Posts Tagged ‘François Hollande’

France/présidentielle: Hollande appelle à voter Macron pour contrer Le Pen

avril 29, 2017

Bruxelles – Le président François Hollande a envoyé samedi depuis Bruxelles un message très clair aux Français: contre le « risque majeur » de voir Marine Le Pen accéder à l’Elysée, il a appelé tous les électeurs républicains à « prendre un bulletin Macron au 2ème tour de la présidentielle » le 7 mai.

« Ca ne devrait pas être un sujet de discussion pour les forces républicaines: on prend le bulletin Macron et on considère que c’est le bulletin qui empêche l’extrême droite » d’arriver au pouvoir, a affirmé M. Hollande à huit jours du second tour de scrutin.

Lors d’une conférence de presse à l’issue du dernier sommet européen de son quinquennat, M. Hollande a accusé le parti de Mme Le Pen, le Front national (FN, extrême droite), de « masquer » son projet de sortir de la zone euro et de l’Union européenne.

Marine le Pen a scellé une alliance avec le chef du parti souverainiste Debout La France (DLF) Nicolas Dupont-Aignan et elle a présenté avec lui samedi un accord semblant ajourner son intention de faire sortir la France de la zone euro.

« Leur volonté », c’est bien « la sortie de la France de la zone euro et de l’UE », a réagi le chef de l’Etat français, mais « en même temps qu’ils continuent de préparer ce projet dangereux, ils le camouflent, ils le cachent, ils le gomment parce qu’ils savent bien que les Français ne veulent pas que leur pays sorte de l’Union européenne et se prive de l’euro et de la monnaie unique », a-t-il expliqué.

Tous deux « cachent leur projet » parce qu' »il fait peur », a insisté M. Hollande, mais « si la candidate de l’extrême droite devait être élue le 7 mai, tout ce qu’elle propose » mettrait automatiquement « la France en dehors de la zone euro et de l’UE ».

Il a parallèlement apporté un soutien très appuyé à Emmanuel Macron sur la scène européenne, estimant que son ancien ministre de l’Economie serait « un bon partenaire pour l’Allemagne « parce qu’il défendra les intérêts de son pays la France mais qu’il a aussi la conviction que l’Europe est au service de nos intérêts communs ».

« Il est suffisamment conscient des règles européennes. Il a été avec moi dans la plupart des conseils européens comme conseiller, puis ensuite il y a été associé comme ministre », a témoigné le président sortant.

Il s’est dit certain que son ex-protégé, qui s’est émancipé sans ménagement de sa tutelle pour briguer l’Élysée, « aurait à coeur de poursuivre avec sa méthode les propositions et la politique menée pour faire avancer l’Europe en étroite liaison avec l’Allemagne ».

Romandie.com avec(©AFP / 29 avril 2017 18h24)

France/Canada: François Hollande et Justin Trudeau commémorent les batailles d’Arras et de Vimy

avril 9, 2017

 

La bataille de Vimy est considérée comme un événement fondateur de la nation canadienne. Quatre-vingt mille soldats canadiens y ont participé.

Vimy

Justin Trudeau et François Hollande à Arras, dimanche 9 avril. CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS

Le président français, François Hollande, et le premier ministre canadien, Justin Trudeau, ont dévoilé dimanche 9 avril au matin un monument en hommage aux victimes de la bataille d’Arras, avant les grandes cérémonies du centenaire de la bataille de Vimy, considérée comme un événement fondateur de la jeune nation canadienne.

Devant environ 3 500 personnes, les deux dirigeants ont présenté au public le « Coquelicot de la paix », immense disque rouge en métal sur lequel ont été coulées des bottes de soldats, place des Héros-d’Arras.

Hollande

Les deux dirigeants ont présenté au public une œuvre commémorative, le « Coquelicot de la paix ». Philippe Huguen / AP

Ils ont déposé les deux derniers disques de cette œuvre en hommage aux morts et blessés durant la bataille d’Arras, soit quelque 100 000 hommes mis hors de combat côté britannique, autant dans les rangs allemands, y inscrivant des messages de paix.

