Posts Tagged ‘FRANCE’

Manifestations en France contre la venue de Netanyahu dimanche à Paris

décembre 9, 2017

Paris – Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi en France contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les Etats-Unis et la venue du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu dimanche à Paris.

A Paris, ils étaient environ 400 place de la République à l’invitation des associations EuroPalestine et France Palestine Solidarité, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Ce n’est pas Trump qui décide du droit international (…) Il n’y a pas de peuple élu ! », a lancé Olivia Zemor d’EuroPalestine devant un public brandissant des drapeaux palestiniens.

« Jérusalem, capitale palestinienne! », ont répliqué les manifestants. « Honte, honte! », ont-il ajouté à propos de la rencontre prévue dimanche entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien à l’Elysée.

A Marseille, environ 500 personnes se sont rassemblées sur le Vieux Port en scandant les slogans « Israël, casse toi, la Palestine n’est pas à toi » ou « Nous sommes tous Palestiniens ».

« On part du principe que si les Etats-Unis ont pris cette décision, les autres vont suivre, et il faut réagir tout de suite », a expliqué à l’AFP Maud Sevestre, une des organisatrices de cette manifestation, en dénonçant « le génocide à ciel ouvert » à l’oeuvre à Gaza.

Aux cris de « Palestine vivra, Palestine vaincra », ou de « Allahou Akbar », les manifestants, très jeunes pour la plupart, ont défilé dans le calme, en brandissant deux drapeaux géants de la Palestine.

A Lyon, quelque 300 personnes se sont rassemblées en bord de Rhône, brandissant des drapeaux palestiniens.

« La décision de Donald Trump met le feu à la poudrière », a déclaré à l’AFP Jérôme Faynel président du Collectif 69 Palestine et organisateur du rassemblement lyonnais.

« Il faut maintenant que l’Europe prenne l’initiative. Et la rencontre dimanche entre Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu pourrait être une bonne occasion d’élever la voix », a-t-il ajouté.

Une trentaine de personnes se sont rassemblées également à Lille à la mi-journée à l’appel de l’association France Palestine Solidarité du Nord-Pas-de-Calais.

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale israélienne « vise à mettre le feu aux poudres », a dénoncé Mireille Gabrelle, trésorière de l’association, regrettant la « position hypocrite » d’Emmanuel Macron qui « dénonce la décision de Trump et reçoit en même temps Netanyahu ».

Romandie.com avec(©AFP / 09 décembre 2017 17h34)                                            

Publicités

France: l’hommage de Macron à Jean d’Omersson, « une clarté qui nous manquera »

décembre 8, 2017

 

Au terme de son discours vendredi, le président est allé déposer sur le cercueil de l’académicien, « un simple crayon » à papier, comme le souhaitait Jean d’Ormesson. POOL/REUTERS

Au cœur de l’hiver et dans un froid glacial, le président a rappelé combien cet écrivain charmeur et lumineux fut un « antidote à la grisaille des jours ».

Au matin du vendredi 8 décembre, la pluie a soudain cessé, les nuages se sont dissipés et le ciel a viré au bleu radieux comme s’il ne pouvait en être autrement le jour des funérailles nationales de l’écrivain Jean d’Ormesson, mort en début de semaine, à l’âge de 92 ans.

 

Dans la cour d’honneur des Invalides, à midi — là même où le romancier de La Gloire de l’Empire avait assisté aux obsèques de Romain Gary, en 1980, et avait salué avec émotion, en 2003, la mémoire de son cher ami Maurice Rheims (« Toutes les fées s’étaient donné rendez-vous autour de son berceau pour le combler de leurs bienfaits ») —, le président de la République, Emmanuel Macron, a rendu un hommage inspiré au plus populaire des académiciens.

Au cœur de l’hiver et dans un froid glacial, il a rappelé combien cet écrivain charmeur et lumineux fut un « antidote à la grisaille des jours » et « ce long été auquel, pendant des décennies nous nous sommes chauffés avec gourmandise et gratitude ».

« Une clarté qui nous manquera et nous manque déjà »

Près de cent cinquante personnes étaient conviées à cette cérémonie d’hommage, qui a été inaugurée par une Marseillaise jouée par l’orchestre de la garde républicaine et s’est achevée par un concerto de Mozart interprété par le pianiste Karol Beffa.

