Posts Tagged ‘FRANCE’

Coronavirus : «Il n’y a pas d’épidémie en France» ce soir, selon le ministre de la Santé

février 26, 2020

 

Le coronavirus continue à se propager à travers le monde. En France, un nouveau cas a été confirmé ce soir, portant le total à 18 cas, dont deux patients décédés.

«Lavez-vous les mains», la consigne d’Olivier Véran aux Français

Enfin, le ministre de la Santé a rappelé l’importance de se laver les mains. «Lavez-vous les mains, lavez-vous les mains souvent, toutes les heures. Lavez-vous après des contacts rapprochés avec les personnes. C’est utile pour lutter contre la propagation du coronavirus».

«La diffusion et la transmission du coronavirus fait bien davantage par les mains que par la salive ou les gouttelettes. L’immense majorité des cas de transmission se fait par les contacts via les mains. Le lavage des mains est la meilleure solution pour prévenir le risque de diffusion du virus», a-t-il ajouté.

Le gouvernement annonce le «destock» de 15 millions de masques anti-projection

Le ministre de la Santé a également indiqué qu’il avait décidé de «déstocker» 15 millions de masques anti-projection «de notre stock national qui seront répartis dans toutes les officines, toutes les pharmacies d’officine du territoire nationale». Concrètement, ces masques serviront aux professionnels de santé  et aux personnes à risque dans la mesure où «ce sont des personnes qui reviennent de zones dites zone rouge, donc des zones à risque, ou qui ont été en contact avec des personnes infectées et qui ne sont pas elles-mêmes infectées», a-t-il poursuivi.

Des masques sont également distribués aux 138 établissements de santé concernés par la prise en charge des patients positifs au coronavirus dans la phase pré-hospitalière. Autrement dit, les transports sanitaires et le SMUR.

Un 18e cas confirmé en France, l’épouse du patient hospitalisé à Annecy

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué qu’un nouveau cas de coronavirus avait été détecté en France. Il s’agit de l’épouse du patient hospitalisé à Annecy. «Son état de santé n’est pas inquiétant, mais elle est évidemment hospitalisée et isolée», a affirmé le ministre à propos du 18e cas confirmé en France. Il a également tenu à assurer une nouvelle fois qu’«il n’y a pas d’épidémie en France à l’heure actuelle».

le seul train de fret Chine-France à l’arrêt, Decathlon touché

Le train de fret hebdomadaire entre Wuhan en Chine et Dourges (Pas-de-Calais) est arrêté depuis fin janvier et ne reprendra pas avant avril en raison du coronavirus, ce qui compromet l’approvisionnement de groupes français comme Decathlon, a indiqué mardi un cadre de la SNCF.

«A Dourges, le seul terminal français qui recevait un train de Chine par semaine a été arrêté jusqu’en avril car le train venait de Wuhan», épicentre de l’épidémie de Covid-19, a expliqué Xavier Wanderpepen, responsable du fret ferroviaire entre la Chine et l’Europe chez Forwardis, filiale de SNCF Logistics.

Qu’est-ce que les «pandemic bonds», dont la valeur chute avec le coronavirus ?

En 2017, la Banque mondiale a émis des «obligations pandémies» pour financer la lutte contre les épidémies dans les pays pauvres. Au rythme actuel de propagation du coronavirus, les paiements seront débloqués dans les prochaines semaines.

Bruno Retailleau (LR) demande un débat au Sénat sur le coronavirus

Le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, a demandé l’organisation d’un débat dans l’hémicycle de la haute assemblée sur «l’épidémie de coronavirus» qui a fait un premier mort français et se propage dans de nouveaux pays.

Dans un courrier adressé au président du Sénat Gérard Larcher (LR), Bruno Retailleau souhaite l’inscription à l’ordre du jour d’un débat sur l’épidémie, «les conséquences de sa propagation mondiale et les mesures envisagées pour protéger la population française». Le chef de file LR propose de tenir ce débat lors de la «semaine de contrôle» du Sénat, à partir du 23 mars, après la suspension des travaux en séance publique du fait des élections municipales.
L’OMT appelle à minimiser les «entraves inutiles» au trafic international

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a appelé ce mercredi à réduire au minimum les «entraves inutiles au trafic et au commerce internationaux» que pourraient créer les mesures de lutte contre l’épidémie de nouveau coronavirus.

«L’OMT et l’OMS (Organisation mondiale de la santé) travaillent en concertation étroite et avec d’autres partenaires pour aider les États à faire en sorte que l’application des mesures sanitaires crée le minimum d’entraves inutiles au trafic et au commerce internationaux», explique l’agence onusienne basée à Madrid dans un communiqué.

L’Iran annonce des restrictions aux déplacements

Les autorités iraniennes ont annoncé ce mercredi soir des restrictions à la libre circulation à l’intérieur du pays pour les personnes infectées ou soupçonnées d’être infectées par le nouveau coronavirus.

«Plutôt que de mettre des villes en quarantaine, nous allons mettre en oeuvre des restrictions aux mouvements de ceux qui sont soupçonnés d’être infectés ou qui sont infectés», a déclaré le ministre de la Santé, Saïd Namaki, dans un point de presse télévisé.

Deuxième cas en Finlande, une femme de retour d’Italie

Les autorités finlandaises ont annoncé mercredi avoir enregistré un deuxième cas de contamination au coronavirus dans le pays, celui d’une femme ayant voyagé en Italie du Nord.

Cette femme, une Finlandaise «en âge de travailler» selon les médias locaux, se trouve actuellement dans un hôpital de la capitale Helsinki et est «en forme», a indiqué l’Institut national de la santé et du bien-être, dans un communiqué.

Le Pakistan annonce ses deux premiers cas

Le gouvernement du Pakistan, pays frontalier à la fois de la Chine et de l’Iran, où les décès liés au nouveau coronavirus sont les plus nombreux au monde, a annoncé mercredi ses deux premiers cas.

« Je peux confirmer les deux premiers cas de coronavirus au Pakistan« , a déclaré Zafar Mirza, conseiller en santé publique auprès du Premier ministre Imran Khan, sur Twitter. « Les deux cas sont pris en charge selon des protocoles cliniques standards et tous deux sont stables. »

Trump accuse médias et démocrates de propager la « panique » autour du « Caronavirus »

Donald Trump a accusé mercredi ses adversaires démocrates et certains médias comme CNN de fomenter la « panique » autour de l’épidémie de nouveau coronavirus et d’affoler les marchés. Les grands médias « s’emploient à présenter le Caronavirus (sic) comme aussi mauvais que possible, créant notamment la panique sur les marchés« , a dénoncé le président américain lors d’un tweet matinal.

