Posts Tagged ‘FRANCE’

Les députés français suppriment le mot « race » dans la Constitution

juin 27, 2018

Paris – Les députés français ont supprimé mercredi à l’unanimité, en commission, le mot « race » de l’article 1er de la Constitution et y ont introduit l’interdiction de « distinction de sexe ».

Si ces amendements sont revotés lors de l’examen en séance du projet de révision constitutionnelle, à partir du 10 juillet, l’alinéa modifié s’écrira: la France « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, d’origine ou de religion » au lieu de « sans distinction d’origine, de race ou de religion »

Sur la suppression du mot « race », tous les groupes avaient déposé des amendements pour considérer que la persistance de ce terme, introduit dans la Constitution en 1946 pour rejeter les théories racistes après le nazisme, était aujourd’hui « mal comprise » et « infondée », alors qu’il est démontré qu’il n’existe pas de races au sein de l’espèce humaine.

La co-rapporteure du texte, Yaël Braun-Pivet, a assuré que la suppression « n’affaiblirait pas l’arsenal juridique » dans la lutte contre le racisme en réponse aux craintes de certains.

Cette suppression est une revendication ancienne des Français d’outremer, qui se sont félicités de ce vote.

Pour l’ancien ministre des Outre-mer et sénateur socialiste de Guadeloupe, Victorin Lurel, « on peut légitimement crier victoire après un long combat des humanistes ». Maina Sage, députée de centre-droit de Polynésie, a salué « une avancée considérable quand on connaît l’histoire de la France ».

Les députés communistes se sont également félicités de cette « grande avancée », rappelant qu’ils avaient porté une proposition de loi dans ce sens dès 2013.

Même consensus sur l’interdiction « de distinction de sexe ».

« Pour parvenir à une société égalitaire, ce principe d’égalité des femmes et des hommes devant la loi doit irriguer l’ensemble de notre droit. Il semble aujourd’hui impératif d’en faire un principe fondamental en l’inscrivant plus clairement dans notre Constitution », avait plaidé la Délégation aux droits des femmes dans son amendement adopté.

Les députés ont en revanche rejeté un amendement proposant de féminiser les titres de fonctions (président ou présidente, Premier ministre ou Première ministre, ambassadeur ou ambassadrice, etc.) dans la loi fondamentale.

Une position jugée « un peu conservatrice », par le député communiste Sébastien Jumel.

Romandie.com avec(©AFP / 27 juin 2018 15h51)                                                        

Publicités

Congo-Diaspora: décès du père Félix Touarikissa

juin 24, 2018

 

Mgr Pascal Roland,

Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kingala (République du Congo),

Et la famille Touarikissa

recommandent à vos prières

l’Abbé Felix Touarikissa,

décédé au presbytère de Saint-Etienne-du-Bois, le 21 juin 2018, à l’âge de 58 ans.

 

Ses funérailles seront célébrées le lundi 25 juin 2018, à 14h30, en l’église de Saint-Etienne-du-Bois.

Son corps sera ensuite transporté et inhumé à Brazzaville.

La veille au soir, dimanche 24 juin, à partir de 21h, une veillée de prière sera organisée par les prêtres fidei donum, la communauté africaine et la famille du Père Felix, en l’église de Saint-Etienne-du-Bois.

D’ici-là il est possible de le visiter et de se recueillir auprès de lui dans la Chambre funéraire Bertrand, à Saint-Etienne-du-Bois, de 8h à 21h (125, rue de l’église, face au presbytère).

Né le 26 septembre 1959 à Vinza (République du Congo), ordonné prêtre le 06 juin 1992 pour le diocèse de Kinkala (République du Congo), le Père Felix était en mission dans le diocèse de Belley-Ars depuis 15 ans.

Il fut successivement curé de Coligny (2003-2007), de Viriat (2007-2010), prêtre auxiliaire dans le groupement de Pont-d’Ain et aumônier des Dominicaines de l’Eucharistie à Cerdon (2010-2012), administrateur paroissial de Divonne-les-Bains (2012-2013), curé de Saint-Rambert-en-Bugey (2013-2015), auxiliaire dans le groupement de Ceyzeriat-Treffort (2015-2016), puis dans le groupement de Marboz-St-Etienne du Bois (2016-2018).