Aux côtés de la famille se tenaient une trentaine de députés, quarante-cinq académiciens de l’Institut de France, dont la secrétaire perpétuelle du Quai Conti, Hélène Carrère d’Encausse, plusieurs membres du gouvernement, deux anciens présidents de la République (Nicolas Sarkozy et François Hollande), un ex-premier ministre (François Fillon), ainsi que le chancelier de l’Institut de France, Gabriel de Broglie. Derrière eux, une centaine de personnes venues faire leurs adieux à l’écrivain, la cérémonie étant ouverte au public comme le fut, au mois de juillet, celle donnée en l’honneur de Simone Veil.

« Jean d’Ormesson était de ceux qui nous rappelaient que la légèreté n’est pas le contraire de la profondeur mais de la lourdeur », un « égoïste passionné par les autres » et « une clarté qui nous manquera et nous manque déjà », a déclaré à la tribune Emmanuel Macron. Car si l’homme eut des ombres et des fêlures, qu’il dissimula par pudeur et élégance — disant écrire « parce que quelque chose ne va pas » —, « plus qu’aucun autre, il aima la clarté », a renchéri le président. Celle des eaux de la Méditerranée où il se baignait, du ciel d’Italie qu’il adorait, des pentes enneigées où il aimait skier et de l’éclat de son style.

Sa fille a découvert samedi ses dernières pages

Le 41e et dernier livre de l’écrivain doit paraître en février chez Gallimard. Son titre sonne comme un défi : Et moi, je vis toujours. La fille de Jean d’Ormesson, l’éditrice Héloïse d’Ormesson, a présenté jeudi soir sur France 5 les dernières phrases écrites par l’écrivain, trouvées samedi sur son bureau :

« Une beauté pour toujours. Tout passe. Tout finit. Tout disparaît. Et moi qui m’imaginais devoir vivre pour toujours, qu’est-ce que je deviens ? Il n’est pas impossible Mais que je sois passé sur et dans ce monde où vous avez vécu est une vérité et une beauté pour toujours et la mort elle-même ne peut rien contre moi. »

Homme brillant, espiègle, volontiers séducteur derrière son regard bleu malicieux, l’ancien directeur général du Figaro restera comme l’un des plus grands écrivains populaires français. Tous ses livres figuraient sur les listes des meilleures ventes. Privilège rare, Gallimard l’avait fait entrer de son vivant dans sa prestigieuse collection « La Bibliothèque de la Pléiade ».

L’homme, qui avouait avoir écrit son premier roman « pour plaire à une fille » et estimait n’avoir « absolument pas la vocation à être romancier », fut élu sous la Coupole en 1973, à 48 ans, devenant alors le benjamin de l’Académie française. Avec le temps, il en était devenu le doyen.

Lemonde.fr

Le chanteur français Johnny Halliday est mort(épouse à l’AFP)

décembre 5, 2017

                                            

 View image on Twitter

Paris – Johnny Hallyday, la plus grande rock-star que la France ait jamais connue, est mort dans la nuit de mardi à mercredi à 74 ans, des suites d’un cancer du poumon, a annoncé à l’AFP son épouse Laeticia.

« Johnny Hallyday est parti. J’écris ces mots sans y croire. Et pourtant c’est bien cela. Mon homme n’est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité », écrit-elle dans un communiqué.

« Jusqu’au dernier instant, il a tenu tête à cette maladie qui le rongeait depuis des mois, nous donnant à tous des leçons de vie extraordinaires. Le coeur battant si fort dans un corps de rocker qui aura vécu toute une vie sans concession pour son public, pour ceux qui l’adulent et ceux qui l’aiment », poursuit-elle à propos de son mari, Jean-Philippe Smet dans le civil.

Il n’y avait plus trop d’espoir, ces derniers jours, après son hospitalisation pour détresse respiratoire il y a un mois. Après six jours passés dans une clinique parisienne, Johnny Hallyday avait décidé de rentrer à son domicile de Marnes-la-Coquette, à l’ouest de Paris, et depuis Laeticia n’avait plus communiqué via les réseaux sociaux.

Un mauvais signe, alors que c’est elle qui s’est régulièrement employée à donner des nouvelles rassurantes du chanteur, depuis qu’il avait annoncé début mars être traité contre la maladie. Un cancer dont il savait déjà qu’il était métastasé.

Détecté dans les poumons de la star en novembre 2016, ce cancer aura terrassé en un an celui que tous ses fans croyaient invincibles.

En 57 ans de carrière, celui qui restera à jamais « l’idole des jeunes » pour des millions de fans français a vendu plus de 100 millions de disques et traversé les époques: celles des débuts du rock’n’roll, des yé-yés, puis de la variété des années 80, avant de revenir ces dernières années aux sources du blues et du rock.