M. Trump doit s’exprimer sur la crise du nouveau coronavirus lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche à 23H00 GMT, en présence de responsables des Centres de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC). M. Trump a aussi reproché aux « démocrates-qui-ne-font-rien » de « parler beaucoup » sans agir, alors que le gouvernement Trump prévoit de consacrer 2,5 milliards de dollars à la lutte contre la maladie. Une proposition est « honteuse, maigre, anémique » et qui intervient « trop tard » selon la cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi.

La veille, en visite officielle en Inde, le président avait assuré que l’épidémie de coronavirus était « sous contrôle » aux Etats-Unis où 59 personnes ont été déclarées malades, dont 45 ayant contracté le virus à l’étranger, selon les autorités sanitaires. « Nous avons peu de personnes » malades et celles-ci « vont mieux« , a-t-il affirmé, soulignant que son gouvernement « avait fait beaucoup » pour lutter contre l’épidémie.

 

Premier cas en Macédoine du Nord

Le premier cas du nouveau coronavirus a été enregistré en Macédoine du Nord, dépisté chez une femme rentrée d’Italie, a annoncé le ministre de la Santé Venko Filipce. La Macédoine du Nord est le deuxième pays des Balkans ayant annoncé la présence du virus sur son sol, après la Croatie où deux cas ont été signalés par les autorités depuis mardi.

« Le premier cas de coronavirus a été enregistré à la clinique des maladies infectieuses de Skopje », a déclaré à la presse M. Filipce. « Trois personnes ont été testées et une est positive au coronavirus. » Il s’agit d’une ressortissante macédonienne née en 1970. « La patiente (…) a passé un mois en Italie. Elle avait ressenti il y a deux semaines des symptômes de la grippe et s’était présentée dans un hôpital en Italie où elle n’a pas été testée au coronavirus« , a expliqué le ministre.

 

Christian Estrosi annule la dernière journée de carnaval à Nice

Le maire de la ville de Nice a préféré joué la carte de « la précaution ». « Nous n’avons, pour l’heure, aucun cas détecté à Nice de Covid19 ou dans le département et au plan sanitaire les choses sont bien organisées avec le CHU de Nice », a-t-il expliqué. « Mais à titre préventif et à titre de précaution, j’ai décidé que la dernière journée du carnaval n’aurait pas lieu ». Le carnaval devait se terminer samedi.
« Pour moi, la santé doit passer avant tout », a-t-il poursuivi dans un autre tweet. « Cela me parait être la décision la plus responsable alors que la Ligurie et le Piémont font l’objet de mesures contre le Covid19. Le carnaval de Nice attire un flux international important et notamment nos voisins italiens », a-t-il ajouté, précisant que les autres activités culturelles et sportives étaient maintenues.
La mairie de Paris met en place une cellule de crise

À partir de jeudi, la mairie de Paris va mettre en place une cellule de crise pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. Celle-ci qui se réunira quotidiennement pour faire un point sur la situation à Paris, nous rapporte une source à la mairie, confirmant une information de BFMTV. De la petite enfance au service de communication, elle réunira toutes les directions de la ville et permettra de prendre des mesures en fonction de l’évolution des cas suspectés et/ou détectés.
Le match Irlande-Italie reporté

La Fédération irlandaise a annoncé ce mercredi le report du match du Tournoi des Six Nations devant opposer l’Irlande à l’Italie le 7 mars à Dublin, en raison de l’épidémie de coronavirus. Cette recommandation a été émise «pour des raisons de santé publique» à la suite d’une réunion de l’équipe d’urgence de l’agence de santé publique alors que l’épidémie prend de l’ampleur en Italie, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.
«Toujours pas d’épidémie en France», affirme Sibeth Ndiaye

La porte-parole du gouvernement s’est exprimée mercredi à l’issue du conseil des ministres et affirmé qu’il y avait «toujours pas d’épidémie» en France. Cependant, elle a souligné les efforts de préparation du gouvernement devant une telle éventualité qu’elle qualifie de «fort possible».
Les Français en quarantaine en Normandie vont bien

La trentaine de Français en quarantaine à Branville (Calvados) depuis vendredi à la suite d’un rapatriement de Chine ne présente pas de symptôme du nouveau coronavirus, a annoncé mercredi l’Agence régionale de santé (ARS) de Normandie. Une série d’analyses de dépistage du Covid-19 menée sur les personnes de ce groupe ayant donné leur consentement, s’est avérée négative.

La « quasi totalité » des personnes en quarantaine à Branville ont été testées, a précisé l’Agence. « A ce jour, toutes les personnes sont asymptomatiques. Le suivi médical mis en place se poursuit jusqu’à expiration du délai de 14 jours« , selon le communiqué. Ces Français rapatriés de Chine ont été placés vendredi en quarantaine dans un centre de vacances de Branville afin de s’assurer qu’ils ne sont pas contaminés par le nouveau coronavirus.

 

Le gouvernement maintient que les supporters italiens pourront assister au match OL-Juventus

Alors que la venue de 3000 supporters italiens pour un match OL-Juventus fait polémique, deux membres du gouvernements ont déclaré que ces derniers pouvaient y assister, étant donné qu’il n’y avait «pas de malade identifié à Turin».  
 

«Aujourd’hui, les experts de veille sanitaire et de santé publique disent qu’il n’est pas nécessaire» d’interdire la venue des supporteurs, a souligné sur BFMTV Gabriel Attal, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale. «Est-ce que le virus circule activement à Turin ? Non. Est-ce qu’il circule activement dans la région de Turin ? Non», a-t-il argumenté.

Sur la même chaîne, plus tard dans la journée, le ministre de la Santé Olivier Véran a insisté sur le fait qu’il n’y avait «pas de malade identifié à Turin» et «donc pas de données épidémiologiques pour empêcher ces personnes de se rendre à un match de football»«C’est une décision assise sur la consultation des experts» a aussi déclaré le nouveau ministre.

Reporters sans frontières accuse l’Iran de dissimuler des informations sur l’épidémie

« Les autorités affirment contrôler la situation, mais refusent de publier le nombre exact des personnes infectées et décédées, et empêchent les journalistes de faire leur travail« , estime l’ONG Reporters sans frontières, qui déplore la répression des journalistes publiant des informations indépendantes. Mercredi, l’Iran a fait état de quatre nouveaux décès, portant le bilan à 19 morts et 139 cas.

« Le 23 février, le journaliste indépendant Mohammad Mosaed a été convoqué et interrogé par des agents du renseignement des Gardiens de la révolution, suite à ses messages sur l’épidémie publiés sur les réseaux sociaux« , dénonce RSF, qui précise qu’il a été libéré mais que ses comptes Twitter et Telegram ont été fermés et son téléphone et son ordinateur saisis.

Mardi, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré que « les Etats-Unis sont profondément préoccupés par les informations indiquant que le régime iranien aurait caché des détails vitaux sur l’épidémie dans ce pays« . Le président iranien Hassan Rohani a répliqué en accusant mercredi les Etats-Unis de répandre « la peur » autour du nouveau coronavirus.