Quatre-vingt mille soldats canadiens

Environ 20 000 personnes, dont une majorité de Canadiens, sont attendues dans l’après-midi au Mémorial national du Canada à Vimy (Pas-de-Calais) pour le 100e anniversaire de cette bataille méconnue, événement majeur des célébrations organisées dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale. Si ce chiffre est atteint, il sera cinq fois plus grand que celui du rassemblement tenu à Verdun en mai 2016.

Trudeau

François Hollande et Justin Trudeau ont rendu hommage aux soldats morts dans les batailles d’Arras et de Vimy. POOL / REUTERS

Parmi les personnalités figurent aussi le prince Charles et de ses deux fils, le duc de Cambridge William et le prince Harry, la première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, et le premier ministre français, Bernard Cazeneuve.

L’offensive, qui marque le début de la bataille britannique d’Arras (9 avril-16 mai 1917), constitue un événement fondateur pour la jeune nation canadienne, devenue indépendante cinquante ans plus tôt. Car, pour la première fois, les quatre bataillons canadiens, soit environ 80 000 soldats jusque-là incorporés dans l’armée britannique, conduiront l’assaut sous leurs propres couleurs, gagnant ainsi leurs galons sur la scène internationale.

Lemonde.fr avec AFP

 

France: Julie Gayet et François Hollande séparés d’après leurs proches

avril 7, 2017

Julie Gayet et François Hollande séparés d'après leurs proches

Crédits : Visual

Déjà ? Encore ? Tout ça pour ça ? Chacun y va de son petit commentaire. Il faut dire que les pauvres Julie Gayet et François Hollande n’ont pas toujours eu des conditions idéales pour faire vivre et durer une histoire d’amour… Attention, on ne les plaint pas. Mais il faut reconnaître qu’entre la médiatisation, les paparazzis sans cesse à l’affût, et leurs emplois du temps respectifs, Julie Gayet et François Hollande n’ont pas vécu les dernières années dans la sérénité et la discrétion.

L’annonce de leur relation avait été faite par le magazine Closer, photos à l’appui, en janvier 2014. La séparation de Julie Gayet et François Hollande pourrait bien avoir été annoncée cette fois par nos confrères de VSD. En effet, dans leur numéro de cette semaine, ils expliquent, témoignages de proches à l’appui cette fois, que l’actrice-réalisatrice et le Président de la République ne seraient plus ensemble : « On ne la voit plus au Château, où elle venait pour­tant régu­liè­re­ment aupa­ra­vant. La comé­dienne arri­vait le soir, elle y dormait et repar­tait discrè­te­ment le lende­main matin. » lance un proche du couple.

Cette fois, selon un produc­teur de cinéma qui s’est confié à VSD « dès le début Julie Gayet a compris qu’elle devrait vivre leur histoire dans l’ombre. […] Et puis, elle n’al­lait à l’Elysée que pour les bons moments. La rela­tion entre le président et l’ac­trice n’est pas au beau fixe en ce moment. J’ai le senti­ment très fort que leur histoire bat très sérieu­se­ment de l’aile » a-t-il développé.

Cependant, les journalistes de VSD comme l’entourage de François Hollande et Julie Gayet précisent que les emplois du temps de l’un comme de l’autre sont actuellement très chargés : le Président de la République est occupé par ses obligations de fin de mandat, pendant que Julie Gayet travaille dur sur un documentaire qu’elle prépare, avec, notamment, un récent déplacement en Inde.

Mais, comme pour enfoncer le clou, un autre intime du couple politico-cinématographique avance : « Clai­re­ment, pour moi, ils ne sont plus ensemble. Lorsque le président sort pour aller assis­ter à une pièce de théâtre ou à un concert, Julie Gayet n’est pas là. »

Seul l’avenir nous dira s’ils sont toujours ensemble, et si, une fois libéré de la fonction présidentielle, François Hollande consent enfin à apparaître officiellement et régulièrement avec Julie Gayet.