Ses succès sont innombrables, « Le Pénitencier », « Noir c’est noir », « Retiens la nuit », « Que je t’aime », « Gabrielle », « La musique que j’aime », « Ma gueule », « Quelque chose de Tennessee », « Allumer le feu », « Marie »…

Romandie.com avec(©AFP / 06 décembre 2017 03h19)

France: l’écrivain Jean d’Omersson est mort à l’âge de 92 ans

décembre 5, 2017
Jean d’Omersson

DISPARITION – Le doyen des Immortels nous a quittés dans la nuit de lundi à mardi. Il reste dans nos esprits comme un homme brillant, drôle, cultivé, philosophe et omniprésent dans la vie intellectuelle française. « Jean d’O » laisse derrière lui une œuvre conséquente, preuve de l’étendue de son talent.

L’écrivain et académicien français Jean d’Ormesson est mort dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 92 ans. Le romancier est décédé d’une crise cardiaque à son domicile de Neuilly (Hauts-de-Seine), a indiqué sa fille, l’éditrice Héloïse d’Ormesson. «Il a toujours dit qu’il partirait sans avoir tout dit et c’est aujourd’hui. Il nous laisse de merveilleux livres».

» LIRE AUSSI – Interviews, livres, archives, hommages, vidéos… Notre dossier sur Jean d’Ormesson

Pour un cadeau ou pour un investissement, les vins de Bordeaux sont fabuleux pour débuter une collection

» LIRE AUSSI – Sa dernière interview au Figaro – Jean d’Ormesson: «J’ai écrit mon premier roman pour plaire à une fille»

Né en 1925 à Paris, celui qui avait un savoir encyclopédique inimitable vécut entre les voyages de son père ambassadeur, en Bavière, en Roumanie, au Brésil. À Munich, il se souvenait d’une gifle magistrale reçue après avoir applaudi un défilé en 1933. L’écrivain n’était pas avare en souvenirs, il se rappelait aussi sa rencontre avec le futur pape Pie XII, devant qui il avait été effronté, et ce dernier lui avait rappelé avec humour la scène quelques années plus tard. Jean d’Ormesson adorait raconter des anecdotes, et au micro de RTL, il s’était rappelé une histoire peu commune. Après avoir évoqué l’épisode en 1914 dans lequel Mme Caillaux avait tué Calmette, directeur du Figaro, il se souvenait qu’en arrivant en 1974 à la direction du journal, on lui avait annoncé une dame, une certaine Mme Joseph Caillaux. En entrant, il l’avait tout de suite reconnu: c’était l’écrivain Jean Dutourd déguisé en femme et armé d’un pistolet à eau!

» LIRE AUSSI – La première chronique de Jean d’Ormesson publiée dans Le Figaro en 1969

Philosophe avant tout

Bien avant de diriger le Figaro, Jean d’Ormesson, le bac en poche, fait une année d’hypokhâgne, puis intègre l’Ecole normale supérieure. Les deux écrivains qui lui ont insufflé l’envie d’écriture sont Brasillach et Jules Romains, à qui justement il succèdera à l’Académie française. Quand il fait part à Paul Valéry de son désir de passer l’agrégation de philosophie, le poète pousse des cris horrifiés. Mais d’Ormesson veut être philosophe, et publie dans la Revue de métaphysique et de morale un article «Arrivisme, snobisme et dandysme». Jean d’Ormesson restera toujours philosophe, même dans ses fonctions à l’Unesco, position qui lui permettra de rencontrer de grandes figures (Borgès, Caillois, Durrell, Lévi-Strauss, Georges Dumézil). Quand Paul Ricœur lui propose d’enseigner à Nanterre, il refuse: c’est la conversation qu’il aime.

» LIRE AUSSI – VIDÉO – En octobre dernier, Jean d’Ormesson célébrait les 70 ans du Figaro Littéraire

Écrivain à succès

Le futur académicien devient célèbre au début des années 70 avec La gloire de l’Empire et Au plaisir de Dieu. Après quelques romans légers (L’amour est un plaisir, Un amour pour rien, Les illusions de la mer), Jean d’Ormesson est tenté de jeter l’éponge, mais change d’avis. C’est ainsi qu’il reçoit le prix du roman de l’Académie française en 1971 pour La gloire de l’Empire. Lui qui ne manque pas d’autodérision, il raconte son enfance dans Au plaisir de Dieu, fresque du XXème siècle, inspirée de son enfance passée au château de Saint Fargeau. Adapté pour la télévision, le roman conquiert une audience importante, en offrant une réflexion sur le temps qui passe. Jean d’Ormesson conquiert ainsi la France entière, ce qui fait dire à Morand: «Ce qui m’amuse devant le succès de Jean d’Ormesson, ce ne sont pas ses ennemis (il n’en a pas) mais les méchants: ils n’arrivent pas à le mordre». Écrivain à succès, Jean d’Ormesson est sur tous les fronts: il écrit pour le théâtre, comme il joue la comédie (Les Saveurs du palais), où il joue Mitterrand. En 1973 il entre à l’Académie française. Alors benjamin de la Compagnie à 48 ans, il fait bouger les lignes: il lutte pour mettre fin à 350 ans de non-mixité en proposant Marguerite Yourcenar