 

Un numéro spécial d’information pour les habitants des Hauts-de-France

Alors que deux cas ont été détectés dans l’Oise, le directeur de l’Agence régionale de santé des Hauts-de-France, Etienne Champion, a annoncé qu’un numéro public d’information avait été mis en place pour répondre aux questions des habitants de la région « se sentant directement concernés par la situation ». Il s’agit du 03 20 30 58 00.
Pour les autres, ils pourront appeler la plateforme téléphonique nationale lancée début février. Joignable au 0800 130 000, cette centrale d’appel, composée d’une quinzaine de téléconseillers, répond quotidiennement aux inquiétudes des Français.
L’UE doit se préparer à « une augmentation des cas » selon la commissaire à la santé

La diffusion du coronavirus en Italie et en Europe est « un motif d’inquiétude » mais « nous ne devons pas tomber dans la panique« , a estimé mercredi à Rome la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides. La responsable européenne a toutefois averti que « les systèmes de santé doivent se préparer à une augmentation des cas et à bien se coordonner« , alors que les cas de contamination se multiplient à travers l’Europe.

« L’Europe est encore dans la phase d’endiguement« , a estimé la commissaire, appelant tous les Etats membres à revoir leurs « procédures contre les pandémies« , informer et se coordonner avec Bruxelles sur leurs plans d’action. A propos d’une mission scientifique conjointe de l’Union européenne et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) arrivée lundi en Italie, la commissaire a estimé que l’étude du cas italien allait « fortement contribuer à comprendre comment le virus se propage, contrôler son expansion et fournir un meilleur soutien à toute l’Europe« .

« Nous faisons face à une situation où subsistent de nombreuses questions (sur le virus), son origine et comment il se répand« , a-t-elle déclaré. La commissaire a au passage appelé à « être vigilants face aux risques de mauvaise information, de désinformation et de déclarations xénophobes qui n’aident pas du tout et remettent en question le travail des autorités publiques »

 

Les deux personnes contaminées dans l’Oise ne revenaient pas d’une zone à risque

Lors d’une conférence de presse à Beauvais, Etienne Champion, le directeur général de l’Agence Régionale de Santé (ARS) des Hauts-de-France, a donné des précisions sur les deux personnes atteintes du coronavirus dans l’Oise. Le premier, un homme né en 1965, est hospitalisé à Amiens dans un état grave. Le deuxième, un enseignant qui était né en 1959, est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

«Ces deux personnes ne s’étaient pas rendues dans des zones à risque. Les investigations sont en cours pour déterminer la source de ces deux contaminations. Une cellule de crise a été mise en place hier soir par l’ARS Hauts-de-France. Elle travaille à l’identification des personnes avec lesquelles les patients ont été en contact rapproché», a déclaré le directeur général de l’ARS des Hauts-de-France. «Les proches de ces deux personnes sont en cours de mise en surveillance. Les patients et les soignants des centres hospitaliers dans lesquels les deux patients avaient séjourné sont en cours d’évaluation, tout comme les médecins généralistes qu’ils avaient consultés»

Etienne Champion a précisé que l’enseignant décédé «était en arrêt de travail depuis le 12 février». La rectrice de l’académie d’Amiens a ajouté que tous les élèves de l’académie étaient actuellement en vacances, et que l’ouverture du collège dans lequel travaillait l’enseignant décédé, prévue lundi à l’issue des vacances, était «en cours d’évaluation». «La décision sera prise dans les 24 heures», a-t-elle conclu.

 

Trump va s’exprimer sur le coronavirus

Le président américain Donald Trump vient d’annoncer qu’il s’exprimerait sur le coronavirus lors d’une conférence de presse depuis la Maison-Blanche à 23h GMT, en présence de responsables des Centres de contrôle et de prévention des maladies américains.
Lufthansa gèle ses embauches et propose des congés sans solde
La compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé ce mercredi qu’elle «mettait en place plusieurs mesures de réduction des coûts» pour «affronter les effets économiques du coronavirus» alors que l’épidémie continue de progresser.
Les nouvelles embauches sont désormais «évaluées, suspendues ou repoussées à une date ultérieure» et «Lufthansa propose dès maintenant à ses employés des congés non payés», explique la compagnie. Les formations prévues à partir d’avril 2020 ne seront pas assurées et des apprentis actuels ne seront pas repris même si «l’objectif» reste une embauche «à long terme». Le budget administratif est réduit de 20% et «le volume de projets » de 10, ajoute encore le groupe.

Lufthansa a notamment annulé jusqu’au 28 mars ses 54 liaisons hebdomadaires entre l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche d’un côté et la Chine continentale de l’autre. Si les vols avec Hong Kong sont maintenus, «la situation de demande actuelle» a conduit la compagnie à «ajuster les capacités», précise le groupe dans un communiqué. «D’un point de vue comptable, 13 avions long-courriers du groupe Lufthansa sont actuellement cloués au sol», ajoute l’entreprise.

 

Pékin impose une quarantaine aux arrivants de pays «gravement touchés»

Pékin a annoncé ce mercredi que toutes les personnes arrivant dans la capitale chinoise en provenance de pays «gravement touchés» par l’épidémie de coronavirus seraient désormais placés en quarantaine obligatoire de 14 jours. Depuis le 14 février, la municipalité oblige déjà les arrivants à se placer en quarantaine. Ceux venant de l’étranger et ne s’étant pas rendus en Chine lors des deux semaines précédentes étaient toutefois exemptés.
Mais un nombre croissant de pays sont touchés par l’épidémie de Covid-19 en Asie, en Europe et au Moyen-Orient, poussant la ville de Pékin à muscler ses mesures. Parmi les Etats les plus touchés figurent la Corée du Sud, l’Iran, le Japon, l’Italie ou encore la Thaïlande. Pékin n’a cependant pas précisé quels pays étaient concernés par la mesure.
Les villes chinoises côtières de Qingdao (est) et Dalian (nord-est) ont annoncé des mesures similaires à celles de Pékin. La Chine réfléchit également à des restrictions au niveau national, a indiqué ce mercredi Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. «Nous étudions actuellement la possibilité d’adopter des mesures de prévention et de contrôle, qui seraient scientifiques, adéquates et ciblées», a-t-il souligné lors d’une conférence de presse.
Craintes autour du match de foot OL-Juventus

La progression du coronavirus en Italie provoque des craintes autour du match de foot qui doit opposer ce soir l’Olympique lyonnais à la Juventus Turin en 8e de finale de Ligue des champions. Plusieurs personnalités ont critiqué l’autorisation donnée aux supporters de la Juventus de se rendre à Lyon, autorisation toujours défendue par le gouvernement.