 

Catholique-Bellay-ars.fr 

 

Migrants: la France « n’a pas de leçons à recevoir de personnes », réplique Macron à l’Italie

juin 24, 2018

Le président français Emmanuel Macron, le 24 juin 2018 à Bruxelles / © AFP / Aris Oikonomou

Emmanuel Macron a déclaré dimanche que la France « n’a de leçons à recevoir de personne » sur le dossier des migrants car elle est « le deuxième pays d’accueil des demandeurs d’asile cette année », en réplique aux critiques de Rome sur la position française.

« N’oublions jamais nos valeurs, je serai intraitable sur ce point », a ajouté le président français, en arrivant au mini-sommet européen sur la question migratoire qui déchire l’Union.

« Nous avons des valeurs, c’est ce qui nous a fait. Chaque fois que nous les avons trahies nous avons créé le pire », a-t-il martelé. « C’est le respect des droits de l’homme, de l’individu, des autres Etats et de leur intégrité et cette solidarité qui nous lie ».

Les dirigeants italiens se sont indignés des déclarations du président français, vendredi, selon lesquelles l’Italie « ne vit pas une crise migratoire mais une crise politique » alimentée par « des extrêmes qui jouent sur les peurs ».

Paris a aussi fait valoir que depuis le début de l’année la France a reçu davantage de demandes d’asile que l’Italie et dénoncé l’esprit de « manipulation et d’hypersimplication ».

Migration: les dirigeants européens réunis à Bruxelles / © EBS/AFP / ed

« 650.000 débarquements en 4 ans, 430.000 demandes, 170.000 présumés réfugiés », lui a répliqué le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini.

« Si pour l’arrogant président Macron cela n’est pas un problème, nous l’invitons à cesser ses insultes et à prouver sa générosité par les faits en ouvrant les nombreux ports français et en cessant de refouler hommes, femmes et enfants à Vintimille », à la frontière franco-italienne ».

Romandie.com avec(©AFP / 24 juin 2018 16h59)

Congo: Jacques Joachim Yombi Opango hospitalisé en France

juin 19, 2018

 

Jacques Joachim Yombi Opango, le patriarche d’Owando
L’ancien président de la République populaire du Congo et du Comité Militaire du Parti (CMP) au lendemain de la mort du président Marien Ngouabi, et président fondateur du Rassemblement pour la Démocratie et le Développement (RDD), Jacques Joachim Yombi Opango est hospitalisé au CHU de Rennes en France, a-t-on appris auprès d’une source proche de la famille.

Âgé de 78 ans, le « patriarche d’Owando » s’était depuis quelques mois effacé de la scène publique, sa dernière apparition remontant à la présidentielle où il avait, devant les caméras, accompli son devoir civique.

Déjà, on sentait en lui un homme affaibli, marqué par le poids de l’âge qui supportait une santé précaire dont l’état était à peine dissimulé.

Sentant ses forces à mener les combats politiques l’abandonner, Jacques Joachim Yombi Opango s’était déchargé il y a quelques mois à peine de la présidence active du RDD, au profit de son fils Jean- Jacques Yombi Opango.

L’état de santé du battant qu’a toujours été Jacques Joachim Yombi Opango, par-delà les épreuves, demeure tout de même inquiétant.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

France: une femme blesse deux personnes au cutter en criant « Allah Akbar » (procureur)

juin 17, 2018

Marseille – Une femme a été placée en garde à vue dimanche à la Seyne-sur-mer, dans le sud de la France, après avoir blessé deux personnes au cutter à la caisse d’un supermarché en criant « Allah Akbar! », a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Toulon.

Un client a été agressé par cette femme, qui l’a blessé au thorax avec un cutter, et a été hospitalisé, a précisé le procureur Bernard Marchal, confirmant une information du quotidien local Nice-Matin. Une caissière a également été blessée plus légèrement.

« C’est apparemment le fait isolé d’une personne avec des troubles psychiatriques avérés », a commenté M. Marchal, précisant : »pour autant ça n’exclut pas qu’elle soit radicalisée ». L’auteure de l’agression, qui n’est pas connue de la police, a été placée en garde à vue, et l’antenne de la police judiciaire de Toulon est saisie de l’enquête.

« Il y a présomption de tentative d’assassinat, et d’apologie du crime à connotation terroriste », a indiqué à l’AFP le procureur.

Une perquisition du domicile de la femme était en cours dimanche après-midi, notamment pour évaluer si « elle entretient ou non les liens avec Daech », (acronyme arabe pour le groupe jihadiste Etat islamique), selon le procureur.

« Nous ne savons pas encore si ces faits sont terroristes mais ils sont en tout cas terrorisants, car cet homme qui n’avait rien demandé s’est fait agresser à la caisse d’un supermarché », a estimé le procureur.