Lexpress.fr

France/ »Cabinet noir »: Fillon jure de régler ses comptes, en a-t-il les moyens?

avril 6, 2017

"Je poursuivrai tous ceux qui sont à l'origine de cette affaire", a lancé ce jeudi François Fillon, sans cité François Hollande.

« Je poursuivrai tous ceux qui sont à l’origine de cette affaire », a lancé ce jeudi François Fillon, sans cité François Hollande. REUTERS/Thibault Camus/Regis Duvignau (Montage photo L’Express)

« J’ai les dates, les jours, les personnes »… Ce jeudi sur France Inter, le candidat de la droite à l’élection présidentielle a promis de poursuivre ceux qu’il désigne comme les responsables de ses ennuis judiciaires. A commencer par François Hollande.

Attention ça va barder. « J’ai les dates, les jours, les personnes qui ont communiqué les documents, etc. Ça viendra, le moment venu je poursuivrai tous ceux qui sont à l’origine de cette affaire », a promis François Fillon, très offensif, ce jeudi sur France Inter.

« J’ai toutes les indications qui me permettront le moment venu de poursuivre ceux qui ont fait ça. Parce qu’il ne faut pas croire que je vais lâcher les accusations que j’ai lancées contre ceux qui ont déclenché cette opération », a-t-il ajouté, accusant, une nouvelle fois, directement François Hollande.

LIRE AUSSI >> Affaire Penelope: Fillon menace de « poursuivre » ceux qui l’ont « déclenchée »

Mais en l’état, le candidat de la droite s’en tient au stade des menaces. Et son entourage entretient le mystère autour de ces fameuses « dates » et « personnes », à l’origine des ennuis judiciaires de vainqueur de la primaire à droite.

« Le ‘moment venu’ vient lorsqu’il doit venir… »

Parmi les proches du candidat, difficile donc d’obtenir des précisions sur les accusations de François Fillon ou un éventuel calendrier: « Le ‘moment venu’? Le ‘moment venu’ vient lorsqu’il doit venir… », botte en touche, Jérôme Chartier, le conseiller spécial du député de Paris. Des poursuites seront-elles enclenchées par François Fillon avant le premier tour? A l’entre-deux-tours? Après le 7 mai? « Le moment venu… », répond-il invariablement.

La question du timing est pourtant primordiale. En effet, la tradition républicaine veut que le président de la République – si François Fillon l’emporte le 7 mai prochain – n’attaque pas en justice (à l’exception des délits de presse), en vertu de l’immunité dont il bénéficie pendant son mandat. A fortiori quand la personne visée par une plainte est son prédécesseur, en la personne de François Hollande. Question d’usage et d’élégance. En théorie donc, les « poursuites » promises par François Fillon ce jeudi sur France Interne pourraient donc intervenir, que si ce dernier échoue à être élu.

Une plainte contre Hollande est-elle réaliste?

« Écueil supplémentaire pour François Fillon: même après le départ de François Hollande de l’Elysée, ce dernier restera intouchable pour les actes accomplis pendant son mandat. A considérer qu’elles interviennent un jour, ce sont donc les collaborateurs du chef de l’Etat, et non le président de la République lui-même, qui pourraient éventuellement être inquiétés par des actions en justice.

Toutefois, comme le rappelle le constitutionnaliste Bertrand Mathieu, contacté par L’Express, « le jeu des élégances en politique est malheureusement quelque chose qui a presque disparu ». En clair, la question a été tranchée en 2008 par la Cour de cassation, rien n’empêche François Fillon de porter plainte contre François Hollande. « Restera aux juges saisis de déterminer si les actes de François Hollande visés par la plainte ont été strictement effectués dans le cadre de sa fonction de président de la République », précise Bertrand Mathieu.

« C’est du concret »

Alors, le chef de l’Etat et ses collaborateurs doivent-ils prendre au sérieux, les menaces de François Fillon? Certains lieutenants du candidat LR l’assurent, il ne s’agit pas de paroles en l’air. Contacté par L’Express, Bernard Debré, député de la 4e circonscription de Paris, répète que le candidat LR dispose de « documents très précis ». Il explique néanmoins n’avoir « aucune idée » à qui François Fillon fait référence, au-delà de François Hollande.