«Je crois qu’il n’est pas raisonnable de les accueillir et que nous sommes encore confrontés là à une incohérence de la part du gouvernement», a dénoncé la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen sur France Inter. A gauche, Ségolène Royal a estimé sur France 2 que cette décision «paraît incohérente» et que «l’opinion ne la comprend pas».
«Il nous semble qu’une mesure visant à interdire aux supporters visiteurs d’assister à ce match de football pourrait permettre de limiter considérablement les risques de propagation», écrivent de leur côté les députés Thomas Rudigoz, Jean-Louis Touraine et Danièle Cazarian dans une lettre adressée au ministre de la Santé Olivier Véran. Danièle Cazarian est députée de la 13e circonscription du Rhône qui inclut la commune de Décines et sa voisine Meyzieu, où se situe le stade de l’Olympique lyonnais et dont les maires (LR) Laurence Fautra et Christophe Quiniou réclament aussi aux autorités d’interdire la venue des fans de la Juve.
Italie : des épreuves de Coupe du Monde de ski alpin maintenues

Les épreuves de Coupe du Monde féminine de ski alpin prévues samedi et dimanche à La Thuile (nord-ouest de l’Italie) ont été maintenues en dépit de la progression du coronavirus dans le pays (374 contaminations et 12 décès), a annoncé ce mercredi la fédération italienne de ski (Fisi). Les skieuses doivent courir un Super G samedi et un combiné dimanche.

Dans un communiqué, la Fisi rappelle que le Val d’Aoste, la région dans laquelle se situe La Thuile, ne fait pas partie des six régions dans lesquelles des compétitions sportives en public ont été annulées ou reportées. La Fisi explique également que les épreuves se tiendront «en présence d’un nombre limité de spectateurs», sans donner plus de précisions.

 

Plus de nouveaux cas quotidiens dans le monde qu’en Chine

Le nombre quotidien de nouvelles personnes contaminées par le nouveau coronavirus dans le monde est désormais supérieur à celui enregistré en Chine, a annoncé ce mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Avec 411 nouveaux cas en Chine et 427 cas ailleurs dans le monde mardi, «le nombre de nouveaux cas signalés en dehors de la Chine a dépassé pour la première fois le nombre de nouveaux cas en Chine», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une réunion au siège de l’OMS à Genève. «Mais l’heure n’est pas à la complaisance. C’est le moment de rester vigilant», a souligné le patron de l’OMS, devant les diplomates.

 

L’homme décédé à Paris est un enseignant de l’Oise, où un autre cas a été détecté

Le premier Français mort après avoir été infecté par le nouveau coronavirus, décédé dans la nuit à Paris, est un enseignant d’un collège de Crépy-en-Valois dans l’Oise, selon le Ministère de l’Education nationale. Cet homme de 60 ans pourrait ne pas avoir voyagé dans une zone touchée par le coronavirus, a précisé le ministère, confirmant une information du Parisien. «Il avait le Covid-19 mais il est mort d’une embolie pulmonaire massive», confirme une source médicale au Parisien.

Deuxième cas dans l’Oise

«Il avait commencé à se sentir mal dès le début des vacances et avait rapidement été hospitalisé», indique au Parisien Gilles Petitbon, maire de Vaumoise, où résidait l’enseignant. Selon le maire, cet enseignant au collège de Crépy-en-Valois ne rentrait «ni d’Italie ni de Chine».

Un deuxième cas de coronavirus dans l’Oise a été confirmé par Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Il s’agit selon Le Parisien d’un employé de la base aérienne de Creil âgé de 55 ans, et résidant à Lacroix-Saint-Ouen. D’abord hospitalisé à l’hôpital de Compiègne, il a été transféré dans une «situation clinique grave» au centre hospitalier universitaire d’Amiens, dans la Somme. «Son infection a été découverte à la fin de son séjour», souligne un membre de l’hôpital de Compiègne. Pendant plusieurs jours, il a donc été en contact avec le personnel des urgences et du service de réanimation de Compiègne.

Avec Le Figaro par Aude Bariéty, Caroline Piquet et Yohan Blavignat

Coronavirus : 2 nouveaux cas en France, annonce le ministère de la Santé

février 25, 2020

Un homme porte un masque dans le quartier chinois de Milan, en Italie, où le Covid-19 touche de plus en plus de monde.

Un homme porte un masque dans le quartier chinois de Milan, en Italie, où le Covid-19 touche de plus en plus de monde. MIGUEL MEDINA / AFP

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé que deux personnes ont été testées positives au coronavirus en France.

Deux nouveaux cas confirmés en France

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé que deux personnes ont été testées positives au coronavirus en France.

Il s’agit des deux seuls cas actuellement positifs en France, après la mort d’un octogénaire chinois et la guérison de onze autres personnes.

Autriche : un hôtel de la ville touristique d’Innsbruck en quarantaine

Les autorités autrichiennes ont placé en quarantaine mardi un hôtel de la ville touristique autrichienne d’Innsbruck, capitale du Tyrol au cœur des Alpes, où a travaillé une réceptionniste italienne contaminée par le coronavirus, ont annoncé les médias.

«Personne ne peut entrer ni sortir en attendant que les autorités vérifient avec qui elle a été en contact», a déclaré une porte-parole du gouvernement du Tyrol, ajoutant que le logement où vivait cette femme dans la même ville a aussi été isolé.

Un premier cas confirmé en Roumanie

La Roumanie a confirmé ce mardi son premier cas de coronavirus. Il s’agit d’un homme qui a séjourné en Italie avant de revenir en Roumanie il y a trois semaines, selon la télévision publique.
Trois morts supplémentaires en Italie, portant le bilan à 10 décès

Les autorités italiennes ont annoncé que trois personnes supplémentaires sont mortes du coronavirus dans le nord de l’Italie, portant le bilan des décès à dix depuis le début de l’épidémie. Ils étaient tous âgés de plus de 80 ans et vivaient en Lombardie, la région la plus impactée.

Par ailleurs, le nombre de cas dans le pays est désormais de 322.

Olivier Véran : «Il n’y a pas lieu de fermer les frontières»

Depuis Rome où il tient une réunion avec les ministres de la Santé européens, le ministre français a assuré qu’il n’y avait pour l’heure «pas lieu de fermer les frontières entre nos pays», une mesure qui serait «disproportionnée et inefficace». «À ce stade, il n’y a pas lieu non plus d’annuler des grands événements publics mais nous nous accordons la possibilité, au cas par cas, de regarder la situation en fonction de l’évaluation que nous aurons», a-t-il ajouté.

Le monde n’est «tout simplement pas prêt» à faire face à cette épidémie, selon l’OMS

Le monde n’est «tout simplement pas prêt» à faire face à l’épidémie du nouveau coronavirus, a déclaré ce mardi l’expert qui dirige la mission conjointe OMS/Chine, saluant en revanche le travail d’endiguement de la maladie réalisé par Pékin.