» LIRE AUSSI – La classe politique, unanime, rend hommage à Jean d’Ormesson

» LIRE AUSSI – Jean d’Ormesson: «Il y a toujours des larmes, mais toujours de l’espérance»

Intellectuel engagé

En 1974, il est nommé directeur du Figaro. Il lui ressemblait par son style élégant, son esprit cultivé, un je-ne-sais-quoi d’irrévérence. D’abord sur la liste noire du journal pour avoir écrit, comme critique littéraire, que Brisson, alors directeur, ne pouvait pas «à la fois être directeur du Figaro et avoir du talent», Jean d’Ormesson le dirigera finalement pendant trois ans. Il quittera, en même temps qu’Aron, mais gardera une chronique au Figaro magazine et une colonne au Figaro littéraire. Avec son collègue et ami, qui ne le juge «pas trop idiot», ils soutiennent Giscard d’Estaing à la présidence. Il est choisi par Mitterrand comme contradicteur du traité de Maastricht, et recueille son dernier entretien à l’Elysée comme président.

Chacun de ses passages à la télévision est un triomphe (Apostrophes). Enfin, il entrera dans la sacro-sainte collection La Pléiade en 2015.

»L’édition de la Pléiade, ainsi qu’un CD d’une interview de Jean d’Ormesson réalisée par Étienne de Montety.

Lefigaro.fr

École: les compétences en lecture déclinent en France et aux Pays-Bas(étude)

décembre 5, 2017

Paris – Les compétences en lecture et compréhension des petits écoliers français et néerlandais sont en baisse par rapport au début des années 2000, a révélé mardi l’étude internationale Pirls réalisée tous les cinq ans depuis 2001 dans 50 pays.

La France et les Pays-Bas sont les deux seuls pays à afficher un déclin de leurs scores depuis 2001. Avec un score respectivement de 545 et de 511 points, les Pays-Bas et la France se maintiennent cependant au-dessus de la barre des 500 points, fixée en 2001 comme étant alors la moyenne des performances des pays participant à l’enquête.

 « Ces résultats sont insatisfaisants et préoccupants », a réagi le ministre français de l’Education Jean-Michel Blanquer lors d’une conférence de presse, jugeant qu’ils n’étaient « pas dignes de (notre) pays ».

Pour faire remonter le niveau des petits Français, il a annoncé vouloir mettre en place une dictée quotienne, étendre les évaluations des élèves ou encore promouvoir les manuels de lecture jugés les plus efficaces.

Dans l’étude Pirls 2016, 34 pays (sur 50) obtiennent un score supérieur à 500.

La Russie, Singapour, Hong Kong, l’Irlande et la Finlande sont, dans cet ordre, les plus performants dans ce domaine, tandis que le Maroc, l’Egypte et l’Afrique du Sud ferment la marche.

En Belgique, la Flandre obtient 525 points, la Wallonie 497 points.

L’étude Pirls a testé 320.000 écoliers âgés entre 9 et 10 ans, ayant suivi quatre années de scolarité obligatoire, sur leurs capacités à comprendre des textes littéraires ou purement informatifs.

L’enquête Pirls questionne aussi parents et professeurs et fournit une grande quantité de données sur les enseignants, les établissements scolaires, les conditions d’apprentissage de la lecture à la maison etc.

Comme une autre étude internationale, qui sonde, elle, les compétences et connaissances en mathématiques et sciences des enfants du même âge (Timss), Pirls est conduite par l’IEA, une association internationale à but non lucratif, indépendante des Etats et dont les membres sont des organismes de recherche universitaires ou gouvernementaux.

Pisa, l’étude internationale la plus connue sur les compétences des élèves et les systèmes éducatifs, est, elle, réalisée tous les cinq ans auprès d’un demi-million d’élèves de 15 ans dans quelque 70 pays.

Comme les éditions précédentes, l’étude Pisa publiée fin 2016 montrait que la France se situait dans la moyenne des pays comparables en termes de compétences mais notait, une fois de plus, le poids de l’origine sociale des élèves dans leur destin scolaire, bien plus que dans une grande partie des pays évalués.