Romandie.com avec(©AFP / 17 juin 2018 11h58)                                                        

Migrants: si la France ne s’excuse pas, mieux vaut annuler la rencontre Conte-Macron (Salvini)

juin 13, 2018

Rome – Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini a estimé mercredi que sans « excuses officielles » de la France il valait mieux annuler la rencontre prévue vendredi entre le président français Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte.

« Si les excuses officielles n’arrivent pas, le Premier ministre Conte fera une bonne chose en n’allant pas en France » pour ce sommet, a déclaré à des journalistes M. Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite) .

M. Macron avait dénoncé mardi la « part de cynisme et d’irresponsabilité du gouvernement italien », qui a refusé d’accueillir le navire Aquarius avec plus de 600 migrants à son bord tandis que le porte-parole de son parti La République en marche, Gabriel Attal, a déclaré que la position de l’Italie était « à vomir ».

« Le gouvernement italien considère inacceptables les paroles utilisées dans des déclarations publiques hier à Paris », ajoute mercredi un communiqué du ministre italien des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi, qui avait convoqué dans la matinée l’ambassadeur de France en Italie.

C’est finalement la numéro deux de l’ambassade, Claire Anne Raulin, qui s’est rendue à cette convocation, l’ambassadeur ne se trouvant pas à Rome.

Selon M. Moavero, « de telles déclarations compromettent les relations entre l’Italie et la France ».

« Les tons utilisés sont injustifiables » et même si M. Moavero « comprend qu’un Etat ami et allié puisse être en désaccord avec les positions d’un autre Etat, le désaccord doit être exprimé d’une manière et dans des formes cohérentes avec un tel rapport d’amitié ».

Dans un ton très diplomatique, M. Moavero réclame lui aussi des excuses de la part de la France.

« Le gouvernement italien souhaite que les autorités françaises, une fois faites les réflexions opportunes, assument rapidement des initiatives de nature à réparer la situation qui s’est créée », a conclu M. Moavero.

Romandie.com avec(©AFP / 13 juin 2018 11h19)                                                        

Anthony Bourdain est décédé « par pendaison » dans l’est de la France

juin 8, 2018

Strasbourg – Anthony Bourdain, un chef américain devenu mondialement célèbre grâce à son émission de télévision culinaire « Parts Unknown », est décédé « par pendaison » vendredi matin dans un hôtel de luxe de Kaysersberg, dans l’est de la France, a annoncé à l’AFP le parquet de Colmar.

« Nous avons effectivement appris le décès par pendaison de ce chef américain ce matin dans un hôtel de luxe de Kaysersberg, Le Chambard », a déclaré le procureur de la République de Colmar, Christian de Rocquigny du Fayel.

« A ce stade, rien ne laisse supposer l’intervention d’un tiers », a-t-il indiqué, précisant qu’il avait « saisi la brigade de recherche de (la gendarmerie de) Colmar pour les vérifications des circonstances du décès » et qu’un « médecin légiste s’est rendu sur place ».

Kaysersberg, village viticole pittoresque du Haut-Rhin (est) avec ses maisons à colombages, a été élu en juin 2017 « village préféré des Français ».

« C’est avec une très vive émotion que nous avons appris le décès d’Anthony Bourdain dans notre établissement », a réagi le chef du Chambard, Olivier Nasti, dans un communiqué.

« Anthony était un chef de renommée internationale qui a contribué avec passion à démocratiser la cuisine auprès du plus grand nombre grâce à l’émission +Parts Unknown+ », a commenté M. Nasti, adressant ses « très sincères condoléances » aux proches de son confrère.

Selon la chaîne américaine CNN, employeur d’Anthony Bourdain, celui-ci a été découvert dans sa chambre d’hôtel par son ami le chef français Eric Ripert, co-propriétaire du Bernardin, un des plus célèbres restaurants de New York.

Anthony Bourdain a passé plusieurs décennies aux cuisines d’établissements comme la Brasserie Les Halles, un restaurant français du sud de Manhattan, avant de se faire connaître d’un large public avec son best-seller « Kitchen Confidential » et ses émissions télévisées.

Romandie.com avec(©AFP / 08 juin 2018 17h47)                                                        

Congo-Diaspora: Décès de Dave Mapingou

juin 8, 2018
Les Familles MAPINGOU, MOCKASSA et NZAOU informent les proches et amis sur le décès de leur fils, Dave MAPINGOU, survenu le 5 Juin 2018, à Paris.Une veillée sera organisée le Samedi 9 Juin 2018 au 34-46 Avenue du vieux chemin de Saint-Denis 92390 Villeneuve – La – Garenne à partir de 20h.