«Vous devez être prêt à gérer cela à une plus grande échelle, et cela doit être fait rapidement», mais le monde «n’est tout simplement pas prêt», a déclaré Bruce Aylward, de retour de Chine, à la presse au siège de l’OMS à Genève.

La Bourse de Paris clôture sur un très net repli de 1,94%

La Bourse de Paris a enregistré de nouvelles pertes significatives (-1,94%) mardi, après s’être déjà enfoncée de près de 4% la veille, dans un marché paniqué par la propagation du nouveau coronavirus hors de Chine, en particulier en Europe.

L’indice CAC 40 a reculé de 112,19 points à 5.679,68 points, un plus bas en clôture depuis le 23 octobre 2019, dans un volume d’échanges inhabituellement élevé de 6,2 milliards d’euros. La veille, il avait fini en très fort recul de 3,94%.

Un cinquième cas confirmé en Espagne

Aux Canaries, plusieurs centaines de touristes sont confinés dans un hôtel de l’île espagnole de Tenerife où a séjourné un Italien qui pourrait être porteur du coronavirus. Son épouse a été pour sa part testée positive au Covid-19, confirme le président des îles Canaries, Angel Victor Torres. Il s’agit du 5e cas confirmé en Espagne.

Le secrétaire à la Santé publique espagnol a, en outre, indiqué que les autorités enquêtent sur huit autres cas suspects dans le pays. Dix autres se sont révélés négatifs dans la journée.

Football: le match entre l’OL et la Juventus à l’épreuve du coronavirus

Match ou pas match ? Avec supporters ou sans ? La progression de l’épidémie de nouveau coronavirus en Italie suscite des interrogations avant le 8e de finale aller de Ligue des champions prévu mercredi, à Lyon, entre l’OL et la Juventus Turin.

Les maires (LR) de Meyzieu et Décines-Charpieu, où se situe le stade de l’Olympique lyonnais qui doit accueillir la rencontre, ont demandé mardi aux autorités d’interdire la venue de près de 3 000 supporters de la Juve, «au nom du principe de précaution mais aussi de la prévention à tout trouble à l’ordre public». Christophe Quiniou et Laurence Fautra, qui ont déjà exprimé leurs réserves «les plus fermes» à la préfecture et à l’Agence régionale de santé, estiment que ce match «fait naître des craintes, légitimes » chez leurs administrés, « immédiatement concernés par l’accueil et les flux de supporters».

La Juventus, de son côté, assure qu’«aucune restriction particulière n’est prévue pour les tifosi bianconeri» et que ses fans pourront assister «sans problème» à la rencontre, alors qu’elle jouera à huis clos son prochain match de Championnat d’Italie à domicile, dimanche contre l’Inter, pour éviter tout risque de propagation.

De retour d’Italie, des élèves confinés dans un lycée de Courbevoie

Huit élèves ont été confinés dans une salle du lycée Paul-Lapie de Courvevoie, rapporte Le Parisien. Ils avaient passé une partie de leur vacances en Italie, dans une zone infectée par le coronavirus. D’après le rectorat de l’académie de Versailles, des tests sont pratiqués sur cinq élèves de l’établissement.
Un policier du Bas-Rhin suspecté de contamination au coronavirus

Un policier de la Compagnie de sécurisation et d’intervention du Bas-Rhin a été pris en charge lundi à l’hôpital civil pour une levée de doute concernant le coronavirus. L’homme, qui a ressenti un «état fébrile», selon une source policière, était tout juste de retour de vacances en Italie du Nord. Selon nos informations, le dépistage s’est avéré négatif.

Dans l’attente de ces résultats, la Direction centrale de la Sécurité publique (DDSP) du Bas-Rhin avait «pris la décision d’éviter une reprise de service des collègues de patrouille de ce fonctionnaire pour la journée du 24 février, à titre de précaution, même si l’Agence régionale de santé ne met en place de procédure d’identification et d’isolement des contacts qu’en cas de test positif», précise la même source policière au Figaro.

Étienne Jacob

Comment créer un vaccin rapidement

Alors que le coronavirus a tué plus de mille personnes, des équipes du monde entier travaillent à trouver un vaccin en un temps réduit.
Pompeo appelle l’Iran à «dire la vérité» au sujet du coronavirus
«Les États-Unis sont profondément préoccupés par les informations indiquant que le régime iranien aurait caché des détails vitaux sur l’épidémie dans ce pays», accuse le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo lors d’une conférence de presse à Washington. «Tous les pays, y compris l’Iran, doivent dire la vérité sur le coronavirus et coopérer avec les organisations d’aide internationale», martèle-t-il.
Un premier cas de contamination en Suisse

Les autorités helvétiques annonce un premier cas de personne atteinte par le nouveau coronavirus sur le territoire de la Suisse. Ce cas a été découvert dans le canton italophone du Tessin, frontalier de l’Italie, a indiqué le canton sur son site internet. De plus amples détails doivent être diffusés plus tard dans la journée.
Édouard Philippe écrit aux maires de France

«Dans le même souci de transparence» que celui qui a présidé à l’organisation d’un point presse quotidien au ministère de la Santé, Édouard Philippe annonce avoir écrit un «à l’ensemble des maires de France, aux présidents des conseils départementaux et des conseils régionaux».

Soucieux d’«exposer de la façon la plus précise possible les faits ; les incertitudes  – car (il) pense qu’il est aussi important de dire ce que nous ne savons pas que ce que nous savons ; et les mesures que nous prenons»,  le premier ministre indique dans son courrier les mesures qui ont été prises, et «l’état de nos connaissances au jour où (il) parle».

«Je préfère être parfaitement clair : nos connaissances évoluent forcément au fur et à mesure des jours qui passent», prévient-il. «Et nous devons évidemment, pour faire face à ce problème, être réactif et prendre au fur et à mesure les décisions qui s’imposent».

Arthur Berdah

Un nouveau cas détecté en Espagne
Les autorités sanitaires espagnoles ont identifié mardi un cas d’infection au coronavirus en Catalogne, le premier en Espagne continentale, rapporte le quotidien La Vanguardia.

 Il s’agit du quatrième cas diagnostiqué en Espagne. Les trois premiers sont des touristes allemand, italien et britannique qui séjournaient aux Canaries et à Majorque.

Édouard Philippe «disposé» à inviter les chefs de parti à Matignon

Une union nationale pour lutter contre l’épidémie internationale. Interrogé ce mardi après-midi par le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, le premier ministre affirme qu’il est «bien entendu disposé» à organiser une réunion à Matignon «avec l’ensemble des présidents de partis politiques et des groupes parlementaires».

Ce rendez-vous permettrait à l’exécutif de «dire très exactement où nous en sommes, en ayant conscience que la situation exigera des mesures au fur à mesure que nous en saurons plus».