« Je ne peux rien dire… », résume celui qui avait accusé Jean-Louis Nadal, le président de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, d’organiser des fuites dans la presse. « C’est du concret. Il fait travailler ses avocats et une partie de ses équipes », ajoute-t-il. Dans l’optique de constituer un dossier?

« Il ne faut pas oublier que François Fillon a été Premier ministre pendant cinq ans et donc au sommet de l’administration de l’Etat. Pour collecter des informations, il peut très bien s’appuyer sur son réseau de hauts-fonctionnaires, notamment sur ceux qui ont été mis au placard après l’élection de François Hollande », indique-t-on également dans l’entourage d’un ténor LR.

Lexpress.fr par Lucas Burel,

Attaque chimique: Hollande veut des « sanctions » contre le régime syrien

avril 5, 2017

Noyon (France) – Le président français François Hollande a réclamé mercredi des « sanctions » contre le régime du président syrien Bachar al-Assad, à la suite de l’attaque chimique présumée qui a provoqué l’indignation internationale et fait l’objet d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.

« Ce que la France a exigé, c’est qu’il y ait une résolution du Conseil de sécurité dans les prochaines heures pour diligenter une enquête et, à la suite de cette enquête, il doit y avoir des sanctions qui seront prises par rapport au régime syrien », a déclaré à la presse le chef de l’État lors d’un déplacement à Noyon, dans le nord de la France.

« Parce que depuis longtemps on dénonce ce régime. Et ceux qui ont des complaisances à l’égard de ce régime doivent également rendre des comptes, je parle d’abord des complices, ceux qui interviennent en Syrie et font en sorte que les avions de Bachar al-Assad puissent procéder à des largages de bombonnes de gaz », a ajouté M. Hollande.

Il s’en est également pris à « des responsables politiques, y compris en France, qui sont des partisans non pas simplement d’une solution politique, nous la voulons tous, non pas simplement d’une négociation, nous la souhaitons, mais qui se révèlent des partisans du régime de Bachar al-Assad, qui ont des complaisances avec Bachar al-Assad ».

« Aujourd’hui ceux-là doivent savoir qu’ils sont complices d’un crime de guerre », a lancé M. Hollande.

La Russie s’oppose de nouveau aux pays occidentaux sur le dossier syrien à l’occasion d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU consacrée à l’attaque chimique présumée ayant fait 72 morts la veille en Syrie.

Moscou a jugé « inacceptable » en l’état le projet de résolution présenté par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni condamnant l’attaque de mardi.

Romandie.com avec(©AFP / 05 avril 2017 17h01)

Attaque de Londres: Hollande dit sa solidarité, 3 lycéens français blessés

mars 22, 2017

Paris – Le président français François Hollande a exprimé mercredi sa « solidarité » et son « soutien au peuple britannique » après l’attaque de Londres, où trois lycéens français en voyage scolaire ont été blessés.

« Trois élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau (ouest), qui se trouvaient en voyage scolaire, figurent parmi les blessés », a annoncé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Selon la préfecture du Finistère, le département breton d’où sont originaires les lycéens, deux des trois élèves blessés sont dans un état grave. « Il s’agit d’un groupe de 92 ou 93 élèves. Sur les trois blessés, deux sont dans un état grave », a déclaré à l’AFP le sous-préfet de permanence, Bernard Musset, qui ne pouvait préciser si leur pronostic vital était engagé.

Un avion va emmener dans la soirée les familles des jeunes blessés à Londres au départ de l’aéroport de Lorient (ouest), a-t-on également appris auprès du conseil régional de Bretagne.

« Nous exprimons au nom de la France toute notre solidarité et tout notre soutien au peuple britannique et à la Première ministre Theresa May qui était à la Chambre des Communes quand ça s’est produit et a été amenée à quitter précipitamment les lieux », a déclaré le chef de l’Etat dans une brève allocution lors d’un déplacement en banlieue parisienne.