COMMUNIQUÉ DE LA FAMILLE

« Bonjour à tous,

Suite au décès de leur fils, Dave MAPINGOU, survenu le 5 juin au Centre Jeanne Garnier de Paris (France), les familles: Mapingou, Mockassa et Nzaou, organisent une veillée de recueillement ce samedi 9 juin 2018 à partir de 20h.
Lieu de la veillée:
34-46, Avenue du vieux chemin de Saint-Denis. 92390 Villeneuve- La- Garenne.

Accès: tramway 1 Saint-Denis; RER D Les Courtilles. Arrêt la Noue.
Bus 137 ou 177 arrêt lycée Charles Petiet.

Contacts:
Igor: 06 51 68 29 70
Nicole: 06 27 75 65 74
Marceline: 06 19 25 90 97
Édith: 07 61 08 66 69

« Merci d’avance à tous ceux qui nous assisteront de près ou de loin »

 

Photo de BrazzaNews.
Dave Mapingou

Avec Brazzanews.fr

Trump seul contre tous avant le G7 au Canada

juin 7, 2018

/ © AFP / Brendan SMIALOWSKI

Les dirigeants des pays riches du « Groupe des Sept » arrivent à partir de jeudi au Canada pour un sommet annuel exceptionnellement tendu, en raison des taxes douanières imposées récemment à ses alliés par Donald Trump, resté sourd aux protestations.

Après des mois de vaines rencontres bilatérales, le président américain se confrontera vendredi et samedi à La Malbaie, au Québec, directement aux dirigeants du Canada, de trois pays européens, France, Allemagne et Royaume-Uni, ainsi que du Japon, des pays amis qui craignent que la politique de « l’Amérique d’abord » ne se révèle coûteuse pour la croissance mondiale.

Dans les capitales, le sommet s’est préparé comme un match à six contre un. Après le retrait unilatéral de Washington de l’accord sur le nucléaire iranien, l’escalade tarifaire est vécue comme la négation même de la raison d’être du G7, la garantie de l’ordre international.

« Pour nous, les taxes sont illégales, ce qui complique l’élaboration d’un texte commun », grinçait cette semaine un haut responsable européen. La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé des « controverses ».

Avec Emmanuel Macron, arrivé en avance mercredi au Canada, l’hôte du sommet Justin Trudeau n’a rien cédé sur le vocabulaire, défendant dans une déclaration conjointe « un multilatéralisme fort, responsable, transparent », une formule qu’on voit mal Washington adopter.

Le conflit sur les taxes est tel que le sommet pourrait ne pas accoucher d’une déclaration finale commune, au-delà de parties consensuelles sur la pollution des océans ou l’égalité hommes-femmes.

« Si la résistance américaine va trop loin, il ne faudra pas sacrifier nos principes, nos intérêts à une unité de façade », dit l’Elysée. Pas question, donc, de ne pas mentionner l’accord de Paris, ou d’accuser l’Iran de ne pas respecter le texte nucléaire.

Sur le commerce, la France veut aussi dire « que le commerce doit être ouvert, libre, équitable entre les Etats du G7 ».

L’Elysée a noté après un long dîner entre les dirigeants français et canadien qu’ils s’étaient accordés « pour dire que s’il n’y avait pas d’autre option ils n’hésiteraient pas à isoler les Etats-Unis ».

– « Querelle familiale » –

Mais Donald Trump n’a démontré aucune intention de mettre de l’eau dans son vin, trop heureux d’être passé à la vitesse supérieure dans sa politique néo-protectionniste, après une première année hésitante.

Il est persuadé qu’en tant que première puissance économique mondiale, il domine le rapport de force et obligera ses partenaires à céder à ses injonctions et à importer plus de produits américains. Même si pour l’instant, Canada et Union européenne résistent et ont répliqué avec des contre-tarifs.

« Il y a peut-être des désaccords, je préfère parler de querelle familiale », dit le conseiller économique du président, Larry Kudlow, qui assure que son patron exige seulement de la « réciprocité ».

Le discours officiel américain est que Donald Trump est le sauveur, et non le fossoyeur d’un ordre international désormais faussé par les tricheurs, la Chine en tête. Mais l’Allemagne et ses voitures, le Canada et son acier sont aussi jetés, à leur grande incompréhension, dans le lot des profiteurs…

Au point que le sommet de Singapour du 12 juin, entre l’Américain et le dictateur Kim Jong Un, s’annonce paradoxalement comme plus chaleureux qu’avec les « amis » du G7.