Arthur Berdah

Deux premiers cas signalés en Autriche
Les autorités autrichiennes ont annoncé ce mardi deux premiers cas de coronavirus dans le pays,

Il s’agit de deux personnes infectées dans la région du Tyrol, frontalière de l’Italie. Âgées toutes les deux de 24 ans, ces deux personnes souffrant de fièvre et dont l’état est stable ont été placées en quarantaine dans un hôpital d’Innsbruck, selon le gouverneur du Tyrol, Günther Platter.

L’une d’elles est originaire de Lombardie, l’une des régions italiennes touchées par l’épidémie. Les circonstances de leur infection ne sont pas encore établies.

Avec Le Figaro par Margaux D Adhemar De Cransac, Roland Gauron et Yohan Blavignat

Coronavirus: les élèves revenant de Chine ou d’Italie du Nord doivent rester chez eux

février 24, 2020

Le rectorat rappelle qu’il ne faut pas se rendre chez son médecin ni aux urgences mais contacter le 15. Ici des personnes portant un masque protecteur sont évacués de la zone de sécurité après un voyage en bus depuis Milan. Crédits photo: JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/AFP

Le retour à l’école va être retardé pour les élèves qui ont passé leurs vacances en Chine ou en Italie du Nord.

Principe de précaution pour éviter la propagation du coronavirus. Les écoliers, collégiens et lycéens français sont priés de rester confinés chez eux s’ils viennent de passer des vacances en Chine, à Hong Kong, à Macao, Singapour, en Corée du Sud mais aussi en Lombardie ou en Vénétie, deux régions italiennes touchées par l’épidémie. Par le biais de plusieurs courriers envoyés par les rectorats aux établissements scolaires, le ministère de l’Éducation nationale demande aux parents concernés de garder leur enfant à la maison pendant 14 jours après leur retour de ces pays ou régions.

«S’agissant des établissements scolaires, les élèves, collégiens et lycéens ne doivent pas être scolarisés durant une période de 14 jours suivant le retour sur le territoire national», indique par exemple le courrier du rectorat de Paris, «au-delà de cette durée, les autorités de santé n’objectent aucune contre-indication d’accueil sur le plan sanitaire». Le rectorat demande aussi aux familles concernées de respecter pendant les deux semaines plusieurs recommandations: prendre la température deux fois par jour, surveiller l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…), porter un masque chirurgical lors des sorties, laver régulièrement ses mains (solution hydroalcoolique…), éviter tout contact avec les personnes fragiles (personnes âgées, hôpitaux…) ou encore éviter toute sortie non indispensable (cinéma, restaurant…). Et privilégier le télétravail.

En cas d’apparition de signes respiratoire dans les 14 jours suivant le retour, le rectorat rappelle qu’il ne faut pas se rendre chez son médecin ni aux urgences mais contacter le 15. Il redonne le numéro vert joignable en cas de doute sept jours sur sept pour répondre à toute question sur le coronavirus: 0 800 130 000.

Avec Le Figaro par Marie-Estelle-Pech

Coronavirus : la France commande des millions de masques de protection

février 24, 2020

Depuis fin janvier, les pharmacies font face à un afflux de clients désireux de se procurer des masques davantage destinés aux professionnels de santé.

Les masques de protection FFP2 sont équipés d'un dispositif de filtration des poussières et des agents pathogènes.
Les masques de protection FFP2 sont équipés d’un dispositif de filtration des poussières et des agents pathogènes. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Depuis la fin janvier, les pharmacies font face à un afflux de clients désireux de se procurer des masques.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé dimanche une commande massive de plusieurs dizaines de millions de masques de protection de type FFP2. Ces derniers sont équipés d’un dispositif de filtration des poussières et des agents pathogènes, et destinés aux personnels en contact avec des personnes malades. Ils ne fonctionnent pleinement que pendant trois heures.

Les masques chirurgicaux, en papier, n’offrent pour leur part pas une protection suffisamment efficace en cas de contact prolongé avec une personne contaminée, notamment parce qu’ils laissent passer de l’air non filtré. Si leur port est essentiel pour les personnes malades et peut être recommandé dans les régions fortement touchées par l’épidémie, ils ne sont ni utiles ni efficaces pour le reste de la population, précisent les autorités sanitaires.

Avec Le Figaro

France/Fessenheim: le réacteur numéro un définitivement débranché

février 21, 2020

 

Le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus ancienne de France en activité, a été débranché du réseau électrique national samedi aux alentours de 02 heures du matin, comme prévu, a annoncé EDF.

L’opération d’arrêt du réacteur de 900 mégawatts avait débuté vers 20 heures 30 vendredi soir. La procédure s’est déroulée normalement, avec beaucoup d’émotion dans la salle de commande, selon EDF.

Le second réacteur de la centrale sera de son côté stoppé le 30 juin. Commencera alors une longue phase de démantèlement qui devrait durer une vingtaine d’années.

Par Le Figaro avec AFP

France: Comment le gouvernement compte éradiquer les punaises de lit

février 20, 2020

Pun

Crédits photo : Africa Studio/Shutterstock

Le ministre chargé du logement et de la ville veut mieux informer et orienter les particuliers vers des experts plus qualifiés.

Elles ne mesurent que quelques millimètres et pourtant empoisonnent la vie de nombreux foyers. Environ 400.000 sites (logements, hôtels, hôpitaux, cinémas…) en France sont infestés de punaises de lit, selon les derniers chiffres publiés (pour l’année 2018) par la Chambre syndicale des industries de désinfection, désinsectisation et dératisation (CS3D). Un chiffre qui devrait croître de 30 à 35% pour l’année 2019. «Le phénomène touche tout le monde et n’est pas réservé qu’à ceux qui vivent dans les habitats dégradés ou les quartiers populaires, souligne-t-on au ministère de la Cohésion des territoires. Tous les logements sont concernés, aussi bien les logements individuels que collectifs, sociaux que privés et les appartements familiaux que les résidences étudiantes».

La recrudescence de ces insectes s’explique notamment par l’augmentation des échanges mondiaux et le tourisme de masse. Autrement dit: nous voyageons de plus en plus et sans le savoir nous ramenons avec nous ces petites bêtes invisibles à l’œil nu. Les punaises de lit vivent dans les espaces sombres. Ces parasites sont très présents dans les chambres à coucher et adorent se nicher dans les canapés, les meubles notamment d’occasion ou encore sous les tapis.

Pour éradiquer ce fléau, le ministre chargé du logement et de la ville Julien Denormandie, victime à deux reprises de punaises de lit, a prévu de lancer dès ce vendredi, une campagne de sensibilisation et d’information sur les bons gestes à adopter. Elle prendra la forme de posts publiés sur réseaux sociaux et d’un site dédié (stop-punaises.gouv.fr). «Les particuliers sont souvent démunis pour détecter ces parasites, solliciter les bons professionnels pour les éliminer, évaluer le coût des interventions, savoir qui est responsable entre le propriétaire et le locataire. Surtout, ils n’osent pas en parler. Or, il n’y a pas de honte à avoir», explique le ministère.