Romandie.com avec(©AFP / 05 décembre 2017 15h07)                                            

Discours du président ghanéen Nana Akufo lors de la visite de Macron

décembre 5, 2017

Au Ghana Macron découvre la différence entre Francophone et Anglophone.

«J’espère que le commentaire que je m’apprête à faire au sujet de ce problème ne va offenser personne dans cette salle.

Nous ne pouvons plus continuer à mener, dans nos pays, dans nos régions, dans notre continent, une politique sur la base de l’aide de l’occident, de l’Europe, de l’union européenne ou encore de la France.
Cela n’a pas marché, ça ne marche pas et ça ne marchera pas !

Il est de notre responsabilité de trouver des moyens pour développer nos nations par nous-mêmes.
Ce n’est pas juste qu’un pays comme le Ghana, 60 ans après son indépendance continue à définir son budget de l’éducation et de la santé sur la base des financements provenant du contribuable européen.

Au stade où nous sommes, nous devions être capables de financer nous-mêmes nos besoins de base.
Nous allons considérer les 60 années à venir comme un période de transition où nous pourrons être capables de voler de nos propres ailes.

Notre objectif n’est plus de compter sur ce que le contribuable français pourra nous donner. Nous accepterons cependant tout apport que le contribuable français pourra nous apporter à travers son gouvernement. Nous n’allons pas tout simplement tourner le dos à tout apport de l’autre.

Cependant, malgré tout ce qu’il a subi, le continent africain reste celui qui détient plus de 30% de toutes les ressources naturelles les plus importantes du monde. C’est le continent qui a de vastes terres fertiles et la plus grande population jeune, qui constitue une Énergie et le dynamisme dont ce continent a besoin.

Regardez ces jeunes qui font preuve d’ingéniosité pour traverser le Sahara et la méditerranée. Nous avons besoin de cette Énergie et de cette ingéniosité sur notre continent.
Et cette énergie-là, nous l’aurons ici sur notre continent si nous implantons des systèmes politiques qui montrent à ces jeunes qu’ils sont l’espoir, et qu’il y a des opportunités ici en Afrique.

Les phénomènes de migration ne sont pas nouveaux, c’est aussi vieux que l’humanité et s’expliquent par le fait que les gens qui quittent le chez-eux le font parce que leur pays ne leur donne aucun espoir.

Ceux d’entre vous qui connaissent l’histoire de l’Europe au 19 e siècle savent que les grandes vagues d’immigration en Europe au 19 e siècle partaient de l’Italie et de l’Irlande. Des vagues et des vagues d’italiens et d’irlandais ont migré aux USA à la recherche du rêve américain parce qu’il n’y avait pas d’opportunité de travail en Irlande et en Italie.
Aujourd’hui, vous n’entendez plus parler de cette immigration-là.

Les jeunes italiens et irlandais restent chez eux. Nous voulons que les jeunes africains restent aussi en Afrique(applaudissements) pour cela, nous devons refuser cet état d’esprit d’assisté. Cet état d’esprit qui consiste à demander ce que la France ferra pour nous.
La France peut faire ce qu’elle veut de son propre gré et si cela coïncide avec nos intérêts, » tant mieux » comme on dira en Français.

Mais notre principale responsabilité en tant que leader et en tant que citoyen c’est de développer nos propres pays, de mettre sur pied des systèmes de gouvernance qui font des leaders des personnes responsables de leur actes et qui utilisent les moyens mis à leur disposition pour le bien du peuple et non pour leur propre intérêts.
Notre préoccupation devrait consister à nous demander ce que nous devons faire pour éviter que l’Afrique continue à mendier de l’aide et à demander l’aumône dans ce 21e siècle.

Quand tu regardes l’Afrique et considérant ses ressources, C’est l’Afrique qui devrait donner de l’argent à d’autres pays (Macron mal à l’aise secoue la tête et se dissimule). Nous avons des ressources énormes sur ce continent. Nous devons avoir l’état d’esprit du gagnant, nous dire que si les autres ont réussi, alors nous aussi nous pouvons réussir et une fois que nous aurons cet état d’esprit. Nous nous demanderons chaque fois que comment se fait-il que que la Corée, Singapour, la Malaisie qui ont eu leur indépendance au même moment que nous, sont au sommet du classement des pays les plus riches du monde ?
On nous a appris que à l’époque des indépendances le revenu au Ghana était supérieur à celui de Corée. Que s’est-il passé pour que ces pays réussissent cette transition 60 ans après quand nous sommes où nous sommes (à quémander).

