens

septembre 6, 2022

La police a découvert dans cette commune du Pas-de-Calais des enfants en bas âge dans des conditions d’hygiène déplorables. Un des aînés a témoigné sur TF1.

A Noyelles-sous-Lens, la police est intervenue pour arreter le couple accuse de maltraitance sur ses enfants.
À Noyelles-sous-Lens, la police est intervenue pour arrêter le couple accusé de maltraitance sur ses enfants.© COURBE / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Un couple de Noyelles-sous-Lens sera jugé en janvier, soupçonné de violences et carences éducatives après la découverte, le 30 août dernier, par la police de deux de leurs dix enfants attachés à des chaises hautes, dans une situation d’hygiène « déplorable ». La situation familiale a été dénoncée par l’un des aînés de la fratrie, Bryan. « Porter plainte contre ses parents, c’est très difficile », a-t-il confié à TF1.

Lorsque les policiers sont intervenus, ils ont « constaté que deux enfants de 2 et 5 ans » se trouvaient « attachés à des chaises hautes pour qu’ils ne bougent pas » et dans un « état d’hygiène déplorable », a déclaré le procureur de la République de Béthune, Thierry Dran. « Toutefois, on ne peut pas dire qu’ils étaient couverts d’excréments, comme l’ont rapporté certains médias », a-t-il précisé.

Un système rodé

Bryan, un des aînés de la fratrie, a expliqué au micro de l’un des journalistes de la chaîne de télévision le mécanisme financier établi par ses parents. « On leur servait de salaire. À chaque enfant parti, un nouveau-né arrivait », a-t-il indiqué, précisant que son père n’a travaillé que six mois dans sa vie grâce à l’argent des aides sociales et que sa mère ne travaillait pas. « C’était leur seul revenu, s’il n’y avait pas d’enfant à la suite, ils perdaient de l’argent », a-t-il ajouté.

Les parents, un homme de 44 ans et une femme de 40 ans, sont soupçonnés de « soustraction par ascendant aux obligations légales » et de « violences sur mineur de 15 ans par ascendant », sans ITT (incapacité totale de travail). « Ce qui est reproché, c’est surtout le manque d’hygiène total et des carences éducatives graves », soit « le fait de ne pas s’être occupé de façon normale de ses enfants », a précisé le procureur. Les enfants ne présentent toutefois « pas de traces de sévices graves qui auraient provoqué des cicatrices », a-t-il ajouté.

La famille compte au total dix enfants âgés de 4 mois à 24 ans, dont sept mineurs. Placés en garde à vue le 31 août, les parents ont été présentés devant un juge et placés sous contrôle judiciaire, avec interdiction d’entrer en contact avec leurs enfants. Ils seront jugés le 24 janvier. « Ce n’est qu’un bout de chemin, je ne veux pas que mes petits frères et sœurs retournent dans cette maison avec eux », a affirmé Bryan. « Ils qualifient ça de délit, mais, pour moi, c’est un crime », a-t-il lâché, estimant que ses parents doivent être jugés « à la hauteur de ce qu’ils ont fait ».

Par Le Point

Affaire Pogba : « J’ai confiance en la parole d’un coéquipier », assure Mbappé

septembre 5, 2022

Paul Pogba l’a appelé pour lui donner sa « version des faits », a précisé l’attaquant star de l’équipe de France, qui assure être « assez détaché de tout ça ».

« Je préfère faire confiance à la parole d’un coéquipier », a expliqué Kylian Mbappé, indirectement impliqué dans l’affaire Paul Pogba, qui l’a « appelé » et lui « a donné sa version des faits », a-t-il précisé lundi en conférence de presse. Cible de tentatives d’extorsion se chiffrant en millions d’euros, Paul Pogba se retrouve au cœur d’une rocambolesque affaire. Le nom de la star du football français Kylian Mbappé apparaît à son corps défendant dans le dossier, Paul Pogba ayant expliqué aux enquêteurs que « ses maîtres chanteurs voulaient le discréditer en diffusant des messages dans lesquels il aurait demandé à un marabout de son entourage familial de jeter un sort » à l’attaquant du PSG, ce qu’il dément.

« C’est sa parole contre celle de son frère (Mathias), je vais faire confiance à sa parole, dans l’intérêt de l’équipe de France », a ajouté Mbappé, qui s’exprimait avant le match de Ligue des champions contre la Juventus Turin, mardi (21 heures). « Je vais voir comment ça se passe, mais je suis assez détaché de tout ça », a-t-il commenté. Interrogé pour savoir si cette affaire pouvait détériorer ses rapports avec Paul Pogba, Mbappé a répondu : « Non. Au jour d’aujourd’hui, je préfère faire confiance à la parole d’un coéquipier, il m’a appelé et m’a donné sa version des faits. » Mbappé « ne montre aucun signe d’agacement ou d’inquiétude », avait assuré mardi dernier l’entraîneur du PSG Christophe Galtier.