Un numéro de téléphone (0 806 706 806) sera enfin mis à la disposition des particuliers pour qu’ils puissent échanger avec des experts de l’Agence nationale (départementale) pour l’information sur le logement. «Ces échanges nous permettront d’affiner nos statistiques sur le nombre de logements et de ménages touchés en France et dans chaque territoire», ajoute l’entourage de Julien Denormandie.

Afin de mieux orienter les particuliers, le ministère, en partenariat avec la CS3D a prévu de délivrer d’ici la fin de l’année des labels (ou des certifications) aux professionnels intervenant dans les logements. Et ce, à l’instar des travaux de rénovation énergétique. Ces experts devront avoir reçu avant le 1er septembre des formations qui seront attestées sur le site de la CS3D. Ces dernières leur auront été adressées par une instance composée d’experts de punaises de lit, de médecins ou d’entomologistes, mise en place d’ici fin juin.

Dans les prochains jours, Julien Denormandie devrait également missionner Cathy Racon-Bouzon, députée LREM de la 5e circonscription de Marseille sur le sujet. L’élue devra lui rendre d’ici six mois un rapport avec notamment des pistes pour aider financièrement les plus fragiles ou pour mieux adapter la loi à la lutte contre les punaises de lit. «La loi logement fait porter la responsabilité sur le propriétaire qui doit fournir un logement décent à son locataire mais elle n’est pas toujours évidente (article142 qui modifie la loi du 6 juillet 1989)», reconnait-on au ministère. Le chemin est encore long avant d’éradiquer totalement les punaises de lit.

Avec Immobilier/Le Figaro par Guillaume Errard

 

France: Décès de Jean Daniel, écrivain et fondateur du Nouvel Observateur

février 20, 2020

FRANCE-PRESSE-JEAN DANIEL

L’ancien journaliste de Combat et de L’Express, proche d’Albert Camus, était un compagnon de la gauche et un fervent défenseur de la presse.

Le fondateur, directeur et éditorialiste du Nouvel Observateur s’est éteint hier soir, a annoncé L’Obs. Il avait 99 ans. «L’Obs a l’immense tristesse d’apprendre la mort de son fondateur et éditorialiste Jean Daniel, peut-on lire sur le site de l’Obs. Il est décédé mercredi soir à l’âge de 99 ans après une longue vie de passion, d’engagement et de création. Le plus prestigieux journaliste français s’est éteint. Il fut à la fois un témoin, un acteur et une conscience de ce monde».

Avec Jean Daniel, c’est une des figures historiques de la gauche et du journalisme français qui vient de disparaître. Né le 21 juillet 1920 à Blida, près d’Alger, Jean Daniel, patron du Nouvel Observateur (devenu L’Obs), qu’il avait fondé en 1964, a indéniablement marqué son époque par ses engagements politiques, notamment à travers un soutien à l’union de la gauche et à François Mitterrand. Dernier-né d’une famille juive de onze enfants, le jeune Jean Daniel, qui sera éduqué dans un milieu modeste, accède à la conscience politique à partir des années 1930, époque où il est sensible aux idées du Front populaire. Il s’intéresse au marxisme, découvre la littérature et se passionne pour l’œuvre d’André Gide, qui publie, en 1936, Retour de l’URSS, ouvrage d’une lucidité précoce sur le stalinisme qui évite à Jean Daniel de succomber à la fascination communiste. Après des débuts en philosophie à la faculté d’Alger, il est sensible à l’appel du général de Gaulle et s’engage à partir de 1942 dans un groupe de résistants qui participe à la libération d’Alger par les Américains. Il rejoint la division du général Leclerc, où il est affecté dans le bataillon du génie, et participe à la campagne de France jusqu’en 1945.

D’Albert Camus à Michel Foucault

Après la Libération, la politique et le journalisme ne vont plus quitter Jean Daniel. Il entre à 26 ans, en 1946, au cabinet du socialiste Félix Gouin, proche de Léon Blum, dont il rédige des mois durant les discours, publie des articles dans le journal Combat et fonde, en 1947, la revue Caliban, sous le parrainage d’Albert Camus, qui va devenir son mentor et sa référence. Une revue qui paraîtra jusqu’en 1952, où signeront Jules Roy, Emmanuel Roblès, Étiemble et Louis Guilloux. Résolument à gauche, Jean Daniel se situe selon ses propres dires « quelque part entre la SFIO et le PCF ».

Après avoir publié un roman, L’Erreur, il est engagé par Jean-Jacques Servan-Schreiber à L’Express en 1954 et soutient la politique de décolonisation de Pierre Mendès France. Partisan de l’indépendance algérienne, il sera inculpé à deux reprises pour atteinte à la sûreté de l’État et menacé de mort par les partisans de l’Algérie française. Journaliste de stature internationale, il rencontre des personnalités aussi importantes que Kennedy ou Fidel Castro. Divergeant d’avec JJSS, il rompt avec L’Express en 1964 et accepte la proposition de Claude Perdriel d’assumer la direction de la rédaction d’un nouveau journal, Le Nouvel Observateur, qui prend la succession de France Observateur.

Proche de ce que l’on a appelé la deuxième gauche, très réceptif à des syndicats comme la CFDT ou des partis comme le PSU, le magazine de Jean Daniel a réuni des signatures de talent, tels Maurice Clavel ou Jacques Julliard. De grands noms de l’intelligentsia, depuis Michel Foucault à Roland Barthes, signeront dans ce titre qui, après Mai-68, allait être le journal de référence d’une gauche engagée sur les questions du féminisme et la revendication homosexuelle. De son côté, Jean Daniel continuera une œuvre d’essayiste politique (De Gaulle et l’Algérie. La tragédie le héros et le témoin ; Les Religions d’un président. Regards sur les aventures du mitterrandisme ; Voyage au bout de la nation, etc.), commentant à la fois l’actualité internationale, en particulier celle du Moyen-Orient, pour laquelle il a une prédilection particulière et les aléas de la politique française.

« On ne gouverne pas la France contre Le Nouvel Observateur  »

Charles de Gaulle

Si l’envergure et le rôle de Jean Daniel sont incontestables, les voix critiques n’ont pas manqué à son encontre. « On ne gouverne pas la France contre Le Nouvel Observateur », ironisera un jour de Gaulle pour critiquer la tendance de ce magazine à s’ériger en détenteur de vertu. Raymond Aron critiquera très vertement Jean Daniel, notamment durant l’affaire Soljenitsyne, lui reprochant de demander des comptes à un géant pour son anticommunisme.

