Posts Tagged ‘françois bayrou’

France: François Bayrou renvoyé au tribunal dans un procès pour diffamation

mai 19, 2017

Bayrou

François Bayrou, le 18 mai 2017, au palais de l’Elysée. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE/FRENCH-POLITICS POUR « LE MONDE »

L’affaire remonte au 28 septembre 2015, lorsque le maire de Pau avait critiqué l’association El Sistema France pendant un conseil communautaire de Pau-Pyrénées.

François Bayrou, le garde des sceaux nouvellement nommé, aura lui-même affaire à la justice. Le nouveau ministre de la justice a été convoqué, vendredi 19 mai, à un procès pour diffamation fixé au 10 janvier 2019 devant la 17e chambre correctionnelle de Paris. « M. Bayrou sera présent », a fait savoir son avocat, Mario Stasi.

La plainte émane d’El Sistema France, créée en 2010 dans la Loire-Atlantique. L’association à but non lucratif s’inspire du programme d’éducation musicale El Sistema, développé au Venezuela en 1975, qui propose l’apprentissage de la musique classique comme un outil d’inclusion sociale à destination d’enfants défavorisés.

L’affaire remonte à 2015

Selon la plainte consultée par l’Agence France-Presse (AFP), l’affaire remonte au 28 septembre 2015. Ce jour-là, lors du conseil communautaire de Pau-Pyrénées, qui rassemble les élus des quatorze communes de l’agglomération paloise, le maire François Bayrou critique vertement les motivations de l’association, qui propose alors de lancer à Pau un projet de ce type.

Le maire (MoDem) de Pau se lance dans une diatribe contre l’association, diffusée sur Web-TV Pau-Pyrénées, visible sur DailyMotion. Selon la plainte, il accuse El Sistema France de « s’enrichir indûment en instrumentalisant des expériences humanistes et musicales à son profit » et « en tentant d’extorquer des contributions financières aux communes qu’elle démarche ».

Mise en examen automatique

L’association porte plainte pour diffamation publique. Une instruction est ouverte et, comme c’est automatiquement le cas en matière de diffamation, François Bayrou est mis en examen le 30 novembre 2016, puis renvoyé devant le tribunal correctionnel le 3 avril 2017.

Interrogé par l’AFP, l’avocat de M. Bayrou a répondu que son client n’avait fait que « mettre en exergue les agissements peu scrupuleux d’une association ». « Le tribunal a déjà en sa possession tous les éléments qui confirment ses déclarations », a-t-il ajouté. Me Stasi a précisé que François Bayrou avait lui-même déposé une plainte pour « dénonciation calomnieuse » en février 2017.

Lemonde.fr

Publicités

France/présidentielle: Macron remporte le soutien du centriste Bayrou

février 22, 2017

 

Paris – Le centriste français François Bayrou a proposé mercredi une alliance pour la présidentielle au candidat Emmanuel Macron, apportant un soutien de poids à l’ex-ministre, donné dans le trio de tête à deux mois de l’élection.

« Parce que le risque est immense, parce que les Français sont désorientés et souvent désespérés, j’ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d’alliance », a déclaré lors d’une conférence de presse M. Bayrou, 65 ans, indiquant vouloir ainsi contrer l’extrême droite à la présidentielle.

M. Bayrou, qui était crédité d’environ 5% d’intentions de vote dans les sondages, renonce ainsi à une quatrième candidature d’affilée, après celles de 2002 (6,8% des voix), 2007 (18,6%) et 2012 (9,1%).

Une bonne nouvelle pour l’ex-ministre du gouvernement socialiste Emmanuel Macron, lancé dans la course sous l’étiquette « ni droite ni gauche » et qui s’est imposé comme le troisième homme de la campagne aux côtés du conservateur François Fillon et de la candidate de l’extrême droite Marine Le Pen.