Lors d’une seconde audition auprès des enquêteurs, Paul Pogba a démenti avoir embauché un marabout pour jeter un sort à Mbappé, selon France Info. Le parquet de Paris a ouvert vendredi une information judiciaire sur les extorsions dénoncées par la star de l’équipe de France de football et de la Juventus Turin. Selon de précédentes informations de France Info, confirmées à l’Agence France-Presse par une source proche du dossier, Paul Pogba avait confié aux enquêteurs, lors d’une première audition, avoir été piégé par des amis d’enfance et deux hommes encagoulés, armés de fusils d’assaut, lui reprochant de ne pas les avoir aidés financièrement. Une somme de 13 millions d’euros lui aurait été réclamée, et il assure avoir versé 100 000 euros. Parmi les suspects, il affirme avoir reconnu son frère aîné Mathias.

Pogba va se faire opérer

Dans la conférence de presse chez l’adversaire de Paris, la Juventus, le coach Massimiliano Allegri a annoncé que « Pogba est sorti ce matin s’entraîner mais il s’est arrêté et a décidé de se faire opérer », a déclaré Allegri, à la veille de la rencontre face au PSG en Ligue des champions. Touché au genou en juillet, Pogba avait, dans un premier temps, décidé de ne pas se faire opérer pour garder intactes ses chances de disputer le Mondial et venait tout juste de reprendre la course à l’entraînement.

Par Le Point avec AFP

France-Distinction : Baudouin Mouanda sacré « Prix Roger-Pic 2022 »

septembre 3, 2022

Le photographe congolais, Baudouin Mouanda, a été désigné prix Roger-Pic 2022, le 1er septembre, pour son portfolio « Ciel de saison ». Un travail documentaire et artistique remarquable qui met en lumière les intempéries résultant du changement climatique en vue de faire prendre conscience sur la nécessité continue de protéger l’environnement.

1- Baudouin Mouanda, « Prix Roger-Pic 2022 »/DR

En hommage à Roger Pic, grand photographe, réalisateur et militant du droit d’auteur, la Société civile des auteurs multimédias (Scam) récompense, depuis trente ans, un artiste qui documente le réel, tout en interrogeant l’humanité. L’objectif étant de soutenir l’œuvre d’auteurs émergents dont le parcours mérite d’être plus amplement reconnu. En remportant ce sacre, Baudouin Mouanda devient le premier africain et le premier congolais à rejoindre le palmarès des lauréats talentueux de ce concours photographique international. Un trophée de plus qui vient s’ajouter aux vingt-trois déjà amassés sur le plan international, à savoir en France, Espagne, Angleterre, Chine, au Japon, etc.

« Je suis très fier que le prix Roger-Pic de la Scam soit attribué cette année à un photographe africain dont je suis le premier du continent, d’origine congolaise, à le remporter. Je suis très content que le Congo, à travers la photographie, arrive à attirer de l’attention en sensibilisant les populations sur un phénomène naturel que connait l’Afrique. D’où, je ne manquerai pas de remercier les membres du jury pour l’intérêt qu’ils ont porté à mon projet Ciel de Saison qui en est, à ce jour, à sa troisième distinction », s’est réjoui l’artiste congolais.

Cette victoire tant méritée, Baudouin Mouanda la doit à sa créativité et sa sensibilité autour d’une thématique capitale. En effet, les inondations sont courantes dans le monde et plus particulièrement en Afrique ; et elles ne sont point le fruit du hasard, mais plutôt de certaines actions de l’homme sur l’environnement.

« Ciel de saison est né des intempéries que connaît ces dernières années l’Afrique, dues au changement climatique. Ces photographies rappellent à tout un chacun, la nécessité de préserver et respecter l’environnement, sous peine de représailles du changement climatique », a expliqué Baudouin Mouanda.

2- Un cliché de la série « Ciel de saison »/DR

Comme le souligne-t-il, ce projet a pu être réalisé grâce à son espace culturel Classpro_Culture encore en chantier. « Ce, avec l’aide des habitants qui ont connu les inondations et qui ont bien voulu reprendre à mon appel. En me rappelant de l’engagement sans relâche du président de la république Denis Sassou N’Guesso sur le changement climatique, il m’était important d’accompagner cette action pour le bien de la population ».

Notons que le photographe congolais, Baudouin Mouanda, recevra officiellement son prix le 13 octobre prochain, en France. A cet effet, il bénéficiera d’une exposition de ses photographies, produite entièrement par la Scam, et d’une enveloppe de 5000 euros. Entre-temps, il est attendu le 17 septembre, toujours en France, à présenter son travail au festival La Gacilly. A côté de cela, Baudouin est à pied d’œuvre d’un nouveau projet photographique qui parle de la question d’eau et il devra s’intituler « La sueur du robinet » ; ce, en même temps qu’il se bat pour finaliser les chantiers de l’espace culturel Classpro_Culture, implanté dans le huitième arrondissement de Brazzaville.