Sans vouloir offenser le président français, car je suis francophile et je n’ai aucun problème avec la coopération française, mais notre défi majeur, notre parT de responsabilité devrait être de créer les conditions nécessaires afin que nos jeunes cessent de braver tous ces dangers pour aller en Europe.
Ils n’y vont pas parce qu’ils veulent, mais parce qu’ils ne pensent pas qu’il y a des opportunités dans nos propres pays. Ces conditions, nous pouvons les créer si nous changeons cette mentalité de personnes qui dépendent des autres, cette mentalité d’assisté.

Et si nous y parvenons, nous verrons que dans une décennie l’Afrique émergera et on aura une nouvelle génération d’Africains et en ce moment, les indépendances dont on a parlé pendant la période dite d’indépendance deviendront réelles et effectives.
J’espère qu’en disant cela, je n’offense pas l’intervieweur ou certains de mes amis dans l’assistance. Ceci est ce à quoi je crois fermement.
C’est pourquoi le slogan de mandat est : Nous voulons construire le Ghana sans recours aux aides. Un Ghana qui est indépendant, un Ghana qui se suffit qui vole de ses propres ailes. Monsieur le président voilà ma contribution que je peux apporter

Nana Akufo-Addo

 

Photo de BrazzaNews.
Emmanuel Macron et Nana Akufo
Brazzanews.fr with translated by MB Achid

La SNCF sommée de revoir sa gestion des grands travaux après le chaos à Montparnasse

décembre 4, 2017

La ministre des Transports Élisabeth Borne, le 27 novembre 2017, à Paris / © AFP/Archives / BERTRAND GUAY

Le gouvernement a exigé lundi de la SNCF qu’elle tire les conséquences d’une nouvelle panne géante qui a paralysé la gare de Paris-Montparnasse, avec, d’ici à la fin de la semaine, des propositions pour mieux gérer ses grands travaux.

La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a convoqué lundi le PDG de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, après l’incident qui a paralysé le trafic dimanche à Montparnasse, pour la deuxième fois depuis cet été.

M. Jeantet est sommé de présenter « d’ici la fin de la semaine » une « nouvelle organisation et un nouveau management de la gestion des grands travaux », selon un communiqué du ministère.

Des changements de personnel sont donc à prévoir à la direction de SNCF Réseau, tandis que nombre de messages qui circulaient sur Twitter interrogeaient sur le mutisme du président de la SNCF, Guillaume Pepy.

Plusieurs voix sur les réseaux sociaux, dont celle du président de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan, réclamaient sa démission.

M. Pepy, qui avait exprimé ses « plus sincères regrets » après la méga-panne de l’été dernier, est jusqu’à présent resté silencieux au sujet de la dernière péripétie à Montparnasse.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a lui aussi tapé du poing sur la table en marge d’une visite à Tourcoing (Nord) : « La SNCF doit nous expliquer ce qui s’est passé, elle doit rendre des comptes au gouvernement et surtout aux Français pour que ça ne se reproduise pas. »

« On doit toujours faire le maximum pour améliorer le service public des Français et en matière de transport ferroviaire, c’est particulièrement vrai », a-t-il dit.

– Information voyageurs revue –

La SNCF a annoncé tôt lundi matin un retour à la normale pour l’ensemble du trafic, mais faisait état en fin de matinée de « 4 ou 5 trains supprimés » et de « quelques retards » qui ont affecté des trains de province.

Mme Borne a répété lundi que l’incident de dimanche « ne pouvait être toléré alors que ces travaux étaient pourtant prévus de longue date », demandant à SNCF Réseau « d’accélérer la mise en œuvre » des mesures prises après la panne qui avait engendré trois jours de pagaille dans cette même gare fin juillet.

La SNCF devra ainsi rendre « compte régulièrement devant les conseils de surveillance et d’administration du groupe public ferroviaire » des avancées de ce programme visant à améliorer l’information des voyageurs et « qui sera déployé à partir du 1er janvier ».

De son côté, SNCF Réseau, chargé de moderniser le réseau afin de répondre à la hausse du nombre de voyageurs et au vieillissement des infrastructures, lance « immédiatement un audit de ses programmes de tests et de remise en service à la fin des grands chantiers ».

L’incident de dimanche a été causé par un dysfonctionnement informatique sur un poste d’aiguillage, détecté à l’issue de travaux réalisés sur ce poste durant le week-end.

Le trafic avait été interrompu pour ces travaux entre samedi 20H00 et dimanche 12H00. Mais la panne a empêché la reprise de la circulation de tous les trains prévus ensuite, laissant des milliers de personnes sans transport.