Membre du conseil supérieur de l’Agence France-Presse et du Comité consultatif national d’éthique, Jean Daniel a incarné un journalisme aspirant à assumer une forme d’autorité morale. Sans doute l’affaiblissement du pouvoir de l’écrit et la diffusion de l’information tous azimuts, notamment à travers Internet, rendent-elles cette ambition plus improbable que par le passé.

Avec Le Figaro par Paul-François Paoli

Protestation du Venezuela après que l’ambassadeur de France a reçu Guaido

février 17, 2020

 

Romain Nadal est accusé par le gouvernement vénézuélien de s’immiscer dans des affaires intérieures.

Le gouvernement du Venezuela a annoncé lundi avoir transmis une protestation écrite à l’ambassadeur de France à Caracas, Romain Nadal, l’accusant de s’immiscer dans ses affaires intérieures après que le diplomate a reçu le chef de l’opposition Juan Guaido à son retour d’une tournée internationale. «L’ambassadeur Nadal a exercé un usage abusif des privilèges que lui accorde l’Etat vénézuélien en raison de son statut de diplomate» et «son action récente viole les conventions internationales sur les us et coutumes qui règlent les relations pacifiques entre les nations», a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Le texte considère qu’en recevant le leader de l’opposition à Nicolas Maduro, reconnu par la France et une soixantaine de pays comme président par intérim, le diplomate participait «à une stratégie claire de provocation, d’ingérence et d’immixtion dans les affaires intérieures». Le message a été transmis à l’ambassade par le vice-ministre aux Affaires européennes, Yván Gil.

Vendredi, lors d’une conférence de presse, le président socialiste Nicolas Maduro avait déjà accusé M. Nadal de s’immiscer «gravement» dans les affaires intérieures du pays. M. Maduro a indiqué que la chancellerie étudiait sa réponse, sans écarter une expulsion comme celle qui a frappé en mars 2019 l’ambassadeur d’Allemagne Daniel Kriener. Il avait été déclaré «persona non grata» pour avoir accueilli à l’aéroport de Caracas M. Guaidó, qui rentrait de l’étranger. M. Kriener a regagné son poste en juillet.

Le président de l’Assemblée nationale, reconnu comme président par intérim par près de 60 pays, est rentré mardi d’une tournée de 23 jours au cours de laquelle il a notamment rencontré les présidents français Emmanuel Macron et américain Donald Trump. Plusieurs membres du corps diplomatique l’attendaient à son arrivée à l’aéroport.

Par Le Figaro avec AFP

France/Municipales à Paris : Agnès Buzyn remplace Griveaux pour LREM

février 16, 2020

La ministre de la Santé succède à l’ex-candidat à la mairie de Paris, qui s’est retiré après la diffusion d’images privées intimes. Elle s’apprête à quitter le gouvernement.

La ministre de la Santé et des solidarités annonce être candidate à la mairie de Paris pour LREM.
La ministre de la Santé et des solidarités annonce être candidate à la mairie de Paris pour LREM. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

L’urgence a eu raison de ses hésitations. La ministre de la Santé Agnès Buzyn remplace finalement Benjamin Griveaux dans la campagne municipale à Paris «pour devenir la candidate du rassemblement», a-t-elle annoncé dimanche à l’Agence France-Presse (AFP). A un mois des élections municipales, elle succède au candidat La République en marche (LREM) qui s’est retiré vendredi de la course, après la diffusion sur le web d’images intimes et privées.

«J’y vais pour gagner», «j’en ai envie», a déclaré à l’AFP la ministre. «J’aime Paris, je la connais, j’y suis née, j’y habite depuis toujours, et je pense avoir beaucoup à apporter à toutes celles et tous ceux qui, comme moi, y vivent au quotidien», écrit-elle dans une lettre d’intention, transmise à l’AFP.

Première candidature

Il y a quelques semaines, Agnès Buzyn avait décliné la proposition de mener la campagne municipale dans le 15e arrondissement de la capitale. Encore vendredi, interrogée sur un remplacement de Benjamin Griveaux, elle avait invoqué un agenda chargé, entre la crise au sein des hôpitaux et l’épidémie du coronavirus. En succédant au candidat, cette médecin de formation projetée en politique à son arrivée au gouvernement, en 2017, se lance à 57 ans dans sa première campagne électorale.

Le profil de cette pièce-maîtresse de l’exécutif satisfait les responsables de LREM qui, depuis le retrait de leur chef de file à Paris, plaidaient pour la candidature d’un «poids lourd». D’autres noms avaient aussi été cités : les députés Mounir Mahjoubi, Julien Bargeton et Sylvain Maillard, ou encore Delphine Bürkli, la maire sortante du 9e arrondissement (ex-LR), proche du premier ministre.

Vers un départ du gouvernement

Une fois cette candidature entérinée par LREM, la ministre quittera ses «fonctions ministérielles tant le surcroît d’activité intense, notamment liée à la gestion du coronavirus, demande une implication totale», écrit-elle dans sa lettre d’intention. «La continuité de l’action du ministère pourra compter sur la solidité et l’implication totale des équipes opérationnelles», assure-t-elle.

Selon des sources du parti présidentiel, elle devrait démissionner et être remplacée dans les prochaines heures au ministère de la Santé. Jusqu’au scrutin des 15 et 22 mars, elle bataillera notamment avec la maire socialiste sortante Anne Hidalgo, l’ancienne ministre Rachida Dati, candidate des Républicains, et le dissident LREM Cédric Villani.

Avec Le Figaro

France: Benjamin Griveaux a déposé plainte

février 15, 2020

L’ex-candidat à la mairie de Paris a déposé plainte du chef d’«atteinte à l’intimité de la vie privée» après la diffusion de vidéos et messages à caractère sexuel.

Benjamin Griveaux le 14 février 2020 à Paris
Benjamin Griveaux le 14 février 2020 à Paris Lionel Bonaventure /AFP

Selon le parquet de Paris, Benjamin Griveaux, qui a renoncé à sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de vidéos et messages à caractère sexuel, a déposé plainte ce samedi 15 février après-midi du chef d’«atteinte à l’intimité de la vie privée».

Sur LCI, le conseil de l’homme politique, Me Richard Malka, a affirmé qu’il s’agissait d’une plainte contre X. «Nous sommes respectueux de la présomption d’innocence. Il ne nous appartient pas de désigner des coupables. A la justice de le faire» a déclaré l’avocat.

Une enquête ouverte

A la suite de cette plainte, déposée dans les locaux de la direction régionale de la police judiciaire, le parquet de Paris a saisi d’une enquête la brigade de répression de la délinquance contre la personne.

Ce samedi, Piotr Pavlenski, qui revendique la diffusion des vidéos, a par ailleurs été interpellé à Paris dans le cadre d’une autre affaire – des violences qui auraient été commises le soir du 31 décembre. Il est actuellement en garde à vue au commissariat des 5e et 6 arrondissements.

Avec Le Figaro par Aude Bariéty