Avec Adiac-Congo par Merveille Atipo

France : 12 ans ensemble, il apprend par des tiers que sa femme a construit deux maisons à Brazzaville

septembre 2, 2022
 France : 12 ans ensemble, il apprend par des tiers que sa femme a construit deux maisons à Brazzaville

C’est ce qu’on appelle un mariage de convenance et qui a pris de l’ampleur dans la diaspora congolaise de France. Les gens se mettent ensemble sans vraiment se faire confiance et chacun veille à ses propres intérêts et ceux de sa famille restée au pays. On comprend pourquoi les enfants issus de ce genre de couples finissent toujours dans les petits-boulots et ne vont pas loin dans les études. Après 12 ans de vie commune, un congolais a appris par la cousine de son épouse que cette dernière serait propriétaire de deux villas à Brazzaville alors que lui-même n’a rien au pays.

G A est dans tous ses états et ne comprend pas comment son épouse peut-elle être méchante à ce point! Lui qui se sacrifie tous les jours pour le bien-être de ses deux enfants et de son foyer se sent comme un idiot. L’une des cousines de son épouse lui a confirmé que cette dernière a bel et bien construit deux villas à Brazzaville mises en location.

En France, le couple joue les apparences dans les fêtes des congolais alors qu’au fond c’est la méfiance qui règne entre les deux. Dormir et se réveiller ensemble n’est plus synonyme de complicité et confiance, mais de convenance. Flore B, mère de deux enfants que GA a fait venir du Congo via le Maroc a montré ses griffes.

Quand GA a décidé de faire venir sa femme du pays, il s’attendait à autre chose que celle qu’il vient d’apprendre. Un autre déçu de la phrase « qui trouve une femme trouve le bonheur». Le congolais s’est toujours sacrifié pour son foyer et ne se faisait aucun soucis quand son épouse à un moment ne voulait même plus parler de son salaire. Surtout que Flore est une amoureuse de la Bible qu’elle ne cesse de lire chaque nuit et au réveil.

Encouragée par ses parents restés au pays, elle a d’abord acheté deux parcelles avant de se lancer dans les travaux sans en parler à son époux. Le couple prévoyait acheter un terrain commun pour y construire des appartements à louer.

Le Congolais a aussi appris avoir contribué indirectement à la construction de ses deux villas avec de l’argent qu’il envoyait à sa belle-famille croyant payer les frais sanitaires de sa belle mère toujours donnée malade. GA a fait asseoir ses deux enfants pour leurs expliquer les raisons de se demande de divorce avec leur maman. Pour lui, il n’était plus utile de vivre avec son propre ennemi.

Par Le Congolais.fr

Soupçons d’extorsion visant Pogba: les investigations confiées à deux juges d’instruction

septembre 2, 2022
Soupcons d'extorsion visant Pogba: les investigations confiees a deux juges d'instruction
Soupçons d’extorsion visant Pogba: les investigations confiées à deux juges d’instruction© AFP/Archives/GUILLAUME SOUVANT

Les investigations sur les extorsions dénoncées par la star de l’équipe de France de football et de la Juventus Turin Paul Pogba ont été confiées vendredi à deux juges d’instruction du tribunal judiciaire de Paris, a annoncé la procureure de Paris.

« A l’issue des premières investigations, le parquet de Paris a ouvert ce jour une information judiciaire contre X des chefs d’extorsion avec arme en bande organisée, enlèvement ou séquestration avec libération avant le septième jour en bande organisée pour préparer ou faciliter la commission d’un crime ou d’un délit et participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre un crime », a précisé Laure Beccuau dans son communiqué.

A la suite d’une plainte déposée par Paul Pogba le 16 juillet auprès du parquet de Turin, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Paris le 3 août « des chefs d’extorsion en bande organisée et tentative d’extorsion en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre un crime », indique la procureure.

Cette enquête portait « sur différents faits dont M. Pogba aurait été victime entre mars et juillet 2022 », selon le communiqué.

Le joueur, au cœur d’une rocambolesque affaire qui secoue le monde du football français deux mois et demi avant la Coupe du monde au Qatar, a dénoncé des tentatives d’extorsion se chiffrant à des millions d’euros.

L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).

Selon une source proche du dossier, outre Paul Pogba, plusieurs personnes ont été entendues, dont la mère du joueur.

Dans cette affaire, le nom de la star du football français Kylian Mbappé apparaît aussi, à son corps défendant: Paul Pogba a expliqué aux enquêteurs que « ses maîtres chanteurs voulaient le discréditer en diffusant des messages dans lequel il aurait demandé à un marabout de son entourage familial de jeter un sort » à l’attaquant du PSG, ce que le joueur de la Juve dément.

Selon des informations de presse confirmées à l’AFP par une source proche du dossier, Paul Pogba a confié aux enquêteurs avoir été plusieurs fois intimidé à Manchester, son ex-club, et jusqu’au centre d’entraînement de la Juventus, où il est revenu cet été.

Parmi les suspects, il affirme avoir reconnu son frère aîné Mathias, lui-même footballeur professionnel.

Par Le Point avec AFP