« Le terrorisme nous concerne tous. La France, qui a été si frappée ces temps derniers, peut savoir ce que le peuple britannique a comme souffrance aujourd’hui », a ajouté M. Hollande, soulignant que « c’est au niveau européen qu’il faut s’organiser » pour affronter la menace terroriste.

« Solidarité avec nos amis britanniques terriblement frappés, plein soutien aux élèves français blessés, à leurs familles et leurs camarades », a déclaré le Premier ministre Bernard Cazeneuve sur Twitter.

Trois personnes dont un policier ont été tuées et au moins 20 autres blessées au cours d’une attaque « terroriste » mercredi en début d’après-midi à Londres, et l’assaillant a été tué, a annoncé la police.

L’attaque a eu lieu en début d’après-midi devant le Parlement de Westminster, en plein coeur de Londres, où la Première ministre Theresa May venait de s’exprimer devant les députés.

Romandie.com avec(©AFP / 22 mars 2017 19h27)                   

Hollande condamne un « attentat » au FMI

mars 16, 2017

Toulon – Le président François Hollande a qualifié jeudi l’explosion au siège parisien du FMI « d’attentat » qui montre que « nous sommes toujours visés » et répété qu’il excluait toute levée de l’état d’urgence en France avant le 15 juillet.

Cette explosion a fait un blessé qui se trouve « entre la vie et la mort » à ajouté M. Hollande alors que la préfecture de police a assuré de son côté que la personne n’était que « légèrement blessée ».

Une assistante de direction a été blessée jeudi aux mains et au visage lors de l’ouverture d’un courrier qui a explosé au siège parisien du FMI.

Selon les premiers éléments de l’enquête, un pétard pourrait être à l’origine de l’explosion, survenue en fin de matinée dans le bâtiment situé au coeur de la capitale française, ont précisé ces sources.

Mercredi à Berlin, un « mélange explosif » expédié de Grèce a été découvert au ministère allemand des Finances. Le groupe anarchiste grec Conspiration des cellules de feu a revendiqué jeudi l’envoi de ce paquet.

« Nous sommes toujours visés. Là, en l’occurrence, c’est le Fonds monétaire international, mais c’est en France, c’est la France. (…) Nous sommes directement concernés », a poursuivi le chef de l’Etat.

« Il y a l’état d’urgence, j’ai annoncé qu’il devait être prolongé jusqu’au 15 juillet », a-t-il rappelé, en marge de l’inauguration d’un mémorial commémorant le débarquement et la libération de la Provence en 1944.

« Ce sera au nouveau Président de la République, au gouvernement et aux députés et sénateurs qui seront en situation d’agir à partir du 15 juillet (…) de dire s’il faut (le) maintenir ou non », a-t-il souligné. Mais « de toute manière, il faut maintenir un état élevé de vigilance et de présence ».

Toute prolongation de l’état d’urgence doit être soumise au Parlement. Juridiquement, le chef de l’Etat peut décider à tout moment de mettre fin à ce régime d’exception par un décret en Conseil des ministres.

« Il n’y a pas de raison qui voudrait qu’aujourd’hui on relâche le dispositif qui existe », a encore ajouté le président Hollande à l’AFP.

Romandie.com (©AFP / 16 mars 2017 14h03)                   

France/Hollande appelle au rassemblement et cite Mitterrand : «Le nationalisme, c’est la guerre»

mars 12, 2017

VIDÉO – «Attention!», a lancé le chef de l’État en déplacement à Libourne, en Gironde, samedi, mettant en garde contre la tendance au nationalisme et «toutes ses formes d’extrémisme, d’isolationnisme, de protectionnisme et d’égoïsme».

Hollande a convoqué Mitterrand, samedi à Libourne (Gironde), pour appeler la gauche au «rassemblement» et mettre en garde contre le nationalisme. Le président était en visite dans ce fief socialiste pour remettre les insignes de chevalier de la Légion d’honneur à Gilbert Mitterrand, l’un des deux fils de son prédécesseur.