– Le bilatéralisme d’abord –

Ce n’est pas le premier différend du groupe, dont la première réunion fut organisée par Valéry Giscard d’Estaing à Rambouillet en 1975. En 2014, la Russie de Vladimir Poutine avait été exclue du « G8 », élargi pour elle en 1998.

Mais cette fois, les États-Unis cherchent une réponse en dehors du système multilatéral, ne faisant plus confiance à l’Organisation mondiale du commerce et autres institutions. Il tente aussi de contourner l’Union européenne, premier bloc économique mondial pour l’instant uni.

« Trump va utiliser toutes les ficelles pour fissurer les six autres, pour qu’ils craquent, et fassent ce que veut Trump, à savoir des négociations bilatérales », dit Laurence Nardon, de l’Institut français des relations internationales. « Jusqu’à présent les six ont tenu bon, mais Trump n’en a pas terminé ».

Le duo Trudeau-Macron aura l’occasion d’afficher ce front commun lors d’une conférence de presse jeudi matin, un jour avant le début du sommet vendredi.

Mais l’auteur de « The Art of the Deal » a démontré, en plus de 500 jours au pouvoir, qu’il était peu enclin à se laisser attendrir.

« La tendance du président, quand il est critiqué, est de contre-attaquer », rappelle William Alan Reinsch, du centre de réflexion CSIS à Washington.

Romandie.com avec (©AFP / 07 juin 2018 14h40)                

France: la star congolaise Koffi Olomidé renvoyée en procès pour agressions sexuelles

juin 1, 2018

Nanterre – Le chanteur congolais Koffi Olomidé sera jugé en France, accusé d’avoir à plusieurs reprises agressé sexuellement et séquestré quatre de ses danseuses en région parisienne entre 2002 et 2006, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

La star de la rumba congolaise, âgée de 61 ans, a été renvoyé le 31 janvier en correctionnelle par une juge d’instruction de Nanterre (près de Paris) pour des faits qui se seraient déroulés notamment dans un pavillon d’Asnières-sur-Seine (région parisienne) que l’artiste louait et où il hébergeait ses danseuses en marge de concerts ou d’enregistrements dans l’Hexagone, selon cette source.

Parti précipitamment de France en août 2009 alors que sa mise en examen, assortie d’une demande de détention provisoire, avait été requise par le parquet de Nanterre, Koffi Olomidé est depuis sous le coup d’un mandat d’arrêt international, d’après la source.

Il avait été mis en examen en février 2012 pour viols aggravés – dont certains sur mineure de 15 ans – mais les chefs de poursuite ont depuis été modifiés et la procédure correctionnalisée.

Le sexagénaire, marié et père de famille, est désormais renvoyé pour atteintes sexuelles avec violence, contrainte, menace ou surprise par personne ayant autorité, et pour séquestrations.

Il devra également comparaître pour avoir facilité l’entrée et le séjour irrégulier en France des quatre plaignantes, toutes congolaises, et pour les avoir fait travailler illégalement en les sous-payant ou en les privant même de toute rémunération.

Deux hommes de main, considérés comme ses complices, sont également convoqués devant la justice.

Les quatre plaignantes, qui appartenaient toutes à son groupe Quartier latin, ont déposé plainte en 2007, 2009 et 2013. Elles ne sont depuis plus jamais retournées en République démocratique du Congo (RDC) par peur de représailles.

Le Comité contre l’esclavage moderne (CCEM), qui a soutenu les plaintes de deux d’entre elles, a indiqué à l’AFP se porter partie civile dans cette affaire.

Ce n’est pas la première fois que la star congolaise a maille à partir avec la justice.

Proclamé roi de la rumba depuis la mort de Papa Wemba en 2016, Koffi Olomidé avait été écroué quatre jours cette même année pour avoir donné un violent coup de pied à l’une de ses danseuses. Il avait alors été libéré sous caution.

En août 2012, Koffi Olomidé – Antoine Agbepa Mumba de son vrai nom – a été condamné à Kinshasa à trois mois de prison avec sursis pour « coups et blessures volontaires » contre son producteur.

En France, il a été condamné en 2006 à un an de prison avec sursis pour fraude fiscale.

Romandie.com avec(©AFP / 01 juin 2018 13h52)