L’annonce de M. Bayrou clôt une séquence de plusieurs mois au cours de laquelle le président du parti centriste MoDem avait laissé entendre qu’il pourrait se représenter.

Mais pour cette figure de poids du centre, pro-européen, « jamais dans les 50 dernières années la démocratie en France n’a été dans une situation aussi décomposée ». La France encourt selon lui « le pire des risques de flambée de l’extrême droite, qui fait planer la menace d’un danger majeur et immédiat pour notre pays et pour l’Europe ».

« S’il ne tenait qu’à moi, bien sûr, j’irais, à la seconde. Mais le danger que représente Marine Le Pen, qui peut réellement gagner cette élection, me pose un cas de conscience », confiait récemment M. Bayrou en petit comité.

Romandie.com avec(©AFP / 22 février 2017 17h40)             

France: François Bayrou juge le programme de Fillon « dangereux »

novembre 22, 2016

Le président du MoDem, François Bayrou juge le programme de François Fillon « dangereux pour l’alternance » et pour la France. L’ancien premier ministre est arrivé largement en tête dimanche au premier tour de la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017.

Le dirigeant centriste laisse ouvertes toutes les hypothèses en cas de victoire de M. Fillon au second tour de cette primaire, dimanche prochain, y compris celle d’une éventuelle candidature. « Je suis absolument libre de mes choix, que je ferai en fonction de l’intérêt national », a-t-il dit à Reuters.

Selon un de ses proches, il estime également que la « proximité » affichée par l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy avec le président russe Vladimir Poutine « est un sujet » d’inquiétude et de désaccord.

François Fillon a engrangé une forte avance sur Alain Juppé au premier tour de la primaire, grâce notamment à une forte mobilisation des réseaux catholiques et conservateurs de « La manif pour tous », du mouvement « Sens commun » qui en est issu et du patronat ultra-libéral.

De quoi donner raison à M. Bayrou, pour qui cette primaire ne pouvait qu’être le « triomphe des noyaux durs » de la droite. Dans l’entourage du président du MoDem, on y voit aussi un effet de la chute de Nicolas Sarkozy et de l’effondrement de Bruno Le Maire.

François Bayrou estime cependant que la victoire n’est pas acquise pour François Fillon et qu’Alain Juppé, dont il juge le projet « beaucoup plus progressif », garde ses chances. « Je le soutiens absolument. Il peut encore gagner. Tout va se jouer au débat » de jeudi entre les deux candidats, dit-il.

 
Romandie.com avec(ats / 22.11.2016 12h24)      

Municipales en France: la gauche perd plusieurs villes, sauf Paris

mars 30, 2014

La gauche a perdu dimanche plusieurs villes au soir du second tour des élections municipales en France, selon plusieurs estimations ou résultats partiels. Le Front national (FN) a échoué dans sa course aux mairies de Perpignan, Forbach et Avignon mais remporte Béziers et gagne Fréjus, Villers-Cotterêts ou encore Hayange.

Anne Hidalgo sera la première femme maire de Paris

La socialiste Anne Hidalgo sera la première femme à devenir maire de Paris. Elle a remporté l’élection face à l’UMP Nathalie Kosciusko-Morizet avec 54,5 % des voix contre 45,5 %, selon l’institut IPSOS.

La droite ravit à la gauche Reims, Angers ou encore Saint-Etienne. Le centriste François Bayrou serait lui largement élu à Pau.

La participation finale au second tour est estimée à 61,5% par deux instituts, IFOP-SAS pour I-Télé et CSA, ce qui constituerait un record d’abstention de 38,5, jamais atteint pour ce type d’élection. Un autre institut l’estime à 61 %.

Romandie.com

Le patron de Twitter chez les candidats à la présidentielle

mars 15, 2012

Jack Dorsey, président et cofondateur de la plateforme de microblogging, a rencontré mercredi François Bayrou, François Hollande et Nicolas Sarkozy. Le candidat UMP lui aurait proposé d’ouvrir un bureau en France.