«La gauche a d’autant plus de chance de gagner (…) lorsqu’elle est rassemblée, lorsqu’elle est unie, lorsqu’elle est capable d’aller au-delà de la diversité de ses sensibilités pour porter un projet commun», a affirmé le chef de l’État. «C’est cette méthode (…) qui demeure aujourd’hui essentielle: le rassemblement.»

Alors que les débats sur l’Europe sont au cœur de la campagne et que le Front national est parmi les favoris des sondages, François Hollande a par ailleurs mis en garde contre «le nationalisme», «avec toutes ses formes d’extrémisme, d’isolationnisme, de protectionnisme et d’égoïsme», rappelant aussi «l’engagement européen de François Mitterrand». Citant la célèbre formule de son prédécesseur, «le nationalisme c’est la guerre», le président Hollande a souligné qu’il «faut garder toujours dans son esprit cette phrase, qui n’est pas simplement rétrospective comme celle d’un homme qui a connu deux guerres, mais comme une phrase prophétique». «Attention!», a-t-il encore lancé.

«Le nationalisme, c’est la guerre!»

Cette phrase fut prononcée par François Mitterrand devant le Parlement européen, à Strasbourg, en janvier 1995. «Il faut vaincre ses préjugés», avait alors défendu le chef d’État. «Ce que je vous demande là est presque impossible, car il faut vaincre notre Histoire. Et pourtant, si on ne la vainc pas, il faut savoir qu’une règle s’imposera, mesdames et messieurs: le nationalisme, c’est la guerre!» S’adressant aux députés européens, il avait conclu: «La guerre, ce n’est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir. Et c’est nous, c’est vous, mesdames et messieurs les députés, qui êtes désormais les gardiens de notre paix, de notre sécurité, et de cet avenir.»

Comme François Hollande, plusieurs ministres du gouvernement ont repris cette citation ces derniers mois. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault l’a prononcée en février à la conférence de Munich. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll l’avait également citée quelques jours auparavant lors d’une interview. Autre personnalité à s’en être inspiré: Emmanuel Macron, candidat d’En Marche!, en décembre dernier.

France: Un gendarme tire accidentellement pendant un discours de Hollande

février 28, 2017

Villognon (France) – Un gendarme a tiré mardi accidentellement avec son arme, blessant légèrement deux personnes, au cours de l’inauguration par le président français François Hollande d’infrastructures ferroviaires dans l’ouest du pays, selon des sources concordantes.

L’incident s’est déroulé dans une salle attenante à celle où se trouvait M. Hollande. Selon des témoins, il a poursuivi son intervention après une très brève interruption, au moment du coup de feu.

Vers 17H00 (16H00 GMT), pendant le discours du chef de l’État près d’Angoulême, le gendarme, membre d’un peloton spécialisé de protection venu en renfort pour assurer la sécurité de l’événement, a fait « une erreur de manipulation en changeant de position », a expliqué à l’AFP une source proche du dossier. Un coup de feu est alors parti accidentellement.

« La balle a frôlé le mollet d’une personne et fini sa course dans la jambe d’une autre », a-t-on précisé de même source.

Les deux personnes blessées qui se trouvaient dans la zone du cocktail ont été soignées sur place, dans une zone à l’écart de l’endroit où le président français prononçait son discours, avant d’être évacuées par les pompiers, qui ont confirmé des blessures « légères ».

Un représentant local de l’État a précisé à la presse que « les jours des deux blessés n’étaient pas en danger » et que « le procureur de la République d’Angoulême avait été saisi et une enquête ouverte ». Une enquête administrative a également été ouverte.

Le gendarme « était sur un point haut et le coup est parti accidentellement », a-t-il aussi expliqué peu après.

Juste après ce discours pour l’inauguration des infrastructures dans cette région de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Tours (centre-ouest) – Bordeaux (sud-ouest), François Hollande s’est rendu dans la salle attenante et « a discuté un peu avec les deux personnes » blessées « avant de repartir comme prévu », a ajouté le représentant de l’État.

Romandie.com avec(©AFP / 28 février 2017 21h03)             

France: François Hollande rend hommage aux francs-maçons

février 27, 2017