SNCF Réseau, qui affirme moderniser son réseau au rythme de 1.500 chantiers chaque année jusqu’en 2020, reconnaît avoir mis « à peu près deux heures pour voir ce bug informatique et le réparer dans la foulée ».

Son patron évoque « un contexte de montée en charge importante des travaux sur la région parisienne » avec il y a 5 ans près d’un milliard d’euros par an de travaux, y compris la maintenance sur les voies, contre 2 milliards cette année.

« Donc statistiquement, l’homme étant faillible, on commet inévitablement des erreurs », s’est-il défendu.

Fin juillet déjà, en plein chassé-croisé estival, une panne de signalisation dans l’alimentation électrique d’un poste d’aiguillage à Vanves, près de Paris, avait provoqué trois jours de pagaille à Montparnasse, pénalisant 55.000 clients voyageurs.

Romandie.com avec(©AFP / 04 décembre 2017 13h32)                

France: nouvelle panne géante à Paris-Montparnasse

décembre 3, 2017

La Gare Montparnasse à Paris, le 31 juillet 2017 / © AFP/Archives / Lionel BONAVENTURE

Quatre mois après une panne de signalisation qui avait provoqué une pagaille monstre pendant trois jours à Paris-Montparnasse, un nouveau problème technique a provoqué dimanche l’interruption totale du trafic dans cette gare très fréquentée et l’exaspération des voyageurs.

La panne, qui a débuté vers 13H30, est due à une « perte de télécommande des installations de sécurité » qui empêche de « faire les itinéraires nécessaires et l’ouverture des signaux », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la SNCF, sans pouvoir dire quand le problème serait réglé.

« Tous les techniciens de réseau sont mobilisés sur cette affaire-là, ils sont à pied d’oeuvre sur la panne, et on mobilise un maximum d’agents pour l’accueil, l’information en Gare Montparnasse », a-t-il assuré.

Vers 15H30, le hall de la gare était bondé de voyageurs, valises au pied et yeux rivés sur leurs téléphones portables pour avertir leurs proches de leur retard ou trouver une solution de repli.

– Colère, impatience, inquiétude –

Les bornes automatiques étaient prises d’assaut pour échanger les billets, et les agents d’accueil de la SNCF étaient assaillis de questions par des voyageurs partagés entre colère, impatience et inquiétude.

Une longue file d’attente se formait devant le guichet d’information central.

« Il y a un train demain matin mais pour 300 euros! », s’agace Sébastien Cazareth, qui travaille à Bordeaux. Prévenu de la panne 40 minutes avant le départ de son train, il cherche avec sa compagne à louer une voiture.

Chantal Lucas, 73 ans, confie sa « peur de rester là une partie de la soirée à (se) geler sans boire ni manger ». Elle va chercher des amis pour l’héberger, « sinon ce sera l’hôtel ». « C’est très, très décourageant comme situation. On ne sait pas du tout quand ça va repartir », soupire-t-elle.

Les messages affluaient aussi sur Twitter, des voyageurs demandant des renseignements ou fustigeant les pannes à répétition touchant ce noeud du trafic ferroviaire.

« Bloqué à Paris Gare Montparnasse comme des milliers de voyageurs … que se passe-t-il? », a notamment écrit l’ancien ministre Stéphane Le Foll, député de la Sarthe.

La SNCF demande « aux voyageurs de repousser leur voyage », a déclaré le porte-parole, indiquant que toutes les annulations et remboursements se feraient « sans frais et pendant un mois ».

Tous les trains (TGV, Transiliens, TER et Intercités) étaient concernés dimanche.

La SNCF peut toutefois assurer des liaisons vers Nantes, Bordeaux et Rennes à partir de la gare d’Austerlitz et à raison d’un train par heure aller-retour, selon le porte-parole. Au-delà de Rennes et Bordeaux, les correspondances pourront se faire par TER.

D’après lui, la fermeture du trafic « doit représenter 75% du trafic TGV » habituel à Montparnasse, mais il n’était pas en mesure pour l’heure de dire le nombre de voyageurs concernés.

Suite à la panne, les Transiliens, TER et les Intercités ne peuvent pour leur part partir et arriver qu’à la gare de Versailles-Chantier.

Cet incident n’est pas le premier qui touche Paris-Montparnasse: une panne de signalisation, dans l’alimentation électrique d’un poste d’aiguillage à Vanves (Haut-de-Seine), avait déjà provoqué trois jours de pagaille fin juillet, en plein chassé-croisé estival, pénalisant des dizaines de milliers de voyageurs.

Le porte-parole de la SNCF a affirmé à l’AFP que cette nouvelle panne ne s’apparentait pas à celle de cet été, sans plus de détails.

– Réseau vieillissant –

Face à l’urgence des besoins de maintenance et de modernisation d’un réseau ferroviaire vieillissant, un rapport remis quelques jours après la panne de l’été contenait neuf recommandations qui devaient être « engagées avant fin 2017 », portant sur l’infrastructure, le plan de continuité du service et l’information aux voyageurs.

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait demandé à la SNCF de se pencher en particulier sur la « révision des règles de gestion du trafic » pour permettre une meilleure reprise des circulations en cas d’incident et sur un « calendrier précis d’amélioration du système d’information des voyageurs pour le rendre plus réactif et plus cohérent ».

Le Premier ministre Edouard Philippe avait demandé « pour des raisons de sécurité » de « consacrer beaucoup plus de moyens à l’entretien des réseaux existants ». Trois milliards d’euros par an doivent être investis pour rénover le réseau, selon Mme Borne.

Romandie.com avec(©AFP / 03 décembre 2017 17h07)                

France-Congo: Nécrologie d’une compatriote

décembre 3, 2017

Avis de recherche

Bonjour chers compatriotes,

Nous avons le regret de vous annoncer la mort à Toulouse d’une mère, tante et sœur.

Dès lors, nous recherchons un quelconque membre de sa famille.

Ainsi, nous vous invitons de partager cette triste nouvelle dans l’espoir de retrouver une personne proche la connaissant.

Merci pour votre compassion.

 

 

France: l’athlète éthiopienne Zenash Gezmu retrouvée morte chez elle

novembre 30, 2017

 

Zenash Gezmu, lors de sa victoire au dernier marathon de Sénart. © DR / Marathon de Sénart / Copie d’écran Facebook

Arrivée en France en 2011, Zenash Gezmu avait remporté plusieurs fois le marathon de Sénart. Un jeune Érythréen de 28 ans s’est accusé du meurtre de la jeune femme.

Brillante marathonienne de 27 ans, l’Éthiopienne Zenash Gezmu a été retrouvée morte à son domicile de Seine-Saint-Denis, à Neuilly-sur-Marne, en banlieue parisienne. D’après Le Parisien, un Érythréen de 28 ans s’est présenté au commissariat du XVIIIe arrondissement de Paris pour s’accuser du meurtre.

La police s’est ensuite rendue sur place où elle a trouvé le corps de la jeune femme, qui serait morte d’asphyxie après avoir été frappée avec un objet contondant. Des voisins rapportent avoir entendu du bruit dans son appartement, sans pour autant prévenir la police.

On ignore pour l’instant  le mobile du meurtre, le meurtrier présumé n’ayant encore donné aucune précision. Si les deux se connaissaient, personne dans l’entourage de la victime n’avait entendu parler du jeune homme auparavant.

« Un triste jour pour le monde de l’athlétisme »

« Aujourd’hui est un triste jour pour le monde de l’athlétisme », a réagi sur sa page Facebook le Stade Français Athlétisme. Le club où elle s’entraînait depuis la rentrée a déclaré « s’associer à la douleur à la douleur et la peine de tous ses proches. Repose en paix, championne ».

 

Arrivée en France en 2011, Zenash Gezmu était dévouée corps et âme à sa passion : l’athlétisme. Avec son 1m50 et ses 38 kgs, elle avait ainsi bouclé en 2h32 son dernier marathon à Amsterdam en octobre dernier, et avait remporté plusieurs fois le marathon de Sénart, dans l’Essonne. Les primes qu’elle remportait lui permettaient ainsi de compléter son maigre salaire de 700 euros.

Des connaissances dans les différentes fédérations d’athlétisme où elle était passée, que ce soit à Montreuil ou à Neuilly-sur-Marne, l’aidaient à se loger et pour les démarches administratives. Zenash Gezmu s’était vu refuser sa demande de naturalisation en raison de son niveau insuffisant de français. Elle prenait depuis lors des cours pour s’améliorer.

Son parcours forçait l’admiration de ceux qui la connaissaient. « Il n’y en a pas beaucoup comme elle, qui se lèvent à 5 heures pour s’entraîner, matin et soir, après avoir fait des ménages dans un hôtel, raconte au Parisien celui qui a été son entraîneur durant trois ans. Ce qui comptait pour elle, c’était de faire des performances, pour être reconnue de la fédération française et remercier le pays qui l’avait accueillie ».

Jeuneafrique.com