Les équipes de Twitter, aux États-Unis, n’en revenaient pas. Ce mardi, le nom de leur président, Jack Dorsey, était un des sujets les plus discutés sur la plateforme de microblogging en France.

Rien de très étonnant pourtant: le cofondateur du site Internet était de passage à Paris pour rencontrer plusieurs candidats à la présidentielle. Dans la matinée, Jack Dorsey a rendu visite à François Bayrou et François Hollande, avant de s’entretenir avec Nicolas Sarkozy.

Pour la plateforme de microblogging, qui commence à déployer son offre commerciale, ces rendez-vous ont été l’occasion de pousser l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre de campagnes électorales. Outre-Atlantique, Twitter est ainsi devenu un outil incontournable pour lancer des polémiques ou désamorcer des bombes pendant les primaires républicaines.

«Tirer des enseignements»

Son utilisation dans la campagne présidentielle française serait aussi un bon moyen de développer sa notoriété et son utilisation par le grand public, préalable nécessaire à toute monétisation publicitaire.

Les candidats français ont eux cherché à «tirer des enseignements [de l’expérience de Jack Dorsey, NDLR] afin de favoriser le développement des entreprises innovantes françaises» (chez François Hollande) et, surtout, évoqué l’ouverture d’un bureau de Twitter en France. Selon l’Élysée, «Jack Dorsey aurait répondu positivement à cette invitation (de s’installer en France)». La start-up américaine est déjà implantée à Londres et a annoncé, fin janvier, l’ouverture prochaine d’un bureau en Allemagne.

Une installation prometteuse d’innovation et de recettes fiscales, alors que Nicolas Sarkozy a remis sur la table son projet de taxer les acteurs américains d’Internet pour leurs activités en France, à travers une taxe sur la publicité en ligne ou l’assujetissement à l’impôt sur les sociétés. Jack Dorsey a également rendu visite à quelques médias français, dont les groupes audiovisuels TF1 et Canal +, et le groupe de presse Le Monde.

Lefigaro.fr par Marie Catherine-Beuth

Claude Allègre se rallie à Sarkozy

février 19, 2012

L’ancien ministre socialiste de l’Education Claude Allègre a exprimé son soutien à Nicolas Sarkozy, estimant que la France avait « besoin » de lui, et que François Hollande, s’il était élu, serait un « Chirac II au pouvoir ».

« On a besoin de Sarkozy car nous sommes dans une crise très profonde », déclare l’ancien ministre de Lionel Jospin dans une interview au Journal du Dimanche. « Je suis partisan de Nicolas Sarkozy, à condition qu’il installe un gouvernement d’union nationale, dans lequel des gens comme François Bayrou auraient leur place, avec beaucoup d’experts », ajoute-t-il.

Claude Allègre assure à ce sujet avoir obtenu « un certain nombre d’assurances » de la part de Nicolas Sarkozy, « mais ce n’est pas à moi de les annoncer ». Se défendant d’être un « cire-pompes », Claude Allègre souligne « que les parts de réussite de Nicolas Sarkozy, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, résident justement dans sa politique extérieure. Il a une énergie formidable ».

Selon lui, « tous les Allemands savent bien qu’au fond, c’est lui qui tire Angela Merkel, qui la pousse à agir ».

Présentant François Hollande comme un « politicien très intelligent et très sympathique », Claude Allègre estime toutefois que si le candidat socialiste était élu, « on aura Chirac II au pouvoir ».

« Chirac a cédé à tout, Hollande, c’est la même chose. Il fait des compromis tout le temps! Je ne le vois pas du tout dans le rôle », a-t-il ajouté.

« Si Dominique Strauss-Kahn avait été candidat, je l’aurais en revanche soutenu », a assuré Claude Allègre.

Selon le Journal du Dimanche, Claude Allègre devrait intérger le comité stratégique de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Liberation. fr